Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Quatrième partie : Afrique nouvelle et les dirigeants

2. Deux figures emblématiques de l'histoire africaine

Texte intégral

1Notre choix s'est porté sur des "héros" des indépendances, de deux parties du continent très éloignées, d'États aux passés et aux réalités fondamentalement opposés. Les deux personnages sont partis avec un capital de sympathie non négligeable et leurs échecs ont certainement contribué à démoraliser la rédaction.

L'homme du "non" à de Gaulle : Sékou Touré

2Ce chef d’État est sans doute celui qui a fait couler le plus d'encre dans le journal. Ses déclarations, ses faits et gestes sont toujours rapportés.

Préliminaires

3Dès 1955, le souci d'informer amène Afrique Nouvelle à signaler le 15 février des Troubles en Guinée tout en rappelant des principes généraux auxquels le journal est attaché : "Malgré le silence total observé à ce sujet par les informations d'origine gouvernementale, nous sommes parvenus à obtenir certains renseignements que voici (...). Nous déplorons ces incidents qui opposent entre eux les Africains. S'il était certain qu'ils sont le résultat des divergences d’opinion politique, nous nous permettrions de rappeler à nos concitoyens de Guinée que la vraie démocratie est celle qui assure la coexistence de conceptions philosophiques, religieuses et politiques différentes, et qu'il est contraire à la liberté de brimer son prochain en raison de son opinion politique. Mais en observant de plus près la situation, il semble que ce sont plutôt de vieilles querelles de familles ou de clans.)...) N'est-il pas permis alors de rappeler à tous qu'il est inadmissible de s'abriter derrière un parti politique quel qu'il soit pour satisfaire ses passions personnelles ? (...) Nous comptons sur un sursaut du bon sens africain qui comprendra qu'on ne construit pas sur la haine mais dans l'entente et le respect mutuel". Pas d'autre nouvelle importante jusqu'au moment où, le 16 octobre 1956, signale le journal, "Un observateur nous écrit La vérité sur Conakry : nous prions nos lecteurs de nous excuser si nous leur fournissons avec un peu de retard ces informations sur les événements de Conakry. Mais une première lettre envoyée par notre correspondant ne nous est jamais parvenue... C'est curieux... ".

  • 1 No 507 (23 avril 1957) p. 2 M. Sékou-Touré expose ses idées politiques et syndicales, interview de (...)

4Le pays refait parler de lui à l’occasion des attaques du RDA, contre les catholiques surtout, comme le 19 février 1957. Puis, à partir de mai 1957 apparaît une série d'articles qui permettent de retracer l'ascension de Sékou Touré puis de donner la parole à d'autres1.

Le "non"

  • 2 No 559 (25 avril 1958) p. 2. Voir aussi no 565 (6 juin 1958) p. 1 Interview de Radio Dakar.
  • 3 No 565 (6 juin 1958) p. 3 Les mouvements politiques dans les territoires dépendants obéissent à un (...)

5Le référendum met ensuite la Guinée et son leader sur le devant de la scène. "Une semaine avant le référendum les positions sont prises. MM. Sékou Touré et Djibo Bakary optent pour le "non" titre la une du 12 septembre 1958 tandis que la page deux annonce "La Guinée dira "non" au référendum : Pourquoi ?". Très vite, les méthodes employées sont contestées, comme le prouve, le 7 février 1958, ce très dur compte-rendu de la réunion du P.D.G., section guinéenne du R.D.A., il est vrai publié dans une libre tribune : "le camarade secrétaire général s'est vu enterré sous un monceau de fleurs, dont certaines venaient de lui-même : on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même. Quant au travail effectif m'est avis que c'était un détail secondaire, puisqu'aussi bien le Congrès avait pour rôle effectif de plébisciter une équipe, une équipe à une seule tête ". Conclusion : "Ce congrès, convoqué pour plébisciter un homme, a bien rempli son rôle. On a bien vu lors de la "discussion" du rapport économique, qu'il était défendu de discuter, sauf pour dire qu'on était d'accord et remercier le rapporteur de la peine qu'il s'était donné (...). Après cela un avenir radieux s'ouvre aux yeux émerveillés des Guinéens bénis des Dieux ; le peuple peut dormir sur ses deux oreilles, on s'occupe de lui, bien gentiment s'il reste sage, comme le flic s'occupe de l'accusé s'il a des velléités de vigilance (...). Gare au réveil ; car il y aura des pendus". Les informations deviennent de plus en plus abondantes ensuite, avec quelques commentaires, parfois un peu désabusés comme dans ce résumé d'une déclaration à la radio : "Coopération avec tous : musulmans et chrétiens déclare M. Sékou Touré (...). Nous ne pouvons que nous réjouir de cette volonté de tolérance"2. Ernest Milcent est reçu par Sékou Touré3 et Philippe Decraene, alors correspondant permanent à Paris insiste, le 26 septembre 1958, sur les conséquences économiques de la cassure. La conférence donnée le 20 septembre 1958 à Conakry par Sékou est retranscrite six jours plus tard sans commentaire, tandis que dans le numéro suivant (3 octobre 1958), un récit des résultats généraux du vote insiste sur le fait que le contestataire veut garder des liens avec la France et que la France ne semble pas le vouloir. Cette analyse est complétée par le texte, brut, de sa conférence de presse. Mais dans ce numéro également, on trouve la célèbre interview exclusive de Sékou Touré par J. de Benoist et une longue étude de la situation : il présente l'absence totale de manifestations ; "de longs entretiens avec MM. Sékou Touré, Diallo Saïfoulaye, Keïta Fabéba, Cantaro Faraban, m'ont convaincu de la volonté ferme des leaders guinéens d'éviter tout incident qui pourrait détériorer le climat des rapports franco-guinéens". Il insiste sur la clarté des positions guinéennes et l'obscurité des positions françaises : "le gouvernement guinéen, tout en donnant la preuve de la maturité politique de son pays, voulait ôter à la France toute occasion d'un geste spectaculaire de rupture". Le récit détaillé des événements amène à constater que "le Gouverneur Risterrucci est arrivé à Conakry avec une mission de liquidation. (...) Encore une fois il importe de répéter que la volonté du gouvernement guinéen est évidente d'empêcher tout incident de nature à compromettre des négociations ultérieures ".

  • 4 No 582 (3 octobre 1958) p. 2. Voir p. 6 le texte de la conférence du 30 septembre. Même souci de d (...)

6Ce même angle est conservé pour annoncer "la naissance de la République de Guinée". Dans le discours-programme du nouveau chef de l'État, le désir de garder des liens avec la France est souligné4. Le numéro suivant fait en deuxième page le bilan de toutes les prises de position à travers le monde face à l'événement, mais pose ensuite la question de l'enseignement privé en Guinée.

  • 5 No 585 (24 octobre 1958) p. 1-8 ; cf. aussi no 585 (24 octobre 1958) p. 2 Le parti démocratique de (...)

7En réponse au ministre, G. Vieira, chiffres à l'appui, constate : "ce que je regrette surtout, c'est qu'une collaboration plus cordiale et plus franche n'ait pu être établie. Bien des préjugés auraient pu être dissipés. Et l'Enseignement en Guinée s'en serait trouvé mieux". Huit jours plus tard, de nombreux articles encore sont consacrés au sujet. Parmi eux, le long texte d'un Européen de Guinée "Puisqu'ils ont un même but ne laissons pas déchirer l'amitié entre les peuples"5. En page 2, une revue de presse pose le problème "Pourquoi les positions diffèrent-elles au sujet de la Guinée ?" à travers Marchés Tropicaux, Témoignage Chrétien, La Vie Catholique illustrée, France-Observateur. Le 7 novembre, Afrique Nouvelle annonce que les Occidentaux reconnaissent la Guinée, mais revient sur la situation des chrétiens notant que "l'Église en Guinée ne demande que le droit de continuer sa mission de charité". Elle rapporte les propos de l'archevêque de Conakry dénonçant déjà le luxe désordonné de certains (signe d'une rupture d'équilibre dans la distribution du pouvoir d'achat), les conséquences de l'industrialisation, la tendance au collectivisme d'État, les avantages et les inconvénients d'une organisation sociale trop fortement étatisée. La conclusion est empruntée à Mgr Chapoulie, évêque d'Angers : "Si nous sommes accueillants à la conception d'un pouvoir solide à la tête de la nation, nous ne céderons pas pour autant à la mystique d'un État envahissant et tout-puissant !...". La rédaction remarque, après avoir reproduit un discours-programmme "Il s'agit là du texte "officiel" du discours (...) ; les auditeurs de la radio ont pu entendre cette phrase supplémentaire : "S'il le faut, le poteau pour les contre-révolutionnaires qui veulent encore enserrer le pays. La France a eu la guillotine, la Guinée aura le poteau..." (14 novembre 1958). L'éditorial, signé Afrique Nouvelle, prouve combien les journalistes sont partagés : "Nous sommes de ceux qui regrettent que la France n'ait pas encore reconnu la République de Guinée, de ceux qui suivent avec sympathie les efforts de son jeune gouvernement : nous ne l'avons jamais caché".

Le gouvernement de Sékou Touré

  • 6 Cf. no 589 (21 novembre 1958) p. 3 Les professeurs du Sénégal font une déclaration sur la Guinée ; (...)

8Mais, dès ce numéro, les critiques l'emportent, vis-à-vis du contenu des discours du chef et de la totale suprématie du parti, "du devoir de dénonciation visant non seulement la vie publique, mais la vie privée du citoyen (...), (de) l'interdiction et la suppression par moyens extrêmes de toute opposition". Une reproduction d’extraits de Réforme (protestant) permet d'exprimer des réticences. Sans que l'étude de l'actualité soit abandonnée, la publication du texte intégral de la nouvelle constitution de la Guinée, surtout traitée à l’aide de documents officiels, donne l'impression que la rédaction essaie de retenir des commentaires négatifs6.

9Il faut attendre le 13 mars 1959 pour qu'à partir de deux citations de Sékou Touré, un éditorial du Père de Benoist L'homme d'abord, fasse un bilan très critique de l'évolution de ce dernier. Il conclut "Un peuple est grand non parce qu'il est un agglomérat d'esclaves, mais parce qu'il est une communauté d'hommes libres". Un peu plus tard (10 avril 1959), un compte-rendu du congrès de la jeunesse du R.D.A. signé Afrique Nouvelle souligne les côtés "louables" pour mieux s'attarder sur les limites. "Il est dangereux de supprimer toute liberté et d'obliger toute une jeunesse non seulement à aller vers le même but, mais à marcher d'un même pas. Ainsi, pourquoi un jeune qui pense qu'on peut être un révolutionnaire et un patriote africain sans être communiste serait-il obligé d'entrer dans une organisation affiliée à la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique ?". Dans le même numéro, le correspondant particulier donne un long récit du rassemblement sans autre commentaire sinon à la fin, en italiques (alors que le reste est en caractères normaux) Que penser de ce Congrès ?

  • 7 Cf. no 648 (8 janvier 1960) p. 9 Depuis son retour de voyage le Président Sékou Touré s'est attach (...)
  • 8 No 663 (20 avril 1960) p. 1-9 A Conakry Conférence de la Solidarité des PEUPLES AFRO-ASIATIQUES de (...)

10La polémique se calme ensuite7 ; on trouve même le 13 avril 1960 un article empreint de sympathie, manifestement, pour Sékou Touré ; il est vrai qu'il émane d'un envoyé spécial, Antoine Soumah, qui n'appartient pas à la rédaction. Simon Kiba qui se rend sur place à la même époque, est beaucoup plus engagé et adopte, selon ses habitudes, un ton sarcastique : "Il se tient à la tribune avec l'assurance d'un patron d'usine parlant aux délégués syndicaux. C'est du moins l'impression personnelle que j'ai eue". Ses notes de voyage évoquent surtout la vie religieuse dans le pays8. Le même numéro annonce que "M. Sekou Touré annonce la découverte d'un complot. Des arrestations ont été opérées". Toutes les déclarations officielles, y compris le démenti de Paris, sont citées sans commentaires, mais Simon Kiba ne manque pas de se déchaîner sur le sujet dans un encart en page 2 : "Les événements de Conakry. M. Senghor : la Guinée est un peuple frère mais l'attitude de son Gouvernement me déçoit". Enfin, une interview à un journal danois du chef de l'État est titrée "Le communisme n'est pas la voie de l'Afrique déclare M. Sékou Touré à un journaliste". Une réflexion que la rédaction ne pouvait pas ne pas relever !

  • 9 No 666 (11 mai 1960) p. 7 Après les entretiens Sékou Touré-Soekarno accord total entre la Guinée e (...)

11Par la suite, les articles portent surtout sur les relations nouées par la Guinée, comme si l’on voulait insister sur le fait que le pays n'est pas isolé, contrairement à ce qui avait été prédit9. Pour la deuxième moitié de 1960, on ne trouve qu'un seul papier qui ne soit pas purement descriptif, celui du 16 novembre : "Certains milieux français prennent position en faveur d'une reprise des relations franco-guinéennes". Et le premier numéro de l'année 1961 annonce une tendance "Vers une normalisation des relations financières entre la France et la Guinée. Parallèlement, Simon Kiba s'étonne, ironiquement, de la découverte d'un nouveau complot. Il y revient, un mois après, dans sa chronique, toujours partagé : "Il semble exact que le Président guinéen se sente plus à l'aise avec les socialistes qu'avec les autres. Les pays du camp socialiste ont souvent à la bouche des expressions que l'on retrouve dans les discours de M. Sékou Touré. Il apparaît aussi que les pays du bloc socialiste savent recevoir le chef d'État de la Guinée. Mais là, ils jouent souvent aux Don Quichotte contre des moulins à vent, quand ils exaltent la ferme volonté du peuple guinéen qui a su dire non. Car la permission de dire non qui fut laissée à la Guinée procède d'un esprit démocratique, qui ne bourrait pas les urnes, mais a laissé la Guinée choisir (...). Je crois que la Guinée ne perd rien à avoir le même Président. Je pense en effet que M. Sékou Touré est peut-être actuellement la chance de la Guinée (...). Je sais que le régime guinéen est moins raciste que le régime portugais imposé aux Africains de l'Angola, du Mozambique, de la Guinée Portugaise (...). Mais quand les Français sont expulsés de Guinée, il s'interroge, le 8 février 1961, "La Guinée (...) ne pourrait-elle pas (...) se faire une meilleure propagande ?" L'expulsion de l'archevêque de Conakry est traitée sur une demi-page, le 30 août 1961, avec modération : "Grosse émotion chez les Croyants. Ce qu'il faut savoir.(...) Une mesure aussi grave, frappant un chef religieux unanimement respecté et qui n'a jamais cessé de manifester son loyalisme vis-à-vis de la Guinée, a ému tous les croyants de ce continent. Nous voulons espérer, cependant, qu'elle ne marque pas le début d'une persécution religieuse et que très rapidement un terrain d'entente pourra être trouvé entre l'Église catholique et le gouvernement de Guinée ".

12Le pays continue d'intéresser : les faits et gestes de Sékou Touré, en particulier ses nombreux déplacements, sont immanquablement relatés. Les négociations franco-guinéennes de mai 1963 donnent lieu à des analyses plus approfondies et la rédaction est manifestement contente, le 31 mai, que les "contentieux" entre Paris et Conakry soient apurés. Sa présence au sommet de l'OUA au Caire 1964 amène le 7 août des commentaires enthousiastes sur le succès diplomatique remporté. Le 18 novembre 1965, après quelques semaines de silence, un article s'interroge sur de nombreuses arrestations en Guinée, tandis que le numéro suivant publie les mises au point du Conseil de l'Entente et les dénégations de la France devant son implication.

13Toutes les entrevues entre Senghor et le Président sont soigneusement relatées, la plupart du temps de façon convenue. Les commentaires libres permettent de davantage laisser aller sa plume comme ici, le 14 janvier 1965 : "l'on se réjouit de part et d'autre du renforcement de la coopération entre les deux pays. On ne peut qu'applaudir à cette rencontre, comme d'ailleurs, à toutes celles qui ont pour but de resserrer des liens tout à fait naturels". Et, lors de la rupture de la coopération bilatérale entre Sénégal et Guinée, la rédaction prend la défense du premier. "Ce recul est sans doute le fait de la démesure et de l'excès de langage nuisibles au développement de notre continent. (...) Les basses injures, les viles accusations finissent soit, par lasser, soit par dessiller les yeux de l'opinion sur la fragilité, la faiblesse ou le manque de sérieux de leurs auteurs (...). Si le Président de la Guinée ne se réconcilie pas avec ses voisins, s'il n'écarte pas ce qui le sépare des autres pour construire avec eux à partir de ce qui les unit, alors l'avenir de tout ce qui a déjà pu être réalisé, soit au niveau de la région, soit dans le cadre de l’OUA sera compromis ; de même que sera vaine la lutte anti-impérialiste du Président Sékou Touré. (...) De 1958 à 1966, huit années de rancoeurs entre voisins, c'en est trop pour le développement de nos pays !... La lutte contre la misère, contre le néo-colonialisme n'est possible que dans la paix entre pays victimes de ces maux. Et la paix suppose tolérance et respect entre voisins" (7-13 juillet 1966).

14Pendant toute l'année 1967, le différend avec la Côte d'ivoire est suivi de bout en bout et le numéro du 12 octobre fait le bilan des résolutions du 8e congrès du P.D.G. Déjà, la semaine précédente avait vu à la Une : "le Président Sékou Touré assume tous les pouvoirs en Guinée".

15L'attitude envers N'Krumah est à nouveau critiquée dans l'éditorial du no 1004 sans que l'attitude d'Accra soit approuvée pour autant : "l'ex-Président du Ghana a été nommé de façon plutôt légère coprésident puis Président honoraire de la Guinée, alors que le gouvernement d'Accra lançait contre lui un mandat international d'arrestation comme s'il s'agissait d'un vulgaire trafiquant de stupéfiants". L’influence chinoise est passée au peigne fin dans le no 1024, insistant sur le fait qu’elle s'organise dans un modus vivendi avec les Américains. Très vite, un nouveau contentieux éclate, celui de l'expulsion des missionnaires européens, remplacés tout de suite par des prêtres volontaires du continent. Le ton est cependant modéré, et l'article du 1er juin 1967 se termine sur une note optimiste et déjà entendue : "puisse ce mouvement des premiers 'missionnaires' africains continuer à propager la parole du Christ et aider à resserrer les liens de fraternité qui doivent unir tous les Africains et tous les hommes". L'interdiction d'entrée en Guinée pour ces Africains est commentée tout aussi calmement la semaine suivante, insistant sur les difficultés à s'adapter à un ultimatum brutal : "il faut souligner que la revendication du Président guinéen va tout à fait dans le sens de l'Église. Mais peut-on africaniser avec des cadres qui n'existent pas ?" C'est, prudemment, par une reproduction d'un article de La Croix que la protestation de l'Episcopat est donnée dans le no 1038.

16Il serait très répétitif d'analyser tous les articles des années soixante-huit-soixante-dix qui, inlassablement, détaillent les voyages, les remaniements ministériels et surtout les "complots" sans cesse déjoués. Le no 1215 (19-25 novembre 1970) commence ainsi son papier : "l'idée de "complot permanent" est ancrée dans l'esprit des responsables guinéens, du Président Sékou Touré en particulier" tandis que le numéro suivant prend très au sérieux une nouvelle attaque de mercenaires, sujet auquel est consacrée toute la page une, y compris l'éditorial. Les pages 4 et 15, elles, titrent "l'agression contre la Guinée est un défi à l’Afrique". Pourtant, le 24 décembre "Des questions sur la Guinée" en encadré semblent prendre de la distance par rapport aux événements tels qu'ils ont été décrits par les autorités et un titre annonce avec une pointe d'ironie : "Conakry prévoit une nouvelle agression... ".

La radicalisation du régime

  • 10 Cf. aussi no 1221 (31 décembre - 6 janvier 1971) p. 2 et numéros suivants.
  • 11 No 1254 (19-25 août 1971) p. 4. Voir tous les numéros qui suivent, en particulier no 1259 (22-29 s (...)
  • 12 No 1359 (16-22 juillet 1975) p. 8. Cf. également no 1361 (30 juillet - 5 août 1975) p. 10-11 Franc (...)

17Elle ne peut pas convenir aux démocrates d'Afrique Nouvelle. Pendant toute l'année 1971, les découvertes successives de complots sont régulièrement annoncées avec ironie ou scepticisme. L'arrestation de Mgr Tchidimbo, archevêque de Conakry, suivie de sa condamnation aux travaux forcés à perpétuité provoque une grande émotion : "Indigne de l’Afrique" barre toute la Une du no 1225 qui, dans l'éditorial remarque : "ceux qui gardaient encore quelque sympathie pour le régime de Conakry ont déchanté"'10. Le "procès de la 5e colonne" est qualifié de "troublant"11, le terme d'aveux est mis entre guillemets. Tous les récits sont rédigés de façon à prouver qu'on ne croit pas aux accusations. Seul commentaire "Dakar ne répond plus aux accusations de Conakry" (15-22 septembre 1971). En revanche, dans la rubrique Commentaires libres, le traitement du soutien de Sékou Touré à Nyerere dans le différend qui l'oppose à Idi Amin provoque davantage de sarcasmes... Toute initiative heureuse telle le rôle joué par la Guinée dans la normalisation des relations entre le Mali et la Haute-Volta est cependant saluée comme il se doit comme : "Certes, l’on est souvent déconcerté par les décisions du chef de l'État guinéen ; mais cette fois, la portée des actes et leur soudaineté ont dépassé tout ce qu'on avait connu auparavant"12. Ou quand il reçoit de nombreux chefs d'État africains, prouvant qu'il veut collaborer (17-23 mars 1976). Ou bien lorsqu'il semble faire preuve de clémence (17-23 août 1977).

18"C'était prévisible" à propos de l'arrestation de Diallo Telli : "la logique de la politique de Sékou Touré le pousse à une telle procédure, confortée d'ailleurs par l'absence d'un vrai débat démocratique. L'opinion publique guinéenne existe : mais peut-elle aller à l'encontre du "camarade stratège" qui détient tous les pouvoirs au nom de la radicalisation révolutionnaire ?" (28 juillet 1976). La conférence de l'OUA au Caire, en 1964, avait été l'occasion de faire, le 4 août, l'éloge de son rôle dans le comité spécial des Nations Unies sur l'apartheid, occasion de lui prédire "une brillante carrière". Trois semaines après, sa nomination comme Secrétaire Général de l'OUA a fait la Une et ses actions, dans cette organisation à laquelle Afrique Nouvelle tient tant, ont été relatées avec sympathie.

19Dix ans plus tard (23 juillet 1986), la rédaction n'a pas oublié le triste événement de sa disgrâce : "Son douloureux calvaire, relaté bien des années plus tard, aura permis d'édifier la communauté internationale sur les méthodes expéditives de Sékou Touré. L'histoire retiendra de Diallo Telli qu'il fut un grand homme, ayant le sens de l'honneur et de la dignité. C'est aussi l'occasion de contester le projet de destruction du camp de Boiro "car, s'il est vrai que la vengeance ne sert à personne et sur ce point le général Conté a jusqu'ici fait preuve d'une grande habileté-, l'oubli systématique et l'autocensure n'apportent rien d'édifiant à un peuple qui a tant souffert d'un régime tortionnaire qui s'est illustré par ses atteintes permanentes aux droits de l'homme. Il ne faut surtout pas effacer Sékou Touré des mémoires, mais au contraire, permettre aux générations futures de connaître l'homme dans toutes ses dimensions ".

20Par-delà ces excès, dénoncés, on sent poindre les espoirs déçus : "Pays de charme et d'interrogation (...) à sa tête un personnage hors du commun (...). Mais la Guinée longtemps présentée comme "révolutionnaire" n'est plus, en réalité, ce qu'elle était... Discours aux accents pamphlétaires et aux contours révolutionnaires, pour cela le Président Sékou Touré est fort connu. Surtout pour son panafricanisme verbal. Mais cette réalité en cache une autre ; celle d'un homme avide de pouvoir, qui ne peut souffrir d'aucune contestation et qui, de "révolutionnaire" n'en a que l'épithète... (a) pratiquement conduit la Guinée au désastre (...). La Guinée ne s'est pas encore relevée de ses erreurs passées..." (27 mai-2 juin 1981).

21La rédaction regrette d'avoir dû écrire d'après des informations de radio puisqu'aucun journaliste étranger n'était autorisé. Cela laisse la porte ouverte à la publication de la position d'opposants qui dénoncent les maux de la Guinée "corruption, népotisme, violation des droits de l'homme et néo-colonialisme". Et à un commentaire : "Comme on le voit, les hommes au pouvoir en Guinée ne sont pas encore prêts pour accueillir une vie politique multipartisane, où s'entrechoqueraient démocratiquement des conceptions politiques diverses et où le peuple, souverainement, choisirait ses dirigeants et ses représentants. M. Sékou Touré n'a-t-il pas gouverné "sa" Guinée depuis 1958 comme il l'entendait en dictateur ? Pourquoi, à présent, accueillerait-il dans le pays d'autres formations politiques empêcheuses de danser en rond ?" (18-24 novembre 1981). Les analyses ne sont pas toujours aussi négatives, et Claude Aguessy qui a suivi Sékou Touré en R.F.A. relève le 30 décembre 1981 "Il faut souligner que plus d'un collègue a été séduit par le charisme du tribun africain". Un peu plus tard (19-25 mai 1982), aucun commentaire soupçonneux n'accompagne la réélection du chef de l'État : "Au lieu d'un vote, c'est un véritable plébiscite qui a porté, le 9 mai dernier, le président Sékou Touré pour sept ans encore à la tête de la République". Même ton neutre pour décrire le voyage en Espagne (9-15 juin 1982) : "Fidèle à lui-même, le président Sékou Touré a su plaider la cause de l’Afrique auprès des autorités espagnoles".

22Le premier séjour de Sékou en France depuis l'indépendance de la Guinée n'amène pas plus de passion, alors qu'il "s'est déroulé sur une toile de fond dominée par des problèmes de droits de l'homme. (...) Dans ces conditions on ne peut pas dresser un bilan "positif d'une telle visite. Elle a tout simplement revêtu le cachet de relations correctes entre la France et la Guinée. (...) Après 25 ans de brouille et de tensions, les deux partenaires ne sont pas prêts à oublier les "erreurs" du passé et à établir une coopération franche et loyale. (...) Les Français ont pris bien soin de ne pas se laisser prendre au piège (des paroles de Sékou). Ils sont demeurés strictement corrects avec leur hôte. Sans plus. (...) Le peuple français à qui il a tenu à s'expliquer l'a tout simplement ignoré. (...) Les seuls contacts qu’il a eus avec les populations françaises ont été dominés soit par l'indifférence soit par l'hostilité. La grande majorité des Français ne pardonnent pas au leader guinéen les diverses atteintes aux droits de l'homme. (...) Toutefois, Paris souhaite depuis longtemps une normalisation avec Conakry (longues explications). On le voit, malgré tout, la France et la Guinée sont liées par des intérêts communs. C'est sans doute là la raison pour laquelle le gouvernement socialiste français a accepté de mettre la sourdine sur les graves accusations qui pèsent sur le régime de Conakry" (no 1733 et 1737). Récit rigoureusement identique le 10 novembre 1982 pour le voyage au Canada.

23Le Retour au privé ne soulève pas d’enthousiasme ; "Les échecs enregistrés jusqu'ici sont sans nul doute dûs à une mauvaise gestion, à la sclérose officielle de la pluralité des idées, à la rigidité du système bien plus qu'à l'étatisation. Au lieu d'opérer des changements, le régime a toujours vu dans les critiques internes la main de l'Occident. Les liquidations ont au mieux contribué à appauvrir la Guinée en cadres compétents. L'on semble s'orienter vers une rectification du tir. Mais est-ce la voie la mieux indiquée ? Les buts visés sont nobles mais la gourmandise des commerçants peut tout remettre en cause" (23 février - 1er mars 1983).

Bilan

24La mort de Sékou Touré donne lieu, sur des pages entières, à des bilans toujours nuancés de la part de tous les collaborateurs ; on soutient l’homme du "non" et, en fournissant le détail des circonstances, on disculpe le leader : "Le fameux "NON" au général De Gaulle, se voulait, avant tout, symbole de la liberté et de l'égalité dans la coopération. Et le général De Gaulle l'aurait certainement compris, si ses collaborateurs du moment l'y avaient préparé, dans l'avion qui l'emmenait d'Abidjan à Conakry. Ce qui aurait dû se passer "en douceur", devint hélas ! affrontement psychologique. Furieux de savoir que le général n'avait même pas parcouru le texte de son discours, qu'il avait pourtant eu la délicatesse et la courtoisie de lui faire parvenir à l'avance, Sékou Touré y décela un signe évident de mépris, et le moment venu, donna à son allocution le ton d’une agressivité déroutante. Le général en fut d'autant surpris et choqué qu'il était loin de s'attendre à une telle véhémence. Et c'est ce qui, banalement, presque puérilement, entraîna la réaction française de sanction...". En revanche l’autocrate est condamné (no 1812 et suivant).

25Le récit des obsèques s'accompagne de réflexions générales : "Est-ce vrai que Sékou Touré était un dictateur, qu'il n'était pas aimé de son peuple ? Comment peut-on pleurer avec autant de peine quelqu'un qu'on aurait pas aimé, quelqu'un qui vous aurait rendu malheureux ? Est-il possible que les Guinéens se contentent de ce que Sékou Touré leur ait rendu leur dignité, alors qu'ils ont faim, alors qu'ils restent plusieurs mois sans percevoir leur salaire, ou n'en perçoivent que la moitié ? Pourtant il est manifeste aujourd'hui que cet homme qui est mort, ils l'adoraient et sa disparition les angoisse... ". Un encadré. Fausses notes, cependant, remarque qu'on pleure de joie chez les milliers qui "se sont rabattus sur le Sénégal voisin pour échapper au génocide consécutif à l'invention du "complot peulh". "C'est Dieu qui a maintenant charge de son âme et il n'appartient sans doute plus aux vivants de le juger. On ne peut cependant s'empêcher de faire quelques constats de fausses notes dans l'orchestration des pleurs".

26Un panorama de toute la carrière du leader amène à conclure : "Les années passant, Sékou Touré se rendra compte que le bilan de plus de vingt années de ce socialisme est la faillite. Et c'est cette faillite qui l'obligera à inaugurer une politique d'ouverture que malheureusement la Providence ne lui laissera pas le temps de poursuivre ".

27Enfin, une analyse (19-25 juin 1985) du coup d'État qui a suivi s’ouvre sur les perspectives d'avenir. "En somme, ce qu'il faut à la Guinée c'est une autre révolution, la vraie. Construire un pays neuf... Tourner le dos aux slogans creux et bâtir la Nation. Mais pour y parvenir il faut avant tout enterrer définitivement les mirages de Sékou Touré". Ceux qui ont collaboré ne doivent cependant pas être l'objet d'un lynchage médiatique : "Le procès des compagnons de feu Ahmed Sékou Touré aura-t-il lieu vraiment ? La question est sans doute naïve dans sa forme mais, dans le fond, le Président Lansana Conté se sent aujourd'hui très gêné par cette échéance (...). En fait, ils ne seront pas nombreux ceux qui ont, à des degrés divers, des responsabilités parfois lourdes dans ce qui s'est passé en Guinée (...). La Guinée n'a pas besoin d'une nouvelle série de pendaisons et de pelotons d'exécution, pas plus que d'une 'chasse aux sorcières'. Elle n'a pas le choix : il lui faut se reconstruire en tournant résolument le dos au passé". Et quelques mois plus tard, les protestations s'intensifient contre la politique menée : "tous les Guinéens sont unanimes pour reconnaître qu'en fait d'assainissement, il y a plutôt sabotage... De véritables actes de barbarie qui ne peuvent que susciter des affrontements sanglants quand on sait que le ciel guinéen est chargé de poudre et qu'un rien peut embraser le pays. La "patrouille" a-t-elle fait plus qu'elle ne devait faire ou a-t-elle reçu d'autres ordres que celui de procéder à des contrôles d'identité ? Tout le monde croit, qu'une fois de plus le président a laissé faire les "ennemis du pays". On crie au sabotage, tout comme hier on criait au complot" (9-15 octobre 1985). La rédaction, pourtant, tempère ses critiques le 27 mars 1985 : "Les Guinéens, après 26 ans de privation au nom de la dictature, ont peut-être cru que la "deuxième République", ce serait immédiatement le paradis sur terre ".

  • 13 Cf. no 1867 (17-23 avril 1985) p. 6-7 par Sory Baldé Guinée un an déjà ; no 1872 (22-28 mai 1985) (...)
  • 14 Voir, en particulier, La preuve du réalisme (26-28 mai 1985) p. 6 ; L'éléphant ou le cheval, no 18 (...)
  • 15 No 1926 (18 juin 1986) p. 6-7 L'État déboussolé. De notre envoyé spécial en Guinée.
  • 16 No 1938 (10 septembre 1986) p. 6-7 (S. Baldé) En attendant le 2 octobre et no 1946 (5 novembre 198 (...)

28Mais plus le temps passe, amenant des témoignages sur la dictature, et plus le bilan est critique13. Il n'est pas une semaine où un article ne passe au crible la situation de la Guinée qui n'en finit pas de liquider un héritage trop lourd ; les vingt-six années passées sont sans cesse rappelées ou en filigrane comme les pratiques de l'ancien régime qui pèsent sur la mentalité collective14. Les mêmes expressions reviennent sous la plume des différents rédacteurs, ne permettant pas de distinguer si c'est le journal qui se répète ou l'histoire : "Les difficultés léguées par 26 années de dictature expliquent en grande partie bien des aberrations que nous avons pu observer à Conakry. Mais les populations, qui ne peuvent pas indéfiniment se contenter de cette explication, commencent à exprimer quelque exaspération "15 ; "Force est de constater aujourd'hui que l'après-Sékou Touré ou la "désékourisation" se fait à pas lents que l'on se demande ce qui a réellement changé dans la vie des populations" ; "Trois ans après la mort de Sékou Touré on est frappé par l'absence de programme et les indécisions de l'équipe au pouvoir Le nouveau pouvoir a, non seulement, les aspects négatifs de son prédécesseur, mais il en a fait disparaître les quelques aspects positifs (...). D'aucuns vont même jusqu'à déplorer la disparition de Sékou Touré"'16. Il est vrai qu'on trouve des protestations contre ces positions dans le courrier des lecteurs (25 mars 1987, Guinée : désinformation).

29À travers ce panorama, on peut constater que les lecteurs d'Afrique Nouvelle ont été abondamment informés sur la Guinée : proximité avec le Sénégal, fascination pour ce pays riche qui a gaspillé ses potentialités, sympathie manifeste pour la forte personnalité de son chef dont on attendait qu'il fasse mieux ; la déception est à la mesure des espoirs conçus et la politique anti-cléricale a aggravé la rancœur. Cependant, les jugements sont toujours retenus et le ton modéré dans l’ensemble : une proportion très importante de nouvelles sont données à l'état brut.

Les espoirs déçus de Julius Nyerere

30Compte tenu de ses options religieuses, on pourrait penser que ce catholique a les faveurs d’Afrique Nouvelle. Mais, une nouvelle fois, les analyses sont nuancées et les espérances que le journal avait mises en lui n'ont pas abouti.

31En 1960, le leader du Tanganyika est couvert d'éloges et la rédaction prouve qu’il est l'objet d'un consensus. "La doctrine de Nyerere est basée sur une foi absolue en la valeur d'une démocratie non raciale". Le Tanganyika "sera le premier des territoires situés à l'est du Congo, à obtenir un gouvernement 'raisonnable'". L'homme politique est déjà traité de grand leader avant même d'avoir fait ses preuves. "Dès à présent, il a averti les foules africaines que les impôts seront probablement plus élevés qu'à présent, une fois l’Autonomie interne acquise. (...) Il ne possède toujours pas de voiture" (ce dernier détail est répété !). La conclusion s'impose : "à mon avis, Julius Nyerere deviendra pour l'Afrique, ce que le Pandit Nehru est devenu pour l'Asie. Une voix honnête et libérale dans un monde divisé" (13 juillet 1960). Un entrefilet, le 23 novembre 1960, redit "M. Julius Nyerere gagne 54 000 frs par mois. (...) Il ne possède pas de voiture et mène une existence des plus modestes, consacrée entièrement au service de son pays". Le 24 janvier 1964, coup de chapeau pour celui qui vient d'être victime des militaires : "Julius Nyerere n'est pas de ceux qui se sucrent aux dépens du peuple, achetant des villas en Europe, et faisant du népotisme à outrance". Dans l'article, il est opposé au sultan de Zanzibar qui, lui, "a certainement de bons comptes en banque et une ou plusieurs villas bien cachées dans les brumes anglaises ou près des lacs suisses. C'est devenu une habitude africaine depuis 1957".

  • 17 No 903 (27 novembre - 3 décembre 1964) p. 20 Où en est la Tanzanie ? Un reportage détaillé sur Zan (...)

32Le journal a fondé de très grands espoirs sur cet homme politique enfin honnête, sans défaut apparent, acquis à des idéaux de justice sociale, "catholique convaincu et sincère (...) promoteur d'un socialisme africain qui puise son inspiration à la fois aux sources évangéliques et dans les traditions africaines" (28 octobre 1971) et n'est pas marxiste ! La revue analyse en détail ses options en la matière, et titre "Le socialisme africain n'est pas né de la lutte des classes" ainsi pense M. Julius Nyerere" (6-12 décembre 1963. Idée que l'on retrouve le 27 mai 1965 où "le socialisme africain de Jomo Kenyatta" est sans cesse comparé à celui de Nyerere, faisant de ce dernier une sorte de référence). On lui sait gré aussi de ses efforts déployés pour sauver l'union avec Zanzibar17.

33Les nationalisations opérées au début de 1967 provoquent une nouvelle réflexion sur le socialisme tanzanien dans le no 1021. L'auteur semble rejeter les accusations d'influences chinoises et minimise l'inquiétude internationale face aux mesures prises. Le bilan de la N.A.P., huit mois plus tard (2 novembre 1967), confirme un certain optimisme en s'inquiétant davantage de la baisse du prix du sisal. Au début de l'année 1968 (11 janvier), une étude présente le voyage de René Dumont en Tanzanie et l'influence que l'agronome a pu avoir sur la Déclaration d'Arusha. L'article revient sur les efforts et les qualités de pédagogue du Mwalimu, qu'il oppose "au langage pseudo-scientifique qui avait marqué l'exposé des théories nébuleuses de l'ancien 'Rédempteur' du Ghana". Peu de temps après, une longue synthèse commencée dans le no 1073 est consacrée aux Églises d'Afrique dans la bataille du développement. Son premier volet est pour La Tanzanie, pays pilote qui, tout en redisant par deux fois que Nyerere est catholique pratiquant, en fait l'apologie. "Contrairement à ce qu'on aurait pu supposer, l'Église catholique est entrée pleinement dans les vues du leader tanzanien et a choisi de collaborer pleinement à l'édification du socialisme tel qu'il le conçoit". La collaboration entre l'Église et l'État est ensuite longuement détaillée.

34Les conséquences de la Déclaration d'Arusha sont étudiées avec plus de scepticisme. Le 4 juillet 1968, on énumère les mesures prises par M. et Mme Nyerere pour se conformer aux décisions prises : "Un exemple courageux", titre qui donne le ton. Mais on semble beaucoup plus circonspect sur le comportement des dignitaires du régime et sur les subterfuges utilisés : "personne ne se faisait d'illusion quant à l'identité du vrai propriétaire". Ni à ce moment-là, ni par la suite, nous n'avons trouvé d'écho de la villagisation, de ses principes et de ses applications. Il est vrai que la revue est suspendue en 1972-73 mais, dès 1968, des excès avaient été signalés...

35Les options diplomatiques du leader ne sont pas toujours approuvées : dans le conflit qui l'oppose en 1971 à l’Ouganda, sa préférence pour Obote face à Idi Amin, ne provoque manifestement pas l'adhésion ; quand, finalement, il cesse son opposition et accepte de signer le budget de la Communauté est-africaine, c'est le soulagement (2 décembre 1971).

36Le bilan général, hélas, est à l'opposé des prévisions, mais dressé sans complaisance, bien qu'il ait dû en coûter à la rédaction : la couverture entière du no 1742 titre La Tanzanie au bord du gouffre et un long dossier de Y. Sarr refait tout le parcours du Mwalimu. "Dès le départ, l'expérience tanzanienne se confronta à certains goulots d'étranglements qui allaient l'asphyxier par la suite : l'action des socialistes scientifiques, le naufrage de la plupart des partisans des thèses nyéréristes et les parasites qui avaient rejoint les "Ujamaa". (...) Certes, l'idéal socialiste de Nyerere reste une source d'inspiration partout en Afrique, mais la Tanzanie a raté le virage crucial de sa croissance". L'expérience des villages communautaires "ne semble pas avoir porté 'beaucoup' de fruits" ; pourtant l'échec reconnu par son responsable prouve que "c'est un bateau bien construit que le capitaine Nyerere s'apprête à abandonner" (23-29 mai 1984). "À défaut de faire de la Tanzanie une Nation riche et prospère, le président Nyerere veut au moins lui laisser en héritage le goût de la démocratie" (no 1823). "Mais la fausse note dans sa démarche, c'est qu'il envisage de demeurer à la tête du parti. Est-ce à dire que nous reverrons en Tanzanie la regrettable édition du conflit Ahidjo-Biya ?" (éditorial du 6 mars 1985).

37Le départ à proprement parler n'amène ni commentaire ni jugement de valeur, sauf cette petite phrase en forme de compliment, perdue dans le texte : "Conscient qu'il n'est plus en mesure de sortir son pays du sous-développement, Julius Nyerere préfère passer le flambeau à un autre. Un courage politique qu'il faut tout de même saluer. L'essentiel est que la Tanzanie s'en sorte" (7-13 août 1985, idée déjà exprimée dans le no 1874). L'année suivante (18 juin 1986), le jugement est sans concession. "Le manque de compétition dans un système de parti unique peut conduire le parti au pouvoir à la négligence et au relâchement. Cette déclaration, faite par (...) Nyerere (...) le 9 juin dernier à Lusaka, est-elle un aveu ou un viatique politique pour l'Afrique ?(...) Il reconnaît que l'unicité des idées est sclérosante. Mais la thèse du multipartisme défendue aujourd'hui permettait-elle à Dar-es-Salam de sortir de la léthargie politique et du marasme économique ? Théoriquement, l'idée est fertile. Pratiquement le danger d'une erreur de jugement est réel. Pour sûr, la diversité d'opinions évite l'autosatisfaction et la sclérose qui s'opposent toutes deux aux progrès". Et le bilan final du 24 juin 1987 terrible : "les vingt-cinq ans d'application de socialisme tanzanien malgré les succès remportés au plan social n'en ont pas moins plongé le pays dans la faillite économique (...). Le pays, malgré la rigueur et la transparence dans la gestion, n'a pas échappé à ce qui semble désormais être une fatalité pour le tiers-monde : endettement excessif et croissant, fragilité des matières premières, le tout doublé d'une chute vertigineuse des recettes. (...) Ce que Nyerere ne voulait pas admettre c'est qu'il est utopique de vouloir diriger un pays suivant un modèle précolonial dans un environnement économique international du type 20e siècle. Réussir le pari serait isoler hermétiquement le pays de tout contact économique moderne. Ce qui est impossible".

38La sanction économique fait passer au second plan les avancées reconnues sur le plan social. Constat certainement dur à dresser pour les journalistes d'Afrique Nouvelle !

39Ces deux grandes figures emblématiques de l'Afrique, à la longue carrière, ayant été présentées, nous avons choisi deux autres personnalités, controversées, et dont l'aventure est limitée à une époque plus récente.

Notes

1 No 507 (23 avril 1957) p. 2 M. Sékou-Touré expose ses idées politiques et syndicales, interview de l'AFP ; no 510 (14 mai 1957) p. 1 Sékou Touré Vice-président du Conseil de Guinée ; no 515 (18 juin 1957) p. 2 Une déclaration de M. Sékou Touré sur les graves problèmes actuels (AFP) ; no 518 (9 juillet 1957) p. 1 Nous dirons la vérité, si amère soit-elle. Libres positions par Diallo Boubacar Biro.

2 No 559 (25 avril 1958) p. 2. Voir aussi no 565 (6 juin 1958) p. 1 Interview de Radio Dakar.

3 No 565 (6 juin 1958) p. 3 Les mouvements politiques dans les territoires dépendants obéissent à une exigence de dignité collective, déclare M. Sékou Touré à notre envoyé spécial. La photo d'un enfant endormi est légendée : On dort mieux sur la natte qu'on a fabriquée soi-même que dans le grand lit qui a été prêté et qu'il faudra rendre.

4 No 582 (3 octobre 1958) p. 2. Voir p. 6 le texte de la conférence du 30 septembre. Même souci de défendre les écoles catholiques in no 729 (26 juillet 1981) p. 10. Une nouvelle explication des raisons profondes du "non" est redonnée dans le no 816 (29 mars - 4 avril 1963) p. 4 De Gaulle est un patriote et dans le no 1068 (25-31 janvier 1968) p. 5 Sékou Touré et de Gaulle.

5 No 585 (24 octobre 1958) p. 1-8 ; cf. aussi no 585 (24 octobre 1958) p. 2 Le parti démocratique de Guinée quitte le RDA.

6 Cf. no 589 (21 novembre 1958) p. 3 Les professeurs du Sénégal font une déclaration sur la Guinée ; no 590 (28 novembre 1958) p. 1 Ghana et Guinée décident de s'unir et de former le noyau des États-Unis d'Afrique. Texte de la déclaration ; no 591 (5 décembre 1958) p. 3 ; no 593 (19 décembre 1958) p. 3 La Guinée, admise à l'ONU, unie au Ghana, restera dans la zone franc (AFP) ; no 594 (26 décembre 1958) p. 3 Pas de nouvelles négociations sans reconnaissance préalable par la France de la République de Guinée ; no 595 (2 janvier 1959) p. 3 M. Nabi Youla a remis au Général de Gaulle une lettre de M. Sékou Touré ; no 596 (9 janvier 1959) p. 3 A la veille de la naissance de la Ve République signature à Paris du Protocole d'Accords franco-guinéens. Textes officiels sans commentaires ; no 598 (23 janvier 1959) p. 3 Protocoles d'accords franco-guinéens et échanges de représentants. Textes officiels et communiqués ; no 602 (20 février 1959) p. 3 Les jours se succèdent, et la Guinée poursuit progressivement sa marche ascensionnelle sur le plan international. A l'intérieur comme à l'extérieur de ses frontières les visites se poursuivent, les Accords se nouent, des Amitiés nouvelles se tissent et cela, avec une forte prédominance pour l"'Est". Tous les textes officiels.

7 Cf. no 648 (8 janvier 1960) p. 9 Depuis son retour de voyage le Président Sékou Touré s'est attaché à remettre de l'ordre dans l'administration ; no 658 (16 mars 1960) p. 7 Un discours du Président Sékou Touré ; no 659 (23 mars 1960) p. 1 L'amitié avec la France comme avec tout autre pays est nécessaire déclare M. Sékou Touré. Texte de l'interview du directeur pour l'Afrique de United Press à la suite de la création du franc guinéen ; no 660 (30 mars 1960) p. 7 Aux cheminots réunis en conférence M. Sékou Touré parle de l'austérité. (...) Son discours étant très long, nous ne pouvons qu'en publier des extraits.

8 No 663 (20 avril 1960) p. 1-9 A Conakry Conférence de la Solidarité des PEUPLES AFRO-ASIATIQUES de notre envoyé spécial. Et no 664 (27 avril 1960) p. 5 La semaine sainte avec les chrétiens de Guinée.

9 No 666 (11 mai 1960) p. 7 Après les entretiens Sékou Touré-Soekarno accord total entre la Guinée et l'Indonésie. Texte intégral du communiqué final ; no 671 (15 juin 1960) p. 7 Un accord Guinéo-éthiopien. Texte intégral du Communiqué Ghana-Guinée ; no 669 (1er juin 1960) p. 1-2 MM. Tubman et Sékou Touré dans une déclaration commune examinent les problèmes de l'Afrique. Texte de la déclaration ; no 669 (1er juin 1960) p. 6 Notre page économique. FRIA, un atout majeur pour la Guinée ; no 673 (29 juin 1960) p. 2 Tribune libre Le coup de pédale guinéen ; no 674 (6 juillet 1960) p. 7 Texte des accords germano-guinéens ; no 675 (13 juillet 1960) p. 7 Mobilisation des masses sur le succès du plan triennal ; no 680 (17 août 1960) p. 7 Les problèmes les plus concrets ont été évoqués par le Président Sékou Touré ; no 684 (14 septembre 1960) p. 4 Le voyage à l'Est de M. Sékou Touré ; no 685 (21 septembre 1960) p. 7 Périple de M. Sékou Touré en Extrême-Orient.

10 Cf. aussi no 1221 (31 décembre - 6 janvier 1971) p. 2 et numéros suivants.

11 No 1254 (19-25 août 1971) p. 4. Voir tous les numéros qui suivent, en particulier no 1259 (22-29 septembre 1971) p. 4.

12 No 1359 (16-22 juillet 1975) p. 8. Cf. également no 1361 (30 juillet - 5 août 1975) p. 10-11 France-Guinée : opération séduction.

13 Cf. no 1867 (17-23 avril 1985) p. 6-7 par Sory Baldé Guinée un an déjà ; no 1872 (22-28 mai 1985) p. 6-7 ; no 1873 (29 mai - 4 juin 1985) p. 6-7 ; no 1882 (31 juillet - 6 août 1985) p. 14-19 ; no 1893 (16-22 octobre 1985) p. 14-17 : les crises.

14 Voir, en particulier, La preuve du réalisme (26-28 mai 1985) p. 6 ; L'éléphant ou le cheval, no 1879 (3-9 juillet 1985) ; Coup manqué, no 1880 (10-16, juillet 1985), p. 6-7 ; no 1888 (11-17 septembre 1985 p. 10 à 12 ; no 1892 (9-15 octobre 1985) p. 10 ; no 1896 (13-19 novembre 1985) p. 8.

15 No 1926 (18 juin 1986) p. 6-7 L'État déboussolé. De notre envoyé spécial en Guinée.

16 No 1938 (10 septembre 1986) p. 6-7 (S. Baldé) En attendant le 2 octobre et no 1946 (5 novembre 1986) p. 6-7 ; no 1973 (13 mai 1987) p. 6-7 par R. Odou Fin de l’état de grâce ? Voir aussi le chapeau introduisant un dossier de Faim et Développement in no 1966 (25 mars 1987) p. 6-9.

17 No 903 (27 novembre - 3 décembre 1964) p. 20 Où en est la Tanzanie ? Un reportage détaillé sur Zanzibar est publié in no 917 (4-10 mars 1965) p. 8 et 9.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540