Version classiqueVersion mobile

Feuilles d’Afrique

 | 
André-Jean Tudesq

Deuxième partie. La presse et les aspirations démocratiques à la fin du xxe siècle

Chapitre V. Presse et informations spécialisées

Texte intégral

1A la différence des précédents chapitres qui traitaient de secteurs de presse définis par leur public ou par les institutions qui les produisaient, il est question ici de la diffusion dans la presse de thèmes précis concernant les loisirs (le sport), le domaine économico-culturel que représentent la science et la technique, ou un élément social (la femme).

2Dans chaque cas il s'agit d'une information spécialisée que l'on trouve aussi bien dans des quotidiens ou hebdomadaires d'information générale que dans des publications ou des revues spécialisées de périodicité plus espacée.

3Il ne s'agit pas d'une presse d'information politique ; il serait erroné toutefois de la croire totalement éloignée de la politique tant celle-ci intervient en Afrique dans tous les domaines de l'information ; aussi bien dans le domaine qui draine le plus le lecteurs —le sport—, que dans les revues qui trouvent souvent leur financement dans des institutions.

  • 1 Sur la disparité liée aux techniques d'information. Cf. notre article « Les technologies de l'info (...)

4Il existe une grande disparité entre les Etats.1 Les pays anglophones disposent des revues et périodiques ayant les plus forts tirages, diffusés souvent dans plusieurs Etats. Ces publications sont presque toujours produites dans les capitales ou les très grandes villes et ont une audience aussi très variable. Elles subissent la concurrence des publications anglaises ou françaises du même genre.

LA PRESSE ET LE SPORT

5Le sport est devenu en Afrique plus qu'ailleurs une activité d'intérêt national. Les victoires remportées par des sportifs noirs (même américains) raniment la fierté des Africains dans un monde où la primauté, dans la plupart des autres domaines, est détenue par les nations industrielles du Nord.

6La médiatisation des activités sportives a aussi gagné l'Afrique avec la radio et plus encore avec la télévision. Mais la presse écrite y participe sous un double aspect, la place croissante du sport dans la presse quotidienne ou hebdomadaire d'information générale et le développement d'une presse sportive nationale ou étrangère.

  • 2 CARTIER.

7Sous la forme d'activités liées à des cérémonies magico-religieuses et aussi à l'éducation corporelle, il existait, dans l'Afrique traditionnelle, des exercices physiques et des jeux, lutte et athlétisme. Les formes plus modernes ont été introduites avec la colonisation principalement par le biais de l'école et de l'armée ; héritage de la colonisation anglaise, l'importance du cricket, du golf ou des matches de polo dans la presse africaine du Kenya ou de Zambie en est un exemple. Les autorités politiques, surtout dans les pays où il y avait le monopartisme, se sont efforcées de récupérer l'attrait du sport à la fois pour l'orienter dans le sens d'un encadrement collectif et pour favoriser l'intégration nationale en flattant l'amour propre.2

8Ainsi au Zaïre l'ordonnance du 21 avril 1980 règlemente le sport sous le contrôle du Ministère de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, mais dès l'arrivée au pouvoir du maréchal Mobutu en 1965 l'intervention du pouvoir politique s'était manifestée dans le sport.

9En Côte d'ivoire, la Jeunesse et les Sports furent rattachés à la Présidence de la République en 1966 avant de former en 1970 un Ministère en commun avec l'éducation populaire.

I- L'information sportive dans la presse quotidienne

  • 3 KABALA.

10Elle a pris de plus en plus d'importance car elle influe favorablement sur les ventes. Mais déjà en 1976 elle arrivait en deuxième place, au niveau de l'espace occupé dans les deux principaux quotidiens du Zaïre, Elima et Salongo.3

11Dans les quotidiens gouvernementaux qui subissent en Afrique francophone la concurrence de la nouvelle presse, l'information sportive est un moyen de fidéliser les lecteurs. Les informations sportives ne sont pas seulement rassemblées dans une ou plusieurs pages, elles figurent souvent dans les gros titres de la première page avec photo.

12Toutefois l'importance du débat politique depuis la fin des années quatre-vingt avec la remise en cause des dirigeants, les conférences nationales ou l'introduction du multipartisme ont réduit, dans certains journaux la place du sport.

13A Dakar Le Soleil consacrait en 1982 16,6 % de sa surface au sport, principalement le football suivi par les sports de combat. Un sondage effectué sur 1 900 personnes de plus de 15 ans à Dakar et à Bambey en 1984 faisait ressortir que l'information sportive était celle que recherchait en priorité la plus forte majorité des lecteurs, principalement sur le football sénégalais.

14En 1992 le football est toujours le plus traité, suivi du basket ; surtout le samedi et le lundi. Le lundi 19 juillet 1993, 5 pages sur 16 sont consacrées au sport, dont la majeure partie de la Une qui rend compte de la « déroute des Lions » (l'équipe de football) face au Maroc. Mais le sport occupe aussi la Une en milieu de semaine, par exemple le jeudi 15 juillet avec deux titres sur le basket et sur la lutte.

15Des quotidiens ont lancé un supplément sportif ; ce fut le cas au Zaïre en 1968 Le Progrès lança le mardi Le progrès spécial sports, L'Etoile du Congo créa aussi un supplément sportif en octobre 1969 Etoile spéciale Congo football.

16Cameroon-Tribune au début des années quatre-vingt consacrait 16 % de sa surface au sport qui arrivait en troisième position à la Une, plus des deux tiers réservés au football et en deuxième place pour les pages intérieures. Dès les années soixante-dix le journal avait envoyé des reporters couvrir des compétitions internationales, par exemple en 1976 à Brazzaville et à Ife. Le mardi, le journal publie dans son édition un supplément Sport-Plus. L'équipe camerounaise de football, les Lions, occupe souvent la Une, surtout depuis qu'au cours du Mondial de 1990 en Italie le 8 juin Les lions indomptables ont remporté un match sur l'Argentine. Dans la première quinzaine de juillet 1993, les Lions apparaissent deux fois à la Une du journal.

17Ivoir'soir consacre plusieurs pages au sport, principalement au football auquel sont consacrées jusqu'à trois pages sur douze, par exemple le 6 avril 1993 avec une photo en première page de footballeurs nigérians membres de l'équipe de Côte d'ivoire dans la coupe du monde.

18Fraternité matin consacre aussi plusieurs pages au sport, au football principalement ; la première page du numéro 17-18 juillet 1993 titre « Les Eléphants face à l'Algérie », l'équipe ivoirienne ainsi nommée, bénéficie de deux pages intérieures ; le journal avait déjà titré le 7 juillet, à la Une, « le Nigéria attend les éléphants ».

19Un quotidien ivoirien d'opposition, La Voie consacre aussi au moins une page au sport. Le nouveau quotidien Bonsoir même en pleine crise de succession le 30 novembre 1993 fait figurer un titre sportif à la Une, à côté de photos politiques ; une des 12 pages est consacrée aux sports.

20La presse quotidienne de langue anglaise semble donner une information sportive plus diversifiée. Le Daily Times de Lagos consacre ainsi deux pages, Timesport, au sport mais presque jamais en première page. Il en est de même pour le Daily News de Tanzanie qui consacre sa dernière page aux sports ; sur une semaine de janvier 1992 aucun titre sportif n'apparaît en première page ; dans l'information sportive, si le football occupe la première place, les journalistes traitent aussi du tennis, de la boxe, de l'automobile, du cricket, du handball et de l'athlétisme.

21Le Times of Zambia consacre lui aussi sa dernière page, la douzième, au sport ; au cours de la semaine de janvier 1992 choisie, le golf, à cause d'un concours annuel, occupe la première place, devant le football ; mais le tennis, la boxe, le cricket, la natation, le judo ont aussi leur place.

22Taifa Léo, quotidien en swahili du Kenya, consacre jusqu'à 4 pages sur 8 au sport (le 7 septembre 1992), le Daily Nation de Nairobi, deux pages et demi sur 24.

23La plus grande densité de périodiques d'information générale ou de journaux sportifs peut expliquer cette moindre présence de l'information à la une des quotidiens de langue anglaise.

II - L'information sportive dans la presse périodique

24Il faut distinguer la presse magazine et la nouvelle presse.

25La presse magazine, plus ancienne, consacre souvent une page au moins au sport. Weekly Review du Kenya traite du football mais aussi de l'athlétisme, du rugby, de la boxe.

26Drum, édité à Nairobi, mais largement répandu dans toute l'Afrique anglophone orientale, ne consacre pas un article au sport dans chaque numéro, même si des lettres de lecteurs s'y réfèrent, par exemple dans le numéro de septembre 1992, un lecteur fait remarquer que les champions à la course sont des Noirs même aux USA et en Grande Bretagne « Black is powerful » conclut-il.

27Dunia Mpya, de Tanzanie, publié en swahili, a une chronique sportive. The Express, un hebdomadaire de Dar el Salaam, consacre ses deux ou trois dernières pages au sport dont une aux informations sportives internationales. La presse magazine de la presse du dimanche accorde une grande importance au sport : c'est ce qui donne ses gros tirages, par exemple à Champion au Ghana (300 000 exemplaires).

28Dans la presse de la zone francophone, longtemps moins libre, les problèmes du sport permettaient d'aborder des questions tabou.

29Mêlé aux problèmes de pouvoir, le sport africain est aussi en proie — comme sur d'autres continents — à des affaires d'argent : les transferts de joueur en sont souvent l'occasion. Ainsi au printemps 1984 un international ghanéen Kofi Badu, recruté par le club ivoirien Africa-sport, est accusé par son ancien club, le Stade d'Abidjan, de rupture abusive de contrat. ; I.D. Ivoire dimanche du 6 mai 1984 consacra deux pages sous le titre « 10 millions de Francs CFA ou la Prison ». Or, il s'agissait d'un hebdomadaire d'Etat.

30La nouvelle presse qui s'exprime plus librement, aborde souvent les problèmes du sport en en tirant des considérations extra-sportives. Ainsi Gabon libre du 27 novembre au 3 décembre 1991 consacre un article au « football. Adieu la coupe de l'UDEAC » à l'occasion de l'annulation de ce 8ème tournoi de football de l'UDEAC qui devait avoir lieu à Libreville en raison de difficultés financières, les Etats de l'Union ne payant pas leur cotisation : « Il est désormais temps que notre pays cesse d'être la vache à lait de l'Afrique Centrale ». Ce que La Griffe du 15 novembre traduisait « vers le grand bide » en se demandant si « Zeus » (lisez Bongo) ne va pas accepter de financer « pour éviter l'humiliation ».

31La nouvelle presse, hebdomadaire, accorde cependant peu de place au sport. Tam Tam Express, au Bénin, ne lui consacre aucune place dans de nombreux numéros aussi bien en 1991 qu'en 1993. De même La Griffe au Gabon, un éditorial le 28 septembre 1990 intitulé « Football et politique » part du constat « le football, le sport roi au Gabon, en Afrique... » pour appliquer le vocabulaire sportif au débat politique, Mibana à Libreville ne réserve que rarement de la place du sport.

32La Gazette du golfe dans son numéro du 16-30 septembre 1991 consacrait une page au football, le titre « Le football béninois recherche une identité » montrait déjà qu'il s'agissait d'une réflexion critique, regrettant que les clubs béninois... aient « importé, souvent à grands frais, des footballeurs nigérians, ghanéens, togolais »...« ce dont a besoin le football béninois, c'est avant tout de ses valeurs nationales, mentalement libérées ». Ce journal accorde au sport une demi-page sur 8 pages et tire souvent un commentaire politique ou national du sport, par exemple dans le numéro 24-30 mai 93 un article intitulé « Football : pas de coupe du Bénin cette saison » fait état des divergences entre clubs. « Tous les fils du Bénin, acteurs ou non du football doivent oublier leurs querelles et faire table rase du passé, histoire de sauver le sport-roi au Bénin ».

33Notre Temps, hebdomadaire d'Abidjan, proche de Gbagbo, consacre une page aux sports, souvent au football. Un article dans le numéro du 29 novembre 1991 « Le plus dur commence pour les éléphants » (l'équipe ivoirienne), parle de « l'inorganisation du football ivoirien », « il faut aussi éliminer tous ceux qui rodent autour de l'équipe pour des raisons purement financières ».

34Le Patriote, un hebdomadaire d'Abidjan lui consacre aussi parfois une de ses pages : La Tribune de Dakar, hebdomadaire, réserve le plus souvent sa dernière page aux sports. Carrefour actualité, un bimensuel du Bénin, consacre, à l'occasion, une ou deux pages au sport et fait même figurer un titre sur le sport en première page (le numéro du 22-26 avril 1993) à l'occasion de la victoire d'un Béninois champion de boxe d'Afrique. C'est toutefois le football qui occupe le plus les colonnes du journal.

35Le Témoin, un hebdomadaire de Dakar, consacre une ou deux pages au sport et n'hésite pas à placer en première page des titres concernant l'athlétisme ou la moto.

III - La presse sportive africaine

36Des journaux spécialement consacrés au sport ont existé parfois avant même l'indépendance. Ils se sont, depuis, beaucoup développé. La presse sportive spécialisée apparut souvent liée à des quotidiens. L'Echo-sports commença sa pubilication en 1956 comme supplément du journal Horizon au Congo belge. Au Zaïre en 1968, Mawissa Monga Lihombo s'appuie sur Le Progrès pour créer un supplément sportif le mardi, Progrès spécial sports, puis abandonnant celui-ci, en octobre 1969, il lance Etoile spéciale Congo football, tirant à 40 000 exemplaires dès 1970. Masano ou Sport-Masano disparut au début des années quatre-vingt ; fondé en février 1971 sous le nom de Congosports, il devint en 1972 Michezo (« les jeux » en swahili) puis Masano (« les jeux » en lingala).

37Au Cameroun où avait paru à Douala de 1955 à 1975 Le Courrier sportif du Bénin (hebdomadaire), dont les successeurs n'avaient guère duré, il existe en 1991-1993 plusieurs hebdomadaires ; Cameroon-Sports, La vie des sports, Football-Elite qui tire à 10 000 exemplaires ainsi qu'un mensuel, Tambour, fondé en 1979 ; un autre hebdomadaire, Africa-sports semble avoir disparu ; Sports Analyst paraît dans le sud-ouest anglophone.

38A Brazzaville, un hebdomadaire a été fondé en 1985 par le ministère congolais, il tirait à 3 000 exemplaires en 1991.

39Il existait déjà en 1963 un hebdomadaire Sport Abidjan en Côte d'ivoire qui, outre Afrique-Sport, un hebdomadaire diffusé aussi au-delà de ses frontières, connaît une presse sportive abondante ; parfois florissante comme ASEC-Mimosas, un bimensuel de l'équipe de football ivoirienne tirant à 38 000 exemplaires en 1992 avec seulement 13 % d'invendus ; Allez le stade, mensuel Ivoir foot, hebdo, Le Miroir des sports, bi-mensuel ; c'est un filon trop exploité avec des titres irréguliers, Le Temps du sport, Sports Magazine.

40L'Union des journalistes sportifs africains a été fondée le 4 février 1970 à Khartoum à la fin de la VIIe Coupe d'Afrique, habilitée la même année par la Confédération africaine de football.

41L'intérêt porté par les gouvernements aux équipes sportives de leur pays aiguise le chauvinisme, surtout en matière de football.

42Les retransmissions sportives à la radio et à la télévision à la fois traduisent, par leur grande audience, l'intérêt du public et stimulent celui-ci dans l'achat des journaux donnant l'information sportive. Les journalistes sportifs ont pris de l'importance au sein de la rédaction de leurs journaux, l'information sportive a un impact sur le mouvement sportif et sur la politique du sport. Ainsi, au Zaïre, Lucien Tshimpumpu wa Tshimpumpu, rédacteur sportif de La Voix du Zaïre, et du Progrès, chroniqueur sportif à la radio, entra au ministère à la fin des années soixante-dix « pour sa compétence en matière de sport ».

43L'information sportive s'alimente aussi avec des journaux sportifs importés d'Europe comme France-Football sur le public duquel nous reviendrons dans la dernière partie.

44La supériorité de l'Afrique anglophone apparaît aussi dans ce domaine. La République sud-africaine diffuse 17 périodiques sportifs, le plus souvent mensuels ; South African Soccer est un mensuel tirant à 42 000 exemplaires.

45The Sportsman à Lusaka est un mensuel lancé en 1980 qui tire à 18 000 exemplaires. Une édition de Soccer World paraît chaque semaine à Kampala.

46Au Nigeria Sporting Records, un hebdomadaire fondé en 1961 qui fait partie du groupe du Daily Times, est diffusé à 222 000 exemplaires.

47Le Kenya publie deux périodiques consacrés au Golfe, le Ghana, un mensuel consacré à la boxe et au football. Boxing and Football illustrated qui tire à 10 000 exemplaires ; un hebdomadaire Graphic Sports tire à 70 000.

  • 4 Benn's Media.

48Avec Wheels qui tire à 38 000 exemplaires, le Zimbabwe a un trimestriel consacré à l'automobile. En Zambie, The Sportsman est un mensuel fondé en 1980 tirant à 18 000 exemplaires. La Tanzanie a un mensuel Sportscene4.

  • 5 OUADA, R. « Le journaliste sportif en Afrique », Multiplex, 3 mai 1990.

49La place prise par le sport dans les sociétés urbaines d'Afrique Noire a valorisé le journaliste sportif. L'information sportive se trouve associée aux déficiences de l'activité sportive que l'on retrouve dans d'autres continents, corruption, superstition, parfois même tribalisme. L'emprise du sport sur la jeunesse, l'emprise de l'Etat sur le sport sont deux réalités souvent en contradiction, car c'est parmi les jeunes que se recrutent les contestataires des pouvoirs en place. Les clubs de football, notamment à l'imitation des clubs en Europe, commencent à devenir des puissances d'argent face auxquelles le journaliste sportif a bien du mal à maintenir son indépendance.5

50Le succès même du sport aussi bien que de l'information sportive les place entre deux dangers, pression de l'Etat ou pression de l'argent.

IV - L'utilisation politique du sport6

  • 6 MELIK-CHKANAZANOV, A. Le sport en Afrique, Paris, 1970.

51Le sport est très présent dans la presse gouvernementale, soit que celle-ci ayant davantage de moyens, puisse se payer un ou plusieurs journalistes spécialisés, soit que les gouvernants veuillent canaliser à leur profit l'intérêt des lecteurs pour le sport, une des principales motivations de lecture pour beaucoup. Dans l'Essor (Mali) du 9 octobre 1992, le ministre des sports commentant le retrait du Mali de la Coupe du monde de football déclare : « Vous n'ignorez pas que c'est l'Etat qui finance aussi les participations des clubs aux différentes compétitions » et parlant de la faiblesse de l'organisation du sport, il annonce « l'élaboration de cette loi organique que nous considérons comme vitale ».

52Le Renouveau du Burundi du 22 octobre 1992 constate que « le sport est à la une au Burundi actuellement... Il est l'objet de conversations partout, dans les salons, au cabaret, même parfois au travail », parlant d'une réunion des responsables d'associations avec le ministre de la Communication, des sports et de la culture et du « gouvernement accusé ces derniers temps de ne pas soutenir suffisamment nos représentants qui font des merveilles dans les compétitions au niveau international » ; « les couleurs nationales sont hissées et l'hymne retentit dans le concert continental et international », ajoute ce journal.

53Fraternité-Matin consacre toujours au moins deux pages au sport, même — comme c'est le cas dans le numéro du 28 octobre 1990 — lorsque c'est le jour des élections présidentielles et que 19 pages sur 32 sont consacrées à Houphouët-Boigny. Les informations sur le football paraissent souvent en première page et comprennent beaucoup de photos.

54Fraternité Hebdo, qui était l'hebdomadaire du PDCI lui consacrait de nombreuses pages, 4 sur 30 en 1963. Dans L'Union, le quotidien gabonais, de une à trois pages sur 12 concernent le sport ; sans être exclusif, le football se taille la plus grande part et le président Bongo a su jouer de sa popularité.

55Au Cameroun où le football a renforcé la position chancelante du président Biya en 1990, Cameroon Tribune a toujours consacré beaucoup de place au sport ; c'était, en espace occupé dans le journal la troisième position dans les années 1974-1983, pour les trois quarts consacré au football. Celui-ci prit une importance politique avec la victoire de l'équipe du Cameroun, les lions indomptables sur l'Argentine le 8 juin 1990 dans la coupe du monde de football de 1990. Le président Biya assistait lui-même à Milan au match ainsi que le rappelait le journal du 11 juin consacrant la première et 12 autres pages à l'événement. Après la victoire sur la Roumanie qui qualifie l'équipe pour les huitièmes de finale, le joueur Milia devient un héros national : « Milla, le Mandela du football » est écrit sur des pancartes d'après le journal du 9 juillet rendant compte du retour des joueurs.

56Cameroon Tribune du 10-11 juin titre un article « la victoire de tout un continent » et considère que « l'image de notre pays a été rehaussée aux yeux de la communauté internationale par cette prestation qui nous honore et qui vient d'ouvrir un nouvel axe pour notre diplomatie au plan mondial ». La récupération politique s'exprimait dans le même numéro avec le discours du président Biya « C'est un honneur et une satisfaction non seulement pour le Cameroun mais aussi pour l'Afrique tout entière ». Plusieurs journaux d'autres pays africains partagent cette dernière opinion, La Nouvelle marche au Togo, Le Soleil de Dakar. Fraternité-Matin n'en constate pas moins, début juillet que « ce succès arrive au bon moment pour faire oublier certains problèmes sociaux et même politiques ».

57Les subventions données aux journalistes africains venus rendre compte des jeux africains du Caire, par le chef Abiola du Nigeria en 1991 représentaient un investissement politique bien placé.

58Si les compétitions sportives aiguisent parfois les antagonismes entre Etats voisins, le sport permet aussi, à l'occasion, de manifester une solidarité africaine qui déborde du domaine sportif.

59Carrefour actualités (du Bénin) écrit dans un numéro du 12-26 avril 1991 : « Pour avoir représenté par deux fois le continent en coupe du monde, le sport roi au Cameroun, il faut le dire, fait la fierté du continent par les résultats enregistrés ».

60Le Témoin du 22 avril 1992 consacre une page entière à des manifestations d'athlétisme remportées par des Sud-Africains sous les titres « Meeting de l'Unité africaine — la réhabilitation du paria —. Bienvenue, géant de l'Afrique », parlant de « la République sud-africaine (pays le plus développé d'Afrique) ».

61Le sport en Afrique sert les media au moins autant qu'il est servi par eux. Argument de vente auprès des lecteurs, il draine la publicité ; au Cameroun les paris sportifs ont leurs résultats publiés dans Cameroon Tribune. Mais tous les sports n'ont pas la même importance pour la presse ; de plus en plus, c'est le football qui domine l'information sportive.

PRESSE ET INFORMATION SCIENTIFIQUE

62Les sociétés africaines sont influencées par l'activité scientifique, même si celle-ci leur est souvent étrangère ; domaine réservé des dirigeants et des relations avec les pays plus industriels, la politique scientifique heurte souvent les comportements traditionnels engendrant deux types d'attitudes opposées : un mythe de la science entretenu notamment par la vulgarisation scientifique dans les médias et un rejet des influences exogènes et étatiques (dont la référence scientifique), illustré souvent par des faits divers, sur la sorcellerie notamment, dont les journaux rendent compte. L'information scientifique présente la triple approche culturelle, socio-économique et politique ; la première apparaît surtout dans la presse scientifique qui n'existe réellement que dans quelques Etats, les deux autres aspects se trouvent principalement abordés dans la presse quotidienne ou périodique d'information générale.

I - La presse scientifique

63Nous laisserons à l'écart la presse concernant les sciences humaines et sociales à la fois plus littéraires et plus idéologiques : les revues des historiens des juristes ou des économistes sont souvent en relations étroites avec le débat politique dans lequel leurs auteurs parfois jouent un rôle important. Nous nous limiterons donc aux sciences dites exactes et aux sciences médicales.

64Elles sont principalement liées à des Universités ou à des organismes étatiques. Le Nigerian Journal of Science est publié deux fois par an par l'Université d'Ibadan depuis 1966 et tire à 2 000 exemplaires par exemple. Les principaux titres concernent la médecine et la pharmacie. Au Nigeria, L'African Journal of Pharmacy and Pharmaceutical Sciences est un mensuel lancé en 1970 qui tirait à 40 000 exemplaires à Apapa en 1992. Le Journal of Pharmaceutical and Medical Sciences, de Lagos, créé en 1977, en 1992 paraissait six fois par an et tirait à 16 000 exemplaires. En comparaison, Afrique médicale, un mensuel publié à Dakar ne tire qu'à 7 500 exemplaires.

65Le Zimbabwe publie à Harare depuis 1967 le Zimbabwe Science News à 2 750 exemplaires, organe de l'Association scientifique. Tous les mois, le Central African Journal of Medecine, tire à 1 500 exemplaires, il a été créé en 1955 ; une revue trimestrielle vétérinaire, Zimbabwe Veterinary Journal, lancée en 1970 est diffusée à 350 exemplaires. Ce pays a une presse scientifique et technique diversifiée avec le Zimbabwe Science News remontant à 1967 et tirant à 2 750 exemplaires, au moins quatre périodiques sur l'industrie minière, un sur l'informatique Computer and Telecomm News ; le mensuel Construction and Engineering tire à 4 600 exemplaires.

  • 7 Les publications et leur tirage proviennent principalement de Benn's Media, mais aussi d'Africa su (...)

66L'Afrique du Sud est l'Etat qui a la plus riche et la presse scientifique la plus diversifiée, au moins 28 publications sur la médecine, la chirurgie, la dentisterie. Le Nursing News, publié en anglais et en afrikaans à Prétoria tous les mois, tire à 121 000 exemplaires ; le South African Medical Journal, bimensuel, à 11 650 exemplaires, dans les deux langues. Parmi les différentes publications sur les mines, le Mining News est un mensuel édité à 80 000 exemplaires. Citons encore comme périodique d'information technique, Which ? Industrial publié cinq fois par an à 80 000 exemplaires à Braamfontein, Engineering News, hebdomadaire publié à 22 000 exemplaires en 1992. Les publications sur l'électronique ou la chimie sont aussi nombreuses ; l'hebdomadaire Computing S.A. tire à 18 000 exemplaires.7

67Les publications scientifiques africaines en français ont des tirages plus réduits, la Revue économique et financière ivoirienne, trimestrielle, ne tire qu'à 1 500, le Journal scientifique de Madagascar à 3 000. Seul le Moniteur africain, mensuel de Dakar plus technique que scientifique a un tirage plus élevé : 18 000 exemplaires.

68Le tableau suivant donne un état des revues dans six grands secteurs en 1992 dans trois pays francophones et quatre anglophones.

  • 8 Nous donnons le nombre d'habitants en million, au dessous du nom du pays, la rubrique « Affaires » (...)

REVUES SCIENTIFIQUES (1992)8

REVUES SCIENTIFIQUES (1992)8
  • 9 CASSEN, B. (sous la dir. de), Quelles langues pour la science, Paris : éditions La Découverte, 199 (...)

69Cette prépondérance de l'Afrique anglophone apparaît bien dans le domaine des publications scientifiques, au point que dans un colloque en 1990 sur le thème « quelles langues pour la science ? », le professeur Alassam Salii N'Diaye, ministre de la recherche scientifique de Côte d'ivoire déclara : « N'est-il pas pénible pour faire état de ses travaux de recherche, de solliciter la bonne compréhension du Journal of West African Scientific Association, édité à Accra ? »9

70L'information scientifique et technique est parfois un thème de polémique dans la presse d'information.

71Ce sont les pays les plus développés qui se posent les premiers des problèmes sur la dégradation de l'environnement ; Le Messager du 22 avril 1994 dans un article « Déforestation et dégradation de l'environnement » en rejette la responsabilité sur les Occidentaux. Le Témoin de Dakar, du 21-28 juin 1994 consacre un article aux « Contraintes écologiques de Guiers », étudiant les réserves d'eau du Lac de Guiers pour Dakar, dénonçant une « utilisation anarchique ».

72Autre exemple d'un autre journal du Cameroun, Challenge-hebdo du 5 mai 1994 consacre un dossier de deux pages à la fièvre typhoïde, indiquant ses ravages, le traitement et les causes de l'épidémie, liées à l'eau. Wal Fadjri du 8 juillet 1994 à Dakar consacre deux pages au problème de l'eau et de sa pénurie.

73L'information technique — c'est le cas aussi parfois de la publicité—donne les conseils pratiques aux lecteurs ; par exemple Ivoir'Soir du 16 mai 1994 consacre un article à « Electricité : économisez plus que jamais ».

II- L'information scientifique et technique, facteur d'inégalité

74L'information scientifique et technique commence à occuper plus de place dans les journaux d'information générale, en n'étant plus seulement la reproduction d'articles venus d'Europe, même si ceux-ci sont encore nombreux dans cette rubrique.

75Deux domaines retiennent plus spécialement l'attention : la santé et l'eau. Le premier présente surtout les maladies et les médicaments, une place de plus en plus importante est consacrée au Sida. Un article de Afrique Horizon du 15 janvier 1994 est particulièrement intéressant : ce magazine d'étude et d'analyse socio-politique et économique africain (c'est son sous-titre) de Yaoundé publie un article « Sida, 8 millions de séropositifs en Afrique : pas de vaccin avant cinq ans » qui ne donne pas seulement des informations mais dénonce aussi « de nombreuses catégories de personnes continuant de dénier l'existence de la maladie sous des prétextes divers... quand elles n'attribuent pas le décès par le sida à quelque méchant sorcier ».

  • 10 Cf. notre article en cours de publication « L'accès à l'information scientifique et technique fact (...)

76L'inégalité de ce type d'information tient à la fois aux inégalités de formation scientifique soit des journalistes, soit des lecteurs. Le nombre d'étudiants pour 100 000 habitants en 1990 peut être un critère du potentiel de lecteurs les plus intéressés par ce type d'information. Il est élevé au Zimbabwe (508), au Swaziland (430), au Congo (470), au Gabon (377) ; il se situe entre 200 et 300 au Botswana, au Cameroun, au Nigéria, au Sénégal, à Madagascar, au Togo, au Bénin. Il est très faible, au-dessous de 100 en Mozambique (16), au Rwanda (48), en Tanzanie (20), entre 60 et 70 au Niger, au Malawi, en Angola, au Burkina, au Burundi. L'information scientifique et technique toutefois n'est pas toujours absente dans ces pays qui ont parfois une presse diversifiée comme le Burkina Faso où le magazine Regards consacre par exemple dans son numéro du 3-9 janvier 1994 un article d'une rubrique Sciences au « Savoir-faire technologique africain ». Le bimensuel nigérien Anfani du 1-15 juillet 1994 consacre toute une page au « Calvaire des populations en mal d'eau pure » avec des conseils de prophylaxie.10

77A la différence du sport et de l'information sportive qui a pénétré dans presque tous les pays, l'information scientifique et technique est très inégale selon les pays. A la fois transfert de technologie et condition préalable à tout transfert de technologie, elle accentue la dépendance envers les grandes puissances industrielles (où se sont formées les premières générations de scientifiques africains), mais elle est aussi un facteur essentiel de développement.

78A côté de l'information transmettant des connaissances scientifiques et techniques à des utilisateurs, se développe une vulgarisation scientifique concernant principalement l'alimentation et la santé mais aussi les appareillages domestiques et, plus récemment, l'écologie et la défense de l'environnement. Dans le domaine de la médecine et de la pharmacopée, la prise en compte de la médecine traditionnelle avait été longtemps freinée non seulement par les scientifiques africains formés à l'occidentale, mais aussi par la propension au secret des thérapeutes, les tradi-praticiens, utilisant des plantes médicinales. Un changement sensible est en cours ; en témoigne, par exemple, le large débat ouvert dans la presse de plusieurs pays de l'Afrique Occidentale en 1992 à l'occasion du suicide de Nanan Drobo II, un chef coutumier, guérisseur herboriste du Ghana, au retour d'un voyage au Japon où on s'était intéressé à sa manière de soigner le sida avec des plantes.

79Certes les media jouent souvent un rôle ambigü ; à côté d'articles voulant contribuer à l'éducation des lecteurs, d'autres — notamment dans des nouveaux journaux — entretiennent des rumeurs, multiplient des nouvelles concernant la sorcellerie, attisent l'irrationnel, sans compter les déformations involontaires propagées par les lecteurs à partir d'informations exactes mal comprises ou parfois mal présentées.

80Appelée à se développer, nécessitant des journalistes spécialisés pour la rendre compréhensible aux populations, une information scientifique et technique appropriée est indispensable pour éviter que ces populations rejettent ce qu'elles ne comprennent pas ou que le pouvoir scientifique s'identifie au pouvoir politique. Un des principaux journaux opposants du Cameroun, Le Messager, illustre à la fois ce risque et la complexité du problème ; dans un article du 18 avril 1994 intitulé « C'est la technique de production des esclaves du monde », le journaliste part du constat que « la maîtrise des techniques est la clé de la réussite et du pouvoir », il dénonce l'action des grandes puissances « la promesse du transfert de technologie qu'on entretiendra grâce aux usines clés en main », même si l'approche polémique ne débouche sur aucune proposition pratique.

81Un article du 23 septembre 1993 du quotidien sénégalais Wal Fadjri « Banaliser le scientifique », parle de la difficulté de banaliser l'information scientifique « surtout du fait de la non maîtrise des langues nationales dans la vulgarisation des acquis scientifiques ».

LA PRESSE ET LES FEMMES

82Deux tendances contradictoires commandent les relations entre les femmes et la presse. D'une part l'analphabétisme est très nettement plus important dans la population féminine, les journaux, écrits en majorité par des hommes, tiennent davantage compte des préoccupations masculines (la vie politique, le sport). D'autre part, il y a une prise de conscience récente de l'importance des femmes, alors que leur importance économique est ancienne ; dans la mesure où la publicité, encore modeste dans les journaux, peut s'accroître, elle prend davantage pour cible, les femmes.

83Mais toutes les enquêtes sur le lectorat présentées dans la dernière partie constatent une disproportion très sensible entre lectorat masculin et lectorat féminin. Seule la presse féminine a un plus grand nombre de lectrices, mais ces journaux ont aussi un nombre appréciable de lecteurs ; en juin 1992 à Dakar Pikrine Rufique, il y avait 32,6 % de lectrices de Amina (dont 20,4 dans le mois) et 21,2 % de lecteurs (6,4 % dans le mois). Dans les villes du Cameroun en 1987 il y avait 35,3 % de lectrices, 11,7 % de lecteurs.

I - La presse féminine

  • 11 ABRIL, Eluguette. La presse en Afrique Noire francophone : le cas d'Amina, Mémoire de l'Institut F (...)

84C'est la presse importée qui a la plus large diffusion avec un magazine comme Amina, mensuel imprimé en Belgique, édité à Dakar par une société dont le siège est à Paris (le groupe de Breteuil). Créé en 1971, il couvre 16 pays africains prenant pour titre le mot « femme »11. Awourae n Côte d'ivoire, Mwasi au Congo ou un prénom féminin. Akouavi au Bénin et au Togo. Diffusé à 13 000 exemplaires au Cameroun et en Côte d'ivoire, à 9 000 exemplaires au Sénégal, mais seulement à 800 au Tchad, son lectorat est bien plus étendu ; à une vingtaine de rubriques s'ajoute une publicité très occidentalisée mettant l'accent sur les produits de beauté, les parfums et les bijoux, avec de nombreuses annonces de voyants aussi. S'appuyant sur des correspondantes africaines, le magazine aborde des sujets délicats comme la polygamie (traitée par exemple dans le numéro d'octobre 1990 par une jeune avocate de Côte d'ivoire), l'excision. Plus récent le mensuel Louna qui date de 1989, aussi édité à Paris, n'a pu se maintenir.

  • 12 Benn's Media.

85Des magazines féminins existent surtout en Afrique anglophone, en République-sud-africaine, mais aussi au Nigeria où Woman's World du groupe du Daily Times est un mensuel tirant à 12 000 exemplaires, et Modem Woman publié aussi à Lagos à 40 000 exemplaires, sans compter Beauty Guide mensuel, Sadness and Joy, bimensuel. Au Kenya les trois principaux magazines féminins sont Présence, Woman's Mirror, tirant à 13 000 et 12 000 exemplaires et Viva, un mensuel tirant à 25 000 exemplaires en 1988. On trouve aussi des magazines féminins au Ghana, Zambie, au Zimbabwe où Mahogany lancé en 1980 paraît à 32 000 exemplaires tous les deux mois.12

86Il n'y a pas d'équivalent en Afrique francophone où Amina occupe une place importante et difficilement concurrençable. Dans la nouvelle presse les tentatives d'une presse spécifiquement féminine ont été peu probantes comme Femme d'Afrique, un mensuel d'Abidjan ou le trimestriel de Dakar féministe, Fippu, lancé en 1987 qui ne tire qu'à 3 000 exemplaires en 1993.

87Par contre, aussi bien la presse périodique que la presse quotidienne, qu'elle soit de langue anglaise ou française, consacre de nombreux articles aux femmes. Un séminaire sur le rôle de la femme dans la presse ivoirienne tenu du 19 au 21 novembre 1991 à Agboville témoigne de la plus grande importance des femmes dans les media, longtemps confinées à des tâches d'exécution, elles revendiquent un rôle plus actif déjà joué par leurs consœurs de l'Afrique anglophone.

II - Les femmes, la presse et le débat politique

88Même si les femmes n'occupent qu'une place minoritaire (moins restreinte toutefois qu'il y a quelques années) dans la rédaction des journaux, une place de plus en plus importante est réservée dans leurs colonnes à leurs activités, à leur rôle, à leurs associations, voire à leurs opinions.

89Les rubriques de la presse quotidienne concernent surtout les activités plus spécifiques des femmes ; la forme physique, l'éducation des enfants, les droits de la femme.

90Mais le rôle politique des femmes est souvent abordé, c'est ce qui retient le plus la nouvelle presse, mais les quotidiens y sont aussi sensibles. Ivoir'Soir, un des meilleurs quotidiens populaires africains accorde souvent sa deuxième page à une femme pour commenter l'actualité.

91Au Burkina Faso où Thomas Sankara avait mené une politique volontariste en faveur de la promotion de la femme qui a été poursuivie, le quotidien Sidwaya mène, par exemple, une lutte active contre l'excision, en accord avec les autorités ; mais dans les récits des faits divers, les femmes sont présentées souvent en jouant le mauvais rôle.

  • 13 GUICNAUD-LEBERRE, Elizabeth, Les femmes africaines à travers la presse écrite, Mémoire de DEA de l (...)

92Fraternité-Matin, en Côte d'ivoire et Le Soleil à Dakar, tout en multipliant les articles sur les femmes, donnent une représentation plus conservatrice de la place de la femme ; sur le mois de janvier 1991 pris comme période de référence, il y a 8 articles consacrés aux femmes dans Sidwaya, 12 dans le Soleil, 19 dans Fraternité-Matin, ces deux derniers contenant un plus grand nombre de pages que le premier13.

93La presse rurale se préoccupe de plus en plus des femmes qui, à leur rôle économique ancien, ajoutent maintenant leur éventuel poids politique. La Voix du Paysan de juin-juillet 1994 au Cameroun consacre un dossier à « la démocratie, le pouvoir et la femme » en demandant à plusieurs femmes si elles donnent leur avis sur les affaires du village à Mboma.

94La presse religieuse aussi s'en préoccupe ; dans Lumière (du Gabon) du 19 décembre 1993-1er janvier 1994, une page est consacrée à « femme et démocratie ».

95Dans ce domaine aussi, le poids des femmes est apparu, plus tôt, sinon dans les sociétés, du moins dans les media de l'Afrique anglophone.

CONCLUSION

96D'autres secteurs de l'information mériteraient une étude spécifique qu'il s'agisse d'une presse spécialisée ou de rubriques de journaux d'information générale. Tantôt concernant un public particulier, par exemple la presse des enfants, tantôt un domaine d'activité ou de loisir ; la radio et maintenant aussi la télévision ont donné naissance à une presse de programme. Celle-ci a commencé très tôt dans des pays anglophones, par exemple au Ghana Radio and TV Times présentait non seulement les programmes mais aussi des commentaires sur les émissions, par exemple dans le numéro du 22 septembre 1972 un article sur une émission de baptistes ghanéens, voisinait avec la présentation de séries américaines et d'une fiction ghanéenne en ga. Mais ce type de presse existe aussi depuis longtemps au Sénégal ou en Côte d'ivoire.

97La presse spécialisée, très diversifiée est un secteur qui devrait se développer en Afrique et donner naissance à des publications régionales inter-états.

Notes

1 Sur la disparité liée aux techniques d'information. Cf. notre article « Les technologies de l'information, facteur d'inégalité en Afrique sub-saharienne. Revue Tiers Monde, avril-juin 1994.

2 CARTIER.

3 KABALA.

4 Benn's Media.

5 OUADA, R. « Le journaliste sportif en Afrique », Multiplex, 3 mai 1990.

6 MELIK-CHKANAZANOV, A. Le sport en Afrique, Paris, 1970.

7 Les publications et leur tirage proviennent principalement de Benn's Media, mais aussi d'Africa sub-Sahara et de Répertoire.

8 Nous donnons le nombre d'habitants en million, au dessous du nom du pays, la rubrique « Affaires » correspond à l'Economie.

9 CASSEN, B. (sous la dir. de), Quelles langues pour la science, Paris : éditions La Découverte, 1990.

10 Cf. notre article en cours de publication « L'accès à l'information scientifique et technique facteur de dépendance et de développement en Afrique Noire » dans les Actes de la Table Ronde de Dakar du Comité Science et Politique (à paraître en 1994). Les chiffres sont tirés de l'Annuaire statistique de TUNESCO et du Rapport mondial sur le développement humain, PNUD, 1992.

11 ABRIL, Eluguette. La presse en Afrique Noire francophone : le cas d'Amina, Mémoire de l'Institut Français de Presse, Paris, 1985.

12 Benn's Media.

13 GUICNAUD-LEBERRE, Elizabeth, Les femmes africaines à travers la presse écrite, Mémoire de DEA de l'Université de Bordeaux 3, 1992.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search