Version classiqueVersion mobile

L’espoir et l’illusion

 | 
André-Jean Tudesq

Première partie. Transferts et ruptures

2. Les transferts de connaissance

Texte intégral

1Les médias véhiculent des connaissances nouvelles. Pour être assimilées, celles-ci doivent être comprises. D'abord, grâce à la connaissance de la langue dans laquelle elles sont diffusées. Or les médias ont longtemps utilisé surtout les langues de colonisation ; nous reviendrons plus loin sur ce problème des langues qui représente une des principales ruptures.

2Les connaissances correspondent à des domaines nouveaux de savoir, mais aussi à des concepts et à des représentations qui diffèrent de ceux de la société traditionnelle et qui correspondent à des ruptures.

1. Les transferts de concept

3Les médias introduisent une conception de l'information qui s'inspire de celle des sociétés occidentales ; le besoin d'information, de nouvelles, s'inscrit naturellement dans les sociétés industrielles et dans les États de droit où le pouvoir politique a ses limites : sociétés en croissance ou en concurrence qui se restructurent sans cesse, innovant par rapport à un passé souvent décrié. L'information n'apparaît pas avec évidence aussi utile dans des sociétés traditionnelles qui cherchent à se reproduire de façon identique, ce qui fut le cas de la plupart des sociétés rurales africaines ; la communication de proximité a plus de valeur que l'information sur un monde extérieur. C’est peut-être en raison de ce décalage que lors de leur première implantation, les médias, la presse d’abord, la radio puis la télévision plus tard, mirent l'accent sur l'éducation plus encore que sur l'information, ce fut le cas notamment de la presse religieuse. Mais à l'instar de la presse des colons, la presse des Africains s'intéressa d'autant plus à donner des informations qu'elle n'y avait accès que difficilement, non sans un contrôle sévère.

4Née dans des villes, souvent dans des ports, la presse s'ouvrit inévitablement à des informations extérieures à la région. C'était, en soi, une rupture avec les habitudes ancestrales, rupture qui s'accompagnait d'une prise de conscience positive du changement et de l'innovation.

  • 1 Elungu P.E.A., Tradition africaine et nationalité moderne, Paris, L'Harmattan, 1987, p. 6 et 21.

5Les médias participent à la rationalité moderne fondant une organisation technique de la nature1 et une organisation sociale sur le contrat, renversant les mythes de la tradition africaine. Ils sont un produit des villes. Or la ville présente des caractères opposés à ceux de la société rurale traditionnelle même si les relations de l'une à l'autre sont constantes en Afrique ; la société urbaine est ouverte, brasse des populations de différentes origines claniques, repose sur des contrats de travail liés à des compétences techniques, donnant droit à une rémunération monétaire individuelle ; la division du travail, la répartition inégale de la production introduisent une nouvelle répartition de la population en classes sociales.

  • 2 Badie Bertrand, L'Etat importé, L'occidentalisation de Tordre politique, Fayard, 1992.

6Le concept d'Etat qui établit une distinction entre pouvoir et administration est aussi un transfert2 ; l'élaboration des constitutions s'inspira souvent de la lettre plus que de l'esprit des constitutions ou des législations occidentales. Mais ce qui fut rapidement perceptible ce fut l'importance du contrôle de l'information. Les États indépendants héritèrent, surtout dans les zones francophones et lusophones, de la dépendance des médias des autorités coloniales et même s'en réservèrent longtemps le monopole. Ainsi dans le domaine de la radio, le modèle centralisé de l’ortf l'emporta même dans les pays anglophones malgré l'appellation voisine de la bbc donnée à leur radio comme Ghana Broadcasting Corporation.

  • 3 Mazrui Ali A., The Politicai Sociology of the English Language, The Hague, Mouton, 1975 et de même (...)

7Le concept de conscience politique émergea chez des Noirs anglophones ; le leader nigérian Nnamdi Azikiwe, qui est aussi un journaliste, s’y réfère en octobre 1952 dans un discours à Port Harcourt. La langue anglaise y contribua car elle donna aux nationalistes africains un moyen d'expression pour exprimer leur nationalisme et pour se poser comme interlocuteurs valables avec la métropole dans le combat contre le colonialisme3 ; ce fut très sensible au Ghana et au Nigéria où naquit la prise de conscience de l'anticolonialisme moderne.

  • 4 Mazrui, op. cit.

8Le concept de démocratie ou de démocratisation représente aussi un transfert. Quelles qu'aient été les tendances communautaires des sociétés africaines avant même l'époque coloniale, ces sociétés étaient profondément inégalitaires, leur structure politique était liée à l'organisation parentale structurée autour d'un ancêtre commun plus ou moins mythique. L'inégalité reposait sur les différences de fonction entre hommes et femmes et sur des attitudes variant selon les âges. La gérontocratie était dominante, tempérée par les assemblées d'hommes. Il existait certes de grandes différences selon les peuples, les collectivités locales étant souvent restreintes et isolées par le milieu naturel. Quand il y eut des regroupements plus vastes, ils furent le résultat de l'action de personnalités imposant un pouvoir de type monarchique. La période coloniale, qui avait perturbé l'évolution des sociétés africaines, a suscité tantôt des résistances, tantôt des aspirations relatives à l'application en Afrique de principes énoncés et peu pratiqués par les puissances coloniales (liberté, égalité). Par le biais des troupes africaines amenées à combattre en Europe pendant les deux guerres mondiales, puis des étudiants africains envoyés en Europe, des revendications nouvelles furent formulées. De nouveaux groupements politiques apparurent, inspirés des partis politiques européens ou américains. L'introduction des systèmes politiques modernes se réclamant de la démocratie doit tenir compte, selon le professeur Ali Mazrui, de trois niveaux de catégories qui déterminent l'identité de l'Africain : les catégories premières (communauté ethnique, caste, sexe), les catégories sacrées, les catégories sociales (classe, idéologie, lieu d'habitation). Comment les deux premières catégories peuvent-elles être moins absolues, alors qu'elles sont plus réfractaires au changement que les troisièmes4 ?

9Le concept de démocratie suppose en Afrique une adaptation et non une simple transposition du système occidental ; il doit résoudre la contradiction profonde entre la confusion du sacré et du pouvoir dans les sociétés traditionnelles et la gestion rationnelle du social que représente la politisation des problèmes de société. Or dans les formes modernes de la démocratie les médias jouent un rôle important par l'exercice des libertés publiques (dont la liberté de presse) pour exprimer les tendances différentes de l'opinion et donc contribuer à une participation des populations à la vie politique. Nous reviendrons plus loin sur ce concept de démocratie qui était apparu d'abord comme une revendication contre l'autorité coloniale, réclamant pour les populations africaines des droits politiques analogues à ceux des populations des métropoles ; ces revendications exprimées par la presse africaine, contribuèrent à la formation d'une opinion publique (autre concept importé) dans quelques villes de l'Afrique anglophone, et à désigner des interlocuteurs valables aux puissances coloniales.

10D'autres concepts ont été importés, celui d'intellectuels, celui de contestation, ainsi que les différents symboles politiques utilisés d'abord contre les puissances coloniales et ensuite contre les gouvernements en place.

11Le concept de développement est un concept récent postérieur surtout à la Deuxième Guerre mondiale ; il se substitua à un autre qui s'identifiait à l’expansion coloniale en lui servant de justification, sinon d'alibi, celui de "civilisation" ; civiliser, éduquer, "le fardeau de l'Homme Blanc" pour reprendre l'expression de Rudyard Kipling, partait de la conviction — s'appuyant parfois, en Allemagne mais aussi ailleurs, sur des thèses racistes postulant la supériorité de l'Homme Blanc — qu'un effort civilisateur compenserait l’exploitation coloniale, conséquence du développement capitaliste de la fin du xixe siècle. Le Congrès de Berlin de 1884-1885 consacrant le partage de l’Afrique entre les grandes puissances européennes argue dans un article 6 des mobiles humanitaires de la colonisation. Les premiers Africains à participer activement à la naissance d'une presse africaine bénéficièrent souvent d'une aide extérieure, soit de missionnaires, soit de noirs américains ; ils figuraient parmi les premiers instruits, "civilisés", "assimilés", "éduqués". Cette accession à un niveau de vie plus élevé, inspiré des Blancs leur permit aussi, avant même la Première Guerre mondiale, de souligner les contradictions entre les principes affichés par les puissances colonisatrices et la politique qu'elles menaient.

  • 5 Sur la notion de développement existe une très abondante littérature, cf. Perroux François, Pour u (...)

12La Deuxième Guerre mondiale mit fin radicalement à toute identification "européocentrique" entre la civilisation et l'Europe. L'Assemblée Générale de l’onu en votant le 4 décembre 1948 une résolution sur le développement économique des "pays insuffisamment développés" officialisa le concept de développement qui allait devenir un des maîtres mots de l’onu et de l’unesco avec la naissance de nouveaux États issus de la décolonisation autour de 1960. Dégagé de toute référence à une supériorité ethnique, le concept de développement partait du décalage constaté entre la très forte croissance de la production au lendemain de la guerre dans le monde occidental, et le sous-développement, en regard de la plus grande partie du monde, notamment de l'Afrique. Le passage de l'appellation de "pays sous-développé" à "pays en développement", ne cachait pas l'affirmation d'une hiérarchie entre États, entretenue par les dirigeants et les médias africains eux-mêmes avec un discours abondant et souvent creux sur le développement, aboutissant à une remise en question du concept dans les années quatre-vingt-dix5.

13D'autres concepts ont été introduits avec l’adoption de techniques de gestion (politique ou économique) imitées de l'Europe : ainsi le concept de corruption, lié lui-même à l'État patrimonial ; à la différence des deux concepts présentés plus haut, il s'agit moins dans ce dernier cas de rupture, que d'adaptation à une situation africaine de formules plaquées de l'extérieur.

14S'indignera-t-on de l'établissement d'une relation entre les médias et la corruption en Afrique ? Il faut préciser d'abord que la notion même de corruption a été introduite par des Occidentaux à la fois comme jugement moral par certains (les missionnaires anglais notamment) et aussi comme pratique par d'autres. La confusion entre le privé et le public contribua aussi à monnayer une influence s'exerçant soit en politique, soit en économie.

15Avec la libéralisation de la presse, récente en Afrique francophone, l'influence supposée ou réelle des journaux et la faiblesse de leurs ressources facilitèrent les tentations. Ce n'est qu’à une époque récente avec le développement des équipements électroniques pour la radio et la télévision que les financements, notamment ceux des importations de matériel étranger ont entraîné aussi une pratique fréquente de concussion.

  • 6 Tudesq A. J. (sous la direction de), Crises et médias en Afrique Noire, Centre d'Etude des médias, (...)

16Le concept de crise apparaît étranger aux sociétés africaines traditionnelles qui n'avaient pas de mot équivalent ; les langues africaines le traduisent par un mot signifiant "danger" (géléya en bambara) ou "situation difficile" (matsala en haoussa, halingumu en swahili). Repris par les médias africains surtout depuis une dizaine d'années dans la zone francophone, depuis plus longtemps dans les pays anglophones, le concept de crise suppose une évolution perturbée, un avant et un après qui correspondent à une représentation du temps qui n'est pas celle des sociétés traditionnelles rurales6.

17On trouvera un exemple de la relation consciente entre médias et crise dans un article du 5 juin 1992 du quotidien de Dakar Le Soleil : "Dans la genèse comme dans l'alimentation et la résolution des crises et conflits en Afrique, la responsabilité des médias conserve une part prépondérante." Les médias contribuent à la prise en compte de concepts concernant la société ; les concepts de classe sociale ou de luttes de classes étaient peu présents, même dans la presse des pays qui s'étaient réclamés du marxisme-léninisme ou seulement associés à sa langue de bois. Par contre les concepts d'identité culturelle, de droits de l'homme, de société civile sont très présents dans la nouvelle presse. Celui de laïcité que l'on retrouve dans certaines constitutions semble le type même d'un transfert qui s'adapte mal aux sociétés africaines et qui reste du domaine du discours plus que de la réalité.

2. Les transferts de représentation

18Les transferts de représentation concernent des aspects de la mentalité collective désormais soumise à une double représentation. C'est d’abord le cas du temps dont la conception est profondément modifiée par les médias qui introduisent une périodicité de plus en plus rapprochée avec la radio, même si les horaires de la programmation ne sont que médiocrement respectés. À une notion plus qualitative du temps, plus cosmique, liée aux rythmes des saisons et de la végétation, la vie urbaine, l'école et l’activité professionnelle introduisent une conception plus arithmétique et plus uniforme du temps ; les notions de rendement et de ponctualité caractéristiques de la vie urbaine moderne sont indispensables au fonctionnement des médias qui, en contrepartie, propagent la nouvelle représentation du temps. Le 10 septembre 1996 le quotidien béninois Les Echos reconnaissait : "La notion de ponctualité est, on le sait, quasi inexistante dans les usages de chez nous."

19La représentation du temps se trouve aussi modifiée par l'image du passé donnée à la télévision ; nous y reviendrons quand nous traiterons de l’acculturation. Même si la télévision n'atteint encore majoritairement que les citadins, non seulement elle introduit, avec les émissions de fiction importées, un rythme de vie bien plus accéléré, mais elle diffuse aussi les images d'un passé différent de celui des sociétés africaines.

20La représentation de l'espace entraîne une rupture plus profonde ; d'abord en relativisant, voire en marginalisant le lieu même où vit l'Africain par rapport aux pays dont il entend parler. La terre, sur laquelle il vivait, avait une valeur religieuse pour l'Africain, l'histoire de ses ancêtres s'y inscrivait ; les itinéraires sont des lieux chargés de symboles. La disposition du village et des champs, la connaissance des espèces animales et végétales personnalisent le sol où il vit.

21Or l'évolution moderne a provoqué des déplacements de population, individuels ou collectifs ; la colonisation a introduit souvent des formes nouvelles d’appropriation du sol en rupture avec toute la tradition. L'exode rural vers les villes n'a pas seulement transplanté de nouveaux citadins, mais par les relations incessantes entre les membres d'une famille restés dans la brousse et ceux vivant en ville, les influences de la ville (et des médias qui en sont un produit) ont pénétré les campagnes.

22À l'espace de proximité, s'est ajoutée la connaissance plus ou moins précise d'un ensemble plus vaste, qualifié d'État ou de nation, dans lequel il s'intègre. L'intégration nationale a été un objectif, au moins affiché, des dirigeants des nouveaux États après 1960 et l'utilisation des médias à cet effet, était l'argument justifiant leur contrôle et leur maîtrise. Cependant les références de plus en plus nombreuses-— au fur et à mesure qu'on se rapproche de l'époque présente — à des pays plus lointains, le spectacle introduit par la photographie, et plus encore par le cinéma et la télévision, de lieux très différents, dans lesquels le paysage aussi bien rural qu'urbain est une construction de l'homme, ébranle la relation de l'Africain avec la nature.

23Les nouvelles représentations du temps et de l'espace propagées par les médias influencent la représentation que l'homme a de lui-même. Le milieu africain traditionnel (mais celui-ci existe-t-il encore véritablement ?) conçoit l'homme d'abord comme appartenant à une communauté de vivants et de morts ; la vie de groupe est perçue comme la seule assurant la sécurité et le développement. La conception traditionnelle de la vie rejette la mort considérée comme "un simple passage dans le monde des ancêtres" et s'étend à tout ce qui existe. Il n’y a pas de séparation entre l'individuel et le collectif et l'individu tient ses droits de son appartenance au groupe d'origine familiale (d'un ancêtre commun). Il en résulte que les cultures africaines traditionnelles étaient à la fois mythiques et communautaires.

  • 7 Amselle Jean Loup, Logiques métisses, Anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs, Payot ed (...)

24La société africaine a un sens profond du sacré avec une intrication de l'islam et de l'animisme ou du christianisme et de l'animisme selon les régions. Selon Jean Loup Amselle "l’identité ethnique est souvent fonction du statut politique et de l'appartenance religieuse"7. La représentation du monde, de la nature et de l'homme est empreinte de croyances religieuses ; il n'y a pas de séparation tranchée entre magie et religion. La presse écrite accorde une grande place à tout ce qui concerne ces domaines. Les religions chrétiennes aussi bien que l'islam ont introduit le monothéisme mais un syncrétisme s'est opéré sous différentes formes avec l'animisme, les représentations nouvelles et anciennes se mêlant et se superposant plus qu'elles ne s'éliminent.

25Les moyens d'information mais aussi l'école, la vie urbaine mettent l'accent sur l'individu ; qu'il s'agisse du travail scolaire ou de l'activité professionnelle en ville. Même si la pratique des moyens d'information reste collective, souvent, ces médias valorisent des personnes, rendent compte d'actions individuelles, autant que de la vie collective. À l'époque la plus récente, la publicité s'adresse — souvent avec efficacité — à l'individu. Même si les appartenances communautaires restent encore très présentes chez les citadins, la représentation de l'homme que donnent les médias, s'inspire de l'homme individuel. Cette représentation de l'individu se pose actuellement avec acuité, par rapport à la conception plus communautaire, aussi bien dans la formation d’une opinion qui ne soit pas seulement un reflet ethnique ou familial, que dans la défense des droits de l'individu.

3. Les transferts de savoir

26L'acquisition de nouveaux concepts et de nouvelles représentations était un préalable indispensable au transfert de nouvelles connaissances. L'écrit, sous ses différentes formes (livre, presse, affiches...), décuple les capacités d'acquisitions de connaissances des nouvelles techniques dans tous les domaines, qu'il s'agisse de la production, de la santé, de la gestion ou de l'administration. La radio et la télévision peuvent aussi être utilisées à des fins éducatives pour transmettre des connaissances ; toutefois les espoirs mis en elles pour accélérer le transfert de connaissance n'ont pas été comblés. La radio et la télévision scolaires ou éducatives sont apparues comme des compléments, mais non comme des substituts à l'écrit.

27Les médias — principalement l'écrit — furent considérés rapidement comme un moyen de fixer la connaissance sur soi, sur les autres, sur le déroulement de la vie quotidienne. Ainsi, se trouvaient modifiées non seulement la mémorisation et la transmission orale du passé, mais aussi les fonctions sociales se rattachant dans la société traditionnelle à la conservation de la mémoire du groupe.

28Ces transferts de savoir supposaient des pratiques nouvelles de lecture et d'écriture présentées dans le chapitre suivant ; ainsi les médias ont contribué à faire connaître l'organisation des pays, à un nombre très restreint de "lettrés" d'abord, à un plus grand nombre après les indépendances : à transmettre des formes nouvelles de travail, ce fut sensible avec la radio rurale utilisée par exemple depuis trente ans pour lutter contre les feux de brousse. "La radio change la vie rurale", estime le Daily Nation de Nairobi le 27 mars 1996.

29Les médias participent à l'acquisition de nouveaux savoirs, en matière de santé, de développement économique, d'ouverture culturelle ; même s'il s'agit de potentialités qui ne correspondent pas aux espoirs mis en eux.

30Les médias sont devenus le véhicule indispensable de tout transfert de technologie. C'est la raison pour laquelle les politiques de développement comptaient beaucoup sur eux, notamment au lendemain des indépendances, alors même qu'une petite minorité seulement de la population était passée par l'école. Même si un gros effort a été accompli dans le domaine de l'enseignement, il n'a pas toujours entraîné les résultats escomptés et surtout, avec l'élargissement constant du champ des connaissances, l'instruction scolaire ne suffit plus pour toute une vie et les médias sont un lieu d'éducation permanente pour les adultes. Aussi bien dans la presse que dans les émissions de radio et de télévision, il existe une grande diversité entre le divertissement (nous verrons qu'il peut parfois faire pénétrer de nouveaux savoirs), l'information et la mission éducative proposée par certains médias. Sans parler de la radio et de la télévision scolaire conçues comme des instruments du système scolaire, les émissions éducatives et culturelles de la radio et de la télévision se veulent porteuses de savoir et notamment de savoir nouveau. Mais l'information scientifique et technique est d’autant plus riche en connaissances — en Afrique comme ailleurs — qu'elle s'adresse à un public déjà instruit ; c'est le cas de la presse scientifique et technique plus importante en Afrique anglophone, ou des émissions diffusées par radios et télévisions internationales.

31Ces transferts de connaissances et de représentations, surtout sous le poids de la colonisation puis, après les indépendances, de la mondialisation, ont refoulé les savoirs traditionnels longtemps ignorés volontairement par les médias africains. Une évolution récente se dessine cependant, souvent sous l'impulsion de scientifiques occidentaux ; c'est très sensible dans le domaine de la santé, avec la réhabilitation des tradi-praticiens. Les transferts de connaissances ne sont opérants que s'ils pénètrent véritablement les pratiques.

Notes

1 Elungu P.E.A., Tradition africaine et nationalité moderne, Paris, L'Harmattan, 1987, p. 6 et 21.

2 Badie Bertrand, L'Etat importé, L'occidentalisation de Tordre politique, Fayard, 1992.

3 Mazrui Ali A., The Politicai Sociology of the English Language, The Hague, Mouton, 1975 et de même, Dominant Languages in Plural Society : English and Kiswahili in post-Colonial East Africa, International Politicai Science Review, Juillet 1993, p. 275.

4 Mazrui, op. cit.

5 Sur la notion de développement existe une très abondante littérature, cf. Perroux François, Pour une philosophie du nouveau développement, Paris, Aubier/unesco, 1981.
Mowlana H. et Wilson L. J. Communication, technologie et développement, Etudes et documents d'information, no 101, Paris, unesco 1990 et surtout Rist Gilbert, Le développement, histoire d'une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.

6 Tudesq A. J. (sous la direction de), Crises et médias en Afrique Noire, Centre d'Etude des médias, Université de Bordeaux III-cnrs, 1992.
Mahieu F. R., Les fondements de la crise économique en Afrique, Paris, L’Harmattan, 1990.

7 Amselle Jean Loup, Logiques métisses, Anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs, Payot ed., 1990, p. 186.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search