Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Troisième partie : Un journal militant

3. Afrique nouvelle et l'évolution de l'Afrique noire

Texte intégral

1"La situation de quasi-monopole de fait qui fut celle d'Afrique Nouvelle pendant la majeure partie de cette période de décolonisation permet de lui attribuer le mérite de la création d'une véritable opinion publique à l'échelon de l'A.O.F., et même de toute l'Afrique francophone" martèle encore le P. de Benoist pour le 40e anniversaire, le 10 juin 1987. Pourtant, c'est à toute l'Afrique que la revue s'est intéressée, en privilégiant pourtant les réformes politiques au Togo, puis au Cameroun car ce sont des sortes de laboratoires pour l'évolution de l'A.O.F. Cependant, nous nous attarderons plutôt sur la première indépendance du continent.

De la Gold Coast au Ghana

2Le journal ne fait pas d'exclusive et les territoires africains, qu'ils soient sous domination ou déjà indépendants sont sujets d'étude. Les articles sont très nombreux pour dénoncer l'apartheid qui se consolide en Afrique du Sud ; le Libéria fait l'objet de longs reportages (no 413, 446, 508). Mais c'est surtout l'évolution politique des colonies qui suscite des interrogations. Parmi elles, la Gold Coast qui va vers l'indépendance, est suivie pas à pas : il n'est pas rare qu'il y ait dans le même numéro deux articles sur ce pays.

La personnalité de N'Krumah

  • 1 Cf. no 385, 386, 388, 390, 457, 474, 482, 496.
  • 2 Cf. no 394, 395, 397, 479, 483, 488, 490.
  • 3 No 473 (28 août 1956) p. 3. Voir aussi no 544, 10 janvier 1958, p. 8 Kwame N'Krumah prend femme en (...)

3Le premier ministre, manifestement, ne soulève pas l'enthousiasme. Ses différents avec les partis Ashanti sont régulièrement abordés1 (crainte d'un éclatement du pays, risques que cela comporterait pour le Togo, comme le prouve le no 477 du 25 septembre 1956), avec ses opposants d'une manière plus générale2. Les titres peuvent être très explicites à l'image de celui-ci : "En Gold Coast l'autoritarisme de N'Krumah durcit l'opposition" (no 433). Le texte lui-même ne le ménage guère : "Sans être seul responsable de cette évolution politique, N'Krumah pourrait cependant s'interroger sur l'opportunité du style dictatorial qu'il adopte volontiers et qui braque contre lui une partie importante de l'opinion publique. La Gold Coast va-t-elle démontrer, après bien d'autres pays, que le régime démocratique exige autant d'humilité que de force chez les détenteurs de l'autorité ?". Les fraudes électorales sont dénoncées ; ses convictions religieuses sont suspectes : "On sait que N'Krumah est lui-même baptisé et sympathique aux catholiques, encore que les aléas de la lutte politique l'aient amené souvent à des compromissions peu compatibles avec l'Evangile"3. On n’aime pas beaucoup sa participation à des cérémonies fétichistes même si, dans l’enthousiasme des fêtes de l’indépendance, le 12 mars 1957 on fait de lui un portrait plus neutre : "N'Krumah est catholique, mais il a renoncé à la pratique religieuse ; il a reçu des missionnaires sa première éducation, mais se dit socialiste et chrétien "sans attache à aucun culte ". Plus tard, en citant l’agence KIPA, on apprécie son éloge du travail des missionnaires (22 août 1958).

  • 4 No 502 (19 mars 1957) p. 7. Cet article est d'ailleurs repris dans le no 1966 (25 mars 1987) p. 2 e (...)

4Ses sympathies pour le socialisme lui valent également quelques flèches. Un "papier" analyse ses déclarations de socialiste marxiste, en se demandant si ça ne débouche pas sur des positions communistes, ce qui, bien évidemment, ne serait pas apprécié ! 4. Bref, un article du 20 novembre 1956 va même jusqu'à reprocher aux Britanniques de jouer la carte N'Krumah sans tenir compte des oppositions nombreuses au moment des élections pour l'assemblée constituante. "On peut, dès lors, se poser la question : Où va la Gold Coast ? À un Etat centralisé comme le veut N'Krumah ? (Mais il ne pourra être réalisé et se maintenir que par des méthodes totalitaires, dont on sait trop que pour un immédiat spectaculaire, elles préparent généralement des lendemains désastreux). Ou bien la Gold Coast va-t-elle s'émietter en principautés ennemies ?".

L'indépendance

5Mais quand l’évolution se termine par les fêtes de l'indépendance auxquelles assiste le rédacteur en chef, l'événement est traité comme il se doit. Déjà, les préparatifs ont été présentés (no 497, 500). Puis le 5 mars 1957 sort un numéro spécial : plus de la moitié de la surface rédactionnelle du journal est consacrée aux cérémonies, avec un bandeau en haut de la première page : "J'ai vu N'Krumah pleurer en proclamant l'indépendance". Le P. de Benoist, tout en intitulant son texte : "Dans l'enthousiasme et la joie un pays vient de naître à la liberté", continue, malgré tout, à faire la part des choses. "Le moment fut de ceux que l'on oublie difficilement. Une nation naissait (...). Il ne faudrait pas croire cependant que c'est dans l'unanimité que Ghana entre dans sa nouvelle voie. Même en ces jours de liesse, l'opposition au gouvernement s'est manifestée (...). L'état d'urgence a été proclamé (...). Dans l'ombre des États-Unis, le Libéria n'a pas pu dissimuler son mécontentement d'entendre présenter Ghana comme "le premier État véritablement indépendant de l'Afrique Noire" (...) Animées de beaucoup de sympathie pour Ghana, les délégations marocaines et tunisiennes sont toutefois un peu déroutées et s'aperçoivent que beaucoup de choses les séparent de l'Afrique Noire.(...). Le 6 mars 1957 marque donc pour Ghana un jour de triomphe, mais aussi le premier pas d'une étape difficile". L'éditorial de Faustin Gbaguidi "Dieu protège Ghana !", lui, est moins réservé : "Tous les Africains tressaillent de joie. Chacun dans son cœur éprouve un sentiment de fierté, chaque Africain considère l'indépendance de Ghana comme une affaire personnelle, un événement familial. (...) Fête de victoire. Victoire de la race noire sur plusieurs siècles de préjugés. (...) Avec l'avènement de Ghana, l'Africain se sent réhabilité, réintégré dans la communauté des hommes. (...) Il a vaincu, il est vainqueur, et il célèbre cette victoire dans une euphorie parfaitement compréhensible.(...) L'indépendance de Ghana est un test. Son succès sera le succès de toute l'Afrique et des Africains. C'est pourquoi nous souhaitons pour Ghana le secours de Dieu". Malgré tout, Afrique Nouvelle n'oublie jamais qu'il est un organe confessionnel et l'article God bless Ghana analyse le rôle des catholiques. La page 6, enfin, est toute entière une présentation didactique de l'histoire et de la géographie avec pour chapeau "Si l'événement paraît mince à l'observateur superficiel, il est cependant gros de signification, et les générations futures le noteront sans doute comme un tournant décisif de l'histoire en Afrique occidentale”. Et il est fait allusion à "la grande habileté manœuvrière de N'Krumah"...

  • 5 Cf., par exemple, no 502, 517, 515, 519, no 551, no 561.

6Bien évidemment, ce qui se passe ensuite dans le pays est étudié à la loupe (à partir du no 510 une rubrique Ghana apparaît en page 7 puis 8) et les réticences vis-à-vis du président réapparaissent vite. Ce n'est pas l'indépendance qui pose problème (on ne craint pas la contagion et les articles insistent sur l'évolution satisfaisante) mais bien la personnalité du nouveau chef d'État5. De façon significative, dans un même numéro (504 du 2 avril 1957), on trouve une photo du représentant du pape s'entretenant avec N'Kkumah et l'interrogation : "Que se passe-t-il dans l'ex-Togo britannique ?" accusant le Ghana de taire des incidents : "C'est un calcul maladroit, car la vérité finira par éclater et elle se retournera contre ceux qui avaient intérêt à la cacher". Le premier anniversaire de l'indépendance est l'occasion de dresser le 21 mars 1958 un bilan plus que mitigé : "le gouvernement se trouve en présence d'une opposition de plus en plus organisée et décidée. D'où son raidissement en politique intérieure et sa recherche de succès spectaculaires en politique extérieure. D’où l'emploi par lui de moyens tout autres que démocratiques ".

7"Que sera la Conférence des États africains indépendants convoquée par M. N'Krumah ?"(14 mai 1957). Un an plus tard, la rédaction ne semble pas déçue : "Deux chefs d'État seulement (...) assistaient (...) à l'ouverture de la première conférence des Etats indépendants d'Afrique, que N'Krumah qualifiait la veille d'"événement le plus important de l'histoire africaine"(...). Pour l’homme qui rêve de devenir le "Nehru africain", la naissance de ce panafricanisme conçue au cours du congrès de Manchester en 1945 est l'aboutissement glorieux et logique d'un effort patient (...). Aussi le gouvernement de Ghana s'est-il efforcé d'assurer à la conférence le maximum de publicité, sans que d'ailleurs, à Accra même, le peuple ait paru beaucoup ému. Le jour de l'ouverture on remarquait de nombreuses places vides dans les tribunes du public". Le discours de N'Krumah est alors présenté comme une longue suite de procès. "Et de condamner "la guerre d'Algérie", sans prendre garde que, ce faisant, il s'immisçait lui-même dans les affaires intérieures d'un pays étranger - ni qu'il avait, assis près de lui, en la personne des délégués FLN, les représentants des agresseurs (...) (venus sans invitation, dans les bagages de la délégation tunisienne). Et le président de l'UPC (venu, dans les mêmes conditions, avec la délégation égyptienne). (...) Lorsque N'Krumah, très applaudi, célébra "la nouvelle unité africaine née entre l'Afrique arabe et l'Afrique noire", on ne peut oublier que cette dernière était bien faiblement représentée par rapport à l'autre et que ses problèmes propres, contrairement à l'espoir de l'initiateur de la conférence, n'eurent pas la vedette. (...) La France a eu très nettement la faveur dans la distribution des condamnations et des critiques (...) Une telle partialité, à base passionnelle, déconsidère la conférence.

  • 6 No 559 (25 avril 1958) p. 8. Voir aussi no 560 (2 mai 1958) p. 8 Après la conférence d'Accra : suit (...)

8Le journal "Le Monde", dont le libéralisme est assez connu, relève la malséance de certaines prises de position concernant le Togo et le Cameroun, alors que l’autorité française sur ces deux territoires ne s'exerce que sous le contrôle des Nations-Unies et s'efface de plus en plus au profit des gouvernements autochtones"6.

9L'annonce du voyage de la reine Elisabeth le 9 mai 1958 pour l'année suivante est l'occasion de redire l'inquiétude des Britanniques face à la multiplication au Ghana des portraits de N'Krumah mais aussi que "la modération relative de la conférence pan-africaine d'Accra (...) à l'égard des territoires africains dépendants dans l'orbite britannique n'est pas passée inaperçue comparée surtout aux prises de position envers l'Algérie. Sur le plan ghanéen proprement dit, le voyage du couple royal apportera une nouvelle consécration officielle du docteur N'Krumah face aux réticences de son opposition".

  • 7 No 567 (20 juin 1958) p. 8. Cf. aussi no 587 (7 novembre 1958) p. 8 et no 596 (9 janvier 1959) p. 8
  • 8 No 572 (25 juillet 1958) p. 6. Mêmes accusations dans no 720 (24 mai 1961) p. 5.

10Un bilan de tous les truquages et bizarreries du scrutin est dressé après des élections à Accra. Un portrait très élogieux de Busia contraste avec les accusations à peine voilées contre le régime en place7. Les reproches se font plus précis peu à peu : "Le système évolue de plus en plus dans le sens de l'autoritarisme, pour ne pas dire la dictature du parti CPP"8. La rédaction se fait même l'écho du livre, le 8 janvier 1960, d'un parti qui accuse "le gouvernement de mettre en vigueur un régime d'inquisition politique et de poursuivre une "vendetta" contre l'opposition". Dans la page suivante est publiée la réponse d’Olympio aux prétentions de N'Krumah : "Les Togolais n'accepteront jamais l'intégration de leur pays au Ghana".

11Cette question est à nouveau abordée dans le no 687 à propos d'une longue présentation de la nouvelle constitution où "le premier président du Ghana aura des pouvoirs comparables à ceux du Général de Gaulle " mais surtout dans le no 659 et les suivants : "La tension Ghana-Togo-France. Depuis plusieurs semaines, le Dr N'Krumah mène campagne soit contre la France, soit contre le Togo. Nous donnons à nos lecteurs les éléments d'information reçue à ce sujet. A propos du Ghana et du Togo M. N'Krumah, vous êtes en retard d'un siècle" (6 avril 1960, un Togolais vivant en Guinée, très critique, compare ensuite son expansionnisme avec celui de Hitler).

12Le numéro du 6 juillet 1960, où la naissance de la République du Ghana est longuement racontée, note que "les fêtes qui ont eu lieu (...) se sont déroulées sous le culte de la personnalité du Président de la République".

13L'unification des mouvements de jeunesse soulève des protestations comme la décision, mise en caractères gras, sans autre réflexion : "Les principaux dirigeants du Parti, y compris les membres du Gouvernement, devront suivre un cours d’une semaine sur le Socialisme à l'Ecole idéologique du Parti" (24 mai 1961).

14À partir de septembre 1961, les mouvements sociaux amènent à noter le 5 octobre "le gouvernement a dépensé sans compter pour soutenir son prestige à l'extérieur. Probablement aussi beaucoup de voyages inutiles comme il s'en voit un peu partout. Le Ghana demande au peuple de payer ça. Les travailleurs refusent. Ils ont raison. Mais d'un autre côté il faut remarquer que le Ghana et le Libéria sont des cas uniques en Afrique Occidentale" (possibilité de faire grève qui n'existe pas ailleurs). Mais dès le 18 octobre 1961 Simon Kiba commence une série d'articles un peu sarcastiques qui se poursuivent pendant tout le mois de novembre : "Il est curieux de voir comment un homme aussi intelligent fait actuellement le vide autour de lui" ! En 1964, les résultats du référendum qui "ne faisaient aucun doute pour personne" mais légalisent l’institution du parti unique sont traités sur le même mode par René Saint Clair. Le long article synthétique du 7 février 1964 permet de faire le tour de toutes les désillusions : "L'enchantement est rompu". La volonté de déstabiliser les autres pays africains, soit en soutenant des opposants, soit sous forme de propagande ("des tracts, des prospectus, des journaux véhiculant des mots d'ordre surannés") est dénoncée à plusieurs reprises dans le no 903. C'est tout le fonctionnement du système qui est critiqué prouvant que "la démocratie est simplifiée au Ghana" (10-16 juin 1965, M. N'Krumah unique candidat à la présidence).

15Mais son nom reste cependant associé au panafricanisme, comme le prouve le très long compte-rendu du livre en allemand d'un juriste suisse sur le sujet ("pour comprendre le panafricanisme" dans le no 919). Une polémique naît à cette occasion : dans le numéro suivant, le 15 avril 1965, le Docteur Busia, principal opposant de N'Krumah, réfute depuis son exil londonien, les conceptions de ce dernier. En réponse, l'ambassadeur du Ghana à Dakar, "consterné" par les propos incriminés, publie sur une page entière une véritable hagiographie de l'Osagyefo ! Mais l'éditorial du 3 juin peut être considéré comme une réponse de la rédaction "deux hommes bien différents, Tshombé, N'Krumah, sont ainsi devenus les symboles des dissensions actuelles qui risquent d’entraver les efforts vers l'Unité Africaine” : il ne peut y avoir de reproche plus grave...

16Très rapidement (dès le 21 avril), la rédaction fait part de la normalisation de la situation au Ghana et avec les pays limitrophes, alors que le régime a hérité "d'une situation économique déplorable". Les articles qui suivent sont plus anodins jusqu'à l'événement qui va faire la une du no 969 (3-9 mars 1966) "Kwamé N'KRUMAH 'démis' par l'Armée... POURQUOI ? et occuper une grande part de la surface rédactionnelle cette semaine-là, comme les suivantes ! C'est le moment, par-delà la chronologie des faits, bien sûr reconstituée, de faire le bilan de "dix ans de pouvoir" et de refaire le tour de tous les griefs, en détail : "idéologie plus ou moins marxisante (...) dictature (...) culte de la personnalité (...) mégalomane". Mais, fidèle à son attitude, Afrique Nouvelle lui reconnaît également des mérites : "supérieurement intelligent et supérieurement cultivé (...) clairvoyance peu commune (...) guide (...) mieux que quiconque ébranla le mythe de l'homme blanc (...) introduisit d'emblée l'homme noir dans cette lutte pour le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes devant laquelle plus d'un hésitait (...). L'une des réussites de N'Krumah, c'est d'avoir pu décomplexer son peuple, de l'avoir décolonisé et de lui avoir rendu la fierté". Il lui reconnaît d'avoir dû subir la crise du cacao. Le numéro revient encore sur ce bilan, tout en faisant sa première page sur l'accueil de Sékou Touré au "détrôné" et en donnant les réactions du monde entier à cette destitution.

Héritage

17L'instauration de la Deuxième République du Ghana le 1er octobre 1969, puis l'élection de son Président sont l'occasion de rappeler la personnalité de l'ancien chef. C’est ainsi que le 27 août 1970, un intertitre est libellé "la politique ruineuse de N'Krumah" alors que le paragraphe insiste sur son autoritarisme et sur "sa politique de grandeur" : "les réserves, dont la Côte de l'Or était si légitimement fière avant l'accession à l'indépendance (...) avaient fondu. Les dettes, contractées à tort et à travers, à l'Est comme à l'Ouest, et pour des montants impressionnants, hypothéquaient tout développement". La mort en exil de l'Osagyefo fait la couverture du no 1285 du 10 mai 1972. Il se trouve qu'il disparaît en même temps que Fulbert Youlou, donc leurs deux portraits sont côte à côte. N'tare V du Burundi est associé aux trois notices nécrologiques de l'intérieur. L’éditorial pose LA question : "N'Krumah fut-il un grand Africain ?" tout en s'interrogeant sur la validité d'une telle proposition. L'auteur lui reconnaît de grands mérites mais répond par la négative à la question posée car "il s'est cru un prophète, un "rédempteur", comme il l'a dit et fait dire" et parce qu'il a laissé son pays "au bord du gouffre". La valeur des causes qu'il a défendues ("anti-colonialisme, anti-impérialisme, panafricanisme", défense de la jeunesse) feront, de l'avis de l'éditorialiste, qu'on oubliera quand même "ses échecs et ses erreurs".

18Près de trente ans après (11 mars 1987) la rédaction qui, par ailleurs aurait tant aimé que la balkanisation de l'Afrique ne se produise pas, ne l'épargne toujours pas : "A chaque commémoration, l'ombre de Kwamé Nkrumah, père de l'indépendance du pays et militant acharné du Panafricanisme, plane sur l'événement. Que reste-t-il de son œuvre et de ses idées ? Rien ou presque rien. La Gold Coast (...) n'est plus une lumière sur le continent. Sauf peut-être pour le Burkina Faso. (...) Une chose est sûre. Le Ghana de Rawlings est sans institutions et ce défaut ne permet pas que ce dernier donne des leçons".

19Manifestement, le Ghana n'a pas répondu aux attentes d'Afrique Nouvelle.

La critique de la politique coloniale belge

  • 9 No 299 (29 avril 1953) p. 1-8 Des martyrs au Kenya. Sur cette colonie, voir en particulier no 384, (...)

20D'autres exemples auraient pu être analysés, prouvant que le journal est circonspect quant à la politique menée par les Anglais ailleurs qu'au Ghana, au Kenya en particulier où la répression contre les Mau-Mau est très durement jugée, bien que les actions de ces derniers contre les catholiques soient dénoncées9. Il semble, en fait, plus intéressant d'étudier le cas d'un autre pays colonisateur, tant, en effet, l'attitude de la rédaction est nette. Compte tenu de la proximité et de la taille, c'est surtout du Congo dont il est question : dans la première partie, nous avons montré que le Rwanda et le Burundi, surtout à l'époque coloniale, sauf exception, ne font pas l'objet d'analyse originale, sauf en ce qui concerne la vie religieuse.

Le Congo belge

21Dès ses débuts, Afrique Nouvelle s'intéresse à la politique coloniale belge, ne serait-ce que pour faire des comparaisons. C'est ainsi que la 12 octobre 1947, une longue analyse des mesures prises permet de tirer — déjà — la sonnette d'alarme, surtout en ce qui concerne la faiblesse de l'enseignement secondaire : "il serait très regrettable, en effet, que le Congo voit s'accentuer le retard qu'il semble avoir sur les pays français et britanniques de l'ouest africain, où l'on n'en est plus à la participation de l'élément autochtone au gouvernement des territoires, mais où les Africains ont la part principale dans les Assemblées territoriales et fédérales chargées de la gestion des affaires de leur pays".

  • 10 No 413 (5 juillet 1955) p. 4 puis no 416 (26 juillet 1955) p. 4.

22Deux types de traitement (la querelle scolaire n'est pas étudiée ici ; bien évidemment, l'enseignement confessionnel est défendu contre Buisseret qualifié de "sectaire" le 9 février 1955) : le premier consiste à publier, tels quels, des rapports lénifiants des autorités ou d'autres déclarations officielles (no 389, 410, 513, 518). L'autre introduit avant ou après quelques commentaires. Ainsi, le récit du voyage du roi Baudouin, le 24 mai 1955 s'accompagne de la reproduction de discours avec, comme note finale : "Le bilan fait apparaître, avec de rapides progrès économiques et sociaux, un net retard politique par rapport à d'autres pays d'Afrique" ; des réflexions plus profondes sont tentées, comme en témoigne déjà ce titre du 31 mai : "Où va le "ménage" Congo-Belgique. Intérêt ? Amitié ? ou mariage d'amour ?". Après avoir décrit l'accueil enthousiaste des populations, le journaliste enchaîne : "Quoi qu'il en soit de l'accueil sympathique fait, sur le moment, à ces paroles, on reste perplexe en songeant à l'avenir. La sincérité et la bonne volonté de la Belgique ne sont pas contestables. Mais n'est-elle pas victime d'un véritable aveuglement sur le fait et le sens de l'évolution africaine ? En mettant les choses au mieux et en supposant que le paternalisme fasse place au "fraternalisme" (ce qui n'est pas encore), les Congolais seront-ils satisfaits de la ligne ici tracée pour leur avenir ? (...) Souhaitons que le mariage d'intérêt, voulu et décidé d’une part, se transforme, de part et d'autre en mariage d'amour. (...) Nous n'avons, malheureusement, aucun indice permettant de penser qu'il en est ou sera ainsi. Dès lors, ne serait-il pas plus sage de laisser les fiançailles évoluer vers la simple amitié ?". Un peu plus tard, la dénonciation par le roi des mauvaises relations entre Noirs et Blancs et des conditions de vie est donnée brute10. Les commentaires sont publiés dans le numéro 439 du 3 janvier 1956, non signés : ils se réjouissent des propos du souverain, de ceux du gouverneur qui stigmatisent l'attitude supérieure de certains blancs. "Un (...) ami du Congo Belge" revient à la charge pour souligner le mépris qu'ont les Belges pour les Noirs et l'inégalité profonde qui y règne. "Pour ma part, je suis persuadé qu'il y aura de gros changements d'ici quatre ou cinq ans, et que si, jusqu'à présent, les Congolais se sont tenus plus tranquilles qu'ailleurs (c'est qu'ils sont plus isolés). Il me semble que beaucoup de Belges se font illusion quant à l'avenir du Congo, car il n'est pas possible que les Congolais continuent à se laisser faire comme des enfants, à se laisser diriger sans rien dire comme des incapables". Cet avis est certainement partagé par la rédaction, car la reprise d'un article de La Libre Belgique du 3 octobre 1955, près d'un an après sa parution en métropole, est accompagnée d'une introduction qui va dans le même sens (31 janvier 1956).

23Enfin, la reproduction d'un manifeste publié dans Conscience africaine qui sème "la stupeur chez les autorités belges " lance une série d'articles (no 469, 474, 491). En parallèle, la déclaration du gouverneur est qualifiée de "bons sentiments, on ne peut en douter". Au préalable (10 juillet 1956) on a pu lire une lettre (antérieure au texte précédent mais arrivée en retard) des évêques congolais sur l'avenir social et politique du pays. Il est dit aussi que "cette prise de position n'est pas révolutionnaire : elle reste dans la ligne de la promotion africaine dont l'Église s'est fait partout la protagoniste (...) Elle ne préconise ni n'exclut a priori aucune formule politique particulière. Il n’est d'ailleurs ni dans le rôle ni dans les habitudes de la hiérarchie de prendre position en ces matières". Vraiment ? Afrique Nouvelle s'est fait un devoir de publier, en leur temps, les lettres des évêques de Madagascar reconnaissant et réaffirmant "la légitimité de l'aspiration à l'indépendance" (no 340, 473, 494). Une page spéciale le 2 octobre 1956 Belgique et Congo pays du sourire insiste sur la prospérité mais demande aussi : "pourquoi les journalistes belges peuvent-ils se permettre d'écrire sans mauvaise conscience : "Il n'y a pas de misère dans notre colonie, il n'y a pas de famine au Congo... ". Une analyse très critique d’un article du Gouverneur général honoraire du Congo Belge paru dans une revue américaine conclut : "des Congolais ont pu dire après avoir visité d'autres pays africains, "c'est encore chez nous que la vie a le plus de charme", mais alors on peut penser avec le journal "Le Peuple" : "Puissent les difficultés douloureuses que connaît la France en Afrique du Nord, ouvrir les yeux de ceux qui croient, comme jadis Louis XV que la bonne machine durera bien autant qu'eux... En fait si "la bonne vieille machine" rapporte des fruits, ce n'est certes pas au paternalisme ni même uniquement au réalisme belge, mais surtout, grâce aux richesses économiques et aux ressources naturelles du Congo ".

Évolution

  • 11 No 494 (22 janvier 1957) p. 7 ; no 498 (19 février 1957) p. 7 ; no 499 (26 février 1957) p. 6 ; no  (...)
  • 12 No 513 (4 juin 1957) p. 7. Voir aussi no 572 (25 juillet 1958) p. 6 Léo Pétillon, l'homme avec qui (...)
  • 13 No 562 (16 mai 1958) p. 8 A Léopoldville Manifestation du nationalisme bacongo ; no 587 (7 novembre (...)

24Toutes les étapes de la transformation de la colonisation belge, au Congo comme dans le Ruanda-Urundi voisin, sont répertoriées11, parfois sans commentaire avec les textes officiels bruts, parfois analysées et jugées comme le 9 avril 1957 : "les réformes introduites, quoique moins audacieuses que celles déjà en vigueur dans l'Afrique Française, dénotent une orientation sympathique de la politique coloniale belge". Il est vrai que cette orientation est attribuée le 21 mai 1957 "en grande partie, il faut le reconnaître, à l'influence chrétienne". Le point de vue des colons belges au Congo n’est pas oublié, repris tel quel de l’A. F. P.12. Les réactions nationalistes ne sont pas passées sous silence13 ni celles d’Européens locaux libéraux qui s'opposent aux fédérations de colons et d'anciens combattants affirmant la pérennité, l'indissolubilité des liens entre la Belgique et sa colonie (6 février 1959). Notons qu'Afrique Nouvelle s'informe aussi sur le sujet à travers Temps Nouveaux d’Afrique, son homologue pour l'Afrique de l'Est francophone. Mais elle dispose également de correspondants tels que Philippe Decraene en 1958, ou après fixation de la date de l'indépendance, d'un correspondant particulier à Stanleyville, Paul Masson, qui traite aussi des risques d'éclatement (3 février 1960). Elle envoie, quand la situation semble l'exiger, un envoyé spécial, le P. de Benoist qui, au fil de quatre numéros (du no 652, 3 février 1960 au no 655, 2 mars 1960) fait le point et montre une lucidité qui l'honore, comme sa rédaction : "Car il semble bien que, jusqu'à ces dernières années, les Belges montraient beaucoup de fierté de leur possession ultramarine, mais se préoccupaient assez peu de ce qui s'y passait (...). Mais une fois pour toutes nous soulignons qu'il ne s'agira que d'impressions ressenties au cours d'un trop bref voyage au Congo et nées d'une constante référence, au moins implicite, à l'expérience d'Afrique Occidentale". Tout son second volet est consacré au "paternalisme " en théorie et en pratique tandis que le troisième ("Des États dans l'État") étudie minutieusement les grandes sociétés. "Il est donc indéniable que tout est mis en oeuvre pour permettre au personnel de l'Union minière d'avoir un niveau de vie très décent et de pouvoir mener dans des conditions exceptionnelles de stabilité une vie familiale normale. (...) Pourquoi faut-il qu’une barrière invisible, mais trop réelle, ait fixé le plafond de la promotion africaine ?" Le tableau suivant analyse toute l'œuvre des missionnaires, en insistant sur des limites, mais en soulignant que seule l'Église a ouvert une université. Le dernier, enfin, tire les conséquences : "Il était trop évident que la masse ne se laisserait pas indéfiniment modeler par les trois grandes forces conjuguées : administration, groupes économiques, missions". Les causes du réveil sont à chercher, pour l'auteur, dans la proximité de l'A.E.F., bien que les Belges aient voulu faire vivre le Congo en vase clos et chez les communistes dont le rôle est "difficile à déterminer (mais) cependant très réel. Des militants communistes belges sont au travail sur place, et le journal de l'Abako "Notre Congo" publie souvent des textes de Lénine". Il insiste sur la coopération des Belges, même colons, pour l'indépendance, dès qu'ils ont compris qu'elle était inéluctable : "Le Kivu a failli avoir son "13 mai". Mais tout s'est vite calmé". Il s'inquiète quand même du principal problème : l'absence de cadres.

25Ensuite, le journal fait encore appel à des correspondants ou se réfère à l'agence Belga : "Afrique Nouvelle a rendu compte semaine après semaine des travaux de la Conférence Belgo-Congolaise de Bruxelles. Nos correspondants particuliers à Léopoldville et Stanleyville ont, en même temps, rendu compte des réactions qu'a suscitées cette conférence au Congo. Aujourd'hui nous sommes heureux de publier seuls de toute la presse en Afrique Occidentale l'ensemble des résolutions adoptées par la Conférence" (16 mars 1960).

  • 14 No 673 (29 juin 1960) p. 1. Voir aussi tous les numéros qui suivent où la matière est très abondant (...)

26Le nouvel envoyé spécial, Paul Masson, part constater que Le Katanga perd la tête (30 mars 1960) car "à l'ombre de la cheminée de l'Union minière qui symbolise la richesse minière de cette province, des Congolais se regardent les yeux pleins de haine ; pourquoi faut-il toujours que le sang soit le prix de la liberté ? De cette liberté dont les habitants du Congo devraient avoir à cœur d'organiser les prémisses dans la joie et la fraternité". Tous les titres et les textes suivants prouvent la désolation de la rédaction ; L'indépendance sera-t-elle proclamée dans le sang ? La situation se détériore : "Les leaders congolais ne semblent pas disposés à prendre leurs responsabilités au moment où ils devraient préparer, dans le calme, l'indépendance qui sera proclamée dans deux mois" (no 664 et no 666). A cette occasion, de nombreux articles célèbrent l'événement ; l'éditorial intitulé Bonne chance au Congo fait la liste de tous les problèmes que devra affronter "cette grande colonie belge qui, depuis le début de la colonisation, s'était assoupie sous l'influence d'un paternalisme institutionnalisé, (et) entrera demain, 30 juin, dans le concert des nations indépendantes "14. Mais le mot anarchie a tendance à revenir sans cesse. L'éditorial du no 675 (13 juillet 1960) est même titré La tentation de l'anarchie. Il fait cependant reposer la responsabilité des difficultés sur le colonisateur : "La Belgique, par contre, récolte ce qu'elle a semé (...). Loin de se réjouir de ses difficultés, les autres États africains, qui ont eu la chance de franchir cette étape avec de meilleurs atouts entre les mains, doivent tout faire pour lui (au Congo) venir en aide. Et ce n'est certes pas en l'encourageant à se couper de l'Europe qu'on l'aidera à vaincre le désordre et à mettre fin à l'anarchie". Idée reprise en page 8 dans l'interview du ministre ivoirien par l'AFP, M. Ernest Boka. "Le Congo Belge n'a pas eu la chance de faire son apprentissage politique comme l'Afrique française". Et si certains articles du numéro insistent sur les Heures tragiques qui ont mis en danger la vie, l'unité et l'indépendance du jeune État (titre sur six colonnes !), Paul Masson, toujours "correspondant particulier", dresse un tableau du "sage" Kivu, province éloignée et calme.

27La chronique hebdomadaire de Simon Kiba du 20 juillet 1960 complète une série de reportages et traduit à nouveau le désarroi : "Mais ne doit-on pas aussi déplorer l'ambition illimitée d'un Lumumba ou d'un Kasa-Vubu ? (...) Les Belges ont confessé leurs fautes (...). Etait-ce nécessaire de proclamer cette indépendance qui nous fait honte à tous aujourd'hui ? (...) Les meetings de Lumumba sont célèbres, ses raisonnements n'étaient pas politiques, ils étaient absurdes. Les Congolais auraient dû accepter les étapes que nous (francophones) avons vécues". Quand les événements s'accélèrent, le film des événements est réalisé, jour après jour, la plupart du temps en page Une. Simon Kiba martèle toujours les mêmes idées : "Quand l'indépendance est donnée dans de si mauvaises conditions, il arrive toujours deux choses :

  1. le colonisateur, quand il est ainsi chassé, oublie que toute conquête a commencé par ces maux dont il souffre aujourd'hui (détail des exactions). Mais quand ces inconvénients de la conquête durent jusqu'en 1960, il n'y a pas à s'étonner que les choses se gâtent le jour de l'indépendance....

  2. Le colonisé, quand il est énervé au point où l'ont été les Congolais, oublie pour sa part le bien que l'on peut retenir de la colonisation (liste des bienfaits). Mais un paternalisme absurde (et étonnant quand on pense que Brazzaville n'est pas loin de Léopoldville) ont empêché les Belges de comprendre en fait les Congolais, et de leur donner en temps voulu une petite parcelle d'autorité" (3 août 1960).

28Semaine après semaine, "Le CONGO (ex-belge) continue à vivre des jours qui inquiètent le monde entier" (17 août 1960) sous le regard atterré d'Afrique Nouvelle qui ne ménage aucun leader. Simon Kiba renvoie dos à dos Lumumba et Tshombé avec cette question le 17 août 1960 "mais le plus méprisable des deux, qui est-ce ?". Du premier il a dit "Si Lumumba est à peu près le seul à penser Congo, et non tribu, il est malheureusement celui qui, d’après ses paroles, semble parfois être dépassé par les événements. D'un jour à l'autre, on peut remarquer des contradictions dans ses conférences de presse" sans ménager plus le second ensuite. Quelques semaines plus tard, le 21 septembre, il assène : "L'ère des pronunciamentos, genre Amérique du Sud, s'ouvre au Congo (allusions à Mobutu). Le paternalisme belge est en fait le seul criminel à accuser. La tête d'un Lumumba aurait pu être aussi bien faite que celle d'un Houphouet Boigny ou d'un Sékou Touré, si la Belgique n'avait pas d'abord raisonné comme le font aujourd'hui les Portugais". Dans le même numéro, l'action du colonel Mobutu est comparée au 18 Brumaire.

29Cela va peut-être amener Simon Kiba à nuancer ses jugements comme il le fait le 26 octobre 1960 : "Je pense que Lumumba est un panafricaniste à qui il manque l'assise populaire d'un Sékou Touré ou l'intelligence d'un N'Krumah (...) Est-ce pour cela qu’il faut souhaiter l'élimination pure et simple de Lumumba ? Je pense que ce serait une erreur. Il a probablement des lieutenants qui sont bêtes, et donc dangereux ; mais lui-même, s'il fait partie d'une coalition où toutes les tendances seront représentées, peut être un élément de décolonisation intelligente". Idée développée lors de l'annonce de sa mort le 15 février 1961 : "Nous n'avons pas été souvent d'accord avec la politique de M. Lumumba. Nous sommes persuadés que son action a largement contribué à installer la guerre froide au Congo. Nous pensons qu'il se trompait lourdement en faisant appel aux pays de l'Est pour assurer la liberté en Afrique (...). Nous savons enfin que M. Lumumba avait encouragé ses amis à massacrer ses adversaires politiques et que bien des Congolais sont morts du fait des lumumbistes. Nous ne pensons pas pour autant que de tels faits puissent en quoi que ce soit justifier le recours au crime politique". Et Simon Kiba reprend : "C'est révoltant. (...) Lumumba est difficilement remplaçable en tant qu'homme politique : ni Tshombé ni Kasavubu ne disposent de la même audience ". Cinq mois plus tard, au titre Mobutu, homme de la situation ? un long article de deux colonnes sur toute la page tend à répondre oui à la question. La rédaction déchantera par la suite ! (en particulier lors des tracasseries infligées au Cardinal Malula et de l'arrestation d'un journaliste de la presse catholique en février 1972).

30La version officielle de l'assassinat de Lumumba est remise en cause le 22 novembre 1961 et amène cette conclusion : "La confusion et l'anarchie qui règnent au Congo depuis l'indépendance de ce pays ont atteint la semaine dernière leur cote d'alerte. Si l'on ne prend pas des mesures immédiatement, la réunification du Congo deviendra impossible". Les "événements" de 1964 amènent de très longs articles qui condamnent à nouveau la pagaille, mais surtout Tshombé dont "la personnalité est très contestable" comme le dit l'éditorial du 24 juillet. La violence des qualificatifs contre ce dernier est telle qu'un lecteur, sur deux tiers de page, proteste contre "la haine implacable" exprimée et développe son "étonnement devant l'acharnement déployé pour condamner M. Tshombé" alors qu'il exprime plusieurs fois sa "profonde gratitude à ce grand hebdomadaire pour son incontestable contribution à l'édification de l'Afrique de demain " (6-12 novembre 1964).

Mobutu, l'"homme de la situation" ?

31Pendant l'année 1964, comme pendant la suivante, alors que la situation congolaise est passée au peigne fin, l'intérêt se concentre sur Tshombé et seules quelques lignes le 1er juillet 1965 signalent la décoration de Mobutu avec une douzaine d'autres officiers supérieurs "pour leur bravoure notamment au cours de la lutte contre les insurgés ". Dans l'éditorial du 21 octobre suivant, l'éviction du premier ministre laissant l'espoir de l'arrivée d'"hommes neufs" qui permettraient le retour de la paix n'est pas regrettée. Encore, le 6 juillet 1967, au moment de son enlèvement, Tshombé est présenté comme "un jouet entre les mains du capitalisme international".

  • 15 No 983 (9-15 juin 1966) p. 1, 6 et 16. L'éditorial est titré La potence ne résoud rien.

32Ce n'est que le 2 décembre 1965 que la photo de la cérémonie de remise de décorations fait la Une d'Afrique Nouvelle, après la prise de pouvoir de l'armée et quand Mobutu s'est "adjugé le titre de Président de la République". L'éditorial revient sur le coup d’État : "Mobutu a eu au moins le mérite de rechercher la stabilité, de neutraliser tous ceux qui empêchent de voir clair dans l'édification du pays. À condition qu'il ne remette pas le pays entre des mains ennemies, ou d'hommes de paille ; à condition qu'il n'instaure pas le fascisme, qui vient souvent avec les régimes militaires, il aura fait œuvre utile en offrant aux politiciens l'occasion de réfléchir sur le danger de calculs politiques trop intéressés". Et très vite, la rédaction note les difficultés de toutes sortes rencontrées par le nouveau chef de l'État comme dans le no 967 "M. Mobutu aux prises avec la situation économique". Le 5 mai suivant, le long bilan de cinq mois de régime est présenté comme globalement positif, et le général a même droit à ce portrait : "homme intelligent, lucide, perspicace. Il sait donc parfaitement bien et clairement ce qu'il fait. Surtout il sait où il veut arriver. Il est parfaitement conscient du sens de l'histoire et il joue bien son rôle". Les publications qui suivent ne cessent de s'interroger sur ses capacités à redresser la situation et à lutter contre la puissance de l'Union Minière du Haut-Katanga qualifiée de "pieuvre" : Doutes et incertitudes du régime Mobutu titre, par exemple, le no 981. Mais toute la sympathie dont pouvait bénéficier ce combattant du néo-colonialisme disparaît lors de la pendaison publique de quatre opposants. Leurs portraits sont à la Une, et le journal déclare "la terreur s'est abattue sur Kinshasa" ramenant le Congo au Moyen-Age, voire à l'âge de la pierre taillée : "ce jour du 2 juin où quartier libre était donné par le Général Mobutu aux travailleurs de Kinshasa pour assister à ces démonstrations sanguinaires, l'Afrique entière, comme brusquement en deuil, moralement et profondément touchée, ne put exprimer son indignation que par ce mot simple 'c'est horrible !'(...). La volonté du général Mobutu, mais certainement pas celle du peuple congolais a été faite (...) les quatre anciens ministres ont été 'liquidés' au mépris des règles humanitaires les plus élémentaires". Et, à l'appui de ces commentaires très sévères, un encadré tiré de La Croix montre que la condamnation est partagée. Les commentaires libres remarquent amèrement : "je ne me trompe pas sur les réflexions des non Africains disant 'ils' seront toujours des sauvages. Le 'ils' se rapporte à nous tous"15. Pourtant, le premier anniversaire du gouvernement, le 10 novembre 1966 amène à faire un bilan "plutôt positif, et le bras de fer qui se poursuit en 1967 contre l'Union Minière du Haut Katanga est suivi avec sympathie et "intérêt", comme le proclame l'éditorial du no 1016 : "Les autorités de Kinshasa peuvent dès lors compter sur l'appui total de l'Afrique et de tous ceux qui sont assez logiques envers eux-mêmes pour leur souhaiter la victoire dans cette "guerre économique". On sait gré aussi au Congo de renouer avec ses petits voisins : "il faut connaître les différences fondamentales qui existent entre Kayibanda du Ruanda et Micombero du Burundi pour comprendre et apprécier à sa juste valeur le tour de force du Général Mobutu... " (27 avril 1967).

33L'éditorial du 13 juillet 1967 présente encore Mobutu comme l'homme de l'indépendance, celui qui "a choisi d'affronter les intérêts internationaux".

34Afrique Nouvelle, dans son approche des problèmes coloniaux belges, prend des positions moins nuancées que lorsqu'il est question de la France : mais ses lecteurs ne risquaient-ils pas de faire des rapprochements ? Il est vrai que la rédaction insiste sur le retard des mesures comparées à celles prises en l'Afrique française. Et le journal revient à ses idées chères : le passage d'une vraie société coloniale à "une société fraternelle sans discriminations raciales ou politiques" (no 511).

  • 16 Art. cit., p. 538. Pour cette partie de l'Afrique, nous renvoyons à son travail, très complet et tr (...)

35Le P. de Benoist a largement montré le soutien apporté par son journal à "une évolution des institutions"16 en A.O.F. : combat pour le collège électoral unique, pour que les médecins militaires passent la main à la tête des services sanitaires, lutte pour l'autonomie puis l'indépendance. Il a montré aussi comment, en diffusant, largement et abondamment, l'action et les propos des parlementaires africains, de syndicalistes, le journal a renforcé l'efficacité de leur participation. Une lecture globale permet de confirmer que, quelle que soit la hardiesse des positions défendues, elles restent plus circonstanciées que lorsque des pays ayant des liens plus lâches avec la France (ou l'Afrique Occidentale) sont concernés : le Maroc, la Tunisie, le Ghana ou le Congo belge. Le libéralisme des idées est évident et le rédacteur en chef a fait souvent allusion à ses difficultés avec la hiérarchie locale (Mgr Lefebvre était toujours archevêque de Dakar). Pourtant, l’impression qui domine est celle de la défense systématique d'une démocratie directe, pratiquée déjà dans les colonnes du journal. Une démocratie soutenue par des candidats aux élections, honnêtes, conscients de l'intérêt public et exempts d'ambition personnelle, ainsi que le demande l'éditorial de Faustin Gbaguidi du 27 novembre 1956.

36La décolonisation a soulevé bien des espoirs, que les rédacteurs ont, sans aucun doute, partagés avec une majorité de leurs lecteurs. Les désillusions vont être d'autant plus mal vécues. Dès 1960, un article déjà bien pessimiste est accepté : "Le Colonialisme nous a certes apporté plus de mal que de bien, mais si l'on conçoit que l'élève doit ressembler à son maître, il faut bien craindre que l'avenir que certains nous annoncent tellement enchanteur risque d'être assez différent de ce que l'on attend généralement". Et il dénonce le comportement identique des chefs, blancs ou noirs qui ont les mêmes privilèges. "Nous assistons en de nombreux endroits à une nouvelle colonisation des Noirs par les Noirs. De nos jours, certains de ces Africains privilégiés, dont on dit qu'ils appartiennent à l'élite, se comportent comme s'ils faisaient la guerre à ces catégories d'hommes dont ils ont mandat de rendre l'existence meilleure.

  • 17 No 675 (13 juillet 1960) p. 1-2 Le dragon du colonialisme est à terre. NE CRÉONS PAS NOTRE PROPRE C (...)

37(...) Et les étudiants ? Beaucoup d’entre nous pensaient au moins que ces choses changeraient au retour des étudiants. Hélas ! Hélas ! C'est là encore une déception totale. La plupart d'entre eux se considèrent comme des phénix qui ne doivent se mêler à personne. (...) Au service, ils se comportent avec beaucoup plus de morgue que l'ancien chef blanc. (...) Ce que je vois autour de moi me fait peur. Et c'est pourquoi j'ai voulu tirer la sonnette d'alarme"17. Simon Kiba, lui, devant la "cascade de proclamations d’indépendance dans l'Entente" note : "C'est à partir de maintenant que le travail commence, dira-t-on partout. La seule chose regrettable est que les populations n'aient pas eu une longue préparation psychologique devant cette indépendance" (27 juillet 1960).

38La rédaction elle-même ne cessera de déplorer certaines conséquences néfastes de la décolonisation, aux premiers rangs desquelles la balkanisation et l'oubli des solidarités traditionnelles.

Notes

1 Cf. no 385, 386, 388, 390, 457, 474, 482, 496.

2 Cf. no 394, 395, 397, 479, 483, 488, 490.

3 No 473 (28 août 1956) p. 3. Voir aussi no 544, 10 janvier 1958, p. 8 Kwame N'Krumah prend femme en Egypte.

4 No 502 (19 mars 1957) p. 7. Cet article est d'ailleurs repris dans le no 1966 (25 mars 1987) p. 2 et 27 dans la rubrique rétroviseur : Kwame N'Krumah est-il communiste ? À compléter par le compte-rendu d'un de ses livres Le "conscientisme" du Dr N'krumah no 896 (9-15 octobre 1964) p. 8.

5 Cf., par exemple, no 502, 517, 515, 519, no 551, no 561.

6 No 559 (25 avril 1958) p. 8. Voir aussi no 560 (2 mai 1958) p. 8 Après la conférence d'Accra : suite des réactions. En général négatives ou critiques.

7 No 567 (20 juin 1958) p. 8. Cf. aussi no 587 (7 novembre 1958) p. 8 et no 596 (9 janvier 1959) p. 8.

8 No 572 (25 juillet 1958) p. 6. Mêmes accusations dans no 720 (24 mai 1961) p. 5.

9 No 299 (29 avril 1953) p. 1-8 Des martyrs au Kenya. Sur cette colonie, voir en particulier no 384, 385, 388, 389. Une étude générale sur l'Afrique britannique et l'évolution par pays est faite dans le no 557 (11 avril 1958) p. 8.

10 No 413 (5 juillet 1955) p. 4 puis no 416 (26 juillet 1955) p. 4.

11 No 494 (22 janvier 1957) p. 7 ; no 498 (19 février 1957) p. 7 ; no 499 (26 février 1957) p. 6 ; no 512 (28 mai 1957) p. 7 ; no 515 (18 juin 1957) p. 7 ; no 518 (9 juillet 1957) p. 7 ; no 546 (24 janvier 1958) p. 8 Un statut municipal encore très peu démocratique ; no 549 (14 février 1958) p. 8 La question du salaire des fonctionnaires congolais ; no 571 (18 juillet 1958) p. 8 ; no 596 (9 janvier 1959) p. 1-8 ; no 599 (30 janvier 1959) p. 8 Situation toujours tendue au Congo malgré un accueil généralement favorable aux réformes ; no 601 (13 février 1959) p. 8 Un système de réformes par étapes. La nouvelle organisation du Congo Belge ; no 647 (1er janvier 1960) p. 8 ; no 648 (8 janvier 1960) p. 8 Situation plus claire après le voyage du roi. Le Congo sera indépendant en 1960 ; ; no 651 (27 janvier 1960) et suivant p. 9 ; no 653 (10 février 1960) p. 9 La Table ronde sur le Congo fait du travail positif mais elle est gênée par les incidents du Katanga ; no 654 (17 février 1960) p. 9 et no s suivants A la table ronde de Bruxelles ; no 655 (2 mars 1960) p. 9 Au Congo de notre correspondant particulier à Léopoldville Gabriel Diop ; no 658 (16 mars 1960) p. 6 entière Notre Document Les conclusions de la table ronde de Bruxelles.

12 No 513 (4 juin 1957) p. 7. Voir aussi no 572 (25 juillet 1958) p. 6 Léo Pétillon, l'homme avec qui et sur qui le Congo doit compter.

13 No 562 (16 mai 1958) p. 8 A Léopoldville Manifestation du nationalisme bacongo ; no 587 (7 novembre 1958) p. 8 ; no 579 (12 septembre 1958) p. 8 Des Congolais souhaitent que leur pays ne soit pas "décolonisé" sans qu'ils donnent leur avis.

14 No 673 (29 juin 1960) p. 1. Voir aussi tous les numéros qui suivent où la matière est très abondante.

15 No 983 (9-15 juin 1966) p. 1, 6 et 16. L'éditorial est titré La potence ne résoud rien.

16 Art. cit., p. 538. Pour cette partie de l'Afrique, nous renvoyons à son travail, très complet et très explicite, repris dans les numéros spéciaux des 25e, 30e et 40e anniversaires. Il peut être complété par la synthèse effectuée par Eugénie Aw dans le numéro du 30e anniversaire.

17 No 675 (13 juillet 1960) p. 1-2 Le dragon du colonialisme est à terre. NE CRÉONS PAS NOTRE PROPRE COLONIALISME par Jean Cossi. Voir aussi Quelle démocratie en Afrique ? no 841 (20-26 septembre 1963) p. 16.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540