Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Deuxième partie : Le catholicisme d'Afrique nouvelle

3. Un plaidoyer pour l'ouverture et la tolérance

Texte intégral

1Malgré un indéniable sens des nuances, les propos d'Afrique Nouvelle sont, en général, très fermes. Il est des domaines dans lesquels la rédaction colporte les préjugés de son temps ou de son église.

  • 1 No 261 (2 août 1952) p. 1-6 Pie XII parle aux Russes. La Une et l'éditorial du no 857 (10-16 janvi (...)

2Mais, dans l'ensemble, la tendance est nettement en faveur d'une grande ouverture et d'une large tolérance, voire d'un œcuménisme de bon aloi comme en témoignent quelques éditoriaux écrits avant l'officialisation du terme par le Vatican1. Le mot ensuite se banalise et fait même l'objet de plusieurs éditoriaux dont celui-ci : "Nous voici dans la joie pascale. Et en cette période, il est nécessaire de dire non à tout ce qui éloigne de Dieu, et à dire oui à tout ce que le Seigneur nous demande d’observer : "Aimer son prochain comme soi-même". Dans cette mouvance pascale, il reste qu’il y a des problèmes importants qui secouent notre continent (divorce, drogue, alcool, relations préconjugales, pauvreté, famine...). C’est dire que, dans nos États, il reste beaucoup à faire pour assurer le bien commun... C’est pourquoi, l’esprit œcuménique doit nous habiter pour que les chrétiens et les membres des autres religions vivent en collaboration fraternelle. Pour nous enrichir mutuellement sans perdre notre légitime identité" (10-16 avril 1985). Une interview du pasteur Samuel Vauvert Dansokho commence par "Fidèle à sa tradition d’œcuménisme, "Afrique Nouvelle" a voulu en savoir plus sur ses espoirs, ses déceptions, ses options, ses craintes et ses certitudes" (25-31 janvier 1984).

Tolérance

3Plusieurs éditoriaux — parmi lesquels celui du 14 août 1964 — sont intitulés Tolérance.

  • 2 No 1737 (3-9 novembre 1982) p. 8 Nigéria/le fanatisme qui tue. Cf. aussi no 1643, p. 8 ; no 1869 ( (...)
  • 3 No 335 (6 janvier 1954) p. 1 Qui présente sa femme à ses amis la présente au diable.
  • 4 No 1654 (18-24 mars 1981), p. 20-21. Mauritanie/cas de conscience. Appel des médecins, pharmaciens (...)

4Le journal se bat toujours pour la défendre et les événements du Nigéria lui donnent souvent l'occasion de rappeler que "Chacun peut croire à qui il veut. Pourvu de ne pas enfreindre à la quiétude des autres"2. Tous les extrémismes sont réprouvés, comme celui des frères musulmans3 ou des intégristes de tout poil4.

  • 5 Courrier des lecteurs no 1817 (2-8 mai 1984). On trouve encore des lettres sur le sujet dans le no(...)

5Un dossier sur plusieurs numéros traite de la situation du Sénégal. Un volet consacré à la montée de l'intégrisme musulman est l'occasion de dire que "l'intégrisme est un mot qui fait peur... "(11-17 avril 1984) et de préciser : "Au Sénégal donc, l'Islam est un phénomène de société, profondément ancré dans la vie de tous les jours des populations (...). Une forme de rejet de l'Occident que l'on confond alors avec le christianisme (...). On n'a encore déploré aucune profanation d'église par des fanatiques. En fait la tolérance est toujours forte malgré quelques égarements... Mais la menace intégriste est bien réelle, elle gagne même beaucoup d'esprits. Et on aurait tort de ne pas l'étudier un peu plus à fond". Ce que fait l'article en égratignant au passage les grands marabouts qui ne sont "pas forcément un modèle de vertu", donnant ainsi des arguments aux intégristes. "L'intégrisme, un feu de paille peut-être, mais qui peut embraser toute une Nation. Comme ce fut le cas pour l'Empire du Chah Reza Palhavi d'Iran". Les propos provoquent des réactions des lecteurs : "toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire et surtout celles qui vont dans le sens de nuire à l'autre (...). C'est aussi une manière de saper la démocratie, voire la laïcité, et restreindre la liberté des frères musulmans dans leurs activités de pratiques religieuses". René Odou est accusé d'avoir "manqué de tolérance dans sa spécialité et a commis un sacrilège car une religion quelles que soient sa pratique et sa forme se veut respectée parce que constituant un tout pour l'homme". Cette accusation de sacrilège est reprise dans une autre lettre : "en matière de religion (musulmane) toute faute commise par inattention ou volontairement attire une punition. Ainsi l'auteur de l'article sur "la montée de l'intégrisme" doit se voir infliger un châtiment céleste proportionnel à la gravité du contenu du texte. Selon les commentateurs du Saint Coran, les 99 % de l'intérêt de la pratique religieuse ne résident pas dans ce bas monde. En s'affirmant comme combattant acharné de l'intégrisme par ses écrits "l'islamologue" d'Afrique Nouvelle a sombré impardonnablement dans un état de religiosité douteuse au su et au vu du monde musulman"5.

  • 6 No 1822, p. 9 ; no 1824 p. 8 ; no 1867 p. 9-10.

6Ces accusations n'ont pas ébranlé la rédaction qui réitère ses idées, deux numéros, plus tard, mais en envisageant l'expansion de l'intégrisme musulman en France et en écrivant un article plus descriptif. L'instauration de la charia au Soudan est fustigée, d'autant plus violemment que des prêtres sont poursuivis pour détenir de l'alcool ; ensuite "la suspension de la charia est, à juste titre, comme l’ont demandée sans tarder les syndicats, la mieux accueillie de l'intérieur comme de l'extérieur. Bien que les problèmes économiques restent prioritaires"6.

  • 7 No 1867 (17-23 avril 1985) p. 20-21 dans lequel on trouvera un résumé du colloque de la Fédération (...)

7Mais il faut aussi noter qu'aucune occasion n'est oubliée de rappeler "l'Islam par essence est pour la tolérance et repousse, avec énergie toutes les contraintes"7.

8L'éditorial du 22 janvier 1960 (Haro sur les Juifs !) est consacré à la condamnation d'actes anti-juifs : "pour le croyant, chrétien ou musulman, il n'y a pas en ce monde imparfait de bons ni de méchants absolus, mais tout homme mérite un respect sacré, que ne saurait contester aucune raison d'État".

  • 8 No 184 (10 février 1951) Face aux matérialismes, chrétiens et musulmans doivent s'unir ; no 359 (2 (...)
  • 9 No 143 (30 avril 1950) Coalition islamo-chrétienne.
  • 10 No 648 (8 janvier 1960) p. 1 Ne pas tarir les sources. Editorial signé Afrique Nouvelle. Même idée (...)

9L'attachement à des valeurs morales a joué en faveur d'une indéniable ouverture aux autres religions, comme une volonté de trouver des alliés dans la lutte contre le matérialisme grandissant, terme sans cesse répété8, dans le combat "contre le communisme athée"9 et pour résoudre les difficultés ambiantes : "A l'aube d'une année jalonnée de jeunes indépendances et capitale pour le destin de l'Afrique, au seuil d'une période décisive pour la paix mondiale, avec les tentatives d'organisation de la coexistence pacifique entre blocs rivaux, il est réconfortant d'entendre les chefs des peuples (un certain nombre de chefs d'État africains) solliciter l'aide divine et confier au Maître du monde la réalisation de leurs espoirs et de leurs projets. Ce qui paraît faiblesse et démission aux esprits dits "forts", aux athées modernes, laïcistes ou marxistes, semble à d'autres, non moins lucides et conscients de leurs responsabilités, suprême sagesse, gage d'efficacité et de succès... Il savent, en effet, que si Dieu n'assiste pas la cité, vain se révélera l'effort de ses bâtisseurs"10. "Tous les faits interpellent chrétiens et musulmans. Noël doit être pour chacun de nous une invitation à repenser le sens de nos divisions" (23-29 décembre 1981) ; "nous voulons donner à ces enfants (musulmans dans des écoles catholiques) une éducation qui leur permette de cultiver un certain nombre de valeurs morales et spirituelles mais en respectant autant que possible leur conscience" (16-22 novembre 1983).

10Mais des arguments théologiques existent aussi en vertu de "l'unité historique fondamentale qui lie les trois religions. Raison essentielle qui fait que juifs et chrétiens se sentent plus ou moins associés à l'événement, notamment par la prière et le partage. Cette solidarité dans la foi en un Dieu unique nous rappelle la nécessité de maintenir l'unité des croyants et de raffermir les liens de concorde et de paix entre les hommes de bonne volonté" (éditorial du 13 août 1986, Les fils d'Abraham. L'événement évoqué est la Tabaski).

  • 11 No 866 (13-19 mars 1964) p. 16 "Entre chrétiens et musulmans le dialogue est ouvert". Une intervie (...)

11Et très vite la rédaction a de la sympathie pour des tentatives de rapprochement comme celle du Pèlerinage chrétien et musulman près de Lannion sous l'impulsion de Massignon (17 août 1960). D'ailleurs "le pèlerinage est un acte de foi" que l'on soit catholique ou musulman (13-19 octobre 1982). Les efforts de dialogue avec les musulmans de Mgr Duval, dont par ailleurs on a soutenu les positions pendant la guerre d'Algérie, sont présentés avec admiration : "on y reconnaîtra le style et les idées de ce grand archevêque d'Alger, qui a rallié aux heures les plus critiques de l'Algérie, les sympathies et l'admiration de tous les hommes droits, en même temps d'ailleurs que la haine tenace de tous ceux qui ne veulent pas comprendre et que la vérité n'a pas encore 'délivrés'"11. La prière des Compagnons de l'Arche (Lanza del Vasto) "que chrétiens, juifs, musulmans, hindouistes aiment à dire ensemble" est même reproduite au revers de la couverture le 7 septembre 1983.

12La revue décrit certains exemples de coexistence pacifique, comme celui du Liban. Lucien Houédanou a interviewé à Abidjan un chrétien libanais, spécialiste de la pensée arabe chrétienne (2 juillet 1986, Etre chrétien parmi les musulmans).

Condamnations

13Pourtant, des limites existent. La maçonnerie est, du début (comme le 15 septembre 1951 ou le 15 juillet 1953), jusqu'à la fin, la cible d'attaques violentes. Dans la rubrique Dossier-sectes ( !), le 17 juin 1987, à propos d'un grand rassemblement international à Paris, et à la suite d'une couverture qui titre Le vrai visage des francs-maçons, on trouve la présentation de la doctrine et de sa condamnation par Rome. Puis : "Ajoutons que les francs-maçons ont donné naissance à des sectes encore douteuses qui s'engagent dans l'occultisme, la théosophie, le spiritisme, l'illuminisme et même le satanisme. (...) C'est un fait historique acquis et qui ne peut être nié par personne que la Franc-maçonnerie a toujours professé un anti-cléricalisme virulent et un laïcisme destructeur : en France par exemple toutes les offensives politiques contre les lois chrétiennes de l'État, contre l'existence des congrégations religieuses, contre l'école privée ont été préparées dans les loges. On objectera que cela est du passé et que la Franc-maçonnerie a renoncé depuis longtemps à ces attaques ; ce serait gravement s'illusionner ". Une analyse du projet scolaire de Savary de 1983, de l'adoption du divorce par consentement mutuel, de la vente libre de contraceptifs, de la légalisation de l'avortement, de l'exemple d'autres pays conduit à cette conclusion : "La Franc-maçonnerie n'a pas changé : animée par les mêmes mauvais principes, elle ne peut que porter les mêmes fruits... Peut-on être chrétien et franc-maçon ? (...) On ne peut être vrai chrétien et vrai maçon, pas plus qu'on ne peut être vrai chrétien et vrai marxiste : il y a contradiction dans les convictions mêmes". Et l'auteur dénonce ses méfaits en Afrique. On avait trouvé exactement la même démarche les 19 et 26 juillet 1952 : analyse de la situation française ("les Maçons français rejettent Dieu") et des dangers représentés par la franc-maçonnerie à partir d'une étude de La Documentation Catholique jugée fort opportune, puis passage à la situation en Afrique française. Un peu plus tard (27 septembre 1952), un troisième volet complète le tableau apocalyptique : "Franc-maçonnerie et communisme cherchent à se marier". Nouvelle attaque le 21 janvier 1953, à l'occasion du remaniement ministériel. Faisant un retour sur le passé, le P. de Benoist résume : "c'était l'époque où radicaux et francs-maçons étaient tout-puissants dans les 'colonies' (avec tout ce que ce mot a de péjoratif). Chacun sait que les grandes lignes de leur action étaient : économie de traite, obscurantisme laïc".

  • 12 No 520 (23 juillet 1957) p. 4 Pourquoi je ne suis pas "Témoin de Jéhovah" ; no 517 (2 juillet 1957 (...)

14Même fougue à l'encontre des Rose-Croix, même si ce peut être sous la forme de la publication d'une mise en garde des Églises protestantes et de l'épiscopat du Cameroun, comme dans le numéro du 10 septembre 1986. Ou contre les Témoins de Jéhovah12 voire des "églises" africaines, kibanguisme et kitawala (14 mars 1958).

15Face aux coutumes locales, et compte tenu de ce qui a déjà été dit sur un certain nombre de sujets, les positions sont plus difficiles à prendre.

Traditions et superstitions

16Suivant les domaines concernés, la rédaction oscille entre sympathie et réprobation.

  • 13 No 1645 p. 20-21. On retrouve cette défense dans les no 1441 (9-15 février 1977) p. 13 sqq. (médec (...)

17Pour la médecine traditionnelle, pas de problème, au contraire. Surtout quand c'est un prêtre qui la pratique ! "Il est souhaitable, soutient-il, que médecins et guérisseurs se complètent... De 1935 à 1951, le père Daï a dû tenir en bride sa curiosité. A l'époque, il était en formation au séminaire St Gall de Ouidah au Bénin. Or tout ce qui touchait aux plantes sentait la sorcellerie, le fétichisme. Avec le temps les missionnaires européens naguère méfiants vis-à-vis de la médecine traditionnelle en sont devenus les fervents défenseurs. Enfin, au-delà des problèmes de santé le curé a voulu consciemment détourner les fidèles des pratiques fétichistes. Les guérisseurs, on le sait, encombrent leur science de mythes. Or, l'expérience a montré ici et là que celui qui soigne le corps gagne aisément l'esprit"'13. Le compte-rendu le 8 mai 1985 d'une réunion, à Dakar, de médecins formés à l'école des blancs, professeurs d'université, botanistes, chercheurs... et guérisseurs aboutit surtout à l'éloge de l'utilisation des plantes et prend position pour une collaboration entre tous.

18En revanche, les superstitions en tant que telles sont nettement moins bien acceptées. Elles peuvent être condamnées comme, banalement, les cartomanciennes (18 août 1951), l'astrologie (23 février 1952 ou 19 août 1953) ou la conviction que les soucoupes volantes existent (6 septembre 1952).

19Le problème général est clairement posé le 15 septembre 1982 par Armel Duteuil dans La sorcellerie, pourquoi ? "Est-ce que tout cela ne suppose pas une transformation de notre société ? Et qu’on tienne davantage compte de nos traditions. Par exemple, tant que notre justice sera copiée sur celle du monde occidental, et qu’on refusera de régler les problèmes de sorcellerie selon les critères de notre culture africaine, les gens continueront à s'accuser, et à régler leurs problèmes, en dehors. Tant qu'on ne prendra pas en compte ces problèmes dans la façon de soigner les malades dans les hôpitaux, les gens continueront à aller voir le féticheur, et ainsi de suite. Comment faire ? Il n'y a pas de solution toute faite ! C'est à nous de chercher, tous ensemble, dans la vie de tous les jours". Les propos sont illustrés de deux photos qui portent comme légende : "Parce qu'on croit en eux, on va consulter les sorciers à propos de tout et rien. Mais en dehors de l'effet psychologique, les sorciers sont-ils vraiment efficaces ?" Et "Domaine d'un sorcier. Réfléchissez bien sur les outils de travail et faites votre choix en âme et conscience".

20Et dans le secteur sportif, même dénonciation du recours aux gris-gris sur le stade : "Le premier danger est que des croyances de cette nature empêchent les athlètes de se surpasser et de donner le meilleur d'eux-mêmes pour monter au niveau mondial..." (3-9 avril 1985, rubrique Sports). "Le débat est donc moins de savoir si ce que les Sénégalais appellent "deuxième force" est efficace ou utile, que de réfléchir sur les ravages qu'elle occasionne dans les esprits au point qu'on lui sacrifie tout" (4 février 1987).

Protestants

21En revanche, on sent de la sympathie pour les protestants, même si on démontre le 26 février 1957 qu'"il faut un Pape parce que Dieu le veut", compte-rendu d'un dialogue à Cologne entre l'archevêque et deux théologiens des Églises réformées. Même si, également, on ne semble pas mûr, en juin 1968, pour apprécier des initiatives hardies comme cette concélébration à Paris qui a débouché sur une inter-communion. L'article qualifie l'événement le 27 juin de "discutable et très discuté" dans le titre et commente ensuite : "l'on comprendra aisément qu'un tel geste appelle pas mal de questions et de réserves... Ce n'est pas aujourd'hui le lieu d'en parler : nous y reviendrons plus longuement dans notre prochain numéro, car la portée de cette affaire dépasse les limites de l'hexagone français, et pose le problème fondamental de la marche à suivre pour réaliser l'œcuménisme entre Catholiques et Protestants".

  • 14 No 1094 (25-31 juillet 1968).p. 13. Voir aussi no 1147 (31 juillet - 6 août 1969) p. 13 Un bel exe (...)

22Plus tard, des papiers témoignent d'initiatives appréciées. Le Centenaire de l'Église catholique en Tanzanie célébré dans "un climat œcuménique" offre l'occasion de dresser un tableau de toutes les activités menées avec les différentes confessions protestantes14. Le P. de Benoist a composé le 13 mars 1985 un dossier très complet, très clair sur l'Église méthodiste de Côte d'ivoire dans lequel il met en relief son implication dans le processus de développement. Les parentés sont mises en valeur comme dans l'interview du premier Sénégalais, qui veut par ailleurs "mettre sur pied un dialogue œcuménique tripartite : catholiques, protestants, musulmans" : "les prêtres catholiques sont plus que des confrères, ce sont des frères" (26 janvier - 1er février 1983).

  • 15 No 481 (23 octobre 1956) p. 4. Mêmes idées dans no 901 (13-19 novembre 1964) p. 12 La liberté reli (...)

23Et si, décidément "Non, toutes les religions ne se valent pas !" comme le démontre un Dahoméen, professeur de philosophie et sénateur, en insistant sur la transcendance du christianisme15, la sympathie pour l'Islam est présente de bout en bout dans Afrique Nouvelle.

Dialogue islamo-chrétien

  • 16 No 1766 (11-17 mai 1983) p. 21-23. Voir aussi no 1787 (5-11 octobre 1983) p. 14-17.
  • 17 Ici, no 1474 (28 septembre - 4 octobre 1977) p. 18-19 Pour comprendre nos frères musulmans ; cf. n(...)

24La localisation de la rédaction à Dakar et la structure du lectorat ont certainement influencé les réactions des journalistes puisque le Sénégal est "un pays où cohabitent de façon exemplaire chrétiens, musulmans et animistes"16. Inlassablement, la revue répète qu'elle "se veut, s’est toujours voulue au service de la compréhension, du dialogue entre ses nombreux lecteurs musulmans et chrétiens"17. Dès le 21 janvier 1953, à la question "un musulman peut-il entrer à la C.F.T.C. ?" la réponse, non seulement est sans équivoque mais encore est une invitation expresse à rejoindre les rangs de la confédération, Coran à l’appui : "ceux que les Musulmans trouveront plus proches d'eux par l'amitié, ce sont ceux qui disent :'nous sommes Chrétiens'". Et le 22 septembre 1951 le journal a reproduit la défense des écoles coraniques faite par Jean Scelles, conseiller de l’Union Française.

  • 18 No 1737 (3-9 novembre 1982) p. 4. Dans le no 1670 (8-14 juillet 1981) p. 18-19 J.-R. de Benoist dé (...)

25On remarque que c’est surtout envers les musulmans d’Afrique noire que les sentiments sont les plus amicaux. En réponse à un lecteur qui disait "Bien qu'étant musulman, votre rubrique "Vie et Foi" est pour moi une documentation théologique" la rédaction précise : "En effet, le journal s'est donné pour objectif l'accomplissement de l'homme et de tout l'homme dans tous les domaines. Nous accordons une attention particulière au dialogue permanent islamo-chrétien. Nous sommes sûrs que ces deux grandes religions partagent le même idéal : rendre l'homme bon et juste envers son prochain. C'est pourquoi toute contribution allant dans ce sens sera la bienvenue. Nos colonnes vous sont d'autant plus ouvertes que le journal a un nombre important de lecteurs musulmans"18.

  • 19 No 1872 (22-28 mai 1985) p. 5 ; no 1876 (19-25 juin 1985) p. 14 ; no 1877 (26-2 juillet 1985) p. 1 (...)
  • 20 No 1922 (21 mai 1986) p. de couverture Sport et Ramadan + 14-15 rubrique Sports.

26On trouve des portraits dithyrambiques tels que, le 21 mars 1984, celui de ce milliardaire sénégalais : "L'homme vivait sa foi, une foi musulmane solidement ancrée dans la conviction qu'aider son prochain est le meilleur moyen de plaire à Dieu... ". Très souvent, les principales fêtes musulmanes sont l’occasion de mettre un petit encart du style "A tous ses abonnés et lecteurs musulmans AFRIQUE NOUVELLE souhaite une fervente et joyeuse Tabaski" ; elles font aussi l’objet de mises au point, année après année. Pour un seul trimestre de 1985, on note un éditorial consacré au ramadan, un article descriptif lors de la fin du jeûne, puis une longue étude consacrée à l’Aïd al fitr19. Et l’année suivante le dilemme des sportifs musulmans "Jeûner ou jouer, il faut choisir" est tranché, après une étude détaillée des effets physiologiques, par cette conclusion : "l'attitude la plus sage pour qui veut jeûner en cette période de Ramadan est donc tout simplement de raccrocher les crampons pour la durée nécessaire "20.

27Les grandes manifestations catholiques sont autant d’occasion pour penser aux autres. À propos du pape en périple en Afrique, A. Gnonlonfoun note dans son éditorial : "Sa rencontre avec les musulmans n'a pas été une négociation comme certains l'ont cru, mais elle entre tout simplement dans le cadre de la démarche œcuménique du Vatican. En Afrique, chrétiens et musulmans se donnent la main" (24 février-2 mars 1982). La visite de Jean-Paul II au Maroc est titrée le 28 août 1985 "Jean-Paul II en terre d'islam pour un dialogue fécond entre musulmans et chrétiens" et la semaine suivante Pierre Trichet, qui raconte avec passion une consécration papale termine ses trois pages par "la satisfaction des catholiques devant leur cathédrale semble contagieuse : protestants et musulmans de Côte d'ivoire parlent d'édifier un temple et une mosquée dignes d'Abidjan et du pays. Cette émulation au service du même Dieu va-t-elle faire d'Abidjan un haut-lieu spirituel ?"

  • 21 No 359 (23 juin 1954) p. 1 Hommage d'un musulman à la famille chrétienne. On peut aussi citer no 6 (...)

28Dans le même esprit, la revue refuse la polémique avec des rivales musulmanes, tout en saluant leur naissance comme dans le no 1804 pour le nouvel hebdomadaire Wal Fadjri. Elle répond ainsi à des attaques du Réveil islamique : "Nos lecteurs impartiaux savent que nous n'avons jamais, dans les colonnes de notre journal, attaqué l'Islam sous quelque forme que ce soit. Mais ce que nos lecteurs ignorent, c'est que nous avons toujours refusé d'insérer (...) des articles écrits par des musulmans qui voulaient à tort ou à raison écrire contre certains faits islamiques. Par contre, nous avons toujours accepté d'insérer des articles d'intérêt général sans nous soucier s'ils provenaient d'auteurs musulmans ou de correspondants chrétiens" (10 février 1951). En revanche, elle ne manque pas de citer des interventions qui vont dans le sens de ses idées. Ainsi la revue algérienne Salam Afrikyia où Si Hamza Boubakeur, agrégé d'arabe au lycée Bugeaud, salue les valeurs communes aux deux religions : "la foi, la tolérance, la fraternité des peuples, le culte et le service de la vérité et de la justice, la primauté du spirituel sur la matière, la charité et l'esprit de sacrifice"21.

  • 22 No 219 (13 octobre 1951) p. 1 Esclavage 1951 qui englobe aussi la prostitution comme la situation (...)

29Certes, il n'est pas question d'accepter l'inacceptable. L'esclavage par exemple. La présence au sein de la rédaction de Pères blancs, qui se sont battus depuis leur fondation pour lutter contre cette réalité sociale explique peut-être l'importance donnée au sujet dans les premiers numéros22.

30La polygamie fait partie des pratiques musulmanes honnies. Et la doctrine chrétienne ne peut pas composer avec elle : la polygamie c’est l'adultère titre à la une le no 324 (21 octobre 1953) ; le résumé est en caractères gras : "Dans les colonnes de ce journal, nous avons maintes fois rappelé que la polygamie était contraire à la loi naturelle, portait atteinte à la dignité de la femme, compromettait la bonne éducation des enfants. Nous exposons aujourd’hui (...) la doctrine chrétienne sur le mariage ".

31Tous les arguments sont utilisés, depuis celui, terre à terre, le 1er décembre 1951, des allocations familiales pénalisant le fonctionnaire célibataire qui "paiera pour les enfants des multiples femmes des fonctionnaires polygames : (...) Nous trouvons souverainement anormal que le fonctionnaire africain qui dans un bel élan vers la civilisation respecte la dignité humaine de la femme, renonce délibérément à ce demi-esclavage qu'est la polygamie se trouve désavantagé en regard de ceux de ses collègues qui n'ont ni la noblesse ni le courage de relever la femme africaine en lui épargnant l'avilissante condition du harem. La supériorité financière du fonctionnaire polygame, consacrée par une décision gouvernementale serait le comble de l'aberration : une injustice et une régression...". Argument repris le 24 mai 1952 à propos de l'anniversaire de la Loi Lamine Guèye ou la fête de l’injustice sociale mais qui ne parle que de ce statut. Le cas échéant, on peut dire l'inverse, comme le 3 mai 1952, Ernest Milcent : "la polygamie est contraire à la morale naturelle, elle favorise la dénatalité et la stérilisation des femmes". Cette campagne vaut d'ailleurs à Afrique Nouvelle de se faire traiter de raciste par son confrère socialiste L'A.O.F, reproche qu’elle démontre infondé le 26 juillet 1952 en page une !

32L'argument démographique est réfuté point par point le 25 novembre 1953 avec un titre provocateur "Huit femmes pour un homme ?". "Refusez d'épouser les hommes mariés !" conseille-t-on le 25 janvier 1961. Ensuite, le point est fait, pays par pays, sur la progression de l'abolition de la polygamie et plus loin, des extraits de L'effort camerounais, de Mauritanie Nouvelle permettent de donner des échos horrifiés de la condition de la femme en Mauritanie, paradoxe puisque c'est un des lieux où elle dispose du plus de liberté, après mariage et divorce, il est vrai ! Situation d'ailleurs reconnue dans une étude du 24 octobre 1963 Chez nos saurs mauritaniennes de l'Adrar.

  • 23 Cf. no 339 (3 février 1954) p. 1 Les femmes musulmanes contre la polygamie ; no 478 (2 octobre 195 (...)
  • 24 No 44 (6-13 juin 1948) p. 1-3 La polygamie et l'évolution de l'Afrique ; no 68 (21-27 novembre 194 (...)
  • 25 No 472 (21 août 1956) p. 1. Cf. aussi no 248 (3 mai 1952) p. 1-4 Dans l'Angola et le Congo Belge l (...)

33Mais également, le journal ne manque pas une occasion pour rendre compte soit de manifestations contre la polygamie (auxquelles peuvent se joindre des catholiques et des protestants)23, soit des excès dans ce domaine24, soit des "progrès" comme la suppression de la polygamie en Tunisie ou ailleurs25. Les articles sont en général virulents et même s'il est toujours délicat d'extraire de son contexte une phrase, on peut citer celle-ci, très révélatrice d'un ton répandu : "Dans un pays comme l'Afrique, il est nécessaire d'insister sur la véritable notion de l'amour. Les polygames n'en soupçonnent même pas l'existence..." (24 novembre 1951). Les réflexions sont davantage nuancées plus tard, comme en témoignent les confidences d'une première épouse le 10 novembre 1966, ou l'étude du 15 décembre 1982 sur le Cameroun — la polygamie à l'ordre du jour — qui présente les avantages et les inconvénients, sans qu'il y ait nulle part une condamnation. La dot aujourd'hui présente même le 13 août 1986 les points de convergence en matière matrimoniale : un encadré compare la place de la dot dans la Bible et dans l'islam ; il souligne que les deux religions favorisent le mariage et condamnent les relations sexuelles en dehors.

34Les unions mixtes ne soulèvent pas l'enthousiasme ! On peut lire, à la suite de la lettre d'un musulman qui demande une épouse à une mission : "Notre foi catholique nous enseigne que la jeune fille est LIBRE : elle accepte LIBREMENT le mariage... ou bien elle refuse, également en pleine liberté". Et si le lecteur est bon musulman il prendra une épouse musulmane.

  • 26 No 1224 (21-27 janvier 1971) p. 13 Congo-Kinshasa Rencontre œcuménique sur "les mariages mixtes".
    V (...)
  • 27 No 380 (17 novembre 1954) p. 1 et 8 J'ai épousé une Européenne ; no 435 (6 décembre 1955) p. 7 Les (...)

35Plus généralement, l'Église ne fait que tolérer les mariages mixtes car "ils comportent de graves inconvénients pour l'avenir religieux du foyer, pour l'entente harmonieuse des époux, pour l'éducation des enfants, trop souvent écartelés entre leurs parents" (13 février 1959). "Le mariage mixte n'est pas une situation normale, car du fait de la division des Églises, il crée de nombreuses difficultés, soit pour l'harmonie du foyer soit pour l'éducation des enfants"26. Signalons que les mariages inter-raciaux ne sont pas davantage encouragés, surtout à cause des différences culturelles, des distances entre les communautés27. On peut, en effet, difficilement soupçonner les journalistes d'Afrique Nouvelle d'être racistes !

Anti-racisme

36"Noir et blanc vivent-ils comme chien et chat ? se demande le journal le 25 août 1951 ; "L'Église est-elle raciste ?" titre le no 241 du 15 mars 1952 tout en faisant un autre article qui commence par "Si Afrique Nouvelle a maintes fois dénoncé avec trop de verdeur, selon certains des cas de racisme déplorable, nous sommes heureux, aujourd'hui, de laisser un Africain narrer ses expériences personnelles...". "Etes-vous raciste ?" Le journal annonce le 12 juillet 1955, à la Une, une grande enquête "pour traiter sereinement et sérieusement le problème non dans un esprit de polémique, de vaine récrimination, mais afin de mettre au clair une situation qui ne gagne rien à être cachée, de définir ensemble les différentes formes de racisme qui empoisonnent actuellement la vie africaine, de trouver leurs causes et les moyens de les combattre, d'adopter ensemble une position nette et juste". Des questions interrogent "sur le racisme d'Européen à Africain, (...) d'Africain à Européen, (...) entre Africains". La publication des résultats à partir du no 422 commence par cette remarque : "les opinions exprimées dans les diverses réponses que nous publierons ne sont pas nécessairement l'expression du point de vue de l'équipe de rédaction du journal. Il nous paraît et loyal et utile que sur un tel sujet diverses réactions soient connues et qu'un dialogue s'engage entre nos lecteurs. Il nous est par contre impossible, on le comprend aisément, de publier dans ce journal des réponses n'ayant pas un minimum de sérieux et ressemblant plus à un appel au meurtre ou à un catalogue d'injures qu'aux réflexions d'une personne saine...". Deux numéros plus tard, retour à la charge : "nous avons constaté que certains lecteurs ne comprenaient pas que les réponses publiées étaient des réponses "libres" et n'engageaient pas la rédaction du journal qui se réserve de publier son point de vue en fin d'enquête. Nous pensions qu’il était préférable de laisser à chacun la liberté de s'exprimer et que nos lecteurs étaient capables d'aborder une discussion libre. Nous sommes peinés de constater que certains n'acceptent pas la contradiction, tel celui qui a cru nécessaire de se désabonner parce qu'une réponse ne lui plaisait pas..." La conclusion (20 décembre 1955) comporte un titre sur deux pages en forme de profession de foi : "Nous voulons supprimer les barrières raciales. Nous bâtirons ensemble un avenir meilleur". Le 2 novembre 1967, la moitié de la première page proclame à nouveau "Tous les hommes qui vivent de nos jours... appartiennent à la même espèce... et descendent de la même souche".

Arguments théologiques... et autres

37"NON Dieu n'est pas raciste !" (15 novembre 1955). La rédaction a toujours été très sensible aux "armes" théologiques utilisées pour justifier la ségrégation raciale aux États-Unis ou, plus encore l'apartheid. Elle ne manque pas une occasion de s'y opposer.

  • 28 No 3401 (17 février 1954) p. 1 Un africain se demande : Noirs et Blancs peuvent-ils s'entendre ? V (...)

38Elle publie ainsi le texte d'un Rhodésien du Nord, bien qu'il appartienne au "Réarmement moral" mouvement qui, rappelle-t-elle, est d'inspiration protestante et a été l'objet de mises en garde de la part des évêques28. Une réfutation bien étayée par une étude de la Bible est rédigée par un licencié en écriture sainte (24 et 31 mars 1954). Peu après, le 21 avril, une attaque du premier ministre sud-africain Quoiqu'en dise M. Malan aucun motif religieux ne peut justifier la ségrégation raciale rappelle la position catholique dans la lettre des évêques d'Afrique du Sud déjà publiée par le journal. Récidive ensuite (28 mai 1954) : "L'Afrique du Sud deviendra-t-elle un nouveau Kenya ? Le Dr Malan continue en Afrique du Sud son injuste et aveugle politique de ségrégation raciale". Les prises de position ultérieures condamnant l'apartheid sont plus classiques, mais innombrables. Elles dénoncent toutes le pouvoir raciste de Pretoria.

39Le rôle des hommes ou femmes d'Église dans la lutte contre le racisme est souvent mis en avant. Exemple-type le 14 octobre 1950 : "Une femme extraordinaire, Mère Anne-Marie Javouhey, a lutté pour l'émancipation de la race noire" est le titre choisi pour rendre compte de sa béatification.

  • 29 Cf. no 95 (29 mai - 4 juin 1949) et suivant p. 1 ; no 101 (10-16 juillet 1949) p. 1 Pourquoi faut- (...)
  • 30 No 337 (20 janvier 1954) p. 6. Cf. aussi no 442 (24 janvier 1956) p. 1-8 Tierno-Biahim N'Dao dénon (...)
  • 31 No 581 (26 septembre 1958) p. 1 photo d'enfants blancs et noirs à l’école. Voir ce même type de ph (...)

40Chaque fois qu'un écrit ou une mesure de type raciste paraît29 un article met les points sur les i pour démontrer que des catholiques ne peuvent tolérer cela. À propos d'une B. D., Akim, Zembla et les autres, Boubacar Faye parle même le 14 mai 1986 de "Viol des esprits qui n'ose pas dire son nom". Les débuts de la première université multi-raciale de Salisbury amènent à constater qu'"il y a en Rhodésie d’excellents docteurs africains capables de rivaliser avec les docteurs d'Angleterre "30. L'amitié entre jeunes de couleur différente est citée en exemple : "la haine est inconnue au cœur des enfants qui, d'instinct, ignorent les petites différences qui les distinguent pour ne voir que tout ce qui les rend semblables"31. L'annonce de l’horrible assassinat du catholique Kennedy à la Une du no 851 (28 novembre - 4 décembre 1963) comporte sur les deux tiers de la page un portrait du Président, les yeux dans le vague, avec cette seule légende, très significative : "Les leaders Noirs américains ont rendu hommage au 'second émancipateur du Peuple Noir'". L'éditorial et un long papier reprennent cet angle qui sera encore celui du récit de la mort de Bob dans le no 1088 ("Robert Kennedy assassiné pour son amour de la paix et des Noirs Américains").

41À l'occasion, les conclusions de scientifiques sur "les aspects biologiques de la question raciale" publiées sur plusieurs numéros à partir du 16 octobre 1964 permettent d'étayer les arguments théologiques.

42Lorsque les événements du Congo amènent dans Le Pays Roannais des articles "ignobles, nazis, etc. d'un journal de province française" répertorié comme "bien pensant", Afrique Nouvelle se déchaîne : "on ne se rend pas compte, en Afrique, de l'importance de ces feuilles qui se retrouvent dans toutes les mains et qui font du mal". Les propos incriminés sont reproduits tels quels pour juger de l'importance du racisme véhiculé et suivis d'un commentaire bien appuyé introduit par "en d'autres moments il aurait été inutile de répondre à pareils écrits. Les bêtises et les contradictions qui émanent d'eux les condamnent suffisamment pour qu'on n'y réponde que par le silence et le mépris" (14-20 janvier 1965).

43Mais la rédaction a surtout été sensible à la situation des expatriés africains, en Europe ou à l'intérieur même du continent africain. Ce sujet revient sans cesse, peut-être parce beaucoup lisent le magazine.

La cause des immigrés en France

44Dès le 16 mai 1958 à la une, un article intitulé "Mon frère, le travailleur étranger" relate les interrogations, à l'appel du mouvement Pax Christi, de nombre de catholiques de France, "sur le sort de ceux qui les côtoient chaque jour et leur restent étrangers. Ne pourrions-nous, en Afrique, faire le même examen de conscience ?"

45"La France va-t-elle expulser de nombreux étudiants africains ?" se demande aussi le 8 mars 1961 Afrique Nouvelle après la manifestation d'étudiants devant l'ambassade de Belgique à Paris à la suite de la mort de Lumumba. Le 26 août 1965 encore, l'écho est longuement donné d'articles de la presse française dénonçant "la situation lamentable des travailleurs africains en France". La rédaction reproduit le 22 juin 1967 une étude détaillée d'un Père Blanc parue dans Mission de l'Église "Un problème encore improvisé : les travailleurs africains en France" tandis que le 14 novembre 1968 un reportage répond à la question "Comment vivent les travailleurs africains en France" en présentant des interviews de Sénégalais de la région du Havre, qui font le tour des bons et des mauvais côtés de la vie en France. La mort de cinq Africains asphyxiés dans un foyer ramène une protestation contre la situation générale des immigrés le 2 juillet 1970, constatant "alors que l'assistance technique européenne est mieux logée en Afrique, ce sont les taudis qui accueillent les nôtres en Europe". La politique de Valéry Giscard d'Estaing est largement stigmatisée dans le no 1481 (16-22 novembre 1977). La couverture porte en titre "Immigrés : fin du mirage français" tandis qu'un article résume les nouvelles dispositions, titrant "les métèques de l'hexagone".

46Cependant, c'est surtout à partir de 1981 que les articles deviennent nombreux et s'inquiètent de la dégradation du climat social. Le correspondant à Paris s'alarme de la dérive de prises de positions de certains : "Le thème de l'immigration choisi par le PC ne peut que réveiller certains instincts bien connus et ce racisme rampant tapi dans la conscience de plus d'un Français..." (25 février - 3 mars 1981). La campagne présidentielle est l'occasion de rêver : "Les Français vont élire un président. Nous aimerions qu'il soit le président de cette France aux visages divers, où nationaux et immigrés partagent un destin commun" (15-21 avril 1981).

47Les problèmes ne sont pas occultés et les escroqueries de marabouts à Paris, décrites en détail, amènent à conclure le 20 octobre 1982 : "Il est tout à fait dommage que dans cette France de la crise où d'autres Africains, honnêtes ceux-là, se défoncent tous les jours pour survivre, de lugubres oiseaux venus du continent donnent au racisme hypocrite de nouvelles raisons de sévir".

48Les restrictions à l'immigration provoquent des protestations : "Tout cela est de nature à renforcer le racisme. Des mesures semblables ont été prises en Grande-Bretagne, en Suisse et en Belgique, sanctionnant une population accueillie à bras ouverts pendant le boom économique de l'après-guerre et qui voit petit à petit les portes se refermer devant elle en raison de la montée du chômage dans les pays industrialisés" (10-16 novembre 1982). Une B. D. en 4e de couverture ironise sur M. Onongo qui, de retour de France, cherche un job au Sénégal : il est spécialisé dans les chasse-neige !

49Jean-Marie Le Pen cristallise, évidemment, toutes les rancœurs : "malgré son extrémisme, il ne fait finalement qu'exprimer tout haut ce que les autres pensent tout bas... le racisme en plus (...) La générosité n'y changera rien, pas plus que le droit de vote aux immigrés. A quoi servirait-il d'ailleurs ? Droit de vote aujourd'hui, mais demain, soit devenir un Toubab bon teint ( !), soit rentrer au pays. Et, pour rester dans les contradictions, a-t-on jamais vu un seul État d'Afrique donner le droit de vote à ses coopérants ? C'est plutôt le droit de réserve qu'on exige généralement d'eux. Il est vrai que "eux au moins" on est sûr qu'ils rentreront au pays un jour. Le détail est dérangeant, surtout lorsqu'il est pollué par les idées extrémistes d'un Le Pen" (11 décembre 1985). Un dossier complet du 24 juin 1987 sur l'immigration est illustré par une photo du leader avec comme légende : "Jean-Marie Le Pen. Aux questions qu'il soulève, il n'apporte que de fausses réponses". Ce que l’article s'emploie à démontrer ; le chapeau introductif est on ne peut plus explicite : "l'extrême-droite inquiète la classe politique (majorité et opposition). Elle véhicule des idées xénophobes et propose, pour que le pays puisse surmonter ses difficultés, de vider les étrangers. Ces derniers savent, pour ceux d'entre eux qui sont électeurs, qu'ils ont beaucoup plus intérêt à voter pour la Gauche". "Il est clair que tous les Français ne sont pas de l'avis (du Front National), ceux-là qui savent que leur pays a volé et continue de voler aux pays immigrés, ceux-là qui sont sortis une fois au moins de leur pays pour voir ailleurs, ceux-là enfin qui n'ignorent pas qu'en France, un km et demi d'autoroute sur trois est réalisé par des muscles étrangers". Et le numéro suivant, qui annonce en couverture France la chasse aux immigrés dénonce dans un dossier l'aide au retour pour les émigrés en France, tandis qu'à partir du no 1824 est publié en trois fois le long récit de la cavale d’un clandestin dans Paris.

50Charles Pasqua, ensuite, focalise l'attention : "En théorie, il s'agit d'une arme contre le terrorisme international. Mais Pasqua et Pandraud n'ont décidément pas de chance : ils sont incapables de montrer un seul "terroriste" africain (...). Alors cette histoire de terrorisme n'est que de la poudre aux yeux (...). Il faut reconnaître tout de même que dans les consulats chargés de délivrer les visas, on n'est pas très pointilleux (...). Ce qui ne doit pas nous faire oublier le caractère discriminatoire (pas forcément raciste) de la mesure" (11 mars 1987). François Mitterrand, lui, échappe à la critique : "En rappelant le caractère multiracial et cosmopolite de la France, le président François Mitterrand vient de prouver une fois encore qu'il est non seulement un grand chef d'État, mais qu'il a surtout le courage de ses opinions" (éditorial du 13 mai 1987). Et la campagne "anti-racisme elle court, elle court, la petite main" est relatée avec sympathie (21-27 août 1985).

51Si le journal insistait, au début, sur la bonne entente entre Africains, surtout dans le cadre du "moule aofien" (éditorial du 14 mars 1958) et des échanges de populations, sur le fait que "dans le nationalisme africain il n'y a pas de place pour la xénophobie" (6 juillet 1960), la situation africaine de l’après indépendance ne manque pas, non plus, de l'inquiéter et c'est surtout le Nigéria qui est montré du doigt.

Le Nigéria et ses immigrés

  • 32 No 1751 (26 janvier - 1er février 1983) p. 8 Nigéria/immigrés, dehors ! no 1752 (2-8 février 1983) (...)
  • 33 No 1868 (24-30 avril 1985) p. 9. Suivi de deux pages sur les expulsions du Nigeria L'Afrique erran (...)

52Les deux vagues d'expulsions, celle de 1983 comme celle de 1985 ont fait couler beaucoup d'encre contre la campagne de xénophobie, l'électoralisme et la bêtise de la décision. "Le fait que l'ensemble de la presse nationale, l'une des plus libres en Afrique, soutienne le gouvernement, est un reflet de la popularité de cette mesure. (...) Quoi qu'il en soit, les Nigérians découvriront, tôt ou tard, que le mal développement qui les accule actuellement est davantage lié à leur confiance absolue au pétrole, à leur folie des grandeurs qui en découle et au laxisme généralisé, qu'aux étrangers réduits à des professionnels subalternes"32. La couverture du no 1757 (9-15 mars 1983) et un long dossier sont intitulés "Le nettoyage d'Ali Baba" ; "Mauvais exemple" ; ensuite dans le no 1828 "D'habitude, ce sont les grands qui donnent le bon exemple. Si vous voulez vérifier cette assertion, ne pensez surtout pas au Nigéria. Le géant de l'Afrique est au contraire un habitué des leçons non sues". Le premier article de 1985 est titré logiquement "Nigéria la récidive" et constate que rien n'a changé : "Comme les civils donc, les militaires, au pouvoir depuis le 31 décembre 1983, ne s'embarrassent pas outre mesure du protocole de libre circulation des personnes au sein de la CEDEAO"33. L'éditorial du 15 mai 1985 d'A. Gnonlonfoun consacré aux dix ans de la CEDEAO rappelle à nouveau ses limites : "en particulier l'acte d'expulsion posé par le Nigéria est à dénoncer comme une violation flagrante de l'esprit de la CEDEAO... Les conséquences de cet état de choses, c'est que l'homme de la rue a perdu confiance en la CEDEAO parce que la valeur du droit a été gravement atteinte... Tout cela est indigne. Lagos déclare avoir pris une décision de souveraineté. D'accord. Nous sommes de ceux qui croient aux droits souverains des États. Mais force est de reconnaître que le monde actuel est arrivé au stade où il faut insister davantage sur l'interdépendance que sur l'indépendance". Plus loin on insiste. "Comme en 1983, des scènes d'apocalypse, mais... interdit de photographier. Les sentiments nobles semblent avoir disparu dans un Nigéria malade de son pétrole invendu... La question que l'on se pose de plus en plus est celle-ci : qu'adviendrait-il si les pays africains décidaient de renvoyer tous les émigrés nigérians dont le nombre se compte par millions ?"

53Le Nigéria fait encore la couverture du no 1891, cette fois-ci pour louer le retour à la sagesse, car le nouveau régime vient de se prononcer contre les départs forcés. C'est, pourtant, l'occasion de revenir aussi sur les conséquences incommensurables des expulsions, sur les maux qui rongent le pays, corruption, anarchie et violence. Le bilan du 25e anniversaire de l’indépendance, dressé un peu plus tard (16-22 octobre 1985) est amer et catastrophiste.

54Mais si ce pays est souvent montré du doigt, il n'est pas le seul épinglé.

Ailleurs en Afrique...

  • 34 No 862 (14-20 février 1964) p. 3 Les horreurs du Rwanda. Un peu plus loin, on revient sur les évén (...)
  • 35 No 587 (7 novembre 1958) p. 2 et dans le no précédent ; no 855 (27 décembre 1963-2 janvier 1964).
  • 36 No 1857 (6-12 février 1985) p. 6-7 critique féroce des expulsions : "le discours scandaleux du pré (...)
  • 37 No 981 (26 mai - 1er juin 1966) gros dossier qui, déjà, lance un cri d'alarme ; no 1002 (20-26 oct (...)

55Les massacres au Rwanda de 1963-1964 sont assimilés à "un cas on ne peut plus patent de racisme abject"34. Les actes contre les Dahoméens et les Togolais à Abidjan et au Niger35, l'expulsion des étrangers du Ghana à l'extrême fin de 1969, des Guinéens de Sierra Leone "boucs émissaires" dit l'éditorial du 15 décembre 1982, la politique xénophobe du Gabon36, la situation générale du continent africain37 (600 000 réfugiés en 1966, 740 000 en 1967, 800 000 l'année suivante, dix millions en 1985) sont successivement évoqués et attribués, entre autres, dans l'éditorial du no 981, à la balkanisation. Le rapatriement des Falashas d'Ethiopie est jugé durement tant il semble suspect à bien des égards (9-15 janvier 1985).

56À l'inverse, l'absence de mesure de rétorsion de la part du Zaïre, en réponse aux expulsions de Zambie "mérite notre respect. Son geste devrait faire réfléchir, à l'avenir, tous les chefs d'État, tous les hommes politiques, voire les simples citoyens qui seraient enclins à penser que, quand tout va mal, c'est la faute aux étrangers" (29 août - 4 septembre 1984). Et une longue interview, musclée, du Béninois, représentant du HCR à Dakar, le 16 mars 1983 permet de réaffirmer les grands principes.

57Un dossier, Côte d'ivoire le pouvoir libanais (21-27 novembre 1984) où est considéré le statut de cette communauté d' "étrangers ou Ivoiriens entièrement à part", fait le tour de tous les problèmes de coexistence : "les Libanais (...) réclament, à cor et à cris, un statut dont au fond ils ne veulent pas : l'intégration. Pourtant, leur grand nombre et, surtout, l’ampleur de leurs intérêts financiers sur le sol ivoirien les poussent vers une issue inéluctable : le brassage. (...) Evidemment, l'Ivoirien moyen supporte mal cette "invasion". Pas par xénophobie, mais parce qu'il a l'impression d'être brimé par ce qu'on appelle ici le "pouvoir libanais". Certes, les Libanais participent, de manière palpable, au développement économique du pays. Ils n'hésitent pas à apporter leur soutien matériel aux grandes causes nationales. Mais il reste que, pour l'homme de la rue, les Libanais vivent en communauté fermée qui ne songe qu'à l'intérêt de ses membres. (...) Très solidaires et très travailleurs, mais 'magouilleurs' impénitents... ".

58Les grandes options prises n'interdisent pas le réalisme. Certes, les principes courageusement défendus et les combats lancés avec passion conduisent naturellement l'hebdomadaire à vouloir le respect des premiers et le succès des seconds. Il doit donc chercher de l'aide et susciter des relais. Il les trouve, même au temps où les gens d'Église étaient plus nombreux, auprès des laïcs de bonne volonté, surtout pour œuvrer dans le domaine politique, où, même si l'on retrouve des hésitations, l'engagement est plus net.

Notes

1 No 261 (2 août 1952) p. 1-6 Pie XII parle aux Russes. La Une et l'éditorial du no 857 (10-16 janvier 1964) sont consacrés à la rencontre entre Paul VI et Athénagoras I ; no 899 (30 octobre-5 novembre 1964) p. 16 Chez nos frères protestants un tournant dans l'œcuménisme ; no 912 (28 janvier - 3 février 1965) p. 11 L'œcuménisme signe de notre temps ; no 998 (22-28 septembre 1966) p. 10 Rencontre à Taizé. Une volonté d'unité dans la fidélité ; no 1031 (11-17 mai) p. 12-13 Le point sur l'œcuménisme dans l'Eglise catholique ; no 1888 (11-17 septembre 1985) p. 18-21 Jean-Paul II Plaidoyer pour l'unité des chrétiens ; no 1874 (5-11 juin 1985) p. 2 Lettre du président du secrétariat pour les non-chrétiens du Vatican : "Nous confessons avec assurance que votre Dieu et le nôtre est l'unique vrai Dieu, comme en témoigne l'immense majorité des musulmans... "

2 No 1737 (3-9 novembre 1982) p. 8 Nigéria/le fanatisme qui tue. Cf. aussi no 1643, p. 8 ; no 1869 (1-7 mai 1985) p. 8. Même condamnation de la situation égyptienne cf. no 1876 (19-25 juin 1985) p. 10.

3 No 335 (6 janvier 1954) p. 1 Qui présente sa femme à ses amis la présente au diable.

4 No 1654 (18-24 mars 1981), p. 20-21. Mauritanie/cas de conscience. Appel des médecins, pharmaciens... au ministre pour obtenir qu'aucun médecin ne participe à l'amputation des mains.

5 Courrier des lecteurs no 1817 (2-8 mai 1984). On trouve encore des lettres sur le sujet dans le no 1820 : "je ne vous cache pas que je vous tiens en haute estime (...). Pour toutes ces raisons donc, je vous invite à plus de modération, ne serait-ce que pour la crédibilité d'un hebdo tel que Afrique Nouvelle... Ne pensez pas que je suis dur. Surtout pas cela. Mais je me veux seulement objectif et conséquent avec moi-même dans un monde bouillonnant où nul ne sait où il en est".

6 No 1822, p. 9 ; no 1824 p. 8 ; no 1867 p. 9-10.

7 No 1867 (17-23 avril 1985) p. 20-21 dans lequel on trouvera un résumé du colloque de la Fédération des associations islamiques du Sénégal rapportant les propos ouverts et tolérants tenus par les congressistes, et demandant un dialogue entre les trois grands monothéismes abrahamiques.

8 No 184 (10 février 1951) Face aux matérialismes, chrétiens et musulmans doivent s'unir ; no 359 (23 juin 1954) p. 1-8 Nous ne nous disputerons pas avec les musulmans ; no 733 (23 août 1961) p. 16 no spécial Concile. Cf. aussi no 1866 (10-16 avril 1985) éditorial d'A. Gnonlonfoun Le bien commun où il parle de "collaboration fraternelle" ; no 1934 (13 août 1986) p. 5. Voir surtout no 713 (3 avril 1961) p. 3 éditorial d’un no spécial sur Pâques qui se démarque sans cesse du matérialisme étouffant (...) du matérialisme doctrinal (...) matérialisme pratique (...). Pâques, c'est la réponse éternelle au matérialisme provisoire.(...) Il s'agit pour nous, pascalisés, de leur faire voir et "toucher" l'esprit, de montrer que le déterminisme est une affreuse erreur ; neuf fois apparaissent les termes de matériel ou matérialisme dans ce seul texte.

9 No 143 (30 avril 1950) Coalition islamo-chrétienne.

10 No 648 (8 janvier 1960) p. 1 Ne pas tarir les sources. Editorial signé Afrique Nouvelle. Même idée dans éditorial du no 1623 (13 août 1980) sur le nécessaire rapprochement entre chrétiens et musulmans afin de promouvoir, pour tous les hommes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté.

11 No 866 (13-19 mars 1964) p. 16 "Entre chrétiens et musulmans le dialogue est ouvert". Une interview du prélat est publiée dans le no 973 (31 mars-6 avril 1966) p. 12 et est intitulée Quand Musulmans et Chrétiens collaborent. Voir aussi no 1038 (29 juin-5 juillet 1967) p. 9 ; no 1175 (12-18 février 1970) p. 13 ; no 1447 (23-29 mars 1977) p. 18.

12 No 520 (23 juillet 1957) p. 4 Pourquoi je ne suis pas "Témoin de Jéhovah" ; no 517 (2 juillet 1957) p. 7.

13 No 1645 p. 20-21. On retrouve cette défense dans les no 1441 (9-15 février 1977) p. 13 sqq. (médecine traditionnelle et médecine moderne/vers une coopération sans masque) ; no 1865 (3-9 avril 1985) p. 24-25.

14 No 1094 (25-31 juillet 1968).p. 13. Voir aussi no 1147 (31 juillet - 6 août 1969) p. 13 Un bel exemple d'œcuménisme en Ouganda ; no 1189 (21-27 mai 1970) p. 12 Une rencontre œcuménique historique Paul VI et Vasken 1er ; no 1439 (26 janvier - 1er février 1977) p. 18-19 Pour un dialogue entre chrétiens séparés ; no 1645, p. 17, compte-rendu d'une conférence du président de l'Eglise méthodiste du Bénin sur la communication facteur de développement ; no 1884 (14-20 août 1985) p. 19-21, Vatican II leurre ou jalons pour l'œcuménisme ? par le pasteur Ph. b. Kabongo-Mbaga, président de la commission œcuménique église évangélique luthérienne de France ; no 1896 (6-12 novembre 1985) p. 20 : célébration protestante au Sénégal à la mémoire des victimes de l'apartheid ; cf. aussi no 1689 (18-24 novembre 1981) p. 20, interview du pasteur Harry Y. Henry.

15 No 481 (23 octobre 1956) p. 4. Mêmes idées dans no 901 (13-19 novembre 1964) p. 12 La liberté religieuse ! De quoi s'agit-il ?

16 No 1766 (11-17 mai 1983) p. 21-23. Voir aussi no 1787 (5-11 octobre 1983) p. 14-17.

17 Ici, no 1474 (28 septembre - 4 octobre 1977) p. 18-19 Pour comprendre nos frères musulmans ; cf. no 205 (7 juillet 1951) p. 1 Entre chrétiens et musulmans ; no 1482 (23-29 novembre 1977) p. 18-19 Pour une meilleure compréhension.

18 No 1737 (3-9 novembre 1982) p. 4. Dans le no 1670 (8-14 juillet 1981) p. 18-19 J.-R. de Benoist démontre que dans les relations entre chrétiens et musulmans, l'africanité, [est une] base du dialogue.

19 No 1872 (22-28 mai 1985) p. 5 ; no 1876 (19-25 juin 1985) p. 14 ; no 1877 (26-2 juillet 1985) p. 18-19.

20 No 1922 (21 mai 1986) p. de couverture Sport et Ramadan + 14-15 rubrique Sports.

21 No 359 (23 juin 1954) p. 1 Hommage d'un musulman à la famille chrétienne. On peut aussi citer no 693 (16 novembre 1960) p. 8 Un appel de M. Léopold Sedar SENGHOR, Pour une coopération entre l'Islam et le christianisme ; no 753 (10 janvier 1962) p. 14 S. Exc. Mgr PLUMEY, Evêque de Garoua (Cameroun) : chrétiens et Musulmans ; no 1768 (25-31 mai 1983) p. 20-21 ; no 1786 (28 septembre - 4 octobre 1983) p. 20-20-21 ; no 1834, p. 14-17 et 1835 p. 1416 dossier de J.-R. de Benoist paru dans Etudes.

22 No 219 (13 octobre 1951) p. 1 Esclavage 1951 qui englobe aussi la prostitution comme la situation dans les pays communistes ; no 321 (30 septembre 1953) p. 1-6 L'esclavage subsistera-t-il au Maroc ? (uniquement sur les maisons closes) ; no 365 (4 août 1954) p. 1-4 sqq. Très longs articles La route des esclaves noirs commence à VILLA CISNEROS et aboutit à LA MECQUE ; no 371 (15 septembre 1954) p. 1 - 8 Depuis plusieurs siècles les Arabes esclavagistes nous ont fait déjà trop de mal. Voir aussi la partie sur la critique des Arabes.

23 Cf. no 339 (3 février 1954) p. 1 Les femmes musulmanes contre la polygamie ; no 478 (2 octobre 1956) p. 5. Voir aussi no 272 (18 octobre 1952) p. 1-6 Au Dahomey les jeunes prennent position : action en faveur de la monogamie.

24 No 44 (6-13 juin 1948) p. 1-3 La polygamie et l'évolution de l'Afrique ; no 68 (21-27 novembre 1948) p. 1-3 La polygamie vue par une Africaine ; no 265 (30 août 1952) p. 1 Mariage-éclair ; no 362 (14 juillet 1954) p. 1 Commerce des fillettes au Cameroun ; no 672 (22 juin 1960) p. 1-2 Le mariage forcé continue de sévir ; no 709 (8 mars 1961) p. 9 Encore la polygamie "C'est une source de malheurs pour nos jeunes" nous écrit AMADOU.

25 No 472 (21 août 1956) p. 1. Cf. aussi no 248 (3 mai 1952) p. 1-4 Dans l'Angola et le Congo Belge la polygamie est interdite ; no 371 (15 septembre 1954) p. 1-8 En Syrie musulmane la loi freine la polygamie ; no 1096 (8-14 août 1968).p. 10 Propos sur la polygamie ; no 1188 (14-20 mai 1970) p. 13 En Tanzanie une législation courageuse et révolutionnaire sur le mariage.

26 No 1224 (21-27 janvier 1971) p. 13 Congo-Kinshasa Rencontre œcuménique sur "les mariages mixtes".
Voir aussi no 1188 (14-20 mai 1970) p. 12 Une nouvelle législation pour les mariages mixtes.

27 No 380 (17 novembre 1954) p. 1 et 8 J'ai épousé une Européenne ; no 435 (6 décembre 1955) p. 7 Les mariages inter-raciaux en Angola ; pas d'évolution dans le temps : on retrouve les mêmes idées dans le no 1916 (9 avril 1986) p. 23 Le noir et la blanche.

28 No 3401 (17 février 1954) p. 1 Un africain se demande : Noirs et Blancs peuvent-ils s'entendre ? Voir également no 114 (9-15 octobre 1949) p. 1 Point de vue chrétien. Discriminations raciales.

29 Cf. no 95 (29 mai - 4 juin 1949) et suivant p. 1 ; no 101 (10-16 juillet 1949) p. 1 Pourquoi faut-il entendre dire "ils sont 'cinglés' os évolués africains ?" ; no 141 (16-22 avril 1950) p. 1 Il était une fois... un Prince noir et une Dame Blanche ; no 394 (22 février 1955) p. 1-8 Artisans de la désunion française proteste contre des actes de racisme (restaurant, tutoiement de l'hôtesse de l'air : "je la trouvais assez malheureuse et peu courtoise, bien qu'héritière de 2 000 ans de civilisation" ! ; no 396 (8 mars 1955) p. 1 cite en revanche des fonctionnaires noirs qui n'ont aucune éducation Manières de commis ; no 434 (29 novembre 1955) p. 1 Madame n'est pas contente proteste contre le fait qu'une mère a retiré son enfant le deuxième jour de la rentrée parce que la majorité des élèves et surtout le professeur sont des Africains ; no 458 (15 mai 1956) p. 7 où en est la collaboration des races dans la Fédération Centrale Africaine ? Très long article sur les Rhodésies et le Nyassaland ; no 460 (29 mai 1956) p. 1 M. Houphouët-Boigny appelle à l'union dans la fraternité ; no 502 (19 mars 1957) p. 1 éditorial ; no 1708 (31 mars - 6 avril 1982) p. 18-19 ; no 1926 (18 juin 1986) p. 12.

30 No 337 (20 janvier 1954) p. 6. Cf. aussi no 442 (24 janvier 1956) p. 1-8 Tierno-Biahim N'Dao dénonce ceux qui singent les blancs et revendique la fierté d'être noir.

31 No 581 (26 septembre 1958) p. 1 photo d'enfants blancs et noirs à l’école. Voir ce même type de photo (sur la plage) pour illustrer dans le no 513 (4 juin 1957) p. 1 l'éditorial où le R de Benoist conteste la vision simpliste qui voudrait que l'Occident soit matérialiste et l'Afrique spiritualiste. Conclusion : "Mais culture noire et culture occidentale doivent s'enrichir mutuellement pour le plus grand bien de l'humanité entière" ; ou au moment de l'indépendance du Ghana : no 502 (19 mars 1957 p. 7), photo de petites ghanénennes et d'une petite anglaise "on a l’air de faire bon ménage au sein du Commonwealth" ; no 842 (27 septembre - 3 octobre 1963) p. 7 ; no 1264 (28 octobre-3 novembre 1971) p. 1 La lutte contre le racisme : si tous les enfants du monde pouvaient se donner la main quel monde merveilleux feraient-ils ! (photo).

32 No 1751 (26 janvier - 1er février 1983) p. 8 Nigéria/immigrés, dehors ! no 1752 (2-8 février 1983) p. 5 l'éditorial revient sur le scandale de ces expulsions tandis que le no 1753 (9-15 février 1983) p. 10 suit les conséquences dramatiques du retour des expulsés dans leur pays.

33 No 1868 (24-30 avril 1985) p. 9. Suivi de deux pages sur les expulsions du Nigeria L'Afrique errante. no 1873 (29 mai - 4 juin 1985) p. 4 lettre d'un lecteur malien qui va dans le même sens.

34 No 862 (14-20 février 1964) p. 3 Les horreurs du Rwanda. Un peu plus loin, on revient sur les événements en titrant La tragique extermination d'une race et en reproduisant un récit de Témoignage Chrétien.

35 No 587 (7 novembre 1958) p. 2 et dans le no précédent ; no 855 (27 décembre 1963-2 janvier 1964).

36 No 1857 (6-12 février 1985) p. 6-7 critique féroce des expulsions : "le discours scandaleux du président Bongo constitue une lézarde de plus dans l'édifice de la solidarité africaine déjà bien fragile... vient à nouveau donner raison à tous ceux qui ne voient dans la solidarité africaine qu'une litanie creuse pour des institutions internationales souvent moribondes. Il vient aussi témoigner d'une certaine idée de la "démocratie" au Gabon. Sous prétexte de lutter contre les étrangers" ; no 1872 (22-28 mai 1985) p. 10 ; no 1917 (16 avril 1986) p. 9 Gabon xénophobie rampante ?

37 No 981 (26 mai - 1er juin 1966) gros dossier qui, déjà, lance un cri d'alarme ; no 1002 (20-26 octobre 1966) p. 10 Réfugiés : problème à l'échelon mondial ; no 1054 (19-25 octobre 1967) p. 1 et 3 Le problème des réfugiés en Afrique est souvent lié à la domination étrangère ; no 1075 (14-20 mars 1968) p. 8 800 000 réfugiés en Afrique ; no 1168 (25-31 décembre 1969) p. 1 et 7 Bien qu’imitant des exemples du passé récent africain, les Ghanéens n'ont-ils pas honte de la manière dont ils expulsent d'autres africains ? ; no 1470 (31 août - 6 septembre 1977) p. 12-13 S.O.S. pour les réfugiés d'Afrique Australe ; éditorial du no 1472 ; no 1474 (28 septembre - 4 octobre 1977) p. 8 Zaïre-Angola : des milliers de réfugiés et p. 9 bilan général ; no 1876 (19-25 juin 1985) p. 5 éditorial Journée du réfugié.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540