Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Troisième partie : Un journal militant

4. Les combats pour une Afrique nouvelle

Texte intégral

1Les comptes-rendus des cérémonies d'indépendance sont, dans l'ensemble, comme nous l’avons déjà vu pour le Ghana, enthousiastes mais réalistes. Le 10 août 1960, la Une est barrée d'un énorme titre LES QUATRE ÉTATS DE L'ENTENTE SONT INDÉPENDANTS. Un sous-titre précise DES PEUPLES ENTHOUSIASTES POUR LA LIBERTÉ mais conscients des difficultés de l'indépendance ; surtout un certain nombre d'autres demandent des accords : "Dans l'enthousiasme et le calme le Dahomey a proclamé son indépendance. M. Maga appelle les autres États à l'union, et d'abord à l'union économique ; Côte d'ivoire saluant l'État indépendant du Dahomey, M. Denise évoque l'avenir des États d'Afrique et souligne la vocation de l'Entente : "UNIR". L'éditorial de la semaine suivante revient sur ce sujet : "Plus que jamais les jeunes nations africaines ont besoin de se serrer les coudes". En ce sens, toute intervention de l'ancienne métropole est considérée comme un retour en arrière. Au moment du coup de force contre le président M'Ba, l'éditorial du 28 février 1964 assène : "l'honneur et la fierté ne sont pas que des mots. C'est pour les posséder dans leur plénitude que nous avons lutté jusqu'à l'indépendance (...). Il y a des accords qui ne devraient jamais être conclus, surtout s'il s'agit de réinstaller un gouvernement, comme au Gabon. Dix autres États ont signé avec la France des accords plus ou moins semblables qui, au demeurant, ne fonctionnent que suivant le bon vouloir de Paris (...). Nous pensons que les raisons données par la France sont un prétexte pour sauvegarder les intérêts capitalistes dont Léon M'Ba est le fidèle gardien. Le Congo, le Dahomey, le Togo dont les sols et sous-sols sont pauvres, ne méritent pas cette attention ! ". La conclusion s'impose d'elle-même : "L'appel d'une armée étrangère équivaut à accepter la tutelle étrangère".

2À travers ce chapitre, nous allons appréhender quelques thèmes, très différents, qui donnent une idée des options de la rédaction pour une Afrique unie, indépendante et mûre.

La quête d'une impossible unité

  • 1 Voir aussi no 659 (23 mars 1960) p. 3 Le problème de l'unité. Le Mali n'épargnera aucun effort pou (...)
  • 2 Exemples no 661 (6 avril 1960) p. 8 "L'Union Equatoriale", une réalité ? et M. Monnet préconise un (...)

3Le 9 mars 1960, un éditorial signé de la rédaction et intitulé Retour à la sagesse ? pose rapidement le problème de l'éclatement des entités territoriales créées par la colonisation : "M. Houphouet vient d'affirmer que le moment était venu de chercher l'entente et l'union par une coopération plus sincère, plus confiante et plus fraternelle. Venant après l'annonce faite à Bangui qu'il était nécessaire de reconstituer sous une forme nouvelle l'ancienne Fédération de l'Afrique Equatoriale, ces paroles réchauffent le cœur de tous les Africains et de tous ceux qui ont toujours cru à la nécessité de l'unité africaine. Mais, comme le Président Senghor, nous n'en demeurons pas moins réalistes. Nous savons bien que les États-Unis d'Afrique Noire ne sont pas pour demain (obstacles examinés). Pour parvenir à l'entente fraternelle, il est d'abord nécessaire de parler le langage de l'amitié et de la tolérance, non celui de la méchanceté ou de l'humeur. (...) Il n'y aura pas d'unité si la liberté n'est point rétablie. Qu'ils (les dirigeants) sachent, en tout cas, que l'appui de ce journal est acquis à tous ceux qui veulent œuvrer réellement pour l'unité et la fraternité africaines. Nous avons choisi, voici bientôt 13 années, une devise à laquelle, malgré tout, nous entendons rester fidèles. Et, dans notre esprit, il n'est point d'Afrique Nouvelle concevable qui soit morcelée ou divisée contre elle-même". Dans le même numéro, un article reproduit les déclarations d'Houphouet et permet d'annoncer : "Vers une amitié renforcée entre les États de l'ex-A.O.F. Les dernières déclarations au Mali et au Conseil de l'Entente laissent entrevoir la réconciliation tant souhaitée". La semaine suivante, les rapports Guinée-Communauté étudient les conséquences de l'attitude de Conakry, puis les problèmes du Mali1. Les préoccupations en faveur de l'unité sont telles que, souvent, deux articles sur le sujet paraissent par semaine2. Le 11 mai 1960, à la suite d'un essai publié la semaine précédente et intitulé "Bâtir nos Nations en transcendant les divisions imposées par la colonisation", Ernest Milcent croit "l'unité africaine en bonne voie : Depuis quinze ans, l'unité africaine est en marche. À certains moments, elle paraît sur le point de se réaliser. Puis elle s'éloigne, comme le mirage du désert. Nous avons ressenti cette impression au cours des mois passés. Mais voici qu'à nouveau l'horizon s'éclaire et qu'une fois de plus le but ne paraît plus très éloigné". La semaine d'après, l'éditorial revient aux réalités : "Un sérieux avertissement. Nous n'avons jamais cessé dans ce journal de dénoncer les graves dangers de la balkanisation africaine. Les événements de ces dernières semaines viennent malheureusement de montrer une fois de plus combien nous avions raison. Isolés, remplis de méfiance les uns vis-à-vis des autres, les jeunes États africains, quel que soit leur statut juridique, sont devenus des proies faciles pour tous les aventuriers du monde, et, ce qui est plus dangereux encore, sont maintenant l'enjeu des luttes d'influences que ne cessent de se livrer les grandes puissances (...) L'Afrique va-t-elle devenir la terre bénie des putshs (sic) et des complots ?" Huit jours plus tard, l'éditorial est à nouveau optimiste et se réjouit de l'avancée de l'unité africaine. "Dans ces conditions, il n'est pas interdit de penser que l'Union des Républiques d'Afrique Equatoriale part sur des bases solides. Puissent tous les autres États prendre exemple sur elle ! Puisse tout le monde comprendre qu'il suffit parfois de réaliser l'unité sur le plan économique pour que le reste soit donné de surcroît".

  • 3 No 673 (29 juin 1960) p. 1. Dans ce même numéro, Pour une table ronde africaine. Par Honoré Tonard (...)

4Le mois suivant (6 juillet 1960), Milcent se fait un plaisir de rendre compte d"'un livre à lire : Vers les États-Unis d'Afrique" et chaque numéro donne des informations sur le "renforcement de la coopération interafricaine" (ici no 672 du 22 juin 1960). La visite du président Tubman en Guinée est présentée comme "Un pas vers l'unité" car "cette prise de contact a permis un rapprochement entre les deux voisins et a donc constitué un pas, parmi d'autres, vers la réalisation de l'unité africaine "3.

  • 4 No 681 (24 août 1960) p. 1. Cf. également no 682 (31 août 1960) p. 1-2 très long article : Les pos (...)
  • 5 No 682 (31 août 1960) p. 1 ; no 685 (21 septembre 1960) p. 1 nouvel éditorial sur le même thème Ne (...)

5Si le journal cherche le moindre signe qui va dans le sens de sa thèse, les contre-exemples n'en sont que plus durement ressentis. Ainsi, c'est sur toute la page qu'est annoncé que LE SÉNÉGAL SE RETIRE DU MALI et proclame son indépendance. L'article de Simon Kiba commence par "Ainsi donc ce beau rêve de l'unité africaine reçoit un coup très dur dans la dislocation de ce qui a symbolisé depuis janvier 1959, pour beaucoup, la meilleure façon pour des pays faibles d'être dans ce monde un élément qui compte"4. L'éditorial de la semaine d'après, La Communauté menacée ?, est consacré à l'événement : "Car la communauté est une grande famille où la France tient la baguette de l'aînesse. Leur attachement au chef de famille (de Gaulle) est certes grand, mais les États Africains possèdent aussi d'autres liens de parenté qui leur tiennent à cœur. Ils sont justement Africains et tout ce qui est Africain ne peut leur être étranger. (...) La communauté risque ainsi de s'écrouler comme un château de sable. La guerre d'Algérie l'aura tuée. (C'est pourquoi il faut vite finir cette guerre). Elle n'est pour le moment qu'une pomme de discorde. Elle risque de devenir sous peu un poison mortel"5.

  • 6 Entre autres, no 696 (7 décembre 1960) p. 1 Vraies ou fausses indépendances ; no 697 (14 décembre (...)

6Le 19 octobre 1960, à la Une, Kiba revient à la charge avec "l'espoir que suscite la Conférence inter-États". La légende de la photo est révélatrice : "Des divisions artificielles que nous aimerions supprimer, mais...". Cela introduit une série d'articles sur L'unité africaine Une étude de Joseph Ma Thiam. Les points sur les i sont définitivement mis dans l'éditorial du 9 novembre 1960 : "Le combat difficile et audacieux, qui a valu depuis 13 ans à "Afrique Nouvelle" l'une des toutes premières places sinon la première dans l'Ouest africain, ne prend pas fin avec la proclamation des indépendances (...). Après avoir été, contre vents et marées, le confident et souvent le porte-parole de ceux qui luttaient pour une Afrique libérée, aujourd'hui, plus que jamais, notre journal, conscient de servir la vocation africaine, veut s'attacher, contre vents et marées, à informer par-dessus les nouvelles frontières et préparer l'issue qui se dessine irrésistiblement à travers les hésitations, les retours en arrière et même les échecs : l'unité africaine. (...) L'unité que nous voulons, c'est la solidarité totale de nos pays, dans la diversité et la "complémentarité", sans aucune pression extérieure. Ce qui ne veut pas dire : sans l'aide des peuples frères plus favorisés, pourvu que cette aide soit désintéressée politiquement". Il serait très répétitif de donner les textes qui, sans cesse reviennent sur ces idées, avec les mêmes mots6.

7Dès le 18 janvier 1961 est posé le problème de la nationalité dans les nouveaux États africains. Cette longue étude se termine par "l'unité dans chaque État, c'est la première étape vers cette unité africaine dont rêvent tous les Africains qui ont le sens de l'intérêt général". La semaine suivante, Simon Kiba, à propos du voyage de Senghor à Accra, martèle "Ce sont deux nouveaux champions de l'Unité africaine qui se rencontreront. Il s'agira de définir les méthodes pour commencer l'approche de cette hydre à abattre qu'est la balkanisation. Hydre qui semble vouloir vivre au moins encore 25 ans".

  • 7 No 1747 (29 décembre 1982 - 4 janvier 1983) p. 8-9 Guinée appel à l'unité. Cf. no 1759 (23-29 mars (...)

8Chaque événement permet de noter — ou d'infirmer — les progrès vers cette unité tant rêvée : la naissance de l'OAMCE, les fêtes de l'indépendance du Sénégal : "Il est tout de même réconfortant que l'objectif de l'unité africaine objectif que certains voudraient ravaler au rang des mythes demeure la préoccupation première de toutes les politiques africaines et que, pas à pas, elles s'en rapprochent" (12 avril 1961). Les visites officielles comme celle de Senghor en Côte d'ivoire ou en Mauritanie sont célébrées avec un enthousiasme délirant (no 1271, 1275). On en oublie même ses réticences vis-à-vis de Sékou Touré : "Quelque vingt ans après le rêve brisé de N'Krumah, l'idée de l'Osagyefo rejaillit en Guinée (...) En fait, le chef de la révolution guinéenne n'a fait que dire tout haut ce que beaucoup d'Africains pensent et souhaitent au fond de leur cœur(...) car ce qui fait effectivement la faiblesse du continent, c'est avant tout la division en micro-États"7. La mort de Defferre est l'occasion, le 14 mai 1986, d'un retour en arrière ; "la loi cadre (...) allait consacrer la division des peuples africains (...) Aussi, est-ce vigoureusement que les adversaires de la loi cadre ont crié au morcellement de l'Afrique. Morcellement qu'ils ont appelé la "balkanisation" de l'Afrique. (...) Mais aujourd'hui l'Afrique unanime a tenu à rendre hommage à celui que la vieille comme la jeune génération considèrent comme l'un des précurseurs de la décolonisation".

9Ce rêve d'unité va même jusqu'à déplorer la multiplication des établissements d'enseignement supérieur nationaux, comme le fait l'éditorial du 30 octobre 1969 à l'occasion de l'annonce de la création d'un centre universitaire en République Centrafricaine : "ça et là, chacun veut son établissement d'enseignement supérieur. Et pourtant, on avait espéré que l'Université serait, s'il le faut, le dernier bastion à lutter contre la balkanisation. En effet, quoi de plus exaltant que la vie en commun de jeunes Africains venant de milieux, de tribus et de pays divers".

La défense des organisations supranationales

10À l'inverse, toutes les tentatives d'unions, en particulier économiques, ont été saluées comme il se doit. On pourrait prendre l'année 1963 et y étudier la multitude d'articles sur l'U.A.M. (Union Africaine et Malgache). À la fin de l'année (13 décembre) un grand titre barre même la dernière page : "Lentement mais sûrement, on va vers le MARCHE COMMUN AFRICAIN (en capitales et en rouge !). Pourtant, les conséquences de la crise gabonaise amènent à partir du 6 mars 1964 une série d'articles quelque peu désabusés. Les vœux pour 1965 (no 908) se réjouissent de tous les "efforts de regroupement régionaux (qui) ont été faits : Conférences sur le fleuve Sénégal, sur le fleuve Niger, constitution de l'Union Douanière et Economique de l'Afrique Centrale". La naissance de l'O.C.A.M. est l'objet d'un dossier de quatre pages dans le no 915 (18-24 février 1965) qui fait le point sur le passage de l'Union Africaine et Malgache à l'Organisation Commune Africaine et Malgache. Sa transformation en O.C.A.M.M. vaut le 5 février 1970 un éditorial enthousiaste, qui se termine sur l'espoir d'un "maillon important vers l'unité africaine". L'article central est intitulé "Les pays de l'O.C.A.M. décident de prendre leur destin historique en mains".

11Le 17 juin 1965, une page entière étudie l'état d'avancement de cette unité et remarque : "L'ex-A.O.F. a existé par la volonté du colonisateur ; pourquoi aujourd'hui tant de dissensions qui n'ont aucune base populaire ?" L'éditorial du même numéro insiste une fois encore "Nous pensons que la formule des regroupements régionaux et des sous-groupes est la meilleure façon de faire l'unité africaine". Celui de la première publication de l'année 1967 ne fait que répéter ce qui devient un vrai leitmotiv : "dans les vœux des Chefs d'État, il est beaucoup question de l'Afrique unie. Pour le moment, il s'agit d'un vœu pieux, mais en 1967 nous regarderons les jalons positifs qui seront posés pour cette unité (...) C'est donc une solidarité accrue que nous souhaitons à l'Afrique, pour que la liberté et la démocratie ne meurent pas complètement et pour qu'ainsi les succès des uns et des autres servent au bonheur de tous". Les commentaires libres un peu plus loin parlent de façon plus originale des clivages entre francophones et anglophones "toujours aussi éloignés les uns des autres qu'un Scandinave d'un Chinois. Ils se rencontrent dans des conférences inter-africaines où ils n'ont rien de mieux que de se livrer à des combats épiques. Les francophones cherchant la petite bête et les anglophones la grosse. Les uns raisonnant, les autres voulant l'action directe". Cette même année voit explicité le besoin d'organiser le marché par produit pour défendre le développement économique africain : "Il faut pour l'arachide un marché commun" à la Une du no 1022. L'éditorial du no 1046 laisse transparaître une légère nostalgie : "L'esprit aofien (ou aéfien) devrait être restauré après avoir été purifié de ses conceptions coloniales et même néo-coloniales. C'est de nouveaux grands ensembles qu'il faut constituer et cela ne sera possible que si, çà et là, les préjugés d'ordre ethnique, ou même racial tombent". Le document du 23 mai 1968 est symptomatiquement intitulé Une leçon pour les États africains : l'entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché Commun. Quant au marché commun africain, l'éditorial du 21 mai 1970 se plaît encore à l'évoquer "pour le développement” mais il constate qu'il est éternellement au point mort.

12En 1982 (no 1717), on croit encore au vieux rêve : "À terme, les perspectives qui s'ouvrent pour cette frange importante de notre continent ne peuvent être que bénéfiques. À condition bien sûr que la bureaucratie et la politique politicienne ne viennent pas entraver le déroulement normal des opérations. (...) Cette volonté communautaire, pour le moment essentiellement économique, pourrait se transformer en politique. C'est un vœu. On imagine un peu ce qu'une telle entité, recelant des potentialités agricoles et industrielles énormes, devrait apporter au développement des États africains dans leur ensemble. Dans ce continent noir, morcelé et fortement divisé, l'idée d'intégration qui sous-tend l'action de la Communauté est un élément d'espoir. Une réponse à ceux qui soutiennent que l'"Afrique est mal partie".

  • 8 No 860 (31 janvier - 6 février 1964) p. 8. Cf. également éditorial no 914 (11-17 février 1965).

13En toute circonstance, Afrique Nouvelle soutient l'ONU, l'éditorial du no 697 est même intitulé plaidoyer pour l'ONU, celui du no 946 Salut à l'ONU ; Alcino Da Costa se rend à New York pour assister à la 7e session spéciale. En Afrique Orientale, quand les militaires sortent de leurs cantonnements, la rédaction aurait largement préféré que ce soit l'organisation qui mette de l'ordre plutôt que les Anglais ! "À peine indépendants, ces trois pays de l'Afrique Orientale se voient obligés de recourir à la force de l'ancien colonisateur (...). Le retour des Anglais ne risque-t-il pas de compromettre la confiance que ces peuples avaient en leurs dirigeants ?(...) Il restait quand même une autre solution : celle de demander l'aide la moins intéressée possible, l'aide la plus neutre possible. Pourquoi n'a-t-on pas fait appel à l'O.N.U. ? Sans doute parce que les décisions de cet organisme ne sont jamais prises avec l'urgence nécessaire. On devine les palabres qui auront suivi une telle demande, laissant en ce moment libre cours aux mutins"8. Le voyage de U Thant en Afrique est l'occasion dans l'éditorial du 8 janvier 1970 de clamer la confiance de l'Afrique, des pauvres en général, envers l'organisation internationale.

14Plus encore l'OUA est souhaitée. Sa création semble "la mise en route d'un processus vers un meilleur avenir en Afrique" comme l'a publié le 17 mai 1963, en caractères gras, Simon Kiba au moment de la première réunion à Addis Abeba, "le Bandoeng de l'Afrique". Les deux numéros suivants reviennent longuement sur le sujet, faisant le tour des difficultés et des espoirs, donnant le texte intégral de la Charte de l'Unité africaine en lui souhaitant "longue vie". La Conférence des ministres des Affaires Etrangères de l'OUA à Dakar permet de ré-expliciter toutes les idées de base (en particulier le no 836 où l'éditorial remarque : "le compromis, et parfois le tâtonnement a été et restera encore longtemps la règle du jeu" tandis que Gabriel d'Arbousier fait le point). Son premier anniversaire, le 22 mai 1964, permet de réaffirmer, dans l'éditorial, son utilité pour lutter contre "l'égoïsme micro-national" et pour éviter que l'Afrique soit "un ensemble de pions que joueront à leur gré les grands de ce monde". Les conflits frontaliers qui suivent (Algérie-Maroc ; Ethiopie-Somalie) voient une contribution de l'organisation jugée "considérable" même si l'égoïsme des États est épinglé. Une très longue mise au point de Simon Kiba fait la part entre "le mythe et la réalité" et assène : "nous assistons donc depuis un an à la balkanisation la plus poussée qui puisse se concevoir en Afrique". Pour prouver cette affirmation, il examine à la loupe la situation de l'Afrique de l'Ouest. La conclusion dégage une "solution idéale" qui "serait de former de grands ensembles régionaux cohérents”, tout en en voyant les obstacles. À défaut, "une collaboration" serait un moindre mal (17-23 juillet 1964). En 1965 encore, au moment des incertitudes concernant le sommet d'Accra (14 octobre), il revient sur la nécessité d'une action concertée pour que le développement de l'Afrique soit possible. Son article, symboliquement est titré "une coopérative sans coopérateurs ?"

  • 9 Cf. no 904 (4-10 décembre 1964) p. 7 à propos de l'intervention des paras belges à Stanleyville ; (...)
  • 10 No 1243 (3-9 juin 1971) p. 1. Suite dans les numéros suivants, en particulier 1246 (24-30 juin 197 (...)

15La rédaction a l'air de s'étonner un peu, au moment de son troisième anniversaire (le 2 juin 1966) qu'elle ne soit pas enterrée ; "L'OUA respire encore" titre le no 1005 à l'occasion du sommet d'Addis Abeba de 1966 ! Ses échecs, même relatifs, ne sont pas occultés9 mais, fidèle à son attitude générale, la rédaction ne manque pas une occasion de lui réitérer sa confiance ("l'OUA n'éclatera pas" à propos des conséquences du coup d'État d'Idi Amin et de l'attitude de la Côte d'ivoire sur l'Afrique du Sud10) et de célébrer ses victoires ou tout simplement ses efforts. Ce qui lui permet de conclure dans l'éditorial du 3 février 1982 sur un bilan globalement positif : "Après seulement une vingtaine d'années d'indépendance, pour la plupart des États africains, le bilan que l'on peut tirer de l'OUA est, somme toute, loin d'être négatif”. Le mois suivant (3-9 mars 1982), l'éditorial déplore une Impasse mais pour mieux mettre en valeur le rôle de l'organisation ; "De tout cela, c'est certainement la grave crise qui secoue l'Organisation de l'unité africaine qui inquiète le plus. Crise qui, non seulement paralyse toutes ces actions, mais surtout comporte le danger de son éclatement pur et simple. (...) Un long et patient travail attend donc les responsables de nos États, pour peu qu'ils veuillent sauver ce qui reste encore de cette instance si importante voire indispensable à l'unité africaine. OUA ou pas, il est vital pour l'Afrique de se doter d'une organisation solide et bien structurée, surtout capable d'étudier nos problèmes en vue de leur trouver des solutions. L'Afrique aux Africains ne se fera qu'à cette condition. (...) Est-il utopique d'espérer la fin prochaine de nos micro-États, sans avenir, qui céderaient enfin la place à de vastes ensembles régionaux ou sous-régionaux ? (...) L'application du panafricanisme prôné par feu le président Kwamé N'Krumah en serait l'expression la plus concrète. C'est en reconnaissant nos fautes et nos errements que nous parviendrons à bâtir une Afrique unie, forte et prospère. Notre avenir est à ce prix seul".

  • 11 No 1789 (26 octobre - 1er novembre 1983) p. 6-7 Qui peut sauver VOUA ? Sur l'orage de 1982, voir, (...)

16La crise de 1982, avec le sommet manqué à Tripoli, a soulevé encore plus de craintes que d'habitude et la réunion de 1983 à Addis provoque d'autant plus d'intérêt : "L'OUA est en danger de mort. Pourtant des indices existent qui entretiennent l'espoir. Quels sont-ils ? Suffiront-ils à sauver de la dislocation la seule et unique organisation au monde à l'échelle de tout un continent ? (Longs retours historiques) Pourtant, dans cette grisaille, quelques points de lumière. L'espoir de sauver l'OUA pourrait en dépendre. Nous n'en retiendrons que trois. La volonté de construire le grand Maghreb (...) La réconciliation algéro-sénégalaise (...) Le rapprochement algéro-guinéen"11. En 1985, nouveau bilan, le 6 mars : "Vingt-deux ans après la constitution de VOUA, peut-on dire que des grands pas ont été faits sur la voie de l'unification ? Retenons quand même qu'en cette année 1985, exactement cent ans après la conférence de Berlin, le premier sommet économique africain aura lieu. Nonobstant, les divisions politiques, les tentatives de coopération économiques qui aboutissent ne sont peut-être pas aussi négligeables qu'il paraît...".

17Il faut attendre 1987 pour que le désespoir l'emporte : "Le problème du Sahara occidental a à n'en pas douter, consacré l'impossibilité de VOUA à trouver une "solution africaine" à ce vieux "conflit africain" (6 mai 1987).

18Et le journal disparaît... non sans avoir cherché une autre voie pour l'Afrique.

Ni Moscou ni Washington

19Nous avons eu l'occasion de voir qu’Afrique Nouvelle était presque viscéralement anti-communiste. Mais cela ne le conduit pas à être complaisant vis-à-vis des États-Unis. Les deux grands sont, à tour de rôle ou ensemble, les cibles de la plume acérée des journalistes. Déjà, le no 165 (30 septembre 1950) titrait "Ce que veut le syndicalisme chrétien/Ni matérialisme capitaliste/Ni marxisme matérialiste".

20Quelques autres exemples. À l'occasion de la célèbre révolte au Kenya, Afrique Nouvelle du 15 novembre 1952 titre "Les Mau-Mau mènent une lutte raciste et antireligieuse". Mais un encadré Les vrais responsables met en cause les Soviétiques, et détaille les actions des agents russes dans toute l'Afrique. Déjà, précédemment, ce thème a été longuement traité ; ainsi le 11 novembre 1950, l'article "Infiltration soviétique en Afrique", a été suivi le 13 janvier 1951 de la réponse critique d'un missionnaire "Propagande soviétique au Congo Belge" qui se termine par "Nous n'avons de leçons à recevoir ni des Américains ni des Soviets". Un N.B. de la rédaction revient sur le danger communiste. Le 7 janvier 1953, le journal fait, à partir de Lettre de France, une synthèse des activités communistes. Le titre de la rédaction est significatif : "Le nouveau colonialisme. Les soviets s'occupent beaucoup de l'Afrique".

21Bien évidemment, dans le contexte de la guerre froide, les attitudes des uns et des autres sont répertoriées. C'est ainsi que le 28 janvier 1953 la Une se demande : "Qui fait (inconsciemment) le jeu des Russes en Afrique ?". Les intertitres résument l'alternative. Ainsi les deux premiers "Les Américains voient des traîtres partout" et "L'U.R.S.S. cherche à séparer l'Afrique de l'Europe" rejoignent les deux derniers "une tâche lente (de l'ONU) compromise par les activités russes... et américaines, Les Américains meilleurs alliés des Russes".

  • 12 No 677 (27 juillet 1960) p. 3. Voir aussi sa chronique du 24 août 1960 p. 3.

22Plus tard, S. Kiba fustige l'appel aux Russes lancé par Lumumba : "Un colosse comme la Russie n'a-t-elle pas honte de s'opposer à quelques millions d'habitants et à quelques militaires belges ? C'est trop ridicule, et même lâche (et donc non africain) de s'appuyer sur un colosse pour démolir une grenouille. Les Russes peuvent-ils mettre de l'ordre au Congo ? Oui ! Mais à condition que M. Lumumba chasse d'abord tous les correspondants de presse qui pourraient diffuser la vérité sur la façon russe de faire qu'un peuple obéisse. Je me demande si les responsables Congolais ont songé que c'est derrière le secret total que les Russes mettent de l'ordre"'12. Quinze jours plus tard, l'éditorial est encore consacré au sujet : "Comment agir efficacement pour arrêter la tuerie, pour faire du Congo un élément positif en Afrique et dans le monde ? Comment inculquer à des gens, qui ne l’ont pas, le sens de Nation et de démocratie ? Cela ne peut plus être le rôle d’une quelconque puissance européenne, qu’elle soit de l'ouest ou de l'est, car l'on crierait au colonialisme. Il faut que, dans les réunions panafricaines sur le Congo, la voix d'aucune république indépendante ne manque (...). Il est vrai que la balkanisation de la loi-cadre nous a appris ce qu'est l'égoïsme territorial (...) mais nous devons comprendre que la principale réalité internationale est l'entraide" (14 septembre 1960). Les événements qui déchirent une nouvelle fois le Congo en 1964, permettent de remettre en avant, dans le no 881, l'intérêt pervers des grandes puissances mondiales.

  • 13 No 694 (23 novembre 1960) p. 1-9 sqq. ; cf. également no 1444 (2-8 mars 1977) p. 23 ; no 1680 (16- (...)
  • 14 No 720 (24 mai 1961) p. 3 éditorial "K" et "K" mais aussi, par exemple, no 1065 (4-10 janvier 1968 (...)
  • 15 No 735 (6 septembre 1961) p. 3 éditorial La peur renaît : "Russes et occidentaux possèdent la bomb (...)
  • 16 No 330 (2 décembre 1953) p. 4 Plus encore que l’Afrique Blanche l'Afrique Noire a faim ; no 921 (l (...)

23Très symboliquement, deux numéros étudient, de façon assez neutre, l'un L'aide américaine aux pays en développement et le suivant L'aide bilatérale communiste13. Par la suite, les occasions sont nombreuses de dénoncer la transposition de la guerre froide sur le continent africain, comme dans cet éditorial du 18 janvier 1961 : "Nous sortons de l’année des indépendances. Entrerons-nous dans celle de la construction et de l'union ? Il ne le semble pas. Les causes de division ne font que croître et l'on va de plus en plus vers la constitution de deux blocs (explications). Dans notre monde du 20e siècle, les séductions de toutes sortes sollicitent les jeunes nations, et il est bien difficile de demeurer dans un quelconque neutralisme. L'Inde y est parvenue pourtant, en prenant de la distance vis-à-vis de l'ancienne métropole, tout en refusant de servir de pion à l'autre bloc. Pourquoi ne l'imiterions-nous pas ?". La soif de paix14, la peur de la course aux armements, des expériences nucléaires15, l'angoisse de la faim16 fournissent matière à dénonciation de l'attitude des deux grands.

  • 17 Éditorial no 1656 (1-7 avril 1981) ; autre condamnation in no 1871 (15-21 mai 1985) p. 23 et no 18 (...)

24La guerre du Vietnam, l'attentat contre Reagan sont, entre autres, de nouvelles occasions de faire le procès de l'Amérique (mais, dans le numéro précédent, un article s'en prenait à l'URSS !) : "telle est l'une des multiples facettes de l'Amérique d'aujourd'hui que d'aucuns n'hésitent pas à présenter comme un symbole de réussite, de démocratie et de justice. Une Amérique de la réussite matérielle et technologique qui, malgré ses nombreuses performances, incontestables, secrète les pires maux du siècle. Est-ce donc cette société en mal d'existence, matérialiste et robotisée, ces populations sans âme, sans foi ni loi, que l'on propose en exemple pour le reste de l'humanité ? (...) Tant est si vrai que là où matérialisme, égoïsme et athéisme sont liés au détriment de l'homme tout court, les peuples dénués peu à peu de la momie la plus élémentaire et de tout humanisme ne peuvent qu'agir en toute violence et sans crainte. Puisse l'Afrique et le tiers monde, forts de cet enseignement, éviter d'imiter de pareils modèles"17.

  • 18 No 1686 (28 octobre - 3 novembre 1981) p. 22. Cf. déjà no 882 (3-9 juillet 1964) p. 9-15 La focali (...)

25L'intervention en Tchécoslovaquie réveille la peur des Soviétiques. Le rendez-vous de Cancun permet de se plaindre de leur ladrerie : "L’URSS qui aime tant critiquer, n'est pas une grande pourvoyeuse d'aide au "Sud". Son aide peut même être considérée comme moindre, sinon inexistante, surtout en matière économique. Qu'elle se retranche derrière la non responsabilité de la pauvreté du tiers monde constitue, à notre avis, un scandale. (...) Alors ? Alors, nous sommes tentés de dire, et nous le disons : Cancun a eu lieu seulement"'18. La mort d'Andropov provoque la célèbre mise au point de l'éditorial du 15 février 1984 : "Moscou, volontairement ou pas, n’a donc toujours pas répondu aux attentes pressantes des populations africaines. On peut faire le même reproche à Washington... Ni Moscou ni Washington mais l’Afrique d'abord !... C'est là un défi qu'il nous faut relever pour assurer le mieux-être de notre continent". La rencontre Reagan-Gorbatchev suscite des commentaires désabusés : ils sont les plus forts et ne cherchent qu'à le rester. "Washington et Moscou, même s'ils le proclament solennellement, ne sont pas des artisans de paix. Dans ces conditions ne nous laissons pas distraire par tout le tapage fait autour du rendez-vous Reagan-Gorbatchev. Il ne s'agit en fait que d'un combat de chefs" (13 novembre 1985, éditorial).

26Mais le retrait soviétique en Afrique fait que, les derniers temps, les propos sont plus tournés contre Washington que contre Moscou. Déjà l'aide militaire américaine au Zaïre amène à intituler un éditorial Qui trompe-t-on ? et à s'interroger, le 9 décembre 1981, au vu de toutes les turpitudes : "Comment les États-Unis qui se disent les défenseurs acharnés des droits peuvent-ils avaliser les crimes qui se commettent dans cette partie de l'Afrique ?" Et de conclure : "Le refus hypocrite de Washington d'ignorer qu’au Zaïre les droits de l'homme sont bafoués ne fait qu'entretenir une suspicion, et mine ses "efforts" en vue de jouer le rôle d'un honnête gendarme du monde". Plus tard (12 mars 1986), les États-Unis sont accusés d'accepter les dictatures quand elles servent leur anticommunisme, "injure faite à toutes les organisations démocratiques, aux Églises". Une étude de l'histoire du premier pays à se décoloniser démontre, le 2 juillet 1986, qu'il a lui-même par la suite un comportement de colonisateur, envers les Indiens en particulier : "Le pape, en visitant il y a quelques années les États-Unis, l'a fort justement rappelé aux Américains : de quel droit sont-ils si sévères avec les immigrés mexicains ? Oublieraient-ils qu'ils sont tous des immigrés ? Il n'est naturellement mais pourquoi pas somme toute ? question de réclamer la décolonisation des États-Unis en faveur des nations indiennes, mais on a trop vu les Américains s'ériger en donneurs de leçons pour oublier d'où ils viennent et quel sort a été et est encore celui de leurs "indigènes".

27(...) Historiquement, l'invention du néo-colonialisme revient probablement à la nation américaine" (Empire commercial, situation des Noirs, et critique de toute la politique d'aide à certaines rébellions ou à certaines dictatures). En Afrique du Sud, grâce à la diplomatie américaine d'engagement constructif, d'autres feux d'artifice sont tirés : des hommes en sont les victimes. Au nom de la liberté d'une minorité blanche, Washington y tolère qu'une majorité noire, indienne et métis soit foulée aux pieds, que les principes qui ont fait la force de l'Amérique à ses débuts Liberté, Egalité soient bafoués de la manière la plus organisée qui soit".

28L'aide votée aux contras est qualifiée d'"ingérence des États-Unis dans la vie politique interne du Nicaragua (...) On ne le répétera jamais assez : Le Nicaragua est un Etat souverain qu'il faut respecter comme tel, n'en déplaise à Washington. (...) La hantise du communisme justifie-t-elle qu'on foule du pied le droit international et le respect des peuples à choisir le modèle de développement et le type de gouvernement qui leur convienne ? Toute la question est là et c'est aux Américains de savoir jusqu'où va les mener une telle politique" (6 août 1986).

29Dans l'esprit du journal, il est donc exclu de se ranger dans un camp : "il faut dire que les idéologies étrangères exercent une trop forte attraction sur nos cadres, sur certains dirigeants, qui, pris au piège des mots et envoûtés par la magie de concepts scientifiques ou pas, ne sentent pas qu'ils glissent vers l'aliénation, entraînant leur pays dans l'engrenage vicieux de la satellisation, voire de la vassalisation" (5-12 avril 1977 à l'occasion de voyages de Podgorny et Castro en Afrique).

L'Afrique et le Tiers-Monde d'abord

  • 19 No 1672 (22-28 juillet 1981) p. 14-17 Cartographie. Pour une nouvelle conception des rapports entr (...)

30Très symboliquement, la rédaction justifie la carte publiée par le CCFD, qui, en utilisant la projection cartographique de Peters, rend à l'Afrique une proportion conforme19.

  • 20 No 1095 (ler-7 août 1968).p. 1 Pour africaniser au moment de la décision de la France de réduire s (...)

31Dès le 8 janvier 1960, Afrique Nouvelle reprenait la conclusion du congrès des Instituts d'Etudes Africaines : pour permettre l'amélioration du niveau de vie des Africains, une coopération avec les Occidentaux était nécessaire. Au moment du voyage du Général de Gaulle en Amérique latine en 1964, elle justifie l'aide promise à ce continent, dont elle sait qu'elle provoquera une diminution des subventions à l'Afrique : "nous n'aurons pas à être jaloux ou à regretter, comme des enfants gâtés, que la France vienne en aide aux autres parties du monde. Au contraire nous nous en réjouirions, car tout pays du Tiers Monde qui se développe aide à vaincre la Faim et la Misère et accélère la lutte commune contre le sous-développement". Elle espère ainsi un sursaut africain et une africanisation des cadres "un des fondements essentiels de l'Indépendance"20. Plusieurs fois, Afrique Nouvelle s'inquiète de "la fuite des cerveaux" comme dans le no 1103 qui, à la Une met cette légende à la photo d'étudiants africains dans l'Illinois : "Reviendront-ils tous après avoir goûté à la société de consommation ? "

32Parallèlement, dans l'éditorial du 23 mars 1960, elle tonne contre les experts qui "s'emploient à saboter systématiquement l'œuvre entreprise par les hommes politiques. Profitant du prestige que leur confère le titre d"'experts", ils proposent de mauvaises solutions, donnent des conseils dont les conséquences peuvent être néfastes, et dressent les hommes les uns contre les autres. En attendant patiemment l'heure pour ricaner et applaudir "à l'incapacité congénitale du nègre". De tels individus sont dangereux (...). La colonisation prend fin, mais il ne faut pas que le néo-colonialisme lui succède, sinon toute chance de collaboration franco-africaine sera irrémédiablement compromise". Cette idée "d'une voie africaine du développement" (peut-être exprimée pour la première fois dans l'éditorial du no 665 du 4 mai 1960) est sans cesse reprise par la suite. Le journal proteste contre les iniquités à l'échelle de la planète qui font des conférences internationales des "rendez-vous de l'inégalité" (comme le dit l'éditorial du no 1838), dénonce l'égoïsme des nantis qui s'enrichissent sur le dos du Tiers-Monde ou constate que l'Afrique est laissée pour compte au moment où l'Occident s'organise : "Les États-Unis et leurs alliés européens voient poindre à l'horizon les signes d'une reprise économique certaine. Les deux super-puissances ont engagé des conversations visant à faire baisser la tension entre elles. Quant au tiers-monde, il peut toujours attendre. En fait, un feu couve : le gouffre entre le Nord et le Sud est plus dangereux encore que la menace nucléaire et le conflit Est-Ouest".

  • 21 Cf. en particulier no 1666 (10-16 juin 1981 : 4 pages !) ; no 1727 (11-17 août 1982) p. 12-13 Les (...)

33Dans cette même ligne de pensée, un large écho est donné aux ouvrages ou aux conférences de René Dumont21 ainsi qu'à des expériences originales "d'une coopération Sud-Sud. Car après tout, il ne faut pas toujours s’attendre aux subsides du Nord dont l'aide alimentaire est quelquefois un moyen de pression politique" (15-21 septembre 1982). Le nouvel ordre économique international est plus proche du "mythe" que de la "réalité" (2-8 mars 1977).

  • 22 No 1746 (22-28 décembre 1982) p. 24-25. Redit ensuite in no 1853 (9-15 janvier 1985) p. 24-25 le P (...)

34Toujours dans le cadre de la défense par la rédaction du Sud face aux agressions du Nord, nous avons analysé les réactions au rallye Paris-Dakar. Elles sont en général négatives, même si elles peuvent être nuancées : "Pourvu que les régions traversées soient mieux protégées pour éviter des victimes innocentes. Une aventure qui a déjà fait ses morts mais qui n'en reste pas moins passionnante" (5-11 janvier 1983). L'absence de concertation avec les Fédérations algérienne et ivoirienne d'automobile amène à remarquer que "les hommes, comme les Nations, ont besoin d'un minimum de respect"22 ; le 8 janvier 1986 la couverture-choc Paris-Dakar viol et pillage est suivie d'un éditorial "Paris-Dakar pa'Dak (...) insulte et défi à la pauvreté du continent" ; enfin, la rubrique sportive, qui fait le bilan de tout ce qui se fait en bien et en mal est intitulée L'Afrique pillée, violée. La mort de Sabine et de Balavoine relance les rancœurs : la Une pose la question Paris-Dakar que font nos dirigeants ? Lucien Houédanou y répond à l'intérieur ; "Evidemment, ces gens ont bien le droit d'être fous, de courir sciemment au suicide, mais pourquoi leur permettre qu'ils viennent se suicider chez nous ? En vérité, pour quelques millions de francs, les dirigeants africains prennent ainsi la responsabilité de renforcer, dans l'imaginaire collectif, la conception fataliste que l'Afrique, c'est la nature sauvage, implacable, hostile, meurtrière, damnée pour tout dire ; confusément, on en vient à se dire : c'est normal qu'ils soient si sous-développés, affamés et tout le reste ; personne n'y peut rien". Dans la page "sports" un chapeau rappelle que les "réserves vis-à-vis de cette compétition restent les mêmes" tandis que Charles Lemaire se déchaîne en reprenant tous les arguments hostiles et ironise : "Le Paris-Dakar restera désormais marqué par le sang. La presse en a pour son argent. Les instincts de mort des concurrents et des lecteurs seront satisfaits. Le "Dakar" est vraiment une "grande" épreuve" (22 janvier 1986). Le numéro suivant tonne contre le père de Thierry Sabine qui a décidé de rebaptiser l'arbre du Ténéré. "Nous vous laissons imaginer la situation inverse. À savoir le père de Mamane, un Nigérien, décidant de débaptiser l'Arc de triomphe pour lui coller le nom de son fds parce que celui-ci se serait fait écraser dans les environs... Comme tout semble donc facile à ces envahisseurs. Pour près d'un mois, les pistes et les routes africaines leur appartiennent mais cela ne semble pas suffire. Fidèles aux conquérants d'hier, ils veulent alors laisser aux pays conquis une touche de leur identité, pour la postérité (...). Mais de quoi le Niger est-il redevable à Thierry Sabine ? Au nom de quoi cet arbre porterait-il son nom ? Au-delà de tout cela cependant, c'est cette décision annoncée comme un fait accompli, sans l'avis des Nigériens, qui est révoltante" (29 janvier 1986). L'année suivante, près de deux pages, de Mariam Tidiane, très critiques et très amères, s'inquiètent de l'indifférence africaine ainsi que des commentaires des agences de presse... Avec un intertitre : Rallye de riches en terre pauvre, il signale que sur les quinze pompes données l'année précédente, la moitié ne marchent plus faute de suivi. "Après neuf éditions, le rallye obéit à une logique d'exploitation que seule la malhonnêteté empêcherait de reconnaître. (...) Cette colonne qui s'enfonce dans notre continent, dévastant l’environnement, emportant l'humus dans la poussière et laissant ses carcasses de métal, nous rappelle de sombres souvenirs du passé qui impriment en nous l'idée de conquérant, sans peur et sans reproches, qui apporte une civilisation nouvelle (...) Le débat du Paris-Dakar ne saurait se refermer que sur sa disparition" (21 janvier 1987). Comble de l'ironie, c'est le journal qui disparaît !

  • 23 No 1956 (14 janvier 1987) p. 22 Une solution asiatique aux problèmes africains. Cet article insist (...)
  • 24 No 1978 (17 juin 1987) p. 12-13 La recette des ONG. Voir aussi Assistance technique éditorial no 8 (...)

35La coopération traditionnelle est, elle aussi, mise en cause :"en matière d'aide et de coopération, c'est tout le système qu'il faut aujourd'hui remettre en question car, l'aide n'arrive jamais aux nécessiteux. Elle ne profite qu'aux seuls gouvernants. Les pays industrialisés l'ont compris, mais sauront-ils apporter les solutions nécessaires ?" (29 janvier 1987). La préférence va aux expériences menées dans le Tiers-Monde, en Chine comme en Inde23 ou aux O.N.G.24, plus efficaces et plus compréhensives, aux hommes qui connaissent l'Afrique pour y avoir travaillé efficacement pendant de longues années ; comme cet ingénieur général des Ponts et Chaussées qui a passé plus de 23 ans au Sénégal, a fait de nombreuses missions en Afrique et, de passage à Dakar est longuement interviewé par le P. de Benoist ("Pour une révolution verte à l'africaine", 4 mars 1987). Témoin de cet intérêt, on peut analyser le contenu du début de l'année 1985 : description très enthousiaste de la réalisation d'ingénieurs Sans Frontières dans l'Est de l’Ethiopie, une action modeste mais efficace (no 1855) ; le mois suivant, compte-rendu d'une initiative de la MJC d'Evry, faire connaître le Sénégal et l'Inde par des expositions, des conférences, des rencontres : "le véritable partenariat sans lequel il n'y a pas de véritable développement n'existera que dans la mesure où la découverte des richesses humaines de l'autre engendrera le respect de ces choix" (no 1858). Enfin, deux articles consacrés au barrage de Diama sur le Sénégal remarquent : "pourtant ce pays sait par expérience que les grands projets centralisés titubent parce qu'ils omettent de faire appel à l'ingéniosité et aux ressources que recèlent les paysans... L'objectif officiel de ce projet est la promotion du "développement communautaire rural". En réalité, il rend plus vulnérables à la famine une grande partie du million et demi de paysans qui cultivent la vallée du fleuve Sénégal (...). Entreprise lucrative (...) ce plan semble détourner l'initiative des paysans du projet (...). Le riz cultivé dans ces plantations ne sera pas destiné à la consommation locale ; il servira à approvisionner les élites urbaines du pays qui seront les seules à pouvoir l'acheter" (no 1869).

36On rejoint là un autre thème cher à la rédaction : la défense des petits paysans et la croisade en faveur de l'autosuffisance alimentaire.

Priorité à l'agriculture vivrière

  • 25 No 26 (1er février 1948) p. 1 éditorial La vie facile ; et no 49 (11-17 juillet 1948) p. 1 ; no 30 (...)

37Dès 1954 sont exprimées des idées qui seront reprises inlassablement ensuite. Elles sont d'ailleurs communes aux autres publications des Pères Blancs, en particulier au Rwanda-Burundi, pays agricoles pour lesquels on exalte la ruralité, vecteur de valeurs positives alors que la ville est plutôt connotée délinquance, perte des repères familiaux et montée de l'individualisme. "Népotisme, corruption, abus d'autorité, voilà ce qu'il ne faut pas exporter des villes d'Afrique vers nos brousses, où l'homme a encore une âme saine"25. "Nous constatons que les fils qui sont allés à l'école et qui travaillent en ville oublient souvent la vieille mère ou le vieux père laissés en brousse" déplore le traditionnel éditorial de la fête des mères en 1966 (no 982). "Ne laissons pas nos vieux seuls au village" titre le no 1143 (3-9 juillet 1969).

38Un long reportage, consacré le 26 août 1965 aux Grands seigneurs de la misère à Dakar, insiste sur le fait, cas concrets à l'appui, que "la capitale réserve peu de satisfactions à l'homme, à la femme en rupture de village". L'éditorial du 3 août 1967 évoque les "sollicitations immorales d’un nouveau milieu". Celui du 3 juillet 1969 martèle "on ne dira jamais assez combien la fuite des jeunes ruraux vers la ville nuit au développement. Chaque saison des pluies démontre tristement que beaucoup de ces jeunes préfèrent être chômeurs en ville que soumis aux travaux champêtres et à la vie traditionnelle".

  • 26 No 206 (14 juillet 1951) p. 1 Le génie rural solution au problème angoissant du paysan noir ; no 2 (...)
  • 27 No 313 (5 août 1953) p. 1-4 L'éducation de base par les coopératives ; no 570 (11 juillet 1958) p. (...)
  • 28 No 609 (10 avril 1959), p. 5. Voir également no 667 (18 mai 1960) p. 1-2 Construire la nation dans (...)
  • 29 No 731 (15 août 1961) p. 1 Produire et transformer en Afrique ou no 1014 (12-18 janvier 1967) p. 2 (...)
  • 30 No 1830 (1-7 août 1984) éditorial ; cf. aussi no 648 (8 janvier 1960) p. 6 Aimer la terre et ceux (...)

39Cela ne veut pas dire que l'on soit passéiste : s'il faut déployer tous les efforts possibles pour inciter les jeunes à rester "en brousse", il faut rénover l'agriculture traditionnelle26, multiplier les coopératives rurales27, chercher les moyens pour lutter contre la faiblesse du revenu paysan et améliorer sa vie quotidienne. "Disons-le nettement : le problème paysan relève d'abord d'une meilleure redistribution du revenu national. (...) Les paysans, qui, par leurs impôts et leur travail, contribuent pour une large part à l'acquisition du revenu national, ont le droit de bénéficier d'une aide spécialement efficace du gouvernement pour l'essor de l'agriculture et l'amélioration de leurs conditions de vie. (...) La charité chrétienne ne consiste pas simplement à partager son repas avec l'hôte de passage : c'est peut-être l'une des tâches essentielles qui s'imposent aux chrétiens africains que de faire passer leurs frères de l'aumône individuelle et de l'hospitalité familiale à une véritable charité sociale. C'est cette charité que pratiquera un paysan chrétien lorsqu'il aidera ses frères à vivre mieux, en essayant avec eux de nouvelles méthodes de culture pour améliorer leur niveau de vie, lorsqu'il organisera avec eux des "coopératives agricoles", afin de commercialiser les récoltes dans de meilleures conditions"28. Tout passe aussi par la défense de l'artisanat29 mais surtout par une politique volontariste qui privilégie systématiquement les cultures vivrières et non les cultures "de rente" (22 décembre 1982). Les efforts peuvent payer : "des milliers de jeunes sont revenus sur leurs terres, l'eau coule, les premières semences fécondent la terre. Et l'on est déjà loin des discours théoriques. Le développement se fait. Il ne se dit pas". Et la photo de réalisations au Sénégal (L'autre Sahel possible) est accompagnée le 20 novembre 1985 de cette légende "le fait que l’initiative revienne aux paysans explique sans doute en partie certains succès". Le journal se plaît ainsi à relater des expériences heureuses (A Tikondi, ça bouge titre par exemple le no 1011), surtout quand c'est un groupe d'étudiants qui a choisi de retourner à la terre : "C'est dire que les étudiants sont conscients de la nécessité d'investissements productifs et de la place de l'agriculture dans le développement de leur pays (...). D'où la nécessité de faire évoluer les mentalités. (...) L'innovation que nous enregistrons (...) apparaît ainsi comme le moteur de l'histoire... L'innovation ressemble à un pari sur l'avenir. Cette prise de conscience est une bonne chose. Le reste est une question de temps, d'évolution. Ces étudiants qui ont fait appel au goût de créer, à l'audace de risquer, l'État a le devoir de les encourager dans cette orientation"30. En 1986, en collaboration avec ENDA-TM, Afrique Nouvelle inaugure une série de fiches mensuelles consacrées à des arbres utiles. À l'inverse, comme le 28 mai 1986, il souligne que les conséquences de négligences sont parfois catastrophiques. "Attention ! Les forêts qui disparaissent, le désert qui arrive au galop peuvent aussi entraîner sur leur passage la chute des régimes. Et, dans le meilleur des cas, être source d'insécurité ou de troubles. La faillite écologique est un facteur d'instabilité politique".

40Dans ce combat multiforme, Afrique Nouvelle compte, bien évidemment, sur la Jeunesse agricole et rurale catholique, dont les réunions générales sont soigneusement suivies et dont les préoccupations rejoignent celles de la rédaction. Cette dernière appelle à des fraternisations plus larges, comme lors de conférences internationales : "L'avenir de l'Afrique est entre nos mains. Le rendez-vous de Dakar doit faire que cet avenir soit à la mesure des riches et nobles aspirations qui constituent le fond de cette conscience africaine et en laquelle, en pensées et en actes, nous communions tous fraternellement. Certains facteurs nous empêcheront peut-être de réussir : nos visions politiques différentes, notre appartenance à diverses organisations toutes marquées par le marxisme ou le socialisme. Ces théories ne doivent pas être considérées comme des notions abstraites. Il faut au contraire en extraire le suc et l'adapter à nos conditions sociales. Mais nous devons également nous souvenir qu'une doctrine n'a de valeur que si elle sert à faire progresser les peuples" (25 juillet 1984).

41Et parmi les luttes qui peuvent fédérer de très larges majorités, la dénonciation de la corruption semble bien placée.

Contre la corruption

  • 31 No 372 (22 septembre 1954) p. 1-8. Autres plaidoyers in no 438 (20 décembre 1955) p. 1 Afrique Nou (...)
  • 32 No 721 (31 mai 1961) p. 3 éditorial. Voir également no 729 (26 juillet 1961) l'éditorial sur les e (...)

42L'angélisme n'est pas forcément de mise : J. Scelles, ancien conseiller de l'Union française, en intitulant son étude "La République est le régime qui exige le plus de vertu", insiste sur le fait que ce sont les contribuables qui paient la corruption31. Quelques cas plus concrets sont traités, au fur et à mesure qu'on en prend connaissance ; ainsi les notes de frais pour la multiplication des colloques et conférences : "'il est (...) à peu près inutile de réunir à tout instant une petite conférence pour discuter des sujets les plus graves et prendre des décisions qui seront remises en question à la conférence suivante. Il est inutile de déplacer un Ministre lorsqu'un ambassadeur suffirait. Il est inadmissible que l'on multiplie les réunions sans chercher d'abord leur efficacité (...). Du mortel isolement à l'inefficace faconde, il y a un juste milieu que peuvent bien découvrir l'intelligence, le désintéressement et l’amour sans limite de l'Afrique"32.

  • 33 No 739 (4 octobre 1961) p. 1-3 éditorial Honnêteté et conscience. Idée que l'on retrouve dans no 1 (...)
  • 34 Éditorial Honnêteté no 897 (16-22 octobre 1964) p. 3 ; no 1457 (ler-7 juin 1977) p. 3 Cette lèpre (...)

43Au moment des indépendances, un appel solennel à la vertu et à la moralisation est lancé, certes par conviction mais aussi parce que le continent n'a pas les moyens de faire autrement ; "l'Afrique qui découvre la liberté n'a pas encore découvert la dignité du pauvre dont la misère ne l'oblige plus à tendre la main. Pour y arriver, la volonté de tous est nécessaire"33. Malheureusement, l'appel n'est pas entendu et les rappels à l'ordre se font nombreux, incitant à une véritable croisade34. Le dossier consacré au 20e anniversaire de l'indépendance du Sénégal est quelque peu désabusé : "Mais, il ne faut pas se cacher aussi les facteurs internes de péjoration. Une caste privilégiée profite de la croissance et imprime à l'économie une tendance extravertie. La soif de paraître entraîne des habitudes de consommation dangereuses se traduisant notamment par des dépenses aussi somptuaires qu'inutiles. Un tel train de vie explique largement les détournements dont se rendent coupables certains hauts fonctionnaires et des responsables de sociétés d'État ou d'économie mixte..." (2 avril 1980).

  • 35 No 1923 (28 mai 1986) p. 5 éditorial. La violence dans le sport semble aussi un autre scandale cf. (...)
  • 36 Cf. surtout no 1842 (24-30 octobre 1984) éditorial A qui profite l'aide alimentaire ? no 1854 (16- (...)

44Deux secteurs choquent particulièrement la rédaction. Celui du sport où, par exemple, "le "Mundial" est devenu une affaire de gros sous. Les marchands du stade ont investi des sommes faramineuses en publicité, et les sponsors se sont assurés le monopole de secteurs lucratifs. La Coupe du monde est aujourd'hui une question d'argent, où beaucoup s'enrichissent pas très "sportivement". C'est là un aspect scandaleux qu'il ne faut pas négliger, de peur de faire perdre au football son âme35. Le détournement de l'aide alimentaire est l'autre scandale africain pour le journal36.

45Afrique Nouvelle s'est donc battue pour les grandes causes qui ont enflammé le continent. Aucun débat ne lui a échappé et, tout en donnant des éléments de jugement, elle a souvent tranché, en prenant d'abord la défense de ce qui lui semblait être l'intérêt de l'Afrique. En matière politique, toujours au nom de grands principes, elle a été amenée à prôner la démocratie et à juger, en général sévèrement, quelques chefs d'État africains très connus, déplorant la tournure que prenaient les événements, en dépit des grandes déclarations d'intention des protagonistes.

Notes

1 Voir aussi no 659 (23 mars 1960) p. 3 Le problème de l'unité. Le Mali n'épargnera aucun effort pour que la volonté d'unification des Africains se concrétise.

2 Exemples no 661 (6 avril 1960) p. 8 "L'Union Equatoriale", une réalité ? et M. Monnet préconise une Organisation Africaine de Coopération Economique ; no 662 (13 avril 1960) p. 1 Le salut réside dans l'unité africaine. À propos des visées annexionnistes de N'Krumah et p. 2 Dernière heure. M. Djibo Bakary lance un appel à l’unité. Ou encore no 677 (27 juillet 1960) p. 3 Les leaders africains, par réaction d'auto-défense se donneront la main déclare M. Modibo Keïta à Monrovia et p. 8 Afrique Equatoriale. M. Taher à ceux qui doutent de l'URAC : "Nous sommes des peuples inséparables".

3 No 673 (29 juin 1960) p. 1. Dans ce même numéro, Pour une table ronde africaine. Par Honoré Tonard (Dahoméen).

4 No 681 (24 août 1960) p. 1. Cf. également no 682 (31 août 1960) p. 1-2 très long article : Les positions au Sénégal et au Soudan sont toujours totalement opposées.

5 No 682 (31 août 1960) p. 1 ; no 685 (21 septembre 1960) p. 1 nouvel éditorial sur le même thème Neutralisme positif et encore dans le no 691 (2 novembre 1960) p. 1.

6 Entre autres, no 696 (7 décembre 1960) p. 1 Vraies ou fausses indépendances ; no 697 (14 décembre 1960) p. 1-9 Plaidoyer pour l'ONU ; no 700 (4 janvier 1961) p. 1 Au seuil du nouvel an les chefs d'États africains ont pensé surtout PAIX ET UNITÉ ; no 701 (11 janvier 1961) p. 1 Les deuxièmes journées médicales de Dakar. Etape sur la voie de l'unité ; no 703 (25 janvier 1961) p. 1-9 Racisme et régionalisme sont à extirper de l'Afrique Noire ; no 704 du 1er février 1961 p. 8 Les résolutions finales du Séminaire Panafricain de PAX ROMANA ; no 705 du 8 février 1961 éditorial Une Afrique décolonisée ; p. 1 A Dakar, les experts des Douze ont jeté les bases d'une coopération économique durable ; p. 2 revue de presse sur le panafricanisme de N'Krumah ; p. 8 Après la 3e rencontre panafricaine de la J.O.C. ; no 708 (1er mars 1961) p. 8-9 texte d'une conférence à Dakar de G. d'Arbousier et un article d'un Camerounais extrait de Nova et Vetera La coopération des États africains et les problèmes internationaux ; no 726 (5 juillet 1961) p. 3 éditorial Mythe ou réalité ? ; no 738 (27 septembre 1961) p. 3 éditorial L'avenir de l'humanité ; no 753 (10 janvier 1962) p. 3 éditorial Dans l'amitié et la fraternité ; 3 Co-exister ; no 1191 (4-10 juin 1970) p. 1 et 3 La balkanisation est consommée en Afrique Equatoriale ; no 1870 (8-14 mai 1985) p. 20-21 Vers une union des écrivains africains ; no 1965 (18 mars 1987) p. 22 ; no 1970 (22 avril 1987) p. 5 ; no 1971 (29 avril 1987) p. 10.

7 No 1747 (29 décembre 1982 - 4 janvier 1983) p. 8-9 Guinée appel à l'unité. Cf. no 1759 (23-29 mars 1983) p. 8-9 ; no 1761 (6-12 avril 1983) p. 4, 12.

8 No 860 (31 janvier - 6 février 1964) p. 8. Cf. également éditorial no 914 (11-17 février 1965).

9 Cf. no 904 (4-10 décembre 1964) p. 7 à propos de l'intervention des paras belges à Stanleyville ; no 955 (25 novembre - 1er décembre 1965) p. 3 Au secours ! ! ! ; no 970 (10-16 mars 1966) p. 3 Alerte... et Le Conseil des ministres de l'OUA s'est-il réuni pour rien ? ; no 1006 (17-23 novembre 1966) OUA... résolutions difficiles à tenir ; no 1022 (9-15 mars 1967) p. 3 OUA : va-t-on vers une vraie efficacité ? ; no 1038 (29 juin - 5 juillet 1967) p. 3 OUA et Moyen-Orient ; no 1044 (10-16 août 1967) p. 3 Volonté d'unité ? ; no 1048 (7-13 septembre 1967) p. 3 Difficile unité et OUA : un continent divisé par des intérêts contradictoires, p. 8 et 9 Les voies du panafricanisme par J. Nyerere ; no 1049 (14-20 septembre 1967) et suivant L'Afrique au rendez-vous de Kinshasa ; no 1100 (5-11 septembre 1968) p. 1 et 2 Le Nigéria, épreuve pour l'OUA ; no 1125 (27 février - 5 mars 1969) p. 3 ; no 1139 (5-11 juin 1969) p. 3 L'OUA a six ans d’existence ; no 1153 (11-17 septembre 1969) p. 7 ; no 1154 (18-24 septembre 1969) p. 5 OUA : échec ou succès ? ; no 1178 (5-11 mars 1970) p. 8-9 Bilan des groupements économiques en Afrique ; no 1179 (12-18 mars 1970) p. 1 L'OUA et les attentats aériens ; no 1202 (20-26 août 1970) p. 3-4 L'OUA en septembre à Addis ; no 1203 (27 août - 2 septembre 1970) et suivants p. 1 et 3 L'OUA doit rester unie ; no 1215 (19-25 novembre 1970 p. 1 Jouer avec le feu ?
Voir aussi les numéros 1243, 1385, 1392,'1394, 1410, 1444, 14462, 1669 à 1671, 1702, 1704, 1718, 1723, 1726, 1732, 1756, 1787, 1806, 1838, 1843, 1846, 1861, 1880, 1881.

10 No 1243 (3-9 juin 1971) p. 1. Suite dans les numéros suivants, en particulier 1246 (24-30 juin 1971), 1265 (4-10 novembre 1971). On retrouve exactement la même formule dans l'éditorial du 31 mars - 6 avril 1982.

11 No 1789 (26 octobre - 1er novembre 1983) p. 6-7 Qui peut sauver VOUA ? Sur l'orage de 1982, voir, entre autres, Le temps de la diplomatie, 15-21 septembre 1982, p. 6-7.

12 No 677 (27 juillet 1960) p. 3. Voir aussi sa chronique du 24 août 1960 p. 3.

13 No 694 (23 novembre 1960) p. 1-9 sqq. ; cf. également no 1444 (2-8 mars 1977) p. 23 ; no 1680 (16-22 sept. 1981) p. 12-13 ; no 1686 (28 octobre - 3 novembre 1981) p. 22.

14 No 720 (24 mai 1961) p. 3 éditorial "K" et "K" mais aussi, par exemple, no 1065 (4-10 janvier 1968) p. 3 Le chemin de la paix ; no 1871 (15-21 mai 1985) p. 22-23 ; no 1859 (20-26 février 1985) "tribune libre".

15 No 735 (6 septembre 1961) p. 3 éditorial La peur renaît : "Russes et occidentaux possèdent la bombe atomique. Tous peuvent devenir des agents de la mort et de la destruction (...). Personne en Afrique ne pense que les Russes pourraient se battre pour un pays de notre continent, aussi "socialiste" soit-il. En Afrique les Russes n'ont aucun intérêt. (...) M. "K" sait d’ailleurs que les États Africains veulent être neutres, c'est-à-dire qu'ils ne tiennent pas à prendre parti dans les conflits des autres. Ils ne veulent pas voir les Grands s'engager dans la course aux armements, mais s'engager dans la compétition pour la lutte contre la faim et la maladie en Afrique et en Asie. Les amis africains de la Russie ne manqueront pas de dire cela à M. "K". Du moins nous l'espérons. Voir aussi no 736 (13 septembre 1961) p. 13 ; no 737 (20 septembre 1961) p. 1-8 éditorial ; no 1084 (16-22 mai 1968) p. 10 La menace nucléaire sera-t-elle conjurée ; no 1460 (22-28 juin 1977) p. 12-15 Où en est-on du contrôle des armements nucléaires ? ; no 1865 (3-9 avril 1985) éditorial ; no 1973 (13 mai 1987) p. 14-17 Faim. Le grand défi.

16 No 330 (2 décembre 1953) p. 4 Plus encore que l’Afrique Blanche l'Afrique Noire a faim ; no 921 (ler-7 avril 1965) p. 3 éditorial La faim ; no 1010 (15-21 décembre 1966) p. 9 et no suivant p. 16 ; no 1013 (5-11 janvier 1967) p. 1-5 ; no 1024 (23-29 mars 1967) ; no 1046 (24-30 août 1967) p. 16 ; no 1114 (12-18 décembre 1968) p. 1 Après un rude hivernage ; no 1136 (15-21 mai 1969) p. 11 La malnutrition des enfants est difficile à combattre ; no 1162 (13-19, novembre 1969) p. 11 La malnutrition menace le niveau intellectuel des enfants du Tiers-Monde ; no 1199 (30 juillet - 5 août 1970) p. 8-9 Au deuxième Congrès Mondial de l'Alimentation le problème du sous-développement s'est posé en termes politiques ; no 1656 p. 16-17, p. 14 et 21 ; no 1679 (9-15 septembre 1981) p. 12 Famine. Menaces sur le tiers monde ; no 1849 (12-18 décembre 1984) éditorial Au secours de l'Afrique ; no 1857 p. 14-17 ; no 1898 (20 novembre 1985) p. 23 ; no 1958 (28 janvier 1987) p. 22-23 Les insectes au menu.

17 Éditorial no 1656 (1-7 avril 1981) ; autre condamnation in no 1871 (15-21 mai 1985) p. 23 et no 1865 (3-9 avril 1985) éditorial ; no 1896 (6-12 novembre 1985) p. 12-13 Les mauvaises propositions américaines

18 No 1686 (28 octobre - 3 novembre 1981) p. 22. Cf. déjà no 882 (3-9 juillet 1964) p. 9-15 La focalisation de l'aide soviétique : un point sur la carte d'Afrique.

19 No 1672 (22-28 juillet 1981) p. 14-17 Cartographie. Pour une nouvelle conception des rapports entre les peuples. Afrique Nouvelle reproduit souvent la revue du CCFD ou en parle cf. pour la seule année 1985 : no 1868 (24-30 avril) ; no 1869 (1-7 mai) ; no 1881 (24-30 juillet 1985) ; no 1889 (18-24 septembre).

20 No 1095 (ler-7 août 1968).p. 1 Pour africaniser au moment de la décision de la France de réduire ses coopérants mais également no 896 (9-15 octobre 1964) p. 3 éditorial La France et nous ; no 910 (14-20 janvier 1965) p. 16 Faut-il que la France continue d'aider les sous-développés ? ; no 1110 (14-20 novembre 1968) p. 3 L'aide internationale diminue : que faut-il faire ? ; no 1143 (3-9 juillet 1969) p. 8-9 Que sera Laide à l’Afrique ?

21 Cf. en particulier no 1666 (10-16 juin 1981 : 4 pages !) ; no 1727 (11-17 août 1982) p. 12-13 Les cultures de rente conduisent-elles le tiers monde au désastre ? ; no 1976 (3 juin 1987) p. 12 Le "Cassandre" qui crie au feu sans jamais avoir été écouté.

22 No 1746 (22-28 décembre 1982) p. 24-25. Redit ensuite in no 1853 (9-15 janvier 1985) p. 24-25 le Paris-Dakar sous le signe du mépris.

23 No 1956 (14 janvier 1987) p. 22 Une solution asiatique aux problèmes africains. Cet article insiste sur les possibilités de coopération.

24 No 1978 (17 juin 1987) p. 12-13 La recette des ONG. Voir aussi Assistance technique éditorial no 852 (6-12 décembre 1963).

25 No 26 (1er février 1948) p. 1 éditorial La vie facile ; et no 49 (11-17 juillet 1948) p. 1 ; no 309 (3 juillet 1953) p. 1 Enfants nés... par hasard ; no 727 (12 juillet 1961) p. 3 éditorial Construire avec la brousse. Reprend no 377 (27 octobre 1954) p. 1-8 Il faut organiser les brousses et no 588 (14 novembre 1958) p. 1 et 6 L'Afrique peut-elle espérer en des lendemains qui chantent ? ; no 873 (ler-7 mai 1964) et suivant p. 9, 10 un problème moderne : la délinquance des jeunes ; no 907 (24-30 décembre 1964) p. 8-9 Urbanisme... oui ! mais pour qui ? ; no 916 (25 février - 3 mars 1965) éditorial Le monde rural ; no 980 (19-25 1966) p. 3 Sus aux escrocs ; no 1056 (2-8 novembre 1967) p. 3 Sauver des adolescents ; no 1072 (22-28 février 1968) p. 10-16 Exode rural et urbanisation en Afrique ; no 1094 (25-31 juillet 1968) p. 9 La rue est un danger ; no 1100 (5-11 septembre 1968) et suivants p. 10 L'Africaine des cités et ses problèmes. Les derniers volets sont intitulés Dans les bas-fonds de la ville ; no 1167 (18-24 décembre 1969) p. 10-11 Problèmes des jeunes ruraux ; problèmes des jeunes de villes ; no 1172 (22-28 janvier 1970) p. 14 Les dangers de la congestion urbaine en Afrique ; no 1178 (5-11 mars 1970) p. 11 Douleurs de croissance dans la ville d'Abidjan ; no 1742 (1-7 décembre 1982) p. 16 la diplômite, maladie contagieuse.

26 No 206 (14 juillet 1951) p. 1 Le génie rural solution au problème angoissant du paysan noir ; no 259 (19 juillet 1952) p. 3 L'hydraulique en A.O.F. ; no 568 (27 juin 1958) p. 1, sur plusieurs numéros comme no 874 (8-14 mai 1964) p. 2 Ces hommes qui font l'Afrique ; no 875 (15-21 mai 1964) p. 5 Regards sur le monde rural ivoirien ; no 952 (4-10 novembre 1965) p. 16 Promotion paysanne les dix premières batteuses "made in Sénégal" ; no 1013 (5-11 janvier 1967) p. 8-9 Paysans problème numéro un ; no 1016 (26 janvier - 1er février 1967) p. 14 Pour la formation de cadres ruraux africains ; no 1033 (25-31 mai 1967) p. 14 Un pas vers un paysannat moderne : les classes spéciales à vocation agricole ; no 1066 (11-17 janvier 1968) p. 8 L'importance de la recherche agronomique dans les pays tropicaux ; no 1086 (30 mai - 5 juin 1968) p. 3 Syndicats et paysans ; no 1140 (12-18 juin 1969) p. 8-9 La terre tropicale et le progrès technique : il faut savoir comment développer l'agriculture ; no 1195 (2-8 juillet 1970) p. 8-9 L'agriculture africaine de 1960 à 1970 ; no 1439 (26 janvier - 1er février 1977) p. 12-15 et 23 Le monde rural africain : crise ou mutation ?.

27 No 313 (5 août 1953) p. 1-4 L'éducation de base par les coopératives ; no 570 (11 juillet 1958) p. 1 ; no 872 (24-30 avril 1964) p. 10-11 Une voie de développement à la mesure de l'Afrique. Le développement communautaire ; no 916 (25 février - 3 mars 1965) p. 8-9 Les "Maisons Familiales" œuvrent pour le développement en milieu rural ; no 1722 (7-13 juillet 1982) p. 20-21 Félix Kobéna raconte...

28 No 609 (10 avril 1959), p. 5. Voir également no 667 (18 mai 1960) p. 1-2 Construire la nation dans nos États. I. La société paysanne ; no 679 (10 août 1960) p. 6 entière Problèmes agricoles ; no 688 (12 octobre 1960) p. 1 éditorial ; no 901 (13-19 novembre 1964) p. 3 éditorial et articles p. 8-9 ; no 943 (2-8 septembre 1965) p. 3 éditorial Animer la masse.

29 No 731 (15 août 1961) p. 1 Produire et transformer en Afrique ou no 1014 (12-18 janvier 1967) p. 2, no 1939 (17 septembre 1986) p. 22-23 ; no 1961 (18 février 1987) p. 20-21 Les artisans au secours du Sahel.

30 No 1830 (1-7 août 1984) éditorial ; cf. aussi no 648 (8 janvier 1960) p. 6 Aimer la terre et ceux qui la travaillent. Série d'articles sur des expériences : fruits en Haute-Volta, coton dans vallée de l'Ouémé, coopératives de Côte d'ivoire, lutte contre la dégradation des sols en Haute-Volta ; no 654 (17 février 1960) p. 6 Quelques expériences agricoles en Afrique Equatoriale, La lutte journalière contre la faim ; no 1866, p. 14-15-16 Niger cultiver en contre-saison ; no 1871 (15-21 mai 1985) p. 8-9, Burkina pari vert ; no 1876 (19-25 juin 1985) p. 22 Brésil : la terre aux paysans ; no 1894 (23-29 octobre 1985) p. 12-13 Développement des cultures adaptées à la sécheresse ; no 1897 (13-19 novembre 1985) p. 12-13 L'agriculture au secours du Sahel ; no 1955 (7 janvier 1987) p. 22 L’arbre et l'homme.

31 No 372 (22 septembre 1954) p. 1-8. Autres plaidoyers in no 438 (20 décembre 1955) p. 1 Afrique Nouvelle où es-tu ? no 648 (8 janvier 1960) p. 2 Pauvre assistance technique.

32 No 721 (31 mai 1961) p. 3 éditorial. Voir également no 729 (26 juillet 1961) l'éditorial sur les escrocs internationaux ; no 1714 (12-18 mai 1982) p. 19 On boit pour arrêter sur les distilleries clandestines dans toute l'Afrique.

33 No 739 (4 octobre 1961) p. 1-3 éditorial Honnêteté et conscience. Idée que l'on retrouve dans no 1876 (19-25 juin 1985) p. 9 Niger sus aux détourneurs.

34 Éditorial Honnêteté no 897 (16-22 octobre 1964) p. 3 ; no 1457 (ler-7 juin 1977) p. 3 Cette lèpre des temps modernes ; no 1762 (13-19 avril 1983) p. 5 éditorial plus celui du no 1677 (26 août - 1er septembre 1981) et no 1765 (4-10 mai 1983) p. 16-17 Tanzanie. Guerre ouverte à la corruption ; éditorial no 1833 (22-28 août 1984) ; no 1670 (8-14 juillet 1981) p. 9 Ouganda pillages et no 1833 (22-28 août 1984) p. 10 Ouganda démissionnez ! dénonce la corruption d'Obote et les violences tandis que le no 1670 (8-14 juillet 1981) p. 6-7 Zaïre les griffes du dauphin attaque les millions dépensés par Mobutu pour sa propagande. Ajouter no 1697 (13-19 janvier 1982) p. 8 Ghana contre la corruption ; no 1705 (10-16 mars 1982) p. 9 Haute-Volta détournements de fonds ; no 1705 (10-16 mars 1982) p. 23 URSS scandales en série ; no 1706 (17-23 mars 1982) p. 20-21 Les détournements de deniers publics. Cette société est-elle la nôtre ? no 1844 (7-13 nov. 1984) Rwanda pour l'exemple ; no 1962 (25 février 1987) p. 10 La lutte contre la corruption ; no 1965 (18 mars 1987) p. 8 Mali Moraliser la vie publique.

35 No 1923 (28 mai 1986) p. 5 éditorial. La violence dans le sport semble aussi un autre scandale cf. no 1665 (3-9 juin 1981) p. 9 Cameroun-Gabon/le ballon de la discorde ; no 1665 (3-9 juin 1981) p. 24 A cause du football ; no 1666 (10-16 juin 1981) p. 4 Libre opinion. La dérive de la plume ; no 1728 (18-24 août 1982) p. 24-25 Le journaliste sportif face à la violence dans les sports ; no 1919 (30 avril 1986) p. 14-15 Art ou barbarie ? (sur la boxe).

36 Cf. surtout no 1842 (24-30 octobre 1984) éditorial A qui profite l'aide alimentaire ? no 1854 (16-22 janvier 1985) Ethiopie l’aide alimentaire bloquée.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540