Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Première partie : La vie difficile d'un journal catholique engagé

1. Les principales caractéristiques

Texte intégral

Depuis 20 ans au service de l’Afrique

Depuis 20 ans au service de l’Afrique

1À ses débuts, et conformément à l'accord entre les Pères du Saint Esprit et les Pères des Missions Africaines, Afrique Nouvelle fut donc l'œuvre des Pères Blancs. Elle connut trois directeurs membres de cette société.

La stabilité de la direction

  • 1 L'annonce de sa nomination, le 31 octobre 1948, s'accompagne d'un portrait très louangeur. Dans la (...)

2Le P. Paternot fut désigné comme directeur dès 1946 mais il était en France, surpris dans ce pays par la guerre. Un accident de voiture l'avait obligé à démissionner de sa charge de préfet apostolique de Bobo Dioulasso qu'il occupait depuis 1934. Il y avait écrit un livre Lumière sulla Volta préfacé par Paul Claudel... Il ne prit donc son poste qu'en février 1947 et assura, avec le P. Prost, grand spécialiste des langues africaines, le lancement du journal et ses débuts qui connurent la publicité — bien involontaire — d'un procès retentissant sur lequel nous reviendrons. Le 9 août 1952, Afrique Nouvelle annonce son départ par la plume de son successeur avec quelques précautions oratoires : "pas de 'maladie diplomatique', pas de prétextes savants (...) Ses chefs hiérarchiques lui dirent, en 1946 :'Viens'. Et il est venu (...). Aujourd'hui ils lui disent :'Va'. Et il va". En réalité, il semble bien que ce soit à la suite de difficultés avec Mgr Lefebvre, vicaire apostolique en 1947, puis archevêque de Dakar de 1955 à 1962 (il fut également délégué apostolique pour l'Afrique de l'Ouest de 1948 à 19591), qu'il dut céder sa place, le 15 août 1952, à l’un de ses adjoints, le P. Rummelhardt, autre très forte personnalité.

3Joseph-Roger de Benoist lui succéda de 1955 à 1959 (il était arrivé comme rédacteur le 15 mai 1952), mais il continua à collaborer épisodiquement jusqu'à la fin, tout en étant historien-chercheur à l'IFAN et en préparant une thèse d'État soutenue en avril 1985, en présence d'un journaliste d'Afrique Nouvelle qui en fit un compte-rendu ! Les Pères Jacquet et Louis Martin l'aidèrent jusqu'à ce qu'ils quittent Dakar, respectivement en août 1958 et février 1960. Le premier était chargé de l'information religieuse, de l'Afrique (hors Union Française) et des questions générales (technique, science... jusqu'aux recettes !). Le second partagea avec le P. de Benoist la confection des éditoriaux et eut pendant cinq ans la responsabilité de la page de politique internationale et métropolitaine. Position difficile comme il est noté le 17 juin 1965 : "Que ce soient des reportages, des commentaires ou des articles de fond, il prenait position pour la défense du juste, du vrai. Aussi ses interventions à propos de la guerre d'Algérie ont-elles scindé, en deux camps, les lecteurs. Les uns l'accusèrent de communisant, les autres l'approuvaient. C'est à ces derniers que les événements ont donné raison ".

  • 2 La rédaction ne manque jamais d'insister sur le rôle nouveau dévolu aux laïcs dans l'Église. Exemp (...)

4Le 1er octobre 1959, la direction fut laïcisée2 et confiée à Ernest Milcent, ancien de la presse pour enfants du groupe Fleurus, fondateur d'un secrétariat social à Lomé puis Dakar, attaché de presse au cabinet du Dr Ajoulat, ministre du Travail ; il avait déjà été associé à la rédaction comme correspondant ; il assurait aussi cette fonction pour Le Monde à Dakar. "Il n'est pas nécessaire de présenter Ernest MILCENT aux lecteurs d'Afrique Nouvelle. Ils ont souvent l'occasion d'apprécier ses articles qui montrent sa connaissance des problèmes humains en Afrique Noire. Ils savent qu'il peut allier les réalisations pratiques, au Secrétariat social de Lomé qu'il dirige depuis trois ans, à la réflexion" dit le no 335 du 6 janvier 1954. Il est resté jusqu'en avril 1963 (sa biographie est publiée dans le no 818 du 12 avril, à ce moment-là). Il partit à Paris rejoindre l'équipe de Croissance des Jeunes Nations tout en envoyant des articles où il est qualifié de correspondant à Paris. Au moment du coup d'État de Boumédienne, il fut envoyé spécial à Alger.

5Le laïc directeur eut à ses côtés un "conseiller religieux", l'abbé Michel Chartier à cette époque ; celui-ci partit ensuite pour la Réunion s'occuper d'un journal mais fut remplacé dans ses fonctions à Afrique Nouvelle.

6Enfin, en 1963, l'africanisation de la direction autorisa plus tard ce paragraphe de l'éditorial du no 1979 : "la grande particularité de notre journal est son cachet authentiquement africain, fait en Afrique, par des Africains, pour des Africains. Peu de titres se réclamant d'une certaine 'africanité' peuvent en dire autant". Simon Kiba, ancien grand séminariste, aide-météorologiste devenu journaliste dans de nombreuses revues et chroniqueur régulier depuis octobre 1957 à Afrique Nouvelle puis rédacteur en chef, prend les rênes jusqu'à la suspension de 1972. Sa chronique intitulée Ces jours-ci. Commentaires libres de Simon Kiba sur quatre colonnes en page 2 puis 12 soulevait souvent des commentaires passionnés dans le courrier des lecteurs. La rédaction dans le no 710 est obligée de préciser : "Simon Kiba n'est ni P.D.U., ni R.D.A. Au surplus, il n'a jamais été au Dahomey. Mais il s'efforce de donner des informations contrôlées et demeurer impartial". Propos répétés dès le numéro suivant : "Simon Kiba, comme toute l’équipe d'Afrique Nouvelle, n'est aux ordres d'aucun gouvernement". Il a assuré également des reportages, en particulier en Europe et en Amérique.

7Alcino Louis da Costa est directeur de la relance en 1974 jusqu'en 1980. Ancien responsable de mouvements d'action catholique, il avait fait de la radio puis avait été à l'Agence de Presse Sénégalaise de 1966 à 1972 (rédacteur en chef à partir de 1968). De 1972 à 1974, on lui doit la mise en place du service d'informations régionales du Soleil. Puis le Cardinal Thiandoum lui propose de reprendre Afrique Nouvelle, travail auquel il s'est donné à fond. Il fut remplacé au moment de son départ pour l'UNESCO par le doyen de l'équipe, Alexis Gnonlonfoun.

8Mais à la fin de 1975 un Père Blanc réapparaît dans l'organigramme comme directeur administratif, ou administrateur, le P. Fondeur ; il succède à un Franciscain présent dès 1974, le P. Oliger, puis à un Spiritain, le P. Vassal.

  • 3 Cf. aussi In memoriam, Adieu frangine, sur la collaboration de Saur Yveline (26 mars-1er avril 198 (...)

9On note donc une grande stabilité dans la direction, surtout pour une publication africaine, puisqu'en quarante ans d'existence, on ne recense que sept responsables, avec une évolution caractéristique de celle des organes d’Église : une place de plus en plus grande des laïcs africains, même si des religieux ou religieuses ont toujours collaboré ; parmi eux, citons la Sœur Marie Jean-Bernard, journaliste, Sœur Blanche venue du Mali, qui a écrit de nombreux articles à partir de 1974 sous son nom et sous le pseudonyme de Nya Maria Keita3.

10Il est certain que tous ces collaborateurs ont imprimé leur personnalité même si le ton général ne change pas.

Des journalistes passionnés

11Il serait difficile et fastidieux de retracer la carrière de la totalité de ceux qui sont passés par Afrique Nouvelle. Mais ce qui semble le ciment principal, à travers le temps, c'est la passion qu'ils ont éprouvée pour leur tâche et qui transparaît encore quand on les rencontre, tant d'années après.

12Certains ont été très pédagogues, comme Alain des Mazery, ancien instituteur et journaliste du groupe de Breteuil. D'autres ont été sensibles à la place faite à la femme comme Eugénie Aw, étudiante en philosophie à Dakar, amateur de peinture et lauréate d'un concours de critique d'art, ce qui lui valut une chronique au Soleil ; elle y élargit ses centres d'intérêt (développement, situation des femmes) malgré les difficultés rencontrées pour être reconnue comme journaliste : "une femme journaliste, ce n'est pas normal" dit-elle encore en 1995, admettant qu'elle "est devenue un homme parmi eux". Des problèmes politiques juste avant l'avènement du pluralisme au Sénégal l'ont conduite à être emprisonnée puis licenciée du Soleil en 1975. L'année suivante, Alcino Da Costa, directeur, lui propose d'être collaboratrice extérieure à Afrique Nouvelle. Très vite intégrée, elle y reste jusqu'en 1981 et on sent que cet épisode reste la grande affaire de sa vie, "une aventure". De culture catholique (elle a été scolarisée à Jeanne d'Arc où elle a été responsable du mouvement Ames Vaillantes pour le Sénégal) elle avait pris quelques distances par rapport à un catholicisme institutionnel qu'elle jugeait trop frileux. Elle dit avoir toujours trouvé un grand auprès du cardinal Thiandoum, auprès d'A. Da Costa mais aussi dans l'équipe ; tout particulièrement auprès de Jérôme Carlos (qui signait également Moudjib Djibril !), un historien béninois auteur d'une thèse d'histoire dirigée par le Professeur Person. Auprès d'eux elle a bénéficié d'une grande liberté de pensée, de parole, d'une ambiance excellente, de l'absence de langue de bois, et partagé leur conviction d'une mission d'"Afrique Nouvelle envers les plus démunis". Tout en se sentant toujours un peu menacée en tant que femme, elle considère encore la revue comme un modèle tant dans sa forme que dans sa gestion, même si elle pense que les efforts pour trouver des ressources propres n'ont pas été suffisants. Elle a quitté la rédaction à la suite du départ d'Alcino Da Costa, tout aussi lyrique qu'elle sur son passage à l'hebdomadaire.

13On peut citer un autre collaborateur passionné, Jean-François Brierre, Haïtien banni, qui ne s'en alla du journal qu'en 1986, après vingt-cinq ans d'exil, à 76 ans, lorsqu'il fut promu directeur des Arts et de la Culture au ministère de l'Information en Haïti. Il eut l'occasion de faire un éloge du rôle de l’Église en Haïti tout en annonçant le 24 décembre 1986 "Je n'ai jamais été une grenouille de bénitier. De 1929 à ce jour, je suis entré plusieurs fois en conflit avec l'Église catholique en Haïti, lui reprochant d'oublier... C'était il y a près de 60 ans".

Voix de l'Église

14De toutes façons, le "label" catholique fut toujours primordial, même si les rapports avec les "autorités" ne furent pas sans nuage. Le no 704 du 1er février 1961 a mis à sa "une" le soutien proclamé par la réunion des archevêques d'Afrique Occidentale au "plus grand journal catholique africain - et qui est même dans de nombreux diocèses le seul journal catholique. NN. SS. les Archevêques ont d'ailleurs tenu (...) à rendre visite à la rédaction (...). Tout en précisant bien que les positions politiques ou d'une manière plus générale, temporelles que pouvait prendre "Afrique Nouvelle" n'engageaient pas la hiérarchie, les illustres visiteurs nous ont redit combien ils souhaitaient que la diffusion d'Afrique Nouvelle soit encore accrue". La publication, S.A.R.L. de 120 parts détenues par les Conseils d'Administration des Missions, était propriété de la Conférence Episcopale interterritoriale d'Afrique de l'Ouest francophone. La gestion et la responsabilité étaient confiées à l'Archevêque de Dakar. Le 2 juin 1951, par exemple, incidemment, il est signalé "Mais l'archevêque de Dakar nous autorise à faire une mise au point". À la fin encore (28 janvier 1987), dans une N ième relation de la Journée mondiale des moyens de communication sociale, inaugurée en 1967 ("une célébration à laquelle Afrique Nouvelle est étroitement associée"), l'accent est mis, toujours, sur la nécessité de l'utilisation des médias par l'Église. Argument avancé maintes fois, comme dans les éditoriaux du no 1000 (6 octobre 1966) ou du no 1389 (100e numéro de la reprise) très symboliquement signés par l'archevêque de Dakar, Mgr Thiandoum, comme dans celui de la suspension le 15 juin 1972 (il a également rédigé d'autres éditoriaux enthousiastes par exemple au moment de l'élection de Paul VI ou de Vatican II).

15Un conseiller religieux, nous l'avons vu, a accompagné l'équipe de rédaction depuis sa laïcisation. Le premier fut l'abbé Chartier qui signait A. Mithié !

16Il est donc évident qu'Afrique Nouvelle est un journal institutionnel. Le poids de la Hiérarchie n'a certainement pas été le même pendant quarante ans. À la simple lecture, il semble avoir été particulièrement fort dans les années 1969-72 où l'on ne trouve guère de numéro sans une page entière — voire deux — occupée par le texte d'un ou de plusieurs évêques...

17Pourtant, le journal se bat pour pouvoir non seulement exister mais pouvoir dire ce qu'il pense.

Notes

1 L'annonce de sa nomination, le 31 octobre 1948, s'accompagne d'un portrait très louangeur. Dans la lettre qu'il a rédigée à l'intention des lecteurs d'Afrique Nouvelle le 25 décembre 1948, publiée dans le no 74, il précise : "sans doute nous ne prenons pas à notre charge tout ce qui peut être écrit dans un hebdomadaire qui a l’allure d’un journal (...). Mais l’expérience, la science des rédacteurs, des censeurs, nous permet de dire que cet hebdomadaire est bien l’organe de la presse catholique de l’A.O.F.". Et il termine par un hommage au P. Paternot et à ses collaborateurs.

2 La rédaction ne manque jamais d'insister sur le rôle nouveau dévolu aux laïcs dans l'Église. Exemple cette photo du pèlerinage des étudiants de Chartres avec comme légende Le Concile concerne aussi les laïcs qui, depuis quelques années, ont redécouvert leur rôle dans l’Église, en même temps qu’ils redonnaient vie à des traditions anciennes, comme celle des pèlerinages (no 733, 23 août 1961, p. 14).

3 Cf. aussi In memoriam, Adieu frangine, sur la collaboration de Saur Yveline (26 mars-1er avril 1980) p. 4.

Table des illustrations

Titre Depuis 20 ans au service de l’Afrique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 370k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540