Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Première partie : La vie difficile d'un journal catholique engagé

3. La précarité de la situation financière

Texte intégral

1La rédaction n'a jamais pu oublier les contingences matérielles. Les moyens en hommes et en matériel mis à sa disposition ont toujours été limités. Le P. Fondeur a résumé la situation en constatant, dans le Spécial 30e anniversaire, que '"Faire quelque chose sans rien' pourrait être la devise d'Afrique Nouvelle". Certes, il était dans son idéal de rester pauvre, mais la réalité a dépassé largement les principes premiers.

Des moyens réduits

2Au départ, c'est à 14 km de Dakar, dans des bâtiments militaires désaffectés, loués à l'armée, que furent installés le maigre matériel et les deux Pères Blancs chargés de la rédaction, accompagnés de deux jeunes étudiants Voltaïques, Joseph Ki Zerbo et Joseph Ouédraogo aux destinées brillantes... Le P. Paternot raconte avoir démarré avec 50 000 francs en poche (citation dans le numéro 1014 qui, à l'occasion de son décès retrace ses débuts à Afrique Nouvelle). Au bout d'une année, l'administration militaire prévint qu'elle voulait récupérer son bien. Déménagement pour deux ans seulement dans un baraquement militaire et un hangar aménagé en bureaux. Finalement, les Pères Blancs fournirent un local rue Marsat à Dakar.

3À partir de 1955, l'équipe se compose de cinq rédacteurs, qui multipliaient les surnoms pour simuler une vraie ruche ! Le P. Jacquet (qui nous a avoué "sept ou huit pseudonymes") raconte dans les colonnes du 16 décembre 1977 : "Nous fabriquions un journal par méthode artisanale, livrés à nos seules ressources, obligés pour 'joindre les deux bouts' à économiser presque au-delà du raisonnable et à multiplier les heures de travail". Cette même année voit l'arrivée des Sœurs de Saint-Paul venues de Fribourg en Suisse, spécialisées dans l'impression de revues missionnaires et de manuels religieux, qui apportent une aide technique importante pour la mise en pages et la relecture (jusque-là, un contrat liait le journal à la Grande Imprimerie Africaine). Elles se chargeront jusqu'au bout de la réalisation de la couverture (le reste est imprimé en offset par la Nouvelle Imprimerie du Sénégal à partir de 1974) tout en participant à bien d'autres publications, convaincues, comme l'a dit la Supérieure, de "la puissance de la presse pour former, informer, promouvoir l'authentique croissance des hommes et la communication entre eux" mais aussi que "l'apostolat de la presse est une forme d'évangélisation, de développement à laquelle on croit trop peu en général" (19-25 mars 1980). Plus encore, elles vont permettre à Afrique Nouvelle d'être quasiment intouchable sous la colonisation. En effet, la seule mesure efficace de la part du Gouverneur général était de faire pression sur les imprimeurs locaux pour qu'il n'impriment pas les "mal pensants" ! De surcroît, elles pratiquent des tarifs préférentiels et accordent de larges délais de paiement.

  • 1 Le no 1288 (15 juin 1972) p. 11 fait une liste non exhaustive de tous ceux qui sont passés dans la (...)

4En 1957, l'équipe au complet comporte six journalistes et six personnes pour l'administration (dont un comptable, deux secrétaires et deux plantons)1.

5En 1980, on ne comptait toujours que six journalistes formant un groupe cosmopolite. Et encore ce groupe fut-il alors réduit, retrouvant le nombre de quatre de 1977. L'administration, elle, était de sept personnes, y compris le gardien. "Journal riche en idées et pauvre de moyens, en personnel, en matériel et en finances" dit encore le P. Fondeur en 1977. La rencontre avec d'anciens rédacteurs, on l'a vu, prouve que leur enthousiasme était à la mesure des efforts qui leur étaient demandés.

  • 2 Cf. aussi no 1734 (29 septembre-3 octobre 1982) p. 2.
  • 3 Eugénie R. Aw désormais chargée de communication à la CETA (Togo) no 1726 (4-10 août 1982) ; A. Da (...)

6Les renseignements sur la vie interne et ses difficultés sont donnés à peu près régulièrement. C'est ainsi que chaque départ de collaborateur est soigneusement noté et souvent, un éditorial lui est consacré, comme à l'occasion de la promotion d'Alcino Louis Da Costa à l'UNESCO, de l'installation de Jérôme Carlos (Béninois) en France comme "correspondant permanent à Paris", ou des études de L. Houédanou au CFPJ à Paris. Une rubrique — éphémère il est vrai — est même introduite dans le no 1723 (1982) en page 2 "La vie de notre journal" dont le but est de permettre à nos lecteurs de suivre de près ou de loin les activités du journal". C'est une occasion pour signaler la présence de stagiaire(s) du CESTI (Centre d'Etudes des Sciences et Techniques de l'Information) et de souligner la permanence de la collaboration avec cette école de journalisme de Dakar2, de saluer le passage d'un ancien de la maison3 ou d'un confrère étranger, par exemple Jean-Pierre Ndiaye de Jeune Afrique, dans le no 1734 (29 septembre 1982).

De nombreux collaborateurs occasionnels

  • 4 J.-R. de Benoist, Afrique Documents, p. 166 et documents internes.

7Le journal s'efforçait, pour compenser la faiblesse des effectifs, d'avoir de nombreux correspondants dans toute l'Afrique de l'Ouest, recherchés par l'intermédiaire des missions et possédant une carte spécifique. Ils étaient 80 en 1958, payés modestement 2 FCA par ligne publiée, ce qui fait qu'ils n'émargeaient que pour 15 000 F CFA environ4. Leur rôle était cependant fondamental. Faisant le bilan à l'occasion du 40e anniversaire, le P. de Benoist a noté qu'en 1956, le journal a eu l'occasion de recevoir en 24 heures 253 lettres de ses correspondants. Même s'il fallait réécrire des textes trop longs, l'essentiel fournissait, avant les indépendances, la matière de quatre pages locales.

8Mais un certain nombre d'"intellectuels", devenus souvent très connus, ont fourni un ou plusieurs articles, voire même ont fait un court séjour à la rédaction. On peut citer, pêle-mêle, Joseph Ki Zerbo (qui envoya même des articles quand il était étudiant à Paris puis bien après), Théodore Monod (auteur, à côté d'articles scientifiques d'un plaidoyer contre l'alcoolisme le 17 février 1954 "Arrêter l'assassin mais comment ?"), Philippe Decraene ou Iba Der Thiam. Certains ont eu droit à un éloge posthume comme Faustin Gbaguidi. Le P. de Benoist a ainsi retracé le 6 août 1986 la carrière de ce Béninois, né en 1918 qui, après la fin de la Deuxième Guerre, s'engagea dans l'action sociale avec Ernest Milcent, fondateur des Secrétariats sociaux d'AOF, et dans l'action politique avec le Dr André Peytavin, à l'origine du Mouvement Républicain Populaire en AOF. Quand Milcent quitta Lomé pour Dakar, Gbaguidi lui succéda comme correspondant d'Afrique Nouvelle. "Toujours bien informé, il permit à notre hebdomadaire de publier quelques articles retentissants, notamment au sujet du trucage des élections de 1955 pour la mise en place du premier gouvernement autonome. Cette compétence donna à la direction d’Afrique Nouvelle l’idée de s'attacher ; de façon permanente, les services de Faustin Gbaguidi. Celui-ci vint donc à Dakar pour faire partie de l'équipe de rédaction. Il ne resta avec nous qu'un an". La brillante carrière qui a suivi est retracée ensuite : chef de cabinet de Peytavin devenu ministre des Finances, il fut ensuite directeur de cabinet au Bénin puis ambassadeur du Bénin au Canada jusqu'à sa retraite.

9Au détour de la lecture du journal, on apprend quelques petites choses de l'un ou l'autre auteur : Bernard Couralis, maître de conférences à Lille, interviewé comme spécialiste de littérature africaine, révèle le 27 juillet 1983 qu'il fut coopérant à Thiès et, participe de 1965 à 1968 aux pages culturelles d'Afrique Nouvelle ; Charles Lemaire, violemment pris à parti dans le courrier des lecteurs répond le 27 août 1986 : "blond aux yeux bleus, (...) depuis 5 ans au Sénégal, je suis "volontaire" agréé par une ONG, et je crois faire du "développement culturel" ; Georges Diallo est en réalité un Père Blanc belge qui de 1974 à sa mort en 1978 a régulièrement rédigé une page de réflexion religieuse, publiée ensuite dans un recueil Lettres à Karim et Mariam, dont la revue fait la publicité.

Appels à participation

10En dehors de ces permanents (ou occasionnels), l'appel à la collaboration de tous les Africains est lancé dès le premier numéro ! On retrouve ensuite, sans cesse, des sollicitations du type de celle du 28 septembre 1960 "Un journal se fait avec des informations : "De différents territoires nous parviennent des protestations "On ne voit jamais de comptes rendus sur nous". Comment et sur quel air faut-il le dire ? Si nous ne parlons pas de telle ou telle manifestation, c'est que... nous n'en savons rien, et que personne ne prend la peine de nous envoyer un récit avec des photos. Et si nous parlons davantage de certains territoires, c'est qu'il y a quelqu'un qui a compris cette vérité très simple : on fait un journal complet et vivant avec des INFORMATEURS. Merci à ceux qui en sont ! et que ceux qui protestent le deviennent ! Nous ne demandons que cela". L'année suivante : "Point n'est besoin d'être grand Clerc avant de correspondre à "Afrique Nouvelle". Alors, pourquoi hésitez-vous ? Chaque semaine nous publierons en ces pages les nouvelles de vos pays, de vos villes et villages, que vous nous enverrez. C'est une collaboration qui n'est pas négligeable dans l'édification de l'Afrique" (12 avril 1961). Et jusqu'à la fin les lecteurs sont interpellés comme le prouve cet encart de 1987

A nos lecteurs et lectrices
Cette rubrique est la vôtre. Nous serons heureux d'avoir vos réactions, remarques et suggestions. Si vous avez des recettes, JESSICA se fera un plaisir de les publier, avec votre nom et adresse. A moins que vous désiriez garder l'anonymat. Pour toute correspondance, s'adresser à : JESSICA Afrique Nouvelle. B. P. 283 DAKAR
La Rédaction

11Sans multiplier indéfiniment les citations, on pourrait le comparer, par exemple, à celui que l'on trouve régulièrement à partir de la relance

Afrique Nouvelle est à vous !
parce que vous l'avez acheté
parce que vous l'avez lu !
cet hebdomadaire est le vôtre
Ecrivez-nous BP 283 - Dakar
Critiquez-nous
Prenez la parole
Les colonnes sont à vous
Pour amplifier votre voix.

Difficultés de trésorerie

12Aucune occasion n'est négligée pour rappeler que les subventions n'existent pas : "nous sommes et demeurons un journal libre" lit-on le 29 mars 1961 en réponse à une lettre très critique d'un lecteur qui reproche une inféodation à l'État sénégalais ; "Afrique Nouvelle ne dispose pas des "atouts" qui font grimper facilement les ventes : financement des gouvernements ou des partis politiques, forte publicité, pincées d'érotisme, griotisme d'État, vedettes à la une, familles princières..." (26 mars 1986).

13Le tableau 1 réalisé à partir de chiffres fournis par le P. de Benoist pour le Rapport à la Conférence des Archevêques de l'Afrique Occidentale de 1959 nous permet d'avoir une idée des principaux postes de comptabilité :

Tableau 1 - Dépenses et recettes d'Afrique Nouvelle en F C.F.A. (1957-1958)

Tableau 1 - Dépenses et recettes d'Afrique Nouvelle en F C.F.A. (1957-1958)

14De fait, on peut noter qu'à partir de 1958 le déficit devient chronique, comme le prouve l'annexe 1. Le P. de Benoist, qui analysait l'année suivante au colloque international de Dakar la situation de la presse ouest-africaine (publiée ensuite dans Afrique Documents), constatait que, sur la masse des publications, on ne trouvait que quelques exceptions de rentabilité, qui supposaient des frais généraux réduits, beaucoup de publicité (13 % seulement des recettes pour Afrique Nouvelle) et une zone de diffusion peu étendue pour éviter les frais de transport aérien, très élevés. Il citait Afrique Nouvelle qui dépensait alors plus de 5 millions de F C.F.A. uniquement pour ce poste (l/6e du budget dit l'éditorial du 16 mars 1960 pour 4 700 000 km2 comme surface couverte ; la même somme de 5 millions est de nouveau citée dans le no 746 du 22 novembre 1961). Il soulignait aussi qu'on avait tenté à partir du début de l'année 1958 de faire quatre éditions régionales différentes, pour développer les nouvelles locales ; mais qu'on avait dû revenir le 7 mars suivant à la formule précédente sous la pression des lecteurs ; dès le lancement, le 3 janvier, la rédaction s'est fait l'écho de réactions hostiles, confirmées par ailleurs ; cependant, on augmente le nombre de pages, le prix, donc le tirage diminue ; la situation financière s'aggrave, malgré une nouvelle hausse des tarifs. Très régulièrement, une Lettre aux lecteurs fait le point de ces difficultés qui, malgré les efforts annoncés, se pérennisent.

15On peut ainsi comparer le bilan du P. de Benoist avec un autre, publié dans le no 1595 du 30 janvier 1980 : on y retrouve le poste des "expéditions" qui grève de 15 millions le budget, l'impression s'élevant à plus de 35 millions, tandis que les salaires n'interviennent que pour 21,5 millions.

  • 5 Éditorial no 1595 (30 janvier 1980). Même discours dans l'éditorial du 30 décembre-5 janvier 1982.

16La vente a toujours été la principale source de revenus. Le prix de l'abonnement a, bien évidemment, subi des hausses régulières tout au long de la période étudiée. Chaque augmentation est annoncée bien à l'avance, et donne lieu à des articles de justification où la situation financière est longuement explicitée. Témoins parmi d’autres deux cas. Le 1er avril 1953, en page une "Notre journal est-il trop cher ?" compare le prix au numéro d'Afrique Nouvelle avec celui de ses principaux rivaux en prenant pour base le volume : "cela crève la vue, notre journal offre à ses lecteurs le plus grand nombre de pages pour le prix le plus bas (...). Nous voudrions maintenir ce prix, non pour concurrencer les autres journaux, mais pour permettre aux bourses les plus modestes de se procurer régulièrement leur hebdomadaire" ; le 17 décembre 1970, un encadré annonce : "tous nos lecteurs peuvent dire qu'Afrique Nouvelle est l’hebdomadaire le moins cher en Afrique ? Et pourtant il reste de par sa qualité, ses informations, ses commentaires, le plus grand hebdomadaire de l’Ouest africain. Cependant, depuis 8 ans, nous n’avons pas changé le prix de ce journal. 50 F C.F.A. sont aujourd'hui dérisoires. Nous n'allons pas détailler ici ce que représentent ces 50 francs, et surtout ce qu'ils ne représentent pas. Sachez seulement que depuis le 1er octobre dernier, pour envoyer un numéro à un abonné de l’ex-A.O.F., il faut payer 30,30 francs C.F.A. Suivait l'annonce du passage à 75 francs. Autre extrait : "L'année 1980 sera particulièrement difficile, mais un journal qui compte près de 100 000 lecteurs n'a pas le droit d'abandonner le combat pour une meilleure information de l'opinion, le combat pour la liberté d'expression et le droit à la communication. Notre pari, nous voulons le gagner avec vous, afin que la vérité ne soit pas étouffée par tant de silences coupables et de compromissions inavouées "5.

La faiblesse de la publicité

17En contre-partie, la publicité ne rapporte que 1,7 millions en 1957 (près de 2 millions en 1958), chiffre qualifié de "dérisoire". En France, elle a été gérée par l'Agence CERPA (mais un bureau fut ouvert à Dakar, un autre à Abidjan) et à Dakar par Foucauld puis par la première. La mise en place d' "un service chargé de développer la diffusion et la publicité" ne semble pas avoir eu les résultats escomptés. Périodiquement, on trouve des encarts dans la revue "Nous vous recommandons nos annonceurs. Vous pouvez leur faire confiance. Nous n'acceptons la publicité que de maisons sérieuses pour du matériel, des produits et des articles de qualité", "Faites vos publicités dans Afrique Nouvelle" suivi par deux numéros de téléphone ou "Placez votre publicité dans Afrique Nouvelle ", "Donnez une dimension internationale à vos affaires. Placez votre publicité dans Afrique Nouvelle", "Faites votre publicité dans Afrique Nouvelle ", "Fa publicité de notre journal est efficace. Consultez nos services pour tous renseignements", "20 ans de présence font d'Afrique Nouvelle l'organe le mieux indiqué pour vos publicités, vos annonces. Faites-lui confiance" (à l'occasion du 1 000e numéro) ou moins banalement "Une publicité dans Afrique Nouvelle est moins chère que vous le pensez" suivi simplement d'un numéro de téléphone. Et la question apparemment naïve d'une lectrice "il n'y a presque jamais de publicité dans Afrique Nouvelle... Or j'entends dire partout (valable aussi bien pour les journaux français qu'étrangers) qu'aucun périodique ne peut vivre aujourd'hui sans publicité. Alors, de quoi vit votre journal ?" ne provoque aucune réponse de la rédaction.

18Plus le temps passe et plus on trouve donc de petits pavés publicitaires, perdus au milieu des articles. Les huit pages consacrées uniquement à la publicité dans le no 712 (29 mars 1961) sont tout à fait exceptionnelles et ne se reproduisent qu'en 1982 (no 1712 et 1713 de mai : quatre pages entières en faveur de la Caisse de stabilisation de la Haute-Volta). Autre cas particulier et quelque peu surprenant, les surfaces importantes, tout au long de 1971 et de 1972, à la gloire de Kim Il Sung : par exemple deux pages deux tiers dans le no 1280 sur les douze qu’il compte !

19De fait, dans les années quatre-vingt, la publicité a presque disparu (en dehors de celle pour la revue ou pour l'imprimerie Saint Paul). La situation a même été dénoncée avec peu de ménagement par un Nigérien : "Feuilletez le journal. C'est gris, trop serré et surtout tellement mince. Certes les articles ont souvent un ton très intéressant, qui n'a rien à envier à bien d'autres journaux, mais l'austérité d'Afrique Nouvelle en fait son malheur (...). Et puis, faire aujourd'hui un journal sans publicité c'est, excusez-moi du terme, revenir au Moyen-Age. Voilà pourquoi je n'aime pas Afrique Nouvelle et que je ne le fais pas lire à d'autres. Ce n'est pas moi en tout cas qui m'y abonnerai. Loin de là" (le 15 juillet 1981). La rédaction garde le cap et rétorque : "Il changera, si comme beaucoup d'autres, vous le faites lire à d'autres". Des lecteurs réagissent violemment, comme ce Sénégalais le 5 août 1981 qui accuse le Nigérien d'être "l'otage intégral d'une société de consommation qui a tué l'ordinaire, le simple, le fait-main". Et de conclure avec lyrisme : "Afrique Nouvelle, j'adore tes pages grises sur fond d'espoir".

20Des pages entières d'annonces légales ont dû prolonger un peu la vie de l'hebdomadaire. Ainsi, un calcul rapide, effectué sur deux mois en 1983 et sur les quatre premiers mois de 1986, montre que 8 ou 9 % environ de la surface totale est constituée par ces encarts, contre 2 % par de la publicité (en comparaison le total des publicités et des annonces légales atteignait près de 20 % sur 12 numéros de 1953, à une époque où des bénéfices étaient dégagés !).

21Sans que ce soit une panacée et de façon peut-être prémonitoire la dernière justification d'augmentation prédisait le 26 mars 1986 "sans ces efforts communs, sans cette solidarité active et votre soutien effectif Afrique Nouvelle périra, étouffée sous les fleurs".

Les aides matérielles

22Quelques subventions n'ont rien changé à la situation globalement mauvaise. Celle du CCFD est signalée plusieurs fois : dans l'éditorial du no 1691 (2-8 décembre 1981) intitulé "Solidarité agissante", A. Gnonlonfoun informe de sa participation à la rencontre nationale de l'organisation à Paris et à Vichy ; l'organisation a décidé de mener une campagne d'abonnements en France en faveur d'Afrique Nouvelle. Le 6 août 1986, l'aide est reconnue dans un article véhément, indigné, de Pape Marcel Sene, "Campagne contre la solidarité", qui rapporte les accusations de l'UNI et du Figaro-Magazine en commençant par "Afrique Nouvelle est-elle un nid de marxistes subversifs ? Oui, elle l'est. Comme l'est le CCFD, comme le sont d'autres organes de presse catholiques français et étrangers (...). Afrique Nouvelle bénéficie d'une assistance du CCFD ; ce qui n'est pas du goût de l'extrême-droite française". Après s'être fait l'écho de réactions favorables, les deux pages concluent ainsi : "une position réconfortante pour tous ceux, nombreux, qui, comme vous et nous, bénéficient de l'admirable action du CCFD".

23D'autres aides, ponctuelles, sont parvenues de la Conférence Episcopale d'Afrique de l'Ouest, de Misereor, de Cor Unum, de l'OPM de Suisse, de l'Action de Carême des catholiques suisses, de l’Imprimerie Saint-Paul de Fribourg, de la Commission Episcopale française de l'Opinion Publique, de l'Aide à l'Église en détresse, de sympathisants ou même du Vatican (Propagation de la Foi). Une allusion est faite à une réunion de ces principaux partenaires pour discuter de l'avenir d'Afrique Nouvelle à Genève le 18 juin 1982 dans l'éditorial du 23-29 juin 1982.

La disparition

24C'est le Conseil permanent de la Conférence Episcopale Interterritoriale de l'Afrique de l'Ouest francophone qui, par deux fois, a pris des décisions draconiennes.

25La première a été de suspendre la publication après avoir fêté le 25e anniversaire de la revue : Au revoir annonçait la couverture. La situation ne cessait de se détériorer depuis 1966 (cf. annexe 4). L'interdiction en Guinée, excellent client, la dévaluation du franc malien et l'accroissement des tarifs postaux se sont conjugués avec la multiplication des titres concurrents et les problèmes habituels, pour creuser l'endettement. En février 1970 déjà, l'assemblée plénière des évêques, à Lomé, s'était émue de la situation mais, à l'unanimité, avait cependant voté une nouvelle aide financière pour la survie de l'hebdomadaire. En 1971, les finances ne s'améliorant pas, une expertise confirma l'obligation d'une subvention annuelle importante. Finalement, le Conseil permanent des évêques, réuni à Dakar du 11 au 15 février 1972, décida d'arrêter la parution et de prendre le temps d'étudier des solutions efficaces pour combler le déficit.

26La commission épiscopale des moyens de communication sociale des 15-19 décembre 1972 fit le tour de tous les regrets soulevés par la suspension et nota une volonté commune de conserver un organe d'expression catholique "grand public". D'où le retour, sous une forme différente de l'hebdomadaire : on passe d'une présentation de type journal (photo 1 prise en réduction) à un magazine (photo 2, format réel), ce qui explique que, selon l'époque, nous utilisons une terminologie variable. En fait, la diminution de la publicité et le prix de vente volontairement bas ne permirent jamais d'assainir les comptes.

27Et si les lecteurs sont régulièrement tenus au courant des difficultés, c'est sans annonce préalable (comme le prouvent la couverture du dernier numéro, no 1979, fournie ici, mais aussi le contenu) que la cessation de parution a lieu, à la suite d’un refus de l'imprimeur de continuer à faire crédit. Il a fallu d'ailleurs discuter ferme pour que ce numéro paraisse : il est daté du 24 juin 1987 mais, en réalité n'est sorti que le 2 juillet comme le dit un encart de la page 2, sans fournir d'explications autres que "des imprévus de dernière heure". Et il est même écrit "Nos services s'emploient à limiter ces perturbations"... Philippe Decraene, sans doute bien informé, a pourtant annoncé la suspension dans Le Monde dès le 21 juin.

Notes

1 Le no 1288 (15 juin 1972) p. 11 fait une liste non exhaustive de tous ceux qui sont passés dans la rédaction.

2 Cf. aussi no 1734 (29 septembre-3 octobre 1982) p. 2.

3 Eugénie R. Aw désormais chargée de communication à la CETA (Togo) no 1726 (4-10 août 1982) ; A. Da Costa en vacances au pays (no 1732) ; no 1735 (6-12 octobre 1982) p. 2 lettre de Mbaïoun-dakom Nassiyo Laoubara, Tchadien, ex-documentaliste.

4 J.-R. de Benoist, Afrique Documents, p. 166 et documents internes.

5 Éditorial no 1595 (30 janvier 1980). Même discours dans l'éditorial du 30 décembre-5 janvier 1982.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Dépenses et recettes d'Afrique Nouvelle en F C.F.A. (1957-1958)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540