Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Quatrième partie : Afrique nouvelle et les dirigeants

4. De de Gaulle à Mitterrand

La critique de la politique française

Texto completo

1Les sujets de prédilection d'Afrique Nouvelle portent sur l'Afrique ou sur des questions de société, voire de religion. Pourtant, dès le départ, des rubriques régulières informent sur la vie de la métropole. Ensuite, les liens restent trop importants pour que tout ce qui concerne la France ne soit pas sujet d'étude, d'étonnement ou... de critique.

2Bien évidemment, les chefs de l'État successifs sont l'objet d'articles nourris. Celui qui a été à l’origine de l'indépendance de la majeure partie des pays africains a, comme il se doit, un traitement de choix.

L'admiration... critique pour de Gaulle

3Par-delà tout ce qui a pu être dit de l'homme de la décolonisation, sujet qui intéresse le plus évidemment, on peut essayer de chercher quel a été le jugement global sur l'homme politique français.

4Le détail des soubresauts de la IVe République, avec ses innombrables changements de gouvernement, tient le devant de la scène. Pourtant, Afrique Nouvelle annonce longuement puis suit pas à pas le périple de de Gaulle à travers l'Afrique en mars 1953. Ses relations avec le continent sont passées au peigne fin.

Le retour au pouvoir

  • 1 No 558 (18 avril 1958) p. 1 éditorial de L. Martin. À compléter par un article p. 5 et par no 561 ( (...)

5Le 14 mars 1958, la rédaction, à travers une revue de presse, se fait l’écho des divisions quant à un éventuel recours au Général. Un peu plus tard, malgré des propos rassurants, l’inquiétude perce : "Le pire n’est pas sûr à la suite de la démission de Gaillard (...). Par la grâce des Conservateurs et des Communistes, paradoxalement unis, le nationalisme le plus étroit triomphe. Que la droite se hâte de savourer sa victoire, car un anti-américanisme vulgaire et de vigoureux cocoricos constituent des titres trop légers de patriotisme. (...) Se dérober au dialogue, refuser la négociation en Tunisie, nier la solidarité maghrébine, repousser le concours d'indispensables alliés, légitimement inquiets de la prolongation de la guerre, n'est-ce point écarter tout espoir de REGLEMENT pacifique en Afrique du Nord ?(...) Cette crise malheureuse aura eu son utilité, si elle amène les dirigeants français à sortir de leur mutisme et à informer courageusement l'opinion de la réalité africaine, des illusions à déposer, et de ce qui reste possible"1.

  • 2 No 562 (16 mai 1958) p. 1 éditorial de des Mazery L'engrenage et article p. 5 ; no 563 (23 mai 1958 (...)
  • 3 No 563 (23 mai 1958) p. 1 éditorial de des Mazery Restent les problèmes et p. 3 ; no 564 (30 mai 19 (...)

6Les événements du 13 mai sont commentés à chaud : "Après le 'coup de force' d'Alger le gouvernement fait face. (...) La déclaration faite, hier jeudi, par le Général de Gaulle (texte en page 8) qui s'offre à assurer le pouvoir, risque d’aggraver les divisions entre partisans passionnés et adversaires résolus de l'ancien chef de la "France Libre" (16 mai 1958). Les différentes tractations qui suivent suscitent de nombreux articles et les allocutions diverses du Général sont souvent données in extenso2 ainsi que les réactions de la presse étrangère à ses propos. Une analyse perce cependant, dont on ne peut, tant d'années après, que souligner la pertinence : "La déclaration du Général de Gaulle, attendue de tous, laisse subsister trop d'incertitudes pour rallier l'opinion de ceux qui répugnent à s'engager dans la nuit. N'approuvant pas Paris, ne désavouant pas Alger, elle n’a pas valeur d'arbitrage et n'ouvre pas le chemin de la paix. (...) Ironique et dédaigneuse, la conférence de presse de l'ancien chef de la "France Libre" (...) a suscité l'enthousiasme en Algérie, où plus d'un s'est senti "dédouané", et pas mal de réserves en métropole, où l’on estime incomplète et équivoque l'analyse politique faite par le Général. (...) Incisif dans la critique, le Général de Gaulle a gardé une étonnante discrétion sur ses vues d'avenir. Ses projets, ses solutions restent dans le flou, qu’il s'agisse de l'État, de l'Algérie ou de l'Union française". Cependant, la fin fait la part des choses : "Mais trop de témoignages le confirment, pour qu'on n'y salue pas un phénomène nouveau, ouvrant des perspectives insoupçonnées de RÈGLEMENT politique" (23 mai 1958). Les réticences se retrouvent ensuite, pesant le pour et le contre, surtout en ce qui concerne l'Afrique3.

  • 4 No 565 (6 juin 1958) p. 5 ; mêmes idées exprimées par Milcent in no 566 (13 juin 1958) p. 1-8 : "to (...)

7Le voyage algérien est une nouvelle occasion de souligner les ambiguïtés : "Il faut reconnaître que, si diplomate et "séducteur" que le général de Gaulle ait pu se montrer en ces entretiens, ses interlocuteurs avaient un rude seuil à franchir... (...) Seul M. Mitterrand sut rester lui-même et dire fermement ce qu'il avait à dire. (...) Le général de Gaulle semble rallié à une politique d'intégration, qu'il veut voir mise en œuvre sans délai. Mais des précisions manquent, et nul ne peut dire aujourd'hui ce que sera le futur statut algérien "4.

  • 5 No 566 (13 juin 1958) p. 1 et p. 5. Voir aussi no 568 (27 juin 1958) p. 5 ; no 570 (11 juillet 1958 (...)

8Le célébrissime "Je vous ai compris..." n'amène pas de commentaires particuliers (6 juin 1958) et avant le référendum, l'éditorial du P. de Benoist résume les enjeux pour le continent en concluant : "Les paroles prononcées, il y a quelques semaines, par les Archevêques d'Afrique Noire Française, ont aujourd'hui une résonance toute particulière qui les fera écouter, espérons-le, à Paris aussi bien qu'en Afrique :'De nouvelles réformes s'annoncent ; nous souhaitons qu'elles soient le résultat d'échanges de vue et de confrontations loyales où les justes aspirations auront pu s'exprimer'"5.

9Par-delà une analyse pointilleuse du vocabulaire ambivalent des discours, comme le 4 juillet, prévaut l'idée de l'urgence, déjà longuement étudiée à l'occasion des "événements" : "Si dans trois mois la France est encore engluée dans la guerre d’Algérie, les masses musulmanes, actuellement hésitantes, retourneront au FLN et il n’y aura plus alors d'autre alternative que la force ou la reconnaissance de l'indépendance".

  • 6 No 582 (3 octobre 1958) p. 2 mais aussi p. 5 et 6 ; no 583 (10 octobre 1958) p. 5 ; no 584 (17 octo (...)

10Les étapes suivantes, révision constitutionnelle, voyage à travers le continent africain, référendum, donnent lieu, chaque semaine de l'été 1958, à de longs développements plus centrés sur les réalités locales que sur la personnalité du futur chef de l'État. Après avoir pesé tous les arguments en faveur du "oui" comme du "non", la rédaction se réjouit quand même du résultat, "malgré les équivoques", les "incertitudes" : "Tout le monde se félicite du vote massif en faveur du "oui". Pour les Africains c'est d'abord un 'oui' à l'Afrique (...) Investi d'écrasantes responsabilités, mais fort de moyens exceptionnels, le Général de Gaulle doit maintenant agir, et agir vite, avec la plus grande résolution"6.

  • 7 No 594 (26 décembre 1958) p. 5. Déjà, au moment de l'entrée en fonctions de Coty (no 337, 20 janvie (...)

11Les présidentielles amènent le même type de commentaires et la biographie complète du candidat est strictement chronologique : "Même si elle a revêtu les apparences d'une banale "formalité", l'élection du Général de Gaulle à la présidence de la République a montré la nation de nouveau rassemblée, et a confirmé la confiance quasi unanime mise par le pays dans le nouveau chef de l'État. On ne peut que se réjouir de voir ainsi renforcée la position d'arbitre de celui qui se voudrait au-dessus des hommes et des tendances. (...) Ni optimisme lénifiant, ni pessimisme systématique ne sont de mise...". Parallèlement le journal dresse un éloge appuyé du président sortant : "Un vieil homme s'en va. (...) Il est de bon ton, depuis le mois de mai, de couvrir de sarcasmes et même d'injures les parlementaires du régime défunt. (...) Mais des voix s'élèvent, de tous points de l’horizon politique, pour rendre hommage au Président René Coty". Les intertitres donnent le ton : "Un Français travailleur et courageux ; Un Président de la République consciencieux ; Une constante préoccupation : réformer l'État" tandis que le texte précise : "Catholique pratiquant, mais sans ostentation, il fut toujours un modèle de simplicité et d'honnêteté"7.

Le premier septennat

12L'installation du nouveau locataire de l'Elysée est accompagnée de la formule "Homme sans précédent, promu à un rôle sans précédent" (9 janvier 1959). Le moment capital suivant est la période de la semaine de rébellion à Alger : "Une nouvelle fois, Charles De Gaulle a complètement renversé la situation. Il a suffi qu'il parle, qu'il affirme que de toutes les manières il ne reviendrait pas sur ce qu'il avait dit pour que l'armée retrouve son unité derrière ses chefs et pour que l'immense majorité des Algériens abandonnent les insurgés. (...) Il reste maintenant le plus difficile : finir la guerre. On peut penser que ce sera désormais le premier objectif du Chef de l'État" (3 février 1960). Et la revue de presse sur le sujet du 4 mai est intitulée de façon significative : "La presse approuve de Gaulle". Un récit dithyrambique de son voyage outre Atlantique paraît sous le titre suivant : "Depuis Mac Arthur à son retour d'Extrême Orient Jamais les États-Unis n'ont réservé un accueil aussi délirant qu'au GENERAL DE GAULLE".

13Le référendum sur l'Algérie balaie les dernières réticences : "Le doute n'est plus permis : les Français, dans leur quasi-totalité, ne considèrent plus l'Algérie comme faisant partie du territoire français. Ils lui reconnaissent le droit à l'autodétermination, le droit à l’indépendance (...). (En Algérie) il semble qu'un certain nombre d'Européens se soient finalement résignés à voter "oui". Peut-être commencent-ils enfin à comprendre que seul de Gaulle peut leur éviter le terrible dilemme : la valise ou le cercueil. (...) Nous sommes persuadés, pour notre part, que l'homme du 18 juin va maintenant mettre tout son poids dans la balance pour en finir avec cette guerre absurde et qu'il demeurera ainsi dans l'histoire l'homme de la décolonisation française, l'homme qui aura rendu la France aux tâches du 20e siècle, l'homme de la paix" (éditorial du 11 janvier 1961). Confirmation un peu plus loin : "Mais en définitive le général de Gaulle a reçu un blanc-seing pour poursuivre la politique algérienne qu'il entend mener. (...) Le référendum du 8 janvier a été un acte de confiance au Chef de l’État pour qu'il trouve une issue au drame algérien. Souhaitons qu'il ne déçoive pas cette confiance".

14La suite des événements n'est pas forcément satisfaisante. L'intervention au Gabon pour rétablir Léon M'Ba, en particulier, fait couler beaucoup d'encre. Simon Kiba écrit le 28 février 1964 : "De Gaulle a su habilement décoloniser l’Algérie au détriment de la droite la plus conservatrice qu'il y ait jamais eu en France. L'étincelle gabonaise devrait l'inciter à comprendre qu'il lui faut également s'attaquer à une autre décolonisation, celle de ceux qui pensent que la France n'a pas un "NOUVEAU" rôle à jouer en Afrique". Au même moment (20 mars) une attaque vigoureuse du cartiérisme est publiée, après une longue étude du rapport Jeanneney sur la coopération présentée pendant les mois de janvier et février 1964.

15L'explosion d'une bombe souterraine dans le Hoggar amène un commentaire qui ne manque pas de saveur ! En effet, par-delà la condamnation de la culture de la violence, Simon Kiba "comprend" la position française, compte tenu de l'absence de politique générale de désarmement. Mais ce qu'il "comprend moins, c'est que Paris qui a des îles dans le lointain Pacifique n'aille pas là-bas expérimenter ses bombes. Cela lui éviterait des malentendus avec les gouvernements africains". Un peu plus loin, un article anonyme souligne que "les réactions africaines ont montré surtout du regret. En effet la France jouit ou commence à jouir, selon les pays, Nigéria compris, d'un certain prestige, dû au général de Gaulle et à la remontée spectaculaire du pays" (22-28 mars 1963). Maurice Herr établit ensuite (10-16 mai) un parallèle entre la force de frappe gaullienne et l'encyclique Pacem in Terris, sans vraiment attaquer la politique menée. Plus tard, (24-30 décembre 1964), il mesure tous les arguments pour ou contre la force de frappe, en restant très partagé et en employant plusieurs fois le terme de "dilemne" (sic). Et quand, de fait, en avril 1965, il semble qu'une explosion ait eu lieu à Mururoa, le correspondant particulier à Papeete s'interroge dans le no 923, sur les conséquences concernant la pêche.

16La mort de Kennedy et le voyage du Président pour les obsèques permettent le 6 décembre 1963 de faire l'historique et le point sur les relations franco-américaines, ainsi que sur les relations entre les deux hommes.

La réélection

17La campagne électorale lancée à partir de 1964 est suivie régulièrement, et la rédaction s'interroge sur l'avenir à la tête de la France. Il est souligné que "de Gaulle, une fois de plus, s'est montré sybillin dans ses propos" mais dès ce numéro du 26 juin, il est prévu qu’il briguera un deuxième mandat, sans vouloir le finir, et en laissant, selon toute vraisemblance, la main à Pompidou "sans aucun doute la grande révélation du régime. (...) Fin, patient et solide (...) véritable homme d'État, et partenaire avisé et redoutable dans les jeux de la politique (...). Si cet homme doit, dans les années qui viennent, succéder au Général de Gaulle, le régime mis en place depuis 1958 sera en bonnes mains... pour le meilleur et pour le pire".

18Au début de 1965, c'est la politique étrangère, en particulier en direction de l'Est, qui retient l'attention, ce qui offre l'occasion de redire : "on ne répétera jamais assez que de Gaulle est un pragmatiste : son action et ses réactions doivent être enregistrées non en termes idéologiques, mais pratiques". Mais l’anti-communisme d'Afrique Nouvelle ressort : "Il n'en reste pas moins que le jeu gaulliste demeure dangereux, dans la mesure où ce n'est pas sans risque ni péril que l'on fait un pari sur l'évolution du monde communiste" tout en reconnaissant "que la politique de détente avec les pays satellites de l'Est est la seule qui puisse ouvrir des perspectives de paix durable, et par là même conduire un jour à la réunification de l'Allemagne. À condition toutefois que le communisme cesse d'être ce qu'il est. Le Général de Gaulle semble croire à cette mutation" (25 février 1965).

19L'automne 1965, avec une nouvelle conférence de presse, porte sur le devant de la scène la question de l’avenir, et Maurice Herr insiste le 16 septembre sur les limites des propos tenus tout en reconnaissant que les élections seraient sans surprise. Les résultats sont donnés avec détachement, même si la rédaction souligne le 23 décembre l'étonnement des Africains devant la mise en ballottage du général et si sa réélection "semble avoir fait pousser un 'ouf de soulagement en Afrique. En effet, cette réélection laisse augurer que la politique d'aide française restera la même : aide financière, aide militaire, assistance technique. En outre, les gouvernements africains pensent qu'après deux septennats, le remplaçant du Général, même s'il n'est pas gaulliste, ne pourra plus revenir en arrière. C'est donc un calcul à long terme qui fait que les autorités africaines n'ont pas caché leur joie (...) Quant aux populations africaines, elles sont gaullistes parce que de Gaulle a ce qu'il faut pour-être une idole. Il représente le chef qui tient bon depuis 25 ans". La richesse de l'actualité par la suite fait qu'une fois ce moment capital passé, Afrique Nouvelle parle peu du Général, sauf à l'occasion de ses voyages (celui en U.R.S.S. provoque des questions !) ou de la réception de chefs d'État africains. Les "événements" de mai 68 n'inversent pas la tendance. La première allusion apparaît le 30 mai sur la couverture du no 1086 "Réforme ou révolution en France ?" qui donne en page 10 le titre "une révolution se prépare en France" en contradiction totale avec le contenu qui annonce le référendum, les négociations réussies ("au moment où nous mettons sous presse, M. Pompidou semblait satisfait, les syndicats aussi") et les premières mesures concrètes. De Gaulle n'est absolument pas critiqué, au contraire. "Heureusement il y a la démocratie en France et le pays est développé. Cette conjoncture a aidé au dialogue". La semaine suivante, le titre le met davantage au premier plan : "Le général de Gaulle fait face à la crise sociale en France". En réalité, l'article est presque uniquement composé d'extraits de discours et du détail de la composition du nouveau gouvernement. En revanche, cinq pages entières traitent du bras de fer entre le gouvernement sénégalais et les étudiants comme les syndicalistes, sans qu'aucun parallèle avec la situation française soit ébauché (le conflit est par la suite présent dans chaque numéro et c'est seulement le 20 février 1969 que le rapprochement sera fait). Le 13 juin, le compte-rendu du discours à la télévision de de Gaulle occupe une place encore plus restreinte puisqu'il n'est agrémenté d'aucun commentaire. Il faut attendre le 20 juin pour que Maurice Herr annonce une réflexion plus approfondie. Parlant de la conversation télévisée avec Michel Droit, il note : "le Chef de l'État a pris du recul et de la hauteur par rapport aux récents événements, et s'est laissé aller à son jeu favori, la philosophie de l'Histoire. Il excelle, d’ailleurs, à brosser en traits précis et fulgurants ces vastes fresques où le contingent et le quotidien n'ont que peu de place". La conclusion sur les élections qui s'annoncent est favorable au Général : "l'opposition qui bat la campagne sur le thème de la faillite du gaullisme sait qu’elle a maintenant un lourd handicap à remonter car sa faillite à elle est tout aussi complète, en raison de son incapacité à comprendre et à dominer les récents événements qu'elle a simplement tenté d'exploiter, au risque d'entraîner la France dans le chaos". Les résultats du premier tour de la consultation à la fin du mois sont entièrement axés sur la critique des communistes et, plus globalement, de la gauche : "les Français ont peur qu'ils ne mettent en danger tous les acquis depuis 1789. C'est-à-dire que toutes les libertés ne soient supprimées devant l'obligation d'accepter le communisme". Puis le silence s'installe pendant trois semaines, jusqu'au changement de premier ministre, interprété comme la confirmation que Georges Pompidou est le dauphin désigné. Peu d'informations ensuite, sauf un petit encart sur le voyage présidentiel en Bretagne — et un surprenant parallèle entre la situation de cette province française et celle du Biafra — puis, le 20 février 1969, une mise au point sur "de Gaulle et les Américains" à propos de la visite de Nixon. Nouvelle occasion de répéter qu'il est "un pragmatique, qui retient toujours la leçon des faits".

20La proximité du référendum ramène le journal en France : le 17 avril, Maurice Herr titre "Et si de Gaulle se trompait ?" en explicitant ensuite toutes les incertitudes qui planent sur l'issue du scrutin. "M. Mitterrand lui-même, qui refait surface après la débâcle de ses troupes au printemps de 1968, pense que le moment de la revanche est peut-être arrivé".

La démission

21Le 1er mai une demi-page est titrée "Après la démission du Général de Gaulle", nouvelle déjà annoncée sur le haut de la Une : "Le Président de Gaulle a démissionné". Simon Kiba revient peu sur le passé et s'interroge surtout sur l'avenir des relations franco-africaines. Il remarque, comme l’anonyme qui écrit après lui, le capital de sympathie que le président avait sur le continent. Il passe très vite à la candidature de Pompidou et termine par "on remarquera aussi que, du cabinet du général de Gaulle, M. Foccart, chargé des Affaires africaines et de la Communauté, reste en place. Ce qui tend à rassurer les États africains La semaine suivante, la correspondante aux États-Unis envisage "la démission du Général de Gaulle vue des Nations-Unies". Ensuite, semaine après semaine, la campagne électorale est suivie scrupuleusement bien que le suspens n'en soit pas vraiment un. "M. Georges Pompidou devient le Président des Français" barre la Une du 19 juin. L'article en page 10 de Simon Kiba fait le tour de tout ce que l'Afrique voudrait voir changer dans ses relations avec la France : "'il est temps que les pays africains et la France apprennent ce qu'est la vraie coopération, ainsi nos États prendront leur indépendance par rapport à leurs anciens colonisateurs”.

22La mort du Général fait bien sûr la Une du numéro du 12 novembre 1970. Elle est illustrée par une photo prise à Dakar en 1958 avec en légende "il fut le leader, non seulement de son peuple, mais de toute une communauté". L'éditorial retrace son rôle dans l'évolution de l'Afrique française, puis de l'Afrique indépendante : "il était le décolonisateur". Tous les hommages des chefs d'État africains sont consignés dans le numéro suivant. Le no 1215 (19-25 novembre 1970) reproduit des éloges venus d'autres continents tandis qu’une page intérieure raconte les obsèques, la cérémonie à Notre-Dame et qu’une colonne entière, sans signature, revient sur le thème "De Gaulle et la décolonisation". La conclusion se termine par une citation extraite de la conférence de presse de janvier "désormais la coopération est une grande ambition de la France ".

23Ce qui apparaît au travers de ce qui est publié ensuite, après le rôle si important de de Gaulle en Afrique, c'est que le centre d'intérêt principal porte sur les relations franco-africaines et leur avenir. En ce qui concerne Pompidou, par exemple, au temps où il est ministre du Général, la rédaction, qui n'apprécie pas du tout l'autoritarisme de Ben Bella, aimerait moins de "diplomatie" à son égard. En novembre 1963, au moment du vote des crédits pour l'Algérie, Maurice Herr, correspondant particulier, conclut sur l'intervention de Georges Pompidou : "Ainsi, tout en affichant une relative fermeté, le gouvernement se montre-t-il compréhensif et indulgent à l'égard de M. Ben Bella. L’opinion comprend mal cette passivité, à telle enseigne que ceux qui furent les plus chauds partisans de l'indépendance algérienne protestent aujourd'hui contre les "faveurs" faites à M. Ben Bella".

24Son "limogeage" en juillet 1968 amène le 18 un nouvel éloge : "capitaine victorieux de la bataille électorale (...) l'Auvergnat à l'esprit fin et aux nerfs solides il l'a prouvé tout au long de la crise de mai (...) qui a conquis ses grades universitaires au prix de labeur intense et de privations, avant d'entreprendre avec discrétion et efficacité une fort belle carrière dans le 'privé', d'où le Général de Gaulle l'extraira pour en faire d'abord son directeur de Cabinet, puis son Premier Ministre (...). En M. Pompidou, le bon sens et la malice paysanne se conjuguent heureusement avec une grande agilité d'esprit "

25Dès le 21 mai 1970, puis le 12 novembre 1970 et au début de l'année 1971, l'annonce de son premier voyage en Afrique braque sur lui les projecteurs alors que le dernier séjour de de Gaulle là-bas remonte à décembre 1959. La continuité de la politique gaullienne est le fil conducteur de tous les articles qui rendent compte du périple. C'est l'occasion aussi de faire le point sur l'efficacité de la coopération avec la France et de remettre en question l'assistance technique (en particulier no 1226 et suivants). Le deuxième voyage, pour le début de 1972 est, manifestement, une bonne surprise (18 novembre 1971). Les propos du Président confirment cette impression favorable. On lui sait gré de s'intéresser au développement économique de l'Afrique (31 janvier 1972).

26Nous ne nous attarderons pas sur les successeurs immédiats du Général, car l'interruption de 1972-1974 ne permettrait que d'en faire une étude tronquée. En revanche, le changement complet de 1981 renouvelle le discours sur la politique française.

Les surprises de Mitterrand

27La campagne présidentielle provoque une analyse des discours électoraux des deux concurrents vis-à-vis de l'Afrique. Le programme vague de Giscard sur le sujet convainc le 29 avril 1981 de préférer son rival, même si bien des numéros, en particulier le 1655, trouvent que l'ensemble vole bas !

Le changement

28La couverture du no 1662 (13-19 mai 1981) annonce tout de suite l'essentiel "Mitterrand l'homme du changement" explicité par l'éditorial : "L'avènement de François Mitterrand (...) ouvre une phase nouvelle dans les relations de la France avec les États africains (...) ; nous gardons un goût amer du septennat de Giscard d'Estaing". Deux longs articles détaillent ensuite les espoirs et les angoisses. "Giscard l'Africain" y est accusé, preuves à l'appui, d'avoir trop souvent joué "la politique du pire". On espère que son successeur fera "plus et mieux que son prédécesseur". On le connaît d'ailleurs, surtout comme candidat de la gauche contre de Gaulle. Maurice Herr, dès le 7 octobre 1965, a fait le tour de ce "personnage de roman" en reprenant, lui aussi, cette formule de Mauriac, retraçant sa carrière ("ses variations politiques" !) mais aussi son caractère : "un physique de 'play boy', une éloquence vive et incisive, une souplesse féline font qu’il domine assez aisément cette gauche" ; les qualificatifs d' "intrigant florentin", "cheval de Troie du Parti communiste" sont également utilisés. On l'a vu à Dakar en octobre 1975. Compte-rendu très mitigé de Sœur Bernard (elle signe seulement n.m.k.) qui débute par "ce n'est pas un Mitterrand en grande forme" et continue dans la même veine ("il ne fut pas plus brillant lors de la conférence de presse"), approuvant davantage le ton de Senghor que celui du Français ! (29 octobre).

  • 8 No 1664, (27 mai - 2 juin 1981) p. 22-23. À l'usage, les avis sont plus nuancés cf. no 1797 (14-20 (...)

29Mais c'est du passé et on compte sur lui pour l'Afrique. Les choix de Claude Cheysson — "l'ami du tiers-monde", "le poumon de la Convention de Lomé" — et de Jean-Pierre Cot dont on est persuadé "sur le continent, qu'il ne se lancera pas dans cette politique paternaliste de choquante mémoire" semblent de bonne augure. "C'est après la fête, une rude besogne qui attend la nouvelle équipe gouvernementale qui offre d’ores et déjà, deux garanties certaines : à l'intérieur, redonner à la presse son indépendance, et à l'extérieur, en Afrique notamment, en finir avec la création des "pantins politiques"8. Un peu plus tard, le 15-21 juillet 1981, un éditorial hagiographique constate ; "Rarement victoire n'aura été si favorablement accueillie par les pays d'Afrique et du Tiers monde en général. C'est pourquoi les socialistes (...) supportent sur leurs épaules (...) une lourde responsabilité. Tout échec de leur part provoquerait un ressentiment qui n'aura d'égal que la liesse populaire avec laquelle leurs succès (aux présidentielles et aux législatives) ont été accueillis. (...) Il ne faudrait pas, cependant, que les pays africains voient dans la France d'aujourd’hui une sorte de fée magique qui, subitement et d'un seul coup, va solutionner tous leurs problèmes". En analysant les changements, la rédaction se réjouit que, dans le vocabulaire, le Tiers-Monde devienne désormais partenaire, même s'il doit compter d'abord et toujours sur lui-même.

Les espoirs des débuts

30Les premières réactions sont positives, comme le prouvent les réflexions du 29 juillet 1981 sur les événements de Centrafrique ; "L'attitude de Paris, même si elle ne fait pas plaisir aux responsables centrafricains, est pourtant à la fois claire et logique. Le gouvernement socialiste de M. Mitterrand ne veut pas commettre son premier faux pas en Afrique, à un moment où la France se prononce ouvertement pour la non-ingérence dans les affaires intérieures de quelque pays que ce soit et surtout exprime sa volonté de traiter d'égal à égal avec tous les États (...). Le gouvernement Mauroy joue ainsi la carte de la prudence, convaincu qu'il est que la moindre "erreur" de sa part sera exploitée à des fins politiques et risque de ternir la belle image de marque qu'il s'est forgée en Afrique et dans tout le tiers monde (...).

31Ce qui se passe à Bangui nous amène à faire quatre remarques :

321-Le président Dacko n'est pas l'homme de la situation (le reste de l'article est très dur contre lui). Par ses maladresses répétées l'homme parachuté par la France de Giscard a conduit son pays à une situation explosive. Dacko est l'homme de paille d'une certaine France".

  • 9 No 1975, (12-18 août 1981) p. 10 France-Afrique diplomatie active. Voir aussi no 1676 (19-25 août 1 (...)
  • 10 No 1681 (23-29 septembre 1981) p. 5 éditorial Concertation. Et une photo p. 11 est légendée La posi (...)

33Le détail de tous les voyages en Afrique prévus ou entamés prouve que "ces nombreuses visites (...) ne sont pas le fait du hasard. Elles montrent simplement l'intérêt que le président Mitterrand accorde au tiers - monde en général et à l'Afrique en particulier (...) préjugé favorable dans de nombreux pays africains en raison notamment de leurs (socialistes) options sur les problèmes d'Afrique australe et de la priorité qu'elles accordent au développement économique"9. Dans le même ordre d'idées, les nombreuses visites de chefs d'État africains à Paris apportent "la preuve que le gouvernement français veut améliorer lentement mais sûrement ses rapports avec ses partenaires africains. Sa politique étrangère va évoluer et s'éloignera du "nationalisme" étroit de l'ancien régime. (...) À la récente conférence des PMA, seule la France a pu défendre les thèses du tiers-monde. (...) Depuis que les socialistes sont au pouvoir, la France a étendu et consolidé ses amitiés en Afrique et a reçu de nombreuses promesses de coopération économique qui intéressent les Français. Après tout, les États africains et la France sont pris dans un réseau inévitable de réciprocité, entraînés dans une destinée commune (...). La France de Valéry Giscard d'Estaing n'avait pas compris cela et ce fut son drame"10.

  • 11 No 1716 (26 mai - 1er juin 1982) p. 5 (cf. no 1713 p. 6-7 France-Afrique. Mitterrand chez ses parte (...)

34Un nouveau coup d'encensoir est lancé pour le premier sommet franco-africain (11 novembre 1981). Un récit lyrique d'une visite de Mitterrand en Afrique donne un ton général, lui qui "en si peu de temps, est parvenu à créer un climat de confiance entre partenaires autrefois éloignés par les concepts idéologiques de Nord et de Sud. (...) Les pays africains dans leur ensemble sont conscients du rôle privilégié que doit jouer la France sur l'échiquier international. Ils ont confiance au régime socialiste (sic) qui a eu l'audace de dénoncer ouvertement la détérioration du prix de nos matières premières. Reste à savoir si la France continuera sur cette lancée, au risque de s'aliéner quelques alliés traditionnels11. À l'occasion de la rencontre de Kinshasa, la couverture du no 1736 (13-19 octobre 1982) titre France-Afrique l'état de grâce.

35Pourtant, des ombres apparaissent vite.

Les désillusions

36Le remplacement de Jean-Pierre Cot par Christian Nucci permet de faire le point des maldonnes : "on se rend bien vite compte qu'il est sans intérêt de s'appesantir outre mesure sur le départ de M. Jean-Pierre Cot. Pourquoi ? Passés les premiers moments d'euphorie consacrant l'arrivée au pouvoir des socialistes, les gaffes, maladresses et autres erreurs d'appréciation sinon conflits de personnes ont surgi mettant à nu et les limites d'un idéalisme anachronique et le caractère impérieux de certaines données économiques et géopolitiques". Une analyse historique des relations franco-africaines démontre que le ministre qui a voulu changer le cours des choses a été désavoué : "Ce n'est donc pas demain la veille qu'on verra la politique africaine de la France sortir du domaine réservé du Président de la République (...). M. Jean-Pierre Cot, défenseur du co-développement et de la mise en œuvre d'une politique autre de coopération mettant en valeur l'expression d'une certaine 'idée africaine de la France 'était condamné par le contexte constitutionnel français, condamné par le poids historique et sentimental des relations franco-africaines, condamné par la démarche cahotante et hésitante du gouvernement français dans la conduite de la politique intérieure, condamné par son angélisme inexpugnable" (15-21 décembre 1982).

  • 12 No 1756 (2-8 mars 1983) p. 22. Et no 1758 (16-22 mars 1983) p. 22-23 Municipales françaises. Gauche (...)
  • 13 Vittel : no 1787 (5-11 octobre 1983) p. 6-7 et éditorial ; Bujumbura : no 1849 (12-18 décembre 1984 (...)
  • 14 Éditoriaux des no 1780 (17-23 août 1983) et 1838 (29 septembre - 2 octobre 1984).
  • 15 No 1855 (23-29 janvier 1985) p. 22-23. Voir aussi no 1891 (2-8 octobre 1985) p. 23 Kanaky victoire (...)
  • 16 No 1872 (22-28 mai 1985) p. 23 ; no 1883 (7-13 août 1985) p. 23 ; no 1644 (7-13 janvier 1981) p. 22(...)
  • 17 No 1885 (21-27 août 1985) p. 22 La France terroriste ? ; no 1890 (25 septembre - 1er octobre 1985) (...)

37Par la suite, les rendez-vous manqués s'accumulent. Visite de Chadli à Paris : "L’image de la France, grandie après l'arrivée de la gauche au pouvoir, commence déjà à se ternir dans l'opinion publique algérienne" (22-28 décembre 1982). Puis analyse des distorsions entre les intentions déclarées et la réalité. "Plus que jamais, la France a besoin de l'Afrique qui a besoin de la France..." (12-18 janvier 1983). Municipales qui sont l'occasion de constater que la voix des immigrés fait défaut et que la politique sociale a bien déçu : "la francophonie y gagnerait en cessant d'être un creuset d'impérialisme tous azimuts. A défaut de pouvoir accorder à ceux qui veulent la nationalité française, l'on devrait au moins leur permettre de voter (...). Il n'est pas normal que les petits-fils de ceux qui ont participé à la construction de la France par leur travail, souvent forcé, leur engagement militaire ou militant et l'expropriation coloniale de leurs ressources naturelles, soient réduits à la mendicité dans un pays où les attirent les affinités linguistiques12. François Mitterrand n'est jamais mis en cause personnellement, et l'auteur dresse un bilan nuancé de la gauche au pouvoir peu après. Il insiste sur l'idée que la catastrophe prédite par l'opposition ne s'est pas produite et qu'on ne voit pas qui, dans l'opposition, pourrait faire un bon chef. Aucun des sommets franco-africains13 ne ranime la flamme tandis que la politique extérieure finit de ruiner le crédit initial. Le "bourbier tchadien" ("Et la France qui envoie ainsi hommes et munitions, n'est pas sûre d'en sortir la tête haute, pour la simple raison qu'elle donne l'impression de s'être fait piéger dans un jeu dont elle ne possède pas les règles, encore moins la clé"'14) est une occasion supplémentaire pour clamer sa déception : "Or, les socialistes français, quand ils luttaient pour le pouvoir et quand ils l'ont conquis, se sont résolument prononcés contre le néocolonialisme, contre l'ingérence surtout armée dans les affaires africaines. Mais voilà qu'à la première épreuve, la France socialiste de Mitterrand n'a pas résisté... Nul doute qu'avec l'évolution de la situation, Paris et Tripoli se laisseront guider dans leur politique par leurs propres intérêts et par leur philosophie politique. C'est dire qu'ils s'entendront sur le dos des Tchadiens" (1er-7 février 1984). Les déconvenues s'ajoutent les unes aux autres : affaire de Mayotte (no 1806), bavures en Nouvelle-Calédonie où "la situation (...) est bien coloniale" même si l'Australie "joue le rôle de la "mouche du coche" se mêlant de donner des leçons d'anti-colonialisme, alors que l'on sait, comme l'a rappelé M. Mitterrand, ce qu'elle a fait de ses aborigènes"'15. "bombe à retardement" des Antilles16, Rainbow Warrior17 ou "rêves coloniaux et nucléaires" à Mururoa (18-24 septembre 1985), etc.. Des lieutenants peuvent, ponctuellement, un peu redorer le blason : Claude Cheysson aux Nations-Unies (31 octobre - 6 novembre 1984) ou surtout Edgar Pisani en Nouvelle-Calédonie (29 mai - 4 juin 1985).

  • 18 No 1945 (29 octobre 1986) p. 8 après no 1944 (22 octobre 1986) p. 10 Mali l'avion de la honte.

38Il faut attendre les législatives pour qu'un article, inquiet de la montée du Front National, admire le rôle de "François, le marionnettiste" : "on peut compter sur l'habileté manœuvrière de François Mitterrand pour exploiter à son profit la situation incertaine engendrée par ces drôles d'élections que vient de vivre la France" (19 mars 1986). Mais les derniers avatars étudiés ne renversent pas la tendance générale à la critique : le charter des Maliens amène à constater que "le discours officiel français sur la question est grotesque "18 et à se réjouir des mesures de réciprocité prises par le Burkina, "symboliques aussi à l'adresse du gouvernement et des ressortissants français qui, un quart de siècle après les indépendances, se sentent peut-être encore trop "chez eux" dans leurs anciennes colonies" (12 novembre 1986). Le sommet de Lomé confirme la semaine qui suit, "L'Afrique a désormais pour interlocuteurs des hommes de droite où il est difficile de cacher le faciès de Jean-Marie Le Pen. Il y a surtout des attitudes et des comportements qui tendent à prendre le contre-pied de la politique d'ouverture et de coopération instaurée par la gauche. François Mitterrand et les socialistes avaient misé sur la continuité, en affirmant qu'ils ne changeraient rien quant au fond de leurs rapports avec le continent. Sans y parvenir totalement, leur ouverture d'esprit, marquée par une volonté certaine d'être solidaires avec les pays en développement, leur a permis d'apparaître comme des amis du continent. Il est peu évident que l'actuel gouvernement français donne la même impression ".

39La visite présidentielle à Bamako est accueillie froidement, bien que les autorités dépendent trop de Paris pour pouvoir aller jusqu'au bout de leur rancoeur "mais loin des impératifs de la raison d'État, la population n'a pas encore oublié l'humiliation qu'elle a subie" (19 novembre 1986). Le voyage en Guinée titré le 26 novembre On attendait Mitterrand amène une critique sévère de la politique française là-bas, gouvernant le pays et y développant un affairisme certain. L'année se termine par un Pauvre France ! bilan très dur de la politique de cohabitation qui tendrait à prouver "que la France ne sait plus très bien ce qu'est la démocratie" (10 décembre 1986). Cependant, au moment du procès Barbie, un éditorial enthousiaste du 20 mai 1987, intitulé "Liberté Fraternité Egalité" commence par cet ultime éloge : "en rappelant le caractère multiracial et cosmopolite de la France, le Président Mitterrand vient de prouver une fois encore qu'il est non seulement un grand chef d'État, mais qu'il a surtout le courage de ses opinions". Une nouvelle fois, on a l'impression que la rédaction attaque la France comme entité, sans vouloir atteindre son président sur lequel elle a fondé tant d'espoirs.

Notas

1 No 558 (18 avril 1958) p. 1 éditorial de L. Martin. À compléter par un article p. 5 et par no 561 (9 mai 1958) p. 5.

2 No 562 (16 mai 1958) p. 1 éditorial de des Mazery L'engrenage et article p. 5 ; no 563 (23 mai 1958) p. 1-5 Le général de Gaulle a pris la parole.

3 No 563 (23 mai 1958) p. 1 éditorial de des Mazery Restent les problèmes et p. 3 ; no 564 (30 mai 1958) p. 1 Le Général de Gaulle sollicite l'investiture ; no 564 (30 mai 1958) p. 5 Opinions sur la crise française ; no 564 (30 mai 1958) p. 8 ; no 565 (6 juin 1958) p. 1 éditorial du P. de Benoist L'homme de Brazzaville et p. 5.

4 No 565 (6 juin 1958) p. 5 ; mêmes idées exprimées par Milcent in no 566 (13 juin 1958) p. 1-8 : "tous les commentateurs s'efforcent d'interpréter ses paroles parfois un peu sybillines chacun essayant d'y trouver confirmation de ses propres positions".

5 No 566 (13 juin 1958) p. 1 et p. 5. Voir aussi no 568 (27 juin 1958) p. 5 ; no 570 (11 juillet 1958) p. 1-8 Premier mai à Casablanca. Notes de voyage de J.P. Lintanf (jeune dominicain de Dakar alors provincial de Lyon).

6 No 582 (3 octobre 1958) p. 2 mais aussi p. 5 et 6 ; no 583 (10 octobre 1958) p. 5 ; no 584 (17 octobre 1958) p. 5 ; no 585 (24 octobre 1958) p. 1 ; no 587 (7 novembre 1958) p. 5.

7 No 594 (26 décembre 1958) p. 5. Déjà, au moment de l'entrée en fonctions de Coty (no 337, 20 janvier 1954 p. 4) on disait "Les nouveaux et sympathiques locataires du Palais de l'Elysée, un ménage de Français moyens. (...) La vie du ménage Coty s'est déroulée, toute droite, dans le respect des traditions familiales. M. Coty est un homme religieux, catholique, sans ostentation. Mme Coty et ses filles sont pratiquantes". Une fille est militante d’ACI ; les enfants font du scoutisme et le pèlerinage à Lourdes ; une petite-fille est dans un établissement tenu par des Dominicaines. Mais les lecteurs ont aussi pu lire un éloge vibrant du président Auriol.

8 No 1664, (27 mai - 2 juin 1981) p. 22-23. À l'usage, les avis sont plus nuancés cf. no 1797 (14-20 décembre 1983) p. 6-7 Namibie. Paris joue-t-il ?

9 No 1975, (12-18 août 1981) p. 10 France-Afrique diplomatie active. Voir aussi no 1676 (19-25 août 1981) p. 5 éditorial Coopération en question.

10 No 1681 (23-29 septembre 1981) p. 5 éditorial Concertation. Et une photo p. 11 est légendée La position de la France a été des plus constructives et des plus encourageantes.

11 No 1716 (26 mai - 1er juin 1982) p. 5 (cf. no 1713 p. 6-7 France-Afrique. Mitterrand chez ses partenaires et no 1717 p. 12-13 France Afrique les promesses de Mitterrand).

12 No 1756 (2-8 mars 1983) p. 22. Et no 1758 (16-22 mars 1983) p. 22-23 Municipales françaises. Gauche : le sursaut ; no 1779 (10-16 août 1983) p. 22-23 France restrictions à l'émigration.

13 Vittel : no 1787 (5-11 octobre 1983) p. 6-7 et éditorial ; Bujumbura : no 1849 (12-18 décembre 1984) p. 6-7 ainsi que éditorial no 1850 (19-25 décembre 1984) ; Paris : no 1901 (11 décembre 1985) éditorial le moins négatif ; Lomé : no 1947 (12 novembre 1986) p. 5 éditorial L'alliance éprouvée.

14 Éditoriaux des no 1780 (17-23 août 1983) et 1838 (29 septembre - 2 octobre 1984).

15 No 1855 (23-29 janvier 1985) p. 22-23. Voir aussi no 1891 (2-8 octobre 1985) p. 23 Kanaky victoire indépendantiste ; no 1923 (28 mai 1986) p. 12 Nouvelle Calédonie la droite sur un volcan ; no 1901 (11 décembre 1985) p. 5 éditorial ; no 1937 (3 septembre 1986) p. 5 éditorial Kanaks et Caldoches ; no 1975 (27 mai 1987) p. 11 Nouvelle Calédonie : comme en Algérie ; no 1976 (3 juin 1987) p. 11 Calédonie : Boycott des élections.

16 No 1872 (22-28 mai 1985) p. 23 ; no 1883 (7-13 août 1985) p. 23 ; no 1644 (7-13 janvier 1981) p. 22 Les Antilles françaises malades des attentats.

17 No 1885 (21-27 août 1985) p. 22 La France terroriste ? ; no 1890 (25 septembre - 1er octobre 1985) p. 5.

18 No 1945 (29 octobre 1986) p. 8 après no 1944 (22 octobre 1986) p. 10 Mali l'avion de la honte.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540