Version classiqueVersion mobile

Feuilles d’Afrique

 | 
André-Jean Tudesq

Deuxième partie. La presse et les aspirations démocratiques à la fin du xxe siècle

Chapitre IV. La presse rurale

Texte intégral

1C'est avec l'exode de ruraux de plus en plus nombreux vers les villes, que les pouvoirs publics se sont davantage préoccupés des habitants des campagnes. Les dirigeants, surtout les plus anciens, se sont souvent maintenus jusqu'à nos jours, en s'appuyant sur les paysans, contre les populations urbaines plus sensibles aux revendications. La presse rurale aujourd'hui tient-elle un rôle de gadget ou remplit-elle une véritable fonction ?

2La presse rurale en Afrique apparaît peut-être comme une réalité paradoxale. D'abord parce que le monde rural africain —avec des différences sensibles selon les États— est le plus analphabète et souvent le plus démuni en moyens monétaires. Ensuite parce que la notion même de presse rurale est ambigüe ; une presse pour les ruraux ou une presse faite par les ruraux. Dans le premier cas, le plus répandu, il s'agit de journaux d'origine institutionnelle, souvent un prolongement de l'école rurale ; dans le second cas —plus rare mais plus actuel— c'est une expression du monde paysan.

3La presse rurale s'est sensiblement modifiée avec l'évolution politique qui introduit dans les campagnes un souci de participation en même temps que peut s'accroître la méfiance envers la ville ; modification aussi dans les rapports entre la radio et la presse.

  • 1 Kwame Boafo Wonsuom. A Rural Communication Project in Ghana. Development Communication Report, no  (...)

4Il y a déjà plus de vingt ans qu'au Sénégal, une nouvelle conception de la radio éducative rurale avait donné naissance à une publication portant le même nom que l'émission. Disoo (Dialogue en wolof). Plus récemment au Ghana, en 1986 fut lancé le journal Wonsuom en fanté en rapport avec des émissions de radio s'adressant à 78 villages du Centre ; il tirait à 6 000 exemplaires. Ce projet a été appuyé par l'école de journalisme de l'Université du Ghana et par l'UNESCO. Le journal est un complément de l'émission radio du même nom lancée en mars 1983 et du chef d'écoute. Ainsi se trouvent associées la radio, la presse écrite et la communication interpersonnelle1.

5Souvent lu en groupe à ceux qui sont analphabètes, le journal rural n'isole pas ou n'isole plus systématiquement le lecteur de sa communauté et s'intègre à la tradition de l'oralité. Mais l'appropriation du journal par les ruraux africains présente différents aspects.

6Car le monde paysan est loin d'être homogène, chacun des grands ensembles régionaux a ses caractères propres ; de plus une agriculture capitaliste et de grandes cultures dont les productions sont commercialisées se sont introduites à côté des activités traditionnelles qui en ont été plus ou moins affectées.

7Les besoins et les systèmes d'information diffèrent selon les types de culture, et aussi le poids des bureaucraties étatiques (coopératives du Sénégal ou villages ujamaa de Tanzanie) ou les formes de propriété et d'exploitation.

8Il est partout reconnu que le monde paysan célébré dans les discours officiels n'a été ni l'associé, ni le bénéficiaire d'une politique de développement qui a le plus souvent échoué. Dans une tribune libre de Sahel Dimanche du 12 mars 1993, Boureima Alpha Cado écrit un article « Le monde rural et la troisième république : les changements attendus », dans lequel on peut lire « Après 30 ans de discours sur le développement, les populations rurales sont convaincues que les hommes politiques et les technocrates du développement ne se préoccupent pas réellement de l'avenir du monde paysan ». Cette réflexion semblait faire écho à ce qu'écrivait en 1988 le secrétaire général de la Décennie mondiale du développement culturel de l'UNESCO, Basile Kossou, à propos de nombreux projets de développement : « Si certains des objectifs que s'était fixés la communauté internationale n'ont pu être atteints, c'est, entre autres raisons, parce qu'on avait sous-estimé l'importance du facteur humain, ce réseau complexe de relations et de croyances, de valeurs et de motivations ». La remise en question des politiques et des stratégies de développement a des répercussions inévitables sur la presse rurale dont la naissance était liée à une certaine conception du développement.

I- Ses conditions d'existence

9Les journaux ruraux sont des journaux en langue africaine. N'entre donc pas dans cette catégorie, la presse agricole en langue anglaise ou française qui est destinée aux cadres ou aux animateurs ruraux, comme par exemple Agripomo ou Terre et progrès en Côte d'Ivoire.

10Au Kenya la presse rurale qui remonte à 1975 ne retint prioritairement l'attention du gouvernement ainsi que la radio rurale qu'avec le quatrième plan 1979-1983. Le plus ancien Kisomo publié en kikuyu était encore diffusé auprès de 10 000 lecteurs en début des années quatre-vingt-dix dans la province centrale. Plusieurs journaux furent lancés d'abord pour couvrir les districts de Mombasa, Kwale, Lamu avec Sauti Ya Pwani, (La Voix de la Côte), puis Sauti Ya Kericho, deux autres les régions de Busia, Kisumu, Siaya. En 1988, Mwangaza (la lumière) visait les districts autour de Nandi, Turkana, West Pokot, Samburu, il tirait à 8 000 exemplaires, quatre autres entre 3 000 et 6 000. Vendus à très bas prix, ils tiraient aussi des ressources de la publicité. Les problèmes de société étaient les plus traités suivis des articles sur l'agriculture et l'éducation, puis sur la santé. Mais on y trouve aussi, en plus faible proportion, du sport, de la politique nationale, des activités féminines. Plusieurs journaux tirent des numéros spéciaux en octobre 1988 pour le dixième anniversaire de la présidence du Chef de l'Etat. Dans Sauti Ya Pwani, qui tire à 7 000 exemplaires autant de place est accordée aux features qu'aux nouvelles à la différence des autres. La santé et l'éducation arrivent en tête. Sauti Ya Kericho (tirant à 8 000) qui donne la priorité aux nouvelles, parle d'abord d'agriculture. Publicité et annonces (souvent messages de félicitation ou de salutation) représentent de 6 à 12 % de la surface ; même faibles elles contribuent au financement.

11L'association du planning familial achète parfois des pages entières dans ces journaux. Tous les journaux accordent une place au courrier ou à des articles envoyés par des lecteurs. Mwangaza qui compte la plus forte proportion de photos (près de 30 %) publie des photos de lecteurs avec leurs salutations à des parents.

  • 2 GATERE, c'est d'après cet auteur que nous utilisons l'enquête publiée en 1986 par J. Mbindyo, Stud (...)

12Il résulte d'une étude publiée en 1986 que 47 % des lecteurs ont entre 21 et 30 ans et 23 % entre 31 et 40 ans. Les enseignants, employés de bureau, petits entrepreneurs représentent près de 40 %, les petits cultivateurs 31,7 %. Ces journaux conservent une indépendance à l'égard des pouvoirs publics si ce n'est qu'ils se consacrent en priorité au développement, le maître mot de la politique officielle. Les lecteurs trouvent des articles sur la situation et les faits divers de leurs districts. Des cultivateurs y publient leur réussite dans la manière de cultiver la terre, par exemple dans le Nyota Magharibi qui paraît à Vihiga pour la province occidentale. Le contenu des journaux est l'objet de conversations avec les voisins, même ceux qui ne savent pas lire. Ces journaux ont toutefois chacun son originalité. Sauti Ya Pwani, un des plus anciens publie des reportages économiques précis. Jicho, qui donne le plus de nouvelles, est celui qui parle le plus des activités féminines locales. Le gouvernement dans les années quatre-vingt, déçu par ses efforts pour la télévision, a davantage aidé cette presse rurale en attirant sur elle, notamment, le soutien de l'UNESCO, de la FAO, de l'OMS, de la CEE.2

13En Tanzanie où la presse rurale a été implantée il y a vingt ans, une étude soutenue par l'UNESCO a porté sur l'audience des media dans 9 villages situés au nord-Est dans neuf districts différents, trois dans chaque région d'Amsha, de Kilimanjaro et de Tanga, en avril-mai 1988, reposant sur 917 entretiens. Ces villages présentaient des caractères différents selon la composition ethnique, les contacts avec les villes, le niveau d'alphabétisation. La consommation des media, l'insatisfaction à leur égard étaient plus élevées dans la région de Tanga.

14Si la radio dominait partout, pratiquée régulièrement par 65 % de l'échantillon, les journaux étaient lus par 23 %, la presse rurale par 17 % et les magazines par 14 %, mais avec des différences sensibles. A Soni, dans la région de Tanga, on trouvait à la fois la plus forte pratique de la radio (86 %) et de la presse rurale (32 %) ; au contraire à Kimakouwa dans la région d'Arusha, village isolé, à fort taux d'analphabètes, la pratique régulière de la radio n'était le fait que de 18 % et celle de la presse rurale de 5 %.

15Le journal rural régional Tujielimishe était produit dans le district de Kilimanjaro, publié en swahili, il tirait à 45 000 exemplaires.

  • 3 KIVIKURU.

16La Zambie continuait à la fin des années quatre-vingt de publier des mensuels en langues africaines sous l'impulsion du ZIS (service public), comme Intanda en tonga, Tsopano qui tirait à 12 000 en 1989, ou Imbila en bemba, tirant à 27 000, en raison des difficultés économiques, ils n'étaient plus que mensuels ou trimestriels.3

17Le Zimbabwe lança en 1988 des journaux ruraux dans trois des huit provinces avec une aide financière étrangère dans un premier temps. Publiées en anglais, en shona ou en ndebele, comprenant de 8 à 12 pages, ils tiraient entre 10 et 15 000 exemplaires vendus 10 cents. Les agents locaux du ministère de l'agriculture et les instituteurs contribuaient à la diffusion. L'objectif était d'accroître l'intérêt des ruraux pour l'information, d'établir un lien entre les populations et leurs dirigeants, d'introduire la connaissance d'innovations dans l'agriculture et d'offrir une lecture aux alphabétisés.

18Dans les Etats dits francophones, Kibaru en bambara était toujours publié au Mali, tirant à 12 500 exemplaires en 1989. Le journal est lié à un programme d'alphabétisation en bambara et à l'animation rurale de la radio.

19Au Congo, des journaux ruraux sont publiés (irrégulièrement) soit en français, Echo Rural depuis 1981, soit en lingala, Ekolo ou en kikongo, Mponzi, deux versions du Paysan ; Nsengo est publié par le ministère de l'Education nationale.

20Au Burkina Faso, un journal rural, Manegda, créé en 1975, est publié en mooré par l'Agence d'information, tiré en 1 250 exemplaires, il n'est pratiquement reçu, par exemple, que par les centres d'alphabétisation dans la région du centre-ouest ; un autre Fasobara est rédigé en dioula. L'essor Rural édité par le ministère de la question paysanne s'adresse surtout aux agents des Organisations régionales de développement.

  • 4 DA MATHA.

21Au Bénin où la naissance de la presse rurale remonte à 1971 et au souci de soutenir le programme d'alphabétisation, l'organe le plus développé qui remonte à octobre 1973 est Kparo paraissant sur 6 pages dont deux consacrées à des textes envoyés par des paysans. Après 1977 une Direction de l'Alphabétisation et de la Presse Rurale, rattachée au Ministère de la Culture et des Communications, contribua au développement d'une presse rurale adaptée aux circonscriptions administratives au niveau des villages ; des journaux de trois pages utilisées seulement au recto sont produits au linographe, de périodicité en fait assez espacée, par exemple Sonayo (l'Aube nouvelle) en fon, Avaligbe (Le cri de ralliement) en goun, Eyikogbun (Le Rusé) en yoruba. Au niveau des districts, les journaux, en principe bimensuels, ont 4 pages et sont produits à la ronéo, ainsi existent Ilemo (L'Aurore) en yoruba ou Nyotwinyotwi (Réveillez-vous) en adja. Enfin depuis 1988 existent quelques mensuels nationaux écrits en langues africaines, en fon, en bariba, en goun... Alaafia (Santé) est produit par l'Association des écrivains en langues nationales, de même Faaji (Bonheur), un magazine de 32 pages. Ces derniers et Kparo sont produits en offset ainsi que quelques publications de province. Une étude de cette presse rurale en mars 1990 en signalait les difficultés, outre l'absence de moyens, l'absence de formation et de motivation de beaucoup de ceux qui la produisaient entraînait une diminution de l'intérêt des lecteurs en raison du contenu du journal.4

  • 5 Le journalisme rural en Afrique par Paul Ansah et autres auteurs en 1981. Inventaire actualisé en  (...)

22La presse rurale est présente dans d'autres pays. Une publication de l'UNESCO avait dressé en 1981 un inventaire des journaux ruraux en Afrique. Ceux-ci étaient nombreux au Niger et au Libéria, deux pays où nous les avons vus apparaître dans les années soixante. Ils restent importants au Niger où Gangaa, multilingue, est toujours le plus important sans toutefois connaître une véritable progression ; de même au Togo.5

  • 6 LAI OSO and LANRE ADEBAYO, Communication and Rural Development in Nigeria, Abeokuta Nigeria, compt (...)

23Ni le Nigeria, ni la République sud-africaine ne semblent avoir accordé une grande importance à la presse rurale, peut-être parce que la presse d'information générale pénètre mieux en milieu rural, mais il semble que, pour le Nigeria, en raison de l'analphabétisme élevé en milieu rural, la radio ait été systématiquement privilégiée.6

II - Fonctions et avenir

24Ces journaux ont des fonctions manifestes et des fonctions latentes sans que l'on puisse établir un ordre constant de priorité entre les deux.

25Le premier objectif annoncé est celui d'aider au développement. Cette presse est conçue comme un instrument d'éducation des adultes ; que ce soit pour maintenir un usage de la lecture sans lequel les anciens élèves redeviennent, au bout de quelques années à nouveau illettrés ou pour informer sur des problèmes de santé, d'alimentation, de gestion familiale, parfois aussi de production agricole.

26Elle a aussi —comme la radio rurale— une fonction d'intégration, établissant une relation si ce n'est un dialogue entre les autorités qui décident et les populations auxquelles ces décisions s'appliquent. Il en résulte parfois une ambiguïté, le paysan voyant dans le journal l'expression de l'autorité administrative, alors que les politiques croient y voir l'expression du monde rural.

27Une autre forme d'intégration tient au fait que le journal est un instrument de pénétration de la ville dans les campagnes.

28Les problèmes de la presse rurale présentent des constantes même si les progrès techniques permettent de faciliter leur composition et leur tirage.

29Elle ne peut se suffire à elle-même et dépend donc à la fois de l'Etat et de la coopération. Quels services de l'Etat ? selon les pays le ministère de tutelle est celui de l'Information, de l'Education, ou de l'Agriculture ou même un autre ministère. Jusqu'à présent, ces journaux étaient rédigés davantage par des fonctionnaires que par des journalistes.

30Le financement et l'assistance technique sont souvent assurés par une coopération étrangère qui passe le plus souvent par des accords avec l'Etat. Ainsi la presse rurale apparaît-elle souvent comme une institution étatique. L'aide directe d'une O.N.G. devient plus fréquente.

31L'effervescence des grandes villes africaines se répercute, inévitablement, même amortie, dans les campagnes. La formation d'une opinion publique encore embryonnaire nécessite une plus grande participation aux décisions qui affectent la vie nationale et quotidienne. Les progrès de la libéralisation vont de pair avec une diversité d'opinion qu'une presse locale pourrait refléter si elle peut être moins dépendante du pouvoir.

32Si la télévision encore peu répandue dans les campagnes limite, un peu partout, la fonction éducative qu'elle affirmait à l'origine, la radio, bien implantée en milieu rural, sensibilise surtout les populations à des problèmes qui les affectent, donnant la parole aux paysans, elle devient plus communicative qu'informative. Elle est plus persuasive, mais aussi plus facilement manipulatrice que l'écrit. Au cours du colloque tenu à Bamako en septembre 1993 sur les radios africaines, le président de la République du Mali, Alpha Oumar Konaré, déclara : « C'est de l'éveil des campagnes que dépendra l'avenir de notre démocratie ». La pénétration de l'écrit dans les campagnes (et la presse en est la forme la plus adaptée) est une condition nécessaire, même si elle n'est pas suffisante, pour qu'émerge une opinion publique véritable chez les ruraux.

  • 7 Plusieurs articles ont été consacrés aux problèmes de formation d'un journalisme local dans Africa (...)

33La presse rurale doit être une presse bon marché, ce qui ne signifie pas qu'elle soit donnée gratuitement car la gratuité dévalorise ce qui est donné. La publicité peut difficilement résoudre le financement de ces journaux à faible tirage, s'adressant à une population disposant de peu de moyens monétaires, exprimant moins de besoins que les populations urbaines ; dans ces conditions, qui souhaiterait passer de la publicité dans ces journaux ? Une autre difficulté, au moins aussi importante que celle des ressources financières, tient aux ressources humaines. La presse rurale pénètre mieux si elle est rédigée par des ruraux, mais elle a besoin de journalistes et pas seulement d'autodidactes ou d'agents du développement rural. Or, les écoles de journalistes axent leur formation sur le milieu urbain et il n'est pas évident que les futurs journalistes soient disposés à aller vivre en milieu rural, encore faudrait-il qu'ils connaissent et sachent rédiger en langue africaine locale.7

34Malgré ces réelles difficultés, la presse rurale devrait aborder l'avenir avec plus de sérénité. D'abord parce que l'effort de scolarisation —même si les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des efforts fournis et des budgets— accroît le nombre des lecteurs potentiels. Encore faut-il leur donner à lire. Or, le journal est d'une réalisation plus simple que le livre. Trois problèmes toutefois sont à résoudre ; le choix de la langue utilisée, lié lui-même à la manière dont s'est effectuée l'alphabétisation, en langue africaine ou en langue internationale. La publication d'un journal en langue africaine nécessite une connaissance commune de la même langue par les ruraux et par ceux qui rédigent le journal.

35La diffusion de la presse pour un journal rural nécessite une aire de proximité pour éviter soit un coût élevé, soit un blocage.

36La presse rurale commence à évoluer dans certains pays vers une presse des ruraux et pas seulement une presse pour les ruraux ; les associations en milieu rural sont amenées à jouer un plus grand rôle, comme cela avait pu se produire déjà dans des radios rurales. Il serait souhaitable que se forment, pour la presse rurale écrite, des institutions analogues au CIERRO de Ouagadougou ; elles pourraient s'établir en tenant compte des langues africaines parlées dans plusieurs pays comme le fulfulde, le haoussa ou le yoruba en Afrique occidentale, le swahili ou le kikongo en Afrique centrale ou orientale.

Notes

1 Kwame Boafo Wonsuom. A Rural Communication Project in Ghana. Development Communication Report, no 47, 1984, p. 3.

2 GATERE, c'est d'après cet auteur que nous utilisons l'enquête publiée en 1986 par J. Mbindyo, Study of the Rural Press in Kenya. Cf. aussi Usman Jimada, Kenya's Rural Press Project, Development Communication Report, no 82, 1993-3.

3 KIVIKURU.

4 DA MATHA.

5 Le journalisme rural en Afrique par Paul Ansah et autres auteurs en 1981. Inventaire actualisé en 1989 dans Rapport sur la communication dans le monde.

6 LAI OSO and LANRE ADEBAYO, Communication and Rural Development in Nigeria, Abeokuta Nigeria, compte-rendu par F.P. Kasoma in Africa Media Review, 1990-4.

7 Plusieurs articles ont été consacrés aux problèmes de formation d'un journalisme local dans Africa Media Review, notamment en 1987 par Nwosu Ikechukwu : Research and Training for Rural Development Communication.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search