Version classiqueVersion mobile

Feuilles d’Afrique

 | 
André-Jean Tudesq

Conclusion

La presse dans les sociétés africaines

Texte intégral

1Plus rapide est l'évolution, plus relatif apparaît tout bilan. La situation de la presse en Afrique est conditionnée par l'évolution des États et des populations.

2Les héritages historiques contribuent à donner une physionomie particulière dans chaque État. Les différences persistent d'autant plus entre les presses de différents pays que ceux-ci connaissent des évolutions très contrastées.

3Technique d'expression et de diffusion, moyen d'information, la presse présente partout des caractères communs face à la radio et à la télévision. Les opinions, les informations, les expressions qu'elle véhicule sont, par contre, tributaires de la société dans laquelle elle se produit.

I - Presse, radio et télévision

4Antérieure à la radio, la presse africaine n'était encore que très peu développée dans la plupart des régions de l'Afrique subsaharienne lorsqu'apparut la radio. Même si celle-ci fut d'abord, entre les deux guerres mondiales, une radio anglaise, française, belge ou portugaise en Afrique, plus qu'une radio africaine, au moment des indépendances la radio s'imposa dans tous les États comme le plus sûr moyen de s'adresser à ceux qui ne savaient pas lire aussi bien en anglais ou en français que dans les langues africaines, à cela s'ajoutait la vulgarisation des postes transistors émancipant du réseau électrique. Les années soixante-dix et quatre-vingt voient la pénétration du poste de radio dans les campagnes africaines. Les progrès techniques favorisèrent l'adaptation aux populations rurales, même si les radios rurales n'ont pas toujours répondu aux attentes des paysans. La concurrence que font les radios internationales ne porte que sur une minorité (influente et dirigeante certes) de la population. Par contre la radio concurrence la presse écrite ; d'abord parce que les émissions parviennent plus facilement que les journaux en dehors des capitales ; ensuite parce qu'elle est moins coûteuse, et les plus démunis peuvent toujours écouter le poste du voisin. A la différence du journal, ceux qui ne savent pas lire peuvent l'entendre ; pour tous, la connaissance qu'elle donne des nouvelles dispense de retrouver les mêmes informations en achetant un journal. Cette constatation était valable lorsque les États contrôlaient tous les moyens d'information.

5Actuellement la situation est différente dans les grandes villes où la nouvelle presse, indépendante des gouvernements donne un contenu qui diffère des radios restées presque partout gouvernementales. La presse (quotidienne ou hebdomadaire) se trouve en position de concurrence avec la radio.

6Dans les petites villes ou les campagnes, presse rurale et radio devraient plutôt être complémentaires. Si la radio sensibilise plus largement, la transmission d'une connaissance précise, celle-ci se réalise mieux par l'écrit.

7Prioritaire pour la rapidité de l'information, la radio ne peut soutenir la comparaison avec la presse, dès qu'il s'agit d'informations précises et chiffrées. La presse spécialisée, la presse technique et scientifique, la presse littéraire ne peuvent que se développer avec les progrès de l'instruction. Cette presse peut même bénéficier de la faiblesse de la production de livres en Afrique, surtout si ces revues ou mensuels peuvent se donner une structure régionale et ne se limitent pas à un État.

8La télévision commence à jouer un rôle prépondérant dans plusieurs capitales où elle concurrence la radio. Mais elle reste un produit de la ville, s'adressant d'abord aux citadins. Les désillusions sur le rôle éducatif de l'audio-visuel — la télévision à ses débuts était toujours présentée comme un moyen d'éducation populaire —, la part croissante des émissions importées amènent à redonner plus d'importance à l'écrit. Ainsi qu'on a pu le voir dans les pays industriels, face à la télévision qui est d'abord spectacle et divertissement, la radio et la presse devraient devenir plus complémentaires que concurrentes, surtout en s'adressant au monde rural.

II - Presse et société

9Sans méconnaître la prépondérance encore pour longtemps de la radio en Afrique Noire, l'intérêt pour la presse écrite répond à plusieurs motivations.

10Le besoin d'information s'inscrit naturellement dans les sociétés dynamiques en croissance ou en concurrence, qui se restructurent sans cesse et innovent. L'information n'apparaît pas avec évidence utile dans les sociétés traditionnelles qui se reproduisent de façon identique, ce qui est le cas de la plupart des sociétés rurales africaines.

11Deux systèmes de communication ont tendance à évoluer de plus en plus en Afrique Noire. Le premier dans les grandes villes, auprès des catégories dirigeantes et leurs clientèles, les citadins sont les principaux usagers à la fois de la radio (et notamment des radios étrangères), de la télévision et de la presse ; le pluralisme des opinions, le regroupement de masses nombreuses et jeunes avivent les antagonismes.

12Un dernier système de communication dans les campagnes et dans les petites villes repose davantage sur la radio nationale et se reconnaît plutôt dans le consensus local. Mais ces deux systèmes se pénètrent mutuellement, dans des relations incessantes entre ville et campagne. L'un ne peut vivre sans l'autre ; à la différence ville-campagne, à la différence des générations, s'ajoute la différence des attitudes face au changement et à la modernité. Même si les trois clivages souvent se recoupent, les habitants des campagnes prennent conscience des changements nécessaires, dans plusieurs pays, ils réclament davantage d'écoles pour leurs enfants. Les disparités s'accentuent surtout entre États et plusieurs sont atteints par des conflits internes à la fois engendrés par la crise et la générant. Mais même dans les pays moins menacés, il existe des facteurs de dissensions.

13C'est par l'écrit que se transmettent le progrès, les connaissances nouvelles et les expériences passées, les diversités des opinions et les nuances des expressions. La lecture du journal se déroule au rythme de chacun à la différence de l'audition et de ce qu'on voit à la télévision. Il serait profondément regrettable que se creuse un fossé entre une petite minorité détentrice du pouvoir de lire, maîtresse du savoir et du pouvoir et la masse de la population informée par une radio qui peut sensibiliser à l'extrême, divertie ou conditionnée par la télévision.

14Il ne sert à rien de scolariser des populations si on ne leur procure pas ensuite les moyens de lire ; or, la presse écrite, avec son large éventail de possibilités, offre des lectures les mieux adaptables aux populations ; en langues internationales ou en langues africaines ? il n'y a pas de solution unique et il faut dépassionner le débat linguistique. Les langues évoluent, beaucoup ont disparu, au cours de l'Histoire, sans que déclinent pour autant les populations qui les parlaient. Là encore, la radio offre et offrira plus longtemps une plus grande diversité de langues africaines que la presse écrite ou la télévision. Mais avec le développement de l'urbanisation, les publics se diversifient et la presse aussi.

15La presse est à l'image des pays où elle se produit ; que peut signifier « une presse indépendante, pluraliste et libre » pour une population dont une grande partie est soumise à la précarité des moyens d'existence ? En l'état actuel, il est souhaitable que se maintienne ou s'instaure un réel pluralisme avec une presse engagée (à la fois pour et contre le gouvernement) et une presse d'information. La liberté de la presse est d'autant mieux assurée qu'aucune réglementation particulière (qu'elle soit nationale ou internationale) ne la régit. La déclaration universelle des droits de l'homme suffirait, si elle était partout appliquée, à la sauvegarde du journaliste tout en l'amenant à respecter les droits d'autrui. Ni la presse, ni le journaliste ne sauraient être isolés du contexte national et international.

16Les média africains ont tous représenté des transferts de technologie à leurs débuts. Les plus sophistiqués sont aussi les plus dépendants des pays du Nord, c'est le cas de la télévision et des satellites. La coopération s'est souvent réduite à une assistance qui était loin d'être toujours gratuite. A l'heure de la mondialisation, le repli sur soi n'est ni souhaitable, ni possible ; mais à la coopération entre États, commence à se substituer une coopération entre acteurs économiques et sociaux. Les ONG (Organisations Non Gouvernementales) jouent un rôle de plus en plus important dans l'assistance (ne nous voilons pas la face, elle reste une nécessité) économique. Une opération est en cours en 1994 menée par la Fédération Internationale des éditeurs de journaux et reporters sans frontières avec l'appui du PIDC de l'UNESCO ; il s'agit de dix jumelages entre un journal d'un pays du Nord et un journal d'Afrique : Le Mauricien et Midi libre de Montpellier, Le Messager du Cameroun avec Le Nouveau quotidien de Lausanne. A Semana, du Cap Vert et Publico de Lisbonne, For di People de Sierra Léone et le suédois Expressen, L'Observateur du Mali et Sud-Ouest de Bordeaux, The Namibian et Die Tageszietung, Le journal du jeudi du Burkina Laso (aidé par ailleurs par la coopération danoise) et Charlie Hebdo, Kinyamateka et La Tribune de Genève.

17Le dernier entre le Syndicat des journalistes angolais et Madiafax à Maputo a pour objet l'établissement, en Angola d'un journal par fax dont l'équipement informatique a été financé par Reporters sans frontières. Il s'agit en général pour le journal parrain soit d'envoyer un de ses journalistes former des journalistes africains ou procéder à une évaluation de la situation, soit de recevoir un journaliste africain venant acquérir une formation notamment à la gestion, au marketing ou à l'informatique. Le coût global financé par le PIDC s'élève à 136 814 dollars USA. Ainsi s'est trouvée appliquée une résolution du séminaire de Windhoek en 1991 « Il faut développer la coopération entre les journaux africains et les journaux du Nord ».

18D'autres opérations sont possibles. Des bourses de la Fondation Reuter pour des professionnels de l'information du Tiers Monde s'adressent aussi à des journalistes de la presse africaine privée.

19Mais les journaux africains ont d'abord à asseoir leur crédibilité auprès de leur public tant par la régularité de leur gestion que par l'intérêt et la vérité de leur contenu.

20L'avenir de la presse africaine est d'abord entre les mains de ceux qui la font, ainsi que le déclarait le journaliste béninois Sébastien Agbota à Paris en janvier 1991 « Comment favoriser l'avènement ou le renforcement de cette presse libre si les journalistes et l'ensemble des autres communicateurs ne se mettent pas au diapason du combat quotidien des populations de leurs pays respectifs pour la lutte véritable contre le sous-développement ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search