Version classiqueVersion mobile

Feuilles d’Afrique

 | 
André-Jean Tudesq

Troisième partie. Les lecteurs, la presse et l'opinion

Introduction

Langues africaines, langues officielles et analphabétisme

Texte intégral

  • 1 Cité par Gunilla L. Faringeo p. 85
  • 2 Gasana Ndoba in Communication en Afrique à l'âge post-moderne, p. 171.

1Le président de la Tanzanie Julius Nyerere déclara un jour : « quand des nations cherchent à atteindre la lune, nous essayons d'atteindre le village »1.Produit de la ville, pour la ville et par la ville, le journal —même si nous avons vu apparaître des publications en langues africaines, il y a plus d'un siècle— a été et reste encore rédigé, en majorité, en langue internationale, anglais ou français principalement. Il a été souvent constaté que les langues européennes devenues langues officielles dans la majorité des Etats indépendants de l'Afrique sub-saharienne sont bien plus parlées qu'à l'époque coloniale2. La scolarisation —même si ses résultats souvent ne sont pas à la hauteur des efforts et du financement qui lui sont consacrés— a multiplié le nombre de ceux qui savent lire dans ces langues et a suscité un besoin de lire ; là aussi l'école a été d'abord un produit de la ville.

2Mais les dirigeants des nouveaux Etats se sont souvent appuyés d'abord sur les masses rurales et les relations entre villes et campagnes sont indissociables dans les sociétés africaines. L'africanisation linguistique rapide de la radio en est une preuve. Les relations entre les langues africaines et l'écrit sont plus complexes.

  • 3 ONDOBO, Claude, op. cit.

3Le très grand nombre de langues ou de dialectes parlés en Afrique n'est pas la seule ni même peut-être la première difficulté ; quelques 160 d'entre elles (environ un dixième de l'ensemble) sont utilisées dans les écoles et d'autres encore dans les programmes d'alphabétisation. Des problèmes linguistiques sont à résoudre concernant la transcription et la graphie d'une même langue parlée dans plusieurs pays, le peul écrit en graphie latine généralement, l'est en graphie arabe en Guinée ou au Niger ; le bambara n'est pas transcrit de la même manière au Mali, au Sénégal, en Côte d'ivoire3. Le swahili n'est pas écrit de la même façon au Kenya, au Mozambique, au Zaïre. Ces questions préalables freinent le développement de la presse en langue africaine, celle qui est la plus susceptible de s'adresser aux paysans. Lorsqu'une seule langue —cas le plus rare— est parlée, comme le kinyarwanda au Rwanda, la situation est bien plus favorable.

4Il est souvent difficile d'apprécier l'importance respective des locuteurs de plusieurs langues ; faut-il tenir compte de ceux qui parlent le bambara seulement au Mali ou dans toute l'Afrique de l'Ouest ? Les mouvements de population, surtout les vastes agglomérations urbaines qui se sont constituées rapidement ont multiplié les locuteurs de langues devenues majoritaires ; le haoussa n'est plus la langue de la seule ethnie portant le même nom. Les media —la radio surtout— ont contribué aussi à développer l'aire linguistique du swahili ou du lingala par exemple.

5Les langues internationales subissent aussi les influences locales ; le frankinois à Kinshasa ou le camfranglais à Douala ont-ils leur place dans les journaux de ces villes alors que ces parlers ont désormais droit de cité dans la vie quotidienne de la rue ?

6Mais des facteurs extralinguistiques existent aussi. La prépondérance d'une ethnie parmi les dirigeants d'un pays favorise sa langue, il en est de même parfois de la langue la plus parlée dans la capitale. Une langue dominante est parfois mal perçue par des populations qui ont été amenées à la parler, par exemple le Wolof en Casamance au Sénégal ; les populations du Burkina Faso qui ne sont pas mossi ne veulent pas du mooré comme langue nationale.

7En Tanzanie le swahili avait été imposé comme langue officielle ; au Kenya elle ne put être maintenue seule et on lui adjoignit l'anglais. Le français a été maintenu langue officielle dans plusieurs pays comme le Gabon, la Côte d'ivoire, le Congo... pour des raisons politiques ou diplomatiques.

8Même si le multipartisme amena souvent des partis d'opposition à accuser les pouvoirs en place de soumission aux cultures occidentales, les nouveaux journaux, surtout dans l'Afrique dite francophone, sont rédigés en français bien plus qu'en langues africaines. Les conditions techniques, plus rudimentaires souvent, dans lesquelles sont réalisés les journaux en langue africaine contribuent aussi à les dévaloriser par rapport à ceux rédigés en anglais ou en français.

9Même si l'analphabétisme n'est pas un obstacle insurmontable à la connaissance du contenu des journaux, en raison de la lecture collective qui en est souvent faite, l'alphabétisation conditionne le développement de la presse.

10La scolarisation même imparfaite a accru le nombre de ceux qui savent lire et les populations rurales se préoccupent maintenant de faire apprendre à lire à leurs enfants. Selon les pays et leur situation linguistique l'alphabétisation se fait en langue africaine ou en langue internationale (anglais ou français). Dans la zone dite francophone où les nouveaux journaux devaient être publiés surtout en français, cette langue est surtout lue en ville, avec des différences souvent sensibles.

11Au Sénégal en février 1990, à Dakar et Pikine, sur un échantillon urbain représentatif de 880 personnes, 36,1 % ne parlaient pas le français, 27 % le parlaient bien. Au Congo en 1990 sur un échantillon à Brazzaville et à Pointe-Noire, 16 % ne parlaient pas le français et 17 % au contraire le parlaient bien.

12A Bamako, au Mali, en février 1988, 42,4 % ne parlent pas le français, 22.5 % le parlent avec difficulté, 22,9 % assez bien et 12,4 % bien ; à noter que 71 % des hommes le parlent peu ou prou et seulement 44 % des femmes. Au Bénin (à Cotonou et Porto Novo), en 1993, 35,4 % ne parlaient pas français et 16 % seulement le parlaient bien. A Ouagadougou en 1991, 35 % ne le parlaient pas, 9 % le parlaient bien. Tous les francophones étaient loin de pouvoir lire un texte en français.

13A Antananarivo, à Madagascar en septembre 1990, d'après un échantillon de 874 personnes de 15 ans et plus, près de 84 % étaient francophones, 10,8 % du niveau 5, le plus élevé, au total plus des deux tiers de niveaux suffisants pour être des lecteurs potentiels en français. La tranche d'âge 30-39 ans était la plus francophone apte à lire 46 % très bien et 32 % assez bien. Les lecteurs potentiels étaient majoritaires dans toutes les catégories aussi bien sociales que d'âge.

14Dans les six principales villes du Rwanda en 1992, selon un échantillon de 704 personnes, 21,8 % ne comprenaient pas le français, et au contraire 36 % étaient d'un niveau de francophonie suffisant pour lire facilement. Très peu parmi les agriculteurs, peu nombreux certes dans les villes, mais formant la grande majorité de la population du pays. La connaissance du français était aussi très faible chez les femmes au foyer.

  • 4 Ces pourcentages sont tirés des enquêtes et sondages cités en bibliographie, pour le Burundi une en (...)

15A Bujumbura, la capitale du Burundi, en juin 1991 la compréhension du français était aussi très inégale entre les hommes (23,4 % ne le comprenaient pas, au contraire 15 % correspondaient au niveau supérieur de la francophonie, alors que chez les femmes les pourcentages respectifs étaient de 37,2 % ne le comprenant pas et 4,3 %, sur un échantillon représentatif de 992 personnes de 15 ans et plus4.

16Au Cameroun dans les six principales villes, en 1986 un peu plus de 50 % (51,6 %) lisent le français sans difficultés et à l'opposé 21,7 % ne le lisent pas (un peu moins ne le parlent pas). Mais il y a de grandes différences d'abord selon les villes, 74 % déclarent le lire sans difficulté à Yaoundé, 48,8 % à Douala, mais seulement 5,2 % à Bamenda, 6,4 % à Kumba, dans ces deux villes les trois quarts ne lisent pas ; c'est le cas de près des deux tiers à Garoua. A Bafoussam, 26,3 % ne le lisent pas et 31,1 % au contraire le lisent sans difficultés. Il y a, d'autre part, des différences sensibles selon les âges ; parmi les 25-34 ans, les deux tiers (65,9 %) le lisent sans difficultés et 11,7 % seulement ne le lisent pas ; parmi les 45 ans et plus, les chiffres sont inversés 12.5 % et 64,9 %.

17La situation est comparable dans la zone anglophone, dans une enquête au Nigéria sur 2 999 personnes (72 % ruraux) à la question : « peuvent répondre en anglais », 16,5 % répondent oui, 40,9 % non et 42,6 % ne répondent pas ; toutefois à la question de l'usage de l'anglais dans leur travail, 33,6 % répondent oui (54 % en milieu urbain) et à une question « comment parlez-vous l'anglais ? », 14,7 % disent très bien, 26,6 % des citadins, 10,2 % des ruraux, 19 % convenablement, 21 % un peu, 44 % ne répondent pas, 51,8 % chez les ruraux qu'on peut considérer comme ne parlant pas du tout l'anglais.

18Cette enquête menée par le Research Bureau Nigeria Ltd pour la BBC en janvier 1989 portait sur un échantillon représentatif de 837 citadins et 2 160 ruraux pris dans 10 des 19 Etats (15,3 %, soit 460 de Kano et Lagos, 11,8 % d'Ibadan, soit 335 et Raduna, 330 (7,7 %), soit 232 des Etats du Bénin, Enugu, Jos, Maiduguri, Port Harcourt et Sokoto.

19Dans les Etats ayant pour centre Kano et Lagos se trouvait la plus forte proportion de ruraux, 76,5 %. Certaines questions semblent avoir provoqué une réponse hostile. Ainsi à la question « pouvez-vous comprendre l'anglais ? » 16.5 % seulement ont répondu oui, 40,9 % non, mais 42,6 % ont refusé de répondre, surtout dans les villes et surtout les plus instruits (89 % de ceux qui ont reçu un enseignement supérieur et 85 % un enseignement secondaire), alors que les réponses à d'autres questions contredisaient cette attitude.

20En Tanzanie où paraissent plusieurs journaux en anglais, en 1988 seulement, 25,9 % le comprenaient, tous ne le lisant pas ; 45 % des citadins et seulement 21 % des ruraux.

21Le taux d'alphabétisation des populations des 15 ans et plus en 1990 variait de 18,2 % au Burkina Faso à 80 % à Madagascar et même davantage à l'Ile Maurice ; il était plus élevé dans la plupart des pays anglophones, dépassant les deux tiers au Botswana (73,6 %), en Zambie, au Zimbabwe, au Kenya (69 %) en Tanzanie (65 %), de l'ordre de 60 % au Ghana, de 50 % au Nigeria. Dans les pays francophones il atteignait près de 72 % au Zaïre, 60 % au Gabon, 56.6 % au Congo, 54 % au Cameroun, 53,8 % en Côte d'ivoire ; 50 % au Burundi et au Rwanda ; au Sénégal, il n'était que de 38,3 %, 32 % au Mali, 28 % au Niger, 23,4 % au Bénin, 24 % en Guinée. Les taux sont faibles en Afrique lusophone, 41,7 % en Angola, 32,9 % en Mozambique. Mais à l'intérieur des Etats, il existait une très grande disparité entre villes et campagnes, mais aussi entre hommes et femmes et entre les âges. En 1989 le nombre de filles pour 100 garçons dans l'enseignement primaire s'élevait à 99 au Rwanda, 98 en Tanzanie, au Gabon, et au Zimbabwe à 95 à Madagascar, mais il était de 72 au Sénégal, de 51 au Bénin selon le rapport de la Banque Mondiale.

22En 1990 l'analphabétisme chez les adultes est partout supérieur chez les femmes ; 61 % au Nigéria, alors que la moyenne est de 49 % (38 % pour les hommes), 84 % au Bénin pour 79 % en moyenne, 56 % contre 43 % au Congo (30 % pour les hommes), 75 % contre 62 % au Sénégal (48 % pour les hommes), 39 % contre 28 % au Zaïre (16 % pour les hommes). Cette disproportion se retrouve dans la lecture de la presse. Ces taux, dans la mesure où ces chiffres sont fiables, traduisent toutefois une très sensible augmentation par rapport à la situation il y a 20 ans ; entre 1970 et 1990 le taux d'alphabétisation des adultes est passé de 34 % à 62 % au Gabon, de 33 à 70 au Kenya, de 26 à 52 au Nigeria, de 44 à 73 au Zaïre et, dans les pays les plus en retard, de 12 à 43 en Angola, de 8 à 33 au Mali, de 4 à 29 au Niger. Au Togo les francophones sont passés de 29,7 % en 1980 chez les plus de 15 ans (16,2 % chez les femmes, 44 % chez les hommes) à 46,9 % en 1990.

23On peut s'étonner que le foisonnement des nouveaux journaux affecte plutôt des pays à faible taux comme le Bénin ou le Mali que des pays mieux scolarisés comme le Congo. Entre aussi en ligne de compte le taux de scolarisation dans l'enseignement secondaire et dans l'enseignement supérieur qui fournissent le plus grand nombre de lecteurs, étudiants ou élèves, cadres supérieurs et employés.

  • 5 Cf. infra, chapitre III.

24Ce n'est qu'avec l'existence d'une pluralité des expressions dans la presse qu'on peut véritablement parler d'opinion publique. Mais ce concept ne peut ni être transposé purement et simplement de l'Occident, ni découler de la seule existence de journaux. La formation d'une opinion publique en Afrique sub-saharienne doit prendre en compte l'appartenance ethnique et familiale qui détermine souvent les attitudes5.

Notes

1 Cité par Gunilla L. Faringeo p. 85

2 Gasana Ndoba in Communication en Afrique à l'âge post-moderne, p. 171.

3 ONDOBO, Claude, op. cit.

4 Ces pourcentages sont tirés des enquêtes et sondages cités en bibliographie, pour le Burundi une enquête ASA de juin 1991 ne porte que sur l'audience de la radio et de la télévision mais contient des données sur la francophonie. Cf. aussi les rapports du PNUD et l'annuaire de l'UNESCO pour les données comparatives dans le temps et les rapports du Haut Commissariat de la langue française. Nous donnons en annexe un tableau des principales données démographiques et culturelles des Etats africains.

5 Cf. infra, chapitre III.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search