Version classiqueVersion mobile

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Quatrième partie : Afrique nouvelle et les dirigeants

1. La défense de la démocratie

Texte intégral

  • 1 No 1979 (24 juin 1987) p. 9 L’adieu à Lancaster House. Condamnation du régime Smith, en particulie (...)

1Nous l'avons vu à travers des cas spécifiques, la décolonisation s'est accompagnée d'espoirs très vifs. Nous aurions pu multiplier les exemples à travers le temps. Ainsi, le 5 mars 1980 l'éditorial d'Alcino Louis da Costa salue un vote historique : "la longue nuit coloniale vient de prendre fin en Rhodésie avec les élections législatives remportées par Robert Mugabe... Il faut se féliciter du processus retenu pour l'accession au pouvoir : le verdict des urnes avec toutes les garanties de liberté d'expression, dans la tradition de la démocratie britannique... Cela a été aussi l'occasion de prouver la maturité des Noirs du Zimbabwe (...). Assurément le plus difficile commence". Quelques années plus tard, la fin de la représentation blanche ne rassure pas, même si le règlement Smith-Home avait été fermement dénoncé. "Cette suppression, quoique légale, peut susciter des inquiétudes. Car entre l'idéal d'une constitution et la réalité socio-économico-politique d'un pays, il y a souvent un fossé. L'exode des blancs est toujours possible et il est illusoire de vouloir regrouper tous les Zimbabwéens dans la ZANU. Mugabe ne doit pas être grisé par le poids écrasant de son parti jusqu'à oublier qu'il y a des "sans voix" qui ont un mot à dire dans ce pays qui est le leur"1.

2La rédaction voudrait partout des régimes parfaits — ou presque — exempts de heurts, et défend bec et ongles les grands principes.

La défense des droits de l'homme

3Pour la clarté de l'exposé, nous avons scindé ce qui, dans l'esprit du journal, n'est que des facettes d'un même idéal : l'humanisme dont il se réclame l'amène à rejeter le communisme, le racisme, la violence et à soutenir les femmes comme les hommes dans la lutte pour leurs droits les plus élémentaires. Dès le départ, de nombreux éditoriaux prônent la dignité humaine, comme celui du 29 juillet 1965 intitulé Encore 250 000 esclaves !

  • 2 Cf. no 1598 (20 février 1980) éditorial Goulags africains ; no 1643, 1644, no 1646 encadrés d'Amne (...)

4Le thème spécifique des droits de l'homme n'apparaît qu'en 1966 à l'occasion d'un colloque à Dakar qui explique que l'éditorial du no 967 soit intitulé Les droits de l'homme dans les pays sous développés tandis que celui du dernier numéro de l'année est titré Droits bafoués. À partir de 1980, de nombreux reportages sur le sujet s'appuient sur des rapports Amnesty International2. En 1986, Afrique Nouvelle annonce le courrier d'un rédacteur en chef du Bénin qui réclame un "droit de réponse" à propos de l'article précédent et réfute toutes les accusations concernant sa patrie : "Nous publions ce texte dans son intégralité et le faisons suivre de notre réponse : les lecteurs jugeront". Cette mise au point est très explicite. "N'avez-vous pas remarqué que nous n'avons aucunement hésité à faire état des violations enregistrées au Sénégal où nous sommes basés ? (...) Vous êtes bien placé (...) pour savoir que notre no 1899, dont vous citez un article, a été saisi au Bénin (ainsi d'ailleurs qu'un précédent numéro consacré aux troubles scolaires dans votre pays). Sérieusement, comment pouvez-vous dès lors nous reprocher de ne pas prendre le risque de venir "mieux (nous) renseigner sur le terrain" ? (...) Cela dit, nous n'avons aucune honte à nous faire régulièrement le héraut de cette organisation humanitaire, dont les membres, de façon tout à fait désintéressée, nous en sommes persuadés, investissent, avec générosité, une énergie extraordinaire en lettres, télégrammes et autres interventions en termes très courtois auprès des grands de ce monde lorsqu'ils sont informés de diverses atteintes aux droits de l'homme (...). Faute d'avoir donné, en temps opportun, des preuves de sa bonne foi, ce serait alors faire fausse route que de contester ces informations et a fortiori, de s'en prendre à la crédibilité des journaux, fussent-ils de "renommée aussi négligeable" qu'Afrique Nouvelle.

  • 3 No 1911 (5 mars 1986) p. 2, 4, 26. Voir aussi no 1455 (18-24 mai 1977) p. 12-15 le dossier d’E. Aw (...)

Confraternellement vôtre
pour une presse plus crédible en Afrique "3.

  • 4 No 1671 (15-21 juillet 1981) p. 9-10 Maroc. Devant les tribunaux ; no 1677 (26 août - 1er septembr (...)
  • 5 No 1646 p. 22 plus no 1666 p. 23 ; no 1669 (1-7 juillet 1981) p. 23.

5Le continent n'est pas le seul visé4, et l'Iran de Khomeiny fait l'objet de très nombreuses interventions, tout particulièrement au moment de la prise d'otages américains. "Un chantage ignoble, un jeu de rançon qui humilie les deux acteurs. Le monde en émoi a assisté à un thriller de très mauvais goût où des êtres humains ont été rendus au stade d'objets que l'on échange moyennant finances. En se prêtant à ce jeu, l'Amérique a déçu. D'abord elle a créé un précédent dangereux... Washington a, une fois encore, perdu la face aux yeux du monde. L'Amérique n'est plus cette puissance sur laquelle les alliés pouvaient compter. Les États-Unis n'ont plus d’amis, ils ont des intérêts. C'est clair. (...) Quant à l’Iran, son attitude dans cette affaire démontre qu'elle fait fi des règles internationales les plus élémentaires... Logique avec lui-même, l'Imam Khomeiny a poussé son sadisme jusqu'au bout... Ce qui vient de se passer (...) démontre que la protection diplomatique, au nom des immunités prévues par le droit international, n'est plus assurée d'une manière systématique. C'est grave et il est temps de tirer sur la sonnette d'alarme"5.

  • 6 No 1678 (2-8 septembre 1981) p. 22 Iran le dernier quart d'heure. Dans le no 1680 (16-22 septembre (...)

6Mais une fois le problème réglé, les propos ne sont pas plus tendres : "En fait, ironie du sort, l’ayatollah Khomeiny se trouve presque exactement dans la même situation que le Chah qu'il haïssait plus que tout. Comme l'ex-empereur d'Iran, il a institué un régime de terreur (...). Si l'on sait que les causes de la fin du règne du Chah sont l'instauration d'un régime anti-démocratique, répressif à souhait, si l'on sait que Khomeiny n'a pas fait moins dans ce sens que l'ex-tyran de Téhéran, si enfin on accepte que les mêmes causes produisent les mêmes effets, on devra forcément conclure que le régime des mollahs en Iran est en train de passer son dernier quart d'heure"6.

7Plus tard, un éditorial de René Odou Le temps des otages dénonce le procédé le 28 janvier 1987 : "À travers les hommes et les institutions visés, c'est la démocratie que l'on assassine". Mais les États-Unis ne sont pas ménagés en d'autres occasions non plus. L'éditorial d'A. Gnonlonfoun du 8 août 1984 Où est le pari de la liberté dénonce leur attitude, eux qui ont proposé de livrer des opposants nigérians. "Depuis le jour où cette dépêche est tombée sur notre téléscripteur, notre rédaction a cessé de bien respirer. Pourquoi ? Parce que l'Amérique qui se considère toujours comme le combattant farouche des droits de l'homme a changé brusquement de visage. Elle nous gratifiait constamment de sa présence tonique dans un climat mondial fait de lourde défiance. Le rideau est-il définitivement tombé sur nos espoirs ? (...) Les États-Unis ont toujours eu une réputation des défenseurs des droits de l'homme. C'est dire qu'aujourd'hui ils n'apparaissent plus comme un point sûr pour les faibles lorsque ceux-ci sont soumis à des pressions politiques... preuve tangible que les États-Unis sont uniquement préoccupés d'eux-mêmes, de leurs seuls intérêts. Au lieu de porter des rêves d'actions de paix, ils se complaisent de plus en plus dans des rêves agressifs... Oui, il convient avant tout et pour le salut du Nigéria, de donner leurs chances aux anciens responsables au lieu de les marginaliser comme des pestiférés... ". Un nouvel éditorial d'Odou le 25 février 1987 s’insurge contre les atteintes aux droits de l'homme (exécutions, racisme). "Les États-Unis, nous objectera-t-on, n'ont de leçon à recevoir de personne, et cela est sans doute vrai. Mais en tant que porte-flambeau de la démocratie, ils se doivent de donner le bon exemple en matière de droits de l'homme. La plus importante leçon attendue d'eux est, sans aucun doute, le respect de la vie, c'est-à-dire l'abolition totale de la peine de mort. Les statistiques prouvent éloquemment que plus la répression s'exerce avec rigueur, plus la criminalité augmente. Il est difficile d'admettre que nos amis d'Outre-Atlantique ne l'aient pas compris jusqu'ici".

8Enfin, le fléau du SIDA amène une autre campagne. La revue attaque le 4 mars 1987 les "milieux ultra-conservateurs occidentaux" qui démontrent que c'est un mal africain et que les Africains vont être interdits de séjour ou refoulés. "En fait, l'exploitation abusive du sida cache mal un scandale où le racisme et la xénophobie prennent le dessus sur toute autre considération. (...) Les tests que l'on tente de systématiser sur les Africains dans les pays européens sont un affront à notre dignité et à notre personnalité. Imagine-t-on le tollé que cela aurait suscité si l'on exigeait la légitime réciprocité. Il ne s'agit pas de se voiler la face mais de barrer la route à cette propagande raciste et profondément politique qui veut que l'Africain (le Noir) soit désormais assimilé à la peste".

9Dans son combat, Afrique Nouvelle n'oublie pas de revenir aux fondements mêmes de son engagement : le catholicisme. Le 3 novembre 1982, alors que la page de couverture est barrée du titre Le droit à la justice avec la photo des hommes politiques emprisonnés en Afrique, l'éditorial d'A. Gnonlonfoun relève que "la défense des droits de l'homme en Afrique est comme un crépuscule qui dure sans porter d'espoir. (...) C'est dire que la nuit sera longue, longue avant que cette aube nouvelle souhaitée par tous ne se lève. Cependant, ne perdons pas espoir. Car ceux qui, aujourd'hui, terrorisent, emprisonnent, torturent, seront, demain, à la barre de la vraie Justice". Et les pages 6 et 7 comportent un encadré sur la "convergence entre l'idéal religieux et les droits de l'homme" qui rapporte les points de vue lors du symposium de Dakar d'un musulman et d'un catholique sur la question. Tous deux sont convaincus de la proposition.

10Jean-Paul II est présenté comme le défenseur des droits de l'homme, "le tombeur des dictateurs". Et "l’Église se doit d'être du côté des opprimés et des faibles. Elle est devenue aujourd'hui synonyme d'espoir dans le monde. À l'Église de justifier cet honneur. Toutefois il n'est pas superflu de rappeler qui est l'Église. On ne saurait la limiter au Pape, aux évêques et aux prêtres. Si leurs voix, en particulier celle du pape, sont la conscience de la chrétienté au milieu des drames de notre époque, il revient à tout chrétien de lutter contre tout ce qui écrase, humilie et enchaîne son semblable. Si la hiérarchie peut aider à s'engager, c'est aux fidèles de décider finalement" (8 avril 1987).

11Pour la rédaction également, la défense des droits de l'homme s'accompagne implicitement d'un combat contre toutes les formes de violence.

La non-violence

12La rédaction est pacifiste. L'éditorial du 27 mars 1949, en pleine guerre froide et alors que la guerre civile fait rage en Chine, est intitulé Contre toutes les guerres. Une définition des positions : "notre pacifisme ne va pas cependant jusqu'à accepter que le droit s’incline devant la force et que les justes libertés des peuples ou des individus soient bafouées impunément". Le 14 mai 1950, elle est complétée dans "Le combat pour la paix".

13L'éloge de tenants de la non-violence est fait au hasard des circonstances.

14La situation des Noirs aux États-Unis a fait l’objet de nombreux reportages tout au long de l'année 1967. La mort de Martin Luther King est à la Une du no 1079, le 11 avril 1968, alors que jusque là on en n'avait quasiment pas parlé. Par delà une nouvelle condamnation de la société américaine, c'est l'originalité d'une attitude prônée qui est soutenue : "le monde noir trouvera difficilement un autre Martin Luther King. Et tout d'abord parce que peu d'Africains peuvent ériger la non violence en force positive. Et puis c'est le genre d'homme que l'on retrouve tous les cent ans" remarque Tarwende Kanida dans les commentaires libres. Le 25 avril 1968, ses obsèques sont relatés sur une page entière par la correspondante particulière d'Afrique Nouvelle à New York. Le parcours de l' "apôtre de la non-violence" est retracé.

15Gandhi est associé à Martin Luther King le 11 mai 1983, dans l'éditorial, à l'occasion de la sortie d'un film : "ces pacifistes de la première heure nous démontrent avec éloquence qu'il y a d'autres moyens que ceux de la force et de la haine pour parvenir à ses fins. Ils nous enseignent surtout que la non-violence est une vertu qu'il n'est pas donné à tout le monde de posséder. (...) Gandhi n'est pas un film gratuit, en ce sens qu’il nous interpelle. Devant toutes les atrocités qui secouent notre société, face aux injustices sans nom, qu'avons-nous à opposer ? Le mouvement de la non-violence, que l'on a le plus souvent tendance à enterrer, est parfois la bonne réponse. (...) Il s'agit en fait de demeurer fidèles à l'image des fils de Dieu que nous sommes : des hommes qui ont pour mission de faire en sorte que la Terre soit à tous. Un idéal qui est un véritable apostolat et qui a pour devise : paix, amour, vérité". Déjà, dans l'annonce de sa mort, les 8 et 15 février 1948, on sentait une immense sympathie et l'éditorial du 9 octobre 1969, "Puisse Gandhi être écouté" était à sa gloire.

16L'héritage de Bob Marley semble du même ordre : A. Sagnane le présente le 11 mai 1983 comme un être religieux, non-violent, "un prophète de l'espérance en un monde meilleur", un grand panafricaniste.

  • 7 No 1957 (21 janvier 1987) p. 5 éditorial. Idée déjà exprimée in no 1954 (31 décembre 1986) p. 20-2 (...)

17La "Journée Martin Luther King" "Croisade pour la paix" est célébrée : "Les peuples de toutes les nations devraient enfin s'unir pour poursuivre le dur combat contre la violence sous toutes ses formes. (...) Dans les conflits et les crises, la bestialité humaine nous pousse le plus souvent à opter pour les armes et les affrontements militaires, au détriment souvent d'un dialogue salutaire (bilan des conflits mondiaux). En vérité, toute cette violence aveugle et souvent gratuite ne vaut pas le dialogue. Le cri de la conscience humaine devrait nous amener à opter pour la non-violence qui, elle, est plus constructive que toutes les "victoires" sur les champs de bataille. (...) Il faudra bien admettre un jour qu'il n'y a plus qu'une croisade possible (...) c'est la croisade pour la paix"7. La remise du Nobel de la Paix à Martin Luther King avait été l'occasion le 23 octobre 1964 d'un éloge vibrant du défenseur de "la cause des Noirs ".

18Dès les débuts, la rédaction n'a jamais manqué de s'insurger contre la violence en proposant quelques solutions : "ce qu'il faut faire, c'est œuvrer pour le triomphe du droit sur la force, de l'amour sur la haine, et la fraternité humaine sur l'avilissement de l'homme" (11 octobre 1961). Quand ces principes sont bafoués, la condamnation est là. Comme lorsque que Marien Gouabi est assassiné, même si l'on n'approuve pas son marxisme (23-29 mars 1977), ou qu'on flagelle 29 voleurs dans le stade de Nouakchott sous les vivats des spectateurs : "décidément, en Afrique, on a le temps de se livrer à des pitreries, en oubliant souvent l'essentiel. Quoi de plus navrant que d'aiguiser les appétits les plus bas de quelques poignées de badauds en mal de "programme" ? (3-9 juin 1981) ; même réaction quand les émeutes se déchaînent au Nigéria (22-28 juillet 1981, 23-29 mai 1984) ou qu'un ancien chef d'État est condamné à mort ("à l'heure du verdict, la notion du pardon ne devrait pourtant pas être perdue de vue. Celle-ci n'est pas forcément absolution mais acceptation de l'autre dans sa différence, souci du bien-être général, tolérance et modération " 29 février - 6 mars 1984 et suivant).

  • 8 No 924 (22-28 avril 1965) p. 3 éditorial Clémence ; no 1673 (29 juillet - 4 août 1981) p. 8 Mali ;(...)
  • 9 No 1687 (4-10 novembre 1981) p. 22 entière Europe : la fièvre pacifiste ; no 1717 (2-8 juin 1982) (...)

19En revanche, toutes les mesures de clémence sont célébrées comme il se doit8 ainsi que les manifestations pacifistes9, parfois au nom du respect de la tradition. "Humilier un ancien responsable est, en réalité, contraire à notre culture, à nos lois traditionnelles. Toute construction nationale qui continuerait d'ignorer cette tradition, aurait une vie bien difficile. (...) Et nous faisons nôtres ces propos du Cardinal Gantin : "une société où les personnes, les classes, les nations ne savent pas oublier les offenses et aimer les ennemis, non pas seulement de cœur, mais aussi en actes, ne construira jamais ni la justice ni la paix" (éditorial du no 1820).

  • 10 Cf. no 1728 (18-24 août 1982) p. 12-13 La course aux armements et les pays en développement.

20La course aux armements est sans cesse dénoncée, qu'elle mette en œuvre des armes classiques ou nucléaires10. Mais c'est tout le nucléaire qui finit par être rejeté car les positions se sont radicalisées. En effet, on trouve, le 30 mai 1948, une défense enthousiaste des applications possibles du nucléaire : "L'ère atomique bouleversera l'univers" est en gros caractères tandis que le 26 mars 1950 est mis à la Une "À propos de Bombe 'A' et de Bombe 'H'/La Science monstrueuse". Pourtant, il n'est pas question — arguments à l'appui — de signer l'appel de Stockholm contre la bombe car l'initiative en revient au Comité Mondial des Partisans de la Paix "dont on connaît les attaches avec Moscou"... (28 mai 1950). Quinze jours plus tard, nouvelle charge "Monstres d'Hypocrisie 12 députés communistes cherchent à camoufler la Bombe Atomique Soviétique". Le 13 juillet, le journal reproduit des extraits de L'Humanité de 1945 et de 1950 afin de démontrer la mauvaise foi des communistes et, à l'opposé, le courage du Vatican qui, "seul " s'est "insurgé" en 1945 contre la bombe atomique.

21Et quand, en 1960 explose la bombe française, un commentaire le 15 janvier expose la complexité du problème et se retranche derrière la position nuancée de Mgr Guerri, archevêque de Cambrai. Mais la conclusion est finalement plutôt hostile et prône un désarmement à l'échelle de la planète. La demande d'une centrale nucléaire à la France par Omar Bongo se situe dans un autre contexte : "À l'heure où le tiers monde en général et l'Afrique en particulier est aux prises avec de sérieux problèmes de développement, il n'est pas certain que l'option nucléaire soit un choix judicieux. Non seulement à cause des coûts exorbitants d'une telle opération, mais surtout à cause d'une technologie que nous sommes encore loin de posséder. Ne serait-il pas plus prudent, voire plus profitable, de développer plutôt et de dominer les technologies accessibles et de moindre coût qui sont largement à notre portée, comme l'énergie éolienne, l'eau, le charbon et la forêt. À vouloir coûte que coûte disposer des mêmes infrastructures que l'Occident, nous risquons de tomber dans les mêmes excès que lui" (19 janvier 1983).

  • 11 No 902 (20-26 novembre 1964) p. 3 Reprendre le dialogue ; citation no 1902 (1er janvier 1986) p. 5 (...)

22Tous les conflits sont condamnés mais certains paraissent encore plus dérisoires que d'autres, comme ceux qui opposent Niger et Dahomey en 1963-64 ou Burkina et Mali en 1986, alors que ces pays devraient mener "la main dans la main, la bataille contre le sous-développement"11.

23Là encore, impossible de justifier la violence par des arguments théologiques. À l'occasion de la mort de Sylvanus Olympio, il est rappelé que "certains membres de l'O.A.S., farouches adversaires du Général de Gaulle, ont, en effet, essayé d'accréditer l'idée que la théologie catholique admettait l'assassinat politique. Les Evêques français l'ont aussitôt catégoriquement démenti (en gras dans le texte). Nos amis de la "Chronique sociale", ont, à ce sujet, publié une note doctrinale sur "Le respect de la vie", dont nous commençons la publication" (29 mars - 4 avril 1963).

L'attachement aux idées démocratiques

24Afrique Nouvelle a bien conscience des connotations que comporte cette notion : "le tort de nos homme politiques est d'avoir surestimé un moment la valeur de la démocratie occidentale. La démocratie elle-même est une valeur fondamentale qu'il faut sauver" et pour cela, il faut l'adapter aux structures africaines comme le suggère Pierre Kanouté le 22 avril 1965 en intitulant son étude seule la palabre peut sauver l’Afrique et en prônant une réhabilitation de cette pratique. Bien évidemment, il n'est pas question d'adopter le sens donné par l'Est où existe "La 'démocratie' sans démocratie" comme le démontre une page entière consacrée à l'U.R.S.S. le 18 mars 1953.

25Un éditorial d'Alexis Gnonlonfoun, en 1984 (Complotite, no 1826), nous semble bien résumer l'enchaînement des idées exprimées par la rédaction au fil des années. "Dans chacun des cas qu'on peut relever ici ou là il y a un dénominateur commun : violation grave des libertés de l'homme. Nous pouvons brièvement en dresser l'inventaire : méconnaissance du principe des droits de l'homme, recours à la force dans les problèmes qui n'en valent point la peine, non respect des familles à disposer d'elles-mêmes, atteinte à l'honorabilité des foyers, violation flagrante des privilèges et immunités diplomatiques et consulaires (cas concrets). Evidemment, dans une société où la dictature n'est que la seule arme pour gouverner, le pouvoir public impose un service, une obligation aux gouvernés. Ainsi le peuple devient un public, le citoyen un consommateur, le travailleur un outil qu'on manipule à sa guise. Et lorsqu'on bâillonne le peuple, il faut s'attendre aux réactions de ce dernier. Le pouvoir et les privilèges que détiennent les hommes politiques sont éphémères. Voilà une vérité qu'on a trop tendance à oublier dans les milieux dirigeants africains. Cette vérité provoque le désarroi. Pour nous, c'est une ouverture ; la chance d'inventer autre chose ".

  • 12 No 547 (31 janvier 1958) p. 1 "Que gagnent nos dirigeants ? Voici la vérité. Afin de couper court (...)

26Nous avons eu l'occasion de dire que la rédaction poussait les lecteurs à s'engager, au moins dans la vie syndicale. Une analyse du P. de Benoist le 10 janvier 1958 tonne contre le cumul des mandats, l'absentéisme... et en arrive à émettre un souhait, réalisable partout, y compris en Afrique : "plutôt que de faire de la construction du pays l’œuvre d'un seul, ou d'une poignée de professionnels de la politique, n'est-il pas souhaitable que le plus grand nombre possible de citoyens y soient associés, non en spectateurs passifs, mais en responsables d'un secteur donné. Incapables d'être partout à la fois, nos hommes politiques polyvalents négligent des tâches essentielles". Evidemment, c'est de démocrates responsables et vertueux qu'il est question ; lors de la mise en place du "système démocratique" (les guillemets sont dans le texte !) au Nigéria, le montant des émoluments et les avantages des ministres sont vertement critiqués le 10 janvier 1958 tandis que ceux d'A.O.F. sont passés au peigne fin12 ; une tribune libre de Simon Kiba le 21 février 1958 Guerre aux inutiles ! s'insurge à la fois contre les Africains incapables et contre le nombre pléthorique de fonctionnaires français recasés des territoires perdus, surtout d'Indochine. "Si donc l'Administration actuelle des territoires d'outre-mer n'est pas allégée, notre autonomie interne est illusoire. Il faut avoir le courage de frapper Européens et Africains qui ne servent pas". Il est très vite relayé par une protestation contre l'augmentation du nombre des ministres, gouverneurs et administrateurs consécutive à la mise en place de la loi-cadre : "cette fois-ci, hélas, c'est le peuple d'Afrique qui paye (...). Tout cela est abusif, tout cela conduira à notre malheur, tout cela attisera les querelles politiques qui dégénéreront pour un bon nombre de gens en querelles financières". Il demande une diminution du salaire de tous les fonctionnaires, la suppression du cumul, etc. "Quant à demander à la métropole de payer, c'est simplement de l'inconscience au moment où l'on parle d'autonomie interne (...). Il faut désormais que les parlementaires africains, les ministres, les grands conseillers, les conseillers territoriaux, les fonctionnaires et les étudiants ne se mettent plus en balance avec les Européens, mais avec les employés du secteur privé, et surtout les paysans, parce qu'ils doivent être avant tout à leur service. Reste tout de même que la présence de nombreux Européens grassement payés sur nos budgets territoriaux sera encore pendant longtemps une pierre d'achoppement entre Blancs et Noirs, le mauvais exemple à citer" (28 février 1958). En revanche les ministres de la Haute-Volta qui donneront l'exemple de l'austérité en diminuant leurs traitements sont signalés le 30 mai 1958.

  • 13 Quelques exemples : no 674 (6 juillet 1960) p. 1 Non à la dictature ! ; no 710 (15 mars 1961) p. 8 (...)
  • 14 No 1646 (21-27 janv. 1981) p. 6 Mauritanie un nouveau départ ; no 1671 (15-21 juillet 1981) p. 10 (...)
  • 15 No 1714 (12-18 mai 1982) p. 6 ; éditorial du no suivant L’Afrique des démocraties sur les élection (...)

27Et les appels dans le sens de celui de l'éditorial du 4 juillet 1958 "Sans esprit civique, il n'y a pas de démocratie viable" parsèment la revue. À partir de 1960 la chronique hebdomadaire de Simon Kiba, consacrée à une analyse fine de l'actualité, défend régulièrement la démocratie, comme les éditoriaux signés de la rédaction. C'est, bien sûr, une prise de position ("Personnellement, j'ai toujours pensé que l'opposition devait être tolérée par les gouvernements") mais la teneur des éditoriaux et du reste des écrits prouve que l'ensemble des journalistes la partage. La dictature et les dictateurs sont attaqués dans les années soixante-soixante-dix13. Et durant la décennie quatre-vingt est salué l'avènement du multipartisme14, ce qui n'empêche pas d'insister sur les réticences à cette ouverture : "le chef d'État gabonais, comme bon nombre de ses pairs africains, nourrit une peur viscérale pour le partage du pouvoir" (14-20 avril 1982) ; "malgré tout, on estime que les choses se sont déroulées d'une manière assez correcte. Bien qu'il y ait quand même beaucoup à redire"15 ; "l'obstination du président Moï à vouloir détruire progressivement les valeurs démocratiques nous pousse à penser qu'au Kenya le désenchantement brûle désormais les espoirs. (...) En Afrique, nos dirigeants comprendront tôt ou tard que pour gouverner avec une marge de sécurité, l'ouverture démocratique est un mal nécessaire qui favorise le combat politique à visage découvert" (4-10 août 1982). Ces limites amènent les éditorialistes à nuancer leurs positions de principe, comme le fait le 23 novembre 1983 Alexis Gnononfoun avec un titre de circonstance Pour une Afrique nouvelle : "Nous pensons, pour notre part, que la réussite de la vie politique africaine n'est pas dans une uniformisation systématique, mais qu'elle réside surtout dans un équilibre judicieux : équilibre entre les diverses régions, équilibre entre les hommes, équilibre entre les tendances. Car dans le parti unique, les véritables règles démocratiques sont bafouées. (...) Mais si nous sommes pour le multipartisme, notre conviction est que celui-ci doit être limité sinon on risque de sombrer dans l'anarchie". Bien évidemment, tous les putschs militaires sont déplorés, comme la généralisation du parti unique, dont les dérives sont stigmatisées dès les années soixante, par exemple dans cet éditorial du 30 septembre 1965 : "on doit reconnaître que l'élu de base, secrétaire général de sous-section ou de section, est souvent le porte-parole du sommet vers le peuple et le moins possible de la base vers le sommet. Il craint qu'à toujours rapporter les critiques et les doléances de son secteur, il ne paraisse à la fin comme un opposant de fait. Il a peur également que d'autres, qui convoitent sa place, ne profitent de sa franchise pour le présenter sous un mauvais jour lors du prochain renouvellement des bureaux". Pourtant, dans le même numéro, il est vrai dans des commentaires libres, un chroniqueur habituel, juge "excellente" l'initiative de Nyerere qui, dans le cadre du parti unique, a imposé deux candidats par circonscription. "C'est ainsi que plusieurs ministres ont été battus, le peuple ne voulant point d'eux. Je pense que cette façon de faire est bonne parce que le résultat d'un vote acquis d'avance est un non-sens. Peut-être Julius Nyerere a-t-il seulement pensé qu'il était un homme faillible ainsi que les leaders de son parti. Il a donc décidé de faire des élections un véritable choix. Et le peuple ne pourra pas dire demain qu'on l'a obligé à plébisciter qui que ce soit". Trois "pronunciamentos" en l'espace de quelques semaines, amènent, dans l'éditorial du 13 janvier 1966 à préciser : "si le parti unique avait été autre chose que ce qu'il est dans certains États, il lui aurait été possible de jouer son rôle dans l'intérêt du bien commun, et le peuple n'aurait pas eu recours à l'armée pour chasser les dynasties en formation". Il est vrai que Simon Kiba, dans les numéros qui suivent, envoyé spécial à Ouagadougou, donne une version assez favorable du coup d'État en Haute-Volta.

28Le bilan de l'année passée dans le premier numéro de 1969 redit pourtant en page une : "notre continent, à quelques exceptions près, a choisi le parti unique, invoquant la nécessité de l'autorité, de la stabilité et de la discipline. Il ne faut cependant pas confondre discipline et dictature... Même si l'on opte pour le parti unique, un dialogue permanent doit s'instaurer non seulement à l'intérieur de ce parti mais aussi avec tous les autres enfants du pays". Et moins de deux mois après (20 mars) "Les partis uniques ou même largement majoritaires, n'étant talonnés ni par une opposition ni par une presse, peut-être même pas par une justice assez indépendante, sont bien à l'aise pour étouffer les actes répréhensibles des "petits copains". Retour encore sur le sujet dans la dernière semaine de novembre pour dénoncer à nouveau les dérives du parti unique : "la conscience nationale s'effrite, le militantisme n'existe plus. C'est l'ère des applaudissements sur commande".

29Et que pense la revue de Dakar du régime politique de son pays ?

Afrique Nouvelle et la démocratie sénégalaise

30Aurait-il été envisageable que cette publication existe de la même façon si elle avait été localisée dans un autre État africain ? N'a-t-elle pas pu développer tous ces thèmes sensibles parce qu'on l'a laissé faire ? A l'inverse, on peut également se demander si elle n'a pas donné des signes d'allégeance au gouvernement sénégalais pour avoir davantage de latitude.

31Une lecture fine ne permet pas de trouver de complaisance vis-à-vis de Léopold Senghor.

32Certes, ses talents ne sont pas passés sous silence comme le 11 novembre 1971 : "l'allocution du Président Senghor (...) mériterait d'être rapportée en son entier. Ses qualités : brièveté, concision, précision

33Sa place d'homme de lettres est régulièrement reconnue (chaque distinction dans une université étrangère est répertoriée) et son élection à l'Académie des Sciences Morales et Politiques, puis à l'Académie française ou sa réception à l'Académie des Sciences d'Outre-mer sont traitées comme il se doit.

34Le chantre de la négritude suscite l'adhésion, et le premier Festival Mondial des Arts Nègres, par exemple, vaut, dans l'éditorial du no 973 et dans les numéros suivants, un éloge appuyé à son promoteur. La publication par Présence Africaine d'une nouvelle édition de son Anthologie de la Nouvelle poésie africaine et malgache amène dans le no 1004 ce jugement : "Chef d'État du Sénégal, écrivain, éminent poète de la négritude et humaniste, M. Léopold Sédar Senghor a été un des premiers africains dans les écoles supérieures françaises. Ses oeuvres littéraires forment un pont important dans la compréhension internationale". Sa participation à l'émission de la télévision française En direct avec est une autre occasion de mettre en valeur les multiples facettes sa "personnalité attachante" (29 décembre 1966-4 janvier 1967).

  • 16 No 1774 (6-12 juillet 1983) p. 14-19 21 Questions à L. S. Senghor ; no 1687 (4-10 novembre 1981) p (...)

35Ses prises de position théoriques ne suscitent pas d'objection majeure (16-22 juillet 1975). On lui sait gré de ne pas s'enfermer dans sa tour d'ivoire : "le Président Senghor qui est un homme de culture éminent s'est penché pendant dix jours sur les problèmes les plus quotidiens d'une masse en grande partie analphabète. Si tous les gars du building et de l'Université en faisaient de même !" (4-10 mars 1965). Ses 70 ans sont fêtés d'abord par un très long entretien avec Sœur Jean-Bernard qui insiste sur sa jeunesse et ses talents, traite le sujet avec un style plein de complicité ; la conclusion le présente comme un modèle à suivre et à imiter (12-18 mai 1976) ; l'éditorial du 6 octobre qui suit revient sur l'anniversaire qui, en dehors des traditionnels compliments, constate : "homme d'équilibre, doté d'un sens de la mesure parfois déroutant, Léopold Sédar Senghor donne la primauté à l'esprit. Cette option est souvent mal perçue par ceux qui ne partagent pas ses opinions. Et voilà qu'il est qualifié de modéré, sinon de réactionnaire parce qu'il refuse de s'engager dans des voies douteuses dont il ne voit pas l'issue". Une interview d'A. Gnonlonfoun pleine de remarques dithyrambiques se termine par une annonce de contact gardé ("je vous parlerai au moment opportun à cause du sérieux de votre journal. En exclusivité si vous le voulez"'16). Tandis qu'un encadré annonce la mort d'un deuxième enfant du Président et lui adresse ses condoléances.

  • 17 Cf no 1686 (28 octobre - 3 novembre 1981) p. 9 Sierra-Leone Stevens décroche.

36Mais, à l'occasion, on se fait l'écho de reproches : "le président Senghor est revenu, après un mois passé en Normandie absence d’ailleurs qui a fait l’objet de nombreux commentaires. La tâche qui l'attend est énorme, car bien des choses se sont passées depuis le 3 août et la situation n'est pas très claire" (13-19 septembre 1963). Il peut même être égratigné comme dans cet éditorial du 7 janvier 1981 : "la transition s'est déroulée comme prévu, c'est-à-dire dans le calme et la dignité. Les faits ont donc donné tort aux prophètes de malheur qui espéraient quelque coup d'éclat... Au contraire, fidèle à sa tradition démocratique, le Sénégal a, une fois de plus, donné au reste de l'Afrique une leçon de maturité. (...) Espérons que tout cela sera suivi d'une efficacité réelle dans la solution des problèmes économiques et quotidiens des Sénégalais, efficacité qui, il faut le souligner, a terriblement fait défaut pendant les vingt années de présidence du "père de la Nation", M. Léopold Sédar Senghor". Et le 28 janvier suivant : "N'aurait-il pas été plus fin de penser à une telle loi bien avant la démission de Senghor ? Le fait de la rendre rétroactive (...) donne la gênante impression d'une loi sur mesure. Et puis, comme le souligne le PDS un président qui a démissionné de sa charge peut-il être concerné ? Dans le contexte économique difficile que connaît le Sénégal, la dotation aux anciens présidents est pour le moins exagérée. Un député du parti socialiste (au pouvoir) l'a dit Senghor n'a pas besoin de cette dotation pour vivre. Espérons qu'il s'en passera, ce serait un point positif pour son image de marque". Par la suite, la rédaction ne manque jamais de rappeler la noblesse de ce départ et de regretter que d'autres chefs d'Etat s'accrochent au pouvoir, sans choisir cette solution de sagesse17. A l'inverse, ceux qui l'imitent sont applaudis, comme le président du Cameroun, malgré l'absence évidente de sympathie pour cet "autocrate" qui "n'a assis son autorité et imposé l'unité qu'au prix d'une répression policière et militaire dans les années 60" (...) : "Ahidjo est sorti par la grande porte et son départ ressemble étrangement à celui de Senghor en 1980" (10-16 novembre 1980).

  • 18 No 1657 (8-14 avril 1981) p. 6-7 l'événement. Sénégal perspectives d'une "ouverture". Autres éloge (...)

37L'avènement du successeur, "homme lucide et clairvoyant"18 est salué avec bienveillance et espoir : "C'est dire que le gouvernement fonctionnera dans un esprit de collaboration spontanée et de probité. Ainsi donc, le Sénégal d’aujourd'hui est sous le signe du renouveau" (éditorial du 6 avril 1983). Afrique Nouvelle a toujours manifesté sa sympathie pour "ses qualités extraordinaires d'homme d'État, malgré son jeune âge" et lui avait prédit le 10 juin 1971 un avenir prometteur. Déjà, dans le no 1178 du 5-11 mars 1970, un portrait plus que flatteur, au moment de sa nomination comme premier ministre, en faisait "le symbole du travail (...) calme, discret et sérieux". Ses rendez-vous réguliers avec la presse avec "une courtoisie exemplaire " sont appréciés (no 1848 et suivant).

  • 19 No 1866 (10-16 avril 1985) p. 7 et 8 Sénégal la guerre psychologique. On note d'autres propos durs(...)
  • 20 No 1695 (30 décembre - 5 janvier 1982) p. 13 Rétrospective de l'année 1981. Cf. aussi Perspectives (...)
  • 21 No 1723 (14-20 juillet 1982) p. 5 Vive la démocratie ! Le Sénégal devient un "exemple" cf. no 1687 (...)

38Un éloge de toutes les mesures positives prises par le président et de la démocratie sénégalaise accompagne l'événement. La reconnaissance du parti de Cheikh Anta Diop est approuvée : "Senghor (...), expéditif, persistait à qualifier toute opposition non officielle de "crypto-personnelle"... M. Abdou Diouf a pris la décision que son prédécesseur craignait de prendre : libéraliser la formation des partis politiques..." (no 1658). En revanche, son principal opposant est durement attaqué : "Maître Abdoulaye Wade, vos critiques sont peut-être pertinentes, vous avez fait du droit, de l'économie. Mais, le Jihad... jamais... Prier pour le bien du Sénégal, de la démocratie, de la liberté, d'accord. Pour la chute et le mal du Président Diouf, j'ignore si l'Islam le permet, en tout cas la religion chrétienne ne le permet pas..."19. L'ouverture démocratique du Sénégal, "pionnier dans ce domaine"20 est, en général, encensée comme dans cet éditorial : "Le Sénégal, donc, en dépit de ses difficultés économiques, constitue à tous égards une expérience démocratique bien intéressante à suivre de près. Il faut partir de l'idée que la démocratie sénégalaise n'est pas un mythe africain au masque de néo-colonialisme"21. Les élections multipartites, en 1983, permettent de lui faire la part belle : "cette victoire cela va de soi est d'abord un acquis du Sénégal et de ses dirigeants, mais aussi et surtout le triomphe d'une certaine idée de l'Afrique et de ses hommes (...) l'expérience sénégalaise ouvre la voie au pluralisme démocratique tant décrié par certains. (...) En définitive, ces élections législatives et présidentielles sénégalaises nous enseignent la foi en l'avenir. Un avenir non pas pour le Sénégal lui-même mais pour toute l'Afrique, dans la démocratie enfin retrouvée" (23 février - 1er mars). Occasion aussi de louer le choix du Président Senghor pour son successeur et de se féliciter de la bonne marche des opérations (2-8 mars) sans pourtant passer sous silence les positions de tous ceux qui ne sont pas d'accord avec les résultats des élections (9-15 mars).

  • 22 No 1848 (5-11 décembre 1984). Voir aussi no 1886 et 1887 (28 août - 10 septembre 1985) p. 5.

39Il n'en reste pas moins que les analyses peuvent être critiques comme celle consécutive au remaniement ministériel qui a suivi (dont le détail est relaté) : "l'on s'attendait à ce que le président réduise au maximum possible les postes ministériels qui coûtent cher à l'État. Au contraire, le nouveau gouvernement compte 28 membres contre 27 au précédent" (6-12 avril 1983). D'autres sont plus dures comme celle portant sur le succès électoral du parti majoritaire l'année suivante : "au lendemain de ces élections, la presse gouvernementale n'a pas hésité à parler de "raz de marée ", allusion faite à la victoire du PS. Il ne reste pas moins que tout le monde reconnaît l'absence du véritable enjeu ; autrement dit l'absence de toute possibilité d'alternance vu le système électoral en vigueur pour ces élections, et qui n'a pas manqué de provoquer l'indifférence d'un grand nombre d'électeurs (...) Pour les observateurs avertis (...) les résultats obtenus donnent cependant à cette consultation l'allure d’élections dans un pays à parti unique (...). Cette atmosphère sereine... pourrait favoriser une révision du code électoral en vue de restaurer la crédibilité des élections et du système démocratique sénégalais”22.

  • 23 No 1674, (5-11 août 1981) p. 5 éditorial Le pourquoi, article p. 6-7 ; no 1675, (12-18 août 1981) (...)

40Le rôle d'Abdou Diouf sur l'échiquier international ne soulève pas grande objection. À propos de la Sénégambie, son action est suivie et explicitée ; seule, l'intervention des troupes sénégalaises et le vide politique créé par le président Jawara rendent plus sceptique le journaliste23. L'inquiétude est plus manifeste en ce qui concerne la Casamance, mais on retrouve là des positions communes à tous les médias sénégalais. Un long article explique les tenants et les aboutissants du problème et remarque : "le Sénégal a toujours été et demeure un pays de grande stabilité sociale. Les affaires du tribalisme du régionalisme y sont inconnus, contrairement à ce qui se passe ailleurs en Afrique. C'est pourquoi le problème casamançais est un non sens, tant qu'il ne se pose pas de façon pacifique" (5-11 janvier 1983). Le procès de cent-cinq "séparatistes casamançais" est une nouvelle occasion pour faire un éloge : "quel qu'en soit le verdict, les institutions ont démontré, une fois de plus, que le Sénégal est bien un État de droit où la Magistrature n'entend nullement céder à l'arbitraire" (4 décembre 1985).

41Le 23 juillet 1986, sa présidence de l'OUA vaut à Abdou Diouf une brassée de compliments : "Tout au long de l'année qui vient de s'écouler, le président en exercice de l'OUA, le Sénégalais Abdou Diouf, aura attiré sur lui les projecteurs de l'actualité. À la fin d'un mandat qui aura largement contribué à renouveler le prestige de cette fonction. (...) Son action, étrangement, plus que de résultats effectifs, semble marquée par une amélioration notable de l'image de marque du président et, par osmose, de celle de l'OUA toute entière. (...) Le bilan de cette année à la tête de l'OUA est incontestablement positif. Et si les résultats se font attendre, chacun saura gré au président Diouf d'avoir tant fait. (...) Diouf a été, pendant un an, sans doute le meilleur président que l'OUA ait connu".

42Mais, globalement, Afrique Nouvelle fait un bilan sans complaisance de la politique présidentielle : "Le poids du Sénégal sur l'échiquier international est donc indéniable. Ce pays a d'autant plus de mérite qu’il est pauvre et confronté à des problèmes économiques et sociaux de tous ordres (...) audacieux plan de redressement. (...) Le Président Diouf encore auréolé de son brillant passage à la tête de l'OUA, joue son avenir politique (...). On ne peut que se féliciter de la grande stabilité du pays. Mais le régime n'en a pas pour autant fini avec les problèmes de la Casamance et de la Sénégambie qui restent en suspens, en attendant une solution heureuse.

  • 24 No 1950 (3 décembre 1986) p. 5 éditorial L'heure des choix. Voir aussi no 1798 (21-27 décembre 198 (...)
  • 25 No 1970 (22 avril 1987) p. 7-8 Le pouvoir sans panique et no 1972 (6 mai 1987) p. 8 La police au p (...)

43Il y a enfin l'expérience démocratique en cours. Le multipartisme sénégalais est un fait, mais l'opposition, principalement, s'interroge toujours sur son rôle et sur la finalité de l'opération. Car, en définitive, la question est de savoir si, dans les conditions actuelles, l'alternance démocratique est seulement possible. Sans remettre en cause le système, nombre de Sénégalais ne cachent plus une certaine déception, voire leur lassitude, face à des joutes politiques sans impact réel sur leur vie quotidienne.(...) Dans cette première partie de notre dossier sénégalais, nous voulons ainsi aborder trois chances perdues" (Casamance, Sénégambie, multipartisme)24. Dès 1981, déjà, la rédaction s'était émue d'interpellations (30 septembre - 6 octobre 1981, Que se passe-t-il ?) et les manifestations de policiers à Dakar amènent un commentaire au ton légèrement critique sur la réaction au sommet "révélatrice de la volonté du gouvernement de ne pas trop parler de ces événements noirs. (...) En fait, en réduisant les commentaires au minimum nécessaire, le pouvoir veut sans doute donner l'impression de minimiser cette agitation pourtant extrêmement grave"25.

44La laïcité adoptée par le Sénégal est implicitement ou explicitement saluée, comme dans cette longue analyse du directeur de la bibliothèque de l'Université de Dakar le 17 juillet 1985.

45Il semble indéniable que le climat général sénégalais ait été un facteur favorable à la longévité d'Afrique Nouvelle. Compte tenu de ses options, la rédaction ne pouvait que se féliciter d'être installée dans un pays où le premier chef de l'État, lettré et catholique (mais cet aspect-là n'est pas souligné, contrairement à bien d'autres exemples, sans doute par respect pour la majorité musulmane) était en mesure d'apprécier la qualité du journal. Et dans le traitement de l'information donnée sur le voisin guinéen que nous allons aborder, Afrique Nouvelle réagit souvent en défendant la position sénégalaise, sans être partiale pour autant.

Notes

1 No 1979 (24 juin 1987) p. 9 L’adieu à Lancaster House. Condamnation du régime Smith, en particulier dans le no 1270 (9-15 décembre 1971) p. 7 Après l’abandon des Noirs aux blancs et p. 6, 12 Dans le sillage du synode l'Eglise de Rhodésie engage l'épreuve de force contre le racisme du régime Ian Smith.

2 Cf. no 1598 (20 février 1980) éditorial Goulags africains ; no 1643, 1644, no 1646 encadrés d'Amnesty ; no 1663 (20-26 mai 1981) : Côte d'ivoire Amnesty dévoile ; no 1694 (23-29 décembre 1981) p. 5 éditorial ; no 1723 (14-20 juillet 1982) p. 9 Maroc Amnesty accuse ; no 1760 (30 mars - 5 avril 1983) p. 10 Gabon-Zaïre des pouvoirs pâles ; no 1819 (16-22 mai 1984) sur le Gabon ; no 1831 p. 21 des enfants dénoncent la torture à l'initiative d'Amnesty sénégalaise ; no 1838 p. 19 Amnesty dénonce (Burkina, Cameroun) ; no 1841 p. 8 Guinée Amnesty satisfaite ; no 1843, avant-dernière page entièrement consacrée au texte d’Amnesty International Programme en 12 points pour la prévention de la torture. Même texte sur la 4e de couverture du no 1845, sur l'avant-dernière page no 1847 ; no 1847 (28 novembre - 4 décembre 1984) couverture Amnesty en Afrique. À l'intérieur, p. 14-16 Amnesty International : rendez-vous africain. Compte-rendu d'une conférence à Arusha ; no 1855 (janv. 85) p. 6-7 suite des dénonciations des crimes d'Habré en citant Amnesty + dénonce la charia et la violence au Soudan ; no 1899 (27 novembre 1985) p. 7 Togo et p. 8 Bénin Amnesty ; no 1900 (4 décembre 1985) p. 8 ; no 1903 (8 janvier 1986) p. 22-23 sur le rapport d'Amnesty de 1985 Afrique : silence, on tue ; no 1927 (25 juin 1986) p. 6-7 (Lemaire) Ces prisonniers qu'on assassine ; no 1962 (25 février 1987) p. 11 États-Unis.

3 No 1911 (5 mars 1986) p. 2, 4, 26. Voir aussi no 1455 (18-24 mai 1977) p. 12-15 le dossier d’E. Aw ; no 1927 (25 juin 1986) p. 5 éditorial.

4 No 1671 (15-21 juillet 1981) p. 9-10 Maroc. Devant les tribunaux ; no 1677 (26 août - 1er septembre 1981) p. 20-21 Droits africains ; no 1684 (14-20 octobre 1981) p. 5 éditorial ; no 1698 (20-26 janvier 1982) p. 9 Cap-Vert on accuse ; no 1747 (29 décembre 1982-4 janvier 1983) p. 14-17 Réfugiés. Une question de droits de l'homme ; no 1679 (9-15 sept. 1981) p. 10/19 : Ouganda ça dure ; no 1682 (30 septembre - 6 octobre 1981) p. 9 Zaïre, silence on épure ; no 1684 (14-20 octobre 1981) p. 8 entière Zaïre ça continue ; no 1696 (6-12 janvier 1982) p. 9 Gabon l'opposition décimée ; no 1697 (13-19 janvier 1982) p. 9 Ouganda on arrête ; no 1711 (21-27 avril 1982) p. 5 éditorial sur l'Ouganda ; no 1897 (13-19 novembre 1985) p. 8 sur la situation en Guinée ; no 1899 (27 novembre 1985) p. 9 la situation en Ethiopie ; no 1906 (29 janvier 1986) p. 5 éditorial sur l'Ouganda La force et la raison ; no 1975 (27 mai 1987) p. 10 Le bilan de Mobutu.

5 No 1646 p. 22 plus no 1666 p. 23 ; no 1669 (1-7 juillet 1981) p. 23.

6 No 1678 (2-8 septembre 1981) p. 22 Iran le dernier quart d'heure. Dans le no 1680 (16-22 septembre 1981) p. 23 Panique à Téhéran on trouve même à propos de Khomeiny Sera-t-il capable à lui tout seul d'emplir le néant ?

7 No 1957 (21 janvier 1987) p. 5 éditorial. Idée déjà exprimée in no 1954 (31 décembre 1986) p. 20-21 Le chemin de la paix passe par le cœur des hommes.

8 No 924 (22-28 avril 1965) p. 3 éditorial Clémence ; no 1673 (29 juillet - 4 août 1981) p. 8 Mali ; no 1770 (8-14 juin 1983) p. couverture Maurice Yameogo enfin réhabilité ; éditorial Enfin libre !

9 No 1687 (4-10 novembre 1981) p. 22 entière Europe : la fièvre pacifiste ; no 1717 (2-8 juin 1982) p. 14-15 Terrorisme, violence politique et défense de la démocratie.

10 Cf. no 1728 (18-24 août 1982) p. 12-13 La course aux armements et les pays en développement.

11 No 902 (20-26 novembre 1964) p. 3 Reprendre le dialogue ; citation no 1902 (1er janvier 1986) p. 5 éditorial Guerre inutile. Plus no 1905 (22 janvier 1986) p. 5 ; no 1966 (25 mars 1987) p. 5 éditorial Les chemins de la paix. Prône la discussion à propos de la guerre du Tchad. "Aucune victoire militaire de l'une ou l'autre partie ne mettra fin au conflit. Reste donc à opter pour une solution par voie diplomatique comme le préconisent les chefs d'État de l'OUA. Le président tchadien ne s'y étant jamais opposé. Quant à Khadafi, il trouverait là une porte de sortie honorable pour son pays. Il sauverait en même temps son régime menacé aussi bien de l'extérieur que de l'intérieur".

12 No 547 (31 janvier 1958) p. 1 "Que gagnent nos dirigeants ? Voici la vérité. Afin de couper court aux bruits, souvent malveillants, qui courent sur les soldes ministérielles, nous avons établi, d'après les textes officiels, les soldes et indemnités" ; no 549 (14 février 1958) p. 1 rectificatifs officiels ; cf. aussi no 549 (14 février 1958) p. 8 lettre d'un ancien combattant, ironique sur les salaires des chefs par rapport à la piétaille.

13 Quelques exemples : no 674 (6 juillet 1960) p. 1 Non à la dictature ! ; no 710 (15 mars 1961) p. 8 et 9 Démocratie ou Dictature ? L'Afrique Noire est-elle atteinte de "Dictaturite" ? ; no 722 (7 juin 1961) p. 12 La fin d'un dictateur ; no 1910 (26 février 1986) p. 5 éditorial Le crépuscule des dictateurs ; no 1918 (23 avril 1986) p. 20-21 L’Eglise contre la dictature. Voir aussi notre étude sur les chefs d'État africains.

14 No 1646 (21-27 janv. 1981) p. 6 Mauritanie un nouveau départ ; no 1671 (15-21 juillet 1981) p. 10 démocratie élargie ; no 1707 (24-30 mars 1982) p. 6-7 Nigéria l’âge de maturité ; no 1709 (7-13 avril 1982) p. 8 Sénégal an XXIII renforcer la démocratie ; no 1714 (12-18 mai 1982) couverture + p. 6-9 Élections en Gambie ; no 1715 (19-25 mai 1982) p. 5 éditorial L'Afrique des démocraties ; no 1720 (23-29 juin 1982) p. 6-7 L'Afrique des démocraties : Port-Louis donne le ton ; no 1728 (18-24 août 1982) p. 9 Guinée Equatoriale nouvelle constitution ; no 1860 (27 fév. - 5 mars 1985) p. 12-13 Bénin ; no 1861 (6-12 mars 1985) éditorial Le temps des consultations

15 No 1714 (12-18 mai 1982) p. 6 ; éditorial du no suivant L’Afrique des démocraties sur les élections à 100 %. Voir aussi no 920 (25-31 mars 1965) p. 3 éditorial Élections ; no 1718 (9-15 juin 1982) p. 9 Kenya parti unique en question ; no 1719 (16-22 juin 1982) p. 5 éditorial En communion avec ; no 1720 (23-29 juin 1982) p. 10 Kenya à l'heure du parti unique ; no 1726 (4-10 août 1982) p. 5 éditorial Pouvoir ébranlé ; no 1728 (18-24 août 1982) p. 8-9 Kenya après le coup d'État ; no 1752 (2-8 février 1983) p. 10 Côte d’ivoire le bâton et la carotte ; no 1758 (16-22 mars 1983) p. 5 éditorial à propos d'un "complot" en Haute-Volta ; no 1794 (23-29 novembre 1983) p. 7 De la démocratie en Côte d'ivoire. Le modèle paternaliste ; no 1862 (13-19 mars 1985) sur les élections au Gabon ; Démocratie éditorial du 24-30 avril 1985 ; no 1897 (13-19 novembre 1985) p. 6-7 Pour une démocratie pluraliste interview de Gbagbo ; no 1921 (14 mai 1986) p. 20-21 L'Eglise interpelle l'État ; no 1954 (31 décembre 1986) p. 10 Kenya la chasse aux sorciers ; no 1965 (18 mars 1987) p. 5 éditorial à l'occasion de la réélection du chef d'État gambien.

16 No 1774 (6-12 juillet 1983) p. 14-19 21 Questions à L. S. Senghor ; no 1687 (4-10 novembre 1981) p. 14-15 Culture et politique à l'Académie d'outre-mer : la réception de Léopold Sédar Senghor de notre envoyé spécial Joseph Roger de Benoist membre correspondant de l'Académie des sciences d'outre-mer. Cf. aussi no 1974 (20 mai 1987) p. 16-17 Senghor homme de culture (et le 13 mai à la rubrique Culture).

17 Cf no 1686 (28 octobre - 3 novembre 1981) p. 9 Sierra-Leone Stevens décroche.

18 No 1657 (8-14 avril 1981) p. 6-7 l'événement. Sénégal perspectives d'une "ouverture". Autres éloges in no 1672 (22-28 juillet 1981) p. 18-19 Abdou Diouf en Allemagne ; no 1761 (6-12 avril 1983) éditorial ; no 1777 (27 juillet - 2 août 1983) p. 5 ; no 1918 (23 avril 1986) p. 22-23 Au service de l'Afrique et de la démocratie.

19 No 1866 (10-16 avril 1985) p. 7 et 8 Sénégal la guerre psychologique. On note d'autres propos durs in no 1699 (27 janvier - 2 février 1982) p. 8 Tribulations d'un parti d'opposition ; éditorial du 28 août 1985 Limites d'une démocratie ; no 1978 (17 juin 1987) p. 9 Wade candidat.

20 No 1695 (30 décembre - 5 janvier 1982) p. 13 Rétrospective de l'année 1981. Cf. aussi Perspectives d'une "ouverture" (8-14 avril 1981).

21 No 1723 (14-20 juillet 1982) p. 5 Vive la démocratie ! Le Sénégal devient un "exemple" cf. no 1687 (4-10 novembre 1981) p. 2.

22 No 1848 (5-11 décembre 1984). Voir aussi no 1886 et 1887 (28 août - 10 septembre 1985) p. 5.

23 No 1674, (5-11 août 1981) p. 5 éditorial Le pourquoi, article p. 6-7 ; no 1675, (12-18 août 1981) p. 5 éditorial Vers une Sénégambie, p. 6-7 Le mal gambien ; no 1749 (12-18 janvier 1983) p. 10 Sénégambie. Consolidation ; no 1750 (19-25 janvier 1983) p. 8 Sénégambie étape décisive ; no 1752 (2-8 février 1983) p. 6-7 Sénégambie : deux États, un seul peuple.

24 No 1950 (3 décembre 1986) p. 5 éditorial L'heure des choix. Voir aussi no 1798 (21-27 décembre 1983) p. 6-7 Que réserve l’avenir ?

25 No 1970 (22 avril 1987) p. 7-8 Le pouvoir sans panique et no 1972 (6 mai 1987) p. 8 La police au pas.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search