Version classiqueVersion mobile

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Troisième partie : Un journal militant

Un journal militant

Texte intégral

1Afrique Nouvelle, certes, est, un journal marqué religieusement mais il ne se dispense pas pour autant de parler de politique. Il s'intéresse même beaucoup à la chose publique, nous l'avons dit, et entend que ses lecteurs fassent de même. Si la majeure partie des propos sont impersonnels, les engagements apparaissent çà et là, surtout dans les éditoriaux, bien sûr. C'est la raison pour laquelle nous y avons choisi la plupart de nos citations. Cependant, l'hebdomadaire offre des points de vue pluralistes, soit en reproduisant des plaidoyers soit dans des rubriques baptisées, selon l'époque ou l'occasion, Libres propos, Libres positions, Libre Tribune, etc. Fidèle à son engagement, il met aussi à la portée de ses lecteurs des documents bruts. On peut ainsi lire dans le no 507, sur cinq pages compactes en petits caractères, l'intégralité des décrets d'organisation politique de l'A.O.F.

2Toujours soucieuse de bien se faire comprendre et d'être pédagogue, la rédaction introduit une nouvelle rubrique traitant d'instruction civique au moment où les institutions de l'Afrique noire se modifiaient. De fait, les colonnes sont largement ouvertes aux chroniqueurs confirmés ou amateurs, aux ténors politiques comme aux contestataires "de base". Bien longtemps après (5 novembre 1986, dans L'histoire du RDA est encore à écrire), J.-R. de Benoist se souvient : "nous savons qu'il y a encore parmi nos lecteurs des compagnons de la première heure qui ont suivi depuis l'origine le combat mené par Afrique Nouvelle et qui savent qu'à l'époque de la décolonisation, notre hebdomadaire catholique était la principale, voire l'unique tribune par laquelle les dirigeants du RDA (...) faisaient connaître leurs idées à l'opinion publique naissante, alors qu'il n'existait ni radio, ni presse locale" ; et Bertin Borna dans le Spécial 30e anniversaire raconte comment son article, refusé par tous les organes de presse, fut accepté.

3Dans la première mouture, les nouvelles économiques sont nombreuses : il n'est pas de numéro qui ne donne de renseignements sur tous les protagonistes de la vie économique et sur toutes les réalisations dans ce domaine. Le traitement est presque toujours descriptif ou narratif ; c'est la raison pour laquelle nous ne nous y sommes guère attardée, en dehors de quelques thèmes polémiques sur la défense des campagnes contre la ville ou le choix de l'autosuffisance alimentaire.

4Cependant, les informations politiques sont nombreuses, ne serait-ce qu'à cause de la densité des événements. La formule "magazine", lors de la relance, a une composition quasiment immuable. Les 28 pages comportent encore moins de publicité, et environ 50 % de la surface rédactionnelle est consacrée aux questions de politique ou d'économie. La matière est donc très riche. D'abord, nous verrons quelle place est réservée aux laïcs, puis nous aborderons quelques thèmes fédérateurs qui s'articulent autour de la charnière des années cinquante-soixante. Ensuite des sujets plus contemporains seront synthétisés.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search