Version classiqueVersion mobile

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Première partie : La vie difficile d'un journal catholique engagé

4. La renommée

Texte intégral

1Au temps de la colonisation, le journal a très vite eu une réputation de sérieux, mais également d'indépendance par rapport aux pouvoirs politiques. Ensuite, il a été la seule publication importante privée (avec Africa), servant de modèle pour un certain nombre d'autres. C'est ainsi que bien des journalistes, y compris gouvernementaux, sont venus faire un stage de formation ou de perfectionnement à Afrique Nouvelle. On lui reconnaissait un style particulier, élégant, et tout à la fois ferme mais modéré. Alcino Da Costa en attribue le mérite, pour son époque, à Sœur Jean-Bernard qui relisait la totalité de la production.

2De toutes façons, on avait affaire à des professionnels. Les Pères de Benoist et Jacquet, par exemple, avaient suivi une formation d'un an à l'Ecole de Journalisme de Lille en vue d'intégrer la rédaction ; de nombreux collaborateurs avaient une grande pratique des médias et certains, comme Alcino Da Costa ont enseigné au CESTI où ils ont pu recruter de bonnes plumes, René Odou par exemple. M. Bomboté, lui aussi en poste au CESTI avant d'être expert auprès de l'UNESCO, a prêté main forte pour la relance en 1974. Tous ces atouts ont assuré à la publication une large audience étayée par une forte mobilisation des lecteurs pour la diffusion.

Une diffusion militante

3La principale solution pour essayer d'améliorer vraiment la situation a toujours été de multiplier les points de vente et de vouloir augmenter la diffusion. Parmi tant d'autres textes qui prônent ce moyen, citons cet éditorial du no 1467 d'Alcino da Costa qui, dans une "Lettre aux lecteurs", souligne l'amélioration de la qualité du papier (des lecteurs s'étaient plaints de sa médiocrité à plusieurs reprises). "Cela a des conséquences financières. N'ayez pas peur, il ne s'agit pas encore d'augmenter le prix du journal, bien qu'il faudra y arriver. Nous nous permettons seulement de vous demander une contribution sous une autre forme : aider à la diffusion d’Afrique Nouvelle (...). La meilleure façon de lutter contre cette invasion (de la presse importée) est de soutenir votre hebdomadaire qui se veut toujours plus africain, plus équilibré et plus près de ses lecteurs".

4Dès le no 5, en page 1 un encadré proclame : "Chaque abonné d'Afrique Nouvelle doit trouver un lecteur de plus. Chaque lecteur doit devenir un abonné". Et le no 17 (30 novembre 1947) lance un Grand concours de propagande pour 1948 : "Trop nombreux sont encore les évolués qui ne sont pas abonnés ou qui ne lisent aucun journal. Celui qui veut se tenir à la hauteur, qui veut s'instruire, se développer toujours davantage doit faire de bonnes lectures, sinon il devient inévitablement un arriéré à tout point de vue : intellectuel, religieux et moral. Un journal répondant à vos besoins est donc indispensable.(...) Engagez vos amis à s'abonner à Afrique Nouvelle afin qu'eux aussi puissent aussi profiter de la lecture d'un journal intéressant et instructif. Il dépendra de votre aide pour que, sans augmentation de l'abonnement nous paraissions une fois par mois sur 8 pages."

5En 1954, les numéros de février et mars voient apparaître une rubrique "De porte en porte" en première page qui fait un tour d'horizon, pays par pays, "de nos fidèles amis qui se dévouent à la diffusion d'Afrique Nouvelle".

6L'année suivante (27 décembre 1955), un éditorial du Père de Benoist "Un + un = deux" démontre que "si chacun de nos huit mille lecteurs trouve un abonné de plus, notre tirage doublera. (...) La réussite de l'opération "un + un = deux", voilà le cadeau que nous vous demandons pour 1956". Et on tient régulièrement au courant de l'évolution de la situation.

7Au début de l'année 1960, la deuxième de couverture s'intitule "A nos diffuseurs" et un texte fait le point : "La presse a beaucoup d'influence sur le monde qui nous entoure. Les dirigeants le savent bien. Inutile de juger nous-mêmes la nôtre, vous nous apportez le témoignage chaque semaine que vous l'attendez. Ne soyez pas égoïstes et pensez à ceux qui ne la lisent pas encore. (...) Ecrivez-nous ce qui va et ce qui ne va pas. Nous tâcherons de vous servir mieux, selon nos possibilités, car rappelez-vous que nous avons des dépositaires de Dakar à Fort-Lamy et de Gao à Brazzaville". Dans les mois qui suivent, une "publicité" est même faite, comme le 23 mars 1960, pour un bulletin de liaison des diffuseurs, Ensemble. Régulièrement, un Courrier des diffuseurs fait l'apologie des meilleurs ou des slogans invitent à les rejoindre : Devenez diffuseur d'AFRIQUE NOUVELLE barre des pages sur toute leur largeur.

  • 1 No 1729 (25-31 août 1982) p. 2 ; cf. aussi no 1755 (23 février - 1er mars 1983) p. 4.

8À partir de 1982 à nouveau, on retrouve des encarts pour célébrer un diffuseur. "Depuis 1966 en effet à l'Office des Postes et Télécommunications de Bamako où il travaille, notre ami s'efforce de donner à notre journal le rayonnement qu'il mérite. Il en a fait 'sa chose 'au point que certains de ses collègues le surnomment gentiment "Monsieur Afrique Nouvelle"1.

9Un concours est même annoncé à la fin de 1955 pour récompenser ceux qui auront réussi à récolter le plus d'abonnements nouveaux. Le premier prix est un réfrigérateur à pétrole. Les résultats sont affichés : le tirage, de 8 000 exemplaires en octobre 1955, est passé à 12 250 le 26 mars 1957. Et si le bénéfice était de 5 766 F C.F.A. à ce moment là, l'année suivante, d'après les rapports des assemblées des Archevêques de l'AOF, le déficit atteint 2 292 362 F. Un autre concours s'étale sur 1958-1959. Une opération, "Voulez-vous voyager gratuitement par avion ?", est lancée en 1960 pour augmenter les ventes. À la fin de l'année l'éditorial du 9 novembre appelle à trouver de nouveaux abonnés. Une campagne démarre au début de 1961 pour un objectif de 3 000. Dans chaque numéro il en est donné des nouvelles. Le cap des 1 000 premiers est signalé le 31 mai 1961.

10Des encarts informent de la mise en place d'une diffusion dans les kiosques des principales villes de France (30 août 1961 : "Si vous ne pouvez vous le procurer, signalez-le nous") ou dans des lieux précis (À Lyon, vous trouverez Afrique Nouvelle chez Mme Cordier 46 rue de la Charité). L'ouverture à Dakar d'un hall d'exposition à l’entrée libre et gratuite fait l'objet d'un reportage illustré le 13 septembre 1963.

11À partir du 31 octobre 1963, plusieurs numéros proposent des moyens pour organiser les "journées de presse" : anciens exemplaires gratuits, affiches, calendriers. Des bons de commande sont insérés pour ce matériel et des résultats ponctuels sont publiés.

12En 1966, la proximité du 1 000e numéro amène à faire participer ""à la campagne des 1 000 nouveaux abonnés" en même temps que les lecteurs sont sollicités pour répondre à une grande enquête sur leur journal. L'année suivante on peut lire dans le numéro du 23 mars "la campagne des 2 000 nouveaux abonnés a commencé". À la fin de 1969 apparaît une nouvelle formule : "le 15 juin 1947 paraissait à Dakar le premier numéro d'Afrique Nouvelle et donc depuis bientôt 22 ans contre vents et marées Afrique Nouvelle a honoré chaque semaine sa promesse de servir l’Afrique. Cette fidélité et cette présence lui ont valu d'être le plus grand hebdomadaire de l'Ouest africain. Ne mériteraient-elles pas que vous vous abonniez ?"

13Variations sur un même thème, en 1981 et 1982, presque toutes les avant-dernières pages de couverture sont entièrement occupées par les tarifs et modalités d'abonnement mais aussi, sur la moitié de la surface, par une photo d'un ou de plusieurs lecteurs d'Afrique Nouvelle accompagnée d'un texte, à chaque fois différent, expliquant les raisons du choix ; la formule-type varie mais souvent s'apparente à celle-ci du 23 décembre 1981 : "Younoussa Diallo est infirmier d’État au Mali. Dans sa profession il est exigeant avec lui-même. Dans ses lectures aussi. C’est pourquoi il a choisi..." ou à "La vie moderne exige qu’on soit informé de ce qui se passe autour de soi. Pour ce faire, Mme Bineta Dioh, secrétaire à Dakar (Sénégal) a choisi Afrique Nouvelle. Pour votre propre prestige, faites comme elle" (9 septembre 1981). Au total, on y trouve toutes les professions, depuis les plus prestigieuses (une célèbre chanteuse malgache ou un avocat) jusqu'aux plus humbles, en passant par des étudiants-stagiaires du CESTI, des élèves, des membres de Caritas ou de la Croix Rouge, un ingénieur agronome en retraite, des secrétaires, un commerçant, des comptables, des infirmiers..., avec cependant une majorité d'abbés et de missionnaires, voire deux évêques ; tous les pays sont représentés : africains ou voisins comme Bénin, Togo, Haute-Volta, Côte d'ivoire, Sénégal, Gabon, Congo, Mali, Tchad, Tanzanie, Burundi, Zaïre, Madagascar, Ile Maurice... mais également européens : Allemagne Fédérale, Italie ; la variété des caractéristiques choisies permet à un maximum de gens de se reconnaître : "À chacun son Afrique Nouvelle pourrait-on dire en regardant cette photo où l'on voit trois lecteurs assidus de notre revue" dit le no 1713 (5-11 mai 1982), "les lecteurs d'Afrique Nouvelle ne sont pas misogynes. Cette photo ci-contre le prouve bien. En effet, Mlle Marie Camara n'a pas hésité à se mettre entre MM. Demba N'Diaye" (no 1735 du 6 octobre 1982). Un cliché montre même le 18 août 1982 un garçon à l'envers sur sa mobylette avec ce commentaire plein d'humour sur son non-conformisme "Pour lui, lire son journal ne nécessite ni salon ni salle de lecture (...) pourvu qu'il y trouve des choses intéressantes ".

14Des comités de soutien commencent à voir le jour en 1982. "Cette structure, animée d'hommes et de femmes de bonne volonté, toutes religions confondues, envoie à périodes régulières, ses critiques, ses observations et ses suggestions à la rédaction centrale à Dakar" (15-21 septembre).

15À partir de septembre 1984, 40 % de réduction sont proposés pour un abonnement de six mois : c'est l''"Opération Rentrée des classes 84". C'est la première fois que ce type de marketing est entrepris, et ce sera la dernière puisque la revue disparaît moins de trois ans après.

16Parallèlement, les appels à un "prosélytisme" efficace — exemple en 1960 "Faire un nouvel abonné c’est travailler à l’indépendance de notre journal, Afrique Nouvelle" — ont toujours été incessants, des plus ordinaires jusqu'aux plus humoristiques, comme en témoigne cet encadré baptisé Courrier du cœur et habilement placé dans la page "Vie familiale" du 6 décembre 1955 : "Autrefois ma femme se plaignait de mes absences trop fréquentes. Un ami m'a offert un abonnement à "Afrique Nouvelle". Ce journal nous passionne tant que nous passons une ou deux soirées par semaine à lire, à discuter ensemble des articles... Et peu à peu, nous arrivons à mieux nous comprendre, à mieux nous connaître. J'ai du plaisir à passer mes soirées chez moi". Tous les arguments sont utilisés, des plus désintéressés aux plus terre-à-terre : "Avez-vous usé suffisamment du matériel GRATUIT que nous tenons à votre disposition pour augmenter le rayonnement d'AFRIQUE NOUVELLE ?" (détail des possibilités). "Il faut croire à ce que Ton fait et le faire dans l'enthousiasme", a-t-on dit. À vous tous qui croyez à AFRIQUE NOUVELLE, de grâce, ne négligez pas les petits moyens GRATUITS que nous tenons à votre disposition, pour qu'AFRIQUE NOUVELLE atteigne un cercle toujours plus large de lecteurs" (19 avril 1961). Une grande photo de jeunes sur un bateau est accompagnée, le 1er juillet 1981, de cette légende : "Imitez-les. Ce sont des confrères qui font une excursion à l'île de Gorée (Sénégal) à l'occasion du bilan des 10 ans du CESTI et de l'ESIJY. Pendant ce moment de détente, tous lisent Afrique Nouvelle".

17Et des origines jusqu'en 1987 la revue incite régulièrement ses lecteurs à penser à offrir un abonnement comme cadeau (de Noël par exemple).

Une large audience

18"Comme tous mes compatriotes, je lis AFRIQUE NOUVELLE, seul journal bien informé actuellement sur toutes questions intéressant spécialement le continent noir. Ce journal étant très lu, j'ai estimé que sa tribune était la meilleure pour être entendue de tous" dit "un lecteur de Bouaké" dans la Tribune libre du 2 novembre 1960.

19Les indications de tirage ne sont, évidemment, qu'un élément et il est certain qu'un important coefficient de dispersion peut être appliqué ici comme à bien d'autres publications. Il semble qu'il soit au moins de 10 et qu'ainsi le nombre de 100 000 lecteurs réclamés par la rédaction en 1980 soit vraisemblable. La volonté de garder un prix de vente abordable a sans cesse été répétée comme le dit cette légende d'une photo représentant deux Sénégalais de la médina en train de feuilleter la revue : "Ceux qui ne voient en Afrique Nouvelle que le journal d'une certaine élite peuvent déchanter. En effet Afrique Nouvelle qui se veut être "la voix des sans voix" n'est pas un produit destiné à une couche sociale déterminée. Il est au contraire à la portée de toutes les bourses et ouvert à tous les courants. Outil d'information, il s'adresse à tous les hommes de bonne volonté quelle que soit (sic) leur niveau de culture ou leur situation sociale (...). Ceci répond parfaitement à la vocation de notre journal qui n'aspire pas à demeurer un produit de luxe, mais plutôt un outil à la portée de tout le monde, sans discrimination aucune" (8-14 septembre 1982).

  • 2 Courrier les lecteurs p. 4, no 1754 (9-15 février 1983). On retrouve dans le no 3 (27 juillet 1947 (...)
  • 3 Afrique-Documents p. 166.

20Les catholiques ne sont pas le seul public potentiel et dès le début, sans aller jusqu'à parler d'œcuménisme, on note une ouverture assez remarquable pour l'époque. Un résumé de la "philosophie" du journal a été établi en 1983 par Yoro Sarr : "Il apparaît donc clair qu'Afrique Nouvelle était née pour servir de porte-voix à la chrétienté dans le respect des autres confessions. Son ambition était ainsi d'aider nos compatriotes à s'informer pour s'instruire, à se connaître pour s'aimer, à se former pour servir. L'optique a été maintenue à travers les générations (...). Le but n'était et n'est pas d'imposer quoi que ce soit, le message invite à réfléchir et à opter, à choisir. D'où le nom prophétique d'Afrique Nouvelle"2. De fait, dans le courrier des lecteurs, on trouve des lettres de musulmans, qui écrivent en tant que tels. Des auteurs d’articles sont parfois identifiés ainsi comme le 28 mars 1948 ce "musulman sénégalais" qui disserte "De l'éducation des femmes en A.O.F." ou le 25 mars 1953 ce long texte intitulé "'L'Afrique qui évolue va de pair avec l'Afrique qui croit' nous écrit un infirmier musulman". Le P. de Benoist parle d'une clientèle de "55 % de chrétiens et 45 % de musulmans" en 19603. Des lecteurs qui se disent athées écrivent même à la rédaction.

21La diffusion avait lieu, principalement, en direction de l'Afrique de l'Ouest (fig. 1 et 2), avec la volonté de ne pas se laisser piéger par les frontières, au temps de la colonisation comme après. Mais, par le biais d'expatriés revenus dans leur pays d'origine ou d'Africains émigrés, le journal pouvait faire le 8 novembre 1961 cette déclaration quelque peu grandiloquente si on la compare aux statistiques : "En dehors de l'Afrique, notre journal part chaque semaine aux USA, en URSS, en France, en Belgique, en Allemagne, en Autriche, au Luxembourg, en Hollande, en Suisse, en Italie, au Portugal, en Norvège, en Suède, au Danemark, en Hongrie, en Tchécoslovaquie, en Pologne, en Bulgarie, en Yougoslavie, en Angleterre, en RAU, en Israël, en Arabie Saoudite, au Canada, à la Martinique, au Liban, en Inde, en Chine, à Hong Kong".

  • 4 Calculs établis d'après des statistiques fournies par P. Dog, Mort et résurrection d'un journal : (...)

22Au 1er juillet 1953, 340 centres de diffusion avaient été enregistrés par la Conférence épiscopale. Il semble qu’ils ne soient plus que 178 en 1981. Nul n'étant prophète en son pays, c'est au Mali que se font, à ce moment-là, près de 30 % des ventes. Arrivent ensuite à égalité Côte d'ivoire et Haute-Volta avec 20 % environ des 8 019 exemplaires vendus. Le Sénégal n'est qu'en quatrième position (13 %) et tous les autres pays sont très loin derrière (le suivant, le Niger, compte pour un peu plus de 4 %)4. Nous constatons donc une modification importante de la répartition avec la période coloniale où le Sénégal était largement en tête.

  • 5 Afrique-Documents, art. cit.. Le P. de Benoist ne donne pas de renseignements sur les 15 % manquan (...)

23Nous avons eu l'occasion de voir qu'une intense campagne d'abonnement était menée en parallèle avec des tentatives pour développer la vente au numéro. Du temps de la colonisation, ils étaient largement minoritaires, sauf, bien évidemment, hors d'Afrique (fig. 2). En 1960, 20 % étaient répartis par l'Agence de Distribution de presse et 65 % par "un réseau de distributeurs propre au journal"5. Les paroisses ont toujours joué un rôle de relais pour la diffusion, rôle renforcé après la relance. Les lecteurs étrangers au Sénégal écrivaient d'ailleurs régulièrement pour se plaindre de trop longs délais de réception ou de l'irrégularité. Une fois (le 20 septembre 1961), un clin d'œil est fait en direction des protestataires : "Au moment où le journal sort des presses (...) toute une équipe de jeunes (12) arrive rue Paul Holle, et dès que le chariot amène les premiers exemplaires à l'encre encore toute fraîche, se met au pliage et à l'expédition (...). Et nous ajoutons : "Si le journal arrive mal ou en retard, ce n'est sûrement pas de leur faute"... Que chacun se le dise".

Le courrier des lecteurs

24Bien sûr, il y eut des détracteurs, et des prises de position déplurent à un certain nombre qui le dirent (toutes ne sont pas aussi virulentes que celle d'Un Français de Dakar dans le no 737 !). Leurs protestations, comme les approbations, pouvaient être publiées dans un courrier des lecteurs présent, en moyenne, dans un numéro sur trois ; parfois, pendant une certaine période, dans tous les numéros, en 1974-75 par exemple.

25De longues passes d'armes pouvaient débuter. Ainsi, Makanda Michel-Archange de Bordeaux, proteste abondamment contre l'article de S. Kiba du 20 avril 1960 sur la conférence de solidarité des Peuples afro-asiatiques. "D'où la nécessité dans laquelle se sont trouvés certains d'entre nous de se choisir une source d'informations qui soit aussi objective que possible. C'est pourquoi, moi en particulier, j'ai choisi "Afrique Nouvelle", bien que je ne sois pas catholique, mais parce que votre journal avait jusqu'ici une certaine honnêteté à exposer les faits. Or, depuis un certain temps, j'ai constaté un certain changement dans vos analyses des faits (...) Ce changement n'est perceptible que pour ceux qui lisent votre journal depuis longtemps. La façon dont vous exposez ce qui se passe par exemple en Guinée, montre une certaine hostilité, ou du moins une certaine suspicion à l'égard des dirigeants de ce pays." Il conteste ensuite le parti pris de Kiba dans le récit de la conférence : "en publiant son compte-rendu vous l'avez fait pour éclairer vos lecteurs ; et M. Kiba parle en tant qu'envoyé spécial d'"Afrique Nouvelle", donc vous faites vôtres ses prises de positions. Seulement, il se trouve que certains d'entre nous se sont abonnés au journal non pas pour savoir ce que M. Kiba pense (...) mais pour s'informer de ce qui se passe parmi ces peuples, et d'en tirer soi-même les conclusions qui s'imposent. (...) Inutile de s'abonner à un journal qui ridiculise tout ce que font nos peuples. (...) En lisant ce reportage, on croirait tenir en main un journal colonialiste, car "le Figaro" ou "Le Monde" ne dénigreraient pas pis. (...) Que M. Kiba soit un tiède, un nationaliste dit modéré, cela ne m'étonne pas de la part d'un catholique africain, parce que les catholiques africains croient qu'on ne peut pas être chrétien et violemment patriote (note de la rédaction : nous avons répondu dans notre no 665 à cette affirmation gratuite). La réponse, le 18 mai 1960, est tout aussi détaillée, en cinq points comptabilisés, et souligne qu'Afrique Nouvelle est "le seul journal africain qui ait donné un compte-rendu détaillé de cette conférence". Aucun texte officiel n'ayant été publié par les organisateurs, le journal "ne peut donc être tenu pour responsable d'avoir publié simplement un papier d'atmosphère. (...) Afrique Nouvelle n'a jamais caché qu'elle était un journal catholique. Les communistes (...) n'ont jamais caché, eux, qu'ils souhaitaient, la disparition du catholicisme. Afrique Nouvelle ne partagera donc jamais leur idéologie, mais continuera à rendre compte objectivement de leurs réussites matérielles et techniques chaque fois qu'ils en obtiendront. Elle ne tombera pas pour autant dans les panneaux de leur propagande. (...) Qu'au contraire de ce qu'affirme notre correspondant, de nombreux lecteurs nous ont reproché une sympathie qu'ils estiment excessive pour l'expérience guinéenne".

26Autre échange de près d'une page, "cessez l'intoxication" (8-14 décembre 1982) d'un lecteur du Mali à l'occasion de l'accession au pouvoir de Paul Biya : "c'est votre droit de n'être pas d'accord avec nous, mais relisez donc plus attentivement et sans parti pris l'article incriminé". La rédaction démontre sa bonne foi.

27D'une façon plus générale, ce courrier permettait, surtout au temps de la colonisation, de vastes controverses passionnées. "Il s'établissait entre les lecteurs une "palabre" à l'échelon de l'A.O.F. où l'instituteur mauritanien répondait à l'infirmière du Dahomey, le médecin nigérien au douanier guinéen" a noté le P. de Benoist au moment du 40e anniversaire.

Les démêlés avec la justice

28En 1947, la législation sur la presse n'était pas d'une grande libéralité et dès ses débuts Afrique Nouvelle, comme bien d'autres journaux d'ailleurs, connut des problèmes. Pourtant, le ton a toujours été mesuré (malgré des prises de position fermes) et la volonté incessante de faire la part des choses. La "politique" générale est parfaitement réaffirmée et très longuement explicitée comme dans l'éditorial du no 1001 (13 octobre 1966) sous la plume de Simon Kiba : "Nous ne pensons pas qu'il soit nécessaire de cacher les erreurs et les échecs puisque de toutes façons leurs répercussions dans le peuple sont inéluctables. D'un autre côté, il ne faut pas montrer toujours le côté fâcheux, pessimiste d'un pays. (...) Cependant, il faut reconnaître que toute vérité n'est pas bonne à dire. (...) Voyez-vous un gouvernement en Afrique acceptant que l'on balaie devant sa porte ? Ce n'est d'ailleurs pas tellement en dénonçant qu'on fera du bien. C'est plutôt en proposant autre chose. Il faut bien avouer qu'il s'agit là souvent d'un casse-tête hebdomadaire. Comment écrire sur tant de pays sans choquer ou vexer quelqu'un, surtout si ce quelqu'un n'aime pas ce que l'on dit ? Or il ne s'agit pas de faire plaisir en embouchant la trompette de la flatterie, mais de dire la vérité. Il s'agit donc (...) de concilier la vérité et la charité. C'est d'ailleurs le rôle de toute presse chrétienne. En Afrique en tous cas, il est bon que la presse catholique soit engagée sur le terrain à la lumière du spirituel. Cette presse qui informe doit être capable de porter des jugements sains. (...) Il faut donc que le journal chrétien sache être, dans la recherche de l'information, à l'affût de ce qui est vrai".

29Premier incident grave en 1951, peu avant des élections. Le Haut Commissaire Béchard intenta un procès pour la publication le 20 janvier, contraire aux dispositions d'une ordonnance de 1944 (jamais appliquée) mais conforme à l'idéal de défense de la liberté de la presse, du compte-rendu d'un procès en diffamation qu’il avait intenté aux Echos d'Afrique Noire. Prétexte contre prétexte : les adversaires du gouvernement, et surtout ceux de la S.F.I.O auquel appartenait le gouverneur en profitèrent.

30Les colonnes de l'hebdomadaire sont pleines du sujet lancé le 10 février 1951 par un encadré "Afrique Nouvelle devant les tribunaux". Pendant de nombreux mois, le procès est au centre des propos, aux accents de "la loi doit être la même pour tous", donnant les dernières précisions ou reproduisant la presse, africaine et métropolitaine, y compris Le Monde, qui défend Afrique Nouvelle. Un titre parmi d'autres, à la une, celui du 10 mars 1951 : "Voici donc les 'Pères Blancs' assis au banc des souteneurs, des filles publiques et des voleurs. À cette injure, il faut une réparation, et une réparation solennelle". Des parlementaires adressèrent une pétition au Président du Conseil de la République et des députés écrivirent à Vincent Auriol. L'indignation fut considérable, car l'hebdomadaire catholique était le seul poursuivi alors que bien d'autres avaient fait la même chose ! Une condamnation symbolique alors que les avocats des accusés avaient plaidé à titre gracieux (50 F d'amende avec sursis mais l'éditorial du no 189 titrait "Justice d’exception est faite, nous avons été condamnés") acheva d'asseoir la popularité de la revue... Elle eut le droit de publier les débats et les numéros s'arrachèrent (le tirage passa de 5 500 à 8 000 exemplaires). "Je ne vous apprends rien en vous disant que c'est à partir de ce procès que le journal a fait son plus grand bond en avant et que les Africains ont compris que c'était vraiment leur journal, un journal totalement indépendant". Cela entraîna même une crise gouvernementale à Paris les 4 et 5 avril alors que le ministre de la France d'Outre-Mer de l'époque était François Mitterrand ! Le no 193 du 14 avril fait état de rumeurs de démission de ce dernier. À titre symbolique, les députés votèrent une réduction de 1 000 francs de son budget. Un nouveau scrutin le lendemain revint sur la mesure mais finalement blâma le Haut Commissaire de l'A.O.F. dont le traitement subit une amputation.

31Un peu plus tard, un autre procès lui fut intenté par les planteurs de Côte d'ivoire à la suite d'un papier sur le sort des travailleurs voltaïques dans les plantations. Remis trois fois, le procès aboutit finalement à un retrait de la plainte.

32La dénonciation de scandales, également, valut à Afrique Nouvelle une grande popularité, dont le point culminant fut peut-être la mise en cause de la régularité du scrutin d'avril 1955 au Togo en contestant le récit de l'A.F.P. dans le no 411 : "la prose officielle ne nous satisfait pas. Nous le déclarons tout net. (...) Il y a eu un véritable truquage électoral, truquage d'autant moins compréhensible, disons explicable, qu'il ne pouvait changer le résultat des élections : les partis nationalistes ne présentant pas de candidats, ne pouvaient avoir d'élus. (...). Nous savons bien que la très grande majorité des Togolais est attachée à la France. Mais il serait grand temps qu'on se persuade en haut lieu que des élections préfabriquées sont une fort mauvaise propagande. L'Union Française se bâtit sur les coeurs, non sur les truquages électoraux. N.B. - Nos lecteurs comprendront que nous n'ayons pas donné de noms. Mais s'il faut les produire, nous les produirons". Un mois plus tard, en vertu du droit de réponse, le ministre de la France d'Outre-Mer contre-attaque mais Afrique Nouvelle introduit comme seul commentaire : "N.D.L.R. - Le vrai est parfois invraisemblable". Et l'informateur du Togo est intégré à la rédaction.

33Ce qui est certain, c'est que de tels incidents font, involontairement, du journal un succès et... une cible pour les autorités.

  • 6 Cf. no 1911 (5 mars 1986) p. 26. Déjà le Dahomey de 1972 avait interdit le journal cf. no 1280 (10 (...)

34Les saisies, tant sous la colonisation qu'ensuite, furent très nombreuses. Témoins ces petits encarts : en page 1 du no 579 (12 septembre 1958) "Le numéro 578 d'"Afrique Nouvelle" a été saisi en certains points de VA.O.F. notamment en quelques villes du Niger. Nous nous excusons auprès de nos lecteurs qui ont été ainsi privés de leur source habituelle d'information, sans que nous en soyons d'ailleurs avisés officiellement" ou en page 4 du no 1713 (5-11 mai 1982) "Nous portons à la connaissance de nos lecteurs que le no 1708 d'Afrique Nouvelle a été saisi à Brazzaville". Dans l'entretien exclusif que J.-R. de Benoist a obtenu de Sékou Touré (3 octobre 1958) et dans lequel est évoquée la liberté de la presse, le leader guinéen ne manque pas de remarquer que quatre journaux sont interdits en Côte d'ivoire parmi lesquels Afrique Nouvelle. Pourtant, les interdictions successives en Guinée pesèrent lourd sur les finances, plus encore que celles au Togo ou en Centrafrique ; la susceptibilité de certains gouvernements a contribué à ruiner tous les efforts d'augmentation de la diffusion, comme par exemple celle de Mathieu Kérékou6, même si des circuits clandestins pouvaient se mettre en place !

35Enfin, des événements imprévus ont parfois aggravé les difficultés habituelles : exemple, les mésaventures du numéro 1871 (15-21 mai 1985) abordant la question délicate "des gris-gris sur le stade" : "Certains lecteurs se sont plaints de ne pas trouver notre numéro 1865 en kiosque au Sénégal. Il semblerait que de gros acheteurs s'en soient servis pour allumer leur feu. Ce numéro est encore disponible et peut être obtenu au bureau du journal".

36Ces déconvenues n'ont pas empêché au journal d'être connu, reconnu et apprécié. La richesse de son contenu, malgré une présentation ingrate, lui a valu ce succès d'estime.

Notes

1 No 1729 (25-31 août 1982) p. 2 ; cf. aussi no 1755 (23 février - 1er mars 1983) p. 4.

2 Courrier les lecteurs p. 4, no 1754 (9-15 février 1983). On retrouve dans le no 3 (27 juillet 1947), p. 4 : Notre ambition Aider nos compatriotes à s'informer pour s'instruire à se connaître pour s’aimer à se former pour servir. Formule reprise dans la citation de Sarr en 1983.

3 Afrique-Documents p. 166.

4 Calculs établis d'après des statistiques fournies par P. Dog, Mort et résurrection d'un journal : le cas de l'hebdomadaire catholique "Afrique Nouvelle", p. 43.

5 Afrique-Documents, art. cit.. Le P. de Benoist ne donne pas de renseignements sur les 15 % manquants.

6 Cf. no 1911 (5 mars 1986) p. 26. Déjà le Dahomey de 1972 avait interdit le journal cf. no 1280 (10 mars 1972) p. 4.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search