Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Deuxième partie : Le catholicisme d'Afrique nouvelle

1. Le respect des directives et des principes

Texte intégral

1À la simple lecture, et pour un non-spécialiste, il semble qu'en matière de respect des doctrines officielles, l'orthodoxie est parfaite, même si les formulations peuvent apporter des nuances et qu'Afrique Nouvelle, dans ce domaine comme dans d'autres, n'a pas fait preuve d'une grande rigidité. Pourtant, des lecteurs protestent çà et là contre des affirmations qui leur semblent peu "orthodoxes", "il est vrai que vous voulez passer pour des 'yéyés' du catholicisme" trouve comme excuse un étudiant qui reproche (dans le no 1001) la conception et le ton du numéro anniversaire — combien symbolique — le millième !

Morale et moralité

  • 1 No 502 (19 mars 1957) p. 1. Idées redites dans le no 591 (5 décembre 1958) p. 4 Révolution anti-fa (...)

2Le traitement du thème de l'avortement est significatif. Un éditorial1 du P. Louis Martin Défense de naître ! tonne contre la politique de limitation des naissances en Chine en redisant les thèses de l'Église. Quelques pages plus loin, Jean Toulat écrit "en disant 'non' au contrôle des naissances nous disons 'oui' à la vie", et son dernier intertitre Vers les fours crématoires l'amène à conclure "Le mépris de la vie conduit aux fours crématoires. Et au contraire, c'est l'Église qui, en respectant la vie, sauve l'homme et la civilisation". Quand le sujet est abordé dans la page féminine sous une signature féminine, comme le 23 juin 1966, les propos sont plus nuancés et prennent en compte la complexité des diverses situations. Mais l'article fait le tour de toutes les religions pour constater qu'aucune n'accepte l'avortement, et rappelle que l'Église catholique n'admet même pas l'avortement thérapeutique. La conclusion est bien dans le ton d'Afrique Nouvelle : c'est la famille qui est d'abord responsable et doit éduquer.

3Le rappel des textes officiels peut se faire en pleine atmosphère de contestation et prouve, une fois de plus, la loyauté du journal. La Une du no 1095 (ler-7 août 1968) est barrée sur toute sa largeur par "L'Église condamne la 'pilule"' ; les semaines suivantes la publication de l'intégrale de l'encyclique Humanae Vitae est précédée d'un rappel des réactions de rejet et d'une réfutation des arguments avancés par les adversaires. On y note le souci maintes fois répété de la rédaction d'un contact direct avec les textes : "Après avoir parcouru ce document avec la réflexion attentive et loyale qu'il requiert, nos lecteurs pourront alors en juger plus équitablement, pièces en mains. Peut-être alors, une fois passés les premiers remous passionnés, verront-ils que la voie difficile proposée par Paul VI est finalement la plus vraie, parce que la plus conforme à la grandeur de l'homme".

  • 2 No 1741 (17-23 novembre 1982) p. 14 à 18 plus 21. Cf. aussi no 224 (17 novembre 1951) p. 1.

4Beaucoup plus tard, un long dossier2 rappelle l'opposition de principe à l'avortement, tout en insistant surtout sur les conséquences désastreuses sur la santé des femmes. Parfois, les positions sont moins rigides comme le 13 juillet 1983 (prendre la pilule... ou prendre mes responsabilités dans la rubrique signée Père Jo la morale en miettes) : "L'Église ne décide pas à notre place. Mais elle rappelle les exigences de Dieu : exclure la procréation, l'enfant, sans raison ou par égoïsme, non, Dieu ne l'accepte pas, car l'égoïsme tue l'amour. Mais l'Église, comme son Dieu, comprend les difficultés d'un choix ; elle comprend les situations où l"idéal' n'est pas réalisable, et, comme son Dieu, elle est miséricordieuse ".

  • 3 No 1806 et no suivants, p. 18-19, puis 16 et 17, 20-21. Voir également no 1824 p. 17-19 Les condit (...)

5D'une façon générale, dans le domaine de la morale, malgré l'attachement aux principes, les positions se sont assouplies au fil du temps comme en témoignent les propos modérés du P. Charles Bonnet, professeur de morale familiale de l'Institut catholique pour l'Afrique de l'Ouest d'Abidjan : "Même si on n'est pas marié à l'église, même si on est polygame ou marié avec un divorcé, on peut et doit vivre en chrétien. (...) (Dieu) sait bien qu'aucun couple n'est capable de vivre jusqu'au bout ce qu'il demande... (...) On croit trop vite que l'Église canonise l'autorité du mari (cf. St Paul). En pratique, il n'y a pas de modèle absolu qui réglemente l'autorité dans chaque foyer. C'est à chaque couple de préciser comment les choses se passeront chez lui. En fonction du tempérament des partenaires, de la culture dans laquelle ils vivent...". Un intertitre résume "Dieu ne nous demande pas d'être en règle, mais d'être en marche"3.

6Mais les préférences sont là. Les illustrations comportent des photos de mères avec des légendes circonstanciées : "Pour la femme, il n'y a pas de plus grand amour que celui de tenir dans ses bras l'enfant qu'elle a conçu". "Le don de la vie est si profond et si beau que nul n'a le droit de l'anéantir". "L'enfant est une source infinie de joie. C'est une bénédiction divine que la société doit savoir apprécier et protéger jalousement". "Fruit de l'amour de deux êtres qui se sont unis, chaque nouveau né participe à l'œuvre de Dieu" (17-23 novembre 1982).

  • 4 No 1964 (11 mars 1987) p. 5 éditorial L’homme création de Dieu. Voir aussi no 1044 (10-16 août 196 (...)
  • 5 No 1904 (15 janvier 1986) p. 16-17 ; no 1970(22 avril 1987) p. 16-17, etc.

7Les positions du Vatican contre la limitation des naissances, les manipulations génétiques et la fécondation in vitro sont reprises : "L'Église ne peut pas cautionner une science qui voue le culte à la monstruosité et à l'immoralité en traitant la fécondation en simple objet de curiosité"4. La rédaction semble ne pas être mécontente de pouvoir se faire l'écho, le 29 janvier 1970, d'un rapport prouvant les effets nocifs de la pilule sur la santé. Elle préfère, sans aucune restriction, la contraception "naturelle". Mais il faut attendre 1986 pour qu’une méthode soit présentée et défendue par une femme de la rédaction, Evelyne Sylva5.

  • 6 Le piège de Mexico, 5-21 août 1984, p. 15. Le dossier lui-même est intitulé L’apocalypse démograph (...)

8Pourtant, Afrique Nouvelle n'évacue par les problèmes de surpopulation : elle les évoque à propos du Rwanda, comme nous l'avons déjà montré dans la première partie mais aussi pour l'Inde (éditorial du no 1047 et un article intitulé la faim... ne justifie pas les moyens) ou plus généralement. Une série de longs reportages signés par Charlotte Khaler, qui commence le 4 novembre 1971 et se poursuit en avril 1972, annonce que "l'explosion démographique est une menace pour l'individu". Et une photo comporte cet avertissement en légende : "Faire" des enfants ? oui mais à condition de leur assurer alimentation, éducation et avenir professionnel". Les conférences de Bucarest, puis de Mexico, donnent lieu à des comptes-rendus détaillés mais nuancés. Certes, ils sont l'occasion de redire la position du Vatican en matière de régulation des naissances, mais ils insistent davantage sur les déséquilibres mondiaux et sociaux, position classique des catholiques : "même dans les pays pauvres, on n'a plus besoin de dire aux familles aisées ou instruites d'espacer leurs naissances. C'est devenu presque automatique"6.

9On pourrait aussi citer les articles mettant en cause la moralité des publications ou des films et demandant une réaction : le 4 décembre 1949, sous le titre "Assez de pourriture !", le P. Paternot invite à des pétitions "pour protester contre les revues et journaux pourris dont ils ne veulent plus voir le titre aux étalages des boutiques de leur ville. Indiquez-nous les titres des films crapuleux projetés chez vous. Nous saurons utiliser ces listes et ces pétitions auprès des Parlementaires et des gouvernements." Le 22 juillet 1953, une critique féroce "assassine" Léon Morin prêtre. "Le roman de Mme Béatrice Beck (...) a suscité de nombreuses réserves de la part des journaux et des revues catholiques. Il nous paraît mériter plus que cela : une entière réprobation". Les mises en garde officielles sont répercutées comme cet encadré du 28 avril 1954, en gras, au sujet de l'annonce du Blé en herbe ; il prévient qu'"un avertissement a été lu dans les églises de la capitale fédérale, rappelant que "non seulement les lois positives de l’Église, mais la conscience et le droit naturel, condamnent sévèrement de tels spectacles et interdisent d’y assister... Assister à ce film et à ceux qui lui ressemblent est une faute grave". Un article signé Narcisse "Cinéma et politique" dénonce lui aussi la projection du film. Entre autres arguments : "Il n’y a pas mieux (...) pour achever un prestige mourant (...). En Afrique, certes, des turpitudes existent. Mais nul ne songe à les exhiber, encore moins à les monnayer. Car il y règne une pudeur naturelle. La France serait-elle ici pour la flétrir ? Et cela simplement parce que "cela paye"...

10Souvent, d'ailleurs, la rédaction se contente d'utiliser les dépêches d'agences spécialisées, Fides, DIA... ou des passages de journaux catholiques comme La Croix ou l'Osservatore Romano. Il y a, incontestablement, un respect des consignes dans Afrique Nouvelle !

Contestations ?

11Pourtant, par-delà les mots, on peut essayer de faire quelques remarques impertinentes.

12Sur la question des prêtres ouvriers, par exemple, le ton reste très conventionnel. À partir du moment où des problèmes apparaissent avec la hiérarchie, l'information est introduite par un chapeau le 10 février 1954 "Un communiqué des prêtres ouvriers" : "(...) Notre rôle d'informateurs nous fait un devoir de publier, malgré la répugnance que nous éprouvons pour les sophismes, fussent-ils accompagnés des plus généreux sentiments"... puis des commentaires suivent, assez virulents contre la décision des prêtres ouvriers de ne pas se soumettre aux injonctions du Vatican. Les "mesures prises par la hiérarchie étaient opportunes et nécessaires. On est peiné de la confusion entre, d'une part l'amour sincère et efficace de la classe ouvrière dont on ne saurait jamais faire reproche à un prêtre (bien au contraire) et, d'autre part, un engagement dans la lutte des classes qui relève de la mystique marxiste plus que de l'Évangile".

  • 7 Il a fallu attendre le 25 février 1953 pour avoir un écho de son prix Nobel décerné en novembre pr (...)

13La semaine suivante, c'est la condamnation de la position de François Mauriac7 qui s'insurge de l'intervention du Vatican dans cette histoire. La réfutation est vigoureuse. Ensuite (17 mars), on trouve le texte de la lettre "On ne dit pas la vérité" protestent les cardinaux et Archevêques de France au sujet des prêtres ouvriers" assortie de remarques : "La majorité des prêtres-ouvriers a cessé le 1er mars le travail à plein temps. On comprendra que dans la situation provisoire et extrêmement douloureuse de quelques autres nous nous refusions à l'inconvenance de publier des noms et une statistique". Pourtant le 17 novembre 1954, la rédaction ne fait pas siennes certaines réflexions d'Il Quotidiano condamnant les prêtres ouvriers. Elle parle de situation difficile et dit qu'il ne faut pas envenimer les choses.

14Plus tard (9 octobre 1956), un article relate une expérience qu’elle souligne différente de celle des prêtres ouvriers : des prêtres espagnols en usine.

15Après la période agitée du Concile et de 1968, Afrique Nouvelle aborde "un phénomène nouveau dans l'Église catholique : la CONTESTATION". Et elle publie à partir du 30 janvier 1969 des mises au point sur les principales pierres d’achoppement telles les "remous autour du célibat des prêtres". Déjà, le 1er mars 1952, un plaidoyer de Jean Toulat ne laissait aucune alternative à la question du titre : "Pourquoi les prêtres ne sont-ils pas mariés ?". Le 13 février 1969, dans cette série qui dure un mois, "les déclarations fracassantes du groupe 'Échanges et dialogues' sont qualifiées d'"affirmations outrancières qui donnent une image faussée de la Communauté catholique française et particulièrement de son épiscopat et de son clergé". Les intertitres sont éloquents : "Une minorité qui veut imposer son point de vue" ; "Un refus de dialogue" ; "Pourquoi se solidariser avec tout ce qui est contestation dans l'Eglise ?" ; "Des conceptions erronées sur l'autorité", etc. Le contenu est aussi vigoureux et les réfutations sont méthodiques ! Pour faire bon poids, la parole est donnée aux évêques et aux laïcs qui ont envoyé des marques de soutien au Pape, prouvant "hautement que les contestataires laïcs ou prêtres ne sont qu'une petite minorité qui ne représente pas du tout l'opinion générale des catholiques français". Enfin, plus d'une page est réservée aux propos de Paul VI sur le sujet. Si l'on en croit le no 1127 (13-19 mars 1969), les lettres de protestation ont dû être vigoureuses ("vives réactions chez un certain nombre de lecteurs, qui l'ont trouvé rédigé en termes outranciers, qui sentaient trop la polémique") puisque l'auteur incriminé (l'Abbé Cisse) dispose de près de deux pages pour revenir sur ses positions... tout en donnant l'essentiel des idées énoncées par ses adversaires. L'un d'entre eux a même écrit : "c'est avec beaucoup de peine que j'ai lu l'article de J.-B. Cisse (...) Il a le droit de ne pas être d'accord, mais que lui non plus ne fasse pas pression sur nous, par l'intermédiaire du journal, pour nous imposer son point de vue conservateur". La rédaction dit se réjouir du "débat" et a accordé dans le no 1129 encore deux pleines pages à l'abbé Cisse pour répondre à ses détracteurs. Dans le no 1133, la lettre de R. de Montvallon qui, entre autres, se demande "pourquoi faut-il qu'Afrique Nouvelle, journal si estimable à tant d'égards, ajoute à ces malentendus en écrivant des choses aussi sommaires sur les recherches des chrétiens français ?" occupe une place bien moindre que la réponse de l'abbé ! Le 9 octobre suivant, c'est Mgr Gantin qui fournit le titre-choc d'une nouvelle dénonciation "non à la contestation bull-dozer", alors que le même numéro publie la réponse cinglante de l'Osservatore della Domenica du Vatican au théologien Hans Kung.

16La contestation hollandaise amène de nouvelles inquiétudes (le terme est de la rédaction) et permet, une fois encore, de revenir avec force, le 22 janvier 1970, sur les principes de base qui régissent le fonctionnement de l'Église, en particulier le célibat des prêtres. Puis, à partir du 2 avril, commence une série de deux très longs articles apportant la réfutation des évêques africains à leurs confrères de Hollande. Ils sont présentés, ainsi que leurs fidèles, comme les "champions de la doctrine traditionnelle de l’Église latine en cette matière". Enfin, le 23 avril, "le Pape Paul VI répond à l’Église de Hollande sur le problème du prêtre". Le texte intégral est cité, avec une introduction qui précise : "Des lecteurs africains nous ont demandé une information sérieuse, complète et objective sur la question, surtout depuis que les prises de position de l'épiscopat hollandais lui ont donné un regain d'intérêt : c'est ce que nous avons essayé de faire". En fait, seules les positions de la Hiérarchie ont été développées. Pour être honnête, il faut reconnaître que le 11 juin de cette même année, le texte de l'épiscopat de l'Afrique Centrale est fourni in extenso. L'introduction prévient : "cette lettre qui demande l'ordination sacerdotale d'hommes mariés pour faire face à la pénurie de prêtres, prouve, s'il en était besoin, qu'au sein de l'Église catholique, la liberté d'opinion et d'expression est une réalité. L'originalité voire l'audace de cette position et la profondeur de la réflexion qui la justifie montrent bien que les Evêques africains, loin de faire du suivisme, pensent leurs problèmes en fonction des besoins réels de leurs Églises, et que, par conséquent, d'une conférence épiscopale à l'autre, les opinions peuvent être divergentes ". Le 29 octobre, un long reportage sur le Canada comprend, dans la rubrique religieuse, une mise au point "l'épiscopat prend position sur... le célibat ecclésiastique". Toutefois, dit l'article, il se prononcera plus tard, quand il aura toutes les données de la question !

17Dans le même ordre d'idées, la théologie de la libération ne soulève pas d'enthousiasme particulier, au contraire. Le 12 septembre 1984, A. Gnonlonfoun écrit un éditorial pour défendre un document de la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi sur le sujet. La semaine d'après, la couverture "Théologie de la libération les points sur les "i" et huit pages reproduisent le texte officiel ! Dans les deux numéros suivants il faut encore quatre pages, puis une dernière, pour arriver à donner l'intégralité du texte... L'année d'après (12 juin 1985), ce sont les principales lignes de la notification de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi à propos du dernier livre de Léonardo Boff qui occupent à nouveau quatre pages ! Il est vrai que ces articles furent précédés d'une longue étude, se référant sans cesse à l'Instruction de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Etalé sur mars et avril, ce travail d'un professeur de théologie à l'ICAO d'Abidjan analyse tous les aspects de ce courant de pensée pour y déterminer "ses points de convergence et de divergence avec les préoccupations des théologiens africains". Sa proximité avec le marxisme ou sa violence, sont là pour inspirer des réticences, certainement partagées par la rédaction....

Hantise du communisme

18Le contexte de l'après-guerre puis celui de la guerre froide ont certainement influencé la rédaction. Les décisions du Vatican ou de la hiérarchie aussi et les textes officiels ne manquent pas comme le 24 juillet 1949 le Décret du Saint-Office (commenté dans les no 106 et 107, le no 112 reproduit la Lettres des cardinaux français sur le décret...) qui "précise la position de l'Église à l'égard des communistes et de tous ceux qui à un titre quelconque collaborent avec eux". Afrique Nouvelle d'ailleurs, d'habitude si paisible, n'hésite pas en juillet-août 1949 à entretenir une longue polémique avec son confrère dakarois l'Éveil, communiste.

  • 8 Cf. no 143 (30 avril - 6 mai 1950) p. 1 Coalition islamo-chrétienne contre le communisme athée ? ; (...)

19De fait, surtout au départ, les attaques contre les systèmes communistes et, plus largement, contre le marxisme et son athéisme militant sont omniprésentes (les deux termes de communisme athée sont souvent accolés8 même si on se demande, le 24 avril 1956, avec un conférencier de Lyon si le communisme est la religion de Satan ?). Pourtant, le 3 mai 1952, le journal a publié, à l'occasion du 1er mai, un texte dans lequel l'auteur, Fernand Bouxom, assène "le communisme n'est qu'une abominable escroquerie, mais l'anticommunisme, qui n'est qu’une peur, qu'un égoïsme inquiet, une défense de privilèges injustifiés, représente une autre escroquerie à laquelle nous ne participerons jamais". Malgré cela, que d'arguments ont été avancés pour justifier cette deuxième attitude dans les colonnes d'Afrique Nouvelle !

Incompatibilités

  • 9 Cf. no 53 (8-14 août 1948) p. 3 Vers la disparition de la religion. Stratégie et tactique communis (...)
  • 10 No 338 (27 janvier 1954) p. 4. À l'inverse, le 4 octobre 1952, à la question "Chariot est-il commu (...)
  • 11 No 51 (25-31 juillet 1948) p. 3 ; no 78 (30 janvier - 5 février 1949) p. 1-4 La situation religieu (...)
  • 12 No 26 (1er février 1948) p. 3 ; no 212 (25 août 1951) p. 1 Des religieuses catholiques auraient ma (...)
  • 13 No 62 (10-16 octobre 1948) p. 3 En Pologne arrestation massive de prêtres et de paysans ; no 70 (5 (...)
  • 14 No 39 (2-8 mai 1948) et suivant p. 1-4 Communisme et religion ; no 108 (28 août - 3 septembre 1949 (...)
  • 15 No 63 (17-23 octobre 1948) p. 1-3 Les musulmans en U.R.S.S. ; no 143 (30 avril - 6 mai 1950) p. 1  (...)

20Le thème de l'incompatibilité fondamentale entre communisme et christianisme revient sans cesse9. Trop peu souvent à leur gré, certainement, les journalistes peuvent rapporter des anecdotes édifiantes, comme celle du journal italien Nostro Tempo : "A l'occasion de la fête de St François de Sales patron des journalistes. Comment un enragé communiste trouva son chemin de Damas en lisant les journaux catholiques qu'il voulait réfuter"10. La plupart du temps, c'est une liste d'attaques, souvent illustrées de récits horribles, contre les chrétiens en pays communiste : en URSS11, en Chine ou au Vietnam12, en Europe de l'Est13, dans l'ensemble des États marxistes14. Les atteintes à l'Islam sont aussi fustigées et des appuis auprès des autres confessions sont recherchés15. Parfois aussi, la rédaction se sert d'enquêtes menées par d'autres comme le 12 juillet 1952 où elle synthétise une série d'articles du Monde sur "la propagande communiste en France". La liste (non exhaustive !) des références en note prouve la densité du traitement de ce type d'informations... Les titres sont également révélateurs du contenu.

Faillites

21Plus généralement, des éditoriaux, souvent sarcastiques, attaquent le "système" comme celui du P. Paternot le 16 novembre 1947 ; des enquêtes détaillent toutes les contradictions et tous les dysfonctionnements du système comme en mars et avril 1949 : "Toujours le travail forcé ! En Afrique ?... Non... mais en Russie soviétique" avec comme variante "Pire que le colonialisme ! Toujours le travail forcé...", longue analyse du système soviétique et du régime des camps de travail (l'année suivante, à partir du no 160, paraît le témoignage d'un Français interné par erreur "un an au paradis des Soviets").

22Lorsqu’au début de 1950, des émeutes éclatent en Côte d'ivoire, les titres accusent les ennemis : Autour des incidents de Côte d’Ivoire/L’action communiste ne remonte-t-elle qu’en 1948 ? (5-11 mars 1950, à suivre).

23Mais, parallèlement, une réaction politique paraît souhaitable, comme ce 24 novembre 1951. "On n'a pas le droit de dormir et de déclarer que l'activité communiste s'est éteinte en Afrique, sous prétexte qu'on ne voit plus rien et qu'il n'y a plus de bruit (...). Il faut reconnaître même si on les combat que les communistes sont intelligents et dynamiques. Il serait pour le moins étrange que se démenant dans tous les continents ils aient oublié jusqu'à l'existence de l'Afrique où ils poursuivent un programme rationnel établi depuis 1920 qui se déroule tantôt à ciel ouvert, tantôt sous terre, à la manière des termites (...). À l'Assemblée Nationale, au Sénat, à l'Assemblée de l'Union Française, des parlementaires métropolitains déploient un "dévouement" extraordinaire à la cause africaine, du moins en paroles, que ce soit au gré ou contre le gré des Africains eux-mêmes (...) On peut admettre que beaucoup d'Africains cégétistes ne sont pas communistes et ignorent l'idéologie marxiste. Mais il est impossible de croire que le cerveau du mouvement qui se trouve dans la métropole sacrifie son idéologie certainement communiste aux beaux yeux de l'Africain... Il y a les "Groupements d'Etudes communistes" (...) établis dans plusieurs centres de la Fédération de l'A.O.F. (leur vitalité est opposée à celle des "cercles culturels" et des "cercles d'études" confessionnels) Faucille et marteau n'ont pas cessé d'être leurs symboles (...) impression que le communiste sans renoncer définitivement à l'action sur la masse africaine —porte actuellement ses efforts de propagande sur l'élite de la jeunesse d'Afrique, principalement sur les étudiants vivant à l'extérieur : ils seront dans un bref avenir les meneurs du peuple sur le Continent Noir lui-même (...). De ces citations de documents communistes se dégage la certitude qu'on cherche à embrigader l'élite de la jeunesse africaine, particulièrement les étudiants. Il est évident que cette action n'est pas très voyante pour l'observateur vivant en Afrique. Elle en est cependant d'autant plus efficace. Si nous publions ces renseignements cela ne veut pas dire que nous sommes opposés à toutes les propositions émanant de ces organisations d'obédience communiste et particulièrement à celles qui sont d'ordre purement social ; mais nous signalons que ces réalisations et projets d’ordre social sont le véhicule efficace d'une politique et d'une idéologie visant, en définitive, à annexer toute l'Afrique. Et c'est pourquoi nous croyons nécessaire d'alerter l’opinion publique. Il n'est pas douteux que ces jeunes gens pourraient trouver les mêmes secours et la même entraide dans des organisations sociales indépendantes de tout parti politique, même et surtout ailleurs que derrière le rideau de fer".

24La lettre pastorale pour l'Afrique française de Mgr Lefebvre On favorise le laïcisme, avant-coureur du communisme est publiée intégralement le 11 février 1953.

25Peu après, 13 janvier 1954, la rédaction se fait l'écho de la saisie de l'ONU par l'URSS pour dénoncer le travail forcé "dans les territoires non-autonomes". Une note incisive précise : "Ces accusations montrent une fois de plus que les communistes ont l'habitude de dénoncer des abus chez les autres pour détourner l'attention de ce qui se passe derrière le rideau de fer. On sait que, pour une bonne part, l'économie soviétique est bâtie sur le travail forcé". Dans le même numéro, sur une page entière, un dossier traite du "plan d'action des Syndicats communistes pour 1954" : "Il est indispensable que les syndicalistes d'Afrique connaissent ce plan afin de mieux discerner l'effort du parti communiste dans leur propre pays et d'en comprendre la tactique : un homme averti en vaut deux...(...) Il faut certes travailler à l'amélioration du monde ouvrier de l'Afrique qui se réveille. Mais il n'est pas permis sous prétexte d'affranchir le travailleur africain de la jeter dans les fers d'un nouvel esclavage".

  • 16 No 411, 21 juin 1955 p. 4 et no 899 (30 octobre - 5 novembre 1964) p. 13. Il est intéressant de li (...)

26Et si les rédacteurs ont la plume acérée, si la rédaction est allée jusqu'à publier le 29 août 1948 la liste des "183" (députés communistes ; "on y reconnaîtra des députés africains, qui pas une seule fois, n'ont voté autrement que le parti communiste"), si les dissensions inhabituelles au 30e congrès de la CGT, ou bien le trouble des communistes français à la suite du limogeage de Krouchtchev, sont rapportés avec une satisfaction non dissimulée16, il n'est pas question de perdre la tête ; "On n'arrête pas les idées avec des gendarmes". Jean Toulat critique le 13 janvier 1954, la formation de groupes d'action anti-communistes dénonçant le péril communiste ; il préconise plutôt un soutien à la JOC et à l'AOC. Le P. Martin, dans l'éditorial du 25 octobre 1955, approuve des gestes engagés : "Quand un La Pira, catholique militant, reçoit à Florence le maire de Moscou, il se trouve des gens éclairés pour le juger naïf et déclarer qu'il fait le jeu des communistes... Mais le petit homme, détaché et fraternel, n'a pas de complexe d'infériorité ; exempt de présomption, il n'exclut pas le rayonnement possible de sa foi et de sa charité actives sur les adeptes du matérialisme athée... ; vigilant, il n'a pas une mentalité de vaincu". Mais la réciproque n'est guère prisée et la mise en garde de Mgr Montini (futur Paul VI) contre la politique de main tendue des communistes aux catholiques est reproduite le 20 décembre 1955. A l'inverse, ceux qui, comme Jean-Paul Sartre tardent à condamner les méfaits du communisme, ne sont guère appréciés ! (20-26 novembre 1964).

  • 17 No 444 (7 février 1956) p. 7. Voir aussi no 497 (12 février 1957) p. 7 Un "séminaire" communiste p (...)

27D'une façon plus générale, le rapprochement Est-Ouest pour la paix réjouit, mais sans laisser oublier les craintes que doit inspirer le communisme. "Quand le monde communiste se fait séducteur, et prend le visage du libéralisme, c'est prudence élémentaire de vérifier si la "libération" promise est authentique, pour les âmes et pour les peuples (...). Au message de libération communiste, si tentant pour les masses opprimées et les pays sous-développés, il faut nous rendre capables d'opposer un message de vérité, une œuvre de justice et d'amour" est écrit le 15 mai 1956. Méfiance encore en Afrique : "on sait fort bien en effet l'usage que les Russes font de leurs ambassades en pays étrangers : des centres organisés de propagande politique et idéologique (...)"17. "La Russie semble avoir choisi le Soudan comme future base de rayonnement (...) l'habileté de propagande et de pénétration idéologique des communistes est redoutable. (...) Leur tactique actuelle, bien que le marxisme soit essentiellement athée, est de jouer à fond la carte de l'Islam. Beaucoup de musulmans s'y laissent prendre" (4 avril 1958).

28La peur du communisme motive une demande d'évolution politique plus rapide en Afrique de l'Ouest : "une loi-cadre est venue certes, mais combien plus souvent des appels à la patience. (...) Il est plus que temps que les responsables ouvrent les yeux, car se profile une ombre, que beaucoup ne voient pas : c'est le communisme, si facile à assimiler par la masse, qui comprend mieux les slogans que les textes de loi et les discours ministériels. La fraction métropolitaine qui demande l'abandon pur et simple des territoires d'outre-mer, et qu'on leur retire toute aide économique, fait le jeu des communistes, qui s'implanteraient rapidement dans ces pays livrés à leurs seules ressources. Mais ils font aussi le jeu des communistes tous ceux qui voudraient garder un esprit de domination, car si l'Africain voit que rien de positif ne se fait rapidement, il pourrait écouter les voix extrémistes. Peut-il être attiré par le communisme, lui qu'on dit naturellement religieux ? Beaucoup d'Africains vous répondront :'Je n'ai rien à voir avec les concepts religieux des communistes, mais je les admire, parce que leur parti est le seul qui s'est fixé une ligne "anticolonialiste", et qui depuis toujours la suit. Il est de nature humaine que je désire ma liberté, et l'autonomie de mon groupe ethnique'. Voyons donc le danger avant qu'il ne soit trop tard" (éditorial du 25 avril 1958).

  • 18 No 610 (17 avril 1959) p. 10. Voir également no 708 (1er mars 1961) p. 13 La famine sévit en Répub (...)

29À partir de 1956, Afrique Nouvelle publie aussi des séries de reportages détaillés et argumentés qui insistent davantage sur les limites et les faillites du communisme comme "600 millions de Chinois dans l'engrenage communiste" (pendant quatre mois à partir du no 449). Celui de Lamine Gueye sur l'URSS (Impressions de voyage en URSS à partir du 22 mai 1956) est cependant plus nuancé. La Chine est à nouveau passée à la loupe pendant plusieurs numéros (de 591 à 594 en 1958) à propos d'un livre de René Dumont et d'un voyage en Chine de Joseph Ma Thiam, collaborateur qui en rapporte un reportage exclusif : "Nous ne saurions, d'autre part, oublier que le communisme est fondamentalement athée, et comme tel opposé à toute forme de religion. Un croyan t ne peut y adhérer. Ceci dit, et fermement, nous ne devons pas pour autant fermer les yeux sur le bouleversement économique, politique social qui soulève la Chine, et charrie pêle-mêle le pire certes, mais aussi le meilleur. (...) Il est de notre devoir d'informateurs de tenir nos lecteurs au courant de la révolution chinoise". Une NDLR, à la fin, tempère un peu les propos : "Une des grandes habiletés du communisme est de savoir se servir de ces ressorts profonds de la vie des peuples, et de les mettre au service, hélas, de son idéologie. Un des artifices de sa propagande est de faire croire à ceux qui regardent de loin que ces qualités sont des qualités communistes, alors qu'elles sont proprement humaines. (...) Notre espoir est d'ailleurs que l'Afrique de demain sera la preuve vivante de ce que l'homme peut être travailleur et patriote, en même temps qu’il est libre". Une revue de presse aborde une nouvelle fois les difficultés chinoises à partir de reportages parus dans Le Monde18. L'éditorial du no 831 (12-18 juillet 1963) renvoie dos à dos les Deux communismes, le chinois et le russe. Un débat public et libre : la Chine Populaire et l'Afrique dans les no 913 (4-10 février 1965) et no 931 (10-16 juin 1965) pose avec circonspection le problème de l'aide et n'oublie pas de faire remarquer, en toile de fond, le souci de ce pays "d'accélérer l'emprise de 'son' communisme sur le monde". La crainte de l'exportation de la révolution culturelle fait titrer le 11 mai 1967 Alerte en Afrique ! Un long reportage commencé le 24 octobre 1968 confirme. Le premier volet est intitulé "Exporter le 'Vent d'Est' à travers le monde. Nouveau dossier le 6 février 1969 : "Les chances de la Chine Populaire en Afrique”, "Les deux Chine courtisent l'Afrique". Le 10 avril, le congrès du RC. chinois est relaté : "on continue à Pékin à être contre le monde entier" dit le titre. À la fin de l'année, le copieux supplément du no 1161 "La propagande chinoise et l'Afrique" fait le tour de toutes les craintes inspirées par le géant. Quand le journal annonce, le 11-17 décembre 1969, que "la Chine construira la voie ferrée Tanzanie-Zambie" et donne tous les détails des tractations, terminant sur la satisfaction des gouvernements concernés, la fin est quelque peu amère : "l"Occident, qui craint l'implantation de la Chine communiste en Afrique, l'est moins (satisfait). N'eût-il pas été mieux avisé de faire droit aux légitimes demandes de pays qui ont longtemps compté sur lui pour leur développement et ont aujourd'hui l'impression d'être abandonnés ?"

Quels rapports avec les communistes ?

30En 1957, est abordé l'aspect plus personnel des réponses que la doctrine communiste n'apporte pas aux questions fondamentales de l'homme (no 502 et 513 de 1957). Louis Martin rappelle le 7 mars 1958 que l'hebdomadaire "n'a cessé de dénoncer les limites 'terrestres 'de ce faux idéal, son ignorance des valeurs essentielles de l'homme, son refus de Dieu, son mépris du transcendant et du sacré, et par suite des comportements inhumains et son incompatibilité radicale avec toute religion... Mais il nous paraît opportun d'offrir à nos lecteurs un exposé suivi de la doctrine communiste, étudiée non du point de vue de son efficacité technique, mais dans ses principes profonds et son fondement anti-religieux, par-delà les camouflages qu'elle n'hésite pas à revêtir, s'appropriant les plus légitimes aspirations des hommes et des peuples. (...) Qu'on ne nous accuse pas de faire œuvre "négative". Nous poursuivons seulement notre travail de dix ans, qui est de stigmatiser l'égoïsme des privilégiés, de dénoncer les mirages, les faux slogans, les chemins sans issue, de suggérer des moyens concrets de promouvoir une authentique justice sociale et une véritable liberté humaine, dans un pays libre. C'est sans équivoque que nous crions : attention, la vraie liberté n'est pas là ! L'émancipation proposée par un système ennemi de Dieu et de l'homme est mensongère... L'Afrique ne s'affranchit pas, durement et courageusement, des anciens jougs, pour succomber à un esclavage plus implacable". Ce texte est suivi d'une étude de Mgr Ancel "Dogme et morale communistes" déjà parue dans La Croix de Lyon et qui dure jusqu'au no 566, soit pendant trois mois !

  • 19 Cette troisième voie a déjà été proposée par E. Milcent in no 438 (20 décembre 1955) p. 6 et J.-R. (...)
  • 20 No 661 (6 avril 1960) p. 1 éditorial. Voir aussi no 661 (6 avril 1960) p. 10 ; no 662 (13 avril 19 (...)

31La visite de Khrouchtchev en France, "boucher de Budapest" (23 mars 1960), est une nouvelle occasion pour répéter le même message : il faut prier pour l'Église du silence, dénoncer les visées expansionnistes en Afrique et trouver une voie originale, ni capitaliste, ni communiste, "plus humaine"19 : "Sans doute, nos leaders clament-ils la volonté de l'Afrique de demeurer en dehors des deux blocs. Mais ils se font illusion, s'ils croient que nous avons assez de force pour nous défendre tout seuls. Il nous faut, pour y parvenir, une doctrine solide qui puisse enthousiasmer les masses autant que le marxisme. Tant que nous en demeurerons au stade du culte de la personnalité, nous serons comme un coq au vin prêt à être mangé par le socialisme dit scientifique. Est-ce à dire que nous devons partir en croisade armée contre le communisme ? Ce serait aller contre la volonté de paix de tous les peuples de la terre". Nouvelle exhortation à résister à M. K. : "Si nous unissons nos efforts, si nous acceptons nos différences, tout en sachant demeurer ensemble, au lieu de chercher l'intérêt de quelques-uns en camouflant notre égoïsme sous de grands mots, si nous nous efforçons d'ouvrir nos peuples à la vie de l'esprit, et au respect de l'homme, alors oui ! nous pourrons bâtir une Afrique suffisamment forte pour jouer un rôle original entre l'Est et l'Ouest"20. Le mois suivant (6 avril 1960), les propos tenus devant la presse par Dacko, chef du gouvernement de Centrafrique à son retour de Paris, fournissent un titre-choc : "Nous espérons que la Russie n'utilisera pas l'Afrique pour coloniser l'Europe".

  • 21 No 666 (11 mai 1960) p. 3. Même distance par rapport à des anti-communistes "primaires" dans no 71 (...)

32Le réalisme prévaut cependant. Dans sa chronique hebdomadaire, S. Kiba se demande : "Comme le Togo, le Cameroun pourra-t-il se payer le luxe d'une ambassade russe à Yaoundé ? M. Ahidjo ne semble pas vouloir entretenir de rapports avec l'Est qui, selon lui, entretient les combattants de l'U.P.C. Cependant, cela serait plus politique de ne pas bouder l'URSS. On peut négliger, et même il est bon de négliger ceux qui gravitent autour de l'URSS, mais il vaut mieux essayer en politique pure de ne pas se mettre à dos le deuxième grand de cette planète. Il est vrai qu'une ambassade russe équivaut à 300 propagandistes nouveaux"21. La semaine suivante, il revient sur les complots de Conakry puis remarque : "À Brazzaville, l'Abbé Youlou (...) semble voir des complots communistes ou communisants un peu partout. On aurait ajouté un peu plus de foi à cette affaire s'il n'y avait pas ces conseillers imbus d'un anticommunisme qui en fait, ne fait qu'aider à installer l'erreur qu'ils combattent".

  • 22 No 694 et suivant (23 novembre 1960) p. 10. Cf. aussi no 668 (25 mai 1960) p. 10 ; no 679 (10 août (...)
  • 23 No 727 (12 juillet 1961) p. 13 Une curieuse façon d'aider... ou les avatars du coton égyptien. Un (...)

33Mais la fin de l’année et 1961 voient une série de reportages, originaux ou repris d’autres publications, qui dénoncent des dysfonctionnements de la société soviétique et les problèmes cruciaux auxquels doivent faire face les étudiants afro-asiatiques (endoctrinement, mépris, racisme)22. L’éditorial du 15 mars 1961 décortique le terme de démocratie populaire en titrant Dictature ou démocratie ? Les échanges inégaux sont déjà dénoncés comme ils le seront tant de fois plus tard. Ce jour-là, il s'agit des ventes à bas prix de coton égyptien aux pays de l'Est pratiquant des cours inférieurs aux prix mondiaux à l'Ouest : "sous couleur de socialisme et en affirmant à tous vents son 'désintéressement', le bloc de l'Est est finalement plus dangereux encore que 'l'impérialisme' occidental"23.

34Au moment de la crise, Simon Kiba est l'envoyé spécial d'Afrique Nouvelle à Berlin et il revient sur La persécution religieuse en R. D. A. en concluant : "il n'est malheureusement pas possible que beaucoup de catholiques africains ou de missionnaires puissent se rendre derrière le rideau de fer pour constater ce que j'ai vu. C'est une expérience unique" (27 septembre 1961).

  • 24 No 742 (25 octobre 1961) p. 12-13 et no 743 (1er novembre 1961) p. 13.

35C'est aussi l'année du vingt-deuxième congrès du parti communiste soviétique, qui provoque la rupture entre l'URSS et l'Albanie, mais révèle les divergences du bloc de l'Est. "Les Occidentaux auront remarqué avec plaisir que les 'contradictions internes' n'existent pas seulement dans le monde 'capitaliste'24 !

36L'annonce "solennelle" du rétablissement de relations diplomatiques entre la Côte d'ivoire et l'Union Soviétique est annoncée sur toute la dernière page du no 950 (21 octobre 1965) par ce titre en rouge "L'U.R.S.S. ne fait plus peur à l'Afrique". Et tout l'article explique les raisons de ce revirement.

37Vingt ans plus tard, la peur du communisme est toujours là même si on a pu lire un récit dithyrambique d'un périple ouest-africain de Ceausescu le 16 mars 1977. La visite de François Mitterrand en Afrique est l'occasion de se réjouir de la proclamation de non-ingérence dans les affaires intérieures africaines. "Mais il ne faut pas oublier que, pour leur propre sécurité, bon nombre de nos gouvernements ont encore besoin de l'appui militaire de l'Elysée. Attitude responsable qui consiste à contrecarrer l'avancée communiste qui cherche à étendre sous le couvert du progressisme soviéto-cubain" (26 mai - 1er juin 1982). La mort de Brejnev permet de faire une longue analyse des échecs russes en Afrique où le dirigeant n'est jamais allé (17-23 novembre 1982, L'Union Soviétique après Brejnev entre le beurre et les canons).

38En revanche le bilan de la coopération chinoise en Afrique est nuancé. René Odou n'y semble pas hostile, à condition qu'elle soit circonstanciée et qu'il y ait un suivi (problème des pièces de rechange...) : "en un mot, la Chine en vingt ans a fait en Afrique un travail de termite qui généralement peut être qualifié de positif (sic). (...) Le principal reproche que l'on pourrait faire à la Chine c'est celui dans ses échanges avec l'Afrique de vouloir tirer toujours le maximum de profit de son côté (tout est chinois, fabriqué par des Chinois). Cette attitude qui en a frustré plus d'un ne profite guère aux pays africains. (...) Pékin sait parfaitement qu'il n'a pas les possibilités financières de se présenter comme la troisième alternative en Afrique. Les États africains également ne se bercent pas d'illusions, convaincus qu'ils sont des limites chinoises. Pratiquement tous aussi même s'ils ne l'avouent pas souvent attendent beaucoup de l'expérience de la Chine en matière de lutte contre les tares du sous-développement" (29 décembre 1982-4 janvier 1983).

39Alain Agboton, lui, se réjouit de l'établissement à partir du 1er mars 1983 de relations diplomatiques entre la Chine et la Côte d'ivoire et explique le 23 mars pourquoi Abidjan a surmonté son anti-communisme : "cette situation anachronique, où deux 'géants 'sur leur continent s'ignorent ne pouvait perdurer indéfiniment". Et si cela s'accompagne d'une rupture avec Taïwan "on serait tenté de dire : un de perdu, dix de retrouvés, surtout quand cela permet de remettre les pendules ivoirienne et chinoise à l'heure des grands peuples".

  • 25 No 1760 (30 mars - 5 avril 1983) p. 8. Voir l'étude sur Sankara dans la quatrième partie.

40Pourtant, toute crainte n'est pas effacée, et le coup d'État à Ouagadougou est titré "Haute-Volta danger communiste" tandis que la photo de Thomas Sankara porte en légende : "des sympathies marxistes qui inquiètent"25.

41Le centenaire de la mort de Marx est célébré par un long dossier de Lucien Houédanou (20-26 avril 1983 Marx : le prophète et l'épouvantail). Un chapeau introduit le sujet. "Pour une partie de l'humanité, l'homme représente un prophète, voire un dieu. Mais il est également le prétexte aux pires formes d'écrasement. Et du fait que tout un système économique tente de s'édifier sous sa bannière, ce penseur constitue un véritable épouvantail pour les bénéficiaires du capitalisme dont il a été un des critiques les plus perspicaces. Sans méconnaître l'ampleur de sa pensée, il est temps de désacraliser Marx".

42Un panorama de la vie des pays marxistes est tenté : "des régimes des plus primairement anti-communistes se montrent autant (sinon plus) dogmatiques et intolérants. Ou alors, ils peuvent, sous un libéralisme de façade, se révéler extrêmement répressifs. Cependant, si le recours à l'idéologie marxiste ne se révèle pas plus garante des libertés élémentaires que ne l'est le pouvoir sécrété par le système capitaliste, il faut alors reconnaître que les analyses de Karl Marx sont insuffisantes".

43Un encadré Marxisme la religion des intellectuels analyse la position de Marx vis-à-vis de la religion puis continue "pour le sociologue, les grandes manifestations du marxisme institutionnel ne se distinguent guère des manifestations religieuses : les marxistes ont leurs saints et leurs images pieuses (...) ; des slogans et des clichés leur tiennent lieu de formules rituelles (...). On n'a pas eu tort de dire, en paraphrasant la formule de Marx, que 'le marxisme est l'opium des intellectuels' ; on devrait même pouvoir aller plus loin et affirmer que 'le marxisme est la religion des intellectuels'".

44La situation en Afrique amène la rédaction à reprendre un article de l'agence DIA démontrant que l'Église doit former les chrétiens à la discussion avec les marxistes (19-25 octobre 1983).

45Afrique Nouvelle, en quarante ans, a donc quelque peu assoupli ses positions mais l'affaiblissement du communisme l'y a certainement aidé, comme le montre l'éditorial du 7 septembre 1983. À un lecteur qui passait au crible les articles sur le sujet et dénonçait l'anti-communisme du journal, la revue répond le 31 août 1983 : "Et puis, n'oubliez pas cher ami, qu'Afrique Nouvelle est un journal catholique engagé. Alors sans vouloir faire de l'anti-communisme béat, de grâce ne nous demandez pas d'être pro-communistes".

46Cette volonté d'une identité à la fois catholique et africaine va amener l'hebdomadaire à vouloir concilier ces deux exigences dans la conception même de sa religion. Et sa sélection des nouvelles privilégie d'abord le côté africain de la vie de l'Église.

Échos de l'Église africaine

  • 26 No 659 (23 mars 1960) p. 5 Qui est le cardinal Rugambwa ? d'après La Croix et les informations du (...)
  • 27 No 660 (30 mars 1960) p. 5 Une page dans l'histoire de l'Eglise. Cotonou, le 20 mars 1960 : intron (...)
  • 28 Cf. no 1749 (12-18 janvier 1983) et p. 5 éditorial Merci Jean-Paul II. "(...) Nul doute que les cr (...)

47Les principales étapes de l'africanisation de l'Église provoquent de longs articles : le premier cardinal26, le premier archevêque27... puis toutes les autres promotions sont signalées en général à la Une puis en couverture : "Alléluia ! Alléluia ! Oui, c'est ce que nous avons fredonné à notre rédaction, le 5 janvier courant, en apprenant la bonne nouvelle : Mgr Bernard Yago, cardinal"28. Le 14 février 1956, le sacre de Mgr Perraudin au Rwanda par Mgr Birigirumwami est annoncé ainsi : Pour la première fois, un évêque noir consacrera un évêque blanc. Et le commentaire insiste sur le fait que "ce sacre est un exemple frappant de la position prise par l'Église en général, et par les missionnaires en particulier, dans l'angoissant problème de la discrimination raciale. L'Église prône l'égalité absolue des hommes à quelque race qu'ils appartiennent".

48Chaque consécration est l'occasion de rappeler les orientations. Ici, il s'agit de la cérémonie à Rome pour quatorze évêques dont huit Africains : "C'est pour cet 'échange de vie et d'énergie', comme la définissait Pie XII, et non pour des raisons politiques ou psychologiques, que l'épiscopat autochtone est une exigence. Il est le couronnement et la mise en œuvre totale des valeurs propres de chaque Église particulière. Et finalement, ce qui nous réjouit le plus, c'est que dans l'achèvement et le perfectionnement de notre Église, les valeurs africaines : voltaïques, ghanéennes, malgaches ou autres, vont de plus en plus jouer leur rôle original" (11 mai 1960).

49La situation du catholicisme à travers le continent est passée au peigne fin. Dans le numéro spécial du 25e anniversaire, le conseiller religieux de la rédaction établit un bilan long de deux pages entières.

  • 29 No 1889 (18-24 septembre 1985) p. 9-10. Un historique de la christianisation du pays avait été fai (...)
  • 30 No 1893 (16-22 octobre 1985) p. 20-21, deux pages de L'Actualité religieuse ; no 1897 (13-19 novem (...)

50Exemple révélateur : les lecteurs sont tenus au courant, semaine après semaine, de l'évolution des rapports entre l'Église et l'État au Burundi, pays, dont par ailleurs, on parle peu en dehors de son accession à l'indépendance, des massacres (de 1972 surtout) et de l'instauration de la République à la fin de 1966. En 1985, un article qui redonne les principaux jalons historiques est symboliquement intitulé "Burundi l'église persécutée"29 et répertorie toutes les mesures hostiles en les expliquant ainsi : "Le régime actuel ne pardonne pas à l'Église son attitude lors des événements sanglants de 1972 ". Elle "a effectivement cherché à protéger la minorité (sic) Hutu écrasée et a aidé certains à fuir la persécution. Et puis le clergé local sans enthousiasme a accueilli l'avènement du parti-État (...) dictature camouflée. L'Église (...) représente surtout le seul contre-pouvoir". Régulièrement30 apparaissent sous un titre récurrent, L’État contre l'Église, et le plus souvent dans la rubrique "vie et foi" des éléments pour suivre l'évolution de la situation.

51Le no 1956 (14 janvier 1987) fait le bilan de toutes les tentatives de conciliation menées par le Vatican et des évêques burundais ; il dénonce la mauvaise volonté de l'État en rappelant toutes les actions dirigées contre l'Église. Il conclut : "on prête au régime de Bagaza, confronté à de sérieuses difficultés, de vouloir réduire ainsi l'influence de l'Église sur le peuple. En tout cas, le chef de l'Église catholique a justement, dans son message, rappelé que l'Église ne nourrit aucune ambition de pouvoir, ne demande aucun privilège. Jean-Baptiste Bagaza se laissera-t-il enfin convaincre ?"

  • 31 No 1964 (11 mars 1987) p. 20-21. Cf. aussi no 1967 (1er avril 1987) p. 21

52Y a-t-il une Église du silence ?31. L'interview de deux prêtres expulsés, et très critiques vis-à-vis du Président accompagne une photo de ce dernier légendée : "Difficile de saisir la logique qui anime un tel homme

53Par-delà ce cas de figure qui confine à la politique, les grandes manifestations de foi locales sont toujours relatées. Le pèlerinage de Popenguine au Sénégal dont la revue publie chaque année un compte-rendu, se présente le 13 novembre 1985 sous forme d'une rétrospective en B.D. Tout le mois de septembre 1954 voit paraître le récit du pèlerinage d'Africains à Rome via Lourdes et Marseille : "On chante et l'on prie dans toutes les langues de nos missions, et les chrétiens de France sont dans l'admiration. Nous les avons entendu dire, hier, à Notre-Dame de la Garde : "Ah ! ces Africains ! comme ils sont pieux ! Quelle magnifique image de l'Église Universelle ils nous montrent".

"L'inculturation, difficile équilibre"32

  • 32 Titre de l'article du 28 août - 10 septembre 1985, p. 19.
  • 33 No 1444 (2-8 avril 1975) p. 13. Tous les travaux qui portent sur le sujet sont répertoriés comme c (...)

54"Il y a une expression africaine de la foi"33. Les efforts pour replacer chaque donnée dans le contexte local sont nombreux. Ainsi, Simon Kiba annonce le 15 avril 1987 Marie, modèle pour la famille africaine et même si, au départ, le terme d'inculturation n'est pas employé (il apparaît assez tardivement : dans le no 1883 de 1985, deux articles l'utilisent), c'est bien sa réalisation qui est prônée.

  • 34 No 703 (25 janvier 1961) p. 8. Voir aussi no 424, 20 septembre 1955 p. 4 En marche vers un humanis (...)

55Un extrait de Jeunesse d'Afrique, bulletin des Etudiants catholiques de Dakar (17 mai 1955) dans lequel il est démontré que le catholicisme n'est pas incompatible avec les coutumes africaines reprend la conclusion de Tempels : la philosophie bantoue sera chrétienne ou ne sera pas. Pleinement chrétiens et pleinement africains est le titre donné le 1er mai 1956 pour évoquer une résolution des étudiants catholiques de l'Afrique noire en France. Idée reprise souvent, parfois très longuement, sur plusieurs numéros, comme fin 1960-début 1961 Palabres avec le Greffier. Non ! ma religion ne me désafricanise pas (une légende de photo annonce "Le baptême chrétien se transmet par tous les prêtres à travers tous les peuples : il n'a jamais enlevé personne à sa patrie"34) ou en septembre 1982, par Efoé Julien Pénoukou, professeur de théologie africaine à l'ICAO (Abidjan) dans Les réalités des églises africaines (questions et réflexions). A la fin de cette même année (15-21 décembre 1982), il donne encore 20 ans après Vatican II le point de vue d’un Africain où il insiste sur le nécessaire rôle de ses compatriotes. La rédaction a souvent lutté en faveur d'une catéchèse inspirée du patrimoine culturel africain.

56Il faut cependant respecter, dans ce domaine, les directives papales, dont les mises en garde contre des excès sont répercutées scrupuleusement, comme lors du voyage au Togo en 1985.

57Cela suppose, bien évidemment, un traitement à stricte égalité.

58Le 8 avril 1953, "Prêtres européens sous les ordres d'un évêque africain" se plaît à constater que trois communautés de Pères Blancs au Rwanda collaborent avec Mgr Bigirumwami, et que deux prêtres du diocèse de Malines vont rejoindre ce Vicariat de Nyundo. Le 27 janvier 1954 un commentaire sur la diversité du clergé catholique ("De toutes races et de toutes couleurs") est illustré par une photo qualifiée d'émouvante où l'on voit un prélat blanc donner l'accolade à un prêtre noir. Le 15 novembre 1961, la cérémonie mettant face à face Mgr Gantin et Mgr Riobé est ainsi présentée : "Pour la première fois en Europe, un Evêque noir a consacré un Evêque blanc". En 1981 encore (9-15 septembre), le compte-rendu du livre Voici le temps des héritiers remarque : "Jean-Marc Ela et René Luneau sont des amis. L’un, Africain. L’autre, non. Ils ont choisi d’écrire ensemble".

59Le tour d'horizon des principaux aspects purement religieux doit être complété par un chapitre capital qui occupe une très grande place dans les colonnes du journal, celui de la défense traditionnelle de la famille mais aussi — ce qui est plus original — de la femme.

Notes

1 No 502 (19 mars 1957) p. 1. Idées redites dans le no 591 (5 décembre 1958) p. 4 Révolution anti-familiale.

2 No 1741 (17-23 novembre 1982) p. 14 à 18 plus 21. Cf. aussi no 224 (17 novembre 1951) p. 1.

3 No 1806 et no suivants, p. 18-19, puis 16 et 17, 20-21. Voir également no 1824 p. 17-19 Les conditions d’une sexualité libérée et no 1870 (8-14 mai 1985) p. 18-19. À opposer aux condamnations de films qui attaquent la morale publique cf. no 567 (20 juin 1958) p. 1, ou au soutien au procureur de Bamako qui a interdit les cinémas aux jeunes non accompagnés (no 357, 2 juin 1954 p. 1), ou encore à un article intitulé Au paradis suédois à propos des divorces (no 517, 2 juillet 1957) p. 4.

4 No 1964 (11 mars 1987) p. 5 éditorial L’homme création de Dieu. Voir aussi no 1044 (10-16 août 1967) p. 1, 8-9 Le contrôle des naissances.

5 No 1904 (15 janvier 1986) p. 16-17 ; no 1970(22 avril 1987) p. 16-17, etc.

6 Le piège de Mexico, 5-21 août 1984, p. 15. Le dossier lui-même est intitulé L’apocalypse démographique : chimère ou réalité ?

7 Il a fallu attendre le 25 février 1953 pour avoir un écho de son prix Nobel décerné en novembre précédent. L'article se fait surtout le porte-parole des controverses sur l'écrivain et s'en réfère à Radio-Vatican pour accepter ses positions tout en privilégiant le christianisme de Claudel.

8 Cf. no 143 (30 avril - 6 mai 1950) p. 1 Coalition islamo-chrétienne contre le communisme athée ? ; no 180 (13 janvier 1951) p. 1 Les musulmans et nous ; no 430 (1er décembre 1955) p. 4 ou no 591 (5 décembre 1958) p. 1-8 ; no 908 (31 décembre 1964 - 6 janvier 1965) p. 8. Voir également no 43 (30 mai - 5 juin 1948) p. 1-3 Position religieuse du communisme.

9 Cf. no 53 (8-14 août 1948) p. 3 Vers la disparition de la religion. Stratégie et tactique communiste ; no 292 (11 mars 1953) p. 7 sur la mort de Staline où il est dit "le communisme, sous toutes ses formes, reste la grande erreur de notre siècle" ; no 295 (1er avril 1953) p. 1 Un noir ex-communiste dénonce la tyrannie du parti ; no 461 (5 juin 1956) p. 4 Pas de coexistence possible entre christianisme et communisme pense-t-on à Rome ; no 474 (4 septembre 1956) p. 4 ; no 496 (5 février 1957) p. 6 Les communistes et nous.

10 No 338 (27 janvier 1954) p. 4. À l'inverse, le 4 octobre 1952, à la question "Chariot est-il communiste ? la rédaction n'apporte pas de réponse formelle mais constate qu'il "a encouru de graves reproches sur le plan de la moralité. On a parlé de 'turpitudes'. Eu égard aux faits, le mot semble à peine exagéré".

11 No 51 (25-31 juillet 1948) p. 3 ; no 78 (30 janvier - 5 février 1949) p. 1-4 La situation religieuse en Russie et pays satellites ; no 293 (18 mars 1953) p. 4 ; no 338 (27 janvier 1954) p. 6 ; no 427 (11 octobre 1955) p. 1-8 et p. 6 entière plus nuancée ; no 727 (12 juillet 1961) p. 14 La persécution religieuse en Ukraine ; no 933 (24-30 juin 1965) p. 11 Plus que trois séminaires en Russie ; no 1123 (13-19 février 1969) p. 16 Voyage en Union Soviétique. La question religieuse.

12 No 26 (1er février 1948) p. 3 ; no 212 (25 août 1951) p. 1 Des religieuses catholiques auraient massacré des milliers d'orphelins ; no 249 (10 mai 1952) p. 5 Au delà du rideau de "bambous" ; no 252 (31 mai 1952) p. 5 1763 missionnaires expulsés de Chine en 15 mois ; no 261 (2 août 1952) p. 5 L'université catholique Fu-Jen est supprimée par les communistes ; no 267 (13 septembre 1952) p. 5 Nettoyage de cerveau en Chine communiste ; no 273 (25 octobre 1952) p. 1-6 D'Abidjan à Pékin à propos du voyage de G. D’Arboussier ; no 275 (8 novembre 1952) p. 3 Un témoignage bouleversant (du P. Schyns). Comment opèrent les communistes chinois pour arracher des "aveux" ; no 292 (11 mars 1953) p. 6 Un prêtre chinois meurt en martyr en récitant le Credo ; no 338 (27 janvier 1954) p. 6 ; no 350 (21 avril 1954) p. 4 Images de la Chine persécutée ; no 362 (14 juillet 1954) p. 4 Image vivante de la douleur humaine Martyr détaillé d'un prêtre ; no 370 (8 septembre 1954) p. 1-8 ; no 452 (3 avril 1956) p. 4 ; no 520 (23 juillet 1957) p. 4 Pékin poursuit la mise au pas des catholiques chinois. Douloureux bilan 1949-1957 ; no 520 (23 juillet 1957) p. 5 La "campagne de rectification" en Chine Populaire. Ouverture libérale ou piège policier ? ; du no 544 au no 546, 10-23 janvier 1958, p. 7 Aveux spontanés (feuilleton qui retrace les tortures subies par le P. Schyns aux mains des communistes chinois et sa rééducation) ; no 579 (12 septembre 1958) et suivant p. 5 Un cri d'alarme du Saint-Père. La persécution religieuse en Chine ne cesse de s'aggraver ; no 581 (26 septembre 1958) p. 4 Persécution religieuse en Chine communiste ; no 597 (16 janvier 1959) p. 4 En Chine communiste la lutte anti-religieuse continue implacablement ; no 996 (8-14 septembre 1966) p. 10 Huit religieuses expulsées par Pékin ; no 1198 (23-29 juillet 1970) p. 12 L'Eglise catholique en Chine.

13 No 62 (10-16 octobre 1948) p. 3 En Pologne arrestation massive de prêtres et de paysans ; no 70 (5-11 décembre 1948) p. 3 ; no 74 (1er-8 janvier 1949) p. 1 et numéros suivants Le Cardinal Mindzenty a été arrêté par les communistes ; no 83 (6-12 mars 1949) p. 1 La voix du monde entier s'élève maintenant que celle du Primat de Hongrie s'est tue ; no 94 (22-28 mai 1949) p. 3 Déportation en Pologne ; no 100 (3-9 juillet 1949) p. 1 Son Exc. Mgr Beran subira-t-il le sort du Cardinal Mindszenty ? ; no 117 (30 octobre - 5 novembre 1949) p. 1-4 Le bouleversant témoignage d'un Hongrois ; no 122 (4-10 décembre 1949) p. 3 deux articles sur la Tchécoslovaquie ; no 132 (12-18 février 1950) p. 4 ; no 167 (14 octobre 1950) p. 3 Où l'on massacre la liberté ; no 181 (13 janvier 1951) et suivant p. 3 ; no 249 (10 mai 1952) p. 5 Graves révélations de parlementaires français sur le régime de Tito et son action antireligieuse ; no 271 (11 octobre 1952) p. 5 Le temps des martyrs n'est jamais fini. A Sofia un évêque et trois prêtres catholiques sont condamnés à mort ; no 296 (8 avril 1953) p. 6 L'Eglise de Bulgarie persécutée ; no 362 (14 juillet 1954) p. 1 sur l'arrestation de Mindsenty ; no 364 (14 juillet 1954) p. 4 Torturés à mort. D'après l'Agence de presse NCWC l'on travaillerait à Prague à la préparation d'un nouveau procès monstre contre les prêtres et les laïcs catholiques de Tchécoslovaquie ; no 420 (23 août 1955) p. 3 à nouveau sur Mindsenty ; no 457 (8 mai 1956) p. 4 sur l'Allemagne de l’Est ; no 458 (15 mai 1956) p. 4 Tito le persécuteur ; no 478 (2 octobre 1956) p. 4 Comment le Maréchal Tito pense étouffer l'Eglise ; no 478 (2 octobre 1956) p. 5 Europe soviétisée ; no 492 (8 janvier 1957) p. 4 ; no 603 (27 février 1959) p. 4 L’Eglise du silence en Allemagne Orientale ; no 715 (19 avril 1961) p. 14 Nouvelle vague de persécution en Hongrie ; no 1197 (16-22 juillet 1970) p. 13 L'Eglise catholique en Pologne.

14 No 39 (2-8 mai 1948) et suivant p. 1-4 Communisme et religion ; no 108 (28 août - 3 septembre 1949) p. 3 Guerre de religion ; no 159 (19 août 1950) p. 3 Depuis cinq ans 13000 prêtres ont été victimes de la persécution communiste ; no 163 (16 septembre 1950) p. 3 En Corée un aumônier catholique est assassiné par les communistes ; no 237 (16 février 1952) Esclaves des temps modernes ; no 261 (2 août 1952) p. 5 Pas un seul prêtre... (sur la Corée du Nord) ; no 311 (22 juillet 1953) p. 6 La Pologne torturée tient tête ; no 356 (2 juin 1954) p. 6 entière Communisme et religion ; no 714 (12 avril 1961) p. 14 Les catholiques dans les pays communistes ; no 1775 (13-19 juillet 1983) p. 20-21 Ethiopie l'Eglise persécutée.

15 No 63 (17-23 octobre 1948) p. 1-3 Les musulmans en U.R.S.S. ; no 143 (30 avril - 6 mai 1950) p. 1 ; no 373 (29 septembre 1954) p. 1 Nouvelles attaques soviétiques contre l'Islam ; no 459 (22 mai 1956) p. 4 Musulmans, protestants, bouddhistes de Malaisie approuvent la condamnation du communisme par les évêques catholiques.

16 No 411, 21 juin 1955 p. 4 et no 899 (30 octobre - 5 novembre 1964) p. 13. Il est intéressant de lire aussi les attaques sur les députés communistes et l'Afrique in no 92 (7-11 mai 1949) p. 4 et suivant p. 1-3.

17 No 444 (7 février 1956) p. 7. Voir aussi no 497 (12 février 1957) p. 7 Un "séminaire" communiste pour Africains à Prague ; no 940 (12-18 août 1965) p. 8-9 Stratégie des pays communistes européens en Afrique ; no 1442 (16-22 février 1977) p. 8-9 Mozambique : l'ombre de Moscou.

18 No 610 (17 avril 1959) p. 10. Voir également no 708 (1er mars 1961) p. 13 La famine sévit en République Populaire de Chine.

19 Cette troisième voie a déjà été proposée par E. Milcent in no 438 (20 décembre 1955) p. 6 et J.-R. de Benoist in no 599 (30 janvier 1959) p. 1-8 Défense de la dignité humaine : "Le rôle des nouveaux États africains dans le monde n'est-il pas de découvrir, entre l'économie libérale et le communisme, la voie nouvelle d'un développement harmonisé et orienté vers un seul but : l'épanouissement de l'homme tout entier et de tous les hommes ?".

20 No 661 (6 avril 1960) p. 1 éditorial. Voir aussi no 661 (6 avril 1960) p. 10 ; no 662 (13 avril 1960) p. 10.

21 No 666 (11 mai 1960) p. 3. Même distance par rapport à des anti-communistes "primaires" dans no 716 (26 avril 1961) p. 7 à propos du Congo belge.

22 No 694 et suivant (23 novembre 1960) p. 10. Cf. aussi no 668 (25 mai 1960) p. 10 ; no 679 (10 août 1960) p. 10 ; no 714 (12 avril 1961) p. 16 En Russie soviétique aussi les problèmes paysans sont loin d'être résolus ; no 730 (2 août 1961) p. 13 par S. Camara Le paradis communiste.

23 No 727 (12 juillet 1961) p. 13 Une curieuse façon d'aider... ou les avatars du coton égyptien. Un Panorama de l'aide des pays socialistes à l'Afrique noire pour 1964 établi par Croissance des Jeunes Nations est reproduit dans le no 930 (3-9 juin 1965) p. 9.

24 No 742 (25 octobre 1961) p. 12-13 et no 743 (1er novembre 1961) p. 13.

25 No 1760 (30 mars - 5 avril 1983) p. 8. Voir l'étude sur Sankara dans la quatrième partie.

26 No 659 (23 mars 1960) p. 5 Qui est le cardinal Rugambwa ? d'après La Croix et les informations du Secrétariat général des Pères Blancs. Rappelons que dans le no 228 (15 décembre 1951) une rétrospective est faite sur le premier évêque noir : Dom Henrique, prince du Congo (mort en 1543).

27 No 660 (30 mars 1960) p. 5 Une page dans l'histoire de l'Eglise. Cotonou, le 20 mars 1960 : intronisation du premier archevêque africain. Voir aussi no 1482 (23-29 novembre 1977) p. 19 Côte d'ivoire épiscopat africanisé.

28 Cf. no 1749 (12-18 janvier 1983) et p. 5 éditorial Merci Jean-Paul II. "(...) Nul doute que les croyants non catholiques de Côte d'ivoire fêteront eux aussi cet événement qui a rempli d'aise le président Houphouët (...). En effet, tout homme qui croit en Dieu est concerné lorsque d'autres croyants se rassemblent pour se réjouir, pour purifier leur foi et améliorer leur communion ".

29 No 1889 (18-24 septembre 1985) p. 9-10. Un historique de la christianisation du pays avait été fait par l'évêque de Gitega dans le no 1444 (2-8 avril 1975) p. 18.

30 No 1893 (16-22 octobre 1985) p. 20-21, deux pages de L'Actualité religieuse ; no 1897 (13-19 novembre 1985) p. 14-16, trois pages entières reproduisent le message intégral des évêques aux fidèles paru dans l'Osservatore Romano avec un chapeau qui parle "des nombreuses exactions" du gouvernement contre l'Eglise ; no 1934 (13 août 1986) p. 21 ; no 1943 (15 octobre 1986) p. 11 ; no 1947 (12 novembre 1986) p. 20-21, nouvelle lettre des évêques ; no 1951 (10 décembre 1986) p. 8 Burundi L’État contre les Eglises.

31 No 1964 (11 mars 1987) p. 20-21. Cf. aussi no 1967 (1er avril 1987) p. 21

32 Titre de l'article du 28 août - 10 septembre 1985, p. 19.

33 No 1444 (2-8 avril 1975) p. 13. Tous les travaux qui portent sur le sujet sont répertoriés comme ceux du P. Luneau dans le no 1345 (9-15 avril 1975) p. 18-19.

34 No 703 (25 janvier 1961) p. 8. Voir aussi no 424, 20 septembre 1955 p. 4 En marche vers un humanisme chrétien-africain ; no 1409 (30 juin - 6 juillet 1976) p. 18 L’africanisation en question.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540