Version classiqueVersion mobile

L’espoir et l’illusion

 | 
André-Jean Tudesq

Introduction

Texte intégral

1Que la rumeur, ce puissant moyen de diffuser des nouvelles (vraies ou fausses), s'appelle Radio Trottoir ou Radio CanCan en Afrique, montre bien que les médias font partie désormais de la vie quotidienne africaine. Les images d'un paysan écoutant un transistor dans la brousse, d'un enfant vendant un journal à un carrefour, d'un groupe agglutiné autour d'un téléviseur en sont d'autres illustrations.

2Les médias, comme la langue d'Esope, expriment le meilleur et le pire. Produits d'une culture dans laquelle ils ont pris naissance, ils sont dans les pays occidentaux le résultat d'un façonnement de quatre siècles pour la presse écrite et de trois quarts de siècle pour la radio. En Afrique subsaharienne, même s'il existe des journaux depuis près de deux siècles et des radios depuis plus d'un demi-siècle, même si la télévision s'est implantée avec un moindre décalage par rapport aux pays industriels, ces médias représentent des transferts dont les premiers bénéficiaires ont été des populations d'origine européenne implantées plus ou moins durablement. Mais à la différence des autres techniques modernes importées qui ont parfois transformé profondément la vie, l'habitat, la santé des Africains, les médias représentent un transfert de technologie qui affecte les mentalités et conditionne les autres transferts. Ils ont fait pénétrer des cultures étrangères dans la conscience individuelle et collective des Africains. L'introduction d'apports étrangers est un élément de modernisation, mais il faut que la culture locale trouve en elle-même les moyens d'assimiler les éléments nouveaux.

3L'acculturation présente, dans l'histoire, des exemples de progrès et de renversement de situation, mais ceux-ci n'ont jamais été obtenus sans crise ni perturbation.

  • 1 On trouvera une présentation historique et contemporaine dans nos livres : La radio en Afrique Noi (...)

4L'étude des trois principaux médias en Afrique subsaharienne nous a conduit à une réflexion sur leur place dans les sociétés africaines1. Il ne s’agit ni d'une appréciation morale qui supposerait des critères universellement reconnus de la production et des usages des médias, ni d'une évaluation dont les résultats différeraient selon qu'on envisagerait la production, la diffusion ou la réception des médias. Toute problématique présuppose une approche autant idéologique qu'épistémologique, la seconde servant souvent à masquer la première ; les méthodes d'analyse réputées les plus performantes ne s'appuient fréquemment que sur un domaine d'investigation très restreint ou enferment les réalités dans des cadres préétablis qui n'en retiennent qu'une partie.

5L'interprétation de la réalité suppose au préalable une connaissance précise de ses différentes faces. Notre propos n'est pas de passer les médias africains au crible des différentes théories de l'information, conçues pour d’autres espaces. C'est à partir d'une connaissance historique (d'une histoire qui s'étend jusqu'au présent), se sachant affectée de relativité, de la situation des médias que nous voudrions dresser un bilan à la fin du xxe siècle. Tout bilan est destiné à être périmé dès qu'il est établi, mais il permet les comparaisons ultérieures et les prises de conscience de ses lacunes. Nous voudrions dans une première partie dresser un constat des transferts et ruptures que les médias ont représentés dans les sociétés africaines, qu'ils représentent encore mais ne représenteront plus dans deux ou trois générations.

6En les analysant comme porteurs d'espérance et en étudiant leurs effets pervers, nous ne cherchons pas à distinguer l'actif et le passif, le positif et le négatif, mais à présenter les deux faces contradictoires et néanmoins solidaires de leur réalité et de l'image qu’ils ont dans les sociétés africaines aujourd'hui ; elles ne se maintiendront pas inévitablement et les analyser ne signifie pas qu'on songe à les pérenniser, mais les professionnels des médias aussi bien que leurs utilisateurs doivent prendre conscience que ces deux faces sont intimement liées et que n'en retenir qu'une fausse la réalité.

  • 2 C'est le cas notamment des rencontres organisées par l'Institut Panos qui ont donné lieu à plusieu (...)

7Nous ne nous cachons pas les difficultés de l'entreprise. L'Afrique subsaharienne ne rassemble pas un ensemble homogène ; facteurs historiques et géographiques, traditions ancestrales ou religieuses donnent des physionomies originales qui ne se conserveront pas nécessairement indéfiniment mais qui doivent mettre en garde contre toute généralisation hâtive. Inversement, les mêmes situations se retrouvent souvent d'un pays à un autre ; les clivages par région sont souvent plus importants entre !a métropole et le reste du pays que des deux côtés d'une frontière. De grands ensembles s'étaient constitués à l'époque de la colonisation ; au moment des indépendances, s'est substitué un morcellement qui a pu friser parfois une balkanisation. Ni la situation qui en est résultée, ni les tentatives d'organisations régionales englobant plusieurs États n'ont entraîné un développement de l'Afrique subsaharienne à la hauteur des espérances et du discours sur ce sujet. C'est même un des aspects de la crise africaine que l'essoufflement ou l'effondrement des modèles établis depuis trente ans. L'internationalisation et la libéralisation (relative) des médias peuvent susciter de nouvelles relations, voire de nouvelles solidarités. Ainsi assiste-t-on depuis quelques années, à des contacts plus fréquents entre les Afriques anglophones, francophones et lusophones2. Les évolutions, qu'elles soient meurtrières ou pacifiques, impliquent les médias et amènent aussi à repenser leur action, tant antérieure que présente.

8Si l'étude des médias dans un seul pays devient maintenant de plus en plus une recherche autochtone, un regard extérieur permet une plus grande distance aussi bien face aux antagonismes qui peuvent exister entre États qu'aux engagements opposés en leur sein. Mais peu à peu avec l'appropriation des médias par les Africains, la documentation sur leurs médias se trouvera de plus en plus en Afrique même ; ce n'est pas encore le cas, aussi bien sur les infrastructures des médias que sur leur réception ; c’est à Londres ou à Paris que se retrouve l'essentiel des sources, parfois même la conservation des contenus.

9La réflexion sur les médias en Afrique subsaharienne se heurte à deux types principaux de difficultés. D'abord il s'agit d'un secteur en perpétuelle évolution, du fait de l'accélération des progrès techniques constatée dans le monde entier, mais aussi en raison des mutations en cours dans des pays où la télévision est encore loin d'être implantée partout ; l'alphabétisation progresse rapidement, mais l'écrit et notamment la presse ont encore à atteindre la moitié de la population dans beaucoup de pays. D'autre part le contenu des médias est très inégalement conservé et consultable. La consultation de la presse écrite à Bruxelles, à Londres et à Paris est parfois plus aisée que dans les capitales africaines.

10J'ai toujours privilégié la recherche documentaire et l'analyse du contenu des médias sur des problématiques et des théories élaborées a priori. Mais toute démarche implique consciemment ou non une problématique. Ma réflexion présente s'inscrit nécessairement dans une perspective systémique. On ne peut séparer les médias des sociétés dans lesquelles ils fonctionnent ; ils ne forment nullement un système autonome, mais participent à la fois aux systèmes politique, économique, culturel d'une société, trois systèmes imbriqués les uns dans les autres mais n'évoluant pas au même rythme. L'approche fonctionnaliste, résumée dans le triple objectif informer, cultiver et distraire, correspond à une préoccupation normative ; l'échec des espoirs mis dans les moyens audiovisuels (avec la bénédiction de l’unesco et de sociologues américains) qui devaient permettre aux sociétés africaines de rattraper leur retard dû à l'analphabétisme, en montre les limites. Les outils méthodologiques forgés pour l'analyse des médias en Occident souvent ne me semblent pas adaptés. Par exemple le concept d'espace public me semble inopérant pour des sociétés dans lesquelles la séparation entre public et privé, entre ce qui est religieux et ce qui est laïc est souvent inexistante.

11Mon propos est donc surtout de présenter un questionnement des médias, en tenant compte des corrélations et non de donner une interprétation de la situation des médias en Afrique, d'abord parce qu'il y a plusieurs situations. La description, selon une méthode historique et anthropologique, fait déjà suffisamment ressortir les différences pour éviter les généralisations abusives. Dans la trilogie structures-contenus-publics, c'est l'approche par les publics qui me semble prioritaire, que l'on considère que les structures et les contenus conditionnent les publics ou que l'on pense que les publics s'approprient à leur manière les médias.

12Il s'agit donc de dresser un bilan (par définition provisoire) et de fixer les caractères des médias à la fin du xxe siècle, pour des comparaisons ultérieures. Pendant près de ses deux premiers tiers, ce siècle a vu se développer la dépendance coloniale, et les médias au fur et à mesure de leur apparition ont été les instruments de cette dépendance mais aussi les introducteurs d'idées nouvelles et les moyens d'expression d'une volonté d'émancipation. L'observation des médias comme indicateurs des sociétés passe par l'analyse de leur contenu ; nous aurons donc à présenter des études ou des méthodes à utiliser. Susciter des recherches dans une perspective comparatiste dans plusieurs pays africains est un moyen de développer une meilleure compréhension des réalités et des différences interafricaines.

13Une page se tourne avec la fin d'un siècle qui connut à la fois colonisation et la décolonisation de l'Afrique, périodes décisives dans la vie d'un homme, étape transitoire dans les mutations des sociétés à travers les siècles. La mise en perspective historique dégage l'étude des médias des a priori éthiques ou idéologiques. La relativité de la connaissance historique doit nous mettre en garde contre tout amalgame entre des époques et des situations trop différentes. La place prise par les médias en Afrique subsaharienne est inégale et récente ; elle a toujours été et elle reste liée à des influences extra-continentales, surtout celle de la presse écrite et de la télévision. C'est à partir de la radio que les médias se sont vraiment implantés en Afrique et c'est la radio qui s'est le mieux africanisée. Miroirs, déformés et déformants certes, les médias africains n'en représentent pas moins aujourd'hui l'indicateur le mieux observable de l'évolution des sociétés africaines ; à nous de savoir les interroger : "S'il n'y a pas eu de question — écrivait Gaston Bachelard — il ne peut y avoir connaissance scientifique".

Notes

1 On trouvera une présentation historique et contemporaine dans nos livres : La radio en Afrique Noire, Paris : éd. Pédone, Centre d'Étude d'Afrique Noire, 1983, 312 p.
L'Afrique Noire et ses télévisions, Paris : Anthropos-INA, 1992, 340 p.
Feuilles d'Afrique, Talence, Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1995,362 p.

2 C'est le cas notamment des rencontres organisées par l'Institut Panos qui ont donné lieu à plusieurs publications (cf. bibliographie).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search