Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Troisième partie : Un journal militant

1. Pour l'engagement des laïcs

Texte intégral

1La rédaction ne manque jamais de couvrir avec enthousiasme les manifestations qui vont dans ce sens. Parmi tant d'autres, citons : Rencontre interafricaine pour l'Apostolat des laïcs (6 janvier 1954), Les Semaines Sociales de France (5 mai 1954), 28e conférence mondiale du scoutisme qui a lieu au Sénégal (15-21 juillet 1981), Séminaire panafricain de la JOC à Abidjan le 26 juin 1985 (régulièrement la revue fait l'éloge de ce mouvement, comme de la JAC), combat du personnel soignant chrétien de Thiès (17-23 juillet 1985), réunions de journalistes engagés (10 décembre 1986), réunion de lycéens de l'archidiocèse de Dakar "pour réfléchir ensemble sur le prochain synode des laïcs" (18 mars 1987), les sessions des Secrétariats Sociaux de l'Afrique, etc.

Complémentarité entre laïcs et religieux

2Cette idée se retrouve souvent, comme dans ces légendes de deux photos du 6 octobre 1982 qui illustrent un même article : "Les laïcs : un rôle de premier plan dans la vie des communautés chrétiennes".

3Pourtant, les laïcs doivent prendre le relais. "La participation du laïc dans la vie de l'Église et dans la société doit être réelle et enrichissante" titre en gros caractères le no 1254 (19-25 août 1971) et l'éditorial démontre l'assertion.

  • 1 23-29 octobre 1985, p. 20. Voir aussi no 1014 (12-18 janvier 1967) p. 12-13 Pour un authentique la (...)

4Quand la situation du catholicisme n'est pas bonne, on reprend même une dépêche de DIA qui va jusqu'à accuser les laïcs de ne pas bien faire leur travail, comme au Ghana (4 juillet 1958). Cette même agence fournit aussi l'occasion de faire le bilan de dix ans de ministère laïc au Zaïre1.

Quel engagement dans la cité ?

5Très nombreux sont les plaidoyers en faveur d'un engagement syndical — plus que politique — des chrétiens, même si ce dernier n'est pas exclu ; le rôle qu'ils doivent jouer est clairement annoncé : "l'Église ne défend pas à ses fidèles de faire de la politique ; elle les engage au contraire à collaborer à l'édification de la "cité terrestre" et à se mettre au service du bien commun" (26 septembre 1958). Le journal a mis le 9 octobre 1956, en capitales, cet extrait de l'allocution de Mgr Feltin : "ON OUBLIE AUSSI QUE LES CATHOLIQUES PEUVENT LEGITIMEMENT APPARTENIR A DIFFERENTES TENDANCES POLITIQUES, ET SONT EN DROIT D'AVOIR LEURS JOURNAUX D'INSPIRATION CHRETIENNE QUI CORRESPONDENT A LEUR OPTION. CHACUN A LE DEVOIR DE RESPECTER CETTE LIBERTE. (...) Nous devons demeurer au-dessus des partis, être socialement tout à tous et nous tenir informés des courants de pensée..." Orientation confirmée beaucoup plus tard, avec quelques nuances : "Le chrétien est confronté à quatre formes de pouvoir : le pouvoir de Dieu sur lui, le pouvoir de l'Église, le pouvoir du prochain et le pouvoir politique. Ce dernier semble lui poser un problème de conscience. Le chrétien doit-il s'engager politiquement ? Oui ou non ?" B. Faye pèse les arguments des uns et des autres et s'interroge. "Que conclure ? D'abord l'engagement politique est un apostolat, un témoignage. Cet engagement est soumis à la notion de prochain. Cette constante référence à l'action politique du chrétien impose quelques considérations. Aucun parti politique ne peut valablement se dire chrétien. Il n'y a pas d'espérance du Royaume de Dieu. Seule cette espérance est fondée pour opérer une transformation radicale des structures de la Cité. Il apparaît donc clairement qu'on ne peut pas parler d'engagement politique chrétien mais plutôt d'un engagement politique chrétien. De la même manière, on ne fait pas de la politique chrétienne, mais on fait chrétiennement de la politique" (1-7 décembre 1982). Un jésuite aurait-il mieux parlé ?

Engagement syndical

  • 2 Cf. no 335 (6 janvier 1954) p. 4 Un minimum de bien-être est nécessaire à l'exercice de la vertu p (...)
  • 3 No 461 (5 juin 1956) p. 1 éditorial ; no 369 (1er septembre 1954) p. 1-4 Malgré le code du travail (...)

6Dès le départ, les réticences semblent beaucoup moins vives en ce qui concerne le syndicalisme : "le laïc catholique doit faire rayonner sa foi dans tous les domaines"2. Sa nécessité ne semble faire aucun doute tant la situation des ouvriers, surtout ruraux, apparaît mauvaise3. Dès le 28 juin 1952 un article emprunté à Syndicalisme Outre-Mer explique en gros titre "Qu'est-ce que le syndicat ? Un instrument de promotion humaine et de conquête". "Travailleurs, unissez-vous" titre le no 404 (3 mai 1955) : le secrétaire général de la CFTC AOF-Togo, fait un plaidoyer vibrant en faveur du syndicalisme qui doit se développer, s'orienter et s'adapter aux nécessités de l'Afrique et de l'époque. Il insiste sur les acquis en Afrique grâce au dévouement des syndicalistes.

7Mais quel syndicalisme ? Suivant les rédacteurs, les positions ont oscillé entre un syndicalisme dit "apolitique" et un autre, engagé. La tribune libre du 17 janvier 1958 se termine ainsi (en gros caractères) "LE SYNDICALISME APOLITIQUE EST UNE ABSURDITE" alors que celle de la semaine suivante comporte en chapeau : "Nous avons (...) maintes fois souligné les dangers d'une politisation des syndicats, c’est-à-dire de la mise au service d’un parti d’une organisation syndicale".

8Bien sûr, les syndicats chrétiens sont préférés ; le P. Paternot, dès les débuts justifie leur valeur : "voilà pourquoi nous maintenons que tous les croyants doivent s'unir dans des syndicats chrétiens" (25 juillet 1948). Leurs réunions, en particulier celles de l'Internationale des Syndicats chrétiens, sont répertoriées. Et la naissance à Brazzaville de l'Union Panafricaine des Travailleurs Croyants, émanation de la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens que le journal suivait avec sympathie, est saluée le 30 janvier 1959 comme Un événement syndical (la création de son journal Travailleurs d'Afrique sera annoncée avec enthousiasme le 12 juin 1969). L'éditorial qui lui est consacré constate que "cette preuve de la vitalité du syndicalisme africain ne peut que réjouir ceux qui, comme nous, pensent que l'existence de syndicats organisés, libres de toute tutelle politique, est un facteur de liberté, une garantie du respect des droits de la personne et des collectivités. Le rôle du syndicalisme, rappelons-le, est double : d'une part la défense des intérêts des travailleurs, d'autre part la formation de militants capables d'asseoir un ordre politique, économique et social où la personne humaine puisse librement s'épanouir. L'oubli de l’une ou l'autre tâche amène, un jour ou l'autre, le pourrissement progressif de l'œuvre entreprise ".

  • 4 No 608 (3 avril 1959) p. 5 Le chrétien dans la cité. Voir aussi no 859 (24-30 janvier 1964) p. 20 (...)

9Quelques mois plus tard, une idée qui sera reprise inlassablement, surtout après les indépendances, surgit : "Beaucoup présentent à l'heure actuelle comme un idéal le syndicat unique. L'Église a, vis-à-vis de cette solution, la même pensée que vis-à-vis du parti unique : le syndicat unique peut être techniquement valable ; il ne le sera moralement qu'à la condition de respecter les libertés humaines essentielles et de défendre efficacement les droits des travailleurs. Mais cette solution comporte le danger d'un véritable totalitarisme syndical, souvent lié, d'ailleurs, au totalitarisme politique, qu'il peut, suivant les cas, préparer ou suivre"4.

10Les protestations contre les déviations sont nombreuses comme celle, regrettée le 4 septembre 1956, des "interférences politico-syndicales dans les grèves du Copperbelt" : "On ne peut manquer de déplorer la singulière conception que l’on a de la liberté syndicale, aussi bien du côté de la direction des mines que du côté du Syndicat des Mineurs". La rédaction insiste toujours sur les spécificités que doit avoir le syndicalisme africain. L'éditorial du 1er mai 1969 résume le contexte particulier : "Si l'action des syndicats africains a contribué largement pendant la période coloniale à l'éveil d'une conscience nationale et au renforcement du nationalisme, l'accession de nos pays à l'indépendance et toutes les conséquences qui en découlent exigent d'autres formes de syndicalisme adaptées aux réalités (...). A une situation déterminée doit correspondre une action déterminée. Le rôle du syndicat en Afrique aujourd'hui doit s'orienter davantage vers une "participation". Non pas n'importe quelle participation, mais celle-là qui respecte la vocation fondamentale d'un syndicat et qui permette une contribution à la bataille du développement. (...) Le politique doit travailler avec les syndicats, et ces derniers ne doivent pas se cantonner dans une opposition systématique. C'est de l'intérêt de chacun, si on veut éviter la liquidation du mouvement syndical ou des renversements de pouvoir spectaculaires". Un long article ensuite, en dernière page, pose la question "Le syndicalisme africain veut-il vraiment son unité ?"

11Le terme de plurisyndicalisme est plus tard (28 avril 1982) employé par A. Gnonloufoun, tandis que la question de l'affiliation sur le plan international fait couler beaucoup d'encre pendant de nombreuses années.

  • 5 No 1689 (25 novembre - 1er décembre 1981) p. 6-7 ; no 1703 (24 février - 2 mars 1982) p. 9 ; no 16 (...)

12Le bras de fer entre Sankara et les syndicats est suivi pas à pas5. La suppression du droit de grève est jugée sévèrement et son rétablissement salué, même si la parole est donnée à ceux qui estiment que les syndicats sont trop conscients de leurs droits et pas assez de leurs devoirs. "Sachons taire nos revendications, si légitimes soient-elles ! Prenons à cœur plutôt d'accomplir chacun son devoir de citoyen. De grâce, bannissons toute critique démolissante et mettons-nous résolument au travail, car l'avenir de la Haute Volta dépend du travail de ses fils" (9-15 décembre 1981).

  • 6 No 1919 (30 avril 1986) p. 5 éditorial Les exclus du 1er mai, no 1920 (7 mai 1986) p. 6-7 E. Sylva (...)

13Les 1er mai sont toujours l'occasion de reparler du syndicalisme dans l'éditorial et de redire l'essentiel. Mais à partir de 1984 le ton est nettement désabusé : "En Afrique, les cérémonies du 1er mai, au volet revendicatif, font désormais partie d’une tradition. (...) Depuis l'avènement des indépendances ce sont pourtant les mêmes revendications qui sont exprimées, les mêmes négligences commises, les mêmes promesses faites, les mêmes attentes déçues. Le syndicat africain est-il représentatif ? De qui ? Les dirigeants de nos centrales censées défendre les intérêts des travailleurs prennent-ils seulement à cœur leur mission ? On est en droit d'en douter dans la mesure où souvent ils collaborent trop étroitement avec le pouvoir, bénéficiant par ce biais d'avantages non négligeables (liste). "Pourtant, ces syndicats ont, durant la période coloniale, joué un rôle moteur. Leurs revendications ont corrigé bien des abus et favorisé en quelque sorte l'accession de nos États à la souveraineté internationale. Alors comment peuvent-ils encore ignorer la grande masse des travailleurs de nos pays que constituent les paysans ? Il y a là une injustice monumentale qu'il faut corriger. Un 1er mai sans paysans et sans participation massive des femmes qui ne soit pas uniquement folklorique, est une aberration grotesque. (...) Le 1er mai 1984 n'est donc pas porteur d'espoirs aussi grands que l'on aurait pu le souhaiter. Sans être désastreux, il démontre néanmoins qu'une fois de plus l'Afrique est passée à côté de l'essentiel. Une fête, sans plus. Quel gâchis !". L’année suivante (1-7 mai 1985), Alexis Gnonlonfoun développe les mêmes thèmes, avec des formules-choc : "nous constatons que les cahiers de doléance sont devenus des cahiers d'allégeance. Et cette situation décourage beaucoup de travailleurs qui ne croient plus au syndicalisme (...). Au lieu d'être libéré, le travailleur est plutôt de plus en plus écrasé (...). Il y a toujours une minorité de dirigeants syndicalistes prêts à trahir la cause ouvrière". René Odou redit presque mot pour mot la même chose un an plus tard6 : la "foi" n'y est plus même si la grève d'Air Afrique a été comprise. "Cette grève est tout ce qu'il y a de plus normal dans la vie d'une entreprise de cette dimension (...). Mais qui donnerait tort également aux grévistes de vouloir conserver leurs acquis et privilèges ? Tout le problème repose en fait autour de cette approche des faits. Si tout allait bien, comme dans le passé, la compagnie se trouverait dans l'obligation de revoir sa marge de manœuvre. Et le personnel navigant non plus n'aurait pas réagi contre des mesures jugées contraignantes et anti-syndicales (...). Mais il est aussi de bon ton que les employés défendent leur intérêts et leurs droits. L'essentiel étant de parvenir à un compromis... sans trop de casse" (éditorial du 3 octobre 1984). Et l'année suivante (25 septembre-1er octobre 1985), la condamnation après un procès d'adhérents du Syndicat national des transports publics routiers et urbains sénégalais amène la rédaction à défendre à nouveau le droit de grève et à dénoncer des irrégularités dans la procédure ; la crise entre l'Union générale des travailleurs tunisiens et le gouvernement vaut ce titre, le 13 novembre 1985, "Démocratie enchaînée ".

14Dans cette lutte, la main est tendue aux non catholiques : "les chrétiens d'Afrique doivent bâtir une cité où ils se sentent à Taise sans pour autant que les non-chrétiens y soient des étrangers" (5 mai 1954). Un des premiers combats, concret, va commencer dès la création du journal, avec la remise en cause de la présence européenne en Asie ou en Afrique.

Notes

1 23-29 octobre 1985, p. 20. Voir aussi no 1014 (12-18 janvier 1967) p. 12-13 Pour un authentique laïcat : une étape qui marquera, no 1485 (14-20 décembre 1977) p. 18 Abidjan : laïcs en action.

2 Cf. no 335 (6 janvier 1954) p. 4 Un minimum de bien-être est nécessaire à l'exercice de la vertu par Dr Joseph Conombo, député de Haute-Volta. Et aussi no 432 (15 novembre 1955) p. 1 L'agriculture reste la base de l'économie, les syndicats ont un rôle important à jouer dans son évolution.

3 No 461 (5 juin 1956) p. 1 éditorial ; no 369 (1er septembre 1954) p. 1-4 Malgré le code du travail la moitié des jeunes travailleurs n'ont pas leurs congés payés. Un enquête de la J.O.C. du Sénégal ; no 420, 23 août 1955, p. 1 ; no 689 (19 octobre 1960) p. 6 ; no 821 (3-9 mai 1963) p. 8-9 Le point sur... le syndicalisme en Afrique ; no 1714 (12-18 mai 1982) p. 14-16.

4 No 608 (3 avril 1959) p. 5 Le chrétien dans la cité. Voir aussi no 859 (24-30 janvier 1964) p. 20 Le syndicalisme africain... D'où vient-il ? Où va-t-il ? ; no 928 (20-26 mai 1965) p. 3 (éditorial), 5-6 ; no 1029 (27 avril -3 mai 1967) p. 8-9 Le syndicalisme africain après la décolonisation ; no 1066 (11-17 janvier 1968) p. 3 Le syndicalisme en question ; no 1086 (30 mai - 5 juin 1968) et suivants p. 16 Les syndicats africains à la recherche de l'Unité ; no 1128 (20-26 mars 1969) et suivant Une centrale syndicale panafricaine va être créée.

5 No 1689 (25 novembre - 1er décembre 1981) p. 6-7 ; no 1703 (24 février - 2 mars 1982) p. 9 ; no 1692 (9-15 décembre 1981) p. 9 ; no 1711 (21-27 avril 1982) p. 8 ; no 1831 p. 6-7.

6 No 1919 (30 avril 1986) p. 5 éditorial Les exclus du 1er mai, no 1920 (7 mai 1986) p. 6-7 E. Sylva développe des thèmes identiques avec une étude pays par pays, critique, y compris pour le Sénégal.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540