Version classiqueVersion mobile

Feuilles d’Afrique

 | 
André-Jean Tudesq

Troisième partie. Les lecteurs, la presse et l'opinion

Chapitre III. Presse et opinion publique

Texte intégral

1L'opinion publique est une composante incontournable de la démocratie mais les deux concepts comprennent des définitions si diverses que la relation établie entre les deux n'éclaire guère le problème de leur existence. La référence à l'une et à l'autre est déjà toutefois le gage d'une aspiration à une participation plus active à la vie publique, même si elle n'est pas toujours exempte de langue de bois.

  • 1 C'est ce qui ressort de l'étude systématique menée par Mac Donald pour le Daily Graphic du Ghana e (...)

2Nous partirons donc du constat de cette référence dans la presse avant de nous demander quels sont les facteurs de la formation de l'opinion publique en Afrique sub-saharienne, avant d'analyser le pluralisme sans lequel on ne peut parler de régime d'opinion. Les critères utilisés en Occident pour savoir si la presse est le reflet ou le guide de l'opinion ne sont que médiocrement valables lorsque les journaux ne sont lus que par une minorité de la population, elle ne pourrait être considérée que comme le reflet ou le guide d'une minorité ; par le relais de leaders d'opinion, un journal peut jouer un rôle de guide pour une population bien plus large que son seul lectorat, il n'est par contre le reflet que de ses lecteurs, de leurs préoccupations et de leurs mentalités : c'est ce qui explique, par exemple, que la plupart des journaux (aussi bien anglophones que francophones) accordent une bien plus grande place aux informations sur les étudiants et l'enseignement supérieur que sur l'enseignement primaire dont les élèves sont pourtant bien plus nombreux.1

1. La référence

3Le changement, aspiration ou réalité, la crise qui, par définition est instabilité, suscitent des préoccupations communes qui sont structurées par les media. En cherchant à s'imposer à l'opinion, à la mobiliser, la presse fait inévitablement référence à elle.

4Deux difficultés majeures se présentent quand on cherche à définir la notion d'opinion publique en Afrique ; comment établir une différenciation entre l'opinion du groupe familial, ethnique qui laisse peu de latitude à l'opinion individuelle, et l'opinion exprimée dans le contexte d'institutions héritées de l'époque coloniale comme les partis politiques.

  • 2 Ce fut notamment le cas au Nigeria.

5Ceux-ci ont existé avant l'indépendance dans l'Afrique francophone, plus tôt encore en Afrique anglophone où ils se sont souvent maintenus comme au Nigeria. Quand un pluralisme des partis a existé, ce pluralisme recouvrait moins des antagonismes de classe (la notion de classe sociale avait-elle pénétré en Afrique sub-saharienne ?), que des appartenances ethniques, même lorsque les clivages pouvaient s'opérer sur des problèmes plus théoriques (comme fédéralisme ou centralisation).2

6Une autre difficulté tient à la pratique du consensus dans la mentalité africaine. Dans les sociétés occidentales, l'opinion publique, tout en se distinguant des opinions privées dont elle n'est pas seulement la somme, n'apparaît libre et active que lorsqu'elle peut s'exprimer contradictoirement et repose sur le libre exercice des droits individuels.

7Dans les sociétés traditionnelles africaines, la solution des contradictions par la palabre est antérieure à l'expression de l'opinion qui traduit alors le consensus ; c'est cette pratique qui s'était étendue aux régimes du parti unique.

8On ne saurait —en Afrique moins qu'ailleurs— confondre opinion publique et démocratie ou même démocratisation. L'appel à l'opinion publique confondue avec « concertation », « union », « consensus », « volonté nationale » s'accompagne d'une manipulation de l'opinion par la presse — en Afrique, mais aussi ailleurs.

9L'opinion publique trouvait dans la presse un guide plus qu'un reflet dans les régimes à parti unique ; elle ne s'exprimait publiquement que dans les domaines où le pouvoir lui laissait l'occasion de se prononcer, voire l'y inciter.

10Le terme d'opinion ou d'opinion publique est une référence mais elle est assez peu utilisée dans le débat contemporain, bien moins que celle de démocratie. Le mot était pourtant présent dans la presse avant le mouvement actuel de libéralisation.

11En Haute Volta, L'Observateur, journal privé, fait appel implicitement à l'opinion dans un article de sa première page du 31 août 1978 intitulé « Libertés démocratiques : montée des périls », à la suite de plusieurs mesures de saisies en l'espace de deux mois. Son directeur, Edouard Ouedraogo, en 1980, justifiait l'existence de son journal ouvrant « ses colonnes à toutes les idées, à tous les sujets. Par cette salutaire confrontation des opinions, le journal a aidé à l'expérimentation du système qui est avant tout, tolérance... Où en serait l'opinion voltaïque aujourd'hui si de tels organes n'avaient pas existé ? »

12Dans un article du 28 mai 1993 consacré à ses 20 ans, L'Observateur Paalga rappelle que le 3 décembre l973 il publia une interview du premier président Maurice Yameogo et que ses 3 000 exemplaires « s'étaient vendus et peut-être même revendus » très rapidement « ce succès... fut aussi à sa manière un sondage d'opinion ».

  • 3 BAZIE.

13En Haute Volta, Carrefour africain, bien qu'organe d'Etat, écrit le 27 mars 1982 « une société où n'existe pas le droit à la réplique, est une société de monologue et d'intolérance ».3

14Au Rwanda, une rubrique s'intitulait « Idées et opinions » à la fin des années soixante-dix dans le journal gouvernemental La Relève. Mais le Bulletin de l'Agence Rwandaise de presse, gouvernemental, note, le 10 février 1982 : « la notion de liberté d'expression et d'opinion... ne consiste point à se montrer téméraire en affrontant pour un « oui » ou pour un « non » le président de la République ».

15Le Soleil du 13 décembre 1984 présentait un article du président du FMI en le faisant précéder de la constatation : « Aux yeux de l'opinion publique, particulièrement celle du Tiers-Monde, cette institution financière est considérée, en tout cas, comme le symbole du cynisme capitaliste et de la dictature de l'argent ». Les journaux gouvernementaux, surtout lorsqu'ils étaient les seuls quotidiens, avaient tendance à s'identifier à l'opinion.

16Le gouvernement gabonais avait organisé en novembre 1989 un colloque sur « l'ordre national de l'information et de la communication, ce qui entraîna plusieurs articles du journal L'Union : dans un article du 24 novembre « une presse objective » associe « presse libre » et « pratique même de la démocratie, demandant des journalistes responsables, respectueux des opinions ». L'Union du 27 novembre constate à propos des médias nationaux (dont le journal lui-même) « on leur reproche souvent d'ignorer l'opinion et les besoins de nos consommateurs.

17L'introduction du pluralisme modifie l'usage du mot dès 1990. Même les pouvoirs les plus réfractaires aux changements se réfèrent à l'opinion, le président Mobutu, le 30 juin 1990, parle de « la confrontation loyale des idées et des opinions ».

18Plusieurs journaux ont une rubrique « Opinion » comme Le Démocrate du Niger. La Clé du 24 octobre 1990 consacrait un article à « la presse, cette arme », s'inquiétant de ceux qui « font de la liberté » de presse une espèce de tremplin pour calomnier, injurier et dénigrer autrui », préconisant qu' »une véritable presse d'opinion doit faire valoir ses mérites ». Quelques journaux seulement comme Haské du 2-9 mars 1992 au Niger, se présentent comme voulant « jouer un rôle d'informateur et de formateur d'opinion ».

19Election et opinion ne s'identifient pas toujours en Afrique. Seulement 40 % votèrent au Sénégal pour les élections législatives de 1993, ce qui amène Sud-Hebdo du 1-2 mai 1993 interviewant un leader de l'opposition Mamadou Ndoye à écrire : « Il met ensuite en cause l'image de l'institution parlementaire qui a été banalisée dans l'opinion à cause de l'attitude complaisante des députés vis-à-vis du pouvoir exécutif ».

20Au Cameroun, la défaite électorale de l'Opposition en 1993 amena le journal gouvernemental à faire du catastrophisme. Le Cameroon Tribune du 31 mars titrait : « le Cameroun à feu et à sang », allusion à une éventuelle lutte armée des opposants ; Dikalo du 5 avril, quant à lui, doute de la volonté de dialogue du gouvernement appelant à un grand débat, parlant du « scepticisme qu'a suscité cette annonce dans l'opinion publique ».

21Au Gabon, Le Progressiste, le 28 septembre 1990, voyait dans les élections qui venaient d'avoir lieu, avec une forte participation, la preuve que les Gabonais « étaient conscients de leur droit à la libre opinion ». Les débordements ne sont pas dûs « à l'intolérance d'électeurs face à des opinions divergentes » mais à la fraude ou à l'impréparation.

22La référence à l'opinion correspond le plus souvent à un consensus, réel ou supposé ; présentant le ministre de la justice, 24 heures, le quotidien béninois du 22 avril 1991 écrit : « l'opinion publique le crédite d'un parcours sans faute à la tête du département de la Justice ». Le même journal, le 31 janvier, dans un éditorial « le devoir de s'informer » avait écrit que « les responsables et acteurs de divers secteurs auront souvent recours à la presse pour s'expliquer devant l'opinion publique », ajoutant « l'opinion publique doit tout savoir ». Au Gabon, le journal gouvernemental La Relance du 3 mai 1991 écrit, à propos du mandat présidentiel : « l'opinion a l'impression que... » identifiant opinion et ensemble de la population. Mais chaque journal tend à s'identifier à l'opinion. Ainsi le Nouvel Horizon (proche du FPI en Côte d'ivoire) du 20 juin 1991 à la suite de la répression brutale d'une agitation universitaire, écrit : « L'opinion publique a traduit, d'une façon éloquente et convaincante, l'aspiration du peuple » ; « l'opinion publique, c'est l'ensemble des entités sociales qui ont pu se déployer et se mobiliser en dehors des considérations politiques », lit-on dans un article de Kalifa Touré intitulé : « la démission du gouvernement, une nécessité ». La Voie, quotidien de la même tendance, écrit le 16 mars 1994 « Nous gagnerons la seule bataille digne d'être gagnée, celle de l'opinion publique », dans un article intitulé « la liberté de presse embastillée ».

23Le Démocrate du 26 avril 1991 au Gabon célébrant la chûte des régimes africains « calqués sur l'Etat socialiste » écrit : « l'opinion publique était muselée ». Dans Notre Temps du 4 mars 1992, Lanciné Sylla écrit que « l'indépendance même de la magistrature est remise en cause dans l'opinion publique ». Gabon Libre du 3 décembre 1991 se plaint de l'absence de mesures contre l'immigration sauvage et reproche au gouvernement de « détourner l'attention de l'opinion publique ». Les journaux plutôt favorables aux pouvoirs en place différencient l'opinion et les conférences nationales : ainsi le Soft de Finance au Zaïre, écrit le 25 juin 1991 « Des résultats de ces assises... l'opinion ne saura rien ». Plus rarement trouve-t-on la reconnaissance de la diversité des opinions. C'est le cas dans Fraternité Matin du 22 novembre 1993 le président du nouveau conseil national de la communication audiovisuelle donne comme objectif au conseil d'« assurer l'expression équilibrée des différents courants d'opinion politique, religieuse, des diverses composantes de société civile... »

24Nous avons déjà maintes fois souligné l'importance des étudiants et de l'enseignement dans la presse. Si leur rôle dans l'ébranlement des pouvoirs en place est à la fois très réel et souvent souligné, la méfiance à leur égard n'est pas seulement le fait des gouvernants. Déjà le 29 mai 1981 dans The Standard de Nairobi, à la suite de troubles étudiants, des lettres de lecteurs étaient publiées sous le titre « The masses do not support the students ».

25Dans Le Héraut, mensuel des étudiants du Bénin de juin 1991, un membre du comité de coordination Nassirou Abdoulaye, tout en considérant que « l'opinion publique est très importante dans une nation » se plaint à propos de son hostilité aux étudiants en grève que « l'opinion publique, surtout celle de Cotonou et de ses environs est violée par les mass media », tandis que le journaliste qui l'interroge déclare : « L'opinion publique, à tort ou à raison, a tendance à ne pas être de votre côté, car elle juge, sinon inopportune, du moins précoce votre grève ». Il était question, à propos de la « crise à l'université », « des rumeurs hâtivement accusatrices de l'opinion publique nationale ».

26Les Echos au Mali le 24 février 1992 parle « des Maliens qui, au fil des jours, deviennent malades de leurs enfants, malades de leur insatiabilité » à propos de la tentative d'élèves voulant empêcher la tenue du conseil des ministres.

27Le Républicain du 7 avril 1994 au Mali où après avoir précipité la chute de Moussa Traoré en mars 1993, les étudiants révoltés ont fait chuter le nouveau gouvernement en avril 1994, écrit : « l'opinion s'émeut » et parle de « boycott des cours, manifs de rue avec barricades, toutes choses qui laisseront bien d'amers souvenirs aux Bamakois ».

28Dans un article de La Semaine africaine du 18-14 juillet 1991, J. Mankessi Mbanza tire les conclusions de la Conférence nationale « le Congo dans la démocratie pluraliste », faisant état de la nouvelle presse privée, reprenant une citation d'un journaliste sur « la liberté d'opinion retrouvée », considérant que la conférence fut « une école où l'on a appris à faire un usage constructif de la liberté, à respecter les opinions des autres ». Dans le même numéro, un article intitulé « Ne pas dévoyer le processus démocratique », parlait de « cette période de préparation de l'opinion aux changements à venir ».

29Le Congo et La Semaine africaine en particulier font une référence à l'opinion publique plus fréquente que dans d'autres pays africains. La conférence nationale avait été présentée dans le numéro du 31 janvier-5 février 1991 comme une revendication « des syndicats, des nouveaux partis, des Eglises et de nombreux secteurs de l'opinion ».

30Mais le terme est utilisé dans un sens plus large que le seul domaine politique : en première page du numéro du 23-29 juillet 1992, un titre : « Congo : l'affaire des faux ingénieurs agronomes d'opinion publique s'émeut », à propos d'un fait divers de « gilets pare-balles » saisis à l'aéroport, il est question des rumeurs qui inquiètent « l'homme de la rue », l'opinion étant assimilée au « peuple congolais ».

31L'opinion est davantage conçue comme l'ensemble du peuple ; un long article de Caston Bazengamo dans le numéro du 11-17 juin 1992 « Bilan de santé de notre transition », déplore « les pièges du consensus » et « la nouvelle langue de bois » et souhaite une « rupture » avec l'ancienne classe politique et avec l'Etat rentier : il aurait souhaité « un grand parti démocratique » communiquant « avec l'opinion la plus large » : le mot est toujours utilisé comme un ensemble, au singulier et non au pluriel, utilisé par contre pour les « courants de pensée », les partis, les associations.

32Dans le même sens, un article d'un autre journaliste sur « la démocratie en marche : politique et liberté de la presse : l'injustice ou le désordre ? » dans le numéro du 28 mai-3 juin 1992 ne considère jamais la presse comme un reflet (ou un guide) de l'opinion, mais voit dans celle-ci plutôt un arbitre : « l'opinion publique ne s'y trompe pas, qui sait à quoi s'en tenir sur le positionnement des journalistes par rapport à tel ou tel groupe de sensibilités politiques ».

33Il est significatif de trouver dans un journal très éloigné des préoccupations ethniques, (un article du 6-12 août 1992 « De l'Etat ethno-régional » les dénonce), une référence plus fréquente à l'opinion. Un article du 26 novembre-2 décembre 1992 est consacré à « Médias d'Etat et liberté de l'information », l'auteur, Sini Monic, part du constat « l'opinion ne cesse de s'interroger... » pour définir la liberté de l'information « la capacité de communiquer à autrui l'opinion de son choix », il est fait mention aussi de « l'expression pluraliste de l'opinion publique » et de « ceux qui veulent utiliser les médias pour manipuler l'opinion ».

34La référence à l'opinion, du moins dans l'Afrique francophone, est moins liée à des partis, qu'à un concept bien plus général qui s'apparente au consensus. C'est en ce sens que le journal (no du 7-13 mai 1992) parle de la presse comme « professeur de l'opinion ».

2. Les facteurs de la formation de l'opinion

35Si nous partons du postulat que la presse et les media jouent un rôle dans la formation de l'opinion, nous sommes amenés à considérer les autres facteurs dont l'importance est d'autant plus grande en Afrique que la presse écrite ne touche qu'une minorité de la population, même s'il s'agit de la plus active et souvent la plus influente.

36La presse est amenée à considérer l'origine historique (c'est-à-dire souvent ethnique) ou géographique des partis ou des hommes politiques autant que leurs idées en Afrique. Même si beaucoup de journaux s'élèvent contre le « tribalisme », ils accordent toujours une grande importance à ce qu'ils appel lent tantôt la tribu, tantôt l'ethnie.

  • 4 ZARING D.T.

37Les partis politiques en tiennent compte et dans plusieurs pays ont une implantation régionale qui recouvre l'aspect ethnique ; par exemple au Togo où le RPT et Eyadema s'appuient sur les Kabyé du Nord et les opposants démocrates sur les Ewés du Sud. Un exemple nous est donné par une étude de D.T. Zaring sur deux quotidiens du Kenya, Daily Nation et Kenya Times entre le 1er novembre 1992 et le 31 janvier 1993 ; avant et après les élections générales du 29 décembre au cours desquelles les Kenyans, selon Hilary Ng'weno dans Weekly Review du 1er janvier 1993 « se comportèrent outrancièrement, de manière tribale », attitude dénoncée par le Conseil National des Eglises du Kenya ; le journal de la KANU, le Kenya Times, estime que son parti a mis fin aux conflits ethniques et le Nation pense qu'ils sont passés de mode : toutefois chacun accuse l'autre de préoccupations ethniques. Au cours de ces trois mois, le Nation donna 164 articles se rapportant à des problèmes ethniques, 11 articles de fond, 32 brèves informations et 31 lettres sur le même sujet ; pour le Kenya Times, 347 articles, 65 articles de fonds, 16 brèves, 74 lettres.4

38Le Times insistait notamment sur la campagne électorale du président Moi dénonçant les méfaits du tribalisme, et reprenait la thèse des partisans de la KANU accusant l'opposition de préoccupations tribales. Le Daily Nation aborde moins souvent le sujet mais insiste sur les conflits ethniques violents surtout dans la Rift Valley.

39La même étude contenait une enquête auprès de 21 journalistes des deux journaux ; il résultait de l'ensemble que les journaux écrivaient surtout des articles quand les conflits ethniques étaient violents. Malgré leurs accusations réciproques, les journalistes des deux journaux ne semblent pas considérer que leur appartenance ethnique pèse sur leur approche de ces informations — ce qui est loin d'être le cas de tous les pays—. Tout en reconnaissant l'importance des problèmes ethniques, ils pensent qu'ils sont surtout exploités par des politiciens.

40Les associations syndicales et étudiantes souvent renforcées par leur représentation et leur participation dans les conférences nationales, représentent des forces sociales qui contribuent à la construction de l'opinion. Le concept d'espace public, celui de société civile, utilisés dans l'analyse des sociétés africaines n'ont pas grand sens, à moins de connaître des transformations qui les dénaturent. La construction d'une opinion publique suppose une capacité d'option individuelle et des regroupements qui ne soient pas conditionnés par une appartenance ethnique ou familiale ; ces conditionnements n'ont pu être contenus que par des forces religieuses ou sociales : d'où l'importance, selon les pays, de l'Islam, des Eglises chrétiennes ou des syndicats.

  • 5 Le problème de l'existence et de la signification de l'opinion publique a été davantage posé et ét (...)

41Alors que dans les pays occidentaux les media construisent les événements et souvent les problèmes d'intérêts généraux qui deviennent des thèmes structurants de l'opinion, ce rôle est rarement rempli, sauf dans quelques grandes villes africaines (surtout anglophones) par quelques journaux5. Quant à la radio, media dominant, presque partout contrôlée par les gouvernements, elle traduit un consensus, réel ou supposé, qui étouffe l'expression autonome d'opinions contradictoires.

42Les associations traditionnelles, les chefferies jouent un rôle moins dans la formation des opinions que dans leur expression, parlant au nom des communautés ethniques ou locales, dont tous les membres n'ont pas toujours accès à la parole.

43Les forces religieuses chrétiennes et islamiques, notamment l'association islamique au Niger, jouent un rôle important à la fois dans la formation et dans l'expression des opinions ; tous les journaux consacrent de nombreux articles aux réunions de leurs représentants. Enfin il ne faudrait pas oublier le rôle de la peur dans la formation et l'expression des opinions, précisément au moment où progresse la libéralisation qui à la fois permet à la peur de s'exprimer plus librement, à la presse parfois de l'exploiter pour manipuler l'opinion. Cette exploitation de la peur est pratiquée aussi bien par la presse gouvernementale faisant craindre le chaos avec le changement (dans des pays comme la Côte d'ivoire, le Gabon ou le Togo) que par la presse opposante qui agite le retour de la dictature dans les pays qui s'en sont émancipé comme au Bénin ou au Congo.

3. Les manifestations de l'opinion dans la presse

44Devant la diversité des formes d'expression de l'opinion, on ne saurait identifier en Afrique l'expression de l'opinion et la presse qui reste principalement un phénomène urbain alors que, dans la plupart des pays, la majorité de la population est rurale, sans compter le poids de l'analphabétisme.

  • 6 Index on censorship en faisait une recension très complète, c'est aussi le cas de Reporters sans f (...)

45La pluralité de la presse n'empêche pas sa manipulation d'une opinion désormais fragmentée ; de l'époque du monolithisme, elle a conservé une volonté d'unanimisme, qui aboutit à l'intolérance ; chaque parti se considérant comme l'expression de la volonté populaire, un manichéisme latent domine dans de nombreux pays où les journaux (nouveaux et anciens) apportent une information élargie avec des interprétations antagonistes et exclusives. Les multiples destructions d'imprimerie ou de locaux de journaux, émanant soit de commandos gouvernementaux, soit d'opposants, dans plusieurs Etats africains, confirment ce durcissement des antagonismes dont la presse est souvent à la fois l'instrument et la victime.6

  • 7 DUYLE.

46Une longue habitude d'exprimer l'opinion publique caractérise la presse du Nigeria qui dénonce et critique ce qui ne va pas depuis longtemps ; même des journaux comme le Morning Post, possédé par le gouvernement fédéral réclament des réformes d'administrations publiques qui fonctionnent mal, le Nigerian Provident Fund ou le Nigerian Port Authority. Des journaux comme Express, Observer, Sketch, Chronicle, West African Pilot ont souvent informé leurs lecteurs sur la corruption, le népotisme, le tribalisme, la paresse, les promotions imméritées. L'existence ancienne de partis politiques dans ce pays avec une presse dynamique donne une place de choix au Nigeria dans la relation presse et opinion publique. Mais la presse y joue un rôle aussi dans d'autres aspects de l'opinion. Des articles de Dolly dans Drum sur l'amour et les problèmes sexuels suscitèrent entre janvier 1974 et mars 1976, 3 500 lettres.7

47Avec les régimes pluralistes existant depuis plus longtemps non seulement au Nigeria, mais aussi à l'Ile Maurice, en République Sud-africaine (même si toutes les opinions ne pouvaient s'exprimer), introduits depuis quelques années dans un plus grand nombre d'Etats, le pluralisme de la presse fait de celle-ci autant un reflet qu'un guide des opinions.

48La référence à la démocratie et donc à l'opinion publique, même si la pratique fausse ce qu'annoncent les textes, est bien antérieure à la fin des années quatre-vingt. Ainsi, l'article 2 de la constitution du 3 novembre 1960 de Côte d'ivoire édictait : « la République de Côte d'ivoire est une, indivisible, laïque, démocratique et sociale. Son principe est le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». Le chef de l'Etat constatait lui-même que cette formule ne correspondait pas à la réalité ivoirienne, déclarant au Conseil National du 12 juin 1980 : « Le train de la démocratie s'est arrêté quelque part et il faut le remettre sur les rails ».

49Un apport important de la nouvelle presse francophone, qui rejoint ainsi une liberté d'expression plus habituelle dans l'Afrique anglophone, réside dans l'abandon de la langue de bois — au moins partiellement, pour aborder des situations sur lesquelles auparavant la presse se taisait, même dans la presse gouvernementale. Ainsi le Sahel dimanche du 3 janvier 1992 dénonce « les évacuations sanitaires du Niger à l'étranger » souvent pour des soins possibles sur place. Le Journal du jeudi du Burkina Faso du 20-26 mai 1993 dans un débat sur l'immigration en France parle des « étudiants (qui) après leurs études préféraient s'installer à l'étranger, vivant mieux d'un salaire de manutentionnaire là-bas que des incertitudes financières et administratives des fonctions publiques ici ».

50Il n'est pas évident que la notion d'opinion soit valorisée dans les sociétés africaines, pas plus que celle du pluralisme, au moins dans la fraction la plus traditionaliste, attachée au consensus. Le Renouveau du Burundi, le 16 octobre 1992, constate l'apparition d'une presse privée, très militante : « bien souvent, elle fait écho aux sentiments primaires et aux opinions préconçues des Burundais qu'elle cible et chez qui elle cultive parfois certaines intolérances ».

  • 8 L'Afrique en transition, l'Afrique politique, Clapham C., notamment de Elly Rijnierse, Democratisa (...)

51L'opinion publique a été considérée parfois comme un mythe tant elle est indéfinissable. Se modèle-t-elle à partir du contexte social ? — mais les mentalités ne traduisent pas nécessairement et uniquement les conditions de vie — ou à partir du processus social qui ajuste des idées, anciennes ou nouvelles, dans une expression collective ? Elle se manifeste surtout lorsqu'il y a inadéquation entre la réalité et ce qui est souhaité. L'opinion publique existe surtout par sa diversité ; mais la société africaine conçoit la discussion si elle aboutit à un consensus. Miroir déformant (pas toujours et pas seulement en Afrique), la presse écrite devient de plus en plus — au moins dans certains Etats africains — un indicateur des tendances de l'opinion, en même temps qu'elle contribue à la construire. Le problème de la démocratisation en Afrique subsaharienne est actuellement l'objet d'une littérature importante dans laquelle la question de l'opinion publique est largement débattue.8

Notes

1 C'est ce qui ressort de l'étude systématique menée par Mac Donald pour le Daily Graphic du Ghana et le Daily Time du Nigeria, mais c'est très sensible aussi dans la nouvelle presse francophone qui trouve un lectorat important parmi les étudiants.

2 Ce fut notamment le cas au Nigeria.

3 BAZIE.

4 ZARING D.T.

5 Le problème de l'existence et de la signification de l'opinion publique a été davantage posé et étudié dans l'Afrique anglophone. Cf. Noura Owens Ibié, « Press Responsibility and Public Opinion in Political Transition », Africa Media Review, 1994-1. Le même auteur avait publié en 1988 « Mass Media and Public Opinion » dans T. Obilade et Sani Asein (ed.), Communication in School and Society, Ibadan : Omega Publications.

6 Index on censorship en faisait une recension très complète, c'est aussi le cas de Reporters sans frontières. C'est particulièrement sensible au Zaïre où des soldats le 24 janvier 1993 saccagèrent les installations de Demain le Congo qui ne put reprendre les publications que un mois plus tard ; dans la nuit du 28 au 29 juin les locaux de La Référence Plus furent incendiés. Au Togo dans la nuit du 26 au 27 mai 1993 une bombe endommageait les Imprimeries des grandes éditions qui imprimaient des journaux indépendants, Le Courrier du Golfe, La Sentinelle, La Tribune des démocrates. Le 11 juillet 1993 des équipements du Abiya Times au Nigeria étaient volés, ce qui obligeait le quotidien à interrompre sa publication. Le 20 août 1993, c'est un journal gouvernemental, Le Ghanaian Times, qui était victime d'une grenade explosant dans ses locaux à Accra. Quelques exemples parmi bien d'autres cités dans le Rapport 1994 de Reporters sans frontières sur la liberté de la presse dans le monde.

7 DUYLE.

8 L'Afrique en transition, l'Afrique politique, Clapham C., notamment de Elly Rijnierse, Democratisation in Sub-Saharan Africa ? Litterature Overview, cf. aussi, plus ancien, l'article de S.T. Kwame Boafo.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search