Version classiqueVersion mobile

L’espoir et l’illusion

 | 
André-Jean Tudesq

Première partie. Transferts et ruptures

Transferts et ruptures

Texte intégral

1Les transferts sont toujours liés à des individus, isolés ou en groupe. Les transferts de population ont abouti parfois à l'élimination totale ou partielle des peuples déjà établis (en Amérique), ou à leur marginalisation (en Australie). Les progrès de la navigation rendirent possible ces transferts par bateaux qui ne concernaient qu'un nombre limité de voyageurs Des sentiments contradictoires animaient les Européens qui s'établirent les premiers sur les pourtours de l’Afrique : l'évangélisation ou le désir de connaître des terres inconnues, mais aussi la soif de s'enrichir, même en réduisant en esclavage des populations qui ne disposaient pas d'armes comparables à celles des Européens ou le désir de prendre possession de points stratégiques pour la navigation.

2Les transferts se cumulent et, par leur addition, se valorisent. Les transferts des techniques, apportées par les nouveaux arrivants introduisent de nouvelles pratiques en même temps que de nouvelles connaissances. La lenteur des déplacements, le faible nombre des nouveaux venus, le cloisonnement des populations autochtones dans une nature et une végétation, qui, souvent isolaient des groupes restreints, limitèrent longtemps la portée de ces transferts. Le mouvement ne s'accéléra qu’à la fin du xixe siècle au moment où l'expansion coloniale des Européens, en rapport avec l'évolution technique, industrielle et politique de leurs sociétés, les amena à se partager l'Afrique.

3Les transferts des techniques mais aussi des idées, des connaissances, des comportements, se multiplièrent au xxe siècle. Les communications matérielles furent décuplées, alors que les communications de la pensée, puis de la parole et plus tard de l'image atteignaient directement les Africains. C'est à partir de la Deuxième Guerre mondiale seulement que l'on peut parler de rupture, qui survint même plus tard, pour la plupart des Africains ; longtemps, la très grande majorité ne fut affectée qu'indirectement par les transferts que provoquaient l'écrit et la presse et leurs effets sur une minorité restreinte certes mais dont l'influence s'accrut peu à peu jusqu'aux indépendances des années soixante.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search