Version classiqueVersion mobile

Feuilles d’Afrique

 | 
André-Jean Tudesq

Troisième partie. Les lecteurs, la presse et l'opinion

Chapitre IV. La presse étrangère en Afrique

Texte intégral

  • 1 Benn's Media.

1Trois types de journaux représentent la presse étrangère en Afrique. La pénétration de journaux africains d'un pays à l'autre est assez peu développée et il s'agit surtout de magazines ou de publications spécialisées : c'est plus répandu dans l'Afrique anglophone. The African guardian, édité à Lagos, est un hebdomadaire diffusant 250 000 exemplaires1. City Press, publié à New Doornfontein près de Johannesburg, tirant à 128 000 exemplaires en 1991, est diffusé, outre l'Afrique du Sud, au Botswana et en Swaziland. Africa South est un mensuel publié à Harare mais moins diffusé au Zimbabwe qu'en Afrique du Sud (20 000 exemplaires) et dans le reste du sud de l'Afrique (Angola, Malawi, Mozambique, Tanzanie, Zambie...). Avec les mouvements de population, la présence de Sénégalais par exemple à Abidjan amène la vente dans cette ville d'exemplaires du Soleil, ou de journaux du Burkina Faso, beaucoup d'habitants de la Côte d'ivoire venant de ce pays.

2Une deuxième catégorie correspond aux journaux et publications dirigés et rédigés principalement par des Africains, installés en Angleterre ou en France. Le meilleur exemple est celui de Jeune Afrique diffusé à 80 000 exemplaires, hebdomadaire publié à Paris, pénétrant très largement dans toute l'Afrique francophone, nous verrons plus loin sa très forte pénétration chez les jeunes et les cadres des métropoles africaines francophones ; West Africa, édité à Londres depuis plus de 70 ans mais actuellement propriété d'hommes d'affaires du Nigeria, joue un rôle analogue dans l'Afrique anglophone avec une diffusion un peu plus restreinte, de même New African, un mensuel tirant à 31 000 exemplaires en 1990, lancé en 1966, ou African Concord, un hebdomadaire. D'autres publications, plus spécialisées sont destinées aux Européens s'intéressant à l'Afrique autant qu'aux Africains.

3La troisième catégorie, à laquelle nous nous intéressons le plus, correspond aux journaux et magazines de France ou d'Angleterre lus en Afrique. Même si certains titres étaient interdits pour des raisons idéologiques, selon l'orientation des pays ou leur entrée suspendue pour des informations ponctuelles dérangeantes, ces journaux atténuaient le monopole gouvernemental de l'information (de même les radios étrangères) qui sévissait dans la plus grande partie de l'Afrique francophone jusqu'à la fin des années quatre-vingt.

  • 2 Cette complaisance a été dénoncée par certains Africains, cf. Toung-Ondo. Thèse de doctorat de l'U (...)

4La lecture de la presse étrangère ainsi est un moyen ancien de contourner les media nationaux trop liés au pouvoir, exerçant pendant longtemps un monopole local. Les gouvernements faisaient preuve de plus de tolérance que pour les journaux nationaux, parce que le nombre de lecteurs était certes limité (ne serait-ce que par le prix) et qu'il s'agissait souvent d'informations que l'on pouvait capter directement à la radio, et aussi parce que cette relative tolérance à éclipse, leur donnait un alibi aux yeux de l'opinion internationale et de ces journaux importés, ménageant davantage ainsi les chefs d'Etat africains2 ; c'était surtout sensible pour la zone francophone.

  • 3 DIABI.

5La pénétration de la presse étrangère répond à de multiples préoccupations et suscite des réactions mitigées des journaux africains. Elle constitue un lien durable avec les anciennes métropoles, entretenu notamment par l'envoi de nombreux étudiants dans les universités et les écoles étrangères, anglaises et françaises surtout. La lecture ostensible du Monde rehaussait davantage le prestige des cadres et intellectuels à Abidjan que la lecture de Fraternité Matin, non sans quelque snobisme.3 La presse internationale donne une information et une documentation sur certains sujets que ne fournit pas la presse nationale dans les pays les plus démunis.

6Reporters sans frontières, Amnesty International, International PEN, Index on Censorship sont des publications ou des mouvements traduisant une réaction de ce que l'on peut considérer comme une opinion internationale dont les gouvernements africains sont obligés de tenir compte s'ils veulent, par ailleurs, s'appuyer sur l'opinion internationale pour obtenir une assistance étrangère.

7Les gouvernants africains sont aussi très soucieux de l'image que peuvent donner d'eux les médias occidentaux. Aussi participent-ils volontiers à des interviews télévisés ; des journalistes du Monde sont reçus comme des ambassadeurs. La publicité faite par les journaux occidentaux aux procès et aux poursuites menés contre des journalistes africains influe sur l'attitude plus modérée des gouvernants. Ce fut le cas par exemple lors du procès au Cameroun de Pius Njawe du Messager ou encore au Kenya en faveur de Gitobu Imanyara du Nairobi Law Monthly.

  • 4 Ainsi les démêlés de Jeune Afrique en 1994 avec le Sénégal. Au Cameroun, en février 1993 Le Canard (...)

8Non que les gouvernements africains n'aient encore parfois des velléités de limiter la pénétration de cette presse.4 Le Gabon envisageait de la taxer plus lourdement, il y renonça le 3 février 1994, la Sogapresse éditrice de l'Union avait elle-même critiqué cette mesure.

9Les réactions de la presse africaine sont multiples et contradictoires. Les journaux africains sont flattés lorsqu'ils sont cités dans des journaux étrangers.

10A l'époque actuelle, les journaux indépendants espèrent souvent faire mieux passer une information, sans s'attirer les foudres du gouvernement, en prenant appui sur un journal étranger. Ce qui ne se vérifie pas toujours.

11Les journalistes africains n'en perçoivent pas moins cette pénétration des journaux étrangers comme une concurrence d'autant plus dangereuse que les classes dirigeantes attribuent ouvertement plus d'importance à ces journaux qu'aux journaux nationaux.

12Cette concurrence est le plus mal ressentie lorsque les dirigeants ont recours à des médias étrangers plutôt que nationaux. Ainsi un article de La Griffe du 8 novembre 1991, sous le titre : « Zeus et la presse nationale » s'insurge « que le Chef de l'Etat gabonais mette en vedette des journalistes français pour évoquer des thèmes relatifs à la politique intérieure gabonaise » (à propos d'entretiens de Bongo sur la première chaîne de télévision française) et de se plaindre que « la presse nationale est marginalisée par ceux qui nous gouvernent ».

  • 5 LAIGNEAU-MALIN, M.-K., La presse française en Côte d'ivoire ; Mémoire de l'Institut Français de Pr (...)

13Deux approches sont possibles pour apprécier l'importance de la presse étrangère. Des études globales à partir de la distribution ; ainsi en 1988, Edipresse, en Côte d'ivoire diffusait 976 titres étrangers dont 735 français et 28 francophones.5

14En janvier 1988, le titre le plus vendu était France-Football (1 142 pour 1 466 diffusés) suivi du Monde (691 pour 1 019), de France-Soir (594 pour 810), L'Equipe (374 pour 524), Le Figaro 348 pour 490), Libération (232 pour 336).

15Parmi les périodiques, c'est aussi un journal sportif qui arrivait en tête Onze (5 630 vendus sur 8 261) suivi par Femmes actuelles (3 191 pour 3 768), Paris Match (2 643 pour 2 985), Nous Deux (1 777 pour 2 183), L'Express (1 152 pour 2 101), suivis par Le Point, Figaro Magazine, VSD... Les Français établis en Côte d'ivoire représentaient une partie importante de ces lecteurs.

16La presse africaine de France avait les plus fortes ventes avec Jeune Afrique (32 470 vendus pour 38 083 diffusés), Femmes d'Afrique (9 462 pour 9 889).

17L'autre approche, c'est celle des sondages pratiqués dans les villes, à la demande des radios internationales, avec deux types d'études possibles ; l'un concernant le lectorat d'un périodique déterminé dans plusieurs pays, l'autre sur le lectorat de la presse périodique étrangère dans son ensemble à l'intérieur d'un pays.

18Pour illustrer le premier cas, dans l'Afrique francophone c'est Jeune Afrique qui s'impose depuis longtemps. L'étude media interafricaine de 1985 dans cinq pays (voir tableau) montre déjà en 1985 une forte pénétration même parmi les ruraux. C'est le périodique étranger le plus lu, suivi par Afrique-Asie (22 % de lecteurs dans l'année), puis Amina/Amoura (21,1 %), deux bimensuels.

LES LECTEURS DE JEUNE AFRIQUE HEBDO EN 1985

AU COURS DE L'ANNÉE

TOUTES LES SEMAINES

1 A 3 FOIS PAR MOIS

Ensemble

34,6

05,1

17,6

Sénégal

26,5

04,7

16,5

Côte d'ivoire

34,3

04,3

17,0

Cameroun

40,1

06,3

18,0

Gabon

45,4

05,9

20,7

Congo

32,2

03,6

21,9

Capitales

50,4

09,4

26,9

Villes secondaires

49,9

09,1

25,2

Ruraux

21,8

01,5

10,5

Hommes

48,2

07,3

24,7

Femmes

18,4

02,4

09,1

15-17 ans

34,9

04,3

17,5

18-24 ans

44,9

04,6

25,2

25-29 ans

40,5

06,7

21,3

30-39 ans

37,8

07,8

16,5

40-54 ans

22,2

02,7

10,1

55 ans et plus

12,2

02,7

06,4

Employés-cadres

74,2

14,7

39,8

Commerçants-artisans

26,5

04,5

10,4

Ouvriers-pers. service

45,5

06,4

21,6

Etudiants

63,6

06,6

37,3

19L'enquête de la Secodip-International pour RFI en août-septembre 1989 sur 700 leaders de quatre capitales confirme la forte pénétration de Jeune Afrique Hebdo chez les cadres, 74 % à Kinshasa, 72 % à Dakar, 50 % à Yaoundé, 27 % à Antananarivo le citent parmi les périodiques lus fréquemment ; dans les trois premières villes Jeune Afrique Economie et Jeune Afrique Magazine avaient aussi une pénétration appréciable (entre 15 et 51 %). Les périodiques français avaient une pénétration plus faible que Jeune Afrique Hebdo, bien qu'appréciable comme Paris-Match (42 % à Kinshasa, 35 % à Yaoundé), L'Express (31 % à Yaoundé, 24 % à Dakar, 22 % à Antananarivo), Le Nouvel Observateur (26 % à Antananarivo, 22 % à Yaoundé et Kinshasa), Le Monde diplomatique (32 % à Dakar), Le Figaro magazine (24 % à Dakar).

20La prépondérance de Jeune Afrique se retrouve dans les enquêtes ultérieures, même si l'apparition d'une nouvelle presse nationale d'opposition a pu réduire le lectorat en 1990. Ainsi de 41,7 % de lecteurs dans un échantillon représentatif à Dakar et Pikine en juillet 1987, on passe à 24,6 % de lecteurs (mais 1 7,8 % de réguliers) en mai 1990, pour remonter à 31,9 % (dont 18,2 % de réguliers) à Dakar Pikine et Rufisque en juin 1992.

21Même en subissant la concurrence des nouveaux journaux sénégalais, Jeune Afrique reste très lu surtout par les cadres et aussi en 1992 par les ménagères (76 % lectrices, 48 % lectrices régulières). L'interruption de vente, momentanée, en 1994 n'en a eu que plus de retentissement.

22Hebdomadaire panafricain le plus lu dans les capitales, Jeune Afrique a la tâche difficile de ménager la susceptibilité des gouvernements en place, tout en donnant une information souvent occultée par les media gouvernementaux. Sa pénétration et sa crédibilité semblent toutefois, actuellement, en régression. Le reflux est sensible quand on compare les deux enquêtes de Bamako.

LES LECTEURS DU GROUPE JEUNE AFRIQUE HEBDO VILLES DU SÉNÉGAL

LES LECTEURS DU GROUPE JEUNE AFRIQUE HEBDO VILLES DU SÉNÉGAL

**18-19 ans, 20-24 ans, 25-29 ans, 30-39 ans, 40-49 ans, 50 ans et plus.

LECTEURS DE JEUNE AFRIQUE EN 1991 A OUAGADOUGOU

LECTEURS DE JEUNE AFRIQUE EN 1991 A OUAGADOUGOU

LECTEURS DE JEUNE AFRIQUE A CONAKRY (GUINÉE)

LECTEURS DE JEUNE AFRIQUE A CONAKRY (GUINÉE)

LES LECTEURS DU GROUPE JEUNE AFRIQUE A BAMAKO

LES LECTEURS DU GROUPE JEUNE AFRIQUE A BAMAKO

JAH - Jeune Afrique Hebdo /JAM - Jeune Afrique Magazine

LES LECTEURS DU GROUPE JEUNE AFRIQUE EN COTE D'IVOIRE

LES LECTEURS DU GROUPE JEUNE AFRIQUE EN COTE D'IVOIRE
  • 6 DAGNEAUX, Laurent, Le rôle de la France dans le développement des médias en Afrique noire francoph (...)

23Une autre forme de presse destinée, de France, aux Africains francophones est celle du groupe de Breteuil qui s'est réadapté, sous la direction de Michel de Breteuil, le fils du fondateur du groupe, dont les deux titres principaux sont Bingo et un journal féminin Amina avec des éditions locales dans plusieurs Etats (Bénin, Côte d'ivoire, Cameroun, Congo, Gabon...). Mais Bingo vit diminuer son lectorat préférant des journaux plus récents alors que Amina conservait une diffusion importante.6

24La presse française est lue en Afrique par les Français implantés là-bas, mais aussi par les Africains ; elle a servi longtemps à contourner le quasi monopole gouvernemental de la presse écrite. Les journaux politiques ont connu une baisse d'audience avec l'apparition d'une presse nationale opposante, mais cette baisse semble avoir été souvent peu durable, le besoin d'information s'accroît avec les aspirations démocratiques et le caractère très polémique des nouveaux journaux diminue souvent leur crédibilité.

25Les chiffres de diffusion des quotidiens français sont peu élevés, comme nous l'avons vu pour la Côte d'ivoire en 1988. La pénétration du Monde avait été fluctuante ; 1 217 exemplaires en 1975, en 1977, 1 647 puis en 1980, 1 224. En proportion de lecteurs dans les enquêtes, Le Monde avait été lu en 1987, dans l'année par 22,7 % (30,3 % à Abidjan) dont 3,5 % dans la semaine ; en juin 1994 il ne l'est plus que par 8,3 % dans l'année à Abidjan dont 2,6 % dans la semaine (31,9 % et 8,8 % chez les cadres et employés).

26Au Sénégal en juin 1992, 19 % de l'échantillon de Dakar Pikine étaient lecteurs du Monde mais seulement 4,2 % dans la semaine (8,8 % chez les cadres) ; Le Figaro était lu par 1 7,2 % mais seulement 2,8 % dans la semaine (5,7 % chez les cadres) ; pour les deux quotidiens français, c'était chez les 25-29 ans que la pénétration régulière était la moins faible (5 à 6 %)

27La pénétration même très faible de journaux étrangers permettait, avec l'importance de la retransmission orale et de la rumeur, de faire connaître des informations sur lesquelles les media officiels faisaient le silence ; parfois l'importation d'un journal est interdit. Les périodiques ont une pénétration plus régulière que celle des quotidiens, moins politique aussi, car les journaux sportifs sont les plus lus (France-Football, Onze, Mondial), des journaux féminins aussi. Tous les journaux (nationaux et à plus forte raison importés) coûtent cher pour le revenu moyen africain, aussi un même exemplaire est lu par de nombreux lecteurs ; l'écho du contenu des journaux arrive même aux analphabètes. Il ne faut pas négliger non plus une certaine fatuité de cadres ou d'intellectuels des capitales préférant se montrer avec Le Monde à la main plutôt que le quotidien national.

28Nous avons analysé quelques cas de pénétration de périodiques français par pays ou plus exactement par capitale. Les enquêtes de Dakar montrent qu'entre 1987 et 1990 les hebdomadaires les plus politiques ont perdu 40 % de leurs lecteurs, alors que le lectorat de France-Football a plutôt légèrement progressé et que celui de Paris-Match se réduit lentement, perdant toutefois plus vite ses lecteurs réguliers qui ne sont plus que 11,4 % en 1992 (pour 29,4 % de lecteurs).

LES LECTEURS DE PÉRIODIQUES FRANÇAIS AU SÉNÉGAL

LES LECTEURS DE PÉRIODIQUES FRANÇAIS AU SÉNÉGAL

*Lecteurs dans le mois.
Nous n'avons retenu que les catégories d'âge ou de profession les plus lectrices.

29Prenons l'exemple des villes d'un pays, le Cameroun pour lequel nous disposons de quatre enquêtes entre 1983 et 1989 sur des bases différentes, Douala seule en 1983, en 1986, Douala, Yaoundé, Bafoussam, Kumba, Bamenda, Garoua en 1987 et 1989 sur les cinq mêmes premières villes.

30La lecture de Jeune Afrique arrive en premier de tous les périodiques importés constamment : toutefois sa pénétration et surtout la régularité de lecture (dans la semaine) diminuent, dès qu'on passe —pour Douala du moins— entre 1983 et 1986 et encore jusqu'en 1989, conséquence de l'apparition de nouveaux journaux camerounais indépendants. Les autres titres du groupe connaissent aussi une pénétration importante : Jeune Afrique Economie suit la même évolution, baisse en 1987, remonte ensuite. Jeune Afrique Magazine a une plus forte pénétration en 1987, 28,7 % de l'ensemble (31,7 % à Yaoundé, 30,4 % à Douala, mais 14,9 % à Bamenda), surtout les plus jeunes et les plus aisés (49,7 %) ; en 1989 aussi avec 42,4 % de lecteurs (70,2 % chez les cadres supérieurs, 67,9 % chez les cadres moyens, 59,3 % chez les étudiants) au cours de l'année, le groupe Jeune Afrique est bien implanté au Cameroun (nous avons vu que c'est le cas de la plupart des pays de l'Afrique francophone), toutefois la lecture est moins régulière qu'il y a quelques années même pour Jeune Afrique hebdo, conséquence du développement de la presse nationale, de la réserve trop grande aux yeux des opposants, peut-être, à l'égard du gouvernement de Biya et nous ne disposons pas d'enquêtes pour les années quatre-vingt-dix alors que la crédibilité de Jeune Afrique diminue chez les opposants.

LES LECTEURS DE JEUNE AFRIQUE DANS LES VILLES DU CAMEROUN

LES LECTEURS DE JEUNE AFRIQUE DANS LES VILLES DU CAMEROUN

*15-19 ans **20-24 ans ***25-34 ans ****35-44 ans *****45 ans et plus 1commerçants-vendeurs 2ouvriers-artisans

31Déjà en 1983 le reste de la presse panafricaine avait une pénétration importante ; Amina 42,6 % de lecteurs et 25 % dans le mois (chez les femmes 64 % et 41,7 %) surtout chez les jeunes, Bella 31,4 % et 14,3 % dans le mois (48 et 23,9 % chez les femmes), Afrique-Asie était lue par 19,7 % (6,5 % dans la dernière quinzaine), les hommes surtout (28,2 et 10,2 %) et les 30-39 ans (29,2 et 19,6 %). Bingo était lu par 27 %. En 1989, la pénétration est bien plus faible, 23 % pour Amina, 12,6 % pour Bingo à Douala. Par contre, Afrique-Asie a doublé sa pénétration ; 41,8 % de lecteurs (même rarement) à Douala, 40,2 % pour les cinq villes, surtout à Yaoundé (45,9 % de lecteurs, 28,3 % dans la semaine).

32Quant à la presse française, la pénétration est très inégale ; en 1983 à Douala les hebdomadaires les plus lus étaient Paris-Match (35,2 % dont 13,9 % dans moins de huit jours ; 45,7 % dont 18,5 % régulièrement chez les cadres et employés), France Football (33,4 % dont 11,3 % dans moins de 8 jours, surtout les plus instruits, les 30-39 ans, les cadres, les hommes sont 49,5 % à lire ce dernier dont 18,2 % dans moins de 8 jours, cette importance, entre 18 et 40 ans principalement, traduit bien le rôle du football dans les sociétés urbaines du Cameroun. Les news magazines ont un public plus limité. L'Express est lu par 29,1 % mais seulement par 8,2 % dans la semaine (39,3 % des 30-39 ans, 39,6 % des cadres) ; Le Point par 22,2 % (7,2 % régulièrement) ; Le Nouvel Observateur par 11,6 % (3,8 % seulement chaque semaine). Quelques années plus tard en 1989, la pénétration a augmenté à Douala pour Paris-Match (41,6 % de lecteurs), pour France-Football (39,1 %). Le Point (22,9 %) a rattrapé L'Express qui a un peu décliné (22,2 %) ; dans le même ordre, avec une pénétration un peu plus faible, se retrouvent les lecteurs de ces journaux dans les quatre autres villes du Cameroun. C'est France-Football qui a le plus de succès dans les villes anglophones de Kumba et de Bamenda. Le Nouvel Observateur a beaucoup baissé, 5,7 % de lecteurs (surtout entre 25 et 34 ans).

33On retrouve toujours les mêmes caractères des lectorats quant aux âges et aux professions. Ce sont toujours les mêmes qui sont les plus gros consommateurs d'informations venant de l'étranger ou des journaux de l'opposition. Ainsi les auditeurs tous les jours ou presque de RFI sont pour 71,6 % lecteurs de Paris Match, pour 86,2 % du Combattant, pour 75,1 % de Jeune Afrique Hebdo, pour 49 % du Point, pour 81,7 % de Jeune Afrique Magazine, pour 61,5 % de Jeune Afrique Economie, c'est-à-dire deux fois plus au moins que la moyenne de l'échantillon.

  • 7 Etude Media Abidjan, juin 1994, SOFRES, Jeune Afrique, selon l'échantillon de 1 100 personnes, a u (...)

34En Côte d'ivoire l'importation de la presse française — avons-nous vu — est ancienne. La diffusion de la presse française y était plus importante qu'au Canada ou la Suisse. Jeune Afrique bien qu'interdit à certains moments (par exemple en novembre 1987) connut une pénétration croissante tant en exemplaires (3 750 en 1975 et 15 419 en 1980) qu'en pourcentage de lecteurs comme l'indique le tableau donné plus haut pour atteindre 45,2 % de lecteurs en 1987, tombé à 26,4 % en 1991 avec l'émergence d'une presse d'opposition, remonté à 31,2 % à Abidjan en novembre 1992. Mais le sondage de juin 1994 traduit une baisse sensible, 18,9 % de lecteurs dont 14 % dans le mois ; la baisse est très sensible chez les jeunes, 16,1 % de lecteurs chez les 15-19 ans (10 % dans le mois), 18,3 % seulement chez les 20-29 ans ; on retrouve une diminution sensible chez les employés cadres (51,8 % de lecteurs), et chez les étudiants (37,3 %)7. Paris-Match en 1994 n'a que 1 7,9 % de lecteurs dont 11,8 % dans le mois, suivis des cadres (20,5 % dans le mois). Le développement d'une presse périodique ivoirienne réduit l'audience des périodiques français. Cette courbe — en baisse puis remontée — est fréquente aussi pour beaucoup de périodiques français. France-Football reste assez stable, 17 % de lecteurs (8,2 % au cours du dernier mois) en 1987 et 15,8 % en juin 1991. Paris-Match a baissé plus sensiblement, 33,3 % en 1987, 23,7 % en juin 1991 pour Abidjan. L'Express est passé à Abidjan de 18,9 à 11,4 %.

35Nous donnons dans le tableau ci-après les proportions de lecteurs de périodiques français dans quatre capitales francophones dans lesquels l'alphabétisation est moins développée ; la pénétration présente de plus grandes disparités selon les catégories socio-professionnelles, sauf pour le journal sportif ; nous n'avons pas retenu, dans ce tableau, la catégorie des commerçants, faibles lecteurs. Dernier exemple enfin, deux périodiques français à Cotonou en 1989.

36L'étude du lectorat de la presse africaine ou étrangère en Afrique subsaharienne est nécessairement vouée à une obsolescence rapide. Il n'en existe pas moins des constantes. La disparité ville-campagne reste la plus forte ; la pénétration de la presse dans les milieux ruraux est une des principales potentialités qui s'offrent à la presse écrite, elle est liée aux progrès de l'alphabétisation, (qui sont déjà réels), mais aussi à la solution bien plus aléatoire des problèmes de distribution. La disparité hommes-femmes existe toujours mais tend à s'atténuer ; de même entre les différentes tranches d'âge, hormis les plus âgés qui restent encore de moindres lecteurs. Avec des progrès de la scolarisation, la tranche d'âge des 30-40 ans connaît une pénétration de la presse parfois supérieure à celle que connaissent les plus jeunes. Il se peut aussi que les 15-19 ans dans plusieurs capitales deviennent des téléspectateurs assidus au détriment de la lecture. Autre constante, l'importance de la presse étrangère, chez les cadres et les jeunes, moyen de contournement des media nationaux, atténué au tout début des années quatre-vingt-dix avec un début de libéralisation politique, maintenu plus récemment avec les désillusions de l'ouverture « démocratique ». Jeune Afrique apparaissait comme le plus influent des media auprès de la majorité des cadres de l'Afrique dite francophone, c'est une suprématie qui semble s'atténuer.

37Plus fluctuante la pénétration des quotidiens gouvernementaux, souvent les seuls quotidiens existant ; atteints en Afrique francophone par l'apparition et la concurrence d'une nouvelle presse le plus souvent opposante, surtout au Cameroun et au Sénégal, les quotidiens gouvernementaux bénéficient, par contre, d'un besoin accru d'information, surtout dans les villes.

38Tandis que l'Afrique francophone connaît une certaine libéralisation de la presse, l'Afrique anglophone qui en bénéficiait depuis longtemps, semble voir un rôle accru des États dans la presse quotidienne surtout. Les difficultés économiques et les programmes d'ajustement structurel ont amené les media gouvernementaux —et cela dans toute l'Afrique— à connaître des problèmes financiers. Quant aux journaux privés, la floraison du début des années quatre-vingt-dix a entraîné des résultats contradictoires ; d'abord, dans un mouvement qui est loin d'être achevé, une sélection est en cours avec la disparition de nombreux titres, l'existence précaire et irrégulière de beaucoup, l'enracinement de quelques-uns ; des effets pervers sont apparus, un dérapage vers la diffamation sans preuve, le sensationnel, l'excitation des antagonismes et parfois même des passions raciales, une corruption ou des compromissions financières aussi que l'absence de ressources régulières rend inévitable, sans pour autant les justifier ; le pluralisme de la presse a contribué à une aggravation de la crise, à la fois politique et économique. La dénonciation de la crise est aussi un apport positif de la nouvelle presse, en mettant fin à la langue de bois qui fut trop longtemps l'apanage de la presse gouvernementale africaine. C'est un des principaux résultats des progrès de la presse écrite en Afrique que la révélation à la fois des difficultés, des abus, des scandales, préalable à toute réforme, amélioration, assainissement. Les gouvernants, anciens ou nouveaux, doivent désormais tenir compte de ce qu'en dit une presse qu'ils ne contrôlent plus aussi directement. Plus difficile à apprécier, mais c'est un aspect positif, la presse joue désormais un rôle dans une construction de l'opinion publique, sans être seulement une courroie de transmission des directives gouvernementales.

LECTEURS DE PÉRIODIQUES ÉTRANGERS À COTONOU - NOVEMBRE 1989

LECTEURS DE PÉRIODIQUES ÉTRANGERS À COTONOU - NOVEMBRE 1989

39L'audience des journaux (quotidiens et périodiques) présente une diversité de situations en Afrique, à l'intérieur des Etats entre capitales, autres villes et campagnes, plus encore entre Etats. Ainsi la pénétration de la presse en Afrique du Sud et dans les villes de Côte d'ivoire, du Kenya, du Nigeria, du Ghana, du Zimbabwe, du Cameroun et du Gabon atteint de larges couches de la population active, elle est devenue, à ce titre, un acteur de la vie politique et sociale, même s'il y a des mesures répressives prises contre des journaux, le goût de la liberté critique est trop bien pris pour que l'on puisse en priver à nouveau les populations. Mais dans d'autres pays, en raison de l'instabilité politique comme en République Centrafricaine ou au Tchad, en Somalie ou au Rwanda depuis 1994 ou du régime autoritaire comme au Soudan, il est difficile de considérer la presse comme un acteur politique. Dans d'autres pays comme le Mali, le Niger, la lecture de la presse reste l'apanage d'une catégorie dirigeante souvent divisée, leader d'opinion des autres couches de la population.

40A quelques exceptions près, plus fréquentes dans la zone anglophone, les journaux africains dépassent rarement les frontières de l'Etat où ils sont publiés ; c'est une des potentialités du développement de la presse en Afrique subsaharienne que des journaux, des périodiques surtout, puissent acquérir une dimension régionale comme c'est le cas pour des périodiques anglais comme Drum, comme ce fut le cas — mais d'une façon très limitée — pour Afrique Nouvelle en zone francophone où, au contraire, la presse panafricaine éditée à Paris, a une plus large audience que la presse périodique d'Afrique. L'audience de la presse en Afrique subsaharienne s'est accrue depuis vingt ans, inégalement certes. Mais cette croissance devrait entraîner une plus grande prise en compte de son action dans le développement économique et politique des pays, après les désillusions concernant le rôle de la radio et de la télévision dans le développement économique. Cet essor de la presse écrite, malgré sa fragilité, est une des conditions principales de la naissance d'une opinion publique, source d'un Etat de droit.

Notes

1 Benn's Media.

2 Cette complaisance a été dénoncée par certains Africains, cf. Toung-Ondo. Thèse de doctorat de l'Université de Bordeaux III.

3 DIABI.

4 Ainsi les démêlés de Jeune Afrique en 1994 avec le Sénégal. Au Cameroun, en février 1993 Le Canard enchaîné avait été interdit et le 28 juin, 400 exemplaires de Libération avaient été saisis à Douala, dans les deux cas à cause d'articles contre le président Biya. En janvier 1993 le gouvernement du Soudan avait fait arrêter le correspondant et fermer le bureau à Khartoum du quotidien de langue arabe édité à Londres, Sharq Al-Awsat. Le 25 mars 1993 200 exemplaires du Financial Times et 50 de The Independant, deux quotidiens de Londres, étaient saisis à leur arrivée à Nairobi.

5 LAIGNEAU-MALIN, M.-K., La presse française en Côte d'ivoire ; Mémoire de l'Institut Français de Presse, Paris, 1988.

6 DAGNEAUX, Laurent, Le rôle de la France dans le développement des médias en Afrique noire francophone ; Mémoire de l'Institut Français de Presse, Paris, 1992.

7 Etude Media Abidjan, juin 1994, SOFRES, Jeune Afrique, selon l'échantillon de 1 100 personnes, a un lectorat devenu plus âgé, il a 26,7 % de lecteurs — la plus forte proportion — parmi les 40-54 ans.

Table des illustrations

Titre LES LECTEURS DU GROUPE JEUNE AFRIQUE HEBDO VILLES DU SÉNÉGAL
Légende **18-19 ans, 20-24 ans, 25-29 ans, 30-39 ans, 40-49 ans, 50 ans et plus.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre LECTEURS DE JEUNE AFRIQUE EN 1991 A OUAGADOUGOU
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre LECTEURS DE JEUNE AFRIQUE A CONAKRY (GUINÉE)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14238/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre LES LECTEURS DU GROUPE JEUNE AFRIQUE A BAMAKO
Légende JAH - Jeune Afrique Hebdo /JAM - Jeune Afrique Magazine
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14238/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre LES LECTEURS DU GROUPE JEUNE AFRIQUE EN COTE D'IVOIRE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14238/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre LES LECTEURS DE PÉRIODIQUES FRANÇAIS AU SÉNÉGAL
Légende *Lecteurs dans le mois.Nous n'avons retenu que les catégories d'âge ou de profession les plus lectrices.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14238/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre LES LECTEURS DE JEUNE AFRIQUE DANS LES VILLES DU CAMEROUN
Légende *15-19 ans **20-24 ans ***25-34 ans ****35-44 ans *****45 ans et plus 1commerçants-vendeurs 2ouvriers-artisans
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14238/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14238/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre LECTEURS DE PÉRIODIQUES ÉTRANGERS À COTONOU - NOVEMBRE 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14238/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search