Version classiqueVersion mobile

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Première partie : La vie difficile d'un journal catholique engagé

5. Un hebdomadaire Africain

Texte intégral

1Au départ, Afrique Nouvelle fut "provisoirement bi-mensuel" mais, dès le no 9 du 5 octobre 1947, choisit définitivement d'être hebdomadaire. Et il y réussit. Quelques irrégularités sont à noter à partir de janvier 1972 où on savait déjà qu'il devait s'interrompre (il parut alors tous les 10 jours mais parfois par quinzaine).

Austère...

2La présentation générale n'a subi qu'une seule grande modification.

3Des débuts au 15 juin 1972, moment de sa suspension pour des raisons financières, l'aspect a été celui d'un journal. Commencé sur format tabloïd, il passa à de grandes (impression sur 53x40 cm) feuilles le 3 juillet 1949 (au centième numéro) pour "donner des informations plus abondantes, en même temps qu'une illustration plus instructive". Au 1er mars 1961, il réduisit ses pages à des dimensions plus maniables (43x30 cm, photo 1, page 20).

4Les projets de relance achoppèrent sur des questions de financement. La formule qui l'emporta finalement adopta un format news (21x29 cm) avec, invariablement, 28 pages (photo 2, page 46). Globalement, cela correspondait au volume d'un journal de 8 pages, formule la plus répandue bien qu'un certain nombre d'exemplaires n'aient eu que 6 voire 4 pages, d'autres 12, 16 et jusqu'à 20 pages (annexe 1).

5La couleur apparut dans le titre du no 647 (1er janvier 1960), faisant alterner le bleu, le rouge et le vert pour ne garder que le rouge début 1961 jusqu'en 1972, à part un intermède bleu les 12 et 19 avril cette année-là, et du vert en 1963. Durant les quarante ans d'existence, elle fut cantonnée à la couverture, pour d'évidentes raisons d'économie, rendant l'intérieur quelque peu austère. Chaque fois qu'un protestataire écrivait, la rédaction, penaude, faisait son auto-critique !

6La devise Connaître - Aimer - Servir fut imprimée sous le titre jusqu'au no 695 (30 novembre 1960) mais reste implicite jusqu'à la fin : en réponse à un lecteur, la rédaction insista le 9 février 1983 sur le fait que "sa devise (...) bien que ne figurant plus sur le journal a été maintenue". À partir de la livraison suivante, elle est remplacée par Le plus grand hebdomadaire de l'Ouest Africain et comporte souvent à l'intérieur l'encadré suivant Le seul journal à vous informer de toute l'Afrique. Un slogan est épisodiquement publié à partir de 1981 : une foi, une loi, une voix. La vérité Afrique Nouvelle.

7L'impression est souvent faite en très petits caractères — hormis les titres. On peut remarquer que les numéros qui ont précédé la suspension de 1972 étaient plus aérés, en lettres souvent plus grosses. Mais durant toute la période de parution, les coquilles ont été peu nombreuses.

8Le journal comporte peu d'illustrations. Il semble qu'il n'y ait jamais eu la place pour un photographe en tant que tel dans l'équipe. Dans le numéro spécial 30e anniversaire, il est précisé qu'il n'y a même pas un appareil photo à la disposition des journalistes. L'un ou l'autre pouvait être amené à prendre un cliché, mais l'essentiel provient d'agences spécialisées, fourni au départ par l'Office Central de la Presse Illustrée de Paris, les cartes provenant de Carto (Bruxelles). La reproduction est toujours en noir et blanc et souvent de qualité médiocre. Pourtant, de temps en temps, des efforts sont annoncés, comme dans ce no 1403 "pour rendre le journal plus agréable".

9Les noms qui reviennent le plus fréquemment sont, pour les débuts, OCPI. Un relevé sur les mois de février à juin 1987 amène en tête l'AFP suivis de CIRIC, Gamma et de nombreuses rédactions africaines. On note cependant quatre fois la signature de J.-R. de Benoist, alors collaborateur occasionnel.

Au contenu riche...

10Une répartition de la surface rédactionnelle en grandes rubriques (hors éditorial, jeux et B.D., couverture pour la nouvelle formule) a été menée à partir de dix exemplaires choisis de façon aléatoire (cinq de l'ancienne présentation, de 1953-1954, et cinq de la nouvelle, de 1983). Elle permet de voir que la structure n'a pas vraiment changé.

11Nous avons conservé en tant que telle une rubrique libellée Afrique Noire Française pour y inclure ensuite les pays faisant auparavant partie de cette catégorie. Volontairement, nous avons pris, pendant la période coloniale, une date qui ne correspondait à aucun moment crucial pour cet ensemble. On constate cependant que l'information "de proximité" joue, alors que plus tard, l'importance prise par les frontières limite l'intérêt pour les voisins. En revanche, les questions de société et de culture générale passionnent davantage (malnutrition, déforestation, musique et culture...).

Tableau 1 - Les grandes rubriques d'Afrique Nouvelle ( % / total)

Rubriques principales

1953-4

1983

Polilique Afrique Noire Française (puis ex)

34

17

Politique des autres pays d'Afrique

12

18

Société, cultures africaines

18

24

Religion

16

15

Monde

10

14

Sports

9

10

(Sources : no 320 ; 321 ; 324 ; 347 ; 350 ; 1781 à 1785)

  • 1 Sur les modifications de structure, voir, outre les numéros cités, no 589 (21 novembre 1958) ; no  (...)

12Mais la principale évidence est quand même la part énorme réservée au continent, d'autant plus que les chapitres "religion" ou "sports" traitent, eux aussi, majoritairement de l'Afrique1.

... qui privilégie l'Afrique

13La volonté d'informer d'abord sur les réalités locales, et avec un point de vue circonstancié, a toujours été répétée.

14Cette préoccupation saute encore plus aux yeux à partir du moment où la présentation de type journal (le titre était cependant accompagné d'un globe ne présentant que le continent comme le montre la photo 1) a été abandonnée au profit du magazine avec une couverture.

15Nous avons effectué deux tests pour concrétiser cette impression : toutes les couvertures de 1980 sont entièrement consacrées à l'Afrique, sauf deux (no 1599, Jeux de Moscou la fête compromise ? et no 1609, Tito "les morts ne sont pas morts") tandis que trois autres sont "mixtes" : no 1598, La Yougoslavie sans Tito (mais en bas : Bénin Kérékou fait le point), no 1617 : trois titres sur l'Afrique plus un sur l'Afghanistan, no 1636 : L’Amérique choisit Reagan (4/5) et Ouganda tension accrue (1/5). Proportion encore plus élevée en 1985 puisqu’il n'y a qu'une exception : le no 1852 titre Meilleurs vœux avec une photo et une citation de Jean-Paul II "La paix et les jeunes marchent ensemble". Cette même année, vingt-neuf quatrièmes de couverture présentent un pays africain (toutes du point de vue géographique et économique sauf une qui résume les vingt dernières années d'histoire).

16Autre sondage : en 1985 sur quarante-deux livres recensés, trente-cinq parlent de l'Afrique et seulement sept abordent un sujet de spiritualité.

17Si l'on regarde maintenant les feuilletons, on se rend compte que le choix porte sur des B.D. très connues comme, en 1954 Le testament de M. Pump d'Hergé ou, à partir de janvier 1960 (et encore en 1966) Johann et Pirlouit. La dernière page à compter du no 1783 (7-13 septembre 1983) se lance dans une bande dessinée africaine Les mésaventures de Massamba dont l'humour souvent échappe à un esprit européen ! Et la plupart du temps, les feuilletons sont plutôt des textes qui ont un rapport avec le continent. Ainsi, L'homme au bout de l'Afrique. Notes de voyage. "Un de nos lecteurs et ami qui fit, vers la fin de l'an dernier, un voyage en Afrique de l'Est et du Sud, a bien voulu nous autoriser à publier quelques pages de son journal de route. Ces notations prises sur le vif montrent jusqu'à quelles aberrations mène le préjugé raciste, que nous ne cessons de dénoncer, de quelque couleur qu'il soit. Le racisme est un défi à la justice, un sentiment inhumain et antichrétien. Il nous est agréable de constater, à la lecture du journal de route, que le racisme est inconnu au Mozambique, pays pourtant voisin de l'Union Sud-Africaine, mais où les blancs (venus du Portugal) ont eu la mentalité façonnée par le catholicisme" (19 mai 1954). Le 1er mars 1961 débutent Les inutiles de Sidiki Dembélé, aux Editions Bingo de Dakar, remplacé le 13 septembre, cette année-là, par L'Aventure ambiguë de Cheik Hamidou Kane avec une présentation du livre par Thomas Diop, Joseph Ma Thiam, Pierre Albin Martel et l'Abbé Porcher : "ce récit marque une date dans la littérature négro-africaine (...). L'Abbé Porcher réfléchit en chrétien devant cette œuvre d'un musulman convaincu". En 1967, c'est le roman de Sembene Ousmane Les Bouts de bois de Dieu qui sert de feuilleton.

18En matière de politique ou de société, les rubriques portant sur l'Afrique sont très nombreuses et après la lecture de près de 2 000 numéros, on peut constater que bien peu de sujets ont échappé à l'investigation.

19Ainsi Afrique Nouvelle compte souvent huit grandes pages depuis le 3 juillet 1949 (au centième numéro). La faiblesse de la publicité fait que la surface rédactionnelle est très importante. Elle est utilisée par des rubriques régulières comme celle des sports, le feuilleton. Les pages 2 et 3 La vie des Territoires et Ici et là sont composées en général de brèves qui donnent les petites et grandes nouvelles locales, parfois très pointillistes. Mais la "Une" est la plupart du temps centrée autour des thèmes politiques importants du moment intéressant le continent ; la page 4 donne l'éclairage de l'Église ; le détail des événements de l'Union française comme du reste du monde se trouve à côté (ce dernier est donc quelque peu marginalisé). L'avant-dernière page fournit enfin des échos de tous les autres pays d'Afrique, si lointains, si petits soient-ils, quelle que soit leur langue. Bref, l'information sur l'Afrique est d'une densité remarquable et il est certain qu'une petite équipe ne pouvait innover sans arrêt. On trouve donc beaucoup d'extraits de dépêches d'agences mais également des textes officiels, en sélection ou in extenso.

Avec un traitement varié de l'information

20En 1960, Afrique Nouvelle est abonnée au bulletin quotidien de l'A.F.P. et aux services hebdomadaires de Fides (agence romaine), Kipa (suisse), Ultramare (belge) et Dia (du Congo belge). Ce sont les deux premières qu'elle cite le plus. Un correspondant du courrier des lecteurs du no 1028 parle des trucages aux élections gabonaises, détails qu'il tient d'un ami ; il s'étonne qu'Afrique Nouvelle n'en ait pas parlé et demande des explications. La réponse est explicite : "il arrive qu'un lecteur ait plus d'informations qu'un journal. Puisque nous n'avons aucune raison de douter de vos sources, nous ne pouvons que vous dire que vous avez été mieux placé que nous clients des agences pour connaître le fin mot des élections gabonaises. De toute façon, depuis l'intervention des paras au Gabon, toute manifestation "spontanée" de démocratie y est suspecte. Mais qui cela empêche-t-il de dormir ?

21Compte tenu des circuits de l'information, il n'était certainement pas facile de tenir le pari de bien informer sur toute l'Afrique, surtout avec des finances si limitées. On remarque donc qu'Afrique Nouvelle a pu être victime de ses sources.

22Afin de pouvoir juger du bien fondé des affirmations, nous avons choisi pour l'analyser le cas d'un pays que nous connaissions mieux pour avoir y travaillé.

Nouvelles du Rwanda

23En matière religieuse, rien à redire. Le "sacre du premier Evêque africain de l'Afrique belge" annoncé le 10 mai 1952 donne lieu à un développement sur les origines illustres de Mgr Bigirumwami, conforme à ce que l'on savait de l'histoire du pays à cette époque. Puis, un récit détaillé du 28 juin 1952 raconte les faits des 1er et 2 juin. Long texte, non signé, avec comme titre sur les deux tiers de la page une "L'Evêque blanc dit au pontife noir :'Un homme du Ruanda est devenu Chef dans l'Église de Dieu' et le Roi s'incline devant le premier Evêque de sa propre race :'Vous voilà devenu notre chef spirituel'". Manifestement et compte tenu des dates, la source est à chercher chez les Pères Blancs. Sont-ce eux aussi qui ont fourni "une vieille lettre du père de Mgr Bigirumwami", très édifiante, reproduite le 23 août 1952 ?

24Il est fait allusion au Rwanda, comme au Burundi, à propos de la querelle scolaire (22 février 1955 "Le Conseil Supérieur et le roi de l'Urundi ne veulent pas d'école laïque") ou quand les souverains sont reçus par le pape, occasion pour eux de souligner le rôle primordial des missions catholiques "sur le plan de l'éducation morale et de la culture (contribuant) efficacement par leurs œuvres au développement agricole et industriel" (15 novembre 1955). Le no 1066 (11-17 janvier 1968) livre sous la signature d' "un témoin" le récit des fêtes du Cinquantenaire du clergé du Rwanda. L'histoire de la pénétration missionnaire a, d'évidence, été écrite par un connaisseur. L'auteur d'un dossier général sur Les Églises d'Afrique dans la bataille du développement consacre ses quatrième et cinquième volets (18 avril et 2 mai 1968) au Rwanda et au Burundi. Il cite ses sources en note et les a bien assimilées.

25Le 9 août 1952, Afrique Nouvelle annonce "une révolution sociale au Ruanda : la suppression du régime féodal" en utilisant l'agence Fides qui approuve la mesure prise par le roi "fervent catholique", conforme "à la ligne des Encycliques sociales des Papes recommandant l'accession de chacun à la propriété privée".

26Sur les autres sujets, au temps de la colonisation, en revanche, il y a beaucoup à dire.

27Les journalistes, manifestement, n'ont pas grande connaissance sur le pays, ce qui explique qu'ils introduisent des fautes dans leurs sources ; le no 655 de mars 1960 parle des Bamutu au lieu des Bahutu tandis que dans le no 691 de novembre suivant ils deviennent des Uhtus...

28On se borne à des informations générales : le 26 janvier 1955, compte-rendu de la mission de l'ONU qui rend hommage aux efforts de l'autorité administrante dans le domaine économique mais critique l’absence d’une presse autochtone et la prépondérance donnée à l'instruction primaire au détriment de l'enseignement secondaire ; bilan, l'année suivante (5 juin 1956), très descriptif. Un article non signé, un peu plus tard, annonce même : "Grâce à l'effort ordonné et tenace des Belges le Ruanda-Urundi quitte le stade du sous-développement" ; il passe en revue le 30 mai 1958 tous les secteurs et fait l'éloge de la Belgique. À partir de la mi-janvier 1961, les événements s'accélèrent et un article par numéro fait le point, souvent de manière convenue, comme ce titre d'une photo du Mwami (le roi) : "La race des seigneurs" (18 janvier 1961). Lorsque la République est proclamée au Rwanda, on se raccroche à des choses connues : "comme au Congo, l'instabilité s'installe" (8 février 1961). Les journalistes gardent cependant des réflexes de bons professionnels et quand M. Gasingwa, ministre des relations extérieures fait un périple qui l'amène à Dakar, une longue interview est menée et publiée le 15 mars 1961.

  • 2 Cf. no 1072 (22-28 février 1968) p. 8 : Le Rwanda terres des hommes au demeurant plein d'informati (...)

29Dans une présentation détaillée du Rwanda-Burundi on trouve le 10 mai 1961 "cette page documentaire a été réalisée à l'aide des textes fournis par l'agence de publicité CERPA". Réflexions plus que sommaires, même si l'on peut, hélas !, constater qu'elles sont conformes à la majeure partie de la littérature de l’époque : "Le peuple hutu, moins intelligent, se voit ainsi enserré dans un filet d'obligations et de vetos, réduit sans défense au bon plaisir et aux caprices des "grands". (...) Malgré son évident désir de ne pas imposer de formules européennes, malgré sa volonté de maintenir le caractère africain du Ruanda-Urundi, la Belgique dut parfois corriger, effacer des mœurs barbares, fustiger une indolence native, voire freiner des élans désordonnés". La rédaction a reproduit, telle quelle, comme les 31 janvier 1964, 30 octobre 1969 et 11 février 1981 une carte du Rwanda où tous les noms de lieux ont gardé leur orthographe de la colonisation. Pourtant, le texte de 1981 qui l'accompagne — non signé — ne revient à aucun moment sur les sempiternelles questions ethniques — à la différence de celui de 1964 ou d'autres intermédiaires2 — mais établit un bilan économique fiable, avec en toile de fond, le problème de la surpopulation. La légende d'un portrait du chef de l'État semble peu "orthodoxe" : "Le président Habyarimana, père de huit enfants, n'a pas donné le feu vert à la pilule, mais se demande où trouver 96 milliards de francs C.F.A. pour transférer 1 million de Rwandais en Tanzanie". Dès 1982, à l'occasion du 20e anniversaire de l'indépendance un long reportage insiste sur le fait que les divisions ethniques sont devenues géographiques (Nord/Sud) et parle du putsch des "nordistes" : "Sous Habyarimana même ses adversaires le reconnaissent le Rwanda n'offre plus le hideux visage d'un pays en perpétuelle guerre civile. Certes on ne peut parler de relations saines et équilibrées entre les deux principales composantes ethniques du pays (...). Le régime de M. Habyarimana a très certainement conscience des déséquilibres socio-ethniques qu'il ne peut supprimer d'un trait de plume (historique). De plus, le régime doit faire face à ses propres "ultras" opposés à toute modification des rapports ethniques". Des développements présentent "la démographie galopante" et les problèmes agricoles provoquant "l'accentuation des disparités sociales. Du reste, comme dans bien d'autres États plus ou moins progressistes, le parti rwandais est le plus sûr tremplin vers l'aisance matérielle à laquelle seule une minorité, l'élite politique, a directement accès. Pourtant le MRND affiche des options ouvertement progressistes" (30 juin - 6 juillet 1982). Etant donné l'époque du reportage, on peut difficilement trouver meilleure analyse de toutes les données de la situation ! Il semble donc que l'information se soit améliorée avec la multiplication des sources disponibles.

  • 3 Dossier du no 1408 (1976), puis dans le no 1471 où est étudié le rôle des journalistes catholiques (...)

30Nous démontrerons qu'Afrique Nouvelle a pris des positions originales sur un certain nombre de sujets. En revanche, nous avons constaté que sur d'autres thèmes, les thèses rejoignaient celles des agences de presse occidentales, même si le journal souhaitait, comme de nombreuses conférences internationales dont il se faisait l'écho "décoloniser l’information", instaurer un "nouvel ordre mondial de l'information"3.

Afrique Nouvelle et le Colonel Kadhafi

  • 4 Éditorial no 1643 (31 décembre 1980-6 janvier 1981) ; cf. aussi no 1646 p. 14-17 ; no 1687 (4-10 n (...)
  • 5 No 1699 (27 janvier-2 février 1982) p. 6 à propos du rôle qu'aurait joué Kadhafi dans le coup d'Ét (...)

31Nous avons choisi d'étudier le jugement d'ensemble sur le chef d’État libyen car il nous semble révélateur sur ce point. On retrouve tous les qualificatifs usités dans la presse européenne : bouillant, turbulent, tapageur, intraitable, incorrigible, paranoïaque, imprévisible, présomptueux. D'une manière générale, les verdicts sont très durs, Kadhafi étant régulièrement accusé de mettre en péril l'Afrique : "une action concertée de l'Afrique noire s'impose, solidaire dans la fermeté, qui établisse une stratégie solide de riposte ; qui rende possible une négociation politique capable de réduire la tension dans nos États où, directement ou indirectement, les intérêts libyens se trouvent en jeu. Un effort d'imagination doit être accompli pour résoudre le cas Kadhafi. Cette imagination constituera pour l'ensemble des pays africains la clé de la paix, de la sécurité et de la stabilité"4 ; "Lorsque Kadhafi s'agite, l'Afrique s'émeut. Derrière chaque mauvais coup perpétré sur le continent, se profile immanquablement l'ombre inquiétante du chef de la révolution libyenne. Il est vrai que lui-même ne paraît pas faire grand cas de la réputation très peu flatteuse de "professionnel de la subversion" qu'on lui attribue. C'est même le contraire qu'on serait tenté d'écrire5. Un article du 14 janvier 1981 va même jusqu'à le comparer à Hitler, faisant un parallèle avec sa politique d'annexions, la qualifiant de "péril vert". "Les Egyptiens avaient pris l'habitude de dire "le fou de Libye" en parlant de l'auteur du mince "Livre vert". Fou ? Peut-être, mais que les dirigeants du monde n'oublient pas une chose : les fous raisonnent, ils raisonnent même un peu trop, et de leurs raisonnements peuvent naître parfois des actes terrifiants ".

  • 6 No 1917 (16 avril 1986) p. 12 Le feu aux poudres. Et no 1918 (23 avril 1986) p. 5 éditorial Le cha (...)

32Le parti pris ne va pas jusqu'à ne pas prendre ses distances par rapport au concert de récriminations. En ce qui concerne le Tchad, néo-colonie ou État indépendant ?, David Sodofi, le 25 février 1981, avoue qu'"il faudrait avoir le courage de reconnaître que Kadhafi a fait au Tchad ce que les pays africains unis et forts auraient dû y faire". Il ne croit pas non plus que le Libyen soit en cause dans l'attaque au Shaba en août 1985. On respecte aussi les avis des lecteurs : le courrier du no 1900 (4 décembre 1985) à l'occasion de sa visite officielle à Dakar publie deux lettres d'avis opposé sur Kadhafi alors que l'éditorial de ce même numéro le mettant face à Diouf ne cache nullement à qui vont ses sympathies. Un long article dans le numéro suivant intitulé Retrouvailles manquées est encore plus explicite, accumulant les reproches. Et dans le face à face qui oppose le chef d'État libyen aux États-Unis, la rédaction, qui n'a de sympathie ni pour l'un ni pour les autres, se déchaîne : "Car Reagan autant que Kadhafi sont connus pour être des 'jusqu'au-boutistes'. Le géant américain pourrait ne faire qu'une bouchée du présomptueux libyen. Mais, si le colonel Kadhafi a pu se payer le luxe de défier, sous les feux de la presse, toute l'Amérique, c'est bien parce qu'il bénéficie encore d'une certaine audience dans l'opinion internationale. Pour combien de temps encore ? (...) Kadhafi, au-delà de son rôle de mécène, d'hôte et instructeur des terroristes de tous bords, est, avant tout, l'élément hautement imprévisible, le grain de sable, dans une diplomatie mondiale qui tente de retrouver un certain équilibre. Sur ce point, Américains et Soviétiques même si ces derniers multiplient les protestations indignées sont foncièrement d'accord"6.

33Il est vrai que, d'une manière plus générale, Afrique Nouvelle n'est pas tendre avec les Arabes, même si le 16 février 1977 Julien Sané fait un reportage, proche de la publicité, pour vanter les charmes de l'Algérie. Déjà, le 4 mars 1953, sous le titre Cynisme ou hypocrisie, un écho était donné de l'interpellation du gouvernement britannique sur "la question du trafic des esclaves en Ouganda et au Cameroun ". Occasion de revenir sur la responsabilité des pays arabes qui, "depuis trois ans mènent campagne contre la France à l'ONU". La conclusion est tranchante : "quand on voit ces trafiquants d'esclaves protester au nom des droits de l'humanité contre ceux qui ont barré les pistes par où leur arrivent les convois de bêtes de somme humaines, on hésite entre deux mots : cynisme ou hypocrisie ". La présentation le 4 septembre 1969 du coup d'État en Libye mettant fin à la royauté du roi Idriss est, à cet égard, révélatrice. "Quand il y a un coup d'État chez les Arabes ceux-ci se desservent en faisant tout avec excès sinon fanatisme. Les généraux ne sont pas tous aussi ridicules que le fameux Choukheïry des 'Six Jours', mais quand il s'agit de tenir le micro, à Damas, à Bagdad, et aujourd'hui en Libye, ils n'ont pas besoin de leçon, pas même des pays passés maîtres dans le bluff'.

  • 7 No 1658 (15-21 avril 1981) éditorial sur la conférence internationale d'assistance aux réfugiés en (...)

34Une des principales causes de récrimination vient de la richesse d'un certain nombre de pays producteurs de pétrole et de leur égoïsme : "Nous constatons, une fois encore que, dans leur forme actuelle, nos amis arabes ne sont guère aptes à 'aider' les cinq millions d'Africains qui vivent misérablement... Une coopération vers laquelle nos partenaires n'ont fait jusqu'ici que de très petits pas. Une coopération qu'ils tentent de régler toujours à leurs goûts habituels. Leurs comportements et leurs langages manquent le plus souvent de charité. Dans leurs démarches, tout est fait et dit pour leurs aises parce qu'ils tiennent actuellement les leviers de commande de l'or noir (...). Bien sûr, il y a le pétrodollar, il y a la faim, les structures asservissantes, les idéologies aliénantes, est-ce pour cela qu'il faille accepter une coopération qui aliène ?"7. Idées confirmées six mois plus tard, le 16 décembre 1981 : "Ainsi donc après un temps de réelle fascination, nous voilà les yeux ouverts pour comprendre que la coopération arabo-africaine est bien basée sur le calcul et la ruse (...). Les seuls plans que certains dirigeants arabes, tel un marchand de tapis, tâchent de placer, de capitale en capitale, sont des plans de guerre, de haine et les oppositions qu'ils ont rencontrées ici ou là ne concernent pas le principe mais la méthode".

  • 8 No 1716 (26 mai - 1er juin 1982) p. 6-7 Israël-Afrique la bombe zaïroise. Idées complétées la sema (...)

35Parfois les propos sont plus modérés et la main tendue. "Africains et Arabes : un destin commun" est écrit en gros sur la couverture du 16 mars 1977. "Il s'agit donc, au-delà des seuls problèmes d'intérêts d'asseoir une solidarité véritable entre Africains et Arabes qui mènent, quoiqu'on en dise, un même combat contre le colonialisme et le racisme. Les pays africains auraient tort de sous-estimer la complicité qui existe entre Tel-Aviv et le Cap. La même politique d'oppression et de destruction est menée par les deux pays en Namibie et en Angola et en Palestine et au sud Liban (...). Mais pour que la solidarité arabo-africaine trouve tout son poids, il faut qu'elle soit dépassionnée et lavée de considérations purement financières. D'un côté, les Africains ne doivent pas baser leur politique de soutien au monde arabe sur une contre-partie en pétrodollars. De l'autre, les Arabes, eux non plus, ne doivent pas s'imaginer être en mesure de s'acheter l'appui de l'Afrique à leur cause"8. Et alors que la revue a toujours plus ou moins dénoncé la coopération arabo-africaine, le 11 mars 1987, elle écrit ce chapeau : "Déception - Arabes et Africains étaient convaincus d'avoir lancé un modèle de coopération unique. L'aide financière des uns se troquait contre le soutien politique quelque peu naïf des autres sur les grands sujets de politiques internationales. Mais aujourd'hui on est déçu d'un côté, désabusé de l'autre. La coopération afro-arabe n'est plus ce qu'elle était". Bref, l'incompréhension est bien là même si, culturellement, Lucien Houédanou approuve ce professeur de l'université de Yaoundé qu'il interroge, partisan d’une approche globale de la littérature africaine : littérature afro-arabe ou arabo-africaine (30 octobre 1985). On peut donc constater que, malgré les clichés sur Kadhafi, Afrique Nouvelle creuse la question des rapports avec les Arabes.

36Par-delà ces conclusions, il faut souligner que la rédaction cherchait à avoir le plus possible un contact direct avec l'information.

Informations de première main

37Ce n'est pas d'abord pour noircir du papier qu'elle a publié tant de documents originaux, mais bien par choix délibéré de défendre une philosophie, rejoignant tout à fait l'idéal prôné par Hubert Beuve-Méry dans l’éditorial du no 1 du Monde, quotidien auquel elle aime à se référer. On peut choisir, parmi d'autres, le Code du Travail adopté à la fin de 1952. Le 29 novembre, des commentaires sont faits sur la loi, mais une page est aussi intitulée "Que trouverez-vous dans le code du travail ?" Une courte introduction précise qu'il "comprend 231 articles répartis en dix titres, subdivisés eux-mêmes en chapitres et en sections. Il constitue un document juridique considérable qu'on ne saurait publier in extenso dans le cadre de ce journal. Certaines de ses dispositions n'intéressent pas immédiatement la majorité de nos lecteurs. Nous donnons cependant dès aujourd'hui le texte des articles susceptibles d'intéresser le plus grand nombre, soit à cause des polémiques dont ils furent l'objet au Parlement, soit à cause de leurs conséquences sur le plan social et sur le plan économique. Afin que nos lecteurs aient une vue générale de l'ensemble dans lequel ces articles viennent s'insérer, nous croyons bien faire de présenter également le tableau analytique des titres, chapitres et sections avec les numéros des articles qu'ils contiennent". Puis, le 27 décembre, plus de quatre pages, en tout petits caractères donnent quand même ce qui semble être l'intégrale du texte ! Le 14 janvier 1953, après sa promulgation, une étude extraite de Syndicalisme Outre-Mer de la C.F.T.C. fournit des détails sur son application future. Enfin, le 25 février, un article virulent répond, à sa façon, aux attaques dont le code est l'objet : "les communistes n'ont pas cessé de proclamer que même les dispositions les plus généreuses de ce code étaient encore 'réactionnaires et colonialistes'. Nous avons eu la curiosité de comparer ce texte dont plus d'un article nous paraît, à nous, exagérément optimiste, avec celui dont furent gratifiés, au cours de l'année 1951, les travailleurs bulgares. Et cette curiosité a été récompensée". Connaissant l'anti-communisme du journal, il est aisé de deviner la suite !

38Entre temps (28 janvier) un encadré "Etes-vous embarrassé ? Consultez-nous" est une offre d'aide à quiconque a besoin de "renseignements d'ordre juridique, administratif ou fiscal" et ceci "afin d'aider à la diffusion des lois et règlements intéressant directement ou indirectement les Territoires africains". C'est un vrai "service de renseignements administratifs et juridiques" qui est ainsi ouvert.

  • 9 No 673 (29 juin 1960) p. 3 Simon Kiba envoyé spécial au Congrès pour la Liberté de la culture à Be (...)
  • 10 No 693 (16 novembre 1960) p. 1 Kiba envoyé spécial aux États-Unis au moment de l'élection de Kenne (...)

39Afrique Nouvelle aussi a eu des envoyés spéciaux un peu partout sur la planète, ce qui lui a permis de multiplier les reportages ou les interviews exclusives. Le P. de Benoist aime à rappeler que Sékou Touré lui a accordé le seul entretien qu'il ait accepté juste avant le célébrissime "non" qui a provoqué la rupture avec la France (3 octobre 1958). De fait, tous les journalistes sont allés, lorsqu'il se passait un événement important, à la source et on peut trouver dans les colonnes de la revue des entretiens avec les ténors de la vie politique, culturelle et religieuse de l'Afrique. Bien évidemment, les personnalités ouest-africaines sont davantage représentées (annexe 2), à cause d'évidentes raisons de proximité mais, dès qu'un hôte de marque était de passage au Sénégal il était convié à s'exprimer (annexe 3) tandis que les correspondants se chargeaient des plus éloignés (annexe 4) ou que des envoyés spéciaux donnaient une vision plus africaine de réalités différentes, européennes par exemple9 ou américaines10.

Déclarations d'intentions

40Voilà donc brossé à grands traits le portrait de cet hebdomadaire institutionnel mais parfois dérangeant, décidé à aller jusqu'au bout de ses idées, de ses idéaux et du métier de journaliste. Ses intentions ont été clairement annoncées dès les débuts.

41L'éditorial du no 2 (29 juin 1947) met les choses au point sur l'épineuse question de l'engagement politique : "Quand nous disons 'nous nous abstenons de politique', nous voulons dire que nous ne sommes pas des partisans. Nous entendons nous maintenir en dehors des partis politiques (...). Nous ne combattons non plus aucun parti ; ce que nous pouvons combattre, ce sont des idées, des actes, des décisions, non parce que ces idées ou ces actes ont été émis ou faits par tel parti, mais parce que ces idées, ces actes, ces décisions sont contraires à notre manière de voir et de penser chrétienne. (...) Nous ferons de la 'Politique' en ce sens que citoyens d'un pays, nous avons le devoir de rechercher le bien commun de tous les Africains, actuellement unis dans une même fédération. Ce bien commun, qui n'est autre chose qu'une bonne organisation permettant à chacun, à chaque famille, à chaque groupe de vivre et de coexister en bonne harmonie et de trouver l'entraide que la solidarité rend nécessaire, et cela sans distinction de parti ou de religion. Nous ferons de la 'Politique', c'est-à-dire que par notre action, nous voulons aider l'État à édifier un milieu économique, social, familial, intellectuel, moral et religieux qui permette à. chacun de remplir pleinement sa destinée humaine dans les meilleures conditions, dans la justice, la charité et la liberté..." Et le 2 juin 1951, en pleine campagne électorale, un article "Pour qui faut-il voter ? " proclame : "Eh bien ! oui, nous faisons de la politique, au sens large du mot". La semaine suivante, un encadré insiste : "Allez, voter ! Il faut voter (...). Il faut bien voter. Il ne faut pas voter pour n'importe qui (...) Un candidat aux élections n'est bon que s'il respecte des droits (...) Il faut aider à bien voter".

42L'éditorial du no 5 (10 août 1947), lui, précise les grands principes déjà énoncés : "Je connais des évolués musulmans dont l'âme vibre du même idéal que leurs frères chrétiens, comme eux ils sentent la nécessité de solutions dont le spirituel ne soit pas exclu et tout en restant fermement attachés à la Loi du Prophète, ils admirent ceux dont la Foi, les Dogmes et la Morale permettent d'orienter utilement leur vie avec la certitude d'aboutir à un résultat positif (...). Les chrétiens évolués ont donc plus que d'autres une lourde responsabilité vis-à-vis de leurs frères. Ils doivent apporter dans la vie publique les richesses spirituelles qu'ils possèdent ; ils doivent concourir à faire régner la vraie justice, la vraie charité, la vraie liberté ; je mets la justice en premier lieu car là où elle n'existe pas la charité et la liberté sont illusoires. Ils doivent exiger le respect de la personne humaine (...) et travailler à l'établissement d'un ordre social vraiment humain qui ne connaît ni la contrainte d'un capitalisme ou d'un colonialisme égoïste, ni la contrainte non moins malsaine d'une dictature étatique qui supprime toute liberté individuelle, que cette dictature s’appelle : fascisme, nazisme, communisme, etc. Sur ce terrain ils trouveront toujours l'appui des croyants. Mais pour cela il faut se forger une âme de chef : honnête, loyale, désintéressée".

43Un peu plus tard, les grands thèmes chers au journal sont représentés dans l'éditorial du no 708 (1er mars 1961) : "Aujourd'hui comme hier, "Afrique Nouvelle" s'efforcera dans toutes ses prises de position de s'inspirer de la doctrine sociale du christianisme. Aujourd'hui comme hier, "Afrique Nouvelle" demeure le journal de toute l'Afrique. Dans cet esprit, nous continuerons à lutter sans relâche pour le respect des droits imprescriptibles de l'homme, quoi qu'il puisse nous en coûter. Nous continuerons à travailler, semaine après semaine, à la réalisation de l'unité africaine, insistant sur ce qui rapproche et non sur ce qui divise et nous interdisant toute prise de position partisane.

44Nous continuerons à penser africain en toutes occasions, nous défiant de toute inféodation à un bloc extérieur. Mais nous resterons largement ouverts sur le monde, sur ce monde dont l'Afrique fait partie et dont elle ne peut s'abstraire.

45Nous demeurerons enfin un journal indépendant. Notre voix ne sera jamais celle d'un homme, d'un parti ou d'un pays particulier. Mais celle d'une équipe libre, désireuse de travailler de toutes ses forces à la promotion d'une Afrique, fière de son passé, soucieuse de son développement économique, social, culturel, ouverte sur l'extérieur ".

46Nous allons essayer d'étudier comment ces principes se sont concrètement traduits dans les colonnes du journal, face à un certain nombre de questions qui se sont présentées au fur et à mesure du déroulement de l'Histoire.

Notes

1 Sur les modifications de structure, voir, outre les numéros cités, no 589 (21 novembre 1958) ; no 599 (30 janvier 1959) ; no 605 (13 mars 1959).

2 Cf. no 1072 (22-28 février 1968) p. 8 : Le Rwanda terres des hommes au demeurant plein d'informations intéressantes sur la situation économique. Noter une analyse très précieuse de la situation économique et de la valorisation du pyrèthre le 16 avril 1970. Celui du 20 avril 1980 se borne à des considérations "diplomatiques" à propos de la visite du président en France ; il note seulement perfidement que la tournée se poursuit par... la Libye !

3 Dossier du no 1408 (1976), puis dans le no 1471 où est étudié le rôle des journalistes catholiques dans le processus.

4 Éditorial no 1643 (31 décembre 1980-6 janvier 1981) ; cf. aussi no 1646 p. 14-17 ; no 1687 (4-10 novembre 1981) p. 6-7 ; no 1695 (30 décembre - 5 janvier 1982) p. 13 ; no 1698 (20-26 janvier 1982) p. 10 ; no 1722 (7-13 juillet 1982) p. 6-7 + couverture Kadhafi a-t-il vraiment changé ? no 1742 (24-30 novembre 1982) p. 5 éditorial Pari perdu ; no 1742 (24-30 novembre 1982) p. 8 OUA imprévisible Kadhafi ; no 1743 (1-7 décembre 1982) couverture + p. 6-7 OUA le rêve éclaté ; no 1767 (18-24 mai 1983) p. 10 Libye soutien au Polisario ; no 1789 (19-25 octobre 1983) p. 23 France-Libye que se passe-t-il ? ; no 1870 (8-14 mai 1985) p. 5 éditorial ; no 1873 (29 mai - 4 juin 1985) p. 8 ; no 1888 (11-17 septembre 1985 p. 16-17 Le Maghreb en crise ; no 1900 (4 décembre 1985) p. 5 éditorial ; no 1904 (15 janvier 1986) p. 6-7 Kadhafi-Reagan le bras de fer ; no 1909 (19 février 1986) p. 5 éditorial + p. 6-7 ; no 1917 (16 avril 1986) p. 5 (n.s.) L'aigle au combat.

5 No 1699 (27 janvier-2 février 1982) p. 6 à propos du rôle qu'aurait joué Kadhafi dans le coup d'État de Rawlings. Kadhafi et l'Afrique : la peur de la subversion.

6 No 1917 (16 avril 1986) p. 12 Le feu aux poudres. Et no 1918 (23 avril 1986) p. 5 éditorial Le chaud et le froid ; no 1918 (23 avril 1986) p. 6-9 série d'articles pour peser le pour et le contre de l'intervention américaine ; no 1970 (22 avril 1987) p. 11 Fête des vaincus ; no 1979 (24 juin 1987) p. 8 Kadhafi récidive.

7 No 1658 (15-21 avril 1981) éditorial sur la conférence internationale d'assistance aux réfugiés en Afrique de Genève. Cf. aussi la série d'articles en août 1977 Au cœur du Moyen-Orient, tout particulièrement le 4e volet La coopération arabo-africaine : perspectives et limites.

8 No 1716 (26 mai - 1er juin 1982) p. 6-7 Israël-Afrique la bombe zaïroise. Idées complétées la semaine suivante p. 8 Zaïre-Monde arabe. Le ton monte.

9 No 673 (29 juin 1960) p. 3 Simon Kiba envoyé spécial au Congrès pour la Liberté de la culture à Berlin ; publie dans no 676 (20 juillet 1960) et sqq. des notes de voyage sur l'Allemagne ; no 685 (21 septembre 1960) et sqq. notes de voyage de notre envoyé spécial S. Camara en Allemagne de l'Ouest, Voyage au pays du "miracle" économique.

10 No 693 (16 novembre 1960) p. 1 Kiba envoyé spécial aux États-Unis au moment de l'élection de Kennedy. Portrait dithyrambique de Jacqueline Kennedy qui est certainement une mère délicieuse et une épouse admirable alors que le no 1111 condamnera son remariage avec Onassis, "orthodoxe divorcé" qui semble un époux quelque peu dérisoire pour la veuve du grand John Kennedy ; no 696 (7 décembre 1960) p. 10 Kiba a profité de son voyage aux États-Unis pour faire un article L'Américain moyen et l'Algérie où il insiste sur le fait que les Américains ne comprennent pas qu'on n'ait pas mis fin à la guerre, idée chère à la rédaction ; no 703 (25 janvier 1961) p. 1-9 début d'une série de reportages de Kiba Les États-Unis à l'heure de Kennedy ; no 828 (21-27 juin 1963) p. 15-16 James Meredith m'a dit...: no 840 (13-19 septembre 1963) p. 16 J'ai pu interviewer M. Mennen Willams (secrétaire d'État aux Affaires Africaines) ; no 998 (22-28 septembre 1966) p. 1-9 Une interview exclusive de M. J. Palmer secrétaire d'État adjoint américain aux Affaires Africaines par notre envoyé spécial Justin Mendy.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search