Version classiqueVersion mobile

Feuilles d’Afrique

 | 
André-Jean Tudesq

Troisième partie. Les lecteurs, la presse et l'opinion

Chapitre I. Les conditions de diffusion et les enquêtes sur les lecteurs

Texte intégral

1Le journal reste en Afrique un produit urbain, de consommation principalement urbaine. Il est d'autre part difficile d'établir une relation directe entre les chiffres (souvent très approximatifs) de tirage, de diffusion et de lecture.

2Le tirage n'est pas seulement limité par les évaluations de ventes possibles, mais aussi —pour la presse indépendante— par le papier disponible et les besoins financiers que nécessite l'impression. Une part souvent importante du tirage est diffusée dans des ministères, des administrations, des entreprises d'État qui souscrivent de nombreux abonnements ; le journal est lu ainsi par de nombreux cadres ou employés, des catégories susceptibles précisément d'acheter le journal. Ce type de lecteur n'est pas acheteur lui-même.

3Les difficultés de distribution sont liées à la fois

  • aux déficiences des voies terrestres de communication, eu égard à la dispersion des lecteurs potentiels à l'intérieur du pays, dont le nombre est limité par l'analphabétisme ;
  • à la cherté du transport par avion : les compagnies considèrent parfois — comme Air Gabon — que les journaux (surtout ceux de l'opposition) ne sont pas prioritaires ;
  • à la faiblesse et aussi au coût élevé du système de distribution. La faiblesse du réseau postal et de la distribution du courrier limite les possibilités d'abonnement, car l'abonné a peu de chances de recevoir un journal s'il n'a pas une boite postale à la poste.

4Il existe un marché d'occasion des journaux dans les grandes villes d'Afrique francophone concernant notamment les magazines. Le même exemplaire de journal est donc lu souvent par un grand nombre de lecteurs ; parfois même un lecteur, dans des villages ou dans des quartiers, lit à voix haute, écouté par dix ou quinze personnes dont plusieurs analphabètes.

  • 1 Avec les progrès de la scolarisation, cette situation évolue et le taux de lecteurs ne décroît plu (...)

5Avec la scolarisation des jeunes, c'est souvent le fils qui lit aux parents le journal ou leur apprend les nouvelles qu'il contient, une situation qui renverse les habitudes traditionnelles. Or la scolarisation est plus étendue à la ville qu'à la campagne1.

6Toutes ces circonstances expliquent que la diffusion de la presse soit surtout urbaine.

7Les chiffres de tirage ou de diffusion ne sont donc qu'une approche très approximative de la lecture et de l'influence de la presse en Afrique. Des enquêtes déjà anciennes se sont préoccupées de cette question : nous en avons déjà cité certaines, notamment dans les régions anglophones. Les études menées par Marcomer dès les années soixante dans des pays francophones tenaient compte de la lecture des journaux ; par exemple en 1967 à Kinshasa, une personne sur quatre citait des journaux comme source d'information sur les nouvelles, après les conversations et la radio : c'était surtout le cas des hommes (56 % des hommes, seulement 16 % des femmes sur un échantillon de 999 personnes), la proportion des lecteurs était plus élevée chez les jeunes, chez ceux qui avaient suivi des études secondaires et supérieures (82 %), chez les fonctionnaires (63 %).

8Les journaux étaient une source de nouvelles pour 40 %. Il ressortait de cette enquête que quatre personnes sur dix lisaient plus ou moins régulièrement un quotidien, les deux tiers de ceux-ci régulièrement (plusieurs fois par semaine).

  • 2 Marcomer Paris. Les moyens d'information à Kinshasa, novembre 1967.

9La nouvelle la plus importante récemment apprise était celle concernant le référendum constitutionnel de juillet 1967 ; si les journaux n'arrivaient qu'en troisième position avec 21 % des réponses, après la radio 44 % et les conversations 37 %, ils arrivaient en deuxième position après la radio pour les fonctionnaires, les employés et les étudiants2.

  • 3 Bien qu'il s'agisse du même organisme d'enquête, l'étude de Marcomer 1975 ne portant que sur des f (...)

10Une étude de 1975 sur les besoins culturels dans huit pays africains francophones auprès de 2 000 francophones de 15 à 30 ans à Abidjan, Brazzaville, Cotonou, Dakar, Kinshasa, Libreville, Lomé, Yaoundé contient de nombreuses données sur la presse ; près de la moitié de l'échantillon (48 %) lisaient régulièrement des quotidiens, intéressés d'abord par les informations, puis par le sport ; un tiers environ lisaient des revues ou périodiques, Bingo et Jeune Afrique arrivant en tête. Si la radio était écoutée par neuf jeunes sur dix régulièrement (70 % tous les jours), la presse écrite était largement reçue. Ces proportions variaient de 63 % de lecteurs réguliers de quotidiens à Dakar à 34 % à Cotonou, Brazzaville exceptée, n'ayant pas de quotidien. Dans l'ensemble de l'échantillon, 19 % seulement ne lisaient jamais de quotidien3.

LECTEURS FRANCOPHONES DE MOINS DE 30 ANS DE LA PRESSE EN 1975

LECTEURS FRANCOPHONES DE MOINS DE 30 ANS DE LA PRESSE EN 1975

*Il s'agit d'hebdomadaires, La Semaine et Etumba.

  • 4 Les préférences se portaient sur l'information sportive, puis sur les informations internationales (...)

11Si le quotidien national s'impose à Dakar (le Soleil), à Abidjan (Fraternité matin), à Lomé, voire à Cotonou et à Yaoundé ; à Kinshasa, il y a deux quotidiens et à Brazzaville seulement deux hebdomadaires4.

12Les journaux européens étaient lus surtout par les cadres (22 %).

  • 5 Enquête Marcomer. La radio en Côte d'ivoire, 1966.

13Une enquête menée en 1965-1966 par Marcomer auprès des « Lettrés de brousse en Côte d'ivoire », 21 infirmiers et 30 instituteurs portaient principalement sur la radio ; tous citaient la radio comme moyen de s'informer, 28 (la moitié des instituteurs, 13 des 21 infirmiers) citaient aussi la presse, principalement Fraternité matin, lue souvent seulement quand ils se rendaient en ville chez des amis ou chez le sous-préfet5.

  • 6 Switzer, Tomarelli, World, de la presse bantoue, passe de 11 000 en 1959 à 90 000 en 1968 et à 145 (...)

14Nous avons déjà mentionné des enquêtes dans l'Afrique anglophone sur la lecture de journaux. Des organismes se sont constitués au fur et à mesure que les techniques de sondage se sont affinées et ont été introduites en Afrique : d'abord en Afrique du Sud, puis en rapport avec le développement de la publicité ou des élections, notamment au Nigéria. Les premières études sur le lectorat des 16 ans et plus de la presse en Afrique du Sud furent entreprises à la fin des années soixante. Les lecteurs noirs des journaux de langue anglaise augmentent entre 1968 et 1975, ils passent de 39,7 à 47,4 % pour les quotidiens (de 37,3 à 50,6 pour le Rand Daily Mail)6. Même si l'afrikaans était considéré comme la langue de l'oppression, les journaux afrikaans avaient en 1975 une proportion souvent importante de lecteurs noirs, 38,8 % pour Die Bürger, 25,6 % pour Rapport (un journal du dimanche), 23,3 % pour les magazines. Les lecteurs Noirs du Financial Times qui ne représentaient en 1976 que 43,5 % des lecteurs blancs, s'élevèrent en 1983 à 72 %.

15En Côte d'ivoire l'Institut ivoirien d'opinion publique (IIOP), s'est constitué d'abord comme une filiale de la société française Marcomer qui s'est spécialisée dans les enquêtes et sondages outremer. C'est surtout l'audience de la radio qui a donné lieu à des études et à des sondages. Les grandes radios internationales, BBC, Deutsche Wells, RFI, VOA ont fait procéder ensemble à des sondages dans plusieurs pays depuis quelques années ; si l'audience de la radio est l'objet principal de la recherche, elle porte aussi sur l'audience de la télévision et de la presse. Nous les avons abondamment utilisés pour écrire l'étude des publics.

16Des monographies sur une ville, une région, une catégorie sociale comportent aussi parfois des données sur la pénétration des media.

17Ces matériaux, statistiques, géographiques, sociologiques ou ethnologiques, fournissent des données dont la fiabilité est variable principalement pour deux raisons : les données numériques sont le plus souvent approximatives, à commencer par la documentation démographique ; lorsqu'il s'agit de questionnaires concernant les contemporains, certaines coutumes dans des pays interdisent de répondre négativement à une question, ce qui passerait pour être désobligeant envers celui qui a posé la question. L'observation participante a une plus grande valeur mais ne peut être pratiquée pour une étude synthétique : nous avons eu recours aux études (ponctuelles) qui l'ont utilisée quand cela a été possible.

18En raison de la disproportion très nette de la pénétration des journaux entre villes et campagnes, l'étude des lecteurs est plus quantitative en ville et plus qualitative en milieu rural. L'importance de la rumeur et de la communication interpersonnelle établit un très grand décalage entre le nombre d'exemplaires diffusés et le nombre de lecteurs ou seulement de personnes informés du contenu du journal, surtout en milieu rural ; la présence ou non d'un exemplaire de journal dans un village est plus importante que le nombre effectif d'exemplaires.

19Entre le tirage et le chiffre de diffusion, les difficultés de la distribution ou, parfois, la négligence ou la mauvaise volonté de ceux qui en sont chargés, peuvent établir un écart qui ne correspond pas à une mévente mais à une absence de mise en vente.

  • 7 Sur Eteki Mboumoua, cf. Bayart J.F., L'Etat au Cameroun, Paris, 2e éd. 1985.

20L'achat de la presse du parti unique était souvent purement opportuniste, sans entraîner la lecture, à l'époque du parti unique. Même parfois les sections locales du parti unique ne diffusaient pas les exemplaires reçus. Dans le rapport du secrétariat à la presse du Ve Congrès de l'Union camerounaise fin 1965 Eteki Mboumoua reconnaissait qu'après enquête « nous avons trouvé... dans telles sous-sections... des paquets entiers de notre presse que l'on n'a même pas pris la peine de déballer. On en a ainsi ramassé des camions entiers ». La même constatation était reproduite en 19697.

21A l'époque du pluralisme des journaux, la presse d'opposition se plaint, dans certains pays, des autorités locales qui empêchent la diffusion de ses journaux.

22Chaque exemplaire diffusé a un nombre variable de lecteurs ; mais l'usage qui en est fait n'est pas lié seulement à la lecture. L'exemplaire de journal supplée aussi à l'absence de papier d'emballage sur le marché africain.

  • 8 Les références de ces enquêtes se trouvent dans les sources. L'enquête de 1989 sur le Nigeria port (...)

23Un premier critère de l'importance de la presse se retrouve dans les enquêtes qui demandent à leurs interviewés quelles sont leurs principales sources d'information.8

24Au Nigeria en 1989, les résultats étaient les suivants :

SOURCES D'INFORMATION

Sur le Nigeria

Sur le monde

Radio nationale

90 %

68 %

Radio étrangère

04 %

14 %

Conversations

53 %

38 %

Télévision

54 %

26 %

Journaux locaux

29 %

17 %

Journaux étrangers

04 %

11 %

25Les journaux locaux étaient lus surtout par les hommes (38 % en lisaient), les citadins (36 %), les jeunes de 15 à 24 ans (34 %) et par les plus instruits ; 52 % de ceux qui avaient suivi un enseignement secondaire et 70 % un enseignement supérieur, les lisaient.

26A Conakry en Guinée, en 1988, la presse a un faible rôle, surtout la presse nationale.

SOURCES DE L'INFORMATION

Pour l'actualité nationale

Pour les nouvelles internationales

Radio nationale

86,7 %

66,2 %

Radios étrangères

15,9 %

36,4 %

Presse guinéenne

09,4 %

06,9 %

Presse étrangère

11,3 %

18,7 %

Télévision

84,9 %

71,9 %

Conversation

74,9 %

63,0 %

Ne sait pas

02,8 %

10,0 %

27La part de la presse est bien supérieure à la moyenne pour les cadres (19,8 % la presse guinéenne, 18,6 % la presse étrangère), les professions libérales et les enseignants (28,4 et 19,5 %), les étudiants (19,2 et 24,5 %) pour s'informer sur l'actualité nationale.

28Pour la Côte d'ivoire, nous disposons d'une enquête de 1990 d'Abidjan auprès de 707 personnes.

LES SOURCES D'INFORMATION À ABIDJAN EN 1990 PRINCIPALES SOURCES D'INFORMATION - SUR LE RESTE DU MONDE

LES SOURCES D'INFORMATION À ABIDJAN EN 1990 PRINCIPALES SOURCES D'INFORMATION - SUR LE RESTE DU MONDE

PRINCIPALES SOURCES D'INFORMATION - SUR LA COTE D'IVOIRE

PRINCIPALES SOURCES D'INFORMATION - SUR LA COTE D'IVOIRE

29Une enquête en Tanzanie en 1988 sur un échantillon de 2 908 personnes ; 33 % urbains, 67 % ruraux, pris dans 8 des 20 régions (sauf Zanzibar) donna les résultats suivants :

PRINCIPALE SOURCE D'INFORMATION EN TANZANIE EN 1988

PRINCIPALE SOURCE D'INFORMATION EN TANZANIE EN 1988

30La faiblesse de lecture des journaux ne doit pas cacher la disproportion entre villes et campagnes surtout dans la recherche des nouvelles sur le reste du monde ; 14,4 % des citadins et seulement 6,3 % des ruraux utilisent les journaux. ; 9 % des citadins et seulement 3,7 % des ruraux citaient la presse écrite comme principale source des nouvelles sur la Tanzanie.

31L'enquête portant sur la « principale source d'information », on peut estimer que les journaux sont une source secondaire pour un plus grand nombre. Elle était une source principale pour les gens âgés de 15 à 44 ans bien plus que pour les plus âgés.

  • 9 Enquête RIEAL 1993, BBC, World Service.

32Une enquête de septembre 1992 portant sur 1 498 personnes de 15 ans et plus répartis dans 7 régions (203 citadins, 1 298 ruraux), n'est pas comparable avec la précédente car elle porte sur les sources d'information (qu'elles soient principales ou secondaires). Zanzibar a seule la télévision, sur le continent les zones frontalières à l'Est peuvent recevoir la télévision du Kenya. La presse écrite apparaît comme une source d'information bien répandue, même chez les ruraux, sans doute en raison de la présence d'une presse importante en langue africaine9.

SOURCES D'INFORMATION EN TANZANIE EN 1992

SOURCES D'INFORMATION EN TANZANIE EN 1992

33Pour le Kenya en 1990, nous avons une enquête auprès de 2 500 personnes. Le tableau suivant indique la principale source de nouvelles.

PRINCIPALE SOURCE DE NOUVELLES AU KENYA EN 1990

PRINCIPALE SOURCE DE NOUVELLES AU KENYA EN 1990

34La presse en seconde position après la radio a plus d'importance pour les nouvelles du monde. Pour les nouvelles concernant le Kenya, nous avons une enquête sur les sources d'information, qu'elles soient principales ou secondaires.

SOURCES DES INFORMATIONS SUR LE KENYA - 1990

SOURCES DES INFORMATIONS SUR LE KENYA - 1990

35L'importance de la presse écrite est surtout forte dans les régions urbaines (87,3 % dans la région de Nairobi, 69,8 % dans la région de Mombasa), sa pénétration n'est que de 52 %dans la région centrale et de 51 % dans la région de la Côte. Elle est utilisée par 72,6 % des hommes et seulement 51,7 % des femmes.

ORIGINE DE L'INFORMATION À LUANDA

ORIGINE DE L'INFORMATION À LUANDA

Enquête de 1992

36L'étude portant sur l'Angola, limitée à la capitale fait ressortir l'importance de la presse comme source d'information arrivant après la radio et la télévision mais avant les conversations. C'est surtout pour la presse écrite et pour l'écoute des radios étrangères que la disproportion entre hommes et femmes est importante.

37Les enquêtes portant sur l'utilisation générale des journaux, qu'il s'agisse de la pratique de lecture ou du journal comme source d'information, font déjà ressortir une première série de conclusions : d'abord deux types de différences bien établies, la disproportion entre les hommes et les femmes et en second lieu, entre les citadins et les ruraux ; pour ces derniers, la faible pénétration de la presse correspond à la fois à la scolarisation moindre, à l'usage principalement des langues occidentales (anglais ou français) dans les journaux, et enfin aux difficultés de distribution, celles-ci risquent de rester l'obstacle le plus durable, l'instruction et la pénétration de l'anglais ou du français connaissant des progrès au cours des années.

38S'il est à peine besoin de souligner un taux de lecture d'autant plus élevé que l'on atteint des niveaux d'enseignement secondaire et supérieur, l'appartenance professionnelle entraîne une forte pénétration chez les cadres, les enseignants, les professions libérales et les élèves ou étudiants ; par contre, la pénétration est généralement plus faible chez les commerçants ou vendeurs que chez les ouvriers ou les personnels de service.

39Enfin une variable très influente concernant les tranches d'âge évolue avec les progrès de l'instruction ; si les catégories les plus âgées sont celles qui lisent le moins la presse, c'est surtout sensible pour les plus de 50 ans ou les plus de 45 ans selon les classes retenues par les enquêtes. Ce ne sont plus — comme il y a dix ou quinze ans — les plus jeunes, 18 à 24 ans ou 15 à 24 ans, qui donnent les plus forts pourcentages de lecteurs, notamment de lecteurs réguliers ; soit que ces classes d'âge, dans les capitales, soient les plus sensibles à la télévision, soit que les 25 à 40 ans (les plus forts lecteurs quand ils avaient 20 ans) aient continué à lire, étant passés plus nombreux par l'école ou le collège.

40La lecture de la presse correspond à des pratiques et à des attentes très diversifiées en Afrique subsaharienne.

41Une preuve a contrario est donnée par la priorité de journaux en langue africaine sur les journaux en anglais dans des régions de l'Afrique anglophone à prédominance rurale.

42La faible pénétration, voire l'inexistence dans les régions rurales, de la presse écrite est souvent reconnue dans les journaux eux-mêmes. Dans Le Républicain du Niger du 25 février 1993, dans un article sur la sensibilisation aux élections, on peut lire « la presse écrite : elle est purement absente dans le Niger profond », déplorant que les journaux soient écrits « dans la langue d'un Victor Hugo ».

43D'après une enquête à la demande de la BBC en mai-juin 1988 sur les media en Tanzanie, les journaux en Swahili avaient le lectorat le plus large ; Uhuru dépassait Daily News pour les quotidiens et Mzalendo le Sunday News. Dans l'échantillon, 22 % parlaient l'anglais, deux fois plus en ville que dans le monde rural ; 25,9 % comprenaient l'anglais, deux fois plus les hommes que les femmes, mais seulement 19,8 % des citadins et 16 % des ruraux, se comprenaient bien. Le tableau suivant sur la fréquence de lecture accentue les disparités.

TANZANIE- NOVEMBRE 1988

Lecteurs de Uhuru

Lecteurs de Daily News

Lecteurs de Sunday News

Lecteurs de Mzalendo

Hommes

54,2

12,0

07,3

34,1

Femmes

27,9

04,0

02,8

18,0

15-19 ans

46,5

03,6

03,6

26,0

20-24 ans

52,9

05,1

03,1

36,0

25-34 ans

49,4

13,1

07,1

35,3

35-44 ans

40,9

10,4

08,0

24,7

45-54 ans

28,0

06,8

03,6

15,1

55-64 ans

20,6

01,8

01,1

10,7

65 ans et plus

12,4

00,4

00,5

02,7

Citadins

60,9

22,2

15,0

39,9

Ruraux

35,9

04,6

27,0

22,4

Education

aucune

02,8

-

00,0

04,3

primaire

52,5

04,0

01,3

32,5

secondaire

72,2

53,9

42,2

55,2

supérieure

64,8

80,0

63,4

47,6

  • 10 Cf. supra p. 231.

44Nous n'avons pas de données équivalentes pour septembre 1992 : toutefois le sondage effectué sur 1499 personnes à cette date10, cité plus haut, fait état d'une utilisation importante des journaux et magazines pour s'informer sur les nouvelles de Tanzanie, dans toutes les tranches d'âge, la plus grande utilisation étant celle des 25-34 ans (70,8 % alors que la moyenne est de 63,5 %). La seule distorsion est celle qui concerne ceux qui n'ont reçu aucune instruction scolaire, 28,9 % cependant utilisent la presse. Des différences régionales sensibles existent. 76,1 % utilisent la presse à Dar es Salaam ; seulement 46 % à Zanzibar ; on constate une moindre utilisation dans le Sud-Est et le centre que dans les autres régions, 86 % de l'échantillon était rural. La Tanzanie a le plus faible taux d'analphabètes en Afrique.

TANZANIE- AVRIL 1988 FRÉQUENCE DE LECTURE DES JOURNAUX ET MAGAZINES

TANZANIE- AVRIL 1988 FRÉQUENCE DE LECTURE DES JOURNAUX ET MAGAZINES
  • 11 Cf. supra, tableau de la p. 233.

45Le Kenya, qui a une presse bien plus diversifiée que la Tanzanie, avec des journaux en langue africaine aussi, a un taux d'analphabètes plus élevé mais restant assez bas pour l'Afrique, de l'ordre de 32 % en 1990 contre 52,9 % en 1980 ; nous avous vu plus haut11 qu'en 1990 la presse avait une pénétration partout supérieure à 50 %, sauf chez les plus âgés dans un échantillon représentatif de 2 500 personnes de 15 ans et plus, composé pour 84 % de ruraux.

46Au Nigeria, en 1989, la presse n'arrive qu'en troisième position après la radio (généralisée) et la télévision. La presse nigériane pénètre près de 29 % sans précision de périodicité (régulière ou occasionnelle), 36,2 % en ville, 25,9 % chez les ruraux, deux fois plus chez les hommes que chez les femmes ; elle est plus utilisée (à 74,5. %) par ceux qui ont reçu un enseignement supérieur, que la télévision. Son utilisation décroît avec l'âge, 34,1 % de pénétration chez les 15-24 ans, 29,3 % chez les 25-44 ans, seulement 16,4 % au-delà de 45 ans.

47Une autre question demandait si on aimait lire le journal, 46 % répondaient oui, 49,9 % non, 19,8 % ne sachant que répondre. Les réponses positives étaient plus importantes chez les citadins (63,7 %), mais les 39,2 % chez les ruraux, soit 847 réponses correspondaient à un nombre bien supérieur à ceux qui avaient déclaré parler bien ou convenablement l'anglais, une partie des journaux étant —il est vrai— publiés en langue africaine. La lecture des journaux était d'autant plus appréciée que l'enseignement était développé (84,2 % des anciens étudiants, 79,5 % de ceux qui avaient reçu un enseignement secondaire, 8 % de ceux qui n'avaient reçu aucune instruction) ; elle décroissait avec l'âge, 55,7 % de réponses positives chez les 25-44 ans, 23,5 % chez les 45 ans et plus. On retrouvait enfin le déséquilibre habituel entre les hommes (56,3 %) et les femmes (35,8 %).

  • 12 Il ressort d'une enquête de septembre-octobre 1991 que 26 % de l'échantillon utilisaient journaux (...)
  • 13 Destinelle, qui utilisa un rapport à un colloque à Harare en 1990 de S.G. Musaka, The Role of the (...)

48Bien que minoritaire, la pratique de la presse est influente au Ghana12, en Ouganda, au Libéria, en Sierra Léone chez les hommes instruits de 25 à 44 ans surtout ; en Zambie où la connaissance de l'anglais est majoritaire, et le taux d'analphabétisme est bas (19 %), les lecteurs sont nombreux ; il en est de même au Zimbabwe où le taux de scolarisation des 12-17 ans atteignait 92 % en 1986. Une étude de 1988 donnait 5 à 6 lecteurs pour chaque exemplaire des quotidiens et 11 pour Kwayedza, un hebdomadaire qui tirait à 75 000 exemplaires et se diffusait surtout dans les quartiers populaires. The Herald diffusé à 135 000 exemplaires avait une pénétration de 28 à 47 % des foyers urbains selon qu'il s'agissait de quartiers populaires à forte densité ou de quartiers plus bourgeois moins densément peuplé : dans les zones rurales il touchait 6 %. Les magazines étaient diffusés principalement dans les villes, mais le mensuel Parade tirant à près de 100 000 exemplaires, dont le lectorat estimé à près d'un million de lecteurs, atteignait aussi des milieux ruraux13.

49En Afrique du Sud, la lecture des quotidiens est une pratique majoritaire chez les blancs, les métis et les asiatiques (hommes et femmes), elle est minoritaire ches les noirs, en 1992 avec une forte disproportion entre hommes et femmes. Il semble que la lecture des quotidiens (les seuls présents dans les deux enquêtes) soit partout en progression. La lecture des magazines pour les Blancs touche 89,6 % des femmes blanches, 84,7 % des Blancs mais aussi 11,3 %des Noirs. Actuellement, c'est la presse de langue anglaise qui a la plus forte pénétration, l'évolution actuelle devrait à la fois provoquer une nouvelle répartition des journaux et aussi une plus large pénétration. Business Day du 3 décembre 1993 faisait état de pourparlers en vue du lancement d'un quotidien de l'ANC avec des investisseurs étrangers, le groupe Lonrho étant sur les rangs.

  • 14 L'enquête de 1989 contient une répartition des fréquences de lecture selon les langues africaines (...)
  • 15 JACKSON.

50Deux enquêtes (voir tableaux page suivante), tout en marquant l'inégale pénétration de la presse selon les groupes ethniques, montre une progression de la lecture, même si les données ne sont pas établies sur les mêmes bases ; l'enquête de 1989 du Market Research Africa, de Johannesburg donne la fréquence d'utilisation des media écrits entre Blancs et Noirs sur un échantillon de 3 001 Blancs (1 499 hommes, 1 502 femmes) répartis entre les métropoles (1 587) les villes moyennes (840) les petites villes et ruraux (574) et dans quatre provinces ; et de 4 833 Noirs de 16 ans et plus (2 458 hommes et 2 375 femmes). On retrouve dans les deux groupes les mêmes caractères, une moindre diffusion chez les femmes et chez les ruraux malgré une pénétration bien plus importante chez les Blancs. Il existe aussi une différence sensible chez les Noirs avec une diffusion de la presse plus faible chez les Zoulous (5,8 % de lecteurs quotidiens) que chez les Sotho (11 %)14. Chez les Blancs, la pénétration régulière de la presse est plus importante chez les anglophones ; l'écart selon les catégories de revenus est moins sensible, de même que la différence entre hommes et femmes. Une autre différence importante tient aux catégories par âge, les lecteurs blancs les plus réguliers sont plus âgés. La progression des tirages n'a pas suivi l'augmentation plus rapide de la population15.

  • 16 The Star, 9 septembre 1993. Un symbole de l'évolution récente est cette vente du quotidien Sowetan (...)

51Des études portent sur le lectorat d'un quotidien ou d'un groupe. The Star de Johannesburg dont le tirage s'élevait à 235 000 en 1992, a vu son lectorat dans la population noire passer de 358 000 en 1992 à 463 000 en 1993 soit une augmentation de 29 % ; dans les populations de blancs, métis et indiens, le lectorat est passé de 283 000 à 397 000. The Saturday Star a connu une progression encore plus importante (52 %) de 183 000 à 278 000 chez les lecteurs noirs ; ce journal a un lectorat composé de 61 % de noirs et de 39 % de blancs, colorés et indiens, il est lu par une forte proportion de la classe noire à revenus élevés, supérieure à celle du Saturday Citizen (dont 81 %du lectorat est noir). Quant au Sunday Star, son lectorat noir a plus que doublé entre 1992 (1 79 000 lecteurs) et 1993 (404 000), principalement au Transvaal, alors que le lectorat noir du Sunday Times y a baissé de 761 000 à 585 00016

52Le Groupe Argus, dès avril 1992 envisagea une nouvelle structure autonome de Sowetan, quotidien de Johannesburg tirant à 200 000 exemplaires (vendu depuis cette date) dont le lectorat est majoritairement noir.

LECTEURS DE LA PRESSE EN 1992 - AFRIQUE DU SUD

LECTEURS DE LA PRESSE EN 1992 - AFRIQUE DU SUD

*WCA : Blancs, Métis, Asiatiques, Utilisation régulière des media en 1992, AMPS mené par South African Advertisitng Research Fondation

AFRIQUE DU SUD 1989. LECTEURS NOIRS DE JOURNAUX OU DE MAGAZINES

AFRIQUE DU SUD 1989. LECTEURS NOIRS DE JOURNAUX OU DE MAGAZINES

AFRIQUE DU SUD 1989. LECTEURS BLANCS DE JOURNAUX OU DE MAGAZINES

AFRIQUE DU SUD 1989. LECTEURS BLANCS DE JOURNAUX OU DE MAGAZINES

53Nous disposons, pour l'Afrique francophone, de plusieurs enquêtes qui permettent de dégager, pour certains pays, une évolution. C'est le cas de la Côte d'ivoire ou du Sénégal qui ont vu depuis quelques années l'apparition d'autres quotidiens que le quotidien gouvernemental. Mais dans d'autres pays, la publication d'hebdomadaires ou de bimensuels a aussi affecté la diffusion du quotidien gouvernemental, c'est le cas par exemple du Cameroun.

54En Côte d'ivoire, une enquête Marcomer donnait en 1980, à Abidjan seulement, 65,8 % de lecteurs du quotidien (85 % parmi les cadres, parmi les 18-24 ans, mais 34,1 % chez les 55 ans et plus), il y avait 55,3 % de lecteurs réguliers. Fraternité-Matin, qui avait atteint son tirage record de 175 000 exemplaires au moment des élections générales de 1980, avait un tirage moyen de 82 500 exemplaires en 1983 et une diffusion de 70 000 correspondant à un lectorat estimé à 400 000 par l'Institut Ivoirien d'Opinion Publique. A cette date le journal touchait 62 % de la population urbaine adulte (82 % des cadres et employés, 66 % des étudiants, 50 % des manœuvres et gens de service).

55La connaissance de la langue française progresse ; en 1978 il y avait 73,7 % de francophones à Abidjan (43,6 % en Côte d'ivoire, 34 % sachant lire en français) ; entre 1975 et 1980 le nombre de francophones passa de 1 900 000 à 3 025 000 ; à cette dernière date, les niveaux supérieurs de connaissance du français permettant de le lire convenablement correspondaient à 12,7 % des hommes (363 000) et à 4,8 % des femmes (123 000), l'ensemble des francophones correspondant à 46,9 % de la population de 5 ans et plus (58,9 % chez les hommes, 33,6 % chez les femmes). En 1992 les francophones représentaient 92,5 % de la population urbaine, les niveaux permettant de lire convenablement 43,2 % des hommes, 27,8 % des femmes dans les villes.

  • 17 AKOUN. La baisse des tirages semble stoppée mais elle a entraîné une chute des recettes publicitair (...)

56Fraternité Matin a connu une fluctuation de son tirage ; estimé à 88 000 en 1986, descend à 65 000 en 1987, 50 000 en 1990-199217.

  • 18 Seulement 13,2 % chez les ruraux de 40 ans et plus.

57Les enquêtes d'audience portent sur les années 1987, 1991, 1992. Elles ne sont pas directement comparables mais permettent toutefois d'apprécier une évolution avec l'apparition de la nouvelle presse. L'enquête d'avril 1987 de l'Institut Ivoirien d'Opinion Publique a porté sur les media ivoiriens avec un échantillon représentatif de 1 813 citadins (dont 726 d'Abidjan, 187 de Bouaké, les autres de 9 autres villes) et 513 ruraux des cinq grandes régions, de 15 ans et plus. La lecture de Fraternité Matin chez les ruraux représentait 28,1 % de l'échantillon, avec des variantes régionales sensibles, 37,3 % dans le Sud, 36,2 % dans l'Ouest mais seulement 16,8 % dans le Nord, 1 7,8 % dans le Centre. Là aussi les lecteurs sont deux fois plus nombreux chez les hommes que chez les femmes, et 40,7 % de lecteurs chez les 15-19 ans18 ; mais seulement 5,8 % avaient lu Fraternité-Matin la veille, ce qui donnait des chiffres trop faibles par différentes catégories pour être fiables.

COTE D’IVOIRE - LECTEURS

COTE D’IVOIRE - LECTEURS

La catégorie A est la plus riche, D la plus démunie - Étude Media, 110 p.

COTE D'IVOIRE - LECTEURS DE QUOTIDIENS EN 1992

COTE D'IVOIRE - LECTEURS DE QUOTIDIENS EN 1992

58Une enquête de mars-avril 1990 portant seulement sur un échantillon de 707 personnes à Abidjan donnait 82 % de lecteurs dont 42,3 % lecteurs la veille et 43 % dans le reste de la semaine, une progression de la lecture de Fraternité Matin, liée à l'intensité du débat politique avec la libéralisation esquissée en 1990 ; ce qui le confirme, c'est le très fort taux de pénétration chez les cadres et employés (95,9 % de lecteurs, 76,9 % la veille), les catégories les plus politisées. Cette enquête donnait aussi la pénétration de l'autre quotidien gouvernemental Ivoir'Soir, qui avait 83,6 % de lecteurs dont 46,1 % la veille et 41,2 % dans le reste de la semaine, les mêmes caractères se retrouvaient dans le lectorat des deux quotidiens. Nous l'utiliserons davantage pour la presse périodique.

59Les enquêtes de 1991 sur Abidjan et de novembre 1992 sur un ensemble urbain de 8 villes mais permettant d'isoler les résultats d'Abidjan seuls permettent à la fois des comparaisons sur le lectorat de Fraternité-Matin avec les enquêtes de 1987 et 1990, mais aussi le quotidien opposant La Voie, principal responsable du recul du lectorat de Fraternité-Matin, ainsi que le montrent les tableaux des pages 242 et 243. L'apparition de la nouvelle presse entre 1991 et 1992 a entraîné une perte du lectorat des journaux gouvernementaux à Abidjan, surtout chez les 25-40 ans et les moins riches pour Fraternité-Matin, plus touché qu'Ivoir-Soir.

  • 19 En 1987, l'enquête avait donné 74,1 % de lecteurs à Abidjan dont 35,3 % la veille et 26,7 % dans l (...)

60Le lectorat régulier de Fraternité-Matin, celui de la veille et de la semaine écoulée a chuté, surtout à Abidjan, non seulement par rapport à 1991, mais même par rapport à 198719.

  • 20 Ce sondage de 1994 a été produit par la SOFRES alors que celui de 1992 l'était par Secodip Dialogu (...)

61Un sondage de la SOFRES en juin 1994 sur un échantillon de 1 100 personnes de 15 ans et plus à Abidjan indique une régression du nombre de lecteurs de quotidiens, descendu à 62,3 %, plus sensible pour les femmes (49,3 %) que pour les hommes (73,4 %) alors qu'il y a désormais 4 quotidiens. C'est sans doute un effet des difficultés économiques, mais aussi de l'essoufflement du débat politique et de la concurrence de la presse périodique. Le nombre de lecteurs réguliers, dans la semaine, a par contre moins régressé. La baisse a été surtout sensible chez les jeunes de 15 à 24 ans. Les trois quotidiens déjà présents en 1992 ont vu leur pénétration baisser. Par contre, Fraternité-Matin a vu se stabiliser ses lecteurs réguliers, augmenter même dans la catégorie la plus démunie. Le quotidien opposant La Voie (qui a connu des suspensions et l'arrestation de plusieurs de ses journalistes) a vu augmenter ses lecteurs réguliers aisés20.

62Deux pays dans l'Afrique francophone avaient connu un pluralisme de la presse plus tôt. L'évolution de leur presse fut cependant différente ; elle aboutit au Sénégal à l'existence de plusieurs quotidiens, à la différence du Cameroun ; nous disposons pour ces deux pays de plusieurs enquêtes.

63A Dakar en 1980, l'enquête Media Interafricain indiquait un pourcentage de 62,3 % lisant un quotidien même rarement, 49,4 % ayant lu un quotidien la veille ; Le Soleil était alors le seul quotidien, lié au gouvernement. L'enquête de 1985 portant à la fois sur un échantillon de citadins et de ruraux donnait pour le Sénégal 50,8 % de lecteurs du quotidien dans l'année, 33,1 % dans la semaine, des pourcentages bien inférieurs à ceux de la Côte d'ivoire.

64Une enquête de la Secodip en juillet 1987 a porté sur Dakar (517 personnes) et Pikine (331 personnes de 15 ans et plus), au total un effectif pondéré de 789 cas. Nous n'avons pas repris, dans le tableau ce qui était le plus évident, la francophonie (87,1 % des francophones sont lecteurs, 27,4 % de ceux qui se considèrent non francophones), le degré d'instruction (tous ceux qui ont reçu un enseignement supérieur étaient lecteurs dont 72 % la veille même, contre 31,5 % des non scolarisés), la répartition sociale (98,3 % de la classe aisée, 53,1 % de la classe démunie) et les proportions de lecteurs réguliers accroissaient le fossé entre les catégories extrêmes.

65Cette enquête avait réparti la population de l'échantillon entre six types, des plus modernistes aux plus traditionalistes. Les modernistes réformistes et féministes comprenant surtout les gens de 20 à 29 ans étaient lecteurs du Soleil pour près des quatre cinquièmes (79,2 %), 71 % le lisaient régulièrement (au moins une fois par semaine, 43 % la veille). Les modernistes superficiels étaient encore plus lecteurs (87,1 %), mais un peu moins quotidiennement, c'était aussi le cas des modernistes nuancés. Les traditionalistes comprenaient les jeunes laissés pour compte, lecteurs à 77,5 % mais seulement 26 % la veille, les traditionalistes ouverts à la nouveauté comptant pour les trois quarts des femmes, pour plus de la moitié des analphabètes, lecteurs cependant à 58,8 % mais seulement 18,9 % la veille. Enfin les « conservateurs rétrogrades » (c'est la dénomination de l'enquête) comprenant 36 % de l'échantillon, 55 % lisaient Le Soleil seulement 18 % la veille.

66L'enquête de 1990 (février-mai) de Secodip International a porté sur 880 habitants de Dakar et Pikine. L'existence d'une presse périodique d'opposition plus forte fait déjà diminuer le nombre de lecteurs réguliers, surtout chez les jeunes de 20 à 29 ans. Il y a par contre un certain vieillissement, ceux qui ont la quarantaine en 1990 sont en effet passés par l'école en bien plus grand nombre que les quadragénaires de cinq ou dix ans auparavant.

67La baisse du lectorat du quotidien gouvernemental est plus sensible encore en 1992. Elle a même dû se réduire encore en 1993 avec l'apparition de quotidiens indépendants du pouvoir comme Sud. Déjà en 1992 dans le sondage de Medias Sénégal par ASA portant sur 1 100 personnes de 18 ans et plus de Dakar, Pikine et aussi Rufisque, il y a un peu plus de lecteurs de quotidiens que de lecteurs du Soleil (49,6 % contre 48,3 %) ; c'est surtout sensible chez les cadres et employés ; 69,6 % sont des lecteurs réguliers d'un quotidien, 66,5 % seulement du Soleil, nous verrons plus loin que ces catégories sont les principales lectrices de quotidiens français ; nous n'avons pas, pour cette enquête la réponse à la question lecture « hier » ; l'habitude de lecture « tous les jours » donne toujours des chiffres inférieurs à la question lecture « hier » ; par contre la rubrique « lecteurs réguliers » est définie de la même manière dans les trois enquêtes.

LECTEURS DU QUOTIDIEN LE SOLEIL

LECTEURS DU QUOTIDIEN LE SOLEIL

Lecteurs réguliers, dans la semaine, y compris "hier" ; le total lecteur est calculé d'après les habitudes de lecture.

68Une autre enquête de 1992 (février-mars) au Sénégal contient des indications sur la lecture du quotidien en milieu rural et donne 10,7 % de lecteurs du Soleil chez les ruraux (contre 67 % à Dakar Pikine et 34,8 % dans les villes du Siné Saloun, le plus faible taux de lecture des citadins) encore n'y-a-t-il que 1,4 % des ruraux de l'échantillon qui l'aient lu dans la semaine (contre 42,8 % à Dakar Pikine).

  • 21 Etude Media Sénégal - openers Secodip International. Cette enquête portait sur 3648 personnes, 149 (...)

69La différence était encore plus sensible pour la presse périodique ; 4 % seulement de lecteurs chez les ruraux au cours de la dernière semaine contre 34,6 % chez les citadins.21

70Pour le Cameroun, l'enquête de 1980 portant sur Douala et Yaoundé donnait 83,2 % de lecteurs parmi les francophones, 37,2 % de lecteurs du quotidien national dans la semaine. L'enquête de 1985, plus large comprenant aussi des ruraux donnait 57,1 % de lecteurs dont 26,9 % dans la semaine.

71Une enquête plus précise en 1983 sur un échantillon de 821 personnes de 15 ans et plus à Douala (francophones, ce qui en limite encore la portée) donne 86,5 % de lecteurs de Cameroon Tribune, 72,7 % dans la semaine avec des disproportions sensibles entre hommes et femmes (surtout parmi les lecteurs réguliers) et entre les âges, la lecture du quotidien déclinant après 40 ans.

72A partir de 1986 les enquêtes de la Secodip sont plus complètes et consacrées aux villes du Cameroun ; celle de juillet 1986 sur 1 021 citadins de six villes (494 de Douala, 338 de Yaoundé, 56 de Garoua, 52 de Bafoussam, 42 de Bamenda et 39 de Kumba) comprend 80 % de francophones (78,3 % le lisent), majoritaires sauf chez les 45 ans et plus et les habitants de Garoua, Bamenda et Kumba. Cette situation et les difficultés de la distribution expliquent la bien plus faible pénétration du quotidien dans les petites villes (43,9 % de lecteurs à Garoua avec seulement 27,3 % de lecteurs dans la semaine), alors qu'il y a 88,4 % de lecteurs à Yaoundé dont 76,5 % dans la semaine, les chiffres respectifs pour Douala étant de 85,4 % et 60,9 %.

73Un sondage de juillet 1987 portant sur cinq des villes (Garoua manque) ne modifie guère les résultats pour la lecture de Cameroon Tribune, avec à peu près autant de lecteurs mais un peu plus de lecteurs tous les jours (27 %) ; un peu moins chez les étudiants, chez les 15-24 ans (ce qui est complémentaire) parmi lesquels progresse la lecture de périodiques d'opposition. La principale originalité de ce sondage portant sur 965 personnes de 15 ans et plus est la répartition de la population en sept catégories ; les lecteurs les plus réguliers sont les traditionalistes économes (23,9 % de l'échantillon, 41,6 % ont lu le quotidien gouvernemental la veille), plus que les mieux intégrés dans le présent (27,5 % de l'échantillon) les plus forts lecteurs dans l'année (88,6 %) mais moins réguliers (33 % lecteurs de la veille), plus sensibles à la presse périodique d'opposition, de même les européanisés (10,5 % de l'échantillon) ou les « traditionnels élégance moderne » (9 % de l'échantillon) ; une plus forte proportion de lecteurs dans l'année se trouve chez les transplantés du village (7,1 % de l'échantillon) et les « passéistes cultivés » (13,7 % de l'échantillon) 79,9 % de lecteurs dans l'année, 46,7 % lecteurs hier ou avant-hier. Notons enfin que ceux qui sont classés « passéistes analphabètes » (8,4 % de l'échantillon), sont aussi pour 54 % lecteurs dans l'année.

  • 22 On constate toujours une disparité entre lecteurs la veille et lecteurs tous les jours.

74L'enquête de janvier-février 1989 sur 1 263 personnes de 15 ans et plus de 5 villes montre un recul de la lecture du quotidien gouvernemental surtout chez les jeunes de 15 à 24 ans (la lecture dans la semaine passe de 75,7 à 59,5 %) et les étudiants, mais aussi chez les employés et les cadres passant de 91,2 à 83,8 % de lecteurs dans la semaine, et chez les commerçants. Plus lu certes à Douala et Yaoundé, Cameroon Tribune est lu toutefois par un peu plus du tiers dans la ville anglophone de Bamenda. Il y a toujours une disparité des lecteurs selon les âges, entre hommes et femmes. Les lecteurs réguliers sont les plus instruits, ceux aussi qui pratiquent le plus la télévision et la radio (notamment RFI) ainsi que les périodiques africains ou étrangers22.

75La presse au Bénin a joué un rôle important dans la première transition électorale démocratique ; deux sondages, un par la Secodip en novembre 1989 sur 1025 personnes à Cotonou, l'autre de ASA en mai-juin 1993 sur 800 personnes à Cotonou et Porto Novo permettent, avec prudence, des comparaisons. D'abord au niveau du quotidien, resté gouvernemental, avant même le changement de nom —Ehuzu est devenu La Nation—, le journal s'était libéralisé. La floraison de périodiques, à la différence d'autres pays, n'a pas nui au seul quotidien dont la pénétration a augmenté, sans doute en raison de la plus grande intensité du débat politique. Le tableau p. 250 montre que la lecture du quotidien national (les autres quotidiens lus viennent de France) est surtout le fait des cadres et des étudiants — ce qui n'est pas nouveau — par contre ce sont les tranches d'âges de 25 à 49 ans qui donnent les plus fortes proportions de lecteurs en 1993, soit qu'il y ait un vieillissement du lectorat, conséquence des progrès de l'instruction (en 1993, il y a 64,6 % de francophones dans les deux villes, 67 % à Cotonou dont 24,5 % de niveau satisfaisant), soit qu'il s'agisse des catégories les plus intéressées au débat politique. La pénétration des hebdomadaires (nombreux et plus critiques) est plus régulière comme le montre le tableau suivant sur lequel nous reviendrons.

76A Madagascar en septembre 1990 une enquête sur 871 personnes de 15 ans et plus se déroula à Antananarivo, la population était presque entièrement francophone. Le tableau p. 251 donne les caractéristiques de lecture des quatre quotidiens ; le public de Imongo Vaovao est trop réduit pour être significatif. Compte tenu qu'il s'agissait d'un journal opposant à la date du sondage, des lecteurs ont pu hésiter à se déclarer ; c'est le journal bilingue qui est, de beaucoup, le plus lu. (voir tableau).

LECTEURS DE CAMEROON TRIBUNE

LECTEURS DE CAMEROON TRIBUNE

*y compris lecteurs tous les jours.

LECTEURS DE CAMEROON TRIBUNE EN JANVIER-FEVRIER 1989

LECTEURS DE CAMEROON TRIBUNE EN JANVIER-FEVRIER 1989

LECTEURS D'EHUZU AU BENIN EN 1989

LECTEURS D'EHUZU AU BENIN EN 1989

LECTEURS DE LA NATION AU BÉNIN EN 1993

LECTEURS DE LA NATION AU BÉNIN EN 1993

LECTEURS DE QUOTIDIENS A ANTANANARIVO - 1990

LECTEURS DE QUOTIDIENS A ANTANANARIVO - 1990

* y compris les lecteurs "hier"

77Pour le Congo où la presse nationale était peu développée, sans quotidien réel, un sondage d'octobre 1990 sur Brazzaville et Pointe Noire, donnait 61,5 % de lecteurs de journaux, revues ou magazines (64,1 % à Brazzaville, 56,3 % à Pointe-Noire), avec les mêmes disparités qu'ailleurs entre hommes et femmes et entre les âges.

78Une enquête de juillet 1991 à Ouagadougou, au Burkina Faso, a porté sur 713 personnes de 15 ans et plus. Deux quotidiens sont concernés, figurant dans le tableau de la page 253, l'un gouvernemental Sidwaya, l'autre opposant, L'Observateur Paalga. (voir tableau p. 253)

  • 23 L'Observateur Paalga est le continuateur de L'Observateur dont les locaux avaient été incendiés.

79La lecture des quotidiens est plus faible que dans d'autres capitales ; un nombre important de lecteurs lisaient les deux quotidiens, principalement les cadres, les étudiants, les tranches d'âge entre 20 et 30 ans. Nous pouvons noter aussi que les disparités sont plus accusées soit entre les âges, soit entre les catégories socio-professionnelles. Nous n'avons pas tenu compte des agriculteurs résidant en ville dans toutes ces enquêtes sur la lecture des quotidiens, leur nombre est très restreint et ils ne sont pas représentatifs de l'ensemble du monde rural, nous n'avons pas mentionné non plus la catégorie « femme au foyer », celle-ci à Ouaga n'est lectrice d'un quotidien que pour 19,1 % et seulement 2,7 % lectrice « hier ». Quant aux deux quotidiens cités, on peut considérer une plus forte proportion de lecteurs réguliers, parmi les lecteurs, chez les plus jeunes entre 15 et 24 ans et aussi chez les étudiants, parmi lesquels se recrutent principalement les opposants au gouvernement.23

80La lecture des quotidiens dans les pays où la pénétration de la presse est très minoritaire accuse plus encore les mêmes caractères. Par exemple en Guinée en juillet 1988 sur un échantillon de 846 personnes à Conakry la lecture de l'unique quotidien Horoya, quasi inexistante chaque jour, était pratiquée au moins une fois par semaine par 9,6 % des hommes et seulement 2,4 % des femmes ; par 12 % des 30-44 ans, contre 0,2 % des plus de 45 ans ; par un peu plus du cinquième des cadres et des enseignants mais à peine un sur vingt des commerçants et des ouvriers (voir tableau p. 256).

81Une enquête de 1991 de Openers Secodip Dialogue sur les supports de publicité portant sur un échantillon de 2 406 personnes composé après pondération de trois villes et 1 804 ruraux de trois régions donne des chiffres pour l'ensemble de la Guinée donc bien plus faible tandis que les données d'ensemble pour Conakry, les seules comparables traduisent une augmentation. Cette étude indique aussi une pénétration par groupe ethnique, moins faible chez les Soussou (21 %de lecteurs au cours de l'année) que chez les Fula et les Malinke (11 à 12 %).

LES LECTEURS DE QUOTIDIENS À OUAGADOUGOU EN 1991

LES LECTEURS DE QUOTIDIENS À OUAGADOUGOU EN 1991

* Lecteurs dans la semaine, calculés selon les habitudes de lecture, y compris "tous les jours".

LECTEURS DE HOROYA À CONAKRY - JUILLET 1988

LECTEURS DE HOROYA À CONAKRY - JUILLET 1988

LECTEURS DE HOROYA EN GUINÉE

LECTEURS DE HOROYA EN GUINÉE

82L'exemple de Bamako au Mali est d'autant plus intéressant que nous avons une possibilité de comparaison entre 1988 et 1993, avant et après la libéralisation du régime. Nous pouvons constater, en comparant les deux tableaux de la p. p. 256, plutôt un tassement de la lecture du quotidien, toujours unique et gouvernemental ; les pourcentages de lecteurs « hier » sont peu significatifs, reposant sur quelques unités le plus souvent ; ceux de lecteurs dans la semaine comprennent les lecteurs de la veille.

83La diminution du lectorat pour les étudiants peut s'expliquer par l'apparition de nouveaux journaux, périodiques, plus combattifs. L'augmentation au contraire chez les cadres et enseignants est lié, sans doute, au besoin accru d'informations politiques avec le développement du débat politique, des partis et des élections. La différence de pratique entre hommes et femmes tend plutôt à augmenter.

84L'exemple de Bamako nous montre aussi la place modeste de la presse quotidienne — mais aussi, nous le verrons plus loin périodique — face à la radio (voir tableau p. 257) et même face à la télévision.

85Toutefois l'influence de la presse ne peut s'apprécier seulement sur le plan quantitatif. Sa pénétration plus grande dans les catégories dirigeantes ou les plus dynamiques (les plus jeunes) accentue son rôle dans la formation de l'opinion publique et, avec le pluralisme de la presse périodique, dans l'amplification des tensions et des crises.

  • 24 Survey in Maputo - IBAR, BBC World Service 1991. La lecture de la presse est le fait de 92,8 % (54 (...)

86Nous terminerons cette analyse d'enquête sur la lecture de la presse par une enquête sur Maputo, la capitale du Mozambique en août 1991 ; à une questions sur la lecture de journaux ou magazines, 71,9 % répondaient affirmativement (87 % des hommes, 59,4 % des femmes), avec la même disparité qu'ailleurs entre les âges et entre les niveaux d'instruction. En moindre proportion, la tranche d'âge des 25-39 ans était celle des lecteurs les plus réguliers (36,3 % tous les jours)24.

87Il nous a semblé intéressant de donner un maximum de données de ces enquêtes ; d'abord parce qu'il est difficile de disposer de ces informations, ensuite parce qu'il y a là matière à des comparaisons ultérieures. Enfin nous pensons avoir aussi montré que la presse est en train de pénétrer plus largement en Afrique sub-saharienne qu'on ne le pense souvent, au moins dans les villes.

LECTEURS DE L'ESSOR À BAMAKO (MALI) EN 1988

LECTEURS DE L'ESSOR À BAMAKO (MALI) EN 1988

*Y compris les lecteurs "hier"

LECTEURS DE L'ESSOR À BAMAKO (MALI) EN 1993

LECTEURS DE L'ESSOR À BAMAKO (MALI) EN 1993

*Y compris les lecteurs "hier"

ECOUTE DE LA RADIO LA VEILLE A BAMAKO - SEPTEMBRE 1993

ECOUTE DE LA RADIO LA VEILLE A BAMAKO - SEPTEMBRE 1993
  • 25 Les tableaux du lectorat de la presse périodique sont établis à partir des mêmes enquêtes utilisée (...)

88La pénétration des périodiques est aussi un fait principalement urbain, encore faut-il distinguer, selon leur nature. S'il y a une antériorité, là aussi, de l'Afrique anglophone, une mutation rapide s'opère depuis 1989 ou 1990 dans la zone francophone25.

89La nouvelle presse, dans les régions francophones surtout, est presque uniquement périodique. Elle a une audience fluctuante car les titres sortent souvent de façon irrégulière. Après l'engouement des débuts et la nouveauté d'une presse libre de critiquer, il y eut une certaine lassitude du lectorat liée soit à la répétition du même type d'articles, soit à l'escalade des dénonciations de scandales et d'une violence de ton, s'expliquant par la concurrence entre les titres. Dans les sondages, beaucoup de ces périodiques n'atteignent que des chiffres très faibles, dont la fiabilité est faible ; lorsque le nombre de lecteurs d'un hebdomadaire dans un échantillon de 800 personnes est inférieur à 30 ou même à 50, la répartition par âge ou par catégorie socio-professionnelle peut difficilement être extrapolée. Prenons l'exemple du Mali pour lequel une étude médias a été réalisée à Bamako en septembre 1993 portant sur 762 personnes ; 30,1 % de l'échantillon a lu au moins un périodique au cours des trente derniers jours. On voit qu'il s'agit globalement des hommes, deux fois plus que des femmes, des moins de 30 ans (près de 40 % de ceux-ci), des plus instruits, des cadres et enseignants (plus de 92 %), puis des étudiants (60 %).

90Si la répartition des 115 lecteurs des Echos (le périodique lancé en 1989 par l'actuel chef de l'État Alpha Oumar Konaré quand il était dans l'opposition), a encore un sens, 15 % de l'échantillon, sa pénétration chez les 25-29 ans étant de 26,5 %, de 41 % chez ceux qui ont reçu un enseignement secondaire ou supérieur, de 56,3 % chez les cadres, employés ou enseignants, il est plus difficile de considérer comme fiable la pénétration de 4,7 % chez les commerçants vendeurs établie à partir de 4 sur les 89 commerçants vendeurs de l'échantillon.

91Comment apprécier l'évolution de Jamana, revue trimestrielle lue en février 1988 dans un échantillon de 843 personnes pour 12,8 %, principalement des cadres, professions libérales ou enseignants (31 %), mais quelle fiabilité donner au pourcentage de 35,3 % des professions libérales et enseignants qui l'ont lu au cours du dernier mois alors que ce taux repose sur 15 personnes sur 42 ? Comment interpréter le degré de pénétration dans le sondage de 1993 s'appuyant sur 8 lecteurs sur 762 personnes alors que la revue n'est pas sortie nécessairement dans le mois ?

92C'est donc surtout sur la pénétration globale de la presse périodique et sur les tendances dominantes que des indications peuvent être tirées des sondages. L'étude media interafricaine de 1980 consacrée à 5 villes francophones portait sur 2 000 francophones, ce qui en limitait les résultats, la plus forte proportion de lecteurs d'hebdomadaires ou de magazines africains ou étrangers se trouvait dans les deux villes du Cameroun, Douala et Yaoundé (82,8 %). Le principal intérêt allait aux informations (73,3 % s'y intéressaient beaucoup) suivies par les sports (67,9 %) et en troisième lieu par les pages pour les jeunes (55,7 %) ; 64,2 % de l'échantillon d'Abidjan lisaient des périodiques, surtout pour les informations (86,3 % s'y intéressaient beaucoup), suivies par le sport (64,9 %) puis les pages culturelles (63,6 %). A Libreville, il y avait 63,9 % de lecteurs de périodiques, pour les informations (82,5 % beaucoup intéressés), le sport (79 %), les pages culturelles (69,7 %) ; à Dakar 55,3 %, intéressés aussi le plus par ces trois rubriques.

93L'intérêt pour les informations était élevé pour toutes les classes d'âge, un peu plus pour les 30-54 ans (plus de 79 %), un peu moins pour les plus de 55 ans (74,2 %), mais ces derniers étaient les plus intéressés par les éditoriaux. Une enquête analogue de Marcomer en 1985 portait sur le Sénégal, la Côte d'ivoire, le Cameroun, le Gabon et aussi le Congo à la fois capitale, villes et villages, en tout 2 517 francophones. La pénétration de la presse périodique panafricaine ou internationale ne concernait qu'un seul titre publié en Afrique, La Semaine africaine ; davantage lue au Congo, où elle était éditée, par 26,4 % de l'échantillon, elle pénétrait aussi toutefois au Gabon (6,9 %) et au Sénégal (2,8 %), lue surtout par des cadres (10,5 %, alors que la moyenne de ceux qui l'avaient lue dans l'année était de 3,3 %). La lecture des périodiques en zone francophone dans les années quatre-vingt concernait surtout des périodiques étrangers étudiés plus loin.

94C'est au Bénin qu'apparaît la première floraison de périodiques nationaux et nous disposons pour ce pays de deux enquêtes, une de 1989 au moment où la nouvelle presse connaît à la fois un grand essor et une influence fatale au régime de Kerekou et une autre de juillet 1993, alors qu'une certaine retombée de la presse s'est produite avec la persistance des difficultés.

95En novembre 1989 le sondage portant sur 1 025 personnes de 15 ans et plus à Cotonou, a pris en compte 7 périodiques béninois, nous donnons dans le tableau page 260 les principaux caractères des deux plus importants : Tarn Tam Express et La Gazette du Golfe, Bénin Sport n'était lu que par 6,8 % au cours du dernier mois (12,1 % lecteurs en tout), Flash hebdo, lu par 12,5 % avait 8,9 % de lecteurs dans le mois, ce qui donne des chiffres trop faibles ensuite pour décomposer le lectorat ; c'est encore plus sensible pour des journaux comme La Recade (4,5 % de lecteurs, surtout irréguliers), Alaafia (2,7 %) ou Faadji (1,1 %).

96Même pour les deux principaux périodiques, c'est surtout les chiffres concernant l'ensemble des lecteurs qui sont fiables. Ces journaux ont surtout été lus par les cadres, les fonctionnaires, les étudiants, les plus instruits, alors que chez les non scolarisés, Tam Tam Express n'a que 11,6 % de lecteurs et La Gazette du Golfe, 9,8 %. Les catégories sociales qui n'ont pas été reprises dans le tableau p. 260 n'étaient presque tous que des lecteurs irréguliers (depuis plus d'un mois), aussi bien pour les 22,8 % d'agriculteurs ou pêcheurs, lecteurs de Tam Tam Express ou les 15,9 % lecteurs de la Gazette du Golfe, que pour les gens de service (47,1 % et 45,3 % respectivement lecteurs des deux journaux dans les mêmes conditions).

LECTEURS DE PÉRIODIQUES À COTONOU - NOVEMBRE 1989

LECTEURS DE PÉRIODIQUES À COTONOU - NOVEMBRE 1989

LECTEURS DE LA PRESSE PÉRIODIQUE COTONOU - PORTO NOVO - JUILLET 1993

LECTEURS DE LA PRESSE PÉRIODIQUE COTONOU - PORTO NOVO - JUILLET 1993

97Le sondage de juillet 1993 porte sur 800 personnes de 15 ans et plus de Cotonou (640) et de Porto Novo (160).

98Même si les deux enquêtes ne sont pas directement comparables, puisqu'établies sur des bases et des classifications différentes, on peut estimer qu'il y a un tassement du nombre de lecteurs mais en même temps une progression des lecteurs réguliers, un très sensible décalage par exemple entre les plus instruits (plus de 81 % de ceux ayant reçu une instruction secondaire et supérieur) et les autres (0,9 % des non scolarisés représentant à eux seuls 42 % de l'échantillon).

99Beaucoup de publications ont des proportions de lecteurs trop faibles pour être fiables dans le détail, ainsi Le Témoin, 7,7 % de lecteurs (0,8 % réguliers), Le Soleil (13,7 % et 2,8 % respectivement), Lumière de l'Islam (5.6 % et 1,1 %). L'Observateur (14,6 et 3,9) ; de même pour La Récade, mensuel lu par 8 % (seulement 1,9 % régulièrement).

100Face à ces pourcentages ainsi qu'à ceux du quotidien La Nation, la radio et même la télévision ont une pénétration bien supérieure, la radio nationale étant écoutée par 95,7 % (43,1 % tous les jours ou presque, au total 85,9 % au moins une fois par semaine). Par contre la presse écrite pénètre très largement les catégories dirigeantes et les étudiants, les éléments les plus influents dans la vie politique.

101Le pluralisme de la presse périodique était plus ancien au Sénégal et au Cameroun.

102Déjà en 1980 d'après l'étude interafricaine, à Dakar il y avait 55,3 % de lecteurs (même irréguliers) de périodiques, surtout importés. En 1985, dans l'enquête, plus vaste, sur 5 pays, au Sénégal, qui avait alors le taux le plus faible de francophones, la presse périodique panafricaine et internationale, était lue par 37,9 % de l'échantillon de 1 483 personnes (48,7 % des hommes, 27,5 % des femmes). Les enquêtes suivantes propres aux villes du Sénégal tiennent compte des périodiques sénégalais, désormais plus nombreux. En 1987 la presse périodique (hebdomadaire ou mensuelle) est lue par 70,3 % de l'échantillon de 789 personnes de Dakar et Pikine, 80,8 % à Dakar pour un total de 25 titres dont une quinzaine au moins sont édités en France. Le tableau p. 263 montre l'importance du Politicien qui fait figure de journal opposant, avec une proportion élevée de lecteurs réguliers (au cours du dernier mois), surtout dans les tranches d'âge de 20 à 44 ans

103En février 1990, l'ensemble de la lecture des périodiques est stable, 68 % de l'échantillon, mais la presse sénégalaise est en progression, avec un plus grand nombre de titres, 64 % ont lu un périodique sénégalais dans l'année, ce qui dépasse la pénétration des périodiques français ou panafricains. Nous n'avons pas retenu dans le tableau p. 263 les titres ayant la plus faible pénétration, Unité africaine lue par 5,7 % seulement (14,6 % chez les cadres et employés). On peut constater la régression du Politicien qui n'est plus lu que par 14 %, ayant perdu de sa virulence satirique face à de nouveaux journaux, régression aussi de Dakarois qui n'est plus lu que par 8,9 %.

LECTEURS DE LA PRESSE PÉRIODIQUE SÉNÉGALAISE - FÉVRIER 1990

LECTEURS DE LA PRESSE PÉRIODIQUE SÉNÉGALAISE - FÉVRIER 1990

Lecteurs : ensemble des lecteurs
Réguliers : lecteurs réguliers (au cours du dernier mois)

104Nous ne retenons toujours que les principales catégories à la fois représentées et lectrices. Les gens de service qui ne représentent que 6,6 % de l'échantillon sont nombreux comme lecteurs, trouvant les publications soit chez leur patron, soit dans les administrations où ils travaillent, ils sont par exemple 61,9 % lecteurs de Sopì, 20,9 % du Politicien, 36,4 % du Cafard libéré, 31,6 % de Sud-Hebdo.

105L'enquête de juin 1992 sur 1 100 personnes de 18 ans et plus associe un échantillon de Rufisque à ceux de Dakar et Pikine. A cette date, 48,5 % de l'échantillon est lecteur d'hebdomadaires ou de mensuels (38 % régulièrement)

106Des périodiques ont régressé comme Le Politicien qui ne joue plus le même rôle que cinq ou dix ans plus tôt, ou La Tribune (8,2 % de lecteurs, 2,7 % réguliers).

107Depuis cette enquête deux périodiques ont donné naissance à des quotidiens Sud et Wal Fadjri.

LECTEURS DES PÉRIODIQUES AU SÉNÉGAL

LECTEURS DES PÉRIODIQUES AU SÉNÉGAL

*Lecteurs dans le mois

LECTEURS DES PÉRIODIQUES DU SÉNÉGAL - JUIN 1992

LECTEURS DES PÉRIODIQUES DU SÉNÉGAL - JUIN 1992

108Au Cameroun, l'enquête interafricaine de 1980 en ce qui concernait la presse périodique tenait compte surtout de la presse importée de France, cependant le plus fort pourcentage de lecteurs de périodiques dans l'échantillon de Douala et Yaoundé (82 % contre, 66 % pour l'ensemble des 4 pays) peut être lié à l'apparition du Messager. Pourtant ce titre ne figure pas encore dans l'enquête Marcomer 1983 qui ne compte que deux périodiques du Cameroun, Cameroun sports lu même rarement par 56,6 % de l'échantillon et La Gazette (lu par 73,6 % dont une majorité de lecteurs réguliers entre 15 et 40 ans) un des premiers journaux indépendants.

109Les enquêtes de 1986, 1987 et 1990 nous donnent des indications plus précises. En 1986, on comptait 68,7 % de lecteurs de périodiques africains ou internationaux dont 20,8 % dans la semaine et 33,5 % au moins une fois par mois, les étudiants (83,9 % dont 68 % lecteurs dans la semaine ou dans le mois), les employés et cadres (82,3 % et 72 % respectivement) étaient les lecteurs les plus réguliers, mais on trouvait des taux de lecteurs élevés aussi chez les commerçants vendeurs (72,9 % et 56,4 %) et les ouvriers artisans (67,6 et 51,7 %). Les chiffres du Messager pour les catégories d'âge ou de profession sont trop faibles pour être significatifs. La Gazette a son plus fort taux de lecture chez les femmes au foyer. Certaines publications ont des taux trop faibles pour être exploités : Le Républicain (1,1 %), Cameroon Outlook, 1,4 %, Le Patriote, 0,5 %. Le tableau de 1987 n'est pas établi sur les mêmes bases mais l'essor de la nouvelle presse opposante, est sensible, Le Républicain est plutôt gouvernemental.

110En 1989, un sondage a porté sur 1 263 personnes de 15 ans et plus des cinq principales villes. L'édition bi-hebdomadaire en anglais de Cameroon Tribune était lue par 77,9 % de l'échantillon de Bamenda, 67,7 % de Kumba, les deux villes anglaises, mais avait aussi son lectorat ailleurs, 15,9 % de l'échantillon de Douala. Le tableau comprend dans les catégories globales, des périodiques français sur lesquels nous reviendrons plus loin ; parmi les hebdomadaires camerounais non retenus dans le tableau, figure Cameroun Sports et Culture, lu par 23,2 %, surtout par les cadres et le personnel des services publics, mais avec une pénétration assez bien répartie sauf parmi les plus âgés. Parmi les bimensuels, Le Libéral, un organe privé de Yaoundé, pénètre dans 11,7 % de l'échantillon (15,7 % chez les 25-34 ans, chez les cadres 18,6 %) et les étudiants (20,2 %.) Mont Cameroun, organe bilingue à 9,9 % est lu surtout par les 15-19 ans (14,4 %), mais par toutes les catégories actives. Le Continental à 9,4 % (19,8 % chez le personnel du service public). D'autres titres ont une plus faible pénétration, Cameroon Outlook, 7,6 %, présent surtout dans les villes anglophones, Le Temps, 5,1 %.

LECTEURS DES PÉRIODIQUES DANS LES VILLES DU CAMEROUN - 1986-1987

LECTEURS DES PÉRIODIQUES DANS LES VILLES DU CAMEROUN - 1986-1987

LECTEURS DE LA PRESSE PÉRIODIQUE DANS LES VILLES DU CAMEROUN JANVIER-FÉVRIER 1989

LECTEURS DE LA PRESSE PÉRIODIQUE DANS LES VILLES DU CAMEROUN JANVIER-FÉVRIER 1989

Base 1263 - Source Secodip International

111Presque tous les mensuels sont importés. Parmi les périodiques paraissant régulièrement, L'Effort camerounais est lu par 12,5 % de l'échantillon, surtout à Yaoundé (17,7 %) et par les 35-44 ans (16,6 %) ; Le Patriote par 11,7 %, surtout parmi les cadres moyens (21,6 %). C'est un journal favorable au gouvernement qui polémique avec la presse d'opposition. Ces derniers journaux, de plus, ont des pourcentages faibles de lecteurs réguliers (au cours de la dernière quinzaine, 4,7 % pour Cameroon Outlook (qui a toutefois 44,7 % de lecteurs réguliers à Kumba), 4,3 % pour L'Effort camerounais, 4,5 % pour Le Libéral, 3,2 % pour Mont Cameroun, 2,1 % pour Le Temps. Quant aux périodiques retenus dans les tableaux des pages précédentes, il s'agit principalement de journaux opposants ; notons toutefois que le plus opposant, Le Messager, n'était pas le plus lu, du moins en 1989. Mais inversement l'irrégularité et la plus faible pénétration d'un journal gouvernemental comme Le Patriote, ainsi que le recul du quotidien montrent que la presse d'opposition a pris une grande importance dans les villes du Cameroun et dans le pays tout entier, Le Messager, hebdomadaire de Douala, tire jusqu'à 100 000 exemplaires malgré les suspensions et les poursuites, La Nouvelle expression, La Gazette, Challenge Hebdo à 30 000 chacun, le bimensuel, Le Combattant à 40 000 alors que le quotidien Cameroon Tribune ne dépasse plus que difficilement les 10 000 exemplaires.

112Toutefois il est peu probable que la soixantaine d'hebdomadaires, bimensuels ou mensuels survivent tous dans les années à venir.

113Venue plus lentement à la libéralisation de la presse, la Côte d'ivoire connaissait déjà dans l'enquête de 1985 une pénétration chez 34,5 % de l'échantillon de la presse périodique, surtout étrangère ;

114Une enquête d'avril 1987 a l'intérêt de porter sur un échantillon représentatif global de 1 913 citadins de 11 villes (dont 726 d'Abidjan) et de 513 ruraux des cinq régions. Toutefois, les chiffres par catégorie pour les ruraux sont trop faibles pour être représentatifs. Ivoire Dimanche a la plus forte pénétration à Abidjan (76,1 % dont 72,7 % réguliers), mais la pénétration est majoritaire dans les villes des autres régions (nous nous sommes limités aux citadins), 68,3 % dans les villes du centre (dont 73,7 % réguliers). Pour l'ensemble des citadins il y avait 52,9 % de lecteurs réguliers.

115Fraternité Hebdo était lu dans l'année par 34,1 % des citadins (35,3 à Abidjan, 38,5 % dans le villes du Nord), avec 23,2 % de lecteurs réguliers (23,4 % à Abidjan, 25,4 % dans les villes du Nord).

116En 1990, dans une enquête sur Abidjan, Ivoire Dimanche avait la plus forte pénétration, 80,8 % au cours de l'année (84,9 % avaient lu au moins un hebdomadaire ivoirien ou français), lu majoritairement dans presque toutes les catégories, sauf les plus de 55 ans ; 71 % le lisaient régulièrement (au moins une fois par mois), surtout les 20-29 ans (plus de 80 % de lecteurs réguliers), les cadres (plus de 85 %) et les étudiants. L'organe du parti unique, Fraternité Hebdo était lu par 46,2 % avec 32,5 % de lecteurs réguliers surtout dans les mêmes catégories ; les hebdomadaires de loisir avaient une bien plus faible pénétration que les hebdos français, Le Guido, 13,7 % (9,1 % réguliers) et Abidjan 7 jours, 8,9 %.

LECTORAT DE NOUVEL HORIZON À ABIDJAN EN JUIN 1991

Lecteurs

Moins de 8 jours

Moins de 1 mois*

Total

59,0

32,2

55,0

Hommes

68,5

40,5

65,0

Femmes

46,7

21,3

41,8

15-19 ans

66,9

34,4

62,1

20-24 ans

71,9

43,6

70,5

25-29 ans

57,2

31,0

52,9

30-39 ans

64,1

34,5

59,5

40-54 ans

41,0

22,7

36,5

55 ans et plus

16,8

-

10,0

Employés-cadres

83,2

55,4

81,7

Commerçants-vendeurs

53,1

23,6

44,5

Ouvriers-artisans

58,1

26,9

54,2

Etudiants

79,6

48,0

78,1

*Y compris les lecteurs depuis moins de 8 jours.

LECTEURS DES PÉRIODIQUES DE CÔTE D'IVOIRE - NOVEMBRE 1992

LECTEURS DES PÉRIODIQUES DE CÔTE D'IVOIRE - NOVEMBRE 1992

117En janvier 1991, l'ouverture politique a entraîné une régression des organes gouvernementaux, la pénétration à Abidjan d'Ivoire Dimanche n'est plus que de 56 % (45,2 % de lecteurs dans le mois écoulé), celle de Fraternité Matin de 31,6 % (24,6 % réguliers). Les nouveaux journaux, indépendants ou opposants ont connu un succès qui ne devait pas toujours se maintenir avec la multiplication des nouveaux titres ; Le Nouvel Horizon, lu par 59 % dans l'année écoulée a eu 55 %de lecteurs dans le mois écoulé ; les chiffres pour La Tribune de Banco sont respectivement de 39,1 % et 36,1 %, signe de l'importance des forces d'opposition. Le tableau page 270 montre les caractères du lectorat de Nouvel Horizon, organe qui soutient le F.P.I. de Gbagbo.

118Une autre enquête dont nous disposons pour les villes de Côte d'ivoire est de novembre 1992, elle porte sur les lecteurs au cours des 30 derniers jours dans un échantillon de 2 310 personnes. On constate un certain tassement de l'ensemble du lectorat avec la multiplication des titres, souvent éphémères ; beaucoup ont des pénétrations très faibles, 1,1 % pour Abidjan 7 jours-Le griot, 2.2 % pour L'Argouti Penseur, 1,1 % pour L'Araignée, 0,5 % pour L'Espoir ; 1,7 % pour L'Eléphant déchaîné, 1 %, La Nouvelle Nation, 4,1 % La Nouvelle presse qui présente cette originalité d'avoir davantage de lecteurs en dehors d'Abidjan. Nous avons limité, dans le tableau page 271, la présentation du lectorat aux journaux les plus lus. Si Le Nouvel Horizon est encore le plus lu, on peut constater que deux journaux sportifs sont parmi les plus lus, notamment celui de l'équipe de football, Asec Mimosas. Aussi bien Le Guido, journal de programmes télévisés, réduit à 2,7 %, que La Tribune du Banco (1,1 %), un des plus anciens journaux opposants, se sont effondrés en un an et demi.

119Un dernier sondage en juin 1994 qui ne porte que sur Abidjan montre une certaine stabilité du lectorat avec 47,2 % de lecteurs d'hebdomadaires, 44 % des mensuels (souvent les mêmes) ; avec 44,5 % de lecteurs dans le mois pour les hebdomadaires. On retrouve toujours parmi les principaux lecteurs les employés et cadres (82,3 % dont 81,2 % dans le mois) et les étudiants (78,5 % et 73,4 %), mais aussi la moitié des commerçants et patrons artisans. C'est un journal sportif qui est le plus lu, Ivoire Football, 27,4 % de lecteurs (24,3 % au moins une fois par mois), avec les mêmes catégories de plus nombreux lecteurs ; ensuite des journaux opposants, Le Nouvel Horizon 26,9 % de lecteurs (dont 23,4 % dans le mois), très lu par les cadres et employés (58,6 % dont 51,2 % dans le mois) et les étudiants (54,5 et 45,7 %), moins chez les commerçants et les ouvriers (23,4 %) ; les 40-49 ans sont les lecteurs les plus réguliers, puis les 25-29 ans. L'Œil du peuple est lu par 15,3 % (12,6 % dans le mois, Notre temps par 16,3 % (14,2 % dans le mois). Kabako a 1 7,7 % de lecteurs (38 % chez les étudiants), Le Patriote, 10,6 % ; l'organe du PDCI, le parti au pouvoir, Le Démocrate a 10,6 % de lecteurs (7,8 % dans le mois), davantage chez les employés et cadres (28,1 %) et dans la tranche d'âge des 40-49 ans (18,7 % dont 13,8 % dans le mois). Par rapport à 1992 (qui traduisait une régression par rapport à 1991), il y a une légère remontée touchant aussi bien la presse d'opposition que la presse gouvernementale.

120C'est aussi un journal sportif, Asec Mimosas, qui était le bi-mensuel le plus lu avec 27,1 % de lecteurs (23,6 % dans le mois).

121Dans plusieurs pays, le lectorat de la plupart des périodiques est trop restreint pour que les sondages donnent des résultats fiables sur les différentes catégories de lecteurs. Par exemple, une enquête de juillet 1991 à Ouagadougou donne pour la plupart des périodiques burkinabes une faible pénétration, même l'hebdomadaire sportif, Nouveau stade n'est lu que par 14,3 % de l'échantillon de 713 personnes (23,9 % des hommes, 3,9 % des femmes), seulement 8,4 % dans le mois, Jama, par 4,4 %. Yeleen par 9,5 % et seulement 3 % dans le mois écoulé. Moins de 3 % avaient acheté eux-mêmes le journal au cours de l'année ; la faiblesse des achats ou abonnements personnels concerne aussi les deux périodiques retenus dans le tableau suivant. Le mensuel Sidwaya Magazine, gouvernemental mais assez libéral, a disparu depuis ce sondage.

LECTORAT DES PÉRIODIQUES A OUAGADOUGOU EN 1991

LECTORAT DES PÉRIODIQUES A OUAGADOUGOU EN 1991

122Pour Bamako au Mali nous avons deux enquêtes ; l'une de 1988, l'autre de 1993, celle de 1988 porte sur 843 habitants de 15 ans et plus ; Jamana et Sunjata étaient des publications en français, Kibaru en bambara. Les 8 périodiques maliens retenus étaient lus l'un ou l'autre, au cours de l'année écoulée par 51,3 % de l'échantillon, les 5 titres français par 47,4 %, on retrouvait à peu près les mêmes proportions dans les deux cas aussi bien selon les âges que les professions.

123En 1993, après le changement de régime, l'enquête auprès de 762 personnes porte sur 19 périodiques lus au cours du dernier mois et englobe en plus une rubrique « les autres », réunissant 5 %. Pour l'ensemble, il y a 30,1 % de lecteurs dans le mois écoulé, ce qui n'est pas exactement comparable avec l'enquête de 1988 qui portait sur les lecteurs dans l'année. Sur les 19 titres, 9 avaient une pénétration inférieure à 3 % (Jamana, La Nation, Podium, Cauris hebdo, le satirique La Cigale muselée, La Roue, Le Malien). 4 entre 3 et 8 %, Le Scorpion (3,5 %), L'Observateur (6,8 %), Le Républicain (7,4 %). Un journal de faits divers et d'enquêtes policières, L'Inspecteur, a 9,3 % de lecteurs. Nous avons retenu dans le tableau suivant trois hebdomadaires, Les Echos, rattachés au groupe Jamana, le plus fort tirage (30 000 exemplaires), L'Aurore (20 000) et Kabako.

LECTORAT DE LA PRESSE HEBDOMADAIRE MALIENNE AU COURS DU DERNIER MOIS A BAMAKO SEPTEMBRE 1993

Lecteurs de pério.

Les Echos

Kabako

L’Aurore

Ensemble

30,1

15,0

15,5

11,1

Hommes

39,2

21,8

18,4

15,6

Femmes

20,9

08,7

12,5

06,6

15-19 ans

40,1

16,5

23,5

08,7

20-24 ans

41,1

17,5

27,2

17,3

25-29 ans

37,8

26,5

13,8

19,3

30-39 ans

28,3

12,8

15,3

09,5

40-49 ans

10,3

04,6

04,2

01,9

50 ans et plus

12,1

09,0

01,2

06,8

Employés-cadres

95,4

52,6

38,6

47,2

Prof, libér.-ensei.

92,4

60,01

25,1

39,5

Commerç.-vendeurs

12,7

04,7

08,0

05,0

Ouvriers-artisans

30,9

18,3

17,0

08,7

Etudiants

60,9

26,5

37,3

19,2

Femmes au foyer

13,4

04,1

08,3

05,1

LECTEURS DE LA PRESSE PÉRIODIQUE DU MALI - FEVRIER 1988

LECTEURS DE LA PRESSE PÉRIODIQUE DU MALI - FEVRIER 1988

124En Guinée en 1988 la presse hebdomadaire française au cours de l'année est plus lue (49,2 %) que celle de Guinée (40,4 %), quant à la presse mensuelle, elle est presque entièrement importée. L'hebdomadaire guinéen le plus lu, Horoya magazine touchait 28,7 % de l'échantillon de 846 personnes de Conakry surtout les 30-40 ans (36,8 %), les cadres (70,2 %), les professions libérales et les enseignants. Fonike était lu par 21 % ; La Femme guinéenne par 12,3 % (presque autant d'hommes que de femmes), surtout les cadres (37,6 %). Cette faible diffusion est aggravée par le peu de lecteurs réguliers, 9,3 lecteurs au cours de la dernière quinzaine pour Horoya magazine, seulement 3,2 % pour Fonike, ce qui contraste avec la lecture des hebdomadaires français présentée dans le dernier chapitre.

125Nous disposons de peu d'études sur la pénétration des périodiques en Afrique anglophone, à l'exception des chiffres de diffusion.

126Une enquête de novembre 1988 portant sur 2 909 personnes réparties dans 8 régions de Tanzanie, montre l'importance du lectorat d'un périodique en swahili, Mzalendo par rapport à un hebdomadaire en anglais (cf. tableau page suivante).

127Une étude sur le lectorat du Weekly Mail parue dans le numéro du 9-15 juillet 1993 est d'autant plus intéressante que son lectorat majoritaire venait de l'ANC (46 %). Les suppléments inclus du Guardian de Londres ont amené 25 % de l'échantillon représentatif à lire l'hebdomadaire ; 92 % sont des lecteurs chaque semaine. Le lectorat est composé pour 60 % de salariés, 20 % à leur compte, 5 % étudiants ; 73 % du lectorat a fréquenté les universités. 66 % des lecteurs sont des hommes et il semble qu'un tiers des lecteurs soient des Noirs. L'hebdomadaire recrute ses lecteurs dans les milieux aisés, 19 % avaient un revenu mensuel supérieur à 15 000 rands, 28 % entre 8 et 1 500 rands, 23 % entre 5 et 8 000 rands.

128Ces études sur le lectorat ne portent que sur quelques pays d'Afrique et principalement sur des populations des villes. Elles montrent toutefois que les situations évoluent rapidement et que la lecture de la presse n'est plus aussi limitée qu'on le disait, il y a quelques années encore. Dans plusieurs pays, comme au Kenya ou en Côte d'ivoire, elle atteint plus de la moitié de la population, au moins dans les villes. Cette plus forte pénétration, jointe à la pluralité des titres, donne plus d'importance aux journaux à la fois dans la prise de conscience et parfois l'acuité des crises, et dans la formation d'une opinion publique aspirant à plus de justice, sinon à plus de démocratie. C'est ce que nous allons présenter dans les deux chapitres suivants.

LECTORAT DE PÉRIODIQUES DE TANZANIE-1988

Sundays News

Mzalendo

Ensemble

04,9

25,1

Hommes

07,3

34,1

Femmes

02,8

18,0

Citadins

15,0

39,9

Ruraux

02,7

22,4

15-19 ans

03,6

26,0

20-24 ans

03,1

36,0

25-34 ans

07,1

35,3

35-44 ans

08,0

24,7

45-54 ans

03,6

15,1

55-64 ans

01,1

10,7

65 ans et plus

00,5

02,7

Notes

1 Avec les progrès de la scolarisation, cette situation évolue et le taux de lecteurs ne décroît plus systématiquement avec l'âge, les quadragénaires actuels sont bien plus alphabétisés, surtout dans les villes, que ceux d'il y a dix ou vingt ans.

2 Marcomer Paris. Les moyens d'information à Kinshasa, novembre 1967.

3 Bien qu'il s'agisse du même organisme d'enquête, l'étude de Marcomer 1975 ne portant que sur des francophones de moins de 30 ans n'est pas comparable avec les enquêtes antérieures. Il semble toutefois qu'il y ait eu une progression sensible du nombre de lecteurs réguliers de quotidiens à Kinshasa.

4 Les préférences se portaient sur l'information sportive, puis sur les informations internationales. La presse périodique était lue régulièrement surtout à Kinshasa, 38 % de l'échantillon et à Libreville (32 %).

5 Enquête Marcomer. La radio en Côte d'ivoire, 1966.

6 Switzer, Tomarelli, World, de la presse bantoue, passe de 11 000 en 1959 à 90 000 en 1968 et à 145 000 en 1978. Le Rand Daily Mail dut cesser de paraître le 30 avril 1985, à cette date 70 % de ses lecteurs étaient des Noirs, cf. Jackson J.S. Les études sur la diffusion et le lectorat de la presse sont recensées principalement par ABC. Audit Bureau Circulation, qui traitait en 1988, 313 media imprimés dont 47 quotidiens ou hebdomadaires citadins.

7 Sur Eteki Mboumoua, cf. Bayart J.F., L'Etat au Cameroun, Paris, 2e éd. 1985.

8 Les références de ces enquêtes se trouvent dans les sources. L'enquête de 1989 sur le Nigeria portait sur 837 citadins et 2 160 ruraux répartis dans 10 des 19 Etats.

9 Enquête RIEAL 1993, BBC, World Service.

10 Cf. supra p. 231.

11 Cf. supra, tableau de la p. 233.

12 Il ressort d'une enquête de septembre-octobre 1991 que 26 % de l'échantillon utilisaient journaux et magazines pour s'informer sur le monde, 30 % sur le Ghana. Mython Global audiences, d'après une enquête IBAR sur 2 142 personnes, 34 % citadins, 66 % ruraux.

13 Destinelle, qui utilisa un rapport à un colloque à Harare en 1990 de S.G. Musaka, The Role of the Media in a Post-Colonial State. Une enquête de 1988 auprès de 84 paysans indiquait que 19 % avait lu un journal dans le mois précédent, la majorité en langue africaine.

14 L'enquête de 1989 contient une répartition des fréquences de lecture selon les langues africaines parlées. Ceux qui ne lisent jamais journal ou magazine sont 51,1 % chez les Zoulous, 61,2 % parlant les langues du Nord Sotho, seulement 43,9 % du Sud Sotho, 46 % parlant le xhosa.

15 JACKSON.

16 The Star, 9 septembre 1993. Un symbole de l'évolution récente est cette vente du quotidien Sowetan par le groupe Argus du Prosper Africa Group, composé d'actionnaires noirs, cf. DU TOIT Jaco. L'impact de la presse écrite en Afrique du Sud, Mémoire de Diplôme de l'Institut Français de Presse, 1994.

17 AKOUN. La baisse des tirages semble stoppée mais elle a entraîné une chute des recettes publicitaires.

18 Seulement 13,2 % chez les ruraux de 40 ans et plus.

19 En 1987, l'enquête avait donné 74,1 % de lecteurs à Abidjan dont 35,3 % la veille et 26,7 % dans le reste de la semaine.

20 Ce sondage de 1994 a été produit par la SOFRES alors que celui de 1992 l'était par Secodip Dialogue, ce qui doit rendre toute comparaison prudente. Le nouveau quotidien Soir Info, avec 18,1 % de lecteurs est surtout lu par les cadres et employés (40,2 %).

21 Etude Media Sénégal - openers Secodip International. Cette enquête portait sur 3648 personnes, 1497 urbains dont 840 de Dakar et Pikine et 2152 ruraux.

22 On constate toujours une disparité entre lecteurs la veille et lecteurs tous les jours.

23 L'Observateur Paalga est le continuateur de L'Observateur dont les locaux avaient été incendiés.

24 Survey in Maputo - IBAR, BBC World Service 1991. La lecture de la presse est le fait de 92,8 % (54,3 % tous les jours) chez ceux qui habitent des constructions en pierre ou en ciment (les plus aisés) ; de 63,8 % (17,9 % tous les jours) chez les moins aisés, habitant des constructions plus temporaires. L'enquête portait sur 1000 personnes de 15 ans et plus.

25 Les tableaux du lectorat de la presse périodique sont établis à partir des mêmes enquêtes utilisées pour la presse quotidienne, leurs références sont données dans les sources et bibliographie.

Table des illustrations

Titre LECTEURS FRANCOPHONES DE MOINS DE 30 ANS DE LA PRESSE EN 1975
Légende *Il s'agit d'hebdomadaires, La Semaine et Etumba.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre LES SOURCES D'INFORMATION À ABIDJAN EN 1990 PRINCIPALES SOURCES D'INFORMATION - SUR LE RESTE DU MONDE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre PRINCIPALES SOURCES D'INFORMATION - SUR LA COTE D'IVOIRE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre PRINCIPALE SOURCE D'INFORMATION EN TANZANIE EN 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre SOURCES D'INFORMATION EN TANZANIE EN 1992
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre PRINCIPALE SOURCE DE NOUVELLES AU KENYA EN 1990
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre SOURCES DES INFORMATIONS SUR LE KENYA - 1990
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre ORIGINE DE L'INFORMATION À LUANDA
Légende Enquête de 1992
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre TANZANIE- AVRIL 1988 FRÉQUENCE DE LECTURE DES JOURNAUX ET MAGAZINES
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre LECTEURS DE LA PRESSE EN 1992 - AFRIQUE DU SUD
Légende *WCA : Blancs, Métis, Asiatiques, Utilisation régulière des media en 1992, AMPS mené par South African Advertisitng Research Fondation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre AFRIQUE DU SUD 1989. LECTEURS NOIRS DE JOURNAUX OU DE MAGAZINES
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre AFRIQUE DU SUD 1989. LECTEURS BLANCS DE JOURNAUX OU DE MAGAZINES
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre COTE D’IVOIRE - LECTEURS
Légende La catégorie A est la plus riche, D la plus démunie - Étude Media, 110 p.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre COTE D'IVOIRE - LECTEURS DE QUOTIDIENS EN 1992
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre LECTEURS DU QUOTIDIEN LE SOLEIL
Légende Lecteurs réguliers, dans la semaine, y compris "hier" ; le total lecteur est calculé d'après les habitudes de lecture.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre LECTEURS DE CAMEROON TRIBUNE
Légende *y compris lecteurs tous les jours.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre LECTEURS DE CAMEROON TRIBUNE EN JANVIER-FEVRIER 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre LECTEURS D'EHUZU AU BENIN EN 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre LECTEURS DE LA NATION AU BÉNIN EN 1993
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre LECTEURS DE QUOTIDIENS A ANTANANARIVO - 1990
Légende * y compris les lecteurs "hier"
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre LES LECTEURS DE QUOTIDIENS À OUAGADOUGOU EN 1991
Légende * Lecteurs dans la semaine, calculés selon les habitudes de lecture, y compris "tous les jours".
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre LECTEURS DE HOROYA À CONAKRY - JUILLET 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre LECTEURS DE HOROYA EN GUINÉE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre LECTEURS DE L'ESSOR À BAMAKO (MALI) EN 1988
Légende *Y compris les lecteurs "hier"
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre LECTEURS DE L'ESSOR À BAMAKO (MALI) EN 1993
Légende *Y compris les lecteurs "hier"
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre ECOUTE DE LA RADIO LA VEILLE A BAMAKO - SEPTEMBRE 1993
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre LECTEURS DE PÉRIODIQUES À COTONOU - NOVEMBRE 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre LECTEURS DE LA PRESSE PÉRIODIQUE COTONOU - PORTO NOVO - JUILLET 1993
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre LECTEURS DE LA PRESSE PÉRIODIQUE SÉNÉGALAISE - FÉVRIER 1990
Légende Lecteurs : ensemble des lecteursRéguliers : lecteurs réguliers (au cours du dernier mois)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre LECTEURS DES PÉRIODIQUES AU SÉNÉGAL
Légende *Lecteurs dans le mois
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre LECTEURS DES PÉRIODIQUES DU SÉNÉGAL - JUIN 1992
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre LECTEURS DES PÉRIODIQUES DANS LES VILLES DU CAMEROUN - 1986-1987
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre LECTEURS DE LA PRESSE PÉRIODIQUE DANS LES VILLES DU CAMEROUN JANVIER-FÉVRIER 1989
Légende Base 1263 - Source Secodip International
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre LECTEURS DES PÉRIODIQUES DE CÔTE D'IVOIRE - NOVEMBRE 1992
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre LECTORAT DES PÉRIODIQUES A OUAGADOUGOU EN 1991
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre LECTEURS DE LA PRESSE PÉRIODIQUE DU MALI - FEVRIER 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14229/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search