Version classiqueVersion mobile

L’espoir et l’illusion

 | 
André-Jean Tudesq

Première partie. Transferts et ruptures

1. Les transferts de technologie

Texte intégral

1La première technique de communication de la pensée ou de l'information fut l’imprimerie. Mais d'autres techniques avaient été déjà transférées par la communication interpersonnelle : parmi les premières figurent les armes à feu, ce qui modifia les rapports de force au profit des premiers possesseurs africains qui les obtenaient par troc, et qui aggrava les conflits entre groupes ethniques, tout comme la traite, fournissant des prisonniers embarqués par les négriers vers les Antilles, ou l'esclavage se développant dans l'Est de l'Afrique.

2Tous les transferts de technologie reposent sur une communication directe ou interpersonnelle d'abord ; les progrès dans les techniques d'information et de communication ont amplifié les effets des transferts de technologies dans la plupart des aspects de la vie et de l'activité quotidienne.

1. Les techniques de l'écrit

3L'imprimerie avait été une activité très contrôlée dès sa naissance en Europe ; elle le fut tout naturellement dans les colonies. Les premières imprimeries furent la propriété d'autorités coloniales ou de missions religieuses dans les colonies françaises, allemandes ou portugaises au xixe siècle. Des imprimeries privées apparurent plus tôt dans les zones d'influence anglaise. La Compagnie de Sierra Leone, une société de commerce qui administra la région de Freetown avant que celle-ci ne devienne une colonie en 1808 lança une Sierra Leone Gazette en 1801. Le rapatriement d'anciens esclaves afro-américains, déjà instruits et l'action de l'Angleterre dans la lutte contre l'esclavage contribuèrent à donner de l'importance à la langue anglaise comme instrument de communication en Afrique Occidentale. L'imprimeur anglais George Greig était déjà suffisamment établi au Cap pour y lancer en janvier 1824 The South African Commercial Advertiser, premier journal indépendant.

4Les missions protestantes anglaises ou américaines (l'Eglise méthodiste épiscopale de New York) fournirent les premières imprimeries en Afrique Occidentale, à Monrovia au Libéria, en Sierra Leone, en Gold Coast, au Nigéria.

5Des imprimeries indépendantes de l'administration coloniale apparaissent plus tôt dans la zone de langue anglaise. C'est une société religieuse de Boston qui donna une petite presse d'imprimerie à Charles L. Force, un noir américain venu en 1826 à Monrovia lancer The Liberian Herald. Une mission presbytérienne installa en 1846 la première presse d'imprimerie à Calabar au Nigéria et en 1854 le révérend Henry Townsend ouvrit une école d'imprimerie à la mission installée à AbéoKuta.

6En Gold Coast les méthodistes Wesleyiens installèrent à la fin des années cinquante une imprimerie utilisée pour deux journaux Christian Messager et Examiner.

7L'agence Reuter, établie au Cap dès 1876, relia par câble en 1879 Durban à Aden par Zanzibar et le Mozambique, et en 1886 l'Afrique de l'Ouest au Cap par Bathurst, Accra et Lagos.

  • 1 Omu Fred H. Press and Politics in Nigeria 1880-1937, Londres, 1978.
    On trouvera une bibliographie s (...)

8Le développement de l'imprimerie au Nigéria donna aux ouvriers imprimeurs un rôle de promoteurs dans la formation de syndicats. Dès la fin du xixe siècle plusieurs imprimeries privées s'établirent, Samadru Press de John Payne Jackson un homme d'affaires libérien qui lança le Lagos Weekly Review, General Printing Office de Andrew Thomas imprimeur du Lagos Times de Richard Beale Blaize au début des années 1880. L'avance de la presse du Nigéria au xxe siècle repose, en partie, sur l'essor de l'imprimerie déjà bien implantée mais renforcée par la création en 1920 de Tika Tore Press par Akintunde Adeshigbin ; en 1918 il avait renouvelé ses équipements ; tout en conservant sa suprématie, il fut imité dans les années vingt ; un riche marchand Egba, Samuel Herbert Pearse, fonda les Awoboh Press, puis Babamuboni, un libraire, le Tanimola Press, ainsi que plusieurs autres faisant de Lagos un centre important d'imprimerie. Une loi en 1933 accentua le contrôle de l'administration coloniale1.

9La supériorité de la presse dans la zone anglophone se prolongea jusqu'à nos jours. En Afrique du Sud, les progrès de l'imprimerie suivent de près les innovations en Europe au milieu et dans le troisième quart du xxe siècle ; ils donnent aux journaux et aux magazines une présentation comparable à celle des pays occidentaux, par exemple le mensuel Drum de Jim Bailey qui dirigeait le groupe SAAN (South African Associated Newspapers), possesseur de plusieurs journaux dont le Sunday Times créé en 1906, qui tirait déjà à 478 000 exemplaires en 1971. Ce groupe et le groupe Argus remontant à la fin du xixe siècle, comptant parmi ses principaux actionnaires l'Anglo-American Corporation qui installe dès 1893 une imprimerie moderne avec rotative et linotype pour le quotidien The Star, dominaient la presse de langue anglaise dont nous verrons plus loin l'action contre la politique de l'apartheid. Ils disposaient des moyens financiers permettant de suivre la modernisation de l'imprimerie. Il en fut de même au Kenya avec des capitaux anglais ou indiens.

10La presse du Nigéria, possédée depuis plus longtemps par des Noirs, profita des relations établies surtout après la Deuxième Guerre mondiale entre organisations politiques et organisations bancaires pour servir de lien entre les deux. Ainsi le NCNC (National Council of Nigeria and Cameroon) d'Azikiwe, le futur premier président du Nigéria, et l'Action Group du chef Awolowo disposaient des moyens pour imprimer des journaux avec des tirages dépassant 100 000 exemplaires. Le groupe britannique du Mirror investit après la guerre dans plusieurs journaux de l'Afrique occidentale jusqu'au début des années soixante-dix. En 1973 le Daily Times du Nigéria paraissait avec 28 pages et tirait à 200 000 exemplaires. Le 11 juin 1973, le Daily Times présentait son nouvel équipement d'imprimerie, l'utilisation de machines ibm et de calculateurs électroniques. Certes, on trouve aussi une grande diversité des types d'imprimeries de presse en Afrique anglophone. Mais son antériorité dans l'adoption des techniques de l'imprimerie est manifeste.

11Pénétrant plus tardivement dans la zone d'influence française, (en 1865 à Saint Louis au Sénégal), l'imprimerie y fut plus longtemps très contrôlée sous la colonisation et ensuite par les États. Si quelques journaux comme Fraternité-Matin à Abidjan, le Soleil à Dakar, Cameroon Tribune bénéficièrent d'installations modernes dans les années 1970, longtemps subsistèrent des moyens de duplication, surtout pour la presse rurale.

  • 2 Sur la pénétration de la publicité au Nigeria cf. Dayo Duyile, Media and Mass Communication in Nig (...)

12Il faut associer aux technique de l'écrit, la publicité qui s'est développée plus vite dans les pays où la presse était plus libre, en Afrique du Sud et au Nigéria. Dans ce dernier pays, la publicité gouvernementale fut une ressource pour plusieurs journaux à l'époque coloniale, notamment au Daily Times à partir de 1926. Si la publicité par les commerçants indigènes ne se répandit que lentement entre les deux guerres mondiales, la publicité par les firmes européennes s'accrut sensiblement d'abord dans le Daily Times puis dans le Daily Telegraph. L'importance de la publicité dans la presse anglophone d’Afrique — comparativement à sa faible et tardive pénétration ailleurs — contribua, avec d'autres facteurs à l'essor de l'imprimerie. Il en fut de même pour la publication des livres2.

13La presse continua à bénéficier des progrès techniques ; ceux-ci sont plus rapidement diffusés qu'auparavant dans les zones périphériques qui ne participent pas directement à l'élaboration de ces progrès. Dès mars 1984, Multipress qui imprime le quotidien l'Union au Gabon, bénéficie d'une rotative offset et d'un matériel électronique pour la photocomposition ; en 1992, seize Macintosh de la salle de rédaction de l'Union offrent la possibilité de transmettre directement les textes des journalistes aux ordinateurs de l'imprimerie. Les nouvelles techniques de la pao (Publication Assistée par Ordinateur) ont permis l'éclosion de la nouvelle presse, en réduisant les coûts de fabrication pour un tirage plus modeste que le système des rotatives. Mais si les nouvelles techniques pénètrent plus rapidement, c'est aussi de façon très inégale selon les pays et à l'intérieur de ceux-ci. Même si les équipements les plus récents, miniaturisés, sont moins coûteux, les problèmes de gestion deviennent de plus en plus importants, dès lors qu'il ne s'agit plus de médias d'État.

2. Les techniques de la radio et de la télévision

14Les transferts de technique se sont multipliés avec le développement de la recherche et des progrès scientifiques et — surtout dans les domaines de l'information et de la communication — avec les corrélations établies entre des secteurs auparavant séparés comme les télécommunications et l'informatique. Les techniques de plus en plus sophistiquées accentuent la dépendance de l'Afrique envers les producteurs les plus performants. La baisse des coûts de production de matériel est fatale aux initiatives locales de fabrication ; c'est le cas pour la radio.

15La radio et la télévision représentent des transferts de technologie beaucoup plus sophistiqués. La maîtrise des ondes tropicales est complexe et nécessite des changements de fréquence et de longueur d'onde au cours de la journée. L'établissement des postes émetteurs fut la première préoccupation avec une avance sensible de la zone anglaise (en 1928 au Kenya, en 1931 en Sierra Leone, en 1938 en Gold Coast, fin 1935 au Nigéria sans parler de l'Afrique du Sud où — après une première installation en 1924 — la sabc fut établie en 1936) ; du côté francophone, les postes émetteurs apparurent à Madagascar en 1931, à Brazzaville en 1936, à Léopoldville (Kinshasa) en 1937 et à Dakar en 1939. Ils se multiplièrent dès la fin de la Deuxième Guerre mondiale ; quant aux récepteurs, ils appartinrent tout d'abord à des populations d'origine européenne, puis à des écoles ou à des missions. Le coût des postes récepteurs restait trop élevé pour la population africaine. Dans plusieurs colonies anglaises, au Ghana, au Nigéria, fut utilisée la radio distribution à fil qui nécessitait des récepteurs moins chers mais ne permettait d'écouter que les émissions d'un seul poste local.

16Les Anglais firent exécuter à Londres un modèle de poste récepteur pour région non électrifiée alimenté par des piles servant pendant 300 heures. Les parcs récepteurs, en dépit des disparités régionales, restèrent très modestes jusqu'à l'apparition des postes transistors. Les essais de technologies appropriées tentés pour la radio, avec la fabrication par exemple d'un récepteur transistorisé, le Wapi en Côte d'ivoire dans les années soixante, ne furent pas probants. Les Japonais après 1969 sont devenus les maîtres du marché des postes récepteurs. Les progrès techniques rapides ont rendu très vite obsolètes les premiers équipements. Les petits postes transistors opérèrent une véritable révolution des médias. Le parc des postes récepteurs décupla en quelques années.

  • 3 Sur les innovations techniques et la pénétration des nouvelles technologies cf. La radiodiffusion (...)

17La maintenance des installations émettrices, le marché et le renouvellement des piles pour les récepteurs accentuent les contraintes techniques. La couverture radiophonique complète des territoires nécessita la multiplication des émetteurs. Les radios africaines ont suivi les progrès des techniques de la radio, l'usage des satellites avec les stations terriennes, la modulation de fréquence, depuis la fin des années quatre-vingt. L'évolution technologique a largement contribué à faire recevoir la radio chez les ruraux3.

  • 4 Broyet R. et Desmarest X, Le développement des réseaux MMDS en Afrique, TDF, janvier 1995.

18Le caractère stratégique des installations radiophoniques — élément essentiel dans les coups d'État ou les mouvements révolutionnaires — s'est étendu à la télévision. Par exemple, la télévision zaïroise est passée en 1982 de la production sur film à la production vidéo. De diffusion encore principalement urbaine, la télévision connaît des perfectionnements techniques incessants et donc des transferts de technologies constants. Elle génère aussi des transferts de technologies de toute nature, comme les satellites mais aussi l’énergie solaire, dans la mesure où l'électrification reste nécessaire à sa réception, et où les postes récepteurs transistors équivalents aux récepteurs radios restent quasi complètement absents. La technique mmds est un transfert récent qui est en voie de révolutionner la télévision en Afrique4. Le mmds (Multipoint Multichannel Distribution Service) assure une distribution de programmes de télévision par voie hertzienne à partir d'un site d'émission central : celui-ci est sur le même lieu qu'une tête de réseau qui reçoit par une antenne satellite parabolique des programmes ou lui est relié par un câble ; de ce site les programmes sont envoyés, dans un espace délimité, à différents sites munis d'une antenne de réception d'un faible coût par rapport à celui d'une parabole. Implanté dès 1988 au Gabon et dès 1991 au Nigéria, le mmds s'est développé à partir de 1993 au Mali, au Sénégal, au Bénin, financé par l'Agence Canadienne de Développement international, acdi, pour faciliter la réception de TV 5.

19Au Nigéria, 13 réseaux de distribution mmds ont été autorisés, trois existent à Lagos depuis 1995, dont Multichoice l'opérateur sud-africain. Panafnet (Pan African Rebroadcasting Network) en a installé au Ghana, au Togo, en Guinée Bissau et au Burkina Faso en 1995.

20Si la télévision, même installée depuis 30 ans dans certains pays, ne s'est développée que plus récemment, le magnétoscope et la vidéo ont fait une irruption plus rapide qu’on aurait pu le penser dans des pays à faible revenu. Avec la réception très communautaire (vingt ou trente personnes regardant parfois le même téléviseur) la télévision est devenue un transfert de technologie pratiqué dans les capitales africaines.

3. Télécommunication et satellites

21Bien que plus faiblement répandues que dans le reste du monde (en 1994 l'Afrique avec 12 % de la population mondiale n'avait que 2 % des lignes téléphoniques), les télécommunications représentent un transfert de technique relativement ancien. Dès la fin du xixe siècle, un réseau de télégraphie aérien et sous-marin est installé sous le contrôle de l'administration coloniale utilisé par des officiels et des négociants d'origine européenne ; ce sont aussi les utilisateurs des premiers réseaux de télégraphie sans fil à la veille de la Première Guerre mondiale. Dans la zone française, l’administration des ptt ouvre des liaisons radiotélégraphiques bilatérales avec la France à Tananarive et à Bamako en novembre 1924, à Brazzaville en 1927, à Dakar en janvier 1932 seulement, en raison de l'usure du câble sous-marin Brest-Dakar. La lenteur du développement en France se répercute sur son domaine colonial africain. L'équipement en téléphone de l'Afrique subsaharienne a connu, jusqu'à nos jours, un très sensible retard et fut longtemps affecté d'une faiblesse des lignes internationales, les communications téléphoniques entre villes africaines passant par Paris ou par Londres. De nos jours encore, une communication téléphonique de Dakar à Lusaka transite par Banjul et par Londres.

22Dès novembre 1978 un colloque international mais surtout franco-africain s'était tenu à Abidjan sur "La télécommunication par satellite". L'équipement de l'Afrique en téléphone était alors précaire.

  • 5 Rapport de la Conférence spéciale des ministres chargés des Télécommunications sur l'étude de fais (...)

23Les satellites de télécommunication ont permis une amélioration (lente) de l'équipement en téléphone. En 1990, l'équipement en lignes principales concernait 9,03 % de la population en Afrique du Sud, 5,1 % à l'île Maurice ; l'Afrique du Sud avec environ 5 300 000 téléphones installés, possède 39 % des lignes africaines, presque toutes en numérique et fibre optique ; partout ailleurs l'équipement était bien plus faible, les moins mal pourvus étaient le Zimbabwe (1,33 %), le Botswana et le Swaziland (1,5 %), le Gabon (0,8 %), le Congo, le Kenya et la Zambie (0,7 %) ; les pourcentages étaient très faibles au Mali, au Niger, au Rwanda, en Ouganda (de l'ordre de 0,1 %). Ils progressent passant en 1995, à 13,1 % à l'île Maurice, à 3,03 % au Gabon. Le retard demeure toutefois manifeste. Le projet rascom (Regional African Satellite Community) vise actuellement une meilleure utilisation des satellites d'intelsat plutôt que le lancement d'un satellite africain5. Ces satellites ont aussi, dans un premier temps, facilité le monitoring de séquences d'information télévisée. Les progrès de la télévision directe par satellite ont surtout été utilisés dans l'Afrique occidentale francophone pour la réception de Canal France International et de TV5 Europe.

  • 6 Ondobo Claude, L'Afrique dans les enjeux mondiaux de la Communication, in Communication en Afrique (...)

24Quinze satellites au moins couvrent en 1992 l'Afrique subsaharienne, diffusant plus de 50 programmes de télévision, le plus grand nombre en anglais ou en arabe, ensuite en français mais aussi en portugais et en espagnol ; Intelsat 512 véhicule une chaîne en français et en haoussa, Stationar 4 une chaîne en malgache, Intelsat 507 une chaîne en amharic et Intelsat 602 une chaîne cryptée en afrikaans6.

25En 1995, en Zambie, 33 000 possesseurs de téléviseurs recevaient Mnet par satellite avec un décodeur soit par une antenne parabolique soit en adhérant à un réseau : rbr , cnn , mbc , bbc , Supersport pouvaient aussi être captés.

26L'Afrique du Sud, depuis août 1995, avec le lancement du satellite pas-4 utilise le Ku-band. Orbicom, une filiale de Multi-choice, a aussi introduit la télévision numérique diffusée par ce satellite. L'importance reconnue aux télécommunications dans le développement accélère leur transfert en Afrique ; att associé à Siemens, à l'initiative de l’uit (Union internationale des télécommunications), met en place Africa One, un câble de fibre optique qui doit multiplier les capacités téléphoniques mais aussi les canaux de télévision.

  • 7 Juret Valérie, La télédétection spatiale en France : Spot. Mémoire de I'IFP, Université de Paris I (...)

27La télédétection résultant des satellites militaires et scientifiques, multipliant des photographies de plus en plus précises et transmettant des images numérisées, a permis un progrès considérable dans la connaissance de l'Afrique noire. C'est le cas du satellite français Spot, lancé en 1986, dont les données recueillies à Issus-Aussaguel près de Toulouse et à Kiruna au nord de la Suède, permettent de suivre l'évolution des récoltes, de prévenir les invasions de sauterelles, de surveiller les forêts, de repérer les zones d'érosion ou d’inondation7.

  • 8 The Internet and The South : Superhighway or Dirt-track ? Institut Panos, 1995.

28Un autre aspect concerne Internet. Moins de dix pays en Afrique étaient connectés à la fin de 1995, sur les 168 branchés sur ce réseau. Ils étaient déjà vingt à la fin de 1996. Même restreint, ce transfert de technologie est cependant en cours, freiné par le faible développement du téléphone (35 pays d'Afrique ont moins d'une ligne pour 100 habitants)8.

29Africa on line, un service de la société américaine Prodigy, offre les accès à Internet de l'Ouganda à la Tanzanie ainsi qu'au Ghana et en Côte d'ivoire. Un opérateur Zamnet permet l'accès à Internet à 1 100 usagers en Zambie en janvier 1997. Déjà des hôpitaux de Zambie connectés à Internet peuvent accéder à l'information médicale de pays du Nord. Des organisations non gouvernementales facilitent la connexion avec Internet au Ghana et en Tanzanie. Dans la zone francophone, l’aupelf (Association des Universités de langue française) a installé des points Syfed de consultation à Dakar, Cotonou et Abidjan.

30Les technologies les plus nouvelles se transfèrent parfois le plus rapidement. C'est le cas du téléphone cellulaire implanté début 1995 dans des pays comme l'Angola, le Nigéria ou le Zaïre, précisément en raison de l'insécurité qui rend précaire la communication téléphonique par ligne.

31Les transferts de technologie ont davantage consisté en un transfert de connaissances pour utiliser les nouvelles techniques et les équipements importés qu'en un transfert de connaissances pour produire ces techniques. Mais une évolution commence à se produire dans un des domaines les plus nouveaux, celui de l'informatique ; citons l'exemple du professeur O.U. Mobison de l'Université de technologie d'Anambra au Nigeria, formé au mit de Boston, concevant de nouveaux ordinateurs, ou celui de Bisengimana Rwema au Zaïre, produisant des ordinateurs par assemblage de composants importés de Hong-Kong, mais créant ensuite des logiciels, ou encore celui de Galaxie informatique une société du Gabon mettant au point un logiciel de reconnaissance de signature. Il existe certes des différences selon les pays ; l’afrique du Sud est la seule à posséder une industrie électronique comparable à celle des pays occidentaux. Des pays comme le Nigéria ou la Côte d'ivoire forment des ingénieurs en mesure d'exprimer les besoins technologiques et pas seulement d'organiser la consommation de technologie.

32Les transferts de technologie impliquent des importations d'équipements et de matériaux, et une dépendance que nous analyserons plus loin. Mais surtout ils induisent une mondialisation et une uniformatisation rapide des techniques reproduisant la culture des pays d'origine.

Notes

1 Omu Fred H. Press and Politics in Nigeria 1880-1937, Londres, 1978.
On trouvera une bibliographie sur l'histoire de la presse écrite en Afrique dans notre livre Feuilles d'Afrique.

2 Sur la pénétration de la publicité au Nigeria cf. Dayo Duyile, Media and Mass Communication in Nigeria, 1979. Cf. aussi Missé-Missé, Le développement de la publicité en Afrique francophone dans les années 80 : le cas du Cameroun, Thèse de doctorat de l'Université de Grenoble III, 1993.

3 Sur les innovations techniques et la pénétration des nouvelles technologies cf. La radiodiffusion sonore et la télévision, Paris, TDF, 1983.

4 Broyet R. et Desmarest X, Le développement des réseaux MMDS en Afrique, TDF, janvier 1995.

5 Rapport de la Conférence spéciale des ministres chargés des Télécommunications sur l'étude de faisabilité rascom, Abuja, février 1991.

6 Ondobo Claude, L'Afrique dans les enjeux mondiaux de la Communication, in Communication en Afrique à l'âge postmoderne, Louvain La Neuve, Academia, 1992, cf. aussi African Television Leaps to Satellite Age, Screen Digest, December 1995, p. 273-276.

7 Juret Valérie, La télédétection spatiale en France : Spot. Mémoire de I'IFP, Université de Paris II, 1988.

8 The Internet and The South : Superhighway or Dirt-track ? Institut Panos, 1995.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search