Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Première partie : La vie difficile d'un journal catholique engagé

2. Le combat pour la liberté de la presse

Texte intégral

1Afrique Nouvelle a versé son tribut à cette cause ! Un procès retentissant en 1951 — sur lequel nous reviendrons longuement dans le chapitre 4 de cette partie — a assis sa réputation dans ce domaine.

  • 1 No 1795 (30 novembre - 6 décembre 1983) p. 15 "La parole est à tous". Cette association avait été (...)
  • 2 Quelles politiques de communication pour l'Afrique ? (9-15 juillet 1980) p. 19. Voir aussi les num (...)

2Dès 1954, le journal s'engage pour une action concrète : le P. Rummelhardt, directeur et rédacteur en chef est choisi comme secrétaire général de l"'Association des Journalistes Professionnels" de Dakar qui vient d'être créée, et qui regroupe tous les journalistes dakarois possesseurs de la carte professionnelle (no 368). Bien sûr, un reporter assiste toujours aux congrès mondiaux (tous les trois ans) de l'Union Catholique Internationale de la Presse puis, après sa création en 1979, à ceux de l'Union Catholique Africaine de la Presse — section africaine de l'UCIP — qui, toujours constate que "la liberté de presse est un fait rare en Afrique"1. La mise en place de cette Union est longuement commentée dans les colonnes d'Afrique Nouvelle, illustrée par une photo de l'équipe au travail légendée : "un combat permanent pour l’affirmation d’une presse africaine responsable"2. René Odou, rédacteur d'Afrique Nouvelle, fit même partie en tant que secrétaire général adjoint du premier bureau désigné à Kigali (2-8 juillet 1980). Tous les journalistes, à un moment ou à un autre, vont prendre la plume pour défendre la liberté de la presse.

Les protestations contre les atteintes à la liberté

  • 3 No 545, 17 janvier 1958, p. 5. Mais aussi no 687 (5 octobre 1960) p. 10 récit de perquisitions dan (...)
  • 4 No 653 (10 février 1960) p. 1 éditorial. Et no 295 (1er avril 1953) p. 6 Kenya limitation inquiéta (...)
  • 5 Exemples : no 676 (20 juillet 1960) p. 10 Le vrai visage du franquisme ; no 715 (19 avril 1961) p. (...)
  • 6 No 1755 (23 février - 1er mars 1983) p. 23 le journalisme et ses martyrs.

3Inlassablement, la rédaction proteste contre les incidents ; par exemple, pendant la guerre d'Algérie : "le journal 'La Croix' a été saisi quatre fois à Alger, pour un récent reportage de J. Duquesne, de ton pourtant fort modéré..."3 ; dans l'Afrique indépendante comme lors de l'interdiction par Ahidjo de L'effort Camerounais à la suite de commentaires sur le départ de Mgr Mongo du comité constitutionnel (texte reproduit intégralement pour que les lecteurs puissent juger sur pièce). "Cette mesure est inadmissible. Elle constitue une étrange marque de faiblesse. Mais surtout elle nous remplit de tristesse. Car elle est un indice, parmi d'autres, du mauvais départ que prend le Cameroun indépendant"4 ; l'arrestation et la soumission à la torture de l'abbé Badila travaillant pour la Semaine Africaine de Brazzaville amène le 4 décembre 1964 une critique "musclée" de la politique du Congo ; "La liberté de la presse n'est pas à vendre" : cet éditorial s'indigne de l'état dans lequel est arrivé, à la suite de son expulsion de Gambie, le collaborateur d'Afrique Nouvelle à Banjul, objet de sévices à la suite de son reportage paru dans le no 1629. Des propos très caustiques sont tenus le 2 novembre 1983 sur l'interdiction faite aux médias gabonais de parler de la France, à la suite de la publication du livre de Pierre Péan dont Bongo a essayé vainement d'empêcher la parution. Mais il est également question de l'Europe, de l'Espagne de Franco5 ou de l'Amérique latine6 et... d'Afrique Nouvelle ! La rédaction, par le biais de citations, ne manque pas de rappeler le 30 novembre 1983 "que pour la grande majorité des Africains, l’indépendance n'a pas apporté plus de liberté individuelle et que, dans certains cas, la puissance coloniale s'est montrée plus tolérante envers des vues peu orthodoxes ou opposées ".

  • 7 No 1404, 26 mai - 1er juin 1976 et no 1751 (26 janvier - 1er février 1983). Ne pas oublier le no 1 (...)

4Plus le temps passe et plus la situation de la majeure partie des médias africains est dénoncée. Témoins ces éditoriaux d'Alexis Gnonlonfoun7 : "Si en Europe, les revendications sont d’ordre salariales, chez nous, en Afrique, la lutte se situe encore au niveau de la liberté d'expression. Car dans certains de nos États africains, le citoyen n'a pas droit à une information honnête. La presse nationale est muselée. Le problème se pose d'une manière spéciale et en quelque sorte ponctuelle. C'est sans doute pourquoi le problème n'a jamais été posé ni défendu par les partis ou par les fractions organisées de l'opinion. La conviction des politiciens, syndicalistes, à l'égard de la presse est complexe. Dès l'instant où l'on se sent fort, ce combat, chez les uns et les autres, a quelque chose de dérisoire (...) Dire la vérité coûte cher au journaliste. On lui parlera de "subversion ". Ce mot qui appartient à ce vocabulaire de maintien de l'ordre, ce langage faux, politico-policier est l'une des lèpres de notre continent. Le problème n'est pas que tel ou tel régime ait besoin de museler, de torturer, mais que ces manières sont devenues dans la plus grande partie de nos États un des instruments possibles du pouvoir". "En Afrique les cinéastes comme les journalistes sont toujours perçus comme des gens qui gênent. Et pour cause. En effet, les trouble-fête, on ne les aime pas. On les respecte tout au plus quand on constate que ce qu'ils ont troublé n'était pas à proprement parler une fête ". La situation béninoise, parmi d'autres, à l'occasion du premier séminaire sur l'information, traité le 24 juillet 1985, permet de repréciser l'essentiel. Les journalistes y "ont usé de toutes leurs armes pour convaincre les autorités de la nécessité d'instaurer au Bénin une véritable presse au service du développement. Cela implique d'abord et avant tout la concession, à défaut d'une liberté, tout au moins d'une marge de manœuvre au journaliste et la prise en compte d'une opinion publique".

Le rôle de la presse catholique et du journaliste

5Dans un tel contexte, la vocation particulière de la presse catholique est martelée : elle doit être "la voix des sans voix". Après la publication de l'encyclique Communio et Progressio, elle cite volontiers l'article 116 : "les catholiques doivent être conscients du fait qu'ils détiennent vraiment la liberté d'expression. Cette liberté a ses racines dans le sentiment de la foi et dans l'amour". Dans le numéro spécial 30e anniversaire, Alcino Da Costa fait remarquer : "depuis l'ére des indépendances, les gouvernements de nos États sont très sensibles à tout ce que nous écrivons. Leur susceptibilité est parfois à fleur de peau et ils ne manquent pas d'ailleurs de nous faire comprendre que, comme dit la chanson, 'la patience a des limites'".

  • 8 Simon Kiba dans sa chronique hebdomadaire du no 654 (17 février 1960) p. 3. Ce terme de griot est (...)

6Parallèlement, le rôle du journaliste est explicité : "J'en profite pour dire à mes lecteurs qu'un bon journaliste doit, tout en vivant dans un pays donné, dans un certain milieu, demeurer indépendant d'esprit. Un journaliste n'est pas un griot"8 ; "L'existence d'une presse qui n'encense pas nécessairement, mais qui n'excite pas non plus à la haine inutile, est aussi bénéfique qu'un Parlement et un Gouvernement" dit l'éditorial du 1er juin 1960 intitulé "La démocratie commence par l'information".

7Les propos peuvent être très nuancés comme ceux de Simon Kiba du 13 octobre 1966 : "Tout journaliste voudrait être entièrement libre de dire tout ce qu'il veut. Cela n'est pas possible. Mon expérience de Directeur d'Afrique Nouvelle m'a fait comprendre ce qu'est l'autocensure. C'est une chose très compliquée, parce que sans directives précises". Il insiste alors sur les conditions différentes d'exercice de la liberté par rapport aux pays développés. "La presse doit être libre, certes, mais elle doit être aussi responsable. Dans les pays en voie de développement, nous pourrions même dire qu'elle doit être surtout responsable. Tout le problème réside dans le fragile équilibre qui doit être instauré entre la liberté et la responsabilité du journaliste. Responsable dans sa collaboration avec le pouvoir politique pour promouvoir le progrès économique et la cohésion nationale, il est aussi responsable devant les personnes dont il doit défendre les libertés et droits fondamentaux contre l'inhumanité des impératifs économiques, et le totalitarisme de l'efficacité politique. (...) Souvent quand on interroge un opposant d’Afrique, il jure que s'il était au gouvernement il rétablirait l'entière liberté de presse. Or cela s'est avéré faux à plusieurs reprises où après les révolutions que l'on sait, la presse d'opposition n'existe pas plus qu'ailleurs". Mais, en même temps, l'éditorial du 15 mai 1969, "Repenser l'information", rend tangibles les difficultés d'une telle position : il faut rester crédible pour que les lecteurs ne choisissent pas les médias étrangers.

Une agence de presse panafricaine ?

  • 9 No 670 (8 juin 1960) p. 1-2 La presse et le Progrès en Afrique de l'Ouest. Et no 723 (14 juin 1961 (...)

8Les manifestations en faveur de la presse sont toujours répertoriées comme celle-ci : "Au colloque international de Dakar, les experts estiment UNE PRESSE LIBRE NÉCESSAIRE AU PROGRÈS AFRICAIN et souhaitent la création à Dakar et Ibadan d'un institut de formation journalistique accélérée. De notre envoyé spécial S. Kiba" 9.

9L'agence de presse panafricaine (PANA) semble cristalliser toutes les interrogations. Afrique Nouvelle qui, par ailleurs, se bat pour l'unité africaine, lui est, bien évidemment favorable. Mais, dès les premiers pas, les questions fusent : moyens financiers, personnels qualifiés, indépendance, etc. "Cependant, il n'y a pas à se décourager, car nous devrons bien un jour organiser la collecte et la diffusion des nouvelles africaines avec les moyens bien à nous. Le principe adopté à Lagos est donc bon. Mais dans son application, il faudra faire preuve de beaucoup de doigté pour ne pas courir à un échec" (4-10 février 1965).

10Des années plus tard, rien n'a changé. Le 15 avril 1981 l'article "Pana des inquiétudes " constate "Le problème qui se pose, selon nous, est le suivant : les agences de presse étatiques sont-elles capables de rechercher l'information objective, de faire de cette quête une obsession de tous les jours ? Il semble utopique de croire que, pour la plupart des gouvernements actuels africains, les agences nationales auront toute latitude pour travailler sans surveillance excessive et sans contraintes insupportables... En fait, la PANA ne peut jouer un rôle bénéfique que si les agences nationales cessent d'être le jouet des autorités, en un mot si la liberté d'informer et celle d'expression en général sont garanties et irréversibles...". Quelques mois après, le 29 juillet 1981 à propos de la deuxième session du Conseil intergouvememental de l'agence panafricaine les problèmes de censure, d'argent sont évoqués en page une : "il reste à faire vraiment la décolonisation de l'information. (...) Toute critique est perçue comme destructive et on n'est pas loin de considérer la presse officielle comme une usine à encensoirs. La Pana le sera-t-elle ?"

11Et ce ne sont pas les arguments de développement qui peuvent infléchir des convictions solides : "En choisissant pour thème de son assemblée générale de Nairobi 'le rôle de la presse dans la lutte contre le sous développement'- un sujet qui apparemment n'a pas été très approfondi - ne cautionne-t-il pas d'une certaine manière, les dirigeants de nombreux pays du tiers-monde qui exercent un dirigisme quasi absolu en brandissant les impératifs du développement, faisant ainsi des media "leur chose" ? On a pu de la sorte affubler les journalistes du surnom très évocateur "d'agents de développement", de "fonctionnaires de l'information". Cette situation a donné lieu à des excès, à une dénaturation de la profession. Autant de maux dénoncés par l'Institut International de la Presse à Nairobi " (11-17 mars 1981).

12D'ailleurs, à partir du no 1685 (21-27 octobre 1981), souvent en dernière page, une carte d'Afrique est reproduite accompagnée de la formule : "Pour une presse libre en Afrique soutenez et faites connaître Afrique Nouvelle".

13Juste avant sa disparition, la revue se déchaîne. Dans l'éditorial du 11 février 1987, "Liberté surveillée", René Odou aborde les droits et devoirs des journalistes africains. "Car notre continent a surtout besoin d'une presse crédible et responsable pour mener à bien sa lutte contre le sous-développement et ce, dans la démocratie. Celle-ci passe inévitablement par la liberté d'expression et d'information". Tandis que Tjinfora Zogbo le 25 mars 1987 se réjouit de la situation des médiats (sic) de Sankara. "Une radio libre émettant en plein Ouagadougou. Du jamais vu en Afrique, le Burkina révolutionnaire innove encore, serait-on tenté de dire. En tout cas, le ton qui y est employé est assez libertin". Et un autre éditorial, à propos de l'interdiction de vente de revues pornographiques par Charles Pasqua, dénonce le genre mais laisse la responsabilité à chacun de ses lectures ! (1er avril 1987).

14La revue disparaît peu après, minée par les problèmes financiers qui avaient déjà été déterminants lors de la première suspension du journal de 1972 à 1974 (ses dettes atteignaient à ce moment-là près de 13 millions de francs CFA).

Notes

1 No 1795 (30 novembre - 6 décembre 1983) p. 15 "La parole est à tous". Cette association avait été envisagée dès 1971 cf. no 1251 (29 juillet - 4 août 1971) p. 9 et 12 ; no 1471 (7-13 septembre 1977) p. 12-15.

2 Quelles politiques de communication pour l'Afrique ? (9-15 juillet 1980) p. 19. Voir aussi les numéros de fin octobre - début décembre 1980.

3 No 545, 17 janvier 1958, p. 5. Mais aussi no 687 (5 octobre 1960) p. 10 récit de perquisitions dans des journaux de gauche (d'après Le Monde).

4 No 653 (10 février 1960) p. 1 éditorial. Et no 295 (1er avril 1953) p. 6 Kenya limitation inquiétante de la liberté de la presse ; no 690 (26 octobre 1960) p. 9 Maroc saisie de "l'Avant Garde" ; no 702 (18 janvier 1961) p. 2 ; no 703 (25 janvier 1961) p. 2 ; no 690 (26 octobre 1960) p. 10 Une nouvelle "Action". (...) Ce journal était l'un des mieux faits et des mieux informés d'Afrique. Malheureusement, l'"Action" avait dû disparaître, pour des raisons avant tout politiques ; no 1186 (30 avril - 6 mai 1970) p. 1 La censure ; no 1677 (26 août - 1er septembre 1981) p. 8-9 au Nigéria ; no 1748 (5-11 janvier 1983) p. 8 Tunisie "El wahda" suspendu. Photo du chef de l'État : Le président Habib Bourguiba serait-il devenu allergique à la presse ? ; no 1759 (23-29 mars 1983) p. 5 l'éditorial Face aux réalités proteste, entre autres, contre la saisie de l'Observateur, quotidien indépendant de Haute Volta : A-t-on déjà oublié à Ouagadougou cette phrase devenue célèbre d'un membre du régime : "Malheur à ceux qui bâillonnent leur peuple ?" ; no 1955 (7 janvier 1987) p. 8 : Tchad. Une guerre sans journalistes.

5 Exemples : no 676 (20 juillet 1960) p. 10 Le vrai visage du franquisme ; no 715 (19 avril 1961) p. 14 En Espagne, la liberté de la presse reste une question cruciale.

6 No 1755 (23 février - 1er mars 1983) p. 23 le journalisme et ses martyrs.

7 No 1404, 26 mai - 1er juin 1976 et no 1751 (26 janvier - 1er février 1983). Ne pas oublier le no 1873 (29 mai - 4 juin 1985) p. 5 Quand la presse dérange.

8 Simon Kiba dans sa chronique hebdomadaire du no 654 (17 février 1960) p. 3. Ce terme de griot est repris dans l'éditorial du no 1085 (23-29 mai 1968) La communication sociale. Voir aussi le Bilan de la presse écrite en Afrique in no 1030 (4-10 mai 1967) p. 7 ; no 1080 (18-24 avril 1968) p. 3 Liberté dans la responsabilité ; no 1214 (12-18 novembre 1970 p. 6 : Les journalistes sénégalais ne veulent être "ni griots, ni détracteurs ",

9 No 670 (8 juin 1960) p. 1-2 La presse et le Progrès en Afrique de l'Ouest. Et no 723 (14 juin 1961) p. 13 Congrès de l'Institut international de la presse par notre envoyé spécial S. Kiba.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540