Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Quatrième partie : Afrique nouvelle et les dirigeants

Fin

Texte intégral

1Dans la palette de la production africaine, Afrique Nouvelle justifie son nom, dans la mesure où, comme l'avait déjà prouvé J.-R. de Benoist pour les années cinquante-soixante, elle a joué un grand rôle dans la formation d'une opinion favorable à une évolution du continent vers une autonomie — voire une indépendance — par rapport aux métropoles. Mgr Dupont, en faisant le récit de la gestation de la revue pour le numéro spécial 30e anniversaire, attribue son succès immédiat au fait que, dans la foulée de la conférence de Brazzaville, "toute publication qui soufflerait un peu dans ce sens (des perspectives d'indépendance) était assurée du succès chez les Africains". Et que son "orthodoxie religieuse (...) jamais prise en défaut (...) rendait d'autant plus vigoureuses les positions politiques courageuses de la revue".

  • 1 Cette idée est exprimée par A. Gnonlonfoun dans le spécial 30e anniversaire, p. 19.

2Plus tard, elle a essayé de promouvoir une Afrique adulte, consciente de ses problèmes mais les prenant à bras le corps. Elle l'a fait avec un ton original, souvent aux allures de réquisitoire passionné, mais sans jamais manier l'invective gratuite, avec la plupart du temps une grande tolérance malgré la rigueur de ses convictions1.

3Sa disparition est-elle une preuve d'échec ? En étudiant sa gestion et ses prises de position, on peut se demander si elle n'a pas fait trop peu d'efforts pour se débarrasser de ses rêves de jeunesse. L'utopie est omniprésente dans ses pages.

  • 2 Pour la période pré-coloniale voir le mémoire de maîtrise de Florence Bernault-Boswell résumé dans (...)

4Pourtant, la parenté avec les autres publications du même type est flagrante. Avec des hebdomadaires, catholiques, en français, réalisés en Afrique. Le choix de cette périodicité s'est imposé, compte tenu des distances, pour avoir une diffusion un peu étendue. En Afrique de l'Est la longévité des publications est encore plus brève. Ou tout au moins, chaque titre a laissé la place à un autre, rapidement. C'est ainsi que Temps Nouveaux d'Afrique a une dénomination à peu près identique ; la qualité et la matière étaient très voisines de celle d'Afrique Nouvelle, mis à part ce qui concerne les rapports avec l'Islam, peu répandu là-bas. Né de la fusion de L’Ami rwandais et de L’Aurore congolais, il n'a duré que de 1954 à 1962 et a cédé la place à deux revues à périodicité moins rapprochée : le bimensuel Burundi Chrétien et le mensuel du Rwanda Culture Chrétienne. Le seul à connaître un destin un peu semblable est La Semaine de l’AEF2 (La Semaine africaine en 1961) à Brazzaville qui "a été un élément de contestation et d’éducation politique des Aéfiens, tout en restant intégré au système colonial français". Un projet de fusion aurait même été envisagé avec Afrique Nouvelle par Mgr Lefebvre en 1953. Seule différence qu’y voit Florence Bernault, c'est que La Semaine "n'ouvrit pas ses colonnes, sous prétexte d’impartialité et de modération, à l'intervention d’hommes politiques". Et que la prééminence d'Afrique Nouvelle était indéniable. Le R Le Gall, fondateur de La Semaine, écrivait le 18 mars 1962 "nous sommes le second journal d’Afrique d’expression française par notre tirage et le public français nous ignore à peu près complètement. L’on ne parle que d’Afrique Nouvelle". Pourtant, le second a survécu au premier ! Autre concurrent né en 1955, L’Effort camerounais, qui connut également une longue suspension dans les années soixante-dix à la suite de problèmes financiers. Lui aussi a survécu, même s'il a dû déménager de Yaoundé à Douala.

Crise de la presse

  • 3 Alex Zubek, La galaxie des media catholiques, 30 J, no 3, décembre 1987 p. 13.

5Mais il y a bien une "crise de l’information catholique en Afrique"3 dont Afrique Nouvelle est un exemple. L'absence de stratégie d'ensemble, la dispersion des efforts, voire même la rivalité entre productions du même type ont certainement eu leur rôle. Les directeurs de l'Effort Camerounais, la Semaine de l'A.E.F., la Voix de l’Oubangui et d’Afrique Nouvelle se sont ainsi réunis en 1957 à Yaoundé pour établir une coopération. En fait, compte tenu de tous les paramètres, ils ne purent se mettre d’accord que sur l'envoi bimensuel d'une chronique de l’actualité africaine en France par un correspondant permanent à Paris, pris partiellement en charge par l'Association Nationale des Périodiques Catholiques.

  • 4 Afrique Documents, op. cit., p. 182.

6La concurrence avec les publications extra-africaines a aussi été rude. Déjà, en 1962, le P. de Benoist faisait remarquer que "tout le matériel, machines, encres paie de lourdes taxes à l’entrée en Afrique Occidentale, alors que les publications imprimées en France sont dispensées des droits de douanes"4. De plus, les nouvelles surtaxes postales aériennes risquaient de faire disparaître les journaux qui voulaient avoir une diffusion sur toute l'Afrique Occidentale. Et il en appelait à L'Union Postale Universelle pour qu'elle étudie ce problème propre aux à "des zones sous-développées et sous-peuplées". Ce n'est qu'en 1991 que l'État sénégalais a accordé une subvention de 50 millions de F CFA à la presse indépendante. Trop tard pour Afrique Nouvelle  !

  • 5 Palmarès de la presse francophone, Jeune Afrique, no 1378, 3 juin 1987, p. 12.

7D'une façon plus large, la rigidification des frontières et la montée parallèle des nationalismes ont joué contre Afrique Nouvelle. Ces phénomènes se sont conjugués, paradoxalement, avec la vogue des radios étrangères puis de la télévision et de Jeune Afrique, qui servaient de référence, pour multiplier les difficultés de la presse locale. L'hebdomadaire a même fait de la publicité pour son concurrent ! Un encart le 23 août 1963 disait qu'il avait 6 000 abonnés à Dakar, Conakry ou Dar-Es-Salam et que "500 000 Africains (le) lisent chaque semaine". Au moment même de la disparition de notre revue, Jeune Afrique écoulait 4 474 exemplaires pour le seul Sénégal (23 608 en Côte d'ivoire, 2 495 au Mali...) et Afrique Asie 1 000 exemplaires, pour ne parler que de ces deux publications. En Afrique subsaharienne, les ventes totales de Jeune Afrique s'élevaient à 110 712 exemplaires auxquelles il fallait ajouter 52 509 Jeune Afrique Magazine !5 Or, il est incontestable que, mise à part la rubrique religieuse, il y a une parenté entre les deux périodiques, dans le choix des sujets traités comme dans un certain nombre de prises de position. Mais la présentation matérielle et le prestige sont à l'avantage de la revue parisienne.

  • 6 Depuis 1993 il est devenu quotidien cf. Geneviève Fidani, La presse en crise de... croissance, Jeu (...)
  • 7 Voir Bruno Fafeur, Presse comment toucher le public africain ? Jeune Afrique, no 1481, 24 mai 1989 (...)

8Il faudrait ajouter la concurrence d'hebdomadaires moins proches mais indéniablement appréciés : Paris-Match (2 000 ventes au Sénégal), voire Le Point ou L’Express. De surcroît, d'autres sont nés. En 1986, le groupe Sudcom a lancé Sud Magazine à Dakar, qui devint Sud-Hebdo, marchant donc allégrement sur les plates-bandes d'Afrique Nouvelle...6. Et dans la bataille opposant l'audiovisuel à l'écrit, il apparaît que l'avantage est de plus en plus acquis par la radio et la télévision7.

Difficultés de la presse catholique

  • 8 No 1251 (5-11 août 1971) p. 12. Sur les difficultés de la presse catholique en Afrique voir aussi (...)

9Plus largement, c'est le problème de l'ambiguïté de ce type de production qui est posé, problème dont les congressistes de l'UCIP s'étaient rendu compte dès 1971 : "d'une part la presse catholique ne peut évidemment pas, sous peine de perdre sa crédibilité, apparaître comme inféodée à l'autorité religieuse et abdiquer tout esprit critique. D'autre part, si l'autorité religieuse se doit d'être particulièrement avertie et scrupuleuse en matière d"éthique de la manipulation’ il est normal qu'elle ait le souci de pratiquer une politique d'information cohérente". Et la rédaction d'Afrique Nouvelle évoquait les problèmes propres à la presse africaine (qu'elle connaissait bien) "souvent mal vue par les autorités mais aussi par certains catholiques (laïcs et clercs)". Tous les thèmes tabous étaient inventoriés8, thèmes abordés par la revue, même si c'était avec une grande prudence. Il est certain que quand Afrique Nouvelle répète inlassablement qu'elle est libre, elle n'est pas tout à fait honnête : elle est, avant tout, un journal institutionnel ; les évêques en sont les commanditaires et la fréquence de leurs signatures dans les colonnes du journal le dit assez, même si — et cela ne facilite pas les choses — ils ne sont pas journalistes !

10Sa réputation de catholique libéral, voire progressiste, lui a également valu des pertes d'audience parmi ses coreligionnaires, surtout expatriés, souvent plus conservateurs. Les références à Témoignage Chrétien (par exemple la reproduction de la déclaration de Pierre-Henri Simon du 28 octobre 1949 "le vingtième siècle sera sans doute le siècle de l'émancipation des colonies") ne pouvaient qu’irriter la très grande majorité de ces lecteurs ! Les "partisans d'une plus grande modération" au sein de la hiérarchie catholique (litote de Mgr Dupont qui dit pudiquement "lors de nos sessions périodiques, la commission de la presse était toujours la plus mouvementée") et qui se résignaient, après bien des discussions, à continuer de combler le déficit, n'auraient-ils pas finalement eu le dessus ? Alors que certains lecteurs trouvaient l’hebdomadaire trop conformiste sur un certain nombre de sujets brûlants. Bref, trop catholique pour ceux qui ne l'étaient pas et trop politique pour bien des catholiques !

Évolution du catholicisme ?

11La disparition d'Afrique Nouvelle pourrait également être interprétée comme un signe de l'affaiblissement du catholicisme au Sénégal (comme dans d'autres pays d'Afrique de l’Ouest) face à un Islam conquérant et dominateur, face à l'essor des sectes. La question posée par René Luneau dans le dernier ouvrage qu'il a dirigé chez Albin Michel en 1995, au titre évocateur Tous les chemins ne mènent plus à Rome, semble bien s'appliquer à la situation : "si nobles que soient ses ambitions, l'Église catholique a-t-elle encore aujourd'hui la possibilité de les mettre en œuvre ?". Les moyens matériels et humains ont ici fini par faire défaut quand il n'y a plus eu de stratégie aussi conquérante. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, les congrégations ont fait preuve d'une volonté offensive dans la lignée de laquelle se sont créés des organes d'expression militants, dont Afrique Nouvelle. En 1987, cette dynamique n’existait manifestement plus. Le vœu de Sœur Cécile Boulanger, supérieure générale des sœurs de Saint-Paul, dans son interview du 19 mars 1980, trouvait sans doute moins d'écho : "je souhaite que se lèvent des apôtres de la presse, laïcs et religieuses, convaincus. Je souhaite que tout chrétien, quel que soit son niveau de responsabilité dans l'Église, soit apôtre avec et de la presse, l'utilisant largement comme instrument de culture, de communication et de communion des hommes entre eux et avec Dieu". Même si certains protagonistes de l'aventure" gardent au fond d'eux-mêmes le projet de faire revivre le titre, la conjoncture étant ce qu'elle est, les obstacles à vaincre seront nombreux ! Déjà, les rapports internes se plaignaient du peu de zèle de certains curés pour diffuser le journal dès les années cinquante, plainte reprise dans le spécial 30e anniversaire.

12Les élites comme les contestataires, a fortiori au Sénégal, n'ont plus besoin des colonnes de la presse catholique, souvent seul contrepoids à la presse officielle, pour s'exprimer. Les catholiques ouest-africains — comme d'autres — s'éloignent peut-être également d'un modèle importé, présenté comme une forme d'apostolat, dans lequel, nous l'avons montré, les références à des agences de presse occidentales, à des médias européens étaient très nombreux. Où les prescriptions venues du Vatican étaient scrupuleusement reproduites. Mais qui a aussi milité pour une adaptation aux coutumes et traditions locales. Les Églises africaines ont sécrété des formes nouvelles de manifestation de leur foi. Un journal n'y fait plus partie des priorités.

13Il est vrai que celui-ci a bien fait son temps et n’a peut-être pas su assez se renouveler ! Dans la rubrique la vie de notre journal du 22-28 septembre 1982, la visite d'un ancien collaborateur, Moudjib Djibril, est saluée. Elle comporte ces réflexions très révélatrices : "Des suggestions nombreuses et fort intéressantes ont retenu notre attention" et des exemples concrets sont fournis. "En somme, une rénovation tant du fond que de la forme s'impose. Il souhaite de tous ses vœux qu'Afrique Nouvelle retrouve un élan de jeunesse qui lui manque un peu en ce moment". Mais, une fois de plus, ce fut un vœu pieux... Peut-être une fois de trop !

Notes

1 Cette idée est exprimée par A. Gnonlonfoun dans le spécial 30e anniversaire, p. 19.

2 Pour la période pré-coloniale voir le mémoire de maîtrise de Florence Bernault-Boswell résumé dans la Revue française d'Histoire d'Outre-mer, t. LXXIV (1987), no 274, p. 5 à 25, Un journal missionnaire au temps de la décolonisation : La Semaine de l'A.E.F. (1952-1960). Citations p. 25 puis 14.

3 Alex Zubek, La galaxie des media catholiques, 30 J, no 3, décembre 1987 p. 13.

4 Afrique Documents, op. cit., p. 182.

5 Palmarès de la presse francophone, Jeune Afrique, no 1378, 3 juin 1987, p. 12.

6 Depuis 1993 il est devenu quotidien cf. Geneviève Fidani, La presse en crise de... croissance, Jeune Afrique, no 1706, 16-22 septembre 1993, p. 53-56. Dans le no 1551, on donne 15 000 exemplaires pour cet hebdo.

7 Voir Bruno Fafeur, Presse comment toucher le public africain ? Jeune Afrique, no 1481, 24 mai 1989, p. 72-73. Et les ouvrages d'A.-J. Tudesq : La radio en Afrique Noire et L'Afrique et ses télévisions.

8 No 1251 (5-11 août 1971) p. 12. Sur les difficultés de la presse catholique en Afrique voir aussi no 1282 (10 avril 1972) p. 9.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540