Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique Nouvelle

 | 
Annie Lenoble-Bart

Introduction

Texte intégral

  • 1 Le détail de cette conférence a été raconté par un des participants — Mgr André Dupont — dans le n (...)

1La création d'un journal à vocation inter-régionale avait été évoquée dès 1945 par les évêques d'Afrique de l'Ouest réunis à Koumi, près de Bobo Dioulasso1. Avec la fin de la guerre, ils redoutaient un retour en force des anticléricaux : déjà les subventions aux écoles catholiques avaient cessé ; ils voulaient coordonner leurs efforts en matière d'enseignement, d'œuvres mais aussi de presse pour faire entendre la voix de l'Église et donner aux catholiques un large moyen d'expression de qualité alors que partis politiques - dont le R.D.A. apparenté au parti communiste - et protestants avaient les leurs. L'Église catholique, elle, ne pouvait revendiquer que deux bulletins locaux, La Côte d'ivoire Chrétienne et La Croix au Dahomey. Une répartition des tâches se fit entre les différentes congrégations présentes et la conception d'un hebdomadaire échut aux Pères Blancs.

  • 2 Afrique Nouvelle cite régulièrement ces journaux. Exemple no 729 (26 juillet 1981) p. 16 : Notre c (...)

2À la suite de contre-temps divers, la revue ne sortit que le 15 juin 1947, à Dakar, à destination de toute l'A.O.F., mais aussi de l'Afrique Equatoriale, jusqu'à la publication de "rivaux" comme Foyer chrétien, en Côte-d'Ivoire, La semaine de l'A.E.F. au Congo, Le Cameroun catholique suivi par L'effort camerounais, puis en mars 1960 Présence chrétienne, mensuel d'informations catholique2. Par la suite, la multiplication de journaux locaux est venue concurrencer sa diffusion çà et là, comme le souligne un lecteur dans le Courrier du no 723 (14 juin 1961) : "Monseigneur (Dupont) constate une baisse sensible des lecteurs d'"Afrique Nouvelle" en Haute Volta depuis la création du journal. De tous ceux qui étaient ses lecteurs il ne reste aujourd'hui que le tiers. Dans le monde d'aujourd'hui, surtout au moment où les pays d'expression française acquièrent leur indépendance, chaque pays désire créer ses journaux, quotidiens, hebdomadaires ou mensuels. Comme le Niger pour le "Temps du Niger", le Dahomey pour le "Daho-Matin", "l'Etendard", "L'Aube Nouvelle", Abidjan pour "Fraternité" et beaucoup d'autres qui créent les leurs. Et tous ces journaux sont nos confrères". Pourtant nombre d'abonnés écrivent pour dire leur attachement à un périodique qui leur donne des nouvelles de toute l'Afrique et non de leur seule patrie, tout en étant "un grand ami à qui je peux poser tous les problèmes qui me touchent" comme le dit ce Voltaïque dans le courrier du no 1706.

  • 3 J.-R. de Benoist, spécial 30e anniversaire, décembre 1977, p. 47.
  • 4 J. Traoré, courrier des lecteurs, no 1412 (21-27 juillet 1976), p. 2. Idée que l'on retrouve souve (...)
  • 5 Babacar Touré, Presse et pluralisme au Sénégal in Presse francophone d'Afrique : vers le pluralism (...)
  • 6 Courrier les lecteurs, Afantsawo Simon (Togo) in no 737 (20 septembre 1961) p. 2.
  • 7 La Liberté (Fribourg - Suisse), 22 octobre 1961 cité dans no 746 (22 novembre 1961) p. 2.

3Bien que prise entre la hiérarchie catholique et l'administration coloniale relayée par les autorités des États indépendants, Afrique Nouvelle n'en a pas moins joué un rôle fondamental dans l'opinion publique, véritable "tribune de l'Afrique de l'Ouest",3 "la seule revue en Afrique noire où existe la liberté d'expression"4, "qui a beaucoup contribué à l'avancement des idées dans la sous-région"5, "l'une des revues les plus objectives (au niveau des analyses) et les plus faciles à lire (présentation simple) de notre continent, à l'avant-garde de l'émancipation africaine"6, "un hebdomadaire, qui, de l'opinion des techniciens de la presse, est le mieux fait du continent africain"7.

4Le souci du feed back a toujours été présent, et des modifications ont été apportées dans les débuts au fur et à mesure des demandes. Exemple, l'introduction d'une nouvelle rubrique traitant d'instruction civique au moment où les institutions de l'Afrique noire changeaient et nécessitaient des mises au point, présentée ainsi le 7 février 1956 en page une : "nous ne pouvons nous transformer en une entreprise de cours par correspondance (...) Cependant pour vous aider à mieux comprendre le jargon politique, pour vous permettre de mieux saisir la différence entre les pouvoirs d'un maire et ceux d'un conseiller général, d'avoir une notion plus exacte des droits et des devoirs du citoyen (...) Ernest Milcent vous fera part, désormais de quelques réflexions (...) au fil des jours, de l'actualité (...). Ces réflexions pourront d'ailleurs être alimentées (...) par des lettres ou des suggestions de lecteurs ".

5Le journal a vite compris aussi que les nouvelles locales étaient fondamentales pour maintenir l'intérêt des lecteurs. Les rubriques pays par pays du continent africain ont été complétées par une double page Dans nos villes... dans nos villages... avec nos correspondants particuliers, beaucoup plus pointilliste encore. Le courrier publié prouve le succès de cette initiative. À titre d'illustration, voici des extraits d'une lettre signée Un Savéen à l'étranger Assogba Félix de Valois (Niger) : "C'est avec joie que nous voyons paraître chaque fois et dans plusieurs numéros du journal "Afrique Nouvelle" l'atmosphère environnant notre chère Savé. Ces nouvelles rédigées et publiées dans tout l'univers par notre ami Albert Affouda évoquent en nous, jeunes Savéens résidant à l'extérieur, les souvenirs lointains du temps passé (...). Désormais plus attentif à l'écoute de ses nouvelles, je transmets à M. Affouda Albert mes enthousiastes félicitations pour l'honneur qu'il a toujours réservé à notre chère Savé".

6Toute protestation était prise au sérieux, souvent avec l'humour que la rédaction voulait partager avec les "les gens intelligents". "Je me désabonne" (...) Il serait tellement plus sympathique que nos amis mécontents s'expliquent. Ils collaboreraient à notre travail. Nous dire :'Attention ! vous déraillez : voici pourquoi 'est une preuve d'amitié. Mais la réaction' Je boude, na !'est quelque peu infantile... (...) Pauvre de nous, travailleurs de l'information qui suons tant pour arriver à cerner le plus possible d'authenticité dans le flot de nouvelles envahissant la rédaction !" fait mine de se lamenter un journaliste le 27 septembre 1963.

7Afrique Nouvelle s'est finalement tue. "Suspendue" depuis juin 1987 — juste après avoir célébré ses 40 ans ! — elle avait déjà connu une interruption de près de deux ans entre le 15 juin 1972 — numéro spécial 25e anniversaire ! — et le 6 mars 1974. Ce silence, ajouté au fait que les espoirs de relance sont minces, permet d'essayer de faire une première synthèse sur son contenu, son rôle et sa portée pendant une quarantaine d'années.

  • 8 L'histoire africaine en Afrique, L'Harmattan, 1995, 245 p. Pour être exhaustif, il aurait fallu fa (...)

8La bibliographie montre que deux études ponctuelles conséquentes ont déjà été menées à leur terme : celle de J.-R. de Benoist et celle de P. Dog. Elles concernent des périodes particulières (la décolonisation ou l'époque cruciale de 1966-1974) et un angle précis (l'Afrique de l'Ouest pour l'essentiel). D'autres sujets sont en gestation, comme celui sur Afrique Nouvelle et la justice sociale, préparé dans le centre de formation des Pères Blancs à Fribourg en Suisse. Le choix s'est ici porté sur une tentative de propos exhaustifs. Dans tous les dépôts où nous avons travaillé, il a fallu couper les feuilles, preuve qu'en France au moins, les recherches ont été limitées ! Le récent bilan des études historiques réalisées en Afrique, dressé sous la direction de Chantal Chanson-Jabeur et de Catherine Coquery-Vidrovitch8 permet de constater que depuis les deux thèses soutenues à Dakar sur la presse au Sénégal, celle d'Arlette Fontaine en 1967 (qui s'arrête en 1960) et celle de Jacques Bouzerand en 1974, rien n'a vu le jour et n'aide à actualiser des données bien antérieures à la suspension d'Afrique Nouvelle.

9La source principale a été la lecture de la collection (il est extrêmement difficile d'en trouver une complète comme le prouve l'état dressé dans les "sources"). D’où la multitude des références au texte lui-même (dont nous avons respecté scrupuleusement la langue), fastidieuse et rebutante, mais indispensable pour authentifier les propos. Et encore, elles ont été limitées au maximum, voire supprimées quand elles n'apportaient rien par rapport à ce qui avait été déjà dit !

10Nous avons essayé de retrouver le maximum d'artisans d'Afrique Nouvelle mais leur dispersion à travers le monde a rendu la tâche difficile. Il est vrai que le plaisir évident qu'ils ont eu à parler de leur passé a largement contribué à enrichir les impressions premières. Que ceux qui ne sont pas nommément cités nous pardonnent : nous avons espéré jusqu'au bout les rencontrer mais les hasards de voyages ou de colloques ne nous ont pas amenée jusqu'à eux.

11Il aurait fallu prendre son bâton de pèlerin pour que la petite enquête tentée auprès d'anciens lecteurs permette de compléter vraiment nos informations. Une enseignante alors à Bamako, actuellement professeur à Dakar, résume bien l'esprit général : "Je vous envoie la fiche remplie certes, mais de façon assez sommaire. Il faut avouer que mes souvenirs sur Afrique Nouvelle - que j'ai lu souvent - sont un peu vagues, surtout que ma mémoire est un peu défaillante depuis un certain temps".

12Cette approche est donc, par la force des choses et malgré des perspectives ambitieuses, partielle et partiale. En effet, en dépit de toutes les précautions d'une analyse scientifique, des choix ont forcément été opérés tant la matière était sur-abondante dans près de 2 000 numéros ! Ainsi, la rubrique sportive, présente de bout en bout et représentant quand même près de 10 % de la surface rédactionnelle, n'a pas été étudiée en tant que telle, par absence de compétences sur le sujet. Cependant, elle a été lue et certains points ont été retenus : le traitement du rallye Paris-Dakar, par exemple, nous a paru très révélateur des positions de la rédaction sur les rapports Nord-Sud... Les questions culturelles, à elles seules, pourraient faire l'objet d'un mémoire ! René Odou avait mis dans les priorités le 23 octobre 1980 "Etre à la pointe de la culture"... De même, la rédaction s'est très souvent posé des problèmes linguistiques : quelle(s) langue(s) pour l'enseignement ? Faut-il vraiment favoriser les langues maternelles seules ? Le bilinguisme est-il souhaitable ? En revanche, la mère de famille a certainement été plus sensible que d'autres à la place faite à la femme et à l'enfant ici, surtout par rapport à la plupart des publications du sous-continent.

  • 9 Un peu à la manière de Jacques Thibau pour Le Monde. Histoire d'un journal. Un journal dans l'hist (...)

13L'ouvrage, globalement, se veut avant tout une analyse de presse, une réflexion sur la manière dont l'actualité a été traitée par des témoins privilégiés et sur ce qu'ils nous semblent révéler d'une opinion spécifique9. Pour faciliter l'exposé, nous avons d'abord étudié la vie du journal lui-même et ses grandes options. Puis nous avons essayé de faire le tour de tout ce que son étiquette de "catholique" sous-tendait. Dans une troisième partie, nous nous sommes attardée sur la période si riche de la fin de la colonisation et des années qui ont suivi. Il semble incontestable que c'est l'époque où s'est forgée la réputation du périodique. Houphouët-Boigny lui-même n'a-t-il pas dit en 1958 (cité dans le no 1288 du 15 juin 1972) : "si vous voulez dire quelque chose et être entendu de toute l'Afrique, écrivez-le dans Afrique Nouvelle". Et le P. de Benoist, longtemps après, dans le numéro spécial 30e anniversaire, remarquait que "pour plusieurs hommes politiques, le premier pas vers le pouvoir fut un article dans Afrique Nouvelle". Enfin, nous terminons par la présentation de quelques grandes figures de la vie politique africaine et française qui, pour des raisons diverses, ont marqué le périodique et permettent de faire, une fois encore mais différemment, le tour de ses options, de ses convictions.

14Nous remercions une nouvelle fois le Professeur Tudesq, directeur du Centre d'Etude des Médias de Bordeaux de nous avoir encouragée sur cette voie. Et Evelyne Gauthier ainsi que François Bart d'avoir relu le manuscrit.

Notes

1 Le détail de cette conférence a été raconté par un des participants — Mgr André Dupont — dans le numéro spécial 30e anniversaire, p. 7. Selon lui, c'est là que fut adopté le nom du journal.

2 Afrique Nouvelle cite régulièrement ces journaux. Exemple no 729 (26 juillet 1981) p. 16 : Notre confrère de Yaoundé, "L'Effort Camerounais", qui s'est déjà signalé de très nombreuses fois par ses prises de position courageuses, dénonce dans un article récent la situation intolérable (...). Voici ce qu'il écrit (texte).

3 J.-R. de Benoist, spécial 30e anniversaire, décembre 1977, p. 47.

4 J. Traoré, courrier des lecteurs, no 1412 (21-27 juillet 1976), p. 2. Idée que l'on retrouve souvent dans les lettres publiées cf. no 1417, 1421, 1475, 1484, etc.

5 Babacar Touré, Presse et pluralisme au Sénégal in Presse francophone d'Afrique : vers le pluralisme, Institut Panos, UJAO-SEP, L'Harmattan, 1991, p. 53.

6 Courrier les lecteurs, Afantsawo Simon (Togo) in no 737 (20 septembre 1961) p. 2.

7 La Liberté (Fribourg - Suisse), 22 octobre 1961 cité dans no 746 (22 novembre 1961) p. 2.

8 L'histoire africaine en Afrique, L'Harmattan, 1995, 245 p. Pour être exhaustif, il aurait fallu faire le tour des mémoires soutenus dans les Ecoles de Journalisme de Dakar et Yaoundé.

9 Un peu à la manière de Jacques Thibau pour Le Monde. Histoire d'un journal. Un journal dans l'histoire. Simoën, 1978, 472 p. Une édition plus complète est sortie en 1996 chez Plon.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540