Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Quatrième partie : Afrique nouvelle et les dirigeants

3. Une nouvelle génération de chefs d'état

Texte intégral

1La revue a toujours pris la défense de la jeunesse, de la démocratie qui veut une alternance au sommet de l'État. Comment a-t-elle réagi à l’arrivée de "nouveaux" ? Leur prise de pouvoir est importante.

  • 1 Voir également le long reportage Le régime militaire au Togo, no 1265 (4-11 novembre 1971) p. 8-9 (...)

2Afrique Nouvelle n'a jamais montré beaucoup de sympathie pour les militaires gouvernants. Nous avons décelé pourtant une certaine complaisance à l'égard d'Eyadéma présenté la plupart du temps sous un jour favorable : "un certain idéalisme rend sympathique cet officier de 32 ans (...) On sent que le lieutenant-colonel Éyadéma est sincère quand il promet de rentrer dans la caserne" (18-24 mai 1970)1 et un bilan de ses "remarquables réalisations économiques" est dressé dans le no 1356 (25 juin - 1er juillet 1975). Il est vrai que lorsque des policiers armés troublent l'ordination épiscopale de l'évêque d'Atakpamé, le ton change, occasion aussi de critiquer le travail des journalistes togolais (Le scandale de Lomé, 26 mai - 1er juin 1976) ; mais, dès le no 1438, on retrouve les propos louangeurs.

  • 2 No 1249 (15-21 juillet 1971) p. 1. Voir aussi tout ce qui concerne le coup d'État en Ouganda no 12 (...)
  • 3 Que veut l'armée ? (10-16 novembre 1982) p. 6-7. Et no 1454 (11-17 mai 1977) p. 8-9 L'Afrique dans (...)
  • 4 Cf. Ethiopie : vers quel destin ? no 1441 (9-15 février 1975), p. 8-9, La révolution se radicalise (...)
  • 5 Cf. no 1374 (29 octobre - 4 novembre 1975) p. 12 sqq ; no 1409 (30 juin - 6 juillet 1976) éditoria (...)

3Mis à part ce cas, le journal préfère les militaires dans leurs cantonnements et s'était fait l'écho d'un coup de téléphone d'un officier de marine catholique qui, dès 1954, protestait de son anti-militarisme. La réponse du P. Rummelardt, le 13 octobre 1954, était cinglante : "Il est regrettable qu'il existe encore des gens bien pensants qui voient rouge dès que l'on pense aujourd'hui autrement qu'au XIXe siècle et qui s'apprêtent à vouer au bûcher ceux qui parlent de justice pour tout un chacun". En 1971, à l'occasion d'un coup d'État manqué au Maroc, l'éditorial regrette un changement de mentalité : "aujourd'hui, la perfection des armes a enlevé au militaire cette noblesse qu'on lui enviait tant. Il est devenu, comme tous ceux qui sont touchés par le modernisme, un robot, presse-bouton et presse-gâchettes (...). Les militaires qui pensent qu'ils feraient mieux que leurs chefs d'État n’ont qu’à déposer l'uniforme et se présenter au peuple. Ils contribueront pour beaucoup, en Afrique, à redonner à l'armée, le lustre que les coups d'État lui ont fait perdre"2. À propos du putsch en Haute-Volta de novembre 1982, la réflexion est menée sur "cette montée de 'jeunes loups' à la gâchette facile, qui se sentent investis d'une mission purificatrice" au Ghana, au Liberia et ailleurs, avec leur cortège de "violences meurtrières" et "d'excès". Occasion de redire que "la place des militaires, en définitive, ne se trouve pas ailleurs que dans les casernes3. Et quand, de surcroît, ils se réclament du marxisme, la mesure est comble, comme c'est le cas de Mengistu Haïlé Mariam et des membres du Derg4 ou de Mathieu Kérékou5.

Hissène Habré

  • 6 No 1648 (4-10 février 1981) p. 10-11, Qui écoute Hahré ? Mêmes idées in no 1737 {Tl octobre - 2 no (...)

4Les difficultés du Tchad intéressent beaucoup Afrique Nouvelle qui craint une "vietnamisation"6 du conflit frontalier, ce qui ferait l'affaire de Kadhafi, l'ennemi numéro un ! Dans ce contexte, l'autoritaire Hissène Habré fait l'objet de nombreuses dénonciations du type : "À cause d'un débat de politiciens intérieur à la France, on a exagérément amplifié, ces jours-ci, le problème du retrait-non-retrait des troupes libyennes du Nord du Tchad. Du coup, a été relégué au second plan, entièrement occulté le grand scandale dont se rend responsable, depuis plusieurs semaines, le régime d'Hissène Habré : les soldats gouvernementaux massacrent indistinctement la population civile dans le Sud du pays et se livrent à un pillage systématique. (...) Il ne s'agit donc pas de "bavures" comme le prétend le gouvernement de N'Djaména mais de massacre systématique. Or, ce n'est pas de cette manière-là que sera résolu le problème tchadien. Déjà, à l'occasion de la conférence de réconciliation de Brazzaville, Hissène Habré a fait preuve d'une intransigeance peu propice à susciter un début d'entente entre les fils du pays. Les massacres et autres exactions dans le Sud du pays, la mise à l'index des originaires de cette région constituent des raisons supplémentaires de s'inquiéter sur l'aptitude de l'actuel homme fort de N'Djaména à sortir le Tchad de cette interminable guerre. Ceux qui confortent les assises militaires d'un tel pouvoir devraient méditer sur l'usage totalitaire qui en est fait" (28 novembre 1984). Le rôle de la France est, évidemment, mis en cause : "profitant de ce "parapluie", Hissène Habré continue de mener sa politique d'extermination et de vengeance (...) le président Habré bénéficie du silence coupable de ses alliés, par Paris interposé... La volonté des autorités de Bangui de participer au génocide des populations du Sud tchadien se fait de plus en plus évidente... Ainsi, le régime de N'Djamena, libéré de témoins gênants, pourra donner libre cours à son œuvre d'extermination ou de "neutralisation" des populations du Sud (...) asseoir son autorité dans la dictature et le mépris total des droits de l’homme.... Et dire que le gouvernement français (officiellement en tout cas) n'est guère au courant de tout ce drame ! " (24 avril 1985). Pourtant, la rédaction n'a pas toujours rejeté la faute sur la France. Ainsi, il est écrit le 11 février 1981 "Les propos de Goukouni Weddeye laissent pour le moins perplexe. La France est responsable de tous les maux du Tchad, son armée menace à la frontière, mais c'est elle que Ton appelle au secours pour redresser l’économie. À moins qu'il ne s'agisse de propos pour la galerie, les vraies discussions se passant entre initiés".

5L'OUA, également, est mise en cause ; elle "a déçu tous ceux qui voyaient en elle une Organisation sérieuse (...). La chute de N'Djaména constitue donc un grave échec pour l'Organisation de l'unité africaine qui, pour la première fois de son histoire, avait envoyé ses propres "Casques bleus" afin de résoudre un conflit africain" (9 juin 1982). Les conditions générales, elles aussi, ont joué : "Ce pays semble ingouvernable dans son entité. (...) Habré hérite d'une situation impossible" (16 juin 1982). Il n'en reste pas moins que sa responsabilité est totale dans la situation créée, qui aurait pu être différente "si, au lendemain de sa victoire, en juin 1982, Hissène Habré s'était montré un peu plus intelligent en élargissant la base de son pouvoir et en disciplinant ses soldats de manière à empêcher les règlements de comptes et les exécutions sommaires auxquels ceux-ci se sont impunément livrés sur les populations du Sud" (7 décembre 1983).

  • 7 No 1851 (26 décembre 1984 - 1er janvier 1985), no 1855 (23-29 janvier 1985), no 1864 (27 mars - 2 (...)

6Les atteintes aux droits de l'homme qui lui sont imputées sont sans cesse stigmatisées et le mettent à la Une en 1985 ; trois couvertures y sont même consacrées7. La rédaction, souvent si prudente, le 29 mai 1985 laisse la plume à un partisan pour commenter un voyage de presse : "Nous autres, qui connaissons la mascarade et les mises en scène du tyran, ne nous étonnons pas outre mesure. C'est encore un événement à la Habré, spécialiste des opérations-surprise, des nouvelles à sensation. Il sait s'y prendre et exploite au maximum les mass-media. Surtout que beaucoup d'agences européennes lui sont favorables... Le Sud n'aimera jamais cet assassin et ses valets. Chacun de nous, dans tous les recoins du Sud (...) est en deuil ; car qui n'a pas perdu un parent, un ami dans les massacres du Sud ? Parfois, je dirais même souvent, ce sont des familles entières, ou des villages entiers, qui disparaissent.... Depuis le 8 septembre 1984, les FAN n'ont jamais cessé de séquestrer, de torturer, de surveiller nos déplacements, et enfin de corrompre, à l'intérieur et à l'extérieur. En un mot, Habré excelle dans l'art de semer la terreur et de gagner la confiance de ses pairs par le mensonge... Habré au Sud est pire qu'à N'Djaména. C'est la terreur habituelle, confortée par la présence du cerveau de l'opération-massacre... Habré au Sud c'est la mort, c'est la division dans la famille. Un malheur qui s'ajoute à un autre". Par-delà l’aspect militaire, on lui reproche les détournements publics, la corruption, comme toujours (15-21 mai 1985).

7Pourtant, à la fin de 1985, le ton est plus neutre, célébrant l'"accord de réconciliation" signé à Libreville et la volonté de paix d'Habré. La conclusion, cependant, tempère ce qui précède : "mais il ne faut pas trop se faire d'illusions. Le Tchad nous a trop habitués aux changements inattendus, aux alliances aussi éphémères que spectaculaires" (20 novembre). Finalement (3 septembre 1986), après avoir constaté que Weddeye s'est déconsidéré, par défaut, on en vient à complimenter Habré, tant, sans doute, on aimerait que les choses se passent bien : "Le seul homme capable de dialogue au Tchad est Hissène Habré. Il a établi à suffisance sa volonté d'engager des négociations de paix et de recevoir tous ceux qui voudraient rentrer au bercail pour travailler à la reconstruction nationale. Il lui restera à prendre un engagement supplémentaire : celui de la démocratie. Le temps des chefs de guerre n'a que trop duré (...). Reste une condition importante au-delà d'éventuelles discussions tchado-tchadiennes : que fera la Libye au cas où interviendrait un consensus qui pourrait bien ne pas l'arranger ?".

Sankara

8Dès le coup d'Etat en Haute-Volta, Afrique Nouvelle s'intéresse aux nouveaux protagonistes. Le 8 décembre 1982 Le capitaine Thomas Sankara est en photo dans le gros dossier confectionné par la rédaction qui reste prudente : "Pour les besoins de la cause nous avons cru devoir publier les lignes ci-dessous. C'est un extrait du discours improvisé par le capitaine Sankara. (...) Sans doute la lecture de ces quelques lignes permettront de mieux cerner le personnage". La période d'expectative se prolonge et si le sommaire du no 1753 annonce "Le capitaine-Premier ministre Thomas Sankara commence plutôt bien sa primature", on ne trouve pas d'autre jugement dans le texte lui-même.

9L'analyse de son intronisation le 16 février 1983 est circonstanciée : "C'est un discours passionné, empreint d'une sincérité et d'une honnêteté troublantes qu'il a prononcé. Est-ce une simple attitude de façade ? De sa mission de Premier ministre, il en a en tout cas une haute conscience. (...) Reste à mettre en application une ambition qui au contact des dures réalités nationales risque de s'émousser".

  • 8 No 1767 (18-24 mai 1983) p. 6-7 Qui trace la voie aux civils ? Voir aussi no 1768 (25-31 mai 1983) (...)

10Mais l'annonce de ses sympathies met le feu aux poudres : "Il est vrai que le flirt de Thomas Sankara avec Kadhafi inquiète non seulement certains milieux à Ouagadougou mais aussi les voisins de la Haute-Volta. (...) Evidemment de par ses agissements on voit en la personne du Premier ministre voltaïque le disciple de l'auteur du livre vert"8. Quand Sankara assoit son pouvoir, le 10 août 1983, un titre annonce Haute-Volta virage à gauche. Un intertitre en gras prévient Spectre libyen : "et maintenant place au phénomène Sankara. (...) En fait, le CSP qui dirige le pays depuis neuf mois était une sorte de fantôme tricéphale, victime de ses contradictions, de ses compromis et de ses tricheries". La liste de toutes les difficultés qui attendent le bouillant capitaine est longue : "C'est qu'être "progressiste" n'est pas une sinécure face aux multinationales qui font les gendarmes du tiers monde, surtout si on vous colle une étiquette pro-Khadafi, ennemi déclaré des gouvernements occidentaux".

  • 9 No 1789 (19-25 octobre 1983) p. 6-7 Jusqu'où ira Sankara ? On retrouve une nouvelle condamnation d (...)
  • 10 No 1794 (23-29 novembre 1983) p. 2 ; dans le no 1838 (26 septembre - 2 octobre 1984) une longue le (...)
  • 11 No 1812, p. 7, Haute-Volta grévistes licenciés. Cf. no 1821 (30 mai - 5 juin 1984) : éditorial Cri (...)
  • 12 No 1822 (6-12 juin 1984) p. 8 : "Alors, face au monde voltaïque angoissé et doutant aujourd'hui de (...)
  • 13 Éditorial du no 1823 (13-19 juin 1984) "Sur le plan intérieur, le choc provoqué par ces premières (...)
  • 14 No 1826 (4-10 juillet 1984) p. 9-10.

11L'éditorial qui lui est consacré le 12 octobre 1983 (Qui accuse qui ?) est très dur : "La Haute-Volta vit en ce moment dans l'euphorie de la révolution. Décidément, ce pays n'est pas au bout de ses peines. Il semble être parti pour une longue carrière dans le déchirement et les règlements de compte (liste de toutes les mesures avec un commentaire de dérision ou ironique). Il y a là une démarche claire : humilier les chefs de famille et les piétiner au nom de la révolution ". Conclusion : "Après tout, la Haute-Volta ne peut pas se permettre de sacrifier des hommes de valeur sur l'autel des mots vides de sens. Il faut donc abandonner le culte du mythe pour celui de la réalité. Thomas Sankara est un homme intelligent. Nous lui faisons confiance pour trouver le chemin de la sagesse. Sa chance de survie se trouve peut-être là". La semaine suivante, le journaliste revient sur toutes les turpitudes du nouveau régime, la disparition du droit de grève, de la liberté syndicale, sur les exactions "au nom de la révolution, bien sûr tout est permis (...). Les excès des CDR sont là (...). Toute l'influence qu'exerce Kadhafi sur Sankara... (...). Aujourd'hui, nous regardons à la loupe la Haute-Volta après deux mois et demi de révolution (...). Des faits insolites se produisent. La censure sur les communications, le viol de la conscience du peuple"9. Dans le même numéro, une réflexion générale L'Afrique des capitaines permet de réattaquer : "Le pouvoir étant relativement facile à prendre en Afrique, ces jeunes officiers tenteront leur chance. Ils tiennent pour la plupart un discours neuf qui se veut progressiste. Ils affirment un style nouveau qui les démarque de leurs prédécesseurs. Ils s'identifient volontiers aux catégories sociales les plus déshéritées. Pour tout dire, ils prônent la révolution dont on attend encore de voir les premières fleurs. Les capitaines réussiront-ils là où les généraux ont échoué ? Contentons-nous, dans le cadre de cette réflexion, de poser la question tout en marquant notre réserve sur toute expérience politique d'essence militaire". La moindre bavure est exploitée (le 9 novembre 1983 Au mercenaire ! se termine par La Révolution ne fait que fabriquer des chômeurs) mais, fidèle à ses principes, le journal consacre un courrier des lecteurs entier à donner des échos divergents sur les événements10. L'avis de la rédaction est pourtant clairement exposé un peu plus loin dès le titre : La Haute-Volta prend le chemin de la dictature, thème qui va devenir récurrent ("ceux qui en doutaient n'ont plus aucune raison de persister : avec le capitaine Sankara, c'est désormais la main de fer en Haute-Volta..."11) dénonçant pêle-mêle, les tribunaux populaires révolutionnaires12, les exécutions13, le retard à l'arrivée au Gabon lors de la tournée africaine de Sankara et les discours déjà entendus14. Mais, dès que des mesures plus modérées s'annoncent, le ton se radoucit (no 1831) : "Sur la voie de la clémence dont il vient de faire montre, le CNR devrait examiner plus sereinement dans quelle mesure les innombrables décisions de "dégagement" de la Fonction publique, de mise à la retraite anticipée n'ont pas été entachées d'arbitraire ou d'extrême sévérité... Evidemment la Révolution voltaïque ne compte qu'une année d'existence et il serait illusoire de croire que d'ici demain tout le monde s'entendra avec tout le monde. Il est déjà exceptionnel que des mesures de clémence aient été prises : les révolutionnaires, et de manière générale, les hommes au pouvoir en Afrique n'ont pas l'habitude de gracier des hommes politiques condamnés, au bout d'un an seulement d'exercice du pouvoir. Il ne faut cependant pas oublier que les mesures de clémence interviennent quelques semaines seulement après les premières exécutions de condamnations à mort dans le pays (...). Le marasme économique général actuel a été accru par le langage et l'orientation idéologique des nouveaux maîtres de Ouaga, du fait que les hommes d'affaires sont hantés par d'éventuelles mesures de nationalisations et de saisies... En définitive donc, tout en se rapprochant des pays "progressistes", la Révolution du capitaine Sankara est en train de revenir à des relations cordiales avec les pays perçus il y a quelques mois comme "réactionnaires". Les dernières mesures de clémence annonceraient-elles, qu'au bout d'un an, le pouvoir en place au Bourkina aurait atteint l'âge de raison ?". La réponse est-elle apportée l'année suivante ? On lit le 29 mai 1985 "La Révolution burkinabé se porte peut-être bien mais elle ne rassure pas totalement tous les partenaires sociaux. Les commerçants (les "gros") ont-ils peur d'une étatisation soudaine ? Psychose d'une radicalisation toujours possible et néfaste aux affaires ? À Ouagadougou, on a quelques craintes à étaler ses richesses". Une longue comparaison est menée entre le régime et celui de Sékou Touré.

12L'éditorial sur le deuxième anniversaire de la révolution (7 août 1985) se réjouit de la volonté de promotion de la femme. Il conteste en revanche le fait que les fonctionnaires soient jugés en fonction de leur pratique sportive ; il salue la libération de détenus. "Il est à souhaiter que le jeune capitaine persévère dans cette voie et reste courageux pour agir dans le sens de la tolérance. La générosité de l'homme et du régime qu'il dirige consistera dans son application à chercher pour voir, à réfléchir pour juger". La durée amène sans doute la rédaction à se poser des questions et Charles Lemaire déplore que Sankara ne l'ait pas reçu pour élucider l'interrogation sur l'emploi de la torture (21 août 1985 Etrange affaire). Or, l'année suivante (1er et 9 avril 1986) est publiée une très longue interview exclusive consistant simplement en questions et réponses, avec pour seule note originale, à la fin — "Quel est le message particulier que vous adressez aux lecteurs d'Afrique Nouvelle ? (...) Malgré quelques erreurs que nous avons eu à déplorer, surtout dans le passé, je pense que votre journal a su garder sa ligne et ne s'écarte pas de sa vocation (...). Je vous souhaite donc plein succès dans votre difficile mission ".

13Le bilan de trois ans de révolution s'étend sur plusieurs numéros et s'oblige à la sérénité. "Alors que bien peu d'expériences socialistes et révolutionnaires sont couronnées de succès, faut-il hurler avec les loups ou applaudir ?" (20 août 1986). Il permet de sentir que certains aspects séduisent, comme la volonté de se passer de l'aide extérieure, les coopératives agricoles visitées, le retour à la terre, la place donnée aux femmes : "les femmes dans la Révolution sont considérées comme des partenaires égales aux hommes. (...) Remarquable réussite. La capitale a incontestablement gagné en beauté (...) Ouagadougou est la capitale du Sahel où l'on voit le moins de mendiants et où l'absentéisme est le moins remarquable". L'absence du chef de l'État au sommet de Lomé est approuvée : "C'est à se demander à quoi servent ces sommets annuels où lors des séances à huis clos, il n'y a ni discours ni dossiers à éplucher en commun. Ces fêtes de famille sont indispensables mais elles seraient sans doute beaucoup plus utiles si l'on prenait soin de dire au Grand Chef blanc ce que l'on pense réellement de sa politique africaine. Si l'on ne tournait pas seulement autour des problèmes d'argent et de défense. Thomas Sankara a opté pour la politique de la chaise vide. Son geste apparaît aux yeux de nombreux Africains comme un acte de courage et de dignité" (19 novembre 1986).

14L'euphorie n'est pas de mise, pourtant et les C.D.R. suscitent bien des réticences. "Qu'elle est loin la Haute-Volta où chacun pouvait dire tout haut ce qu'il pense ! (...) lorsque l'on évoque la mise sur pied d'une Ecole Nouvelle où la délivrance de diplômes serait abolie, on peut dire que les erreurs commises par d'autres révolutions n'éclairent pas celle du Burkina. Mais en optant pour le changement des mentalités, la Révolution fait un pari ambitieux sur l'avenir. Reste à réduire au maximum les accidents de parcours" (30 avril 1986). Cependant, ces réserves n'ont pas suffi à un groupe de lecteurs de Ouaga dont la très longue contestation des textes précédents est fournie le 24 septembre 1986 : "nous ne vous demandons pas de décrire en noir tout ce que fait notre régime, car il y a de bonnes choses. Nous souhaitons seulement une approche plus critique de la situation". Satisfaction ne leur est pas donnée puisque, tout de suite après (8 octobre 1986), un article célèbre "la libération de tous les prisonniers politiques du pays. (...) Les autorités burkinabé ont fait ainsi une action qui redore le blason du régime en place et en même temps confirme la volonté des autorités d'assainir le climat social". Et un entrefilet le 8 octobre 1986 indique que Sankara est à Moscou, sans qu'il y ait "un alignement et une allégeance systématique à l'égard de l'URSS de la part des responsables burkinabé qui cherchent à maintenir l'originalité de leur révolution". Pourtant, l'annulation à cause de la dénonciation d'un complot par Sankara, d'une réunion prévue en Côte d'ivoire avec les chefs du Togo, Ghana et Burkina est jugée sévèrement le 14 janvier 1987. "L’attitude de Sankara est légitime mais tout à fait inopportune. (...) Il n'est nullement à l'honneur du président burkinabé d'avoir empêché les pays africains de savourer une nouvelle paix entre leurs dirigeants. S'il s'est agi de nuire à l'image de pacificateur d'Houphouët-Boigny, c'est là une gaffe monumentale". Les réductions de salaire ont provoqué la même réaction le 5 novembre 1986. "Il est vrai que les réalisations du régime des capitaines sont réelles mais aussi, elles cachent souvent les dépenses de propagande en faveur de la révolution". Une Lettre du Burkina signée Ton ami Ouédraogo Jacob Barabas est manifestement un subterfuge pour faire en une page le 28 janvier 1987 un tour d'horizon de tous les problèmes, avec humour mais sans aucune complaisance. Enfin, le 24 juin 1987, une critique très dure du livre "au ton très louangeur" d'Andriamirado réfute tout ce qu'écrit l'auteur. "Sankara le Rebelle n'est assurément rien d'autre qu'un coup de publicité qui ne manquera pas d'amplifier le mythe Sankara. Mais ce livre manque de densité et pèche par sa présentation trop "flatteuse" du chef de la révolution".

15Afrique Nouvelle disparaît quatre mois avant le chef d'Etat burkinabé, ce qui ne permet pas de lire l'éloge posthume qu'en aurait fait le journal ni de voir quel bilan global de son action il aurait retenu. Peut-être est-il possible d'avancer l'idée que les deux protagonistes ont été perdus, entre autres choses bien sûr, par leur idéalisme...

Notes

1 Voir également le long reportage Le régime militaire au Togo, no 1265 (4-11 novembre 1971) p. 8-9 et numéro précédent ; no 1271 (16-22 décembre 1971) p. 5 Le général Eyadéma triomphe à Paris ; no 1276 (31 janvier 1972) p. 5-7 Le référendum togolais ; no 1281 (31 mars 1972) p. 1 Un pays où Ton travaille dans la paix et articles p. 3 à 9 cf. Togo : pays merveilleux pour le tourisme. Le fait que l'auteur, Simon Kiba, d'habitude si virulent, ait travaillé au Togo explique peut-être ses positions. Mais après la suspension et son départ de la rédaction, on retrouve cette même attitude cf. Héros national, no 1334 (22-28 janvier 1975), p. 5 ; no 1348 (30 avril - 6 mai 1975) p. 8-9 Togo : nouvelle vigueur, p. 10 sqq.

2 No 1249 (15-21 juillet 1971) p. 1. Voir aussi tout ce qui concerne le coup d'État en Ouganda no 1226 (4-10 février 1971) p. 7 et numéros suivants, suivis par la condamnation du régime d'Idi Amin cf. éditorial no 1443 (23 février - 1er mars 1977) Les martyrs de l'Ouganda ; au Soudan no 1251 (29 juillet - 4 août 1971) ; no 1255 (26 août - 1er septembre 1971) p. 2 Réflexions sur les nombreuses liquidations physiques intervenues en Afrique à la suite d'échecs de tentatives de coups d'Etat.

3 Que veut l'armée ? (10-16 novembre 1982) p. 6-7. Et no 1454 (11-17 mai 1977) p. 8-9 L'Afrique dans la zone des tempêtes. Idées exprimées dès le no 860 (31 janvier - 6 février 1964) p. 8 La mutinerie des soldats en Afrique Orientale.

4 Cf. Ethiopie : vers quel destin ? no 1441 (9-15 février 1975), p. 8-9, La révolution se radicalise dans le sang no 1412 (21-27 juillet 1976) p. 8-9 ; titre identique Ethiopie : vers quel destin ? le 9 février 1977 ; no 1446 (16-22 mars 1977) p. 6 Révolution ou terreur ; no 1453 (4-10 mai 1977) p. 8-9 Quand le Derg choisit Moscou ; éditorial du no 1455 Arrêtez le massacre ! ; no 1482 (23-29 novembre 1977) p. 3 Quelle révolution ?

5 Cf. no 1374 (29 octobre - 4 novembre 1975) p. 12 sqq ; no 1409 (30 juin - 6 juillet 1976) éditorial ; no 1458 (8-14 juin 1977) p. 12-15.

6 No 1648 (4-10 février 1981) p. 10-11, Qui écoute Hahré ? Mêmes idées in no 1737 {Tl octobre - 2 novembre 1982) p. 5 éditorial et p. 8 Habré s'est couronné ; no 1951, p. 10-11 Tchad néo-colonie ou État indépendant ?

7 No 1851 (26 décembre 1984 - 1er janvier 1985), no 1855 (23-29 janvier 1985), no 1864 (27 mars - 2 avril 1985) ; publication aussi de nombreux témoignages dans le courrier des lecteurs, en complément cf. no 1867 ; no 1858 (13-19 janvier 1985) p. 9 Tchad aide étrangère ; no 1885 (21-27 août 1985) p. 10.

8 No 1767 (18-24 mai 1983) p. 6-7 Qui trace la voie aux civils ? Voir aussi no 1768 (25-31 mai 1983) p. 6-7 Sankara-Ouédraogo : pourquoi la rupture ? ; no 1769 (1-7 juin 1983) p. 6-7 Place aux civils.

9 No 1789 (19-25 octobre 1983) p. 6-7 Jusqu'où ira Sankara ? On retrouve une nouvelle condamnation des CDR in no 1953 (24 décembre 1986) p. 6-7 La révolution fait-elle peur ? Et in no 1967 (1er avril 1987) p. 6-7 à propos de la 2e conférence des Comités de défense de la révolution Prolétaires de tout le Faso unissez-vous !

10 No 1794 (23-29 novembre 1983) p. 2 ; dans le no 1838 (26 septembre - 2 octobre 1984) une longue lettre d'un lecteur voltaïque soutenant le régime est publiée.

11 No 1812, p. 7, Haute-Volta grévistes licenciés. Cf. no 1821 (30 mai - 5 juin 1984) : éditorial Crise politique.

12 No 1822 (6-12 juin 1984) p. 8 : "Alors, face au monde voltaïque angoissé et doutant aujourd'hui de lui-même, il faudrait, nous semble-t-il, prendre à cœur l'inquiétude des citoyens. Car pour ceux-ci se pose la question qui est de savoir comment trouver et instaurer la paix et l'unité qu'ils s'essoufflent à construire sur terrain mouvant". Et no 1828 (18-24 juillet 1984) courrier des lecteurs ; no 1874 (5-11 juin 1985) p. 8 ; no 1978 (17 juin 1987) p. 8 La magistrature touchée.

13 Éditorial du no 1823 (13-19 juin 1984) "Sur le plan intérieur, le choc provoqué par ces premières exécutions dans l'histoire politique du pays risque bien d'accentuer le malaise ressenti dans la population à cause de certaines mesures à première vue anti-individuelles... En définitive, la Haute-Volta d'aujourd'hui n'est plus à la croisée des chemins. En effet, ses dirigeants optent de plus en plus résolument pour la révolution dure et implacable. Il y a cependant des gestes qui font espérer qu'on en est pas encore arrivé à l'heure de l'aveuglement..."

14 No 1826 (4-10 juillet 1984) p. 9-10.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540