Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Quatrième partie : Afrique nouvelle et les dirigeants

Afrique nouvelle et les dirigeants

Texte intégral

1Les préoccupations du journal, nous l'avons déjà dit, sont d'abord africaines. Tout en reconnaissant des vertus à la colonisation, la rédaction a fondé de grands espoirs dans les indépendances. Elle a néanmoins continué à donner des nouvelles de la France et, bien sûr, c'est d'abord à travers les chefs de l'État qu'elle a jugé la politique menée, surtout en direction du continent. Mais ce sont les figures de proue du continent africain qui l'ont passionnée. Nous avons eu l'occasion de noter son extrême méfiance pour le colonel Kadhafi, ses sentiments mitigés envers N'Krumah, son admiration pour les talents de Léopold Senghor.

2Ici, nous allons compléter notre approche par une synthèse sur ses conceptions de la vie de la cité et sur quelques régimes ou personnalités marquantes, d'époques différentes. En étudier davantage aurait été fastidieux, même si on peut regretter de ne pas voir apparaître Houphouët-Boigny ou le Capitaine Rawlings... Le premier a eu une longévité comparable à celle de Sékou Touré et le second nous aurait ramenés au Ghana ou au portrait d'un jeune militaire intransigeant, comme l'a été Sankara, donc à des répétitions. Mais, quel que soit le personnage abordé, en filigrane, reste l'attachement premier aux valeurs démocratiques.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540