Version classiqueVersion mobile

Feuilles d’Afrique

 | 
André-Jean Tudesq

Troisième partie. Les lecteurs, la presse et l'opinion

Chapitre II. Presse et crise

Texte intégral

  • 1 Communication no 25, 1976, p. 141.

1Toute crise est psychologique, elle est prise de conscience d'un déséquilibre, d'une déstabilisation ou d'un risque qui amène un groupe, une société, à s'interroger sur son devenir. La relation de la presse avec une situation de crise passe donc par les lecteurs, qu'il s'agisse de son rôle face au déclenchement, à l'amplification ou à la solution des crises. Même si le concept de crise semble étranger aux sociétés africaines, on peut reprendre, appliquée à l'Afrique, la définition qu'en donne Julien Freund « une situation collective caractérisée par des contradictions et ruptures, grosses de tensions et de désaccords qui rendent les individus et les groupes hésitants sur la ligne de conduite à tenir ».1

1. La crise, un concept importé

2Les conditions de vie, les conditions politiques, la conjoncture économique sécrètent, dans la plupart des Etats de l'Afrique sub-saharienne, une structure latente de crise. Mais le concept de crise apparaît étranger aux sociétés africaines traditionnelles, il suppose une évolution perturbée, un avant un après, une conception alternée de l'évolution dans des sociétés connaissant des évolutions rapides. Les media occidentaux semblent faire de l'état de crise un cadre permanent des sociétés africaines puisqu'ils n'en parlent guère que dans ce contexte. L'introduction de ce concept, largement utilisé par les élites africaines, apparaît comme un fait d'acculturation.

  • 2 Nous sommes redevables, pour ces indications terminologiques, à nos étudiants africains de 3e cycl (...)

3Les langues africaines n'ont pas un mot équivalent direct, mais utilisent pour traduire le terme « crise » divers procédés : des mots signifiant « danger » ou « problème » Yel en gourmantché, Yelé en mooré, Ko en dioula, ou « difficulté », matata en lingala, frog (qui signifie aussi fatigue) en senoufo, géléya en bambara, bapassi en kikongo ; parfois des tournures, par exemple en fon abe e tonya « la situation est mauvaise » ; ou encore un mot personnalisé ou détourné de son sens premier, ainsi dans le centre du Cameroun Cristine ou au Gabon Confiture (qui est une déformation humoristique de conjoncture).2

4La notion même de crise présente une conception cyclique du temps qui ne correspond pas à la conception du temps des sociétés traditionnelles africaines. Il n'est pas surprenant que ce soit dans les villes —là où se produisent les media— que la crise à la fois s'exprime, se réalise et se dénonce, souvent sous l'influence d'interventions extérieures ; qu'il s'agisse d'une dénonciation de l'héritage colonial longtemps rendu responsable de toutes les difficultés ou de la pénétration de l'économie de marché avec les fluctuations des prix mondiaux. La formation à l'étranger de la plupart des cadres africains (dont les dirigeants des media), a largement contribué à introduire l'usage du concept de crise.

5Son usage toutefois s'est présenté différemment en Afrique anglophone où le constat et la dénonciation de crise sont présents dans les media sans discontinuité de l'époque coloniale aux indépendances, et dans le reste de l'Afrique où le système d'information longtemps entièrement contrôlé par l'Etat, taisait toutes les difficultés internes qui auraient pu engager la responsabilité des gouvernants ; dans les Etats de l'Afrique francophone les media — tant la fonction de l'information s'intègre à la politique gouvernementale — présentaient les continuités et ce qui était souhaité plutôt que les ruptures, l'insolite ou les déficiences. Les media occidentaux, surtout les radios internationales, BBC, RFI, VOA, à un moindre degré, Deutsche Wellé ou Radio Nederland, très largement écoutées par les cadres et les dirigeants, contournaient l'information gouvernementale et faisaient connaître les situations de crise au sein de l'Afrique.

6Cette situation a changé avec l'apparition de nouveaux journaux indépendants des gouvernements, souvent opposants et les media gouvernementaux ont été amenés à parler eux-mêmes des crises qu'ils auraient passé sous silence précédemment.

7C'est la crise économique et sociale qui est actuellement la plus présente dans la presse écrite ; qu'elle soit liée à l'environnement naturel, fluctuations climatiques comme la crise de la sècheresse qui a affecté longtemps les pays du Sahel, surtout dans les années quatre-vingt, maladies endémiques auxquelles s'ajoute de nos jours le Sida, très présent dans des journaux africains ; à l'urbanisation sauvage entraînant des mouvements populaires, notamment la xénophobie ; mais c'est surtout lié à la conjoncture mondiale avec la fluctuation des prix de l'arachide, du cacao ou du pétrole notamment, avec l'ingérence de la Banque Mondiale ou du Fonds Monétaire International et les plans d'ajustement structurels qu'ils imposent. En octobre 1993 le Comité International de la Croix Rouge constatait un état de crise dans quinze pays, l'Angola, le Libéria, le Soudan, mais aussi des pays comme le Rwanda.

8La crise économique engendre souvent une crise politique dans la mesure où elle suscite, provoque ou ruine l'action des gouvernants, où elle rend aussi moins supportable la corruption, le favoritisme, le tribalisme qui sévissent dans la plupart des Etats. D'autres crises politiques africaines sont liées soit à des antagonismes entre Etats, parfois d'origine économique (entre Sénégal et Mauritanie, plus récemment entre Nigeria et Cameroun sur un territoire riche en pétrole), soit à des crises au sein du gouvernement ou du parti unique, souvent en période de succession, soit à des crises liées à l'intervention de l'armée ou des forces populaires. Les aspirations à plus de démocratie ou du moins à un changement de dirigeants ont entraîné des élections plus libres et un pluripartisme, générateurs parfois de situation de crise.

  • 3 Nous avons utilisé, pour la rédaction de ce chapitre, la documentation réunie par le Centre d'Etud (...)

9Dans ces différents cas, les media jouent un rôle essentiel tantôt comme témoin, tantôt comme acteur. Il y a quelques années, la radio jouait le rôle essentiel et presque unique (radios étrangères ou radio nationale) en temps de crise ; même si elle continue à être le moyen d'information le plus diffusé, notamment auprès des ruraux, la radio comme la télévision, restée plus gouvernementale dans les Etats africains, continue à donner surtout la version officielle des événements. La presse écrite, qu'elle soit gouvernementale, opposante ou seulement indépendante, joue le premier rôle tantôt comme témoin (notamment les journaux ministériels qui sont amenés, aujourd'hui, à polémiquer avec les autres journaux et donc à parler de questions qui auparavant étaient passées sous silence), tantôt comme acteur amplifiant la crise, notamment les journaux indépendants qui se font souvent l'écho de rumeurs, à la jonction de la communication traditionnelle et de la communication médiatique. Si la dénonciation des vices de la société et de l'Etat, des faiblesses et des fautes des dirigeants est génératrice de crise, la crise apparaît porteuse de changement et elle devient un préalable à la démocratisation.3

10Le rapport entre presse et crise, passe par la crise de la presse soumise à des fluctuations très sensibles à la fois causes et conséquences d'aspirations collectives.

11L'observation de la presse africaine comme indicateur de l'évolution des sociétés africaines et de leur effort, satisfaisant ou insuffisant, pour sortir de la crise, n'a de sens qu'en fonction de ses lecteurs. C'est pourquoi nous présentons dans cette partie la relation entre la presse et la crise. Cette relation, presse-crise-lecteurs, est au centre de la formation de l'opinion publique que nous aborderons dans le chapitre suivant ; elle abat les cloisons entre le politique, l'économique, le social et le culturel. On peut appliquer à tous les pays ce que, dans un article du Témoin 11-17 janvier 1994 « Les Sénégalais et la violence », Gnagna Cissé écrit : « Les multiples crises que vit notre pays, crise économique, crise politique, crise institutionnelle, crise de confiance, crise morale, ont miné les relations sociales, détruisant les anciennes structures sociales et la personnalité de sorte que les nombreuses manifestations de violence qui peuvent au demeurant paraître des déviances, ne sont que l'expression perturbée de l'homo senegalensis moderne ».

2. La presse témoin de la crise

12Les journaux gouvernementaux font surtout mention des crises économiques, plus aisément imputables à des causes étrangères.

13Il est cependant fait davantage état de crise politique dans les journaux de l'Afrique anglophone, même gouvernementaux, en reliant les deux aspects. Le Times of Zambia en janvier 1990, par exemple, mentionne la pénurie alimentaire. Les journaux de l'Afrique anglophone ont aussi parlé bien plus tôt des crises. The Legon Observer au Ghana titre un article le 23 octobre-5 novembre 1980 « The tragedy of the economy... » Daily Nation du 12 mai 1981 parle de récession et de la fin du boom, tout en disant que le Kenya est mieux placé que les autres pays d'Afrique. Le Daily News de Tanzanie du 4 janvier 1982 consacre un article au Ghana « Victim of economic woes », victime de malheurs économiques, où il estime que le Ghana « est victime d'une crise économique profonde qui a fait d'un des pays les plus prospères d'Afrique l'un des plus pauvres ». La presse des autres pays parle de son côté de la crise en Tanzanie, à la suite d'article du New African paraissant à Londres qui déclare en 1983 que « l'économie tanzanienne est dans la crise la plus aiguë depuis l'indépendance politique en 1961 ». Le Daily Times, quotidien gouvernemental de Lagos, n'en écrivait pas moins le 6 janvier 1982 que leur système économique avait « besoin d'être surveillé de près et si possible de prévenir une crise », le comparant « à un navire qui sombre avec un équipage mutiné ». Le Sunday Times n'hésitait pas non plus à parler de situation de crise, qu'il s'agisse des tensions au sein de l'église méthodiste ou de la course au poste de gouverneur dans l'Etat d'Oyo.

14Les journaux gouvernementaux sont plus réservés dans les Etats francophones : encore faut-il nuancer selon les pays. Au Sénégal où existait déjà un certain pluralisme, le Soleil par exemple le 26 janvier 1982, à propos de la réforme administrative parle « de l'engouement de la crise de confiance ». Au début de l'année, le 4 janvier, un éditorial parlait de la difficulté de « faire vivre le Sénégal dans une conjoncture économique particulièrement dure », le chef de l'Etat venant de parler lui-même de la nécessité de « lutter contre la récession et le sous-développement ». Le même journal présentait la conférence de presse de Landing Savané du Mouvement Révolutionnaire pour la démocratie Nouvelle, parlant de « banqueroute - misère sociale » (1 er février 1982) ; le 15 février dans un dossier sur l'université, il reprenait l'opinion que « la crise de l'université est profonde, « le 16 février à propos des industries agro-alimentaires, faisait état d'« essoufflement précoce », de « phase difficile ». Fraternité-Matin au même moment ne parlait de crise que pour d'autres pays (Zimbabwe, Zaïre...), ou pour dire qu'elle vient « d'ailleurs » (30-31 janvier 1982) et qu'elle n'empêche pas « la poursuite du développement économique ivoirien (22 février). Quant à la crise universitaire en février 1982 avec fermeture de l'université, le journal n'en parla que lorsqu'elle fut résolue.

15Une tentative rapidement avortée de coup d'Etat le 1er août 1982 au Kenya contre le président Moi donne un exemple de compte rendu de crise. Le Daily Nation parle des rebelles (de l'armée de l'air et des étudiants), de 129 tués, mais il n'est pas question de crise et il reprend le 7 août l'expression du président Moi, « une forme sérieuse d'hooliganisme ». Par contre, le journal le 20 août 1982 reprenant une dépêche de l'AFP à propos d'une conférence de l'O.N.U. à Genève, parle du « Tiers Monde dans la pire crise ». Le Daily News de Tanzanie informe le 2 août sur le coup d'Etat manqué, à partir de la radio, insistant sur le discours radiodiffusé du président Moi sans jamais y voir un signe de crise mais parlant seulement de rébellion. Le même du 5 août parle de 3 000 arrestations, surtout des soldats de l'armée de l'air et des étudiants. Fraternité Matin titre le 2 août 1982 « Coup d'Etat avorté », informant aussi à partir de la radio du Kenya. Ce journal titre toutefois le 3 août deux articles, l'un « la situation serait loin d'être normale », l'autre « Des signes avant-coureurs de crise », mais il s'agit dans ce dernier cas d'une dépêche de l'AFP parlant « des tensions politiques et économiques menaçant le régime au cours des derniers mois ». Le Soleil parlait le 2 août de « tentative de coup d'Etat au Kenya » et fait état à plusieurs reprises de la participation des étudiants aux côtés des soldats de l'armée de l'air.

16Un autre exemple de crise, c'est la nouvelle prise du pouvoir au Ghana par Rawlings le 31 décembre 1981. De nombreux Etats africains étaient d'autant plus défavorables à ce coup d'Etat qu'il passait pour avoir été soutenu par Khadafi et la Libye. Le Daily Times du Nigéria qui parlait le 29 janvier 1982 de l'« economic mess » du Ghana, lui était ouvertement hostile, rapportant dès le 11 janvier une déclaration télévisée d'un dirigeant nigérian considérant le gouvernement civil meilleur que la loi militaire : Fraternité Matin, tout en faisant l'éloge du président du Ghana renversé et en parlant de plus de 700 morts consécutifs au coup d'Etat, était plus nuancé. Il en est de même du Soleil parlant de prise de pouvoir, de révolution, de coup d'Etat au Ghana mais non de crise ; ce journal décrivait avant le coup d'Etat le « marasme » économique. Le 4 janvier 1982 un article intitulé « le syndrome Rawlings » définissait la situation au Ghana avant son coup d'Etat, « la plus mauvaise situation économique » parlant « de gabegie et de corruption » « un cocktail détonnant sur un fond de crise politique », mais ajoutait « Est-ce une raison suffisante pour justifier l'injustifiable ? »

17Au début des années quatre-vingt, la presse gouvernementale francophone fait surtout preuve d'autosatisfaction. Fraternité Matin au début de 1980 ne parle de crise qu'à l'étranger (crise afghane le 1er février, crise en Afrique du Sud le 16 mars). Il est question toutefois, incidemment, de problèmes, même internes, surtout en ce qui concerne les jeunes « Tout ne va pas pour le mieux » dans l'Education Nationale, titre le numéro du 2-3 février ; le 6 février est publié, toujours en première page, un Appel des évêques ivoiriens aux jeunes « Résistez à la soif des biens matériels », dans lequel on pouvait lire « Persistez dans cette voie (de la soif de l'argent) c'est nous acheminer irrémédiablement vers le délabrement de la santé physique et morale des forces vives de nos populations », et le directeur du journal, Auguste Miremont publiait dans le numéro du 9-10 février un article sur cet appel en l'approuvant, sous le titre « Un danger réel ». On trouve aussi dans le journal le 19 mars un article sur les difficultés des Petites et Moyennes entreprises, le 20 sur la mauvaise gestion des Sociétés d'Etat, le 25 mars, à l'occasion d'un sommet international des producteurs de cacao à Abidjan, une allusion à « la baisse constante et catastrophique des prix ». Mais ces articles sont noyés parmi les titres optimistes vantant les réalisations réelles ou supposées de la Côte d'ivoire. La chute des cours des produits marquait les prémisses d'une crise qui n'apparaissent pratiquement pas dans le journal.

18La crise est à la fois une réalité, marquée par un déferlement des difficultés (économiques, sociales, techniques...) et un dérèglement des systèmes d'organisation et une représentation liée à la perception de cette réalité ; mais la crise est antérieure à sa perception et la presse peut ou non contribuer à faire prendre conscience de sa réalité.

19La détection de la crise est une première nécessité pour espérer en sortir. Longtemps, la presse, surtout dans les Etats francophones, occultait le plus possible ce qui n'allait pas. Cette situation cependant commença à changer au cours des années quatre-vingt. Peut-être parce que le contournement par les media étrangers (notamment les radios internationales) rendait illusoire le silence des media nationaux. Ce silence entraînait une remontée de l'information interne sous sa forme la moins structurée, la rumeur. Au Sénégal où la presse était déjà un peu plus libre, le Soleil le 29 septembre 1980 écrit dans un article « nous savons combien il est important, en ces temps de crise, de s'accorder sur les solutions à apporter à la détérioration des termes de l'échange, à la pénurie alimentaire, à la crise de l'énergie... ». Ainsi Fraternité Hebdodu 29 décembre 1983 estime dans un éditorial que « les Ivoiriens ont appris en 1983 à vivre avec la crise, laquelle culminera en 1984 » ce que corrobore dix ans plus tard Notre Temps du 11 mars 1992 qui fait remonter la crise aux années 1980, « le type de développement adopté par la Côte d'ivoire — une insertion plus grande dans le système capitaliste mondial — accélère et accentue la crise économique du pays ». C'est aussi de 1984 que l'auteur de cet article, Alexis Zozo date « une inversion de la tendance au profit du combat politique des masses laborieuses pour un mieux-être, pour les libertés... » et « la révolution interne du PDCI ».

20Témoin du déclenchement de la crise ou seulement de la situation, la presse l'est bien plus depuis quelques années. C'est même l'un des caractères de la nouvelle presse, indépendante des gouvernements, d'informer sur ce qui est anormal, accidentel ou insolite. Les nouveaux dirigeants ne sont pas épargnés ; dans les Echos (Mali) du 21 août 1992, les exactions du chef d'arrondissement de Loulouni pour la levée de l'impôt amènent une représentante des villageois à parler de « leur déception face au gouvernement de la IIIe République, qui, selon elle, est pire que celui de Moussa Traoré ».

21La presse du Nigeria, même celle dans laquelle il y a une participation de l'Etat, souligne les déficiences. Le Daily Times de Lagos le 16 juillet 1993 parle de « the refuse crisis in Lagos » pour parler de la saleté de la ville, et le 24 novembre 1993 parle de « crise ethnique sur le Campus ». « Crisis » titre le Sunday Concord du 23 mai 1993 pour caractériser la situation du sport au Nigeria. The Sunday Sketch du 11 juillet 1993 parle de « crise dans l'administration publique au Nigeria ».

22Le Progressiste, journal du Parti Gabonais du Progrès, le 28 septembre 1990, après avoir parlé des scandales et crimes du parti au pouvoir, le PDG, évoque « l'opinion divisée victime de ces folies et des crises que le PDG a contribué à créer par son incompétence en fossoyant l'économie du pays... », associant ainsi crise et opinion.

23Les journaux de l'opposition rendent aussi les gouvernements en place responsables des situations de crise politique. Notre Temps, hebdomadaire ivoirien le 4 mars 1992 donnait la parole à un leader Zadi Zaourou : « le gouvernement est responsable de la crise », provoquée par la répression des étudiants du campus de Yopongou le 18 février, « la crise actuelle est le fait de l'extrémisme qui est en train de grandir au sein du parti au pouvoir ». Dans des articles du même journal (4 mars et 11 mars 1992), un professeur de sociologie, Lanciné Sylla, parlait de « crise économique, crise politique, crise morale ou conflit des valeurs » de « crise de confiance qui débouche nécessairement sur une crise d'autorité ». Les dirigeants issus d'élections libres reconnaissent d'autant mieux la situation de crise qu'ils en rejettent souvent la responsabilité sur leurs prédécesseurs. Le Démocrate du 11 janvier 1993 publiait une longue interview du premier ministre de la Transition au Niger. Amadou Cheittou qui déclare « la crise économique, la rébellion, l'intégrisme religieux, tous ces problèmes ne sont pas nés avec la transition ». L'interview dans Notre Temps du 28 avril 1993 du ministre ivoirien des Affaires étrangères Arsène Assouan Usher, fait état de la poursuite de la crise « en 1989 au plus fort de la crise économique » écrit le journal qui parle aussi de « la crise actuelle ». Quant au ministre qui avait été chargé en 1989 de présider une commission pour un plan de redressement il observe « que la situation ne s'est non seulement pas améliorée, mais qu'elle continue à se dégrader ». Le journal le 10 mars 1992 avait analysé la crise politique que traversait la Côte d'ivoire depuis 1990.

24Wal Fadjri du 31 juin 1993 au Sénégal écrit : « Notre pays est presque en situation de banqueroute » et parle du Sénégal « comme le plus mauvais élève de l'ajustement structurel ».

25Mais c'est aussi une notion utilisée ou même exploitée par les dirigeants en place. La Tribune, un hebdomadaire de Dakar reconnaît, au moment de la campagne électorale de 1992 que « Diouf a perçu l'énorme danger qui guette son parti dans un contexte de crise persistante » (2 mars 1992). Sans que le terme de crise apparaisse, de nombreux articles témoignent de situations de crise sociale. C'est notamment le cas de la mendicité. Aurore du 1 er avril 1993 souligne son développement à Bamako depuis cinq ans dans « des proportions très choquantes tant ses formes sont devenues ostentatoires ». Mauritanie Nouvelles du 12-19 juillet 1992 parlant de la famine en dehors des villes, écrit « les maladies et la sous-alimentation font des ravages parmi les êtres humains après avoir décimé les bêtes ». Ivoir'Soir du 25 mai 1993 décrit la misère de Gobelé, le plus grand bidonville d'Abidjan. La Clef du Burkina Faso du 19 mars 1992 décrit « l'armée de mendiants — constituée d'enfants et de jeunes adolescents... slogans vivants de notre sous-développement, de notre misère ».

26La presse ne constate pas seulement la naissance ou le développement des crises, elle rend compte aussi de l'adaptation des sociétés africaines à la crise par la corruption ou la fraude, maladies endémiques. Ainsi Tam Tam Express du Bénin le 22-25 décembre 1992 apprécie l'importance de la contrebande qui, au Bénin et au Cameroun, fait vendre en fraude riz et céréales là où les importations étaient théoriquement interdites depuis 1987 ; l'autorisation d'importer rétablie au Nigeria menaçant ces activités.

3. La presse acteur de la crise

27Avec l'aggravation de la crise qui déstabilise les régimes africains incapables de trouver une solution à des difficultés dont ils sont responsables mais souvent pas seuls, la presse écrite, de façon plus ancienne dans les pays anglophones, plus récemment avec l'éclosion de la nouvelle presse ailleurs, est apparue comme un révélateur chargé d'une dynamique d'action sinon de décision. Non seulement témoin, la nouvelle presse est aussi générateur et amplificateur de crise. Les nouveaux journaux dans l'Afrique francophone à leur naissance ont considéré que leur fonction était de dénoncer les vices du système existant rendu responsable de la crise économique et sociale. Il s'agit donc d'une dénonciation politique mettant en avant la corruption, l'incompétence, le favoritisme et le népotisme des dirigeants. Ces journaux voient dans le changement dès dirigeants et du système, donc dans la crise politique qu'ils cherchent à provoquer, le préalable nécessaire à toute solution de la crise économique et sociale.

  • 4 Et ensuite dans d'autres pays comme le Mali, le Niger, le Malawi... Le cas de la République Sud-af (...)

28La liberté de la presse ne facilite pas la tâche des nouveaux dirigeants substituées démocratiquement aux anciens au Bénin et en Zambie4 ; sa mise en pratique provoque d'inévitables balbutiements. Au risque d'amplifier la crise, les nouveaux journaux se donnent davantage pour tâche de faire l'inventaire des difficultés et des déficiences plutôt que de proposer des solutions à la crise ambiante. Le renversement des anciens dirigeants, surtout lorsqu'ils se maintiennent en place contre la volonté des Conférences Nationales, apparaît comme un préalable à toute solution. Nyawo, un mensuel togolais, en juillet 1992, lance une campagne de signature « pour une issue positive de la crise togolaise » « une relance de l'économie togolaise suppose d'abord comme préalable de chasser Eyadema pour réinstaurer dans le pays la sécurité élémentaire ». Mais un journal favorable à Eyadema, le bimensuel La Vérité en juin 1992 dans un article « la démocratie togolaise : le réveil des démons de la haine tribale » impute à la Conférence nationale et aux opposants, les divisions, les conflits inter-régionaux, les affrontements inter-ethniques.

29L'aggravation de la crise à la fois amène les dirigeants à lâcher du lest en permettant une expression plus libre, concession à peu de frais apparemment, mais lourde de conséquence en entraînant une dénonciation plus vive de la situation et des dirigeants ; ceux-ci sont aussi acculés à cette concession pour se concilier les institutions internationales (FMI, Banque Mondiale) ou les éventuels bailleurs de fonds occidentaux. Ainsi, le Malawi vit-il naître en 1993 plusieurs journaux comme The Nation un hebdomadaire de l'United Démocratic Front, ou The Enquirer proche du même parti.

30La presse d'opposition amplifie inévitablement les crises. A la veille de la mort d'Houphouët-Boigny, La Voie rendant compte de la convention extraordinaire du FPI, le 29 novembre 1993, reprend l'analyse de Laurent Gbagbo « Nous sommes en face d'une triple crise : crise économique, crise monétaire, crise institutionnelle et politique ». Le 1er décembre dans un article « crise institutionnelle en Côte d'ivoire », La Voie parle de « la crise politique que traverse la Côte d'ivoire depuis le retour au multipartisme ». Tam Tam Express du 28 mars-10 avril 1994 titre un article « Coup d'Etat militaire en préparation au Bénin : exécution de certains leaders politiques en vue » envisageant le risque de liquidation du chef de l'Etat et des ses principaux challengers, dans l'atmosphère de « crise socio-politique artificielle créée et entretenue par les politiciens et l'insécurité grandissante ».

  • 5 Zaïre, année 90.

31Le Memorandum des Evêques Zaïrois du 9 mars 1990, antérieur à l'ouverture du Zaïre à plus de liberté, a été surtout connu par la presse étrangère, mais Jeune Afrique qui l'avait publié fut interdit pendant quelques jours. Ce texte, auquel le quotidien Salongo fit allusion, déclarait : « nous osons affirmer que la cause principale sinon la racine de la paralysie des institutions nationales et de la crise des structures de l'Etat réside dans un système politique hybride » inspiré à la fois du libéralisme et du totalitarisme.5 Ce texte signé par quatre archevêques et huit évêques critiquant le parti unique et son rôle excessif proposait des solutions qui furent parfois en partie reprises dans le discours du 24 avril 1990 de Mobutu alors que celui-ci avait exprimé « son indignation » selon le journal Salongo devant la démarche. Une nouvelle déclaration des Evêques du Zaïre au début de 1992 fut publiée, cette fois, par plusieurs journaux zaïrois, notamment La Renaissance du 1-8 février 1992 ; elle prend acte d'une situation de crise généralisée : « la crise que connaît notre pays ne porte pas seulement sur le projet de société. Elle atteint également toutes les institutions publiques du pays "atteintes par" la crise de confiance généralisée ».

32L'ouverture politique, ou même l'annonce d'une conférence nationale, aggrave la situation de crise et provoque même parfois un état de crise aiguë, soit en raison de « rectification » par exemple exprimée par Mobutu indiquant qu'il restait seul maître de la transition, soit en raison des espoirs déçus et du sentiment de frustration (au Togo, au Gabon, au Niger).

33Au Zaïre, les tensions s'accentuent entre les étudiants et l'armée ou des parlementaires soupçonnées de corruption à Kinshasa, à Kisangani et surtout à Lubumbashi : là, l'agitation universitaire se double d'antagonismes ethniques. Le meurtre d'étudiants indicateurs de la police entraîne l'intervention de l'armée et le massacre de plusieurs étudiants les 11 et 12 mai 1990 ; une douzaine d'après un témoignage publié le 31 décembre 1990 par le Soft de Finance.

34Les universités et d'une façon plus générale le système éducatif sont au cœur de la crise. Au cœur des relations presse et crise d'abord, car les enseignants sont nombreux parmi les rédacteurs de la nouvelle presse ; enseignants et étudiants comptent parmi les principaux lecteurs des journaux, aussi bien anglophones que francophones. Aussi les problèmes éducatifs, en particulier ceux de l'enseignement supérieur, occupent une place très importante dans les colonnes des journaux. Ils existe aussi des journaux d'étudiants comme le Héraut au Bénin, mensuel de 1991 ou des journaux rédigés par des universitaires comme au Ghana, The Legon Observer.

35Les universités sont au cœur de la crise aussi parce que les étudiants et les élèves sont les premiers menacés de ne pas trouver de travail. La nouvelle presse du Bénin par exemple consacre de nombreux articles aux chômeurs diplômés. Enfin, étudiants et élèves représentent presque partout l'essentiel des manifestants, voire des émeutiers, qui menaçent et parfois renversent les dirigeants en place, mûs par leur propre dynamisme ou manipulés par des politiques. Le Héraut de juin 1991 constatait que « depuis le mitan des années quatre-vingt, l'UNB (Université nationale du Bénin) est le plus ardent foyer d'ébullition, de contestation politique et d'instabilité ». Mais l'action révolutionnaire des étudiants et des élèves se manifeste dans toute l'Afrique, au Kenya dès 1982, au Sénégal dès 1968, au Cameroun, au Mali, au Niger, en Côte d'ivoire en février 1992.

36Un article de Notre Temps du 28 avril 1993 en Côte d'ivoire « L'université en crise » à l'occasion de scènes de violence le 19 avril sur le campus, rappelle celles de mai 1991 en écrivant « l'université... s'est de nouveau embrasée... » sans y voir une fatalité mais en mettant en cause un système qui « forme non pas à l'emploi mais pour l'emploi ». La relation presse-université-crise est étroite et fréquente ; à l'occasion du 20ème anniversaire de l'université de Ouagadougou, Sidwaya publie des interviews d'autres universitaires africains invités « la crise universitaire est une réalité un peu partout en Afrique » lit-on le 19 avril 1994. Un professeur de l'université de Saint-Louis (Sénégal) déclare :« il nous faut assainir nos universités et voir comment gérer ces crises qui les secouent ».

37Situation intérieure et relations entre Etats provoquent des antagonismes parfois ambigus. Bonsoir du 1er décembre 1993 écrit : « on a frôlé la guerre », entre Côte d'ivoire et Ghana, à cause de l'agression de footballeurs d'Abidjan à Kumasi par des Ashantis voulant provoquer des troubles pour déstabiliser le gouvernement de Rawlings. Les crises ont affecté en Afrique principalement la vie interne des Etats, même si les guerillas ont trouvé des soutiens souvent dans les pays voisins. Entre Etats voisins les tensions se multiplient, sur fonds ethniques entre Mauritanie et Sénégal, entre Burundi et Rwanda, entre Ghana et Togo ; pour ce dernier exemple, on peut lire dans un article de La Tribune des Démocrates du 3 février 1994 « la démocratie aux frontières » : « un règlement durable à cette crise ne peut être trouvé que si l'on tient compte de tous les paramètres, c'est-à-dire autant des griefs entre les deux dirigeants que des problèmes découlant de la transition démocratique ». Si cet article relie crise entre deux pays et transition démocratique, il parle aussi du « caractère arbitraire du tracé des frontières » « héritées de la colonisation ». Remise en question, lourde de crises entre Etats, si elle devait s'étendre. Mais des crises entre Etats se déroulent aussi sur fonds économiques, ainsi entre le Nigeria et le Cameroun au sujet de deux îles Apami et Diamond riches en pétrole, au début de 1994. La presse du Cameroun a une attitude très partagée ; La Nouvelle Expression écrit que Abacha, le nouveau dirigeant du Nigeria, veut la guerre tandis que le Messager critique le gouvernement du Cameroun et Perspectives hebdo voit dans ce conflit un « montage » de Biya et d'Abacha pour « distraire l'opinion ».

38Le traitement de la crise par la presse débouche sur la crise de la presse : celle-ci se caractérise d'abord par la crise de la presse gouvernementale avec l'apparition de journaux indépendants, ce qui est le plus souvent synonyme d'opposants. Le passage au pluralisme des journaux a révélé une crise de confiance des lecteurs, nous l'avons mentionné précédemment avec la baisse de la diffusion des quotidiens gouvernementaux ; il en est résulté une crise financière et une remise en question du contenu. La critique des dirigeants, même dans les journaux gouvernementaux anglophones, amène des interventions contre les journaux au Nigéria (les conseils d'administration de New Nigerian à 100 % de capital d'Etat et du Daily Times à 60 %, dissous le 2 janvier 1992) et au Kenya où la situation est tendue entre le président Moi et la presse non gouvernementale. Dans les pays francophones, l'éclosion en quelques mois de nombreux journaux a entraîné un développement des antagonismes et assez vite un essoufflement dont la presse gouvernementale a souvent profité. Après la turbulence du début des années quatre-vingt-dix, le pluralisme de la presse devrait aboutir à une répartition entre plusieurs tendances contradictoires, n'exprimant pas seulement une opinion mais des informations. Même si l'intolérance semble encore l'emporter presque partout, les journaux renforçant souvent les antagonismes, les périodiques et plus encore les quotidiens ne doivent plus proposer seulement à leurs lecteurs, s'ils veulent les garder, une polémique qui s'émousse au cours des mois.

4. La presse et la recherche de solution aux crises.

39La presse anglophone a toujours rempli sa fonction de dénonciation en l'accompagnant de propositions concrètes. La nouvelle presse francophone est souvent davantage une presse d'opinion qu'une presse d'information ; toutefois, les nouveaux journaux qui se maintiennent doivent répondre aux deux fonctions, et ne peuvent se limiter à une dénonciation de scandales, réels ou supposés, dont les lecteurs se lassent au bout de quelques mois. Les journaux gouvernementaux, après avoir subi le choc de la concurrence, reprennent de l'assurance, élargissent leurs préoccupations, participent à une confrontation d'opinions antagonistes. C'est dans la solution aux crises que les journaux font avancer l'émergence d'une opinion publique au moins dans les villes où l'Etat est moins soumis à des logiques tribales ou ethniques.

40Dans la recherche de solution aux crises, l'attitude de la presse diffère selon qu'il s'agit de journaux gouvernementaux ou non ; les premiers présentent plutôt des solutions économiques, sociales ou morales. Par exemple, Madagascar Tribune du 15 février 1993 consacre un article à « Paradoxe de la crise : ralentissement des investissements, mais... » annonçant une reprise d'activité en 1992 malgré la diminution (moins forte qu'en 1991) des investissements privés « nous ne sommes pas encore près de sortir de l'auberge ». Pour les journaux indépendants ou opposants, la solution de la crise devient une transformation structurelle après que la crise ait déstabilisé le régime en place. La crise politique est porteuse d'un progrès potentiel ; Notre Temps du 10 mars 1992 semble le reconnaître en critiquant le parti au pouvoir : « sa logique de violence n'a point épargné les quelques velléités de naissance d'une société civile qui ont émergé à l'occasion de cette crise politique ».

41La presse parle souvent de solution quand la crise semble terminée ; Sud-Hebdo du 23 avril 1992 titre un article « Chronique d'une crise jugulée », déclarant que « la crise du système bancaire n'est plus qu'un mauvais souvenir au Sénégal ». « L'Etat disqualifié » est un article de ce dossier qui s'interroge aussi sur le bien fondé de la solution libérale et sur « la problématique du financement du développement dans un environnement déflationniste, caractérisé par un processus avancé de désindustrialisation, un chômage endémique, une baisse tendancielle du pouvoir d'achat ».

42La presse, en informant sur les aspects, en recherchant les causes de la crise, éclaire l'opinion. Ainsi, dans l'interview du ministre Usher par Notre Temps, il est fait état de 500 à 700 milliards « de capitaux transférés par an à l'étranger par des Ivoiriens », c'est même le titre retenu en première page du 28 avril 1993 « 500 milliards transférés à l'étranger en 1989 ».

  • 6 Il s'agit des indemnités de séjour données par des institutions étrangères ou internationales invi (...)

43Au Nigeria, The Guardian, le 6 mars 1993, incrimine les nouvelles technologies de communication et les télévisions occidentales dans la progression des crimes et de la drogue chez les jeunes du Nigéria. L'Eclaireur, au Zaïre, au début de 1994, incrimine « parmi les maladies engendrées par la crise, le Mal Per diem » parlant des intellectuels « chasseurs de prime ».6

44La presse préconise surtout les solutions politiques : le Sunday Sketch du 11 juillet 1993 au Nigéria voit la sortie de la crise dans les élections, associant « redressement économique, confiance en la démocratisation et transition vers le gouvernement civil » soutenant la candidature d'Abiola, tandis que le Daily Times, du 21 juillet, gouvernemental, soutient la politique de Babangida en voyant la solution de la crise « dans l'unité du Nigéria » autour de celui-ci. L'exposé dans la presse de difficultés graves amène les pouvoirs publics à s'en préoccuper.

45Un des aspects dénoncés qui peut être aussi une cause de l'acuité des crises, c'est le tribalisme qui est la forme africaine la plus répandue du racisme et de la xénophobie. La crise économique l'aiguise, le chômage amenant à chercher un bouc émissaire, dans les étrangers renvoyés chez eux, les Sénégalais de Zambie, les Nigérians du Gabon et bien d'autres.

  • 7 Certains journaux attisent les rivalités ethniques, ce fut le cas par exemple au Rwanda et au Buru (...)

46Une relation étroite entre crise et opinion apparaît, ainsi que le montre l'extrait suivant : Dikalo du 26 octobre 1992 au Cameroun écrit : « L'année dernière, au plus fort de la crise socio-politique, un débat de futilité criarde a agité l'opinion publique. Sous prétexte de donner la réplique au régime Biya, certains leaders d'opinion ont laissé parler leur cœur... Au sein de la classe dirigeante comme dans l'opposition, c'est à peine si on n'érige pas la discrimination raciale en projet de société ». Le Renouveau du Burundi le 19 avril 1994 dans un éditorial du 19 avril 1994 intitulé « la raison triomphera » écrit « les problèmes de la nation burundaise sont bien connus. C'est l'ethnisme et le fanatisme aveugle qui nous hantent ».7

47La Rue Meurt, mensuel satirique du Congo, en mai 1992, met en garde le nouveau président élu de ne pas tomber dans les pièges de « la clique tribalo-régionale-revancharde qui l'entoure... » Après la crise aigüe en Côte d'ivoire en février 1992, Notre Temps du 10 mars 1992 recommande l'amnistie et la concertation, et considère que le professeur René Degny-Seguy président de la ligue ivoirienne des Droits de l'homme (arrêté) et le professeur Marcel Etté ont déjà « contribué... à désamorcer des crises qui auraient pu emporter tout sur leur passage ».

48Quelques journaux préconisent des mesures positives ; ainsi la Semaine africaine du 27 mai 1993 conseille aux autorités congolaises d'intéresser des investisseurs sud-africains qui pourraient « contribuer au redressement de notre économie sinistrée ». Mais Le Phare du Zaïre du 14 mai 1993 croit que « la solution aux problèmes économiques du Zaïre passe pour l'instant par le rétablissement de la coopération », avec les partenaires traditionnels plus que les Sud-Africains ou Asiatiques. La revue Océan Indien à Madagascar en mai 1993 appuie l'Association des consommateurs qui veut lutter contre la fraude généralisée.

49Les opposants dans plusieurs pays d'Afrique francophone ont dépassé la position de dénonciation de la crise pour participer à la recherche de solutions. Peut-être parce que les partis d'opposition et leur presse s'essoufflent avec le temps et ne sont pas crédibles aux yeux d'une opinion qui préfère le consensus (à la suite de la palabre) au conflit majorité/minorité.

50Il est doublement significatif d'une ouverture au dialogue si Ton analyse le numéro du 29 novembre 1993 de Fraternité-Matin : d'abord parce que le journal proche du PDCI parti au pouvoir, consacre plusieurs pages à la Convention du FPI, principal parti de l'opposition. D'autre part, le journal publie de longs extraits de la conférence de presse de Laurent Gbagbo, leader du FPI, qui estime que « quand il y a des moments de crise profonde et que le pays estime qu'il faut sortir de cette crise en jetant les bases d'une économie nouvelle, mais aussi d'institutions nouvelles » on forme un « gouvernement de transition ». Nous trouvons dans la formule précédente la relation établie entre crise économique et crise politique, mais avec la priorité donnée à la solution politique. C'est ce que souligne le même jour La Voie, quotidien proche de Laurent Gbagbo dont il relève aussi le propos d'une triple crise : « crise économique, crise monétaire, crise institutionnelle et politique », avec des propositions de solution.

51L'acuité de la crise en Afrique est à l'origine de la nouvelle presse ; la crise suscite et entretient des journaux, même si elle en use et en fait disparaître. Car la crise des media est un des facteurs du rôle des media dans les crises. La relation entre crise et presse rejoint la relation entre presse et opinion publique que nous allons analyser plus loin.

52Quand la presse parle de crise, elle suggère une situation passagère (même si celle-ci dure longtemps), une sortie de crise. Le journal nigérien, Haské, le 11-17 août 1992 donne la parole à un leader de l'association « Touaregs » Mano Dayak qui dit « comme solution pour sortir de la crise des institutions on pourrait envisager... la mise en place d'un gouvernement de salut national ». La Voie du 19-20 septembre 1992 estime que la crise économique nécessite des sacrifices et que « l'exemple doit venir du sommet », en considérant que « la crise économique que traverse la Côte d'ivoire implique nécessairement une reconversion des mentalités ».

53Mais on trouve aussi, dans des journaux, un sentiment de fatalité des situations, expression d'une partie de l'opinion. Dans Mauritanie demain du 14-21 juillet 1992, El Yezid écrit : « on avait espéré un recul du tribalisme, du régionalisme, mais la pratique démocratique — ô paradoxe — a étouffé cet acquis », ajoutant « connaîtra-t-on jamais la prospérité ou bien restera-t-on enchaîné dans un irréversible cycle de la misère ? »

  • 8 Alors que son directeur a été tué dans les événements de 1994 et son imprimerie saccagée, il est q (...)

54Dialogue, un périodique de réflexion du Rwanda de février 1992, regrette que « des journalistes prennent goût à provoquer les sentiments ethnistes... A tel point que beaucoup de Rwandais sont gagnés par un pessimisme qui les amène à penser que ce problème (le conflit hutu-tutsi) restera éternel et qu'il ne sert à rien d'essayer de lui chercher des remèdes. »8

55Elima du 3 et 4 janvier 1991 dressait un tableau de la situation du Zaïre en s'appuyant sur un article du Suddeutsche Zeitung, craignant que « le rythme auquel le pays s'enlise dans le chaos et la misère tende plutôt à s'accélérer », parlant de « retour à l'état de brousse ». Même si son pessimisme découle de son opposition aux dirigeants, la presse du Rwanda (avant même la situation dramatique de 1994), du Zaïre, mais aussi du Tchad et de la République Centrafricaine renonce à parler en terme de crise tant la désespérance face à la situation lui obscurcit l'avenir.

Notes

1 Communication no 25, 1976, p. 141.

2 Nous sommes redevables, pour ces indications terminologiques, à nos étudiants africains de 3e cycle de l'Université de Bordeaux III.

3 Nous avons utilisé, pour la rédaction de ce chapitre, la documentation réunie par le Centre d'Etude des Media de l'Université de Bordeaux III, en vue d'une recherche sur « Crise et media en Afrique subsaharienne », au financement de laquelle a participé ΙΆΤΡ du CNRS dirigée par Dominique Wolton.

4 Et ensuite dans d'autres pays comme le Mali, le Niger, le Malawi... Le cas de la République Sud-africaine est différent dans la mesure où la presse —malgré l'apartheid— était relativement plus libre et plus combative.

5 Zaïre, année 90.

6 Il s'agit des indemnités de séjour données par des institutions étrangères ou internationales invitant des universitaires ou journalistes africains.

7 Certains journaux attisent les rivalités ethniques, ce fut le cas par exemple au Rwanda et au Burundi.

8 Alors que son directeur a été tué dans les événements de 1994 et son imprimerie saccagée, il est question que des journalistes rwandais du journal reprennent la publication de Dialogue de Bruxelles.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search