Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Troisième partie : Un journal militant

2. Le ralliement à la décolonisation

Texte intégral

1L'évolution s'est faite progressivement : le souci de donner la parole à toutes les parties a eu pour conséquence le passage progressif, insensible, de l'idée dominante favorable à la colonisation à celle de décolonisation. On sent nettement, à certains moments, les interrogations. Ainsi, le 27 novembre 1949, est reproduit un texte de Pierre-Henri Simon, tiré de Témoignage Chrétien. À travers la longue introduction, compliquée, sur cet "Aspect humain du problème colonial" transparaissent les interrogations profondes face à un problème général.

  • 1 Voir cependant l'étude L'Africain face à l'Indochinois, no 86 (27 mars - 2 avril 1949) p. 1-3.

2Afrique Nouvelle naît dans l'immédiat après-guerre, en pleine guerre d'Indochine. Le sujet l'a moins intéressée1 que le drame qui va secouer l'Algérie, plus proche. L'indépendance du Ghana, puis des autres pays d'Afrique noire l'amène à prendre davantage position en faveur d'une décolonisation dont, peu à peu, elle comprendra qu'elle est théorique, conflictuelle et incomplète. Son combat se focalise alors autour de quelques leitmotive : l'Afrique doit lutter contre la balkanisation, contre la dépendance et pour le développement.

De la colonisation à la décolonisation

3La parole est souvent laissée au ministre de la France d'Outre-mer ou à ses lieutenants qui, bien évidemment, font l'apologie de la colonisation française : "Une importante déclaration de M. Jacquinot (...) en faveur du maintien de cette féconde continuité d'action et d'autorité. Le ministre a affirmé ensuite sa ferme décision de résister à toute propagande propre à annihiler la présence française, que cette propagande prenne une forme révolutionnaire ou raciste" (24 novembre 1951). Pendant l'année 1952, par exemple, il n'y a guère de numéro qui ne donne la parole à M. Pfimlin ou qui ne scrute ses faits et gestes.

  • 2 10 novembre 1954 p. 5 En Norvège le Dr Schweitzer défend le régime colonial. Voir aussi no 392 (9 (...)

4Même après la paix en Indochine, d'autres positions en faveur de la colonisation sont reproduites comme celle d'Albert Schweitzer2 ; toutefois, ce dernier note : "Mais je peux dire qu'un nouveau facteur est apparu dans cette évolution : le mouvement de libération parmi les peuples coloniaux. Il n'est pas possible de prévoir comment ce mouvement se développera, et seule l'Histoire pourra le juger. Mais les peuples coloniaux en aucune façon ne peuvent se passer complètement de nous car nous représentons, en effet, la culture (bilan des apports de la colonisation puis éloge de l'administration coloniale française). Il y a des gens qui prétendent que le régime colonial est la même chose que l'exploitation des indigènes. Cela ne concorde pas avec les nombreuses années d'expérience que m'a valu mon séjour en Afrique. Personne ne peut dire si le mouvement de libération apportera des résultats meilleurs que ceux de l'ancien régime colonial".

  • 3 No 414, 12 juillet 1955, p. 1. De la même façon, dans le no 445 (14 février 1956) p. 1 Les pieds d (...)

5Plus tard, Alain des Mazery s'insurge contre un article de Jours de France décrivant l'insécurité des Européens en Afrique, l'atmosphère de révolte et de terreur. "C'est un scandale. C'est une diffamation contre ce pays, une insulte à ses habitants. A notre connaissance, aucun démenti officiel n'a encore été opposé à ce que publie ce journal, aucun élu n’a encore protesté. Qu'attend-on ?"3

  • 4 Cf. no 207 (21 juillet 1951) p. 1 Les partis politiques et l'Outre-Mer par R. Saller sénateur de l (...)
  • 5 No 397 (15 mars 1955) p. 1-6 ; cf. no 428 (18 octobre 1955) p. 4 Le fait des civilisations autocht (...)

6Mais, parallèlement, le journal publie les récriminations contre les dysfonctionnements, les lacunes ou les limites du système4. Dès le 11 janvier 1948, un article évoque, preuves à l'appui, "l'incurie de l'administration qui ignore tout des aspirations de l'Africain des villages". Le 15 décembre 1951, les paroles d'un député de la Haute-Volta font la Une : "Réveillez l'Union Française si vous tenez à elle" ; il proteste contre le fonctionnement économique à l'intérieur de l'Union et avec la métropole. Le 28 avril 1954, est reproduite la démonstration d'un Professeur agrégé de Droit, Directeur de l'Ecole Supérieure de Droit de Dakar, que l'alignement des allocations africaines sur les françaises ne grèverait pas le budget et n'augmenterait que de 1 % le prix de revient des produits. Et en 1955 une analyse d'Albert Tevoedjre sur L'Église et le colonialisme remarque "les faits, il faut l'avouer sont parfois bien décevants. Certaines attitudes de plusieurs hommes d'Église, loin d'être conformes à l'Amour exigeant du Christ, sont plutôt des faits de ségrégation raciale, de colonialisme. (...) Les rapports entre prêtres européens et prêtres africains ne sont pas toujours des plus cordiaux. Du côté laïc, il faut avouer que les colons européens en pays de mission sont rarement de vrais chrétiens (...). J'irai plus loin. On dirait qu'il y a parfois une complicité entre l'Église et l'État et que devant des faits dont l'injustice est notoire la hiérarchie missionnaire se complaît dans un silence que certains qualifient "d'intentionnel et révélateur". Un intertitre annonce "L'Église, par principe et en fait, est contre le colonialisme". Les arguments avancés sont nombreux et l'auteur conclut : "Non, il n'est pas vrai que l'Église soit colonialiste. Il n'est pas vrai que missionnaires et colons s'entendent pour exploiter l’Africain (...). Il faut que l’Afrique "relève" la tête. La colonisation ne peut être qu'un moment dans l'histoire d'un peuple... pour que l'Afrique soit belle, pour que l'Afrique soit libre. En conclusion, je crois qu'il faut reconnaître l'immense bienfait du christianisme par rapport au fait colonial"5.

  • 6 No 400 (5 avril 1955) p. 1-8. Et, parmi tant d’autres textes, no 456 (1er mai 1956) p. 4 Il y a un (...)

7Et, régulièrement, les déclarations de la Hiérarchie qui vont dans ce sens sont reproduites. La lettre commune des évêques du Cameroun sous le titre "Vraie ou fausse indépendance" prend déjà position pour l'indépendance, à condition qu'elle respecte les lois de l'Evangile : "VERITE JUSTICE PRUDENCE CHARITE" ; elle condamne les partis qui s'inspirent du communisme, de la Chine et du Vietnam et met en garde contre l'U.P.C. "en raison non pas de la cause de l'indépendance qu'il défend, mais de l'esprit qui l'anime et inspire ses méthodes ; de son attitude hostile et malveillante à l'égard de la Mission catholique, et de ses liens avec le communisme athée condamné par le Souverain Pontife"6.

  • 7 No 414, 12 juillet 1955, p. 4 Du nouveau, sinon du bon, dans l'Outre-Mer portugais. Voir aussi no  (...)

8On peut remarquer aussi que les propos sont toujours moins nuancés quand il n'est pas question de la France. La politique coloniale du Portugal, en particulier, est souvent épinglée. La nouvelle administration des provinces portugaises outre-mer est jugée sévèrement : "Ces statuts, on le voit, ne font aucune part à l'autochtone dans la vie politique. Il y a là une hypocrisie, puisque le Portugal prétend que ses terres ultramarines sont "des provinces portugaises". Au surplus, c'est une aberration et une injustice qu'on ne saurait trop déplorer !"7. L'absence de progrès dans le règlement des questions en suspens amène à prendre fermement le 25 mars 1965 la défense des nationalistes : "il paraît tout à fait étonnant qu'un pays aussi petit et pauvre se soit engagé dans une triple guerre coloniale dont les issues ne peuvent que lui être défavorables. L’entêtement du gouvernement Salazar n'est-il pas la preuve que dans ses colonies le Portugal est voué à la décadence ? Isolé, désavoué et combattu par l'opinion mondiale, le régime Salazar se débat aveuglément seul contre vents et marées. Sa fausse vision du monde Ta mis dans cette position désagréable". Le 9 juillet 1970 l’éditorial met les points sur les i : "quant à ceux qui croient que le Portugal défend la civilisation chrétienne en Afrique et qui le reprochent facilement aux catholiques, ils ont enfin une preuve tangible (...) pour ne plus confondre colonialisme portugais et Église catholique". D’ailleurs, plus tard, le no 1242 (27 mai - 2 juin 1971) insiste longuement sur "le courage des Pères Blancs" qui ont décidé de quitter le Mozambique "pour protester contre le silence des évêques (tous Portugais) devant les conséquences du régime", "geste tout à l'honneur de l'Église". Pourtant, la rédaction déplore, par ailleurs, les divisions stériles au sein des mouvements indépendantistes, comme dans l'éditorial et une étude du no 1092 (11-17 juillet 1968) intitulé Mauvaise stratégie et qui conclut tristement : "Ton en est à se demander si l'indépendance ne viendra pas avec des changements internes au Portugal plutôt que de la détermination de mouvements ennemis".

  • 8 No 349 (14 avril 1954) ; no 360 (39 juin 1954) ; no 439 (3 janvier 1956) p. 8 Importante déclarati (...)

9Cependant, les colonnes, au fur et à mesure que le temps passe, sont ouvertes aux contestataires de l'empire français. Avant 1951, le R.D.A. voire même la S.F.I.O. sont largement épinglés. Ensuite, ceux qui critiquent les institutions de l'Union française peuvent s'exprimer. Il serait long et fastidieux de faire la liste de tous ceux qui, dans une rubrique Libres opinions ou Libres propos ou Tribune Libre prennent position puis sont réfutés ; on peut noter, cependant, la place donnée à Léopold Senghor8, dont les idées semblent approuvées par le P. de Benoist qui remarque en outre : "une fraction importante de la population européenne, au moins dans certains territoires, s'est intéressée au scrutin et a porté ses voix sur des candidats africains. C'est le signe d'une collaboration confiante et constructive. Souhaitons que cet exemple s'étende. L'heure n'est plus aux luttes stériles pour défendre des intérêts apparemment contradictoires. Il n'y a pas trop de toutes les bonnes volontés pour promouvoir le progrès de l'A.O. F.". Il demande aussi le concours des populations en Europe : "Plus ils aideront les libertés des peuples jeunes, et plus ils demeureront eux-mêmes préservés des séductions du faux nationalisme" (10 janvier 1956, L'Union Française demande des solutions audacieuses).

10Mais lorsque Zinzou, sénateur du Dahomey, condamne l’emploi de la force dans les questions coloniales et démontre qu’il ne voit pas d’autre issue à la question algérienne que l’indépendance, tout en critiquant aussi la loi-cadre, la rédaction rappelle le 3 juillet 1956 qu’elle ne partage pas forcément ses propos. Peu de temps auparavant Ernest Milcent avait constaté "qu'outre-mer une politique plus ou moins teintée de pacte colonial est devenue non seulement condamnable, mais dangereuse pour le pays qui la pratique. (...) Et s'il est nécessaire de rétablir l'ordre partout où il est troublé, des réformes immédiates, réelles et justes, feront plus pour y parvenir qu'une sanglante répression" (10 avril 1956).

  • 9 Nous aurions pu choisir la Mort du double collège traitée longuement dans le no 433 (22 novembre 1 (...)

11Nous n’étudierons pas dans le détail l’évolution politique de toute l’Afrique mais nous nous attarderons sur quelques moments-clés qui gardent en toile de fond le premier conflit colonial de l’après-guerre9.

Le traumatisme indochinois

12Les articles sont, pour la plupart, descriptifs. Les chroniques parlementaires abordent la question de la discussion du budget à l’assemblée nationale : "Armer, se battre en Indochine, reconstruire, s'équiper s'avère besogne difficile" (17 novembre 1951). De petits entrefilets dans 7 jours dans l'Union Française décrivent, la majeure partie du temps sans commentaires et sans suite cohérente parfois, les opérations militaires.

13Au moment où se profile le combat final, on annonce sobrement le 6 janvier 1954 "la pression du Vietminh s’accentue autour du camp de Dien Bien Phu et l'on attend une attaque pour la mi-janvier". Un peu plus tard, sous le titre "Tandis que commence une grande bataille le Vietnam négocie son indépendance", la rédaction constate ; "Le Vietminh a commencé l'attaque du camp retranché de Dieu Bien Phu. Au prix de pertes énormes, il a obtenu des résultats peu importants. Cette attaque pourrait n'être d'ailleurs qu'une opération de diversion. C'est, en effet, dans le Delta qu'ont commencé des opérations d'envergure, dans lesquels certains voudraient voir la dernière bataille de la guerre d'Indochine. (...) L'indépendance proprement dite ne pose pas de problème. La France est décidée à la reconnaître, ne serait-ce que pour arriver à Genève lavée de tout soupçon de colonialisme” (17 mars 1954). La semaine suivante, on se contente de recopier les dépêches, sans beaucoup d'esprit critique : "Le Vietminh attaque Dien Bien Phu. (...) Le Haut commandement français reste néanmoins confiant dans l'issue du combat". Huit jours plus tard encore (31 mars 1954), c'est un autre aspect qui retient l'attention du journal : "A l'heure où se déroulent les combats meurtriers de Dien Bien Phu et où vont s'engager les discussions de Genève sur la paix en Asie, il est intéressant de faire le point sur la situation de l'Église en Indochine. Qu'est devenue, dans la tourmente de la guerre et sous la pression communiste d'Ho-Chi-Minh, la chrétienté d'Indochine ? Voici, par vicariats apostoliques, un aperçu chiffré de ce qu’elle était en septembre dernier". La page suivante, cependant, comporte une protestation contre le non-respect des conventions internationales pour l'évacuation des blessés de Dien Bien Phu : "Le Vietminh ne respecte même pas les blessés" mais aussi un bilan des combats : "calme relatif en Indochine, dans le Nord et le Moyen Laos, comme dans le centre Vietnam, les troupes de l'Union Française enregistrent partout de nouveaux succès ".

  • 10 No 393 p. 6 ; cf. aussi numéros 386, 389, 391, 394, 399, 444.

14Le soutien à Pierre Mendès France est total comme le 9 février 1955 : "On l'enlève des commandes, qui va-t-on y placer ? Sur le chantier Afrique du Nord les fondations arrivent au ras du sol. Va-t-on les laisser se dégrader ou les travaux commencés seront-ils poursuivis ? Dans tous les territoires composant l'Union Française l'angoisse est grande... Seuls auront la confiance ceux qui poursuivront, et avec ardeur, les travaux entrepris. Nous ne voulons ni faire machine arrière, ni ralentir". L'éloge a été continu et le 10 novembre 1954 on se réjouit du dénouement en Orient : "La paix en Indochine a été acquise à un prix qui, payé par tout autre que M. Pierre Mendès France, eut soulevé l'indignation du pays". Mais au fur et à mesure que les événements se décantent, le bilan de la guerre désole, et c'est surtout la situation des chrétiens dans les zones occupées par le Vietminh qui préoccupe ces catholiques : "on sait quelle existence d'esclaves le régime communiste leur réserve dans le pays d'Ho Chi Minh. Des centaines de milliers d'hommes ont tout sacrifié pour garder le droit de penser et de prier... "10 ; les évasions rencontrent beaucoup d'échos. Le P. Martin tonne contre les nouvelles autorités et constate que "sept mois après l'humiliation nationale de Genève, suivie pour les Vietnamiens de l'écartèlement de leur pays, d'un dramatique et massif exode, le visage de la guerre se retrouve à tous les carrefours de leurs cités. Il est malaisé de juger cette tragédie, de déterminer les responsables de cette anarchie sanglante, succédant à l’effacement de la présence française..." (no 404). Mais "la dictature de M. Diem" ne suscite pas davantage de faveur (no 443 et no 382) et on peut lire un plaidoyer de Daniel Rops en faveur de l'indépendance totale (no 388). Y apparaissent déjà des positions qui seront développées : un anti-communisme virulent, une défense systématique des catholiques, le sentiment qu'on a fait une guerre pour rien et qu'il ne faudrait surtout pas renouveler une telle erreur. Ne serait-ce que par réalisme : "Que les hommes d'affaire qui ont eu en main le sort de l'Indochine pendant tant d’années, que l'Administration française qui disposait de tout pouvoir dans ce pays, nous expliquent par quel processus le paysan tonkinois en est venu à les détester et à chercher à les rejeter à la mer. Un sérieux examen de conscience s'impose à tous ceux qui ont eu en main la fortune publique et privée de ces régions ; si ces hommes ont le sens de leurs propres intérêts ils verront qu'ils doivent changer de tactique en Afrique sous peine de voir ce continent se jeter à son tour dans la solution de désespoir que le communisme asiatique est prêt à lui offrir. Les Maisons d'Indochine envisagent déjà le repli sur Madagascar et sur l'Afrique... Mauvais augure (...) Si dans leurs dossiers, leurs méthodes, si avec leurs hommes ils nous amènent le communisme en Afrique, franchement, ils feraient mieux de chercher fortune ailleurs... (...) Avant de jeter l'Afrique en proie à l'Asie et au Communisme Asiatique il convient que les Chefs d'État européens et africains réfléchissent, décident en partenaires égaux du destin de l'Afrique et, les yeux fixés sur le destin du monde plus que sur leurs propres intérêts, sauvent la maison avant de sauver leurs meubles" (8 mars 1955). L'instauration d'un régime communiste est l'ultime défaite (31 décembre 1964-6 janvier 1965).

La hâte de voir réglées les questions tunisienne et marocaine

  • 11 No 413 p. 4 ; cf. également no 261 (2 août 1952) p. 1-6 ; no 421 p. 1 - 4.

15D'innombrables articles, semaine après semaine, suivent la situation et finissent par réclamer un dénouement rapide aux négociations. Ils s'impatientent régulièrement des obstacles qui surgissent, renvoyant dos à dos les perturbateurs. La violence est condamnée, de quelque côté qu'elle vienne. C'est l'occasion de répéter que les intérêts français ne doivent pas être négligés mais que ceux-ci n'ont rien à craindre de l'évolution politique : "l'abandon d'un demi-million de Français, qui ont fait le Maroc moderne n'est pas plus concevable que l'oppression d'un peuple que la France est venue protéger et qu'elle s'est engagée à faire monter"11. Les apports de la colonisation française sont souvent énumérés, avec leurs limites. Il faut une égalité rigoureuse entre nationaux et colons, un respect des "légitimes aspirations du peuple" (no 422) : "le décalage entre les niveaux de vie est d'une injustice criante..." (no 413).

16Quand la France cesse de participer aux assemblées de l'ONU, le commentaire du 11 octobre 1955 est quelque peu critique : "On souhaite pourtant que la France garde son sang-froid et ne cède pas à des réactions passionnelles et ultra-nationalistes, capables de compromettre la solidarité atlantique et les possibilités d'une détente Est-Ouest. Rompre avec des années d'errements, tenir des promesses trop longtemps différées, c'est, pour la France, le moyen sûr d'améliorer un dossier qui peut être plaidé... et de recouvrer son autorité dans le monde".

  • 12 No 431 p. 5 ; et no 433 (22 novembre 1955) p. 5 "L'aube de temps meilleurs se lève pourtant en Afr (...)
  • 13 No 458 p. 5. Le bilan de Dix ans de gouvernement Bourguiba balaiera toutes ces craintes in no 929 (...)

17Bourguiba et Mohammed V sont soutenus comme des interlocuteurs valables — contre le Glaoui et Ben Youssef ; ils pourraient être les acteurs d'"un dialogue amical, d’homme à homme, (...) entre les peuples et (d’)une paix durable, parce qu’elle sera juste et sincère"12. Les accords franco-tunisiens sont l'occasion de réitérer l'attachement à certains principes. "La preuve est faite que dans un climat de confiance et de bonne foi réciproque, un accord peut intervenir entre des tendances au départ fort divergentes. La preuve est faite surtout que des négociations autour d’une table peuvent permettre de trouver une solution à des conflits que le recours à la force et à la violence n’avaient pas permis de résoudre" (no 409). L'indépendance de la Tunisie réjouit (no 450), et celle du Maroc est qualifiée de "nouveau pas en avant" (no 448) mais la peur d'une "anarchie menaçante"'13 est évoquée. La sympathie de Bourguiba pour la cause algérienne soulève des réserves, preuve déjà qu'Afrique Nouvelle adopte une position autre vis-à-vis de ce problème. Les critiques sont alors à peine voilées : "L’attitude des dirigeants tunisiens est irritante ; elle s’apparente au chantage et témoigne d’une pénible incompréhension des obligations nationales et internationales de la France, dont on continue de solliciter l’aide matérielle" (no 467) ; "reprise du dialogue franco-tunisien, en dépit du dernier discours où M. Bourguiba se range avec violence aux côtés des rebelles algériens contre la France. Le leader néo-destourien est, à vrai dire, familier de ces "sorties" oratoires" (8 janvier 1957). Bref, on perçoit une différence dans les prises de position vis-à-vis des volontés d'indépendance, selon qu'elles émanent de l'Algérie ou des autres États du Maghreb.

Afrique Nouvelle et la complexité du drame algérien

18La rédaction ne renie pas ses idéaux et répète que les aspirations des Algériens sont légitimes.

Les principes

19Les inégalités entre les deux communautés sont inlassablement fustigées. Dès le 17 novembre 1954, Jean Scelles ancien conseiller de l'Union Française dénonce les fonctionnaires qui ne connaissent ni l’arabe, ni le berbère, ni l'Algérie, et dont l'avancement, s'ils sont algériens est trop conditionné par leur coopération à certains clans électoraux. "Une vaste enquête de police, entraînant plusieurs centaines d’arrestations de présumés rebelles souvent bien étrangers au "complot". Ceux-ci n’oublieront pas de sitôt ce passage en prison qui crée des solidarités... ". En conclusion il cite Pie XI sur la paix qui ne s'établit pas sur une forêt de baïonnettes, mais sur la confiance et l'amitié des peuples...

20Le 1er décembre 1954 un reportage de Jean Toulat est intitulé "Des millions d’Algériens ont faim". Il est suivi d'une longue interview d'un pied-noir qui reconnaît toutes les insuffisances du système colonial. Plus tard (14 juin 1955), on se fait l'écho d'une mission parlementaire qui réclame des réformes "profondes". L'année d'après Alain des Mazery revient à la charge : "Un petit groupe d'Européens, bénéficiant d'appuis financiers, politiques et "policiers" solides, se refuse à toute discussion, demande une "répression générale", injurie, menace de mort et certains sont morts les tenants d'un dialogue honnête avec Marocains, Tunisiens ou Algériens. De l'autre côté, certains leaders nationalistes s'opposent, eux aussi, à toute tentative de compréhension mutuelle... L'espoir cependant n'est pas perdu. C'est à nous de le vivre. C'est à nous de prouver, jour après jour, qu'il y a des hommes qui ne refusent pas leur amitié, non une amitié paternaliste, celle de celui qui donne à celui qui reçoit, mais une amitié d'homme à homme, d'égal à égal, une amitié qui sera solide parce qu’elle est d'abord basée sur la justice" (20 septembre 1955 Justice d'abord). Idées reprises le mois suivant : "Il existe à l'Assemblée Nationale, et dans le pays, une nette majorité (...) décidée à réclamer et à soutenir outre-mer, et tout particulièrement en Afrique du Nord, une politique de progrès, tant politique que social, une majorité qui ne voit pas en tout nationaliste un "tueur au couteau entre les dents ", qui se refuse aux formes de répression collective prônées par certains milieux tant civils que militaires, qui tend la main, fraternellement, aux peuples d'outre-mer (...) Il reste à espérer aussi que le gouvernement trouvera enfin le "courage" nécessaire pour mettre au pas un certain nombre d'officiers supérieurs dont la presse comme les débats parlementaires ont fait ressortir le rôle néfaste joué dans les affaires d'Afrique du Nord..." (11 octobre 1955). La situation des Algériens en France n'est pas oubliée, et la discrimination dont ils sont victimes est dénoncée comme dans le no 440 : "Beaucoup de ces hommes poussés par la faim et par la misère hors de leur pays, mènent dans une métropole dite catholique, une vie de parias et prennent en grippe aussi bien les Occidentaux que leur foi".

21Il est à remarquer que l'annonce des "attentats en Algérie" est faite le 10 novembre 1954 par le biais de citations de La voix des Arabes (basée au Caire) affirmant que ce n'est que le début de l'insurrection de la liberté contre la domination française, et du Monde dont le journal fait siennes les conclusions en ajoutant un intertitre Une répression sage et lucide.

  • 14 No 392 (9 février 1955) p. 5 ; cf. aussi no 382, 454, 478, 496.
  • 15 No 423 (13 septembre 1955) p. 1 Les jeunes veulent briser la haine. Et no 502 (19 mars 1957) sur l (...)

22Cependant on retrouve surtout l'enracinement chrétien, dans un catholicisme acquis à des prises de position particulières. Celles de Mgr Duval (toutes ses déclarations sont publiées) qui demande l'"intégration complète de l'Algérie à la Métropole"14 ; celles d'évêques "progressistes” ; celles des Pères du Prado "au service des Algériens" (26 décembre 1958) ; celles de militants très engagés dans des mouvements d'action catholique (entre autres, une motion de solidarité avec les musulmans d'Afrique du Nord de tous les mouvements de jeunesse catholique est reproduite15), celles de médias catholiques qui ont pris des positions voisines : La Croix qui parle du "devoir de décoloniser que les journaux de droite appellent le péché de décoloniser" (7 juin 1955), Témoignage chrétien surtout, Les Informations Catholiques Internationales... Le journal défend ceux qui se battent pour ces idées, et joint ses protestations à d'autres le 29 mai 1956 après l'expulsion de trois prêtres de Bône et Constantine "cherchant à unir fraternellement les deux populations européenne et musulmane". La directrice d'Interafrique-Presse, résistante, "militante catholique" (7 août 1956), soupçonnée d'avoir eu des contacts avec des nationalistes algériens, est défendue avec passion. Le 2 octobre 1956, le récit pathétique des funérailles d'un Père Blanc assassiné par les fellaghas, extrait de L'effort Algérien, insiste sur la présence nombreuse et chaleureuse de musulmans aux obsèques.

23Le Monde sert de référence mais il en est de même pour des personnalités françaises comme R. Aron ou J. Scelles, ancien conseiller de l'Union française, très critique vis-à-vis de la politique menée par le gouvernement et qui termine par une profession de foi : "Comme Chrétiens, notre option est faite : nous sommes les disciples de Celui qui a dit "heureux les doux, car ils posséderont le terre... Aussi lançons-nous un message de paix dans la justice à tous les croyants, à tous les fils d'Abraham (...). Comme citoyens d'une République qui a inscrit sur ses monuments "fraternité", nous travaillons à faire cesser en Algérie une lutte fratricide, par le respect de l'égalité, contre les discriminations raciales. (...) Que les thuriféraires de la force méditent sur la précarité de l'occupation romaine en Afrique du Nord, et sur la pérennité des valeurs chrétiennes, malgré leur faiblesse matérielle, quand elles sont authentiques" (1er décembre 1955). Plus tard, il reprend la plume pour soutenir l'idée de Camus d'une trêve de Dieu, comme au Moyen-Age (7 février 1956). Les écrivains algériens, Dib, Ferraoun et Mammeri suscitent beaucoup d'admiration.

Quelles solutions ?

24Est-ce à dire qu'Afrique Nouvelle soutient la cause de l'indépendance ? Contrairement à ses positions adoptées pour d'autres pays, le journal ne s'y ralliera que tardivement, arguant de la spécificité de la situation : "Il y a, en Algérie, 1 250 000 Européens (et 8 250 000 Musulmans), établis depuis plusieurs générations dans le pays, qui n’ont souvent plus aucune attache familiale avec la France. Il est impossible de les considérer comme des étrangers : ils sont Algériens" (3 janvier 1956). Pendant toute la période étudiée il est très peu question d'indépendance. Un seul texte en sa faveur et il n'émane pas de la rédaction mais d'un professeur de la Catho de Lyon (11 décembre 1956). Lorsque l'hebdomadaire l'évoque, c'est pour la réfuter, comme en témoigne cet éditorial d'E. Milcent du 19 juin 1956 : "L'impossible indépendance. Une seule certitude se dégage du débat : en dehors des communistes et encore ce n'est pas tellement sûr aucun parlementaire n'accepte que la collectivité française d'Algérie soit éliminée politiquement et économiquement, et refuse d'envisager que l'Algérie puisse devenir un État algérien musulman. (...) L'indépendance immédiate et absolue, telle que la réclame le FLN ne paraît donc pas une solution possible et réalisable, au moins dans l'état actuel des choses". Mais le journaliste insiste sur la nécessité de trouver des solutions : soit la création de deux États, soit le fédéralisme soit une république franco-algérienne rappelant le statut de la Sicile en Italie. Le rêve d'une terre pluriculturelle, idéalisée, est sans cesse évoqué et, en attendant, la violence est toujours condamnée, quelle que soit son origine ; toute autre solution, négociée, est privilégiée. La légende d'une photo du 28 février 1956 constate : "A la violence déchaînée, il est nécessaire d'opposer la force. Mais, l'armée mécanisée est souvent impuissante face aux escarpements des djebels hostiles et aux ruses d'un adversaire insaisissable. La solution dernière est ailleurs... Comme cet Algérien du Sud, les populations terrorisées attendent des mesures de justice et d'entraide qui rendent leur terre plus habitable". Déception quand les solutions envisagées échouent, comme l’intégration et l’assimilation rejetées par les élus musulmans : "Cette expression officielle d'un séparatisme musulman a éclaté comme un coup de tonnerre, signal de la crise la plus profonde qui se soit manifestée en Algérie depuis 1830... on ne pourra plus méconnaître une tendance, qui jette un jour nouveau sur les données du problème..." (4 octobre 1955).

  • 16 No 504 p. 5, 506 p. 1 et 5, 507 p. 8, etc.

25Le détail des opérations militaires n’est jamais donné (nous avons à faire à un hebdomadaire) mais les synthèses insistent sur les horreurs de cette guerre civile. Ainsi lors des obsèques des victimes de l’attentat du Casino d’Alger, le journal déplore le 18 juin 1957 que "des bandes de jeunes gens, Européens, se sont déchaînées contre des musulmans innocents (...). La presse métropolitaine et la presse algéroise ont été unanimes à condamner ces excès inadmissibles, qui accentuent la haine et creusent le fossé entre les communautés à réconcilier". Afrique Nouvelle participe également aux dénonciations de l’emploi de la torture, soit directement16, soit en citant ceux qui se sont exprimés comme P.-H. Simon, l’Abbé Pierre ou I. Marrou. Elle soutient ceux qui, au sein de l’armée refusent de sacrifier les valeurs morales à des soucis d’efficacité immédiate (2 avril 1957). Elle relate le cas de conscience de 52 officiers algériens, tous bardés de décorations françaises (12 mars 1957).

L'impatience

26Le journal attend vainement, en scrutant toute décision annoncée ou prise. Il lui arrive de désespérer. Pourtant, dans l’ensemble, il s'accroche à ses espoirs en répétant inlassablement ses idées fortes. Et une nouvelle fois les chrétiens semblent pouvoir être les acteurs de ce rêve : "des évêques, des missionnaires, des religieux sont unanimement respectés, même parmi les nationalistes les plus fanatiques" (24 juillet 1956). Mais le spectre de l'enlisement du conflit indochinois est en toile de fond. Chaque changement ranime l'espoir, et les nouveaux venus sont accueillis en général avec bienveillance, voire même avec chaleur comme Robert Lacoste ; cependant, il ne sera pas épargné ensuite : "son imperturbable optimisme ne convainc plus personne. L’heure des comptes finira par sonner... Mais ne sera-t-il pas trop tard ?" (16 octobre 1956). Seul, Jacques Soustelle suscite quelques questions le 2 février 1955 lors de sa nomination comme Gouverneur général de l'Algérie. Cependant, plus le temps passe et plus le ton se fait critique. Déjà, en 1955, des arrestations de dirigeants nationalistes algériens en France sont regrettées : "est-ce le moyen de ménager un avenir de conciliation ?" (13 septembre 1955) et celle de Ben Bella en 1956 rencontre les mêmes réserves ; les refus de départ de soldats français sont rapportés ; la démission de P. Mendès France est l'occasion de relancer les interrogations dans l'éditorial du 29 mai 1956 : "la France (...) ne doit-elle pas définir ses intentions, proclamer sans ambiguïté jusqu'où elle est prête à aller, et proposer une solution "politique" raisonnable, sauvegardant les intérêts et l'honneur des deux communautés, comme vient de le suggérer M. Nehru ?". En 1957, le ton se durcit : "politique dite 'de pacification 'dont l'échec ne semble pas contestable" (19 mai).

27Parallèlement, les divisions des nationalistes sont longuement analysées (no 513 et suivant) ainsi que la raideur de leurs positions. Le rédacteur insiste sur la terreur infligée par les rebelles aux Algériens ralliés à la France (1er mai 1956). Mais le sentiment qui, finalement semble prédominer dans la rédaction est celui d'une "impasse" (21 mai 1957) : "les tergiversations françaises ont lassé les plus modérés des Algériens" (2 octobre 1956) et le "cycle infernal du crime et des représailles menace de rendre insoluble le problème" (8 janvier 1957). Un article titre même "l'affaire algérienne, cette terrible gangrène au cœur de la politique française..." (15 janvier 1957). Pourtant, comme à son habitude, E. Milcent le 7 mai 1957 analyse toutes les positions, fait une apologie "des Français ou Arabes (qui) luttent en Algérie contre la haine, refusent de croire à la violence et travaillent à faire aboutir une solution politique" et conclut en essayant de ne pas croire au pire. Lorsque le gouvernement Mollet tombe, le 28 mai 1957 on ne cache pas ses mérites mais on constate que "la France, empêtrée dans une guerre 'pacificatrice' qui ruine ses finances, immobilise son armée, divise son opinion publique, compromet le succès des expériences marocaine et tunisienne, et lui aliène les sympathies de l'étranger (réclame un) RÈGLEMENT politique hardi" qu'elle ne voit pas venir.

  • 17 Cf. no 496 (5 février 1957) p. 4 ; no 499 (26 février 1957) p. 5 et suivants ; no 511 (21 mai 1957 (...)
  • 18 No 548 (7 février 1958) p. 5. Idées redites dans le no 552 (7 mars 1958) p. 5.

28Les termes pour désigner le conflit se durcissent et le mot de "gangrène" revient, moins banal que celui "d'impasse" accompagné de l'inévitable question : comment en sortir ?17 L'expression de "guerre civile" est utilisée dès 1957. Les années passent et on a l’impression de relire toujours les mêmes vœux pieux : "Au sein du Gouvernement, du parlement, de l’opinion publique le nombre grandit aujourd'hui des partisans d'une solution politique, hardie et généreuse, qui définirait les conditions de la coexistence pacifique entre deux communautés étroitement mêlées depuis cent trente sept ans. (...) L’espoir de la paix réside avant tout dans un changement des cœurs. Rien n'est perdu, si subsiste chez beaucoup une volonté sincère de coopération. La sérénité qui a présidé, cette semaine, au procès dit "des libéraux d'Alger" où se trouvaient impliqués un prêtre et plusieurs militants chrétiens (...) montre qu'on a su démêler les intentions profondes, distinguer l'imprudence du crime (...). Plus sûrement que les règlements politiques et juridiques les mieux ajustés, l'amitié fondera une véritable communauté algérienne, rassemblant fraternellement les races "dans l'égalité des chances" (30 juillet 1957 éditorial intitulé Lueurs algériennes). L'adoption de la loi-cadre algérienne ranime les espoirs d'un RÈGLEMENT tout en insistant sur "la lassitude des Algériens peuple accablé et désabusé". "Il faudrait des hommes neufs" pour rendre efficace ce nouveau statut18. Afrique Nouvelle est tellement attachée à certains principes qu'elle en vient à défendre Alleg, bien que communiste ! (11 avril 1958).

29Louis Martin fait le 9 mai 1958 une longue analyse de la Conférence de Tanger, qui a renforcé l'unité du Maghreb arabe. "Le FLN s'est imposé aux "partis frères" et sort victorieux de cette confrontation décisive. Reconnu, une fois de plus, comme le seul "représentant authentique du peuple algérien", il a reçu une sorte de "consécration diplomatique" et peut compter sur un soutien plus total du Maroc et de la Tunisie. Qui plus est, on lui recommande de créer (...) un gouvernement algérien indépendant en exil (en caractères gras). (...) Si une telle unanimité constitue pour le FLN un succès de prestige, qui aura un écho certain dans les masses algériennes, on ne saurait pourtant sous-estimer les réserves qui se sont exprimées et les différences de ton sensibles chez les divers leaders nationalistes (...). Il est permis, sous les intransigeances verbales et les décisions agressives, de discerner dans les travaux d'Alger une invitation aux responsables français à définir une politique d'ensemble pour l'Afrique du Nord, seule capable de résoudre de façon constructive le problème algérien. Un choix s'offre encore à la France entre un raidissement, qui accentuerait la crise psychologique et économique et conduirait à l'isolement international (sinon à la guerre généralisée) et une politique intelligente de paix négociée, où la générosité n'exclurait pas la fermeté, avec la totalité du Maghreb. Comme l'écrit un commentateur : "Une négociation réaliste doit permettre de sauver ce que la France (qui ne manque pas d'atouts) doit considérer comme les garanties indispensables à ceux des siens qui se sont implantés sur ces terres africaines, et de prévoir les délais amenant les Algériens au plein exercice du droit à l'indépendance".

30Les émeutes de 1960 radicalisent les prises de position. "Je vous ai compris lançait (...) le général. Mais lorsque près de 18 mois plus tard, le Chef de l'État se décidait enfin à définir clairement sa politique algérienne, il devint évident que s'il avait compris la foule algéroise il n'en avait pas pour autant décidé de répondre à tous leurs désirs. (...) Mais le 13 mai 1958 un gouvernement faible et décrié, dépourvu de toute base populaire tenait les rênes à Paris. Tandis qu'en cette fin de janvier 1960 siège à l'Elysée un homme qui jouit de l'estime de l'opinion internationale, de l'amitié des peuples d'Afrique, et de l'appui de l'immense majorité du peuple de France. Se révolter contre le général De Gaulle c'était aujourd'hui se révolter contre la France" (27 janvier 1960).

31Peu après, alors qu'aucun commentaire n'accompagne le départ de Soustelle, dont on publie le communiqué remis par lui-même à la presse, Afrique Nouvelle insiste sur ces mots de de Gaulle aux représentants des groupes politiques de l'Assemblée : "Je crois de moins en moins à la possibilité de l'intégration : l'Algérie deviendra fatalement un État distinct de l'État français, quoique lié à lui par des liens indissolubles" (10 février I960). Et c'est sur cinq colonnes que l'intégral de la déclaration de F. Abbas aux Européens d'Algérie Nous sommes désormais tous des Africains est reproduit le 2 mars 1960 ; l’éditorial lui est également consacré.

32La semaine suivante, la panique semble s'emparer de la rédaction : "De Gaulle visite de nombreux postes militaires d'Algérie. Il envisage une guerre longue et la partition du pays. (...) Les paroles prêtées au Général de Gaulle par l’AFP ont cependant paru en retrait sur ses dernières déclarations et ont, du même coup, soulevé une certaine émotion en France (longue analyse). Certains ont aussitôt parlé d'un "virage" de la politique algérienne : lorsqu'on connaît la fermeté, pour ne pas dire l'entêtement, du Général à ne jamais se renier, cette hypothèse paraît bien hasardeuse. (...) De Gaulle est un habile négociateur. Et il lui arrive pour parvenir à ses fins d'aller jusqu'au bord de la rupture.(...) Nous pouvons nous tromper. Mais nous croirions volontiers que les propos savamment choisis qui nous ont été retransmis d'Algérie par France Presse s'adressent plus au FLN qu'à l'armée.(...) Ainsi se développe une sorte de négociation par la voie des ondes. Il reste que tant que les interlocuteurs n'auront point consenti à s'asseoir autour d'une table, il n'est pas sûr qu'on puisse aller jusque là. Et qu'en attendant la guerre continue". Les commentaires de Ferhat Abbas à Tunis, "les perspectives de paix s'éloignent", suscitent cette conclusion qui sera celle de tous les conflits post-coloniaux : "ni la France, ni l'Algérie, sans parler de l'Afrique toute entière, ne gagneront à la poursuite d'un combat qui gaspille des richesses, des énergies et surtout des hommes. Elles seraient mieux employées à lutter contre le sous-développement "(16 mars 1960).

33L'indépendance du Mali provoque dans l'éditorial du 22 juin 1960 une vaste réflexion où se concentrent tous les thèmes chers à Afrique Nouvelle : "L'État algérien, n'en doutons pas, naîtra à son tour sur la scène internationale. Mais ceux qui auront la lourde charge de bâtir l'Algérie nouvelle la bâtiront aussi, on peut en être certain, avec l'appui fraternel de la France. (...) Mais il faut reconnaître aussi que le processus eût sans doute été moins rapide si le 28 septembre 1958 la Guinée n'avait pas décidé, seule, de voter "non". (...) Maintenant que la France a reconnu à toute l'Afrique le droit de forger librement son propre destin, rien n'empêche plus, en effet, que se renouent, dans la dignité et la loyauté, des dialogues qui paraissaient définitivement interrompus. Et l'heure n'est peut-être pas si éloignée où le président Sékou Touré, à son tour, franchira la porte de l'Elysée tandis que retentiront la Marseillaise et l'hymne guinéen. Mais surtout le moment n'a jamais été plus favorable à la reconstitution d'un grand ensemble africain d'expression française, première étape de ces États Unis d'Afrique, mythe aujourd'hui, mais qui sont sans doute la réalité de demain ".

34L'ouverture des pourparlers franco-algériens permet le 29 juin 1960 de faire le point. "Cinq ans ont passé depuis le premier jour de l'insurrection algérienne. Cinq ans de souffrance de tout genre tant pour le peuple algérien que pour le peuple français. Cinq ans durant lesquels nous sommes allés de déception en déception, des Soustelle aux Lacoste, des Guy Mollet aux Pflimlin, victimes de gouvernements incapables de sortir du bourbier des intérêts égoïstes, ballottés entre l'espoir d'une paix que le colonialisme reculait chaque jour davantage et la douloureuse expérience des tueries, des tortures, de l'action psychologique, etc. Mais voici qu'enfin la paix est proche. Elle est proche parce que de part et d'autre on a enfin compris ce dont nous étions convaincus depuis longtemps et que l'on s'était refusé jusqu'à présent à considérer en face. Primo : le problème algérien ne peut pas, ne peut plus être résolu par les armes.(...) Secundo : la paix en Algérie passe par De Gaulle et le FLN. (...) Tertio : entre la francisation et l'indépendance-sécession, une solution peut être trouvée ".

35Et dès le 13 juillet 1960, en gros caractères, le journal met en titre les paroles du Général de Gaulle tout au long de son voyage en Normandie "NOUS ALLONS VERS LA PAIX EN ALGÉRIE". Mais le 17 août 1960 l'exécution par le FLN de deux soldats français soulève l'indignation. "La guerre d'Algérie, en est arrivée à créer un enchaînement fatal où la violence, sous toutes ses formes, cherche à trouver sa justification dans la violence de l'adversaire". Dans les numéros suivants la progression du processus de paix et ses reculs sont passés à la loupe ; la parole est donnée à tous les protagonistes, malgré les accusations portées par un lecteur contre les positions pro-FLN du journal qui défend des assassins et le compare à Témoignage Chrétien. La réponse proclame la condamnation du "terrorisme aveugle. Quant à TC c'est un excellent journal à notre avis" (28 septembre 1960). Un peu plus tard (26 octobre), un chef de bataillon de Saint Louis du Sénégal réitère les accusations ("Vous prenez une grande responsabilité en présentant les faits sous un jour aussi faux"). La relation de l'affaire Jeanson a dû hérisser les contestataires : "Un procès pas comme les autres parce qu'il faut le placer dans les conséquences de cette guerre d'Algérie que tout le monde subit et dont personne n'a plus besoin" (28 septembre 1960).

36Toutes les répercussions internationales du conflit sont passées au peigne fin et la conclusion est claire : "la très grande majorité des Français semble maintenant convaincue que, de toutes façons, l'Algérie aura un statut proche de l'indépendance (...). Dans ces conditions, pourquoi attendre ?" (12 octobre 1960).

  • 19 No 690 (26 octobre 1960) p. 1 éditorial Paix ou guerre en Algérie ? puis p. 3 chronique de Kiba.

37D'autant que les Africains sont concernés : "Certains nous reprochent d’en trop parler, mais il serait fou de ne pas se rendre compte que de l'arrêt ou de la poursuite de la guerre dépendent des conséquences extrêmement graves pour l'Ouest africain aussi. (...) En effet, nos États n'accepteront plus de jouer, longtemps encore, aux "réactionnaires" sur le plan international parce qu'il y a la guerre d'Algérie"19. "Le problème algérien est donc en même temps un problème de survie de la présence française en Afrique noire. (...) Même les États les plus à droite ne pourront (...) soutenir inconditionnellement la France".

38Après avoir rendu compte de la protestation "des 121", la rédaction publie le 23 novembre 1960 une longue interview d'un des signataires, le professeur Monod : "Bien que fonctionnaire, je persiste à me considérer comme un homme libre". L'introduction proteste contre l'accusation portée contre les auteurs du Manifeste d'être des "intellectuels décadents ou traîtres à leur patrie".

39Afrique Nouvelle croit toujours l'issue proche et pose, une nouvelle fois, à la fin de 1960 quelques questions fondamentales : Enfin le vrai "dernier quart d'heure" du drame algérien ? Les ultras préparent-ils un coup d'État ? (23 novembre). Et si l'Algérie votait "non" au référendum ? (7 décembre ; une étude fouillée des solutions possibles est envisagée dans le numéro suivant).

  • 20 No 698 (21 décembre 1960) p. 1-9. Tous les numéros suivants abordent longuement les problèmes.

40L'approche de l'année nouvelle fait dire "Il semble (...) que l'on soit de plus en plus convaincu, de par le monde, que l'année 1961 sera l'année de la paix en Algérie. Mais tant de fois l'espoir un moment apparu s'est dissipé comme neige au soleil que chacun demeure prudent et réservé. (...) Car nous continuons de penser que le gouvernement français n'a aucun intérêt, désormais, à laisser se prolonger la guerre d'Algérie et nous sommes persuadés aujourd'hui comme hier qu'il n'y a pas de solution au drame algérien sans négociation directe entre de Gaulle et Ferhat Abbas"20.

41Le 8 mars 1961, les négociations sont commentées dans un éditorial aux airs déjà connus : "Nous la (la paix) souhaitons ardemment parce que nous nous sommes opposés à cette guerre coloniale, comme à toute guerre coloniale, qui cache toujours le dessein inavoué d'asservir un peuple à une domination qu'il refuse (...). Parce que nous savons à quel point la guerre d'Algérie est une pomme de discorde pour les pays africains, nous ne pouvons que souhaiter la venue de la paix salvatrice ". Quinze jours plus tard, paraît un numéro spécial sur l'Algérie car le dénouement semble proche ! L'éditorial tourne déjà la page : "Pourtant, tout n'aura pas été vain dans cette guerre : elle aura permis, d'un côté, aux meilleurs parmi les soldats français de découvrir les vrais problèmes de l'Algérie (...) elle aura fait comprendre à la France sur quel plan devraient désormais se situer ses rapports avec l'ensemble des pays autrefois colonisés. De l'autre côté, la guerre qui s'achève aura très largement contribué à révéler les Algériens à eux-mêmes, à forger pour l'Algérie des dirigeants avertis (...). Enfin, la manière dont les combats paraissent devoir prendre fin indiquent que tout espoir de coopération fraternelle entre les hommes n'est pas perdu".

42Le "criminel putsch militaire en Algérie", tout en étant redouté est condamné violemment. "Cette folie criminelle d'un groupe de factieux qui se croient dans une vulgaire république d'Amérique centrale menace l'indépendance du Maghreb tout entier, le développement économique des pays d'Afrique noire et l'amitié que l'histoire a tissée entre ceux-ci et la France. Il s'agit d'une tentative absurde : l'Algérie sera, de toute façon, indépendante. (...) Ils veulent prendre le pouvoir et établir sur les rives de la Seine une dictature à la Franco (...). Même si les généraux d'Alger n'atteignent pas leur sordide dessein, même si, comme nous le souhaitons de toute notre âme, de Gaulle, soutenu par tous ceux qui refusent l'étouffante férule du fascisme, épaulé par les nations d’Afrique et tous les peuples épris de liberté, parvient à temps à les mettre à la raison, les généraux d'Alger vont faire couler un peu plus de sang et verser plus de larmes sans profit pour personne. Oui, sans contredit, les usurpateurs étoilés qui osent prétendre qu'ils agissent pour le bonheur de l'Algérie et de la France ne sont que de vulgaires criminels passibles de la Haute Cour” (éditorial du 26 avril 1961, Une criminelle folie). Le numéro suivant se réjouit que tout se soit terminé aussi vite, tandis que, pendant des mois, la longueur des négociations d'Evian entretient un suspense peu apprécié. Jusqu'au no 745 (15 novembre 1961) qui fait en détail : "Le point sur la situation en Algérie. Tout un peuple aspire à la paix. C'est pourquoi nous voulons, périodiquement, faire le point. C'est pourquoi, pour nos lecteurs, pour tous les hommes de bonne volonté, nous voulons montrer que l'espoir existe. Aujourd'hui plus qu'hier nous sommes fondés à le croire. Aujourd'hui plus sûrement qu'hier, la paix est à la porte. Mais cette porte-là ne s'ouvrira pas sous la flambée de la haine, mais sous celle de la justice et de la fraternité”. Et la parole est laissée à "M. Michel Malherbes (qui) est ingénieur des Ponts et Chaussées et a participé à l'élaboration du Plan de Constantine. (...) On ne cherchera donc pas dans l'article qu'il nous donne autre chose que le point de vue d'un technicien, qui croit fermement en l'Algérie nouvelle il est vrai". Le même numéro annonce aussi que "si de Gaulle peut enfin accorder ses actes à ses dires, 'L'Affaire algérienne' sera réglée avant six mois ".

  • 21 No 841 (20-26 septembre 1963) p. 10. Citation no 842 (3-9 octobre 1963) p. 10.
  • 22 No 933 (24-30 juin 1965) p. 2 éditorial et p. 6, 8 à 10. Voir aussi l'intéressante analyse de l'en (...)

43C'est dire avec quel soulagement le dénouement va être salué. Il est vrai que, parallèlement, l'évolution, rapide, elle, de l'Afrique noire, a accru l'impatience. Mais l'évolution ultérieure amène une certaine amertume : "L'Algérie qui vient de fêter sa première année d'indépendance ne pense plus tellement à donner des leçons aux autres. Les Algériens ont vaillamment combattu contre la France ; c'est bien. Mais pourquoi aujourd'hui se réclamer de tant de morts pour un autre combat, celui-là fratricide ? (...) Nous ne nous attendions certes pas à ce que les Algériens se mettent au travail comme de bons enfants, et sans querelles internes : mais nous pensions qu'ils pourraient plus vite que d'autres montrer aux Africains qu'il est possible, dans un contexte d'après guerre, de construire solidement et dans l'enthousiasme populaire. C'est donc en partie pour nous une déception de voir ces querelles qui ne dépassent pas ceux (sic) qui opposaient les Kasavubu aux Iléo, et autres Sendwé" (12-18 juillet 1963). Un autre article, dans le même numéro, condamne encore plus fermement la politique menée par Ben Bella ("un immense gâchis") et s'inquiète, en particulier, du sort de Mohammed Boudiaf. Après son élection à la Présidence de la République, Simon Kiba n'a aucune illusion sur l'évolution future de l'Algérie, en marche "vers une dictature"21. Et quand, après un voyage à Moscou, "l'Algérie a définitivement choisi la voie du socialisme" la mesure est comble ! (15-21 mai 1964). Pourtant, quand l'armée le renverse, c'est encore pire. "Ben Bella n'était certes pas parfait, mais sa politique de réconciliation avec l'opposition était une leçon pour beaucoup d’États africains. Il s'est heurté à ce qui fait le malheur des partis : la question de personnes" ; les militaires n'inspirent pas confiance, eux qui avaient "encadré le parti et le pays pendant toute la guerre d'Algérie" et qui "se sentaient, sans doute, frustrés du pouvoir"22. La rédaction s’indigne aussi du lâchage dont a été victime l'ancien chef de l'État, et revient sur l'inquiétude que suscitent les coups d'État. La personnalité de Boumédienne semble encore moins séduisante que celle de son prédécesseur : "Ben Bella était populaire, il savait parler au peuple, il avait le contact humain. Boumédienne le taciturne, n'est pas populaire" même si la suite de l'article détaille les défauts du premier.

Notes

1 Voir cependant l'étude L'Africain face à l'Indochinois, no 86 (27 mars - 2 avril 1949) p. 1-3.

2 10 novembre 1954 p. 5 En Norvège le Dr Schweitzer défend le régime colonial. Voir aussi no 392 (9 février 1955) p. 1-8 A la recherche du vrai visage de LA.O.F. ; no 399 (29 mars 1955) p. 1-8 Dialogue sur l’Union française L'art de s'aimer ; no 414, 12 juillet 1955, p. 1-8 Nous voulons des écoles très élogieux sur la scolarisation en Afrique ; no 434 (29 novembre 1955) p. 1-8 L'émancipation à venir. L'opinion de Diop Touba en Tribune Libre ; no 486 (27 novembre 1956) p. 1-8 M. Albert Sarraut a inauguré le Palais du Grand Conseil ; no 486 (27 novembre 1956) p. 1-8 L'avenir nous permet tout sauf la sécession déclare M. Albert Sarraut ; no 508 (30 avril 1957) p. 7 Le Libéria regrette de n'avoir pas connu le régime colonial. Extraits du New York Times : le Libéria ne veut pas être comparé au Ghana. Ce pays a profité de la colonisation et est donc plus en avance que le premier qui a dû se débrouiller tout seul.

3 No 414, 12 juillet 1955, p. 1. De la même façon, dans le no 445 (14 février 1956) p. 1 Les pieds dans le plat dénonce des articles parus dans Le Figaro.

4 Cf. no 207 (21 juillet 1951) p. 1 Les partis politiques et l'Outre-Mer par R. Saller sénateur de la Guinée française (exclusivité) ; no 227 (8 décembre 1951) p. 1 Au grand conseil de l'AOF le Dahomey proteste ; no 262 (9 août 1952) p. 1 L'Assemblée de l'Union française est un cimetière par J. Conombo encore ; no 291 (4 mars 1953) p. 1 Des chefs de canton qui mériteraient la prison ; no 393 (15 février 1955) p. 6 L'effroyable misère des jeunes à la recherche du travail ; no 395 (1er mars 1955) p. 1-8 Les étoiles passent dans le ciel d'outre-mer ; no 398 (22 mars 1955) p. 1 sur le fonctionnement de la justice ; no 398 (22 mars 1955) p. 1 Les sénateurs adoptent des débris de réforme municipale (...) Il semble bien que M. Haïdara exprime la pensée de beaucoup quand il dit : "Une séance comme celle-ci ne sert pas l'union française" ; no 400 (5 avril 1955) p. 1 La poignée de main ; 402 (19 avril 1955) p. 6 Que ferons-nous de l'Union française ? ; no 407 (24 mai 1955) p. 1-8 et no suivant Les jeunes travailleurs du Dahomey lancent une grande campagne contre le "dash" le "bakchich" le "graissage" de pattes pour un monde sain juste fraternel ; no 410 (14 juin 1955) p. 5 ; no 413 (5 juillet 1955) p. 7 2e épisode du feuilleton Kouabao. Résumé Encore un nouveau directeur, et qui ne connaît rien à mon pays, pense Francis, instituteur à la Mission, en voyant arriver Christian Ravel. Il débarque de France et vient diriger l'école ; no 414 (12 juillet 1955) p. 1 Un discours de M. Teitgen Vers un fédéralisme renouvelé. (...) Ce discours, malheureusement, n'a pas apporté grand chose de neuf ni de précis ; no 425 (27 septembre 1955) p. 4 Dans l'Est Africain britannique Méfiance et incompréhension entre Africains et Européens mettent en échec bien des projets de modernisation ; no 429 (25 octobre 1955) p. 4 L’Afrique au conseil de l'Europe (surtout problèmes économiques) ; no 431 (7 novembre 1955) p. 6 Premières étapes vers la décentralisation ; no 432 (15 novembre 1955) p. 1 L'agriculture reste la base de l'économie ; no 433 (22 novembre 1955) p. 1-8 ; no 440 (10 janvier 1956) p. 1 éditorial et p. 1-8 Le sort injuste des infirmiers ; no 447 (28 février 1956) p. 1-8 Pour des élections correctes Eduquer la masse ; no 449 (13 mars 1956) p. 1 Les administrateurs deviendront-ils des conseillers ? Une importante partie des élèves de l'Ecole de la FOM signe un manifeste demandant des réformes profondes ; no 483 (6 novembre 1956) p. 6 entière Libres positions sur les problèmes posés par la chefferie ; no 545, 17 janvier 1958, p. 1 Une interview du Dr. Aujoulat Supprimer le Ministère de la FOM ?

5 No 397 (15 mars 1955) p. 1-6 ; cf. no 428 (18 octobre 1955) p. 4 Le fait des civilisations autochtones et le phénomène colonial devant le tribunal de l'Eglise ; no 426 (4 octobre 1955) p. 5) ; no 429 (25 octobre 1955) p. 4 Les cardinaux et archevêques de France et la question d'Afrique du Nord.

6 No 400 (5 avril 1955) p. 1-8. Et, parmi tant d’autres textes, no 456 (1er mai 1956) p. 4 Il y a une "morale de la décolonisation" extraits de l'allocution de Mgr Feltin, archevêque de Paris.

7 No 414, 12 juillet 1955, p. 4 Du nouveau, sinon du bon, dans l'Outre-Mer portugais. Voir aussi no 390 (26 janvier 1955) p. 4 ; no 837 (23-29 août 1963) p. 2 ; no 885 (24-30 juillet 1964) p. 6 Une révision des vues portugaises sur l'Afrique s'impose ; no 888 (14-20 août 1964) p. 4 Le Portugal ne veut pas lâcher nos terres ; no 932 (17-23 juin 1965) p. 7-8 La Guinée "portugaise" vue par un fils du pays, étudiant en médecine ; no 989 (21-27 juillet 1966) éditorial à propos du "colonialisme démodé du Portugal" ; no 1015 (19-25 janvier 1967) p. 7 ; no 1025 (30 mars - 5 avril 1967) et suivants reportage de J. Mendy sur la Guinée Bissao ; no 1054 (19-25 octobre 1967) et suivant p. 8-9 Les mouvements nationalistes dans les colonies portugaises ; no 1092 (11-17 juillet 1968) p. 1-3-7 Contre le colonialisme portugais que de temps perdu ! ; no 1116 (26 décembre 1968 - 1er janvier 1969) p. 7 La présence portugaise en Afrique après Salazar ; no 1155 (25 septembre - 1er octobre 1969) p. 1 Farce au Portugal et p. 6 Les Portugais iront aux urnes pour se maintenir en Afrique ; no 1166 (11-17 décembre 1969) p. 5 Le Portugal agresse délibérément le Sénégal ; no 1170 (8-14 janvier 1970) p. 5 La Guinée-Bissao échappe au Portugal ; no 1187 (7-13 mai 1970) p. 8 Où en est le Portugal africain ? ; no 1196 (9-15 juillet 1970) p. 1 et 3 Paul VI et les colonies portugaises ; no 1198 (23-29 juillet 1970) p. 1 et 4 Les Portugais continuent d'ignorer les droits légitimes des peuples vivant sous leur domination. Un colonialisme décadent ; no 1199 (30 juillet - 5 août 1970) p. 10 Après la mort de Salazar.

8 No 349 (14 avril 1954) ; no 360 (39 juin 1954) ; no 439 (3 janvier 1956) p. 8 Importante déclaration de M. Senghor. Voir aussi no 402 (19 avril 1955) p. 1 et 8 L'Union française a besoin d'une réforme structurelle nous déclare M. Léopold Sédar Senghor secrétaire d'État à la Présidence du Conseil. Interview exclusive lors de son passage à Dakar.

9 Nous aurions pu choisir la Mort du double collège traitée longuement dans le no 433 (22 novembre 1955) ou les prises de position contre une résolution de l'ONU dans le no 500 (5 mars 1957) p. 7 : "Cette motion, déposée dans un but avant tout publicitaire, par l'URSS (qui ne se soucie évidemment pas du martyre imposé aux peuples satellites) a permis tout au moins d'apprécier (une fois de plus !) la partialité des Nations-Unies en ce qui concerne le Togo français".

10 No 393 p. 6 ; cf. aussi numéros 386, 389, 391, 394, 399, 444.

11 No 413 p. 4 ; cf. également no 261 (2 août 1952) p. 1-6 ; no 421 p. 1 - 4.

12 No 431 p. 5 ; et no 433 (22 novembre 1955) p. 5 "L'aube de temps meilleurs se lève pourtant en Afrique du Nord, où le Sultan M V et Habib Bourguiba font preuve, dans la revendication même de l'indépendance, de mesure et de conciliation ; auront-ils en face d'eux une France rassemblée et attentive ?"

13 No 458 p. 5. Le bilan de Dix ans de gouvernement Bourguiba balaiera toutes ces craintes in no 929 (27 mai - 2 juin 1965) p. 6.

14 No 392 (9 février 1955) p. 5 ; cf. aussi no 382, 454, 478, 496.

15 No 423 (13 septembre 1955) p. 1 Les jeunes veulent briser la haine. Et no 502 (19 mars 1957) sur la JEC.

16 No 504 p. 5, 506 p. 1 et 5, 507 p. 8, etc.

17 Cf. no 496 (5 février 1957) p. 4 ; no 499 (26 février 1957) p. 5 et suivants ; no 511 (21 mai 1957) p. 5 ; no 557 (11 avril 1958) p. 4.

18 No 548 (7 février 1958) p. 5. Idées redites dans le no 552 (7 mars 1958) p. 5.

19 No 690 (26 octobre 1960) p. 1 éditorial Paix ou guerre en Algérie ? puis p. 3 chronique de Kiba.

20 No 698 (21 décembre 1960) p. 1-9. Tous les numéros suivants abordent longuement les problèmes.

21 No 841 (20-26 septembre 1963) p. 10. Citation no 842 (3-9 octobre 1963) p. 10.

22 No 933 (24-30 juin 1965) p. 2 éditorial et p. 6, 8 à 10. Voir aussi l'intéressante analyse de l'envoyé spécial à Alger in no 934 (ler-7 juillet 1965) p. 8-9 et no suivant.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540