Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Deuxième partie : Le catholicisme d'Afrique nouvelle

2. Défense de la famille, de la femme

Texte intégral

1Les positions très classiques en matière de morale font qu'Afrique Nouvelle a toujours prôné les valeurs familiales. Ce qui est plus remarquable, c'est qu'au centre du dispositif destiné à préserver ces valeurs, la revue place la femme, non pas soumise, mais active dans tous les secteurs de la vie économique, tout en restant le pivot de la cellule familiale.

Défense de la famille

2Bien sûr, les familles nombreuses sont à l'honneur, surtout dans les débuts de la publication : "Les belles familles" (17-23 juillet 1949) ; "Une femme, dix-sept enfants" (21 janvier 1953) ; "une 'vraie' famille nombreuse" (13 mai 1953) ; "une parmi d'autres" (27 mai 1953) ; "Côte d'ivoire. Un catholique fête la naissance de son 12e enfant" (28 mai 1954). Là, un long article souligne les mérites du père, grand auxiliaire des missionnaires et de "l'heureuse maman, âgée d'une quarantaine d'années (...) pleine de santé. Voilà suffisamment prouvé qu'il n'est point besoin de s'entourer d'une cargaison de femmes pour être père de beaucoup d'enfants". Le 24 mai 1961, la photo d'une autre famille de 12 enfants avec les 6 membres religieux uniquement (dont une fille à l'Imprimerie de St Paul à Dakar) en compagnie de la mère porte comme légende "Une belle famille catholique au Viet-Nam Sud". C'est encore une cellule de 12 enfants qui illustre une chronique sur "la voix des familles au Concile" le 2 décembre 1965. Le père et la mère, secrétaires généraux d'un mouvement familial ont été nommés auditeurs laïcs au Concile.

  • 1 No 356 (2 juin 1954) p. 1 Les enfants ont droit à la stabilité familiale. Même condamnation, mais (...)
  • 2 No 1721 (30 juin - 6 juillet 1982) p. 20-21. Cf. aussi no 1910 (26 février 1986) p. 16-17 Vivre av (...)

3Bien sûr divorce et avortement "doivent être considérés comme un crime contre la personne humaine. Les gouvernements accepteront-ils de prendre un jour en considération de telles observations fondées sur le simple droit naturel et qui ne sont que la conséquence logique des principes exprimés dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme elle-même ?1, allusion à des rapports de l'ONU et de l'OMS qui sont ici réfutés. Par opposition, les valeurs d'un foyer sont chantées, parfois de façon très naïve : "J'allais à la dérive" est le récit édifiant d'un célibataire endurci qui a fondé une famille chrétienne et célèbre les joies familiales. "Après douze ans de vie commune l'attente récompensée" est l'histoire d'un couple (lui est catéchiste) qui tient bon face aux conseils de divorce et finit par avoir un fils2. Le remariage de Jaqueline Kennedy est l'occasion de préciser en détail, sur deux numéros (1111 et 1112) les positions respectives des Églises orthodoxe et catholique sur le divorce, et l'intransigeance de cette dernière. Certes, l'auteur prend beaucoup de précautions oratoires pour préciser qu'il ne s'agit pas de condamner Madame Onassis, que l'archevêque de Boston la soutient et justifie son union mais il est bien mentionné qu'elle est désormais "en situation matrimoniale irrégulière". En d'autres temps (30 août 1952), les commentaires sur le remariage après divorce du ministre britannique Eden avaient permis de se faire l'écho des condamnations de l'Église anglicane.

4À partir de 1953 apparaît de façon épisodique une page entière intitulée La page de la famille, Mariage et famille, Vivre en famille ou Foyer. La première résume toutes les préoccupations du moment : - Femme, il ne t'est pas défendu d'enfanter sans douleur (méthode d'accouchement) - Faites un mariage judicieux - Comprendre nos filles - La toilette de bébé. Les rubriques sont construites pour mener à cette conclusion d'un article intitulé de façon imagée "Des hommes ou des fruits secs ?" : "il faut en Afrique prêcher un renouveau de l'éducation. Le devenir de notre civilisation est à ce prix" (7 novembre 1958). L'encadrement familial permet d'éviter les grandes dérives, au premier rang desquelles la prostitution (4 juillet 1948 et 13 février 1959).

5Si tous les textes vont, à des nuances près, dans ce sens, nous avons trouvé le 3 novembre 1966 un article qui détone : je suis célibataire signé par la chroniqueuse habituelle de l'époque, Jocelyne. En effet, après avoir fourni tous les arguments contradictoires, la conclusion surprend dans le contexte : "la condition féminine s'élèvera d'un étage le jour où les femmes comprendront qu'un mari et des enfants ne sont pas indispensables à la participation à l'édification de l'humain" !

Défense de l'enseignement catholique

  • 3 No 373 (29 septembre 1954) p. 8 Pitié pour les écoliers ! par Alain des Mazery, ancien instituteur
  • 4 No 1769 (1-7 juin 1983) 4. On pourrait multiplier les citations qui vont dans ce sens cf. no 49 (1 (...)

6La primauté de la famille sur l'école est sans cesse martelée : il faut s'occuper de ses enfants, ne pas se décharger sur l'école. "Pas d'éducation sans famille éducatrice. (...) En liaison avec l'instituteur, les parents peuvent tout. Ils auront devant Dieu la responsabilité de leurs enfants"3 ; "C'est en s'occupant des enfants à la maison comme à l'école, en les poussant à entrer dans les mouvements de jeunesse capables de former leur personnalité et de les ouvrir au dévouement et au désintéressement, que les éducateurs préparent à l'Afrique de demain un avenir meilleur" (30 octobre 1956) ; "dans l'éducation de l'enfant, la part la plus importante n'est pas celle de l'école, mais celle de la famille. L'école peut être excellente, mais l'enfant n'en profitera pas si son éducation n'a pas été commencée, puis continuée, en famille" (10 janvier 1958) ; "Votre enfant fréquente l'école vous devez continuer à l'éduquer" (14 mars 1958), "L'école tend à remplacer la famille dans cette période de crise et de démission au lieu d'en être le complément" (14-20 octobre 1981) ; "La vie familiale est le prolongement de l'école et réciproquement"4. Les parents doivent être vigilants en toute circonstance comme le prouve l'article de L. Houédanou tenues scolaires. L'art de séduire les profs qui s'insurge contre le non respect de l'uniforme dans les écoles et sur la complicité des parents. "Pour les besoins de la cause, certaines élèves n'hésitent pas à devenir des piliers de certaines boîtes de nuit et autres tripots. Ou alors elles se convertissent en courtisanes de messieurs en quête de juvéniles sensations extra-conjugales. Tout cela, les parents le soupçonnent s'ils ne le savent ! Bien plus, ils voient des voitures de luxe défiler pour embarquer leur enfant, mais n'ébauchent aucune demande d'explication. La plupart se taisent par faiblesse, par négation de leur rôle, contribuant ainsi à l'entrée de leur progéniture dans le rang des déstabilisatrices de foyers, des élèves pour qui l'école débouche, encore plus sûrement, sur une impasse" (12-18 janvier 1983).

7Mais le meilleur vecteur des valeurs familiales chrétiennes semble être quand même l'enseignement catholique. "Les parents, tout comme l'Ecole, passeront à côté de leur mission s'ils ne devaient pas s'appliquer aussi à assurer aux enfants une éducation morale et religieuse digne de ce nom. En ces temps de laïcité forcenée où un vent de matérialisme athée bouscule toutes nos valeurs, même les mieux ancrées, ce sont des idées pas toujours faciles à faire admettre. N'empêche ! Il y a là une bataille à mener et à gagner... Une solide éducation morale et chrétienne peut aider l'enfant à se familiariser, de bonne heure, avec ses valeurs de vie..." (4-10 avril 1984).

8Dès que ces valeurs sont attaquées, la rédaction monte au créneau. Nouvelle campagne de mensonges contre l'enseignement privé en A.O.F. titre le no 229 (22 décembre 1951), prélude à une argumentation serrée, tandis que les numéros suivants reviennent à la charge, "A propos de l'affiche mensongère : les subventions à l'enseignement privé sont bel et bien constitutionnelles et démocratiques". "Que se passe-t-il au Lycée Faidherbe ?" (13 juin 1958). Le proviseur-poète a invité les élèves à une "conférence littéraire" pour leur faire goûter ses œuvres... engagées. "Nous protestons, car nous n'admettons pas qu'on salisse l'âme et l'esprit de nos enfants, même et surtout lorsqu'on se pare du beau titre d'éducateur. Nous protestons parce que la laïcité authentique exige qu'on ne touche pas à la religion pour le blasphème comme pour la louange. Qu'en pense notre Gouvernement ?" Pour être juste, peu d'articles sont aussi virulents. Certains sont même consensuels comme celui du 5 juillet 1952 qui reproduit le discours de l'Inspecteur d'Académie de Nancy aux instituteurs avec, en exergue : "la vraie laïcité est à l'opposé de tout sectarisme ". Le chapeau précise : "nous avons maintes fois dit dans ce journal ce que représentait pour nous l'école libre. Nous avons dit aussi combien l'école laïque nous semblait, non pas utile, mais INDISPENSABLE (en capitales). Nous avons pensé qu'il serait de quelque intérêt de porter à la connaissance de nos lecteurs un texte qui nous paraît définir en excellents termes la vraie laïcité". Ou celui du 24 juin 1953 "l'école libre mérite d'être aidée. Rapport présenté au Grand Conseil de l'A.O.F. par M. Sali Cledor, Grand Conseiller de Mauritanie, Instituteur de l'Enseignement Public".

  • 5 No 1735 (6-12 octobre 1982) p. 5 éditorial. Voir aussi no 50 (17-24 juillet 1948) p. 1 Un vieux dé (...)
  • 6 No 601 (13 février 1959) p. 1-8 Le grand scandale des grèves scolaires. Cf. aussi no 1702 (17-23 f (...)
  • 7 No 601 (13 février 1959) p. 4.
  • 8 No 1793 (16-22 novembre 1983) p. 5. Editorial complété dans le même numéro par une mise au point s (...)

9Pourtant, Afrique Nouvelle ne manque jamais une occasion pour insister sur les limites de l'enseignement "laïc" : "Et pourtant, quelles que soient leurs convictions religieuses ou philosophiques, les écoles privées offrent une alternative bien utile pour pallier les carences du service public. Les dirigeants politiques doivent en être conscients" (et donc aider pour éviter les tensions)5. D'autant que les grèves donnent des arguments. Alain Des Mazery ainsi tonne contre celle d'enfants de douze ans au Niger et au Sénégal : "Il semble dès l'abord qu'il doive y avoir une éducation civique plus poussée du lycéen, qui doit comprendre, d'une part qu'en tant qu'élève, il est tenu d’obéir à ses maîtres, d'autre part, qu'il est un privilégié, et que ce privilège de l'enseignement, il le doit au sacrifice que d'autres font pour lui, et d'autres qui mènent bien souvent une vie plus dure que la sienne". Et il proteste contre l'action d'hommes politiques au sein d'établissement scolaires6. Ces épisodes belliqueux alternent avec des positions plus consensuelles : "Jeunesse écolière, avenir de l'Afrique. (...) Nos enfants ne doivent pas faire l'objet d’une rivalité entre Enseignement public et privé, mais bénéficier de leur émulation"7 ; ou "L'enseignement privé catholique (...) ne menace guère l'enseignement public. (...) Il paraît constituer pour beaucoup de familles une possibilité de rechange. Mais dans l'ensemble, il poursuit sa route sans manifester un souci suffisant d'insertion dans le monde trop mouvant d'aujourd'hui, qui semble l'effrayer. Ce que veut l'école privée catholique, c'est concevoir l'enseignement comme la transmission d'une somme de connaissances positives, c'est-à-dire faire place à une véritable formation de l'homme. (...) Certains arguments avancés pour ternir son image de marque masquent aussi d'autres enjeux. Derrière les plaidoyers pour la liberté de conscience de l'enseignement et de l'élève, on trouve aussi un combat contre l'emprise de la religion sur la vie sociale et politique. (...) Nul doute que l'école catholique apparaît souvent comme plus proche des élèves et des familles. Elle n'est pas une institution sans obligations ni sanctions. Et c'est là que réside son sérieux"8. Dans le même ordre d'idées, la rédaction soutient les Equipes enseignantes, mouvement qui réunit le personnel du public mais chrétien aussi, comme dans le no 940.

10La loi Barangé est enfin votée se réjouit le no 217 (29 septembre 1951) et les prises de position du Cardinal Gerlier en faveur de l'enseignement catholique sont explicitées à la fin de l'année (24 novembre 1951). Plus tard (11 août 1954), la protestation des intellectuels congolais en faveur de Lovanium attaquée par les socialistes libéraux arrivés au pouvoir en Belgique ainsi que celle du conseil supérieur de l'Urundi qui prend catégoriquement position contre le gouvernement belge dans la question scolaire (22 mai 1956) sont reproduites. On peut aussi citer le cri du 21 février 1958 contre la nationalisation des écoles catholiques au Soudan "décrets (...) injustes et inutiles (qui) marquent une régression dans le système éducatif de cette jeune nation d'Afrique", celui de M. MBIDA (qui) dénonce l'injustice criante et révoltante faite à l'enseignement privé et, du même coup, à toutes les populations africaines" (27 octobre 1954).

  • 9 No 1876 (19-25 juin 1985) p. 15. Cf. aussi no 1930 (16 juillet 1986) p. 20-21.
  • 10 No 1370 (ler-7 octobre 1975) p. 16 L'école privée catholique s'interroge. On retrouve exactement l (...)

11Des échos de réunions de syndicats de l'enseignement catholique sont donnés régulièrement. Aucune occasion n'est manquée pour réitérer le soutien apporté : une cérémonie de distribution de prix aux lauréats d'un concours littéraire organisé par l'enseignement catholique au Sénégal permet de transcrire l'éloge de Mgr Thiandoum envers les jeunes et les professeurs qui conclut par "1985 aura été pour les écoles d'enseignement privé catholique l'occasion de rivaliser d'ardeur, d'adresse et de créativité et aussi de raffermir leur foi chrétienne..."9. En résumé, "les écoles privées peuvent heureusement témoigner qu'elles assurent elles aussi un service public"'10.

12Par-delà cette prise de position partisane, c'est plus globalement la jeunesse qui est soutenue.

Défense des jeunes

13Ils sont, bien évidemment, l'espoir du continent : "Les enfants d’aujourd'hui sont le monde de demain" titre le no 52 (1er-7 août 1948) tandis que le 301 (13 mai 1953) prédit "l'avenir de l'Afrique est entre les mains des jeunes". De la naissance à la fin de leurs études, ils doivent être au centre des préoccupations, de la famille mais aussi de l'État.

14De très nombreux écrits insistent sur le fait que, si l'on a des enfants, il faut leur faire une place. Ainsi, le 19 septembre 1948 il est noté que” la quasi-indifférence que les parents témoignent quant à l'éducation de ces petits qui sont le monde de demain, ne laisse pas d'être un spectacle effrayant et riche de conséquences fâcheuses ". Occasion de dénoncer les abus concernant le travail des enfants en Afrique noire.

15Déjà, le 23 août 1952, Prosper Niansoit réclame "une politique sociale de l'enfance en Afrique noire". Il part de questions qui lui semblent fondamentales : "la société de nos jours a-t-elle pleinement conscience de la valeur de l'enfant et de la place qui lui revient dans la cité ? N'agit-elle pas un peu à la manière de ces mères de famille que l'on voit déambuler dans nos rues de leur pas normal de grandes personnes, péniblement suivies par leurs petits, "tricotant" de leur mieux pour ne pas lâcher le peloton... " Et de réclamer une vraie politique de la famille. Le no 936 titre en rouge sur deux pages "La collectivité doit être responsable de l'avenir de l'enfant. L'enfant, grand espoir et grand problème". Les trois photos portent des légendes révélatrices : "L'enfant a des droits que la société doit lui reconnaître dès sa naissance" ; "L'avenir du monde repose sur les épaules de l'enfant" ; "L'enfant, facteur de paix et d'unité". Peu après (12 août 1965) l'éditorial est consacré à des initiatives de jeunes "qui méritent admiration et encouragement" comme celle de chantiers d'été en brousse ou de voyages à travers le continent "meilleur moyen de préparer l'avenir (...) où les préjugés tomberont, où les mouvements de jeunes serviront à bâtir quelque chose et non pas seulement à faire de la politique".

16Même si la rédaction n'est pas favorable au désordre, elle cherche à comprendre, voire elle trouve justifiée la fronde des étudiants. Ainsi, dans le no 910 (14-20 janvier 1965), on peut lire "Les étudiants sont le dernier bastion d'une certaine opposition, un peu partout en Afrique ; tout d'abord parce qu'ils ont conscience qu'un jour ou l'autre, inéluctablement, ils seront au pouvoir, et ensuite parce que leurs études mêmes les éveillent et leur font perdre patience devant les hésitations et les erreurs des gouvernements. (...) Il est bon, dans nos États, que le dialogue s'installe entre le pouvoir et les étudiants. C'est-à-dire que les gouvernements acceptent une certaine jeunesse impatiente, car avec l'âge, ces jeunes comprendront les difficultés de la vie réelle". La grande révolte de l'université de Dakar est suivie pas à pas pendant tout l'été 1968 et le 14 novembre commence une grande enquête Que veulent les étudiants africains ? La conclusion, après avoir exposé les aspirations et les difficultés, est nette : "nous ne saurions tolérer les généralisations hâtives, ni les propos malveillants, qui, partant d'une infime minorité d'étudiants inconscients, tentent de jeter le discrédit sur l'ensemble des étudiants et de les couper de la masse paysanne". Nouveau dossier à partir du 20 février 1969, sur la base d'un rapport de l'UNESCO "Peut-on parler d'une crise de la jeunesse africaine ?" Les carences du milieu rural sont répertoriées d'abord pour aboutir à "une impasse tragique lorsque ces jeunes ruraux abandonnent la campagne pour la ville", idée chère à la rédaction. Le tableau de la "jeunesse urbaine" est, bien sûr, assez alarmiste. Le troisième volet s'attarde sur "Les étudiants de l'Afrique d'aujourd'hui" pour voir les changements dans le rôle qui leur est donné. La persistance des problèmes à l'Université de Dakar justifie une nouvelle publication d'informations UNESCO sur le thème "les revendications étudiantes : pourquoi ? comment ?" toujours pour mieux comprendre la position des jeunes. L'éditorial du no 1156 ("Rentrée scolaire difficile") défend la cause des jeunes : "la solution de toute cette effervescence juvénile réside à la fois dans un intéressement constant à l'éducation des enfants et dans une dépolitisation totale de cette crise". Le 9 mars 1977, après des grèves à répétition, un bilan général et par pays est tenté "étudiants : pourquoi bougent-ils ?"

17En filigrane, toujours, reste présente l'idée que les jeunes devraient préférer rester à la campagne. Mais s'ils font le choix de la ville et rêvent d'être fonctionnaire, ce n'est pas leur faute, mais celle de leurs éducateurs : parents, instituteurs, ministres de l'Education qui n'adaptent pas les programmes à la réalité africaine comme le rappelle l'éditorial du 3 juillet 1969. L'avant dernier numéro de l'année redit "la jeunesse d'Afrique est certainement prête à mettre son enthousiasme au service de la bonne cause, mais encore faut-il que celle-ci lui soit bien fixée".

Défense de la femme

18Afrique Nouvelle consacre au sujet d'innombrables articles et même une rubrique régulière à partir de 1960, jusqu'en 1969 (auparavant, des pages spéciales existaient, mais n'avaient pas de périodicité régulière), date à laquelle elle est remplacée par une chronique purement médicale, pour réapparaître le 4 juin 1970 : "Voici donc une page féminine ! Afrique Nouvelle a si souvent parlé des femmes et de leurs problèmes, depuis sa création, qu'il serait vain d'espérer enrichir ce sujet d'éléments très neufs. Là n'est pas notre intention ! (...) Alors il reste à nous interroger : "Qu'avons-nous fait, des dernières années, pour que cette situation change ?" "Qu'avons-nous fait pour que la femme tienne son rôle, non seulement au foyer, mais en participant aux activités sociales, culturelles, politiques du pays ?" (16 novembre 1960). L'avis des lectrices est sollicité : "Mesdames, à vous la parole ! (...) Les expériences des unes doivent profiter aux autres" dit, entre autres, le no 703 du 25 janvier 1961. Dans le no 903, celle qui signe la rubrique féminine lance une protestation : "Céline se plaint de ses lecteurs... à ses lecteurs". En fait, c'est la passivité des lectrices qui est regrettée ! Le "rêve" de dialogue, d'échanges semble utopique mais tout espoir n'est pas perdu : le journal lance une enquête pour connaître l'impact de cette page féminine. Le no 963 (20 janvier 1966) publie les récriminations, très polies !, d'une mère de famille face à la complexité du vocabulaire employé, en particulier pour les articles médicaux : "nous préférerions un langage simple, permettant à toute maman de s'y retrouver quand son bébé est fatigué et d'agir en conséquence, avec les conseils proposés, simples aussi. Si nous ne faisons pas partie du corps médical, nous sommes incapables de comprendre le sens des mots sans se référer constamment au dictionnaire. Combien de mamans ont-elles chez elles un dictionnaire ? Savent s'en servir ? Alors qu’il serait si facile de parler comme tout le monde... ".

  • 11 Cf. no 1723 (14-20 juillet 1982) p. 26 "Au moindre soupçon de cancer, il faut aller en consultatio (...)
  • 12 Cf. no 1274 (6-13 janvier 1972) p. 10 Un phénomène ivoirien : Madame Fatime Sylla ; no 1729 (25-31 (...)
  • 13 Cf. no 856 (3-9 janvier 1964) p. 20 Une presse féminine africaine ? Oui ! mais... ; no 869 (3-9 av (...)

19Plus tard, d'autres "magazines spéciaux" sont réalisés. En 1975, année internationale de la femme, une chronique est présente dans tous les numéros pour traiter d'un problème spécifique. Le no 1721 en 1982 inaugure une série sur les maladies gynécologiques11. Et la rédaction ne manque jamais de donner la parole aux femmes qui parlent des femmes12 et de prôner des moyens de communication modernes pour les toucher13.

  • 14 No 481 (23 octobre 1956) p. 4. Voir aussi no 666 (11 mai 1960) p. 5 Le Saint-Père parle du travail (...)

20Les thèmes abordés sont variés. Reprenant Pie XII, la rédaction insiste sur l'égalité dans la différence et sur la valeur transcendante de la maternité, bien qu'elle ne constitue pas le fondement absolu de sa dignité14.

Mère

21C'est, d'abord, la mère qui est célébrée avec lyrisme, surtout lors de la fête annuelle qu'un éditorial ne manque pas de saluer comme ici, le 22 mai 1956 : "Fête des mères ! Fête de l'amour ! Fête de la paix" avec en exergue un proverbe espagnol "qui berce l'enfant conduit le monde". Il est très révélateur que, dans la page entière consacrée le 10 juin 1953 au couronnement d'Elizabeth II, un bon quart concerne un extrait du Familial Digest sur la place qu'elle donne à ses enfants, les 90 minutes quotidiennes de tête à tête provoquant chez l'auteur une admiration sans bornes !

22Des réflexions très convenues parsèment çà et là le journal : "Il ne suffit pas de bien habiller sa femme, il faut que le mari en fasse surtout une femme d'intérieur qui, égale de l'homme, aimera rester chez elle et s'occuper des enfants et non courir aux distractions comme une petite fille" (4 juillet 1958) ; "de ce frêle poupon, vous ferez un homme. Quand ce sera chose faite, vous pourrez dire : sans ma pierre, l'édifice n'aurait pas été si splendide" (4 juillet 1958). On peut même trouver des propos plus conservateurs, surtout dans le courrier des lecteurs, preuve que la rédaction est peut-être en avance sur sa "base" : "La femme évoluée oublie son rôle" ; "Non ! les pantalons ne sont pas pour toi" (11 septembre 1956).

Épouse

  • 15 No 224 (17 novembre 1951) p. 1 et 4 Où l'on reconnaît (enfin) LA VALEUR de l'Africaine Evoluée (en (...)

23Si la femme est d'abord mère, il est évident que c'est dans l'institution du mariage : la femme... épouse et mère titre le no 933 qui donne les premiers résultats d'une longue enquête sur le mariage ; la fin de l'introduction précise bien que la femme "est avant tout "épouse" et "mère". Mais ce n'est pas une épouse soumise dont rêve la rédaction, au contraire. D'abord, il faut qu'elle puisse ne pas se faire imposer un conjoint. Après avoir suivi les péripéties préalables, le no 218 (8 octobre 1951) titre "Grâce au décret Jacquinot LA FEMME AFRICAINE a (presque) fini d'être une 'chèvre'". Le 8 mars 1952, est lancée une consultation sur ce texte qui permet à une majeure ou à une veuve de choisir son mari. Les "nombreuses réponses" nourrissent, le 24 mai 1952, un plaidoyer dont la réponse ne fait aucun doute : "Accordera-t-on, oui ou non, la pleine dignité humaine à la femme africaine ? " Dès le numéro 1, un article signé de J. Ouedraogo prône l'égalité entre un "évolué" et sa femme. Le terme a un féminin et on en fait un idéal15. Pourquoi, par exemple, les femmes ne fréquenteraient-elles pas les centres culturels ? "Il est vraiment malheureux qu'on rencontre parmi les élites, une conception aussi piteuse et lamentable de la démocratie, une conception aussi erronée et rétrograde du vrai progrès social" (31 mars 1954).

Évoluée

  • 16 No 110 (11-17 septembre 1949) p. 1 Une Africaine parle de la femme ; no 174 (2 décembre 1950) p. 1(...)
  • 17 No 482 (30 octobre 1956) p. 1-8 ; no 685 (21 septembre 1960) p. 6 ; no 1009 (8-14 décembre 1966) p (...)
  • 18 No 372 (22 septembre 1954) p. 5 On parle (enfin) de la promotion de la femme à la conférence des d (...)
  • 19 No 687 (5 octobre 1960) p. 1-2 Un problème grave. La jeune fille au bureau ; no 709 (8 mars 1961) (...)
  • 20 No 1676 (19-25 août 1981) p. 13. Voir aussi no 291 (4 mars 1953) p. 3 nécrologie de Jane Vialle, s (...)

24Ce progrès passe par la scolarisation16, même en milieu musulman17, par le travail salarié18 : "La femme africaine doit, sans renoncer à ses vertus traditionnelles savoir s'adapter aux nécessités de la vie moderne pour remplir efficacement son rôle dans le foyer, dans la profession, dans la cité" (13 juin 1958). Certes, il reste encore quelques voix pour clamer que "le travail de la femme mariée hors de son foyer ne peut être autre chose qu'un vice social" ! (23 août 1952). Les conditions économiques font qu'il est désormais difficile de se passer du salaire de l'épouse alors que, de toutes façons les femmes ont toujours été au coeur de la vie économique dans bien des secteurs19. Et celles qui réussissent sont célébrées : "Une grande plume nous quitte : Mariama Bâ. (...). Par sa disparition prématurée, l'Afrique impuissante voit diminuer le nombre déjà si étriqué des écrivains féminins dont elle commence seulement à tirer honneur "20.

  • 21 Cf. no 572 (25 juillet 1958) p. 1 ; no 650 (22 janvier 1960) p. 5 ; no 685 (21 septembre 1960) p.  (...)
  • 22 No 721 (31 mai 1961) p. 9 et p. 1 grande photo qui occupe la moitié de la page avec comme légende  (...)
  • 23 No 726 (5 juillet 1961) p. 1, 8 et 9. Voir aussi Le rôle de la femme algérienne dans les numéros 9 (...)

25Le terme de "promotion" revient souvent quand il est question de la femme21. On va même jusqu'à envisager un engagement politique, au plus haut niveau : "Les Africains ne seront pas allés au bout du problème de la décolonisation tant qu'ils n'auront pas réalisé la promotion de la femme"22. Leur rôle méconnu dans cet épisode, comme au Sénégal, permet d'affirmer le 18 mai 1983 : "Partenaire à part égale, la femme africaine moderne veut remplir pleinement son rôle dans la société. Héritière des héroïnes qui ont marqué la lutte anti-coloniale, elle prend une part de plus en plus active dans les décisions des jeunes États indépendants". Même constatation pour la guerre d'Algérie comme le prouvent ces titres : "Une nouvelle Algérienne est née", "En Algérie ; la guerre a formé la femme de demain ; "Quelle que soit la solution politique du drame algérien, les hommes se souviendront fatalement de ce que les femmes ont été capables de faire (...). Tout porte à croire, qu'en conséquence, ils voudront modifier leurs rapports conjugaux et ne plus traiter leurs femmes en inférieures"23. Cependant une étude sur le nouveau code de la famille dans ce pays, malgré son caractère rétrograde, est pourtant très modérée ; tout au plus, elle remarque que "nulle femme ne peut être mariée sans son consentement. On ne pouvait attendre moins"(21 juin - 3 juillet 1984).

  • 24 No 336 (13 janvier 1954) p. 1. Les arguments théologiques servant à justifier l'infériorité de la (...)
  • 25 Déjà le 23 mai 1948, un Togolais dénonçait cette pratique ; no 49 (11-17 juillet 1948) p. 1-3 Poin (...)
  • 26 No 1807 (22-28 février 1984) éditorial de R. Odou. Articles p. 14-16.

26Ce rêve égalitaire est étayé par les textes : "Dieu n'a pas vendu Eve à Adam. Il la lui a donnée"24 lance une campagne incessante contre la dot et c'est une fille qui signe l'article25. Mais il se veut aussi respectueux de certaines traditions. La question de l'excision, par exemple, est traitée de manière très nuancée. "Loin de nous l'idée d'être les porte-parole d'un féminisme tapageur et sans fondement réel. Loin de nous également la volonté de défendre un modernisme venu d'ailleurs et qui s'évertue à rénover pour rénover. C'est plutôt avec des yeux neufs que nous voulons voir l'Afrique et nous pencher sur le cas de ces pratiques traditionnelles qui ne se justifient pas à l'heure actuelle tant il est vrai qu'elles causent des dégâts énormes sur la santé d'une partie non négligeable de nos populations. Les mutilations sexuelles et le gavage dont sont victimes de nombreuses femmes et enfants sont, de l'avis des spécialistes, des coutumes à abandonner" (...) Il ne fait aucun doute que seule une démonstration claire et objective des faits, alliée à un esprit d'ouverture, de dialogue et de charité, nous fera gagner cette victoire sur nous-mêmes. Dans une Afrique réconciliée avec elle-même, et avec ses femmes"26. Mais, en encadré, on donne deux témoignages : l'un, très violemment hostile, d'une jeune femme excisée et l'autre, favorable, d'un musulman qui précise que cette pratique pré-islamique a été gardée par l'Islam alors que ce dernier condamne tout ce qui va contre la dégradation des mœurs et de la santé.

  • 27 On retrouve cette idée que les Européennes ne doivent pas parler à la place des Africaines dans le (...)
  • 28 No 2012, p. 16-17, Femmes d'Afrique : responsables et majeures. Autre condamnation de l'excision : (...)

27On attaque aussi les prises de position européennes, sans tact et sans connaissances de base qui "devraient prendre conscience de cette réalité difficilement négociable, pour concevoir et élaborer dans leurs actions, une stratégie qui puisse en garantir l'efficacité et le succès. Il est donc souhaitable, que pour des raisons psychologiques compréhensibles, la parole dans ce domaine soit laissée aux Africaines pour expliquer et convaincre"27. Cependant, l'engagement final est net : "Quant aux femmes africaines, elles doivent se départir de leur réserve, sortir de leur léthargie politique. Sur tous les problèmes nationaux et internationaux, elles doivent donner leur point de vue, définir leurs priorités, leur spécificité dans le cadre des revendications sociales et nationales. Sur la question des pratiques traditionnelles, telles les mutilations sexuelles par exemple, les femmes africaines ne doivent plus se dérober ou seulement répondre aux ingérences des occidentaux. Elles doivent se prononcer pour l'éradication totale de toutes ces pratiques et mener dans ce sens des actions d'information et d'éducation au niveau de leurs pays, dans leurs organisations sur le plan continental. La conférence régionale de Lusaka (...) devra être l'occasion de stigmatiser ces pratiques et de recommander aux gouvernements de la région des mesures préconisant leur suppression dans le cadre d’une stratégie globale visant à améliorer la situation des femmes (...). La question féminine étant un problème politique, il appartiendra à ces dernières de la poser sous tous ses aspects dans le cadre de la revendication pour un nouvel ordre international28 ; "le mimétisme aveugle qui tend à enlever au mouvement féminin africain toute originalité, toute personnalité, toute identité et toute perspective endogènes. Si nous croyons en l’avenir de la femme, nous croyons d'abord en celui, spécifique, de la femme africaine, dont la contribution est irremplaçable dans l'amélioration de la condition de toutes les femmes..." (12 mars 1980). Il n'en reste pas moins qu'on peut imiter les Françaises quand cela est positif : "Jeunes filles d'Afrique tenons aussi bien le balai que la plume" (9 octobre 1956). Des articles sont toujours là pour dénoncer les excès comme le 22 mai 1956 : "Ce que je critique, c'est cette déviation qui veut que la fille étudie, non pas avant tout pour être éduquée, c'est-à-dire pour pouvoir mieux remplir sa mission féminine, mais pour obtenir un diplôme et se tailler une place dans le monde féminin des fonctionnaires". Et l'auteur dénonce une véritable course au franc C.F.A.

  • 29 No 1833 (22-28 août 1984), p. 14-17. Thème déjà abordé in no 870 (10-16 avril 1964) p. 14 Le trava (...)

28La conciliation entre un métier et la charge d'un foyer revient souvent dans les colonnes de la page féminine. Si l'absentéisme injustifié est montré du doigt, les attitudes intransigeantes des employeurs ou des maris sont également condamnées ! "Il viendra un temps où (grâce à la pilule), la femme sacrifiera délibérément sa fécondité à sa profession" si rien ne change, prédit Jocelyne le 6 octobre 1966, tandis qu'une longue enquête d'Evelyne Sylva sur le travail féminin à Dakar ("femmes entre le travail et le foyer"29) fait le bilan de tous les griefs à l'encontre du mari qui ne partage ni les corvées domestiques ni l'éducation des enfants. Et si elle déplore qu'il "s'agit souvent d'un orgueil mal placé" elle note qu'il ne faut pas non plus que l'épouse privilégie son emploi au détriment du reste. Il est cependant révélateur que l'on trouve des portraits de femmes épanouies qui concilient famille nombreuse, fonctions rémunératrices et militantisme, à l'instar de Madame Diop présentée le 18 novembre 1965.

Féminisme ?

  • 30 No 687 (5 octobre 1960) p. 5 Lu pour vous Andrée Butillard et le féminisme chrétien.
  • 31 No 666 (11 mai 1960) p. 5 Au centre de l'unité catholique. L'Afrique présente au rassemblement mon (...)

29La femme a aussi une vocation particulière dans l'Église30. Au sein de toutes les associations spécialisées31 comme dans la vie religieuse (10 septembre 1980). Et quand c’est Sœur Anne-Marie, la directrice de l'imprimerie Saint Paul, (où est éditée la couverture d'Afrique Nouvelle) qui fête ses 50 ans de vie religieuse, cela vaut une pleine page ! (21-27 avril 1982). Mais, malgré le "féminisme" affiché, il n'est pas question de revenir sur la tradition de l'Église catholique : c'est "non" aux "prêtres-femmes" et aux "évêques-femmes". Le titre d'un article du 9 février 1977, à ce titre, est révélateur mais classique : "l’égalité n’est point identité".

  • 32 No 1880 (17-23 juillet 1985) p. 5. Voir aussi A propos de l'égalité de l'homme et de la femme no 8 (...)

30Féministe donc Afrique Nouvelle ? Si René Odou présente le 1er octobre 1986 sous un jour favorable le féminisme américain, l'ensemble des positions reste nuancé, mais fait preuve d'une ouverture assez remarquable. Un éditorial Même combat32 insiste sur le rôle primordial de la femme, et aussi sur le fait que les femmes ne pourront gagner le combat sans les hommes : "il ne s'agit pas en effet d'une lutte sexiste, mais bien d'une révolution des mentalités et des comportements pour l'avènement d'un monde nouveau".

  • 33 No 1742 (24-30 novembre 1982) p. 14 à 17 et no 1744 (8-14 décembre 1982) p. 16-17.
  • 34 No 1368 (17-23 septembre 1975) p. 2. Exemple d'une de ces protestations Au sujet de l'évolution de (...)

31Sans doute, certains titres n'ont pas toujours été appréciés par tous, comme "Est-ce vraiment déshonorant pour un homme d'aider sa femme aux soins du ménage ?" (17-23 janvier 1964), "CEAO place aux femmes" (28 août - 10 septembre 1985) ou "Développement les femmes oubliées", "Femmes le martyre au quotidien" (17-23 octobre 1984), "Sans les femmes, pas de progrès" (éditorial du 13 mars 1985). Ce que disent les femmes des hommes dans les femmes africaines et l'amour le 10 novembre 1966 est loin d'être toujours à leur honneur ! La rédaction, qui n'a qu'une sympathie limitée pour Thomas Sankara, se réjouit de sa volonté de donner un "salaire vital" égal à la moitié de celui du mari. "En tout cas, le projet du président Sankara est une forme de libération, un moyen de prouver le droit à l'existence et à la participation de la femme burkinabé, droit d'exprimer sa personnalité et son autonomie" (éditorial du 7 août 1985). Et le courrier des lecteurs est muet sur deux articles repris, il est vrai, d'Ivoire Dimanche, qui ont pu faire grincer des dents certains : "Les maris impossibles" et "les dragueuses"33. Le portrait de tous les types de séductrices se termine par "La chercheuse de mari : Rien de plus maladroit, en effet, que d’aborder un homme avec des projets matrimoniaux dans la tête. Or, avec la chercheuse de mari, au bout de vingt minutes, l'homme sait que son vis-à-vis rêve de fonder un foyer, d'avoir cinq ou six enfants. Une vraie douche froide. Peu d'hommes abordent une fille avec l'idée du mariage. Les hommes sont même, pour la plupart, allergiques à cette idée. Un homme ne se marie d'ailleurs jamais : il finit par se faire épouser par une femme qui en a décidé ainsi". En d'autres occasions, les réactions ont été violentes, amenant la rédaction à préciser : "il faut croire que les discours 'inutiles' sur l'émancipation des femmes ne sont pas sans effet ! Comme preuve nous n'en voulons que le nombre de lettres que nous recevons pour proclamer hautement :'nous sommes en pleine utopie ! Pas d'égalité possible !'Pourquoi tant s'agiter ? Rien d'impossible sera fait. Mais ce qui doit se faire le sera malgré les barricades verbales dressées pour empêcher le passage"34.

32Les multiples facettes du catholicisme d'Afrique Nouvelle qui ont été présentées puis l'étude détaillée de ses conceptions de la vie de famille mettent en valeur l'une des caractéristiques de l'hebdomadaire : il semble tiraillé entre des positions traditionnelles — voire conservatrices — et d'autres beaucoup plus novatrices. Dans les rapports avec les autres pratiques religieuses ou sociales, on retrouve des alternatives du même ordre.

Notes

1 No 356 (2 juin 1954) p. 1 Les enfants ont droit à la stabilité familiale. Même condamnation, mais avec plus de nuances dans le no 988 (14-20 juillet 1966) p. 11. Le 9 août 1952, Afrique Nouvelle annonce que les évêques catholiques anglais dénoncent le divorce ; voir aussi no 296 (8 avril 1953) p. 4 L’Eglise casse-t-elle les mariages ?

2 No 1721 (30 juin - 6 juillet 1982) p. 20-21. Cf. aussi no 1910 (26 février 1986) p. 16-17 Vivre avec la stérilité analyse les causes physiologiques et démontre qu’il n'est pas nécessaire de répudier ou de prendre une co-épouse ; no 1842 (24-30 octobre 1984) p. 14-15, Lutter contre la stérilité.

3 No 373 (29 septembre 1954) p. 8 Pitié pour les écoliers ! par Alain des Mazery, ancien instituteur.

4 No 1769 (1-7 juin 1983) 4. On pourrait multiplier les citations qui vont dans ce sens cf. no 49 (11-17 juillet 1948) p. 3 Vous qui désirez fonder un foyer ; no 563 (23 mai 1958) p. 6 ; éditorial de chaque rentrée de classes comme celui du no 587 (7 novembre 1958) p. 1 ; no 741 (18 octobre 1961) p. 1 "Parents, gouvernants, professeurs, nous sommes collectivement responsables de l’éducation de notre jeunesse" ; no 958 (16-22 décembre 1965) p. 15 Mettre au monde un enfant, c'est bien, l'éduquer c'est encore mieux ; 1682 (30 septembre - 6 octobre 1981) p. 5 ; no 1737 (20-26 octobre 1982) spécial éducation. "L'école ne pouvant pas tout faire, il incombe aux parents d’éduquer les enfants à la vie, parce que l'avenir ne sera pas facile pour eux" (p. 5) ; no 1829 p. 14-15, etc.

5 No 1735 (6-12 octobre 1982) p. 5 éditorial. Voir aussi no 50 (17-24 juillet 1948) p. 1 Un vieux débat toujours actuel ; no 179 (6 janvier 1951) p. 1 Le socialiste Spaak/la religion et l'Ecole ; no 356 (2 juin 1954) p. 1-8 ; no 374 (6 octobre 1954) p. 1-8 Enseignement privé au Cameroun Nous ne demandons pas une aumône mais la simple justice. M. André-Marie MBIDA conseiller de l'Union Française, délégué à l'ATCAM, chez le ministre de la FOM ou no 1737 (20-26 octobre 1982) : "L'enseignement privé, laïc ou confessionnel, est un luxe que beaucoup ne peuvent se permettre. Quant au public, nettement plus abordable il est vrai, il souffre très souvent d'une pénurie de locaux si ce n’est pas de leur vétusté" ; no 1793 (16-22 novembre 1983) p. 13-15.

6 No 601 (13 février 1959) p. 1-8 Le grand scandale des grèves scolaires. Cf. aussi no 1702 (17-23 février 1982) p. 9.

7 No 601 (13 février 1959) p. 4.

8 No 1793 (16-22 novembre 1983) p. 5. Editorial complété dans le même numéro par une mise au point sur l'enseignement catholique du Sénégal. Voir aussi no 1109 (7-13 novembre 1968) p. 12-13 L'enseignement confessionnel remis en question. Le Cameroun face à un curieux problème scolaire.

9 No 1876 (19-25 juin 1985) p. 15. Cf. aussi no 1930 (16 juillet 1986) p. 20-21.

10 No 1370 (ler-7 octobre 1975) p. 16 L'école privée catholique s'interroge. On retrouve exactement le même titre dans le no 1736 (13-19 octobre 1982) p. 12.

11 Cf. no 1723 (14-20 juillet 1982) p. 26 "Au moindre soupçon de cancer, il faut aller en consultation. Les remèdes traditionnels ne sont pas efficaces dans ce cas ".

12 Cf. no 1274 (6-13 janvier 1972) p. 10 Un phénomène ivoirien : Madame Fatime Sylla ; no 1729 (25-31 août 1982) p. 16-17 La femme africaine vue par les écrivains femmes. Interview de Mme Gaye.

13 Cf. no 856 (3-9 janvier 1964) p. 20 Une presse féminine africaine ? Oui ! mais... ; no 869 (3-9 avril 1964) p. 14 La presse et nous ; no 1613 (4 juin 1980, p. 18-19-26) ; no 1615 (18 juin 1980, p. 18-19) : "Les médias, particulièrement audiovisuels, constituent donc une arme de choix pour inciter la femme à une ouverture active sur les questions qui interpellent les économies de nos jeunes nations, sur les choix politiques... Mieux, cette capacité des médias devrait conduire à une participation pleine de la femme au processus de communication... ".

14 No 481 (23 octobre 1956) p. 4. Voir aussi no 666 (11 mai 1960) p. 5 Le Saint-Père parle du travail féminin. Insistance sur la vocation première de la maternité.

15 No 224 (17 novembre 1951) p. 1 et 4 Où l'on reconnaît (enfin) LA VALEUR de l'Africaine Evoluée (en fait sur la Togolaise). Cf. aussi no 63 (17-23 octobre 1948) p. 1-3 A propos du mariage et de la condition de la femme noire, l'Assemblée de l'Union Française étudie les réformes de la justice civile en Afrique ; no 314 (12 août 1953) p. 1-8 Il faut mettre la jeune fille à la hauteur de son futur mari ; no 436 (13 décembre 1955) p. 1 ; no 439 (3 janvier 1956) p. 1 ; no 475 (11 septembre 1956) p. 1-6 ; no 565 (6 juin 1958) p. 6 La grande peine des évolués : ne pas trouver l'épouse, qui leur soit une vraie compagne pour la vie.

16 No 110 (11-17 septembre 1949) p. 1 Une Africaine parle de la femme ; no 174 (2 décembre 1950) p. 1 Eduquer l'Africaine c'est grandir l'Afrique sans la défigurer Par J. Ki Zerbo ; no 202 (16 juin 1951) p. 1 Bérénice l'Africaine 1951 ; no 267 (13 septembre 1952) p. 3 La femme africaine doit sortir de l'état de minorité où la tiennent les traditions ; no 1725 (28 juillet - 3 août 1982) p. 16. Légende d'une photo : "la femme africaine est encore victime d'une discrimination criarde. Elle a droit à l'égalité de chances pour accéder à l'éducation".

17 No 482 (30 octobre 1956) p. 1-8 ; no 685 (21 septembre 1960) p. 6 ; no 1009 (8-14 décembre 1966) p. 11 ; no 1596 (6 février 1980) ; no 1806 (1984) ; no 1898 (20 novembre 1985) p. 16-17.

18 No 372 (22 septembre 1954) p. 5 On parle (enfin) de la promotion de la femme à la conférence des directeurs de l'Enseignement.

19 No 687 (5 octobre 1960) p. 1-2 Un problème grave. La jeune fille au bureau ; no 709 (8 mars 1961) p. 8-9 La femme dans la nation. Il faut rendre à la femme africaine sa vraie place ; no 859 (24-30 janvier 1964) p. 12 L'engagement politique, social et économique de la femme gabonaise ; no 1014 (12-18 janvier 1967) p. 11 Au Mali les femmes représentent la moitié de la population active ; no 1031 (11-17 mai) et suivant Place de la femme dans le monde du travail ; no 1047 (31 août - 6 septembre 1967) et suivant La femme africaine dans le monde du travail ; no 1096 (8-14 août 1968) p. 10 D'innombrables carrières s'ouvrent aux femmes africaines ; no 1608 (30 avril 1980, p. 12-13) : L'agriculture du tiers-monde emploie plus de la moitié des femmes actives ; no 1669 (1-7 juillet 1981) p. 12 Femmes et développement rural ; no 1669 (1-7 juillet 1981) p. 13 Femmes et commercialisation des produits vivriers en Afrique occidentale ; no 1733 (22-28 septembre 1982) p. 13, no 1722 (7-13 juillet 1982) p. 18 Un autre développement avec les femmes, séminaire international à Dakar ; no 1747 (29 décembre 1982-4 janvier 1983) p. 12-13 ; no 1756 (2-8 mars 1983) p. 18-19 Côte d'ivoire ces matrones qui marquent leur village ; no 1835 dossier de la FAO, no 1872 (22-28 mai 1985) p. 12-13 ; no 1877 (26 juin - 2 juillet 1985) p. 20 21 les commerçantes, no 1879 (10-16 juillet 1985 p. 14-15) 1975-1985 10 000femmes à Nairobi pour moins d'injustice.

20 No 1676 (19-25 août 1981) p. 13. Voir aussi no 291 (4 mars 1953) p. 3 nécrologie de Jane Vialle, sénateur de l'Oubangui ; no 842 (3-9 octobre 1963) p. 15 Une femme arbitre (de foot !) ; ce même numéro célèbre Emmanuelle Riva ; no 922 (8-14 avril 1965) p. 12 Les femmes ne sont plus "une race sous-développée" à propos de la première femme magistrat du Sénégal à prêter serment ; no 926 (6-12 mai 1965) p. 15 Anta M'Baye, espoir de l'athlétisme sénégalais ; no 1002 (20-26 octobre 1966) p. 11 Haute-Volta : première femme parachutiste. Madagascar : première femme-sénateur ; no 1006 (17-23 novembre 1966) p. 11 Il y a beaucoup de femmes à l'ONU ; no 1043 (3-9 août 1967) p. 5 Une femme maire de Lomé ; no 1153 (11-17 septembre 1969) p. 11 Salut Mademoiselle la Présidente ! (la une du no suivant lui est consacrée : Une Africaine est élue à la présidence des Nations Unies) ; no 1709 (7-13 avril 1982) Alimata Salambéré, secrétaire générale du Festival du film de Ouaga ; no 1875 (12-18 juin 1985) p. 14-16 et 26 La poésie ivoirienne au féminin. La présence des femmes dans le monde des écrivains ivoiriens devient remarquable au fil des années (...) qui donnent à la littérature ivoirienne des œuvres majeures ; no 1884 (14-20 août 1985) p. 14-16 et no 1885 (21-27 août 1985) p. 14-17 sur les femmes dans le cinéma (entre autres).

21 Cf. no 572 (25 juillet 1958) p. 1 ; no 650 (22 janvier 1960) p. 5 ; no 685 (21 septembre 1960) p. 3 ; no 926 (6-12 mai 1965) éditorial et p. 12 ; no 1598 (20 février 1980).

22 No 721 (31 mai 1961) p. 9 et p. 1 grande photo qui occupe la moitié de la page avec comme légende : la première femme député de l'Afrique AWA KEITA (député du Mali depuis 1945) ; cf. aussi no 672 (22 juin 1960) p. 6.

23 No 726 (5 juillet 1961) p. 1, 8 et 9. Voir aussi Le rôle de la femme algérienne dans les numéros 984 et 985 de 1966.

24 No 336 (13 janvier 1954) p. 1. Les arguments théologiques servant à justifier l'infériorité de la femme sont attaqués aussi cf. no 1036 p. 12.

25 Déjà le 23 mai 1948, un Togolais dénonçait cette pratique ; no 49 (11-17 juillet 1948) p. 1-3 Point de vue d'un père de famille sur le mariage et la dot ; no 54 (15-21 août 1948) p. 1 Toujours la question de la dot ; no 58 (12-19 septembre 1948) p. 1-3 Conclusions aux échanges de vue sur le problème de la dot ; les 4 novembre 1950 et 10 mai 1952, le journal donne le compte-rendu de Journées Sociales togolaises puis centrafricaines où a été abordé le sujet. Voir aussi no 180 (13 janvier 1951) p. 1 "nous ne sommes pas des chèvres, nous ne voulons pas être vendues" ; no 183 (3 février 1951) p. 4 ; no 292 (11 mars 1953) p. 3 Est-ce bien le mariage ou la traite des femmes ? ; no 298 (22 avril 1953) p. 1 Quand la dot conduit au crime ; no 699 (28 décembre 1960) p. 1, no 704 du 1er février 1961 p. 8 La radio sénégalaise a diffusé cet APPEL COMMUN christiano-musulman contre les excès de la DOT traditionnelle ; no 931 (10-16 juin 1965) p. 12.

26 No 1807 (22-28 février 1984) éditorial de R. Odou. Articles p. 14-16.

27 On retrouve cette idée que les Européennes ne doivent pas parler à la place des Africaines dans le no 1623 (13 août 1980) ou dans le no 1754 (16-22 février 1983) p. 14-15 : Sarr analyse tous les aspects mais insiste sur le fait que la condamnation pure et simple ne suffit pas, mais qu'il faut trouver la bonne formule pour éradiquer cet excès de la civilisation africaine, ou le no 1807 (22-28 février 1984).

28 No 2012, p. 16-17, Femmes d'Afrique : responsables et majeures. Autre condamnation de l'excision : Enquête dans le no 1808 (p. 18-20) Profession : exciseuse. "Les peuples qui pratiquent encore l'excision ne sont ni sauvages, ni barbares, ni retardés. Ils sont tout simplement différents. Ils ont en outre l'inconvénient de perpétuer des traditions qui ont des conséquences graves sur la santé de milliers de femmes. Mais ils ne le comprennent pas ainsi, convaincus qu'ils sont, au contraire, de bien faire. Tout le problème se situe là. Et il n'est guère facile de trancher..." ; no 1857 (6-12 février 1985) p. 9.

29 No 1833 (22-28 août 1984), p. 14-17. Thème déjà abordé in no 870 (10-16 avril 1964) p. 14 Le travail de la femme, pour ou contre ? ; no 910 (14-20 janvier 1965) p. 14 Quand les jeunes mères travaillent.

30 No 687 (5 octobre 1960) p. 5 Lu pour vous Andrée Butillard et le féminisme chrétien.

31 No 666 (11 mai 1960) p. 5 Au centre de l'unité catholique. L'Afrique présente au rassemblement mondial des Jeunesses Féminines Catholiques ; no 1616 (25 juin 1980) éditorial ; no 1620 (23 juillet 1980), passim 4 p. ; no 1622 (30 juillet 1980) ; no 1762 (13-19 avril 1983) p. 20-21 Le foyer "clair logis" à Bouaké : (...) association apostolique de laïques qui se proposent de travailler à la promotion intégrale des jeunes filles et des femmes les plus défavorisées de tous les pays ; no 1826 p. 14-15 sur la JOCF.

32 No 1880 (17-23 juillet 1985) p. 5. Voir aussi A propos de l'égalité de l'homme et de la femme no 891 (4-10 septembre 1964) p. 11 et no 908 (31 décembre 1964-6 janvier 1965) ; no 909 (7-13 janvier 1965) p. 7 Où en est la condition féminine en Inde ?

33 No 1742 (24-30 novembre 1982) p. 14 à 17 et no 1744 (8-14 décembre 1982) p. 16-17.

34 No 1368 (17-23 septembre 1975) p. 2. Exemple d'une de ces protestations Au sujet de l'évolution de la femme africaine in no 822 (10-16 mai 1963) p. 2 ou Non aux femmes-soldats ! no 825 (31 mai - 6 juin 1963) p. 2.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540