Version classiqueVersion mobile

Feuilles d’Afrique

 | 
André-Jean Tudesq

Deuxième partie. La presse et les aspirations démocratiques à la fin du xxe siècle

Chapitre I. Les conditions de production de la presse

Texte intégral

1L'ouverture d'un débat politique, illustré dans plusieurs pays par des conférences nationales et presque partout par des élections plus disputées, mobilise davantage une opinion publique qui tend à s'élargir et qui s'alimente dans une presse pluraliste à laquelle les événements fournissent une matière.

2Nous présenterons dans la dernière partie le public, élargi, sans lequel les journaux n'ont plus de raison d'être et ne remplissent plus leurs fonctions normales. Avant de traiter des différents types de presse, il faut étudier les nouvelles conditions de production des journaux.

3La nouvelle prise de parole que les conférences nationales et la nouvelle presse représentent, ont pu parfois entraîner une nouvelle langue de bois : elle a toutefois fait éclater le discours officiel sur la liberté de la presse et la démocratie, se réclamant par exemple de la loi française sur la presse de 1881 en l'accompagnant de mesures la vidant de son sens. La pluralité des journaux introduisit une concurrence à laquelle la presse africaine, francophone du moins, n'était pas habituée ; la dimension économique, occultée lorsque les journaux étaient aux mains du pouvoir qui les finançait, est devenu prioritaire au moment où les progrès des techniques permettent plus facilement les publications de petit tirage. Les nouveaux journaux ont souvent eu pour promoteurs des gens qui n'étaient pas des journalistes ; une évolution dans le sens du professionnalisme est indispensable pour que cette nouvelle presse subsiste. Mais la situation actuelle devra se décanter ; déjà beaucoup de titres ont disparu après quelques numéros.

4Si certains problèmes se retrouvent partout, la physionomie de la presse présente des caractères très différents d'un Etat à l'autre ; l'avenir de la presse est lié à l'avenir politique. Ni la présence de 25 ou 30 partis, ni la publication de 20 ou 30 journaux n'est viable dans des pays de 5 ou 6 millions d'habitants, surtout lorsque ces journaux ne s'expriment que dans une langue parlée et moins encore lue que par une minorité !

5La nouvelle presse est rédigée principalement en langues internationales anglais ou français, surtout dans la zone francophone. Certes la publication en langue africaine est conditionnée par la présence d'une langue dominante comme le swahili au Kenya ou même d'une seule langue comme au Rwanda ; ailleurs, l'usage des langues africaines est surtout fréquent dans la presse religieuse et indispensable dans la presse rurale auxquelles nous accorderons une place particulière.

6Les conditions politiques ont longtemps joué presque seules un rôle dans la presse africaine ; elles restent primordiales mais le pluralisme en introduisant la concurrence introduit l'économie de marché dans la vie de la presse et donne aux conditions économiques une place importante pour la survie des journaux, y compris des journaux gouvernementaux.

7Si la presse doit être replacée dans l'ensemble des systèmes d'information, ce que nous tenterons en conclusion, il faut aussi considérer que la presse occupe, en Afrique subsaharienne, une place dominante dans la production écrite en raison de la faiblesse de la production locale de livres : même si elle subit la concurrence des journaux et surtout des périodiques importés, la presse écrite supporte mieux la concurrence que le livre ou la production télévisuelle.

8La presse, comme partout, est un produit de la ville et l'urbanisation souvent galopante de l'Afrique ne peut que favoriser son essor. Le vendeur ambulant proposant ses journaux aux automobilistes au feu rouge des carrefours, se retrouve dans toutes les capitales africaines.

1. L'évolution du statut

9Le langage juridique et administratif, surtout quand il est écrit, codé dans des lois, présente un transfert de technologie qui peut aboutir à des significations fort différentes de celles des pays d'origine. Ainsi les Etats francophones se référant à la loi française très libérale de 1881 n'en avaient pas moins installé une législation de la presse fort peu libérale. Le régime anglais ne distinguant pas le journaliste des autres citoyens avait fait de l'Angleterre le pays de la presse la plus libre ; imité en Afrique, il entraîne des poursuites nombreuses pour « sédition » contre des journalistes, rendus par l'influence britannique, plus indépendants et plus audacieux que dans les régions non anglophones.

10Comme lorsqu'éclatent les carcans trop rigides, il s'est établi, surtout dans les Etats francophones une situation de fait de la presse, autour de 1990 rendant souvent caduque ou inefficace la législation en vigueur. Ensuite, qu'il y ait eu ou non un changement de dirigeants, apparut un nouveau statut tantôt voté et négocié, tantôt octroyé : la législation transitoire ou nouvelle revêt des caractères spécifiques selon les pays. Toutefois, la presse présente quatre types d'organisation ; la presse d'Etat, financée par le ministère de l'information le plus souvent, que l'on trouve dans plusieurs pays à côté d'une presse privée après avoir eu un monopole de fait ; la presse du parti au pouvoir, distinct de la précédente au niveau juridique, mais aboutissant à un mode de gestion et de production assez semblable ; la presse de partis politiques ou de mouvements d'opposition, développée par exemple au Gabon au point d'être suspendue provisoirement en septembre 1993 sous le prétexte que l'autorisation préalable n'a pas été demandée, puis rétablie par suppression de l'autorisation préalable au début d'octobre ; la presse indépendante, avec toute l'ambiguïté de cet adjectif, comprend des journaux d'information générale qu'il est souvent difficile de différencier de la catégorie précédente et une presse spécialisée soit d'objectif commercial, soit d'obédience religieuse. Mais en fait la répartition est plus complexe ; la séparation, presse d'Etat, presse privée, n'est pas non plus satisfaisante. La notion de presse d'Etat ne correspond pas à la même réalité d'un pays à l'autre. Le système anglais de Joint Venture associe gouvernement ou parti et propriétaires privés nationaux ou étrangers.

11La présence de capitaux d'Etat n'empêche pas des journalistes, dans les pays anglophones, de faire preuve d'indépendance et de critique, au risque de difficultés personnelles parfois. Parmi les quotidiens gouvernementaux de langue française, certains comme l'Union au Gabon sont plus ouverts, d'autres comme Cameroon Tribune reflètent plus strictement la seule opinion gouvernementale. La presse rurale et la presse scientifique ne peuvent exister qu'avec l'appui de l'Etat ou d'institutions publiques.

12Dans la presse privée à côté d'une presse d'opinion, presse d'information politique ou presse religieuse, il existe différentes catégories de presse cherchant uniquement un profit commercial, notamment une presse à scandale profitant de la libéralisation récente.

13La libéralisation de la presse écrite a été une des premières revendications des mouvements remettant en cause les dirigeants africains. Ce fut aussi l'une des premières concessions, accompagnée ou non de la fin du monopartisme. C'était, apparemment, une revendication plus facile à satisfaire que celles qui concernaient le niveau de vie ou l'emploi ; c'était cependant la porte ouverte à l'expression d'autres revendications, politiques ou sociales.

14Pluripartisme et liberté de la presse semblent aller de pair ; pourtant les relations entre les deux se présentent de façon très différentes selon les Etats africains. La multiplication des journaux, leur opposition souvent très virulente contre les pouvoirs amenèrent à une législation tenant davantage compte de la défense des hommes politiques, fonctionnaires ou particuliers contre les attaques diffamatoires. Au Cameroun, la reconnaissance du multipartisme en 1990 n'entraîne pas la disparition de la censure. Une loi du 19 décembre 1990 relative à la liberté de la communication sociale obligeait les journaux à déposer deux exemplaires deux heures avant la diffusion un dépôt judiciaire et quatre heures avant au préfet, l'article 14 précisant : « les numéros de journaux ainsi déposés peuvent faire l'objet de censure partielle ou totale pour atteinte à l'ordre public et aux bonnes mœurs ». La même loi interdisait à une entreprise éditrice de posséder plus de trois publications, sauf s'il s'agissait du secteur public. Au moins aussi important que le contenu des lois sur la presse est le degré d'indépendance de la magistrature. A cet égard le procès intenté au directeur du Messager, Pius Njawé et à Célestin Monga journaliste, a été exemplaire d'abord parce que parmi les articles du journal incriminé, se trouvait l'accusation de la justice d'être à la botte de l'exécutif. Un article de Célestin Monga dans le numéro du 27 décembre 1990 se présentait comme une lettre ouverte au Président Biya sous le titre « La Démocratie Truquée » ; les exemplaires furent saisis par la police le jour de la mise en vente à Yaoundé et les locaux du journal à Douala occupés. Inculpés d'outrage au Président de la République, aux cours et tribunaux, aux membres de l'Assemblée Nationale, les deux journalistes furent traduits le 10 Janvier 1992 devant le tribunal de Douala.

15Le déroulement du procès, l'intervention de la presse gouvernementale et de la radio annonçant à l'avance un délibéré du tribunal avant la troisième audience, les 115 avocats qui s'étaient constitués les défenseurs marquant leur désapprobation en se destituant, les mesures de police quadrillant la ville au moment du procès, les comités constitués, les mémorandum signés à Douala et à Yaoundé pour la libération des journalistes et la suppression de la censure, les affrontements violents à Garoua entre des manifestants et la police, toutes ces circonstances avaient attiré l'attention internationale sur ce procès, Reporters sans frontières, Index on Censorship, les fédérations internationales des éditeurs de journaux et des journalistes, l'U.J.A.O, Article 19, les radios internationales, BBC, Deutsche Welle, RFI, des journaux comme Le Monde, Le Journal de Genève, donnèrent un retentissement international à ce procès.

16Le verdict infligea six mois de prison avec sursis et 300 000 F CFA d'amende à chacun ; le président de la République était débouté de la demande de dommages et intérêts.

17Le principal bénéficiaire de ce procès fut, en fait, le journal lui-même qui en tira une plus grande audience à l'intérieur et plus encore à l'extérieur du pays ; l'article incriminé ne pouvait pas avoir été publié sans s'attendre à des poursuites : ce qui était un moyen de souligner l'arbitraire du pouvoir et les insuffisances de la loi sur la presse qui venait de confirmer la persistance de la censure puisque les journaux devaient être déposés quatre heures avant d'être diffusés.

18Mais ce verdict de clémence, peu après la nouvelle loi du 19 décembre 1990 sur la liberté de la communication sociale, n'en conforte pas moins le Cameroun comme Etat de droit dans lequel la magistrature n'est pas complètement dépendante de l'Exécutif. La puissance de la nouvelle presse devait notamment apparaître au Cameroun dans les opérations ville morte. La critique virulente du gouvernement du président Biya dans la presse camerounaise témoigne d'une plus grande liberté de presse qu'auparavant, ce que reconnaît Le Messager du 24 janvier 1992, Thomas Evoum'Nton écrivant « certes il est plus aisé aujourd'hui de créer un journal que hier avec les anciens textes ». C'est aussi le signe que, en matière de statut de la presse, l'application et le contexte dans laquelle elle se produit, comptent au moins autant que la lettre.

19Toutefois, les saisies sans explication par les autorités se répétèrent au Cameroun aux dépens du Messager (six fois en Mai-Juin), de Challenge Hebdo, de la Nouvelle Expression, 9 fois saisie.

20La législation de la presse en Côte d'ivoire fut modifiée en décembre 1991. Désormais une simple déclaration au parquet du procureur de la République suffit pour créer un journal. Toutefois, le premier projet prévoyait une commission nationale de la liberté de presse dont le chef de l'Etat devait nommer les membres. L'opposition, surtout le FPI s'élevèrent contre cette institution, élevant des barricades le 3 décembre autour de l'Assemblée Nationale pour empêcher les députés de voter. Le projet, avec quelques modifications apportées par le ministre de la Communication Auguste Miremont, fut voté et devint l'une des trois lois du 27 décembre portant sur la communication audioviduelle, le régime juridique de la presse et le statut des journalistes. Celle sur le régime de la presse entendait « par journal ou écrit périodique, toute publication utilisant un mode de diffusion de la pensée mis à la disposition du public en général ou de catégories de publics à l'exclusion de celle ayant un caractère strictement scientifique, littéraire ou artistique, technique... ». Le directeur doit être ivoirien, jouissant de ses droits civils et civiques, la fonction est incompatible avec une fonction parlementaire ou ministérielle. Le propriétaire doit être ivoirien : la participation du capital étranger initialement limitée à 25 %, était relevé à 49 %. La commission nationale de la presse instituée comprend un président désigné par le président de la République, un membre désigné par le président de l'Assemblée Nationale, un magistrat de la Cour des Comptes désigné par ses pairs, un représentant du ministre de l'Intérieur et un du ministre de la Communication, un représentant de chaque groupe parlementaire de l'Assemblée Nationale, deux journalistes. Nommés pour 6 ans, non renouvelables, les membres doivent « veiller au respect des dispositions relatives à la création, à la propriété, aux ressources et au pluralisme de la presse » (art. 25). La loi prévoit aussi un droit de réponse et un droit de rectification, cette dernière mesure est surtout en faveur des « dépositaires de l'autorité publique mis en cause ». Les infractions sont passibles d'amendes ou, en cas d'utilisation de prête-nom, de financement étranger non déclaré, de publicité occulte de deux mois à un an de prison. Un journal peut être saisi pour offense au chef d'Etat et à un certain nombre d'autorités nationales ou étrangères ainsi que pour provocation, « attentats et atteintes à la sûreté de l'Etat... ». L'article 36 prévoit que « la diffusion d'informations même exactes est interdite si elles se rapportent à :

  • des informations relatives aux secrets de la Défense Nationale,
  • des informations relatives à des travaux parlementaires dont la diffusion n'a pas été autorisée... »

2121 articles concernent les crimes et délits commis par la voie de la presse : l'article 53 considère comme responsables les directeurs de publication ou éditeurs, à défaut les imprimeurs, à défaut les vendeurs, distributeurs ou afficheurs, plusieurs articles visent la diffamation, ou l'injure, dans des termes suffisamment imprécis pour permettre avec succès des poursuites.

22La loi sur le statut des journalistes professionnels les définit ainsi : « la personne physique qui a pour occupation principale, régulière et rétribuée, la recherche, la collecte, la sélection, l'exploitation et la présentation de l'information et qui exerce cette activité dans une ou plusieurs publications quotidiennes ou périodiques, ou dans une ou plusieurs entreprises de communication audiovisuelle, ou dans une ou plusieurs agences de presse... ». La clause de conscience lui est reconnue.

23L'article 6, publié dans le journal officiel du 16 janvier 1992 reçut un alinéa supplémentaire « Hors les cas où la loi lui fait obligation, le journaliste professionnel n'est pas tenu de révéler ses sources d'information ».

24Au Bénin, la constitution du 10 décembre 1990 a reconnu la liberté de la presse et un Conseil National de l'audiovisuel et de la communication fut mis en place avant l'établissement d'une Haute Autorité.

25Au Mali, après la chute de Moussa Traoré en mars 1991, la nouvelle Constitution élaborée par la Conférence nationale, fin 1991, dans l'article 7, promulgué par un décret du 25 février 1992, garantit la liberté de la presse ainsi que « l'égal accès pour tous aux médias d'Etat ». Des journées maliennes de l'information et de la communication organisées à la fois par le ministre de l'information et les organisations de journalistes adoptent le 23 décembre 1991 une déclaration sur les droits et devoirs des journalistes, précisant que « le journaliste est lié au respect de la vérité quelles qu'en puissent être les conséquences pour lui et ce, en fonction du droit que le public a de connaître la vérité ».

26La législation est plus ambigüe au Togo où les résolutions de la Conférence Nationale n'ont été que partiellement suivies d'effets, de même pour les avis des Etats Généraux de la communication et de la culture, tenus du 15 au 23 juin 1992.

  • 1 MONTEL, de nombreux journaux parurent en langue africaine.

27Au Burundi le décret-loi du 14 mars 1990 confirmait que « la presse est libre » tout en exceptant « les abus de droit... les obligations de respect de l'éthique et du secret professionnel, la nécessité de ne pas porter atteinte à l'unité nationale, à l'ordre public, à la moralité et aux bonnes mœurs... », toutes notions imprécises, dont l'appréciation dépend souvent de ceux qui en décident ; une autorisation préalable restait nécessaire. La Commission constitionnelle sur la démocratisation des institutions se prononça le 10 septembre 1991 pour une révision libérale de la loi sur la presse ; ce qui permit la naissance de nouveaux journaux indépendants, liés notamment à des partis d'opposition de l'époque, ainsi le bimestriel Kanura Burakaye (Lève-toi, il fait jour) du Front pour la démocratie au Burundi, Frodebu, ou Ntureng Anywe (Refuse l'injustice) journal du Rassemblement.1

28Au Rwanda une loi sur la presse du 15 novembre 1991, parue au Journal Officiel du 1er décembre 1991 déclare dans l'article 2 « La presse est libre ». L'article 3 « la presse doit assurer une information honnête, indépendante et responsable » introduit toutefois une ambiguïté en raison des interprétations très variables qui peuvent être données à ces qualificatifs. Une déclaration auprès du Parquet suffit pour lancer un organe de presse mais l'article 9 prévoit aussi un cahier des charges précisant la nature et les orientations de la publication », et l'obligation d'indiquer dans les 8 jours toute modification, l'article 20 qui impose aux distributeurs sur la voie publique une déclaration à l'autorité communale est aussi une mesure dont l'application entraîne un risque de censure.

29Les infractions concernant les conditions d'exploitation sont punies d'amendes ; celles concernant la diffamation (article 44 « imputer un fait précis qui est de nature à porter atteinte à l'honneur ou à la considération de cette personne ou d'un corps... ou à l'exposer au mépris public ») ou l'injure (article 45 « toute expression outrageante, terme de mépris ou invective ») sont punies d'amende et d'emprisonnement. La Commission nationale de la presse prévue article 30 et élue reste une innovation positive. La presse a connu au début des années quatre-vingt-dix un développement éphémère sur lequel nous reviendrons.

30En Ethiopie où de nombreux journaux privés apparurent après la chute de Mengistu, une nouvelle loi sur le presse en octobre 1992 laisse la presse libre d'aborder tous les sujets, sauf ceux qui touchent à la sûreté de l'Etat ; tout dépendra de l'interprétation qu'en fera la magistrature.

31S'il ne semble pas que l'existence d'une presse indépendante puisse être remise en question, il n'est pas évident que le mouvement de libéralisation de la presse du début des années quatre-vingt-dix se poursuive en Afrique francophone ; c'est même le contraire qui semble se réaliser. Les symptômes de troubles internes servent de prétexte aux Etats pour établir un contrôle de la presse ou freiner l'opposition de la presse privée, dont certaines pratiques (dénonciation sans preuve, xénophobie, appel à la violence) étaient parfois excessives.

32En Afrique anglophone, des tendances contradictoires se manifestent. En Sierra Léone, le coup d'Etat militaire du 29 avril 1992 suspendit le multipartisme adopté en 1991. Au Nigéria, deux décrets du 16 août 1993 obligent toute publication à se faire enregistrer auprès d'une commission désignée par le président et à avoir un bureau dans la capitale politique Abuja ; prévoit des peines allant jusqu'à 10 ans de prison et 20 000 Nairas d'amende pour toute diffusion de fausses nouvelles ; or, on sait la difficulté de définir une fausse nouvelle. Plusieurs journaux sont interdits : notamment Daily Concord et le magazine Africa Concord, contrôlés par le groupe de Moshod Abiola, le leader yoruba du PSD arrivé en tête aux élections présidentielles annulées du 12 juin.

33La libéralisation toucha cependant aussi la zone anglophone. Au Ghana la constitution, adoptée en 1992, garantit l'indépendance des média, ce qui exclut la censure ou le régime d'autorisation préalable à la publication d'un journal ; une National Média Commission doit être constituée, comprenant 15 membres.

34L'Afrique du Sud avait connu une relative liberté de la presse jusqu'à l'état d'urgence établi en 1986 qui multiplia les suspensions. Mais il y a un allègement de la législation de contrôle de la presse par l'Etat avec la politique du président de Klerk en 1991, avec abandon des poursuites contre l'hebdomadaire Afrikaner Vrye Weekblad et contre Weekly Mail qui avaient dénoncé fin 1989 l'action de la police contre des militants anti-apartheid ; des journalistes ont été toutefois inquiétés par la police, notamment ceux du Weekly Mail pour refus de révéler leurs sources, du Star de Johannesburg, du Daily News.

  • 2 JACKSON. L'évolution politique, depuis les nouvelles élections en 1994, a changé les données, sans (...)

35L’abolition des lois de ségrégation raciale en 1991, la suppression des lois de discrimination le 30 juin et celles du Internai Security Act par le président Frédérik de Klerk ont enlevé aux autorités le droit de suspendre ou de fermer des journaux. Un dépôt de 40.000 rands (à peu près 75 000 francs) n'est plus nécessaire pour faire enregistrer une publication. Il restait toutefois plusieurs dispositions dans le Criminal Procedures Act qui rendent passibles de sanctions toute publication favorable à des organisations interdites ou donnant « sans raisons bien fondées » des informations sur la police, ou le refus d'indiquer ses sources. La police peut interdire aux média l'accès à des zones troublées déclarées « unrest areas » ; ce fut le cas le 30 novembre 1991 de neuf townships dont Soweto. Mais le Publications appeal board et les tribunaux abandonnent de plus en plus les poursuites ou lèvent les interdictions prononcées par la police ou par le Directorate of publications, le service de censure.2

36Au Kenya l'introduction du multipartisme auquel le président Moi dut se résigner en décembre 1991 amena à la fois l'apparition de nombreux titres et une moindre autocensure de la presse privée, sans que cessent, pour autant, les poursuites et les menaces contre des journalistes. Toutefois, même si de nombreux articles du Nairobi Law Monthly en 1992 dénoncent les collusions entre le pouvoir exécutif et le système judiciaire, la cour suprême dut faire preuve d'indépendance et leva par exemple en octobre 1990 l'interdiction lancée contre ce périodique. Mais en mars 1992 fut déposée une proposition de loi prévoyant la création d'une « Commission des plaintes contre la presse » pour lutter contre « l'irresponsabilité » des journaux. Le président Moi déclara que « les journaux sont devenus les plus grands ennemis de la population et du pays ».

37En Gambie, le 4 décembre 1991, la Cour suprême de Banjul confirma un verdict d'acquittement du 5 avril 1989 concernant le rédacteur en chef de la revue The Torch, Sanna Manneh accusant en 1988 des ministres de trafic d'influence et de corruption. Ce procès-test concrétise une liberté de la presse plus effective dans ce petit pays.

38En Ouganda après la dernière chute de Milton Obote, une liberté très relative de la presse permet à quelques 28 titres de presse d'évoquer des affaires de corruption amenant parfois l'inculpation de dignitaires du régime. Museveni et son parti le NRM (Mouvement National de la Résistance) furent plus tolérants envers la presse que leurs prédécesseurs.

39En Tanzanie le multipartisme admis en avril 1992 n'empêchait nullement le gouvernement de maintenir son contrôle sur l'information ; un projet de loi en 1992 cherchait à limiter la pratique de la liberté de la presse, affichée par ailleurs. La loi sur la détention préventive, le pouvoir d'arrestation de la police sans mandat d'arrêt limitent la capacité d'investigation des journalistes.

40En octobre 1991 une nouvelle loi en Angola supprima le monopole de l'Etat sur les média, toutefois l'échec de l'accord sur le multipartisme et la reprise de la guerre civile ne permettent guère une liberté de la presse. Le 27 mars 1993 le gouvernement soumet à une autorisation des forces armées toute information sur le conflit entre le gouvernement et l'Unita.

41Au Mozambique l'accord relatif entre le Frelimo (au pouvoir) et le Renamo opposant, favorise le pluralisme. Une loi du 8 juillet 1891 permet la création de journaux indépendants, les responsables de la presse officielle restent nommés par le gouvernement.

42Plusieurs pays africains se sont préoccupés de former une instance de régulation de la communication, souvent en s'inspirant du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel en France. C'est le cas du Cameroun avec un Conseil National de la Communication prévu dans la loi du 19 décembre 1990 sur la liberté de la presse et défini par un décret du 21 juin 1991 ; de la Côte d'ivoire qui le limite à la communication audiovisuelle.

43La Conférence nationale du Niger créa en novembre 1991 un Conseil Supérieur de la Communication pour « garantir l'indépendance des médias publics de la radiodiffusion, de la télévision et de la presse écrite ».

44La presse est d'autant plus libre que la législation qui la concerne est réduite. L'article 19 de la déclaration universelle des Droits de l'Homme devrait lui suffire. « Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répondre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit ».

2. Les entreprises et leur financement

45La presse n'est pas seulement un moyen d'expression et d'information — ce que nous verrons plus loin — ; elle est aussi le produit d'une entreprise qu'elle soit étatique ou privée.

46Le problème du statut que nous venons d'aborder touche à la fois le contenu des moyens d'information (c'est la liberté de la presse qui est ici en question) et aussi l'entreprise de presse ; la législation à laquelle elle est soumise peut influer aussi sur ce qui est diffusé.

47La propriété des journaux présente différentes solutions, étatique, privée, ou combinant les deux aspects. Leur financement pose inévitablement le problème des ressources et de la publicité, il conditionne aussi le niveau des équipements. Moyen de diffusion, la presse dépend enfin de sa distribution, une activité souvent déficiente en Afrique.

48On trouve actuellement en Afrique sub-saharienne une très grande variété de types d'entreprises de presse depuis les grands groupes présents surtout en Afrique anglophone, jusqu'aux publications très artisanales, de périodicité irrégulière, activité annexe d'une action politique, syndicale ou religieuse.

49Si la presse — une partie du moins — apparaît comme un acteur politique important dans le débat politique actuel en Afrique, avec la situation de pluralisme et de concurrence, son existence, aujourd'hui, est de plus en plus soumise à des conditions économiques ; même si la relation est toujours étroite entre système politique et situation économique.

50Longtemps sous l'étroite dépendance de l'Etat, les quotidiens surtout avaient leur financement assuré. Actuellement même les quotidiens liés aux gouvernants doivent se préoccuper de leurs problèmes de gestion et de financement. Ce qui a valu à Fraternité-Matin de connaître une grève, de quelques heures seulement, il est vrai.

51Les journaux gouvernementaux de la zone anglophone ne sont pas à l'abri des difficultés financières ; ainsi le Tanzania Standard Newspaper TSN qui édite le Daily News, le Sunday News, Weekend Magazine, Sportscene, Michezo. Un hebdomadaire tanzanien, The Business Times, indiquait dans un article du 7 septembre 1990 que TSN ainsi que SMC Shirika la Magezeti qui publiaient les deux journaux du parti en swahili, Uhuru et Mzalendo n'avaient pas réglé depuis longtemps les frais d'impression aux deux imprimeurs, Printpaket Kiuta qui, du coup, ont connu des difficultés financières.

52Dans la zone francophone le prix de vente très bas de la presse quotidienne gouvernementale s'explique par les subventions étatiques sous différentes formes : Le Soleil et Cameroon Tribune se vendent 150 F CFA, Fraternité-Matin, 125 F CFA, La Nouvelle Marche, au Togo, 30 F CFA.

53La diversité de la presse apparaît dans la présentation des journaux, reflet de leur équipement. Les titres de la presse d'Afrique du Sud, du Nigéria ou du Kenya qui ont des tirages dépassant 100 000 exemplaires sont de véritables entreprises industrielles utilisant l'offset et la photocomposition, mais dépendant de plus en plus des importations de matériel.

54En Côte d'ivoire la Société Ivoirienne d'imprimerie (SII) peut produire 65 000 exemplaires d'un quotidien de 32 pages en quadrichromie à l'heure depuis l'installation d'une nouvelle rotative en 1984. Fraternité-Matin, qui a pris un format tabloïd en 1975 utilise la photocomposition et l'impression offset.

55Les techniques nouvelles permettent une composition et un tirage rapide d'un journal ; ce qui facilite le démarrage de certains journaux de la nouvelle presse.

56Les groupes de presse en Afrique anglophone sont intégrés dans la vie économique. Ceux de la République Sud-Africaine prennent d'autant plus d'importance que l'ouverture politique menant à la fin de l'apartheid accroît leur influence et leurs relations dans d'autres pays.

57Le plus ancien est le groupe Argus, représentant depuis 1988 une section distincte au sein de la Argus Printing and Publishing Company.

  • 3 TOMASELLI, JACKSON et documentation de l'ambassade de la République d'Afrique du Sud à Paris.

58Il possède six quotidiens dont The Argus, au Cap, The Star à Johannesburg, le Daily News à Durban, le Sowetan tirant à 225 000 exemplaires, deux journaux du dimanche, un bi-hebdomadaire, un hebdomadaire. L'Anglo-American était son plus gros actionnaire ainsi que la Johannesburg Consolidated Investments. Le groupe est aussi représenté dans le capital de deux autres groupes de presse. Caxton qui possède de nombreux petits journaux locaux et SAAN (South African Associated Newspapers) devenue Times Media (TML). Ce deuxième grand groupe de la presse anglophone édite Cape Times, le Sunday Times de Johannesburg qui tire à 533 000 exemplaires ainsi que Business Day dans la même ville et l'hebdomadaire Financial Mail. Il contrôle l'Eastern Province Newspapers Limited qui publie l'Eastern Province Herald, Evening Post et Weekend Post publiés à Port Elizabeth. Il a aussi 45 % du capital de Pretoria News dans lequel Argus a la majorité. Dans le capital de ce groupe, outre Argus, l'Anglo-American domine : la Barclays National Nominus (rattachée à l'Advowson Trust), la Standard Bank, la Ned-Equity Insurance Co et d'autres sociétés sont aussi actionnaires de ce groupe dont l'immeuble de trente étages à Johannesburg illustre la richesse.3

59La presse afrikaans est surtout contrôlée par deux groupes : la Nasionale Pers a une branche d'édition, la Nationale Media Beperk, qui possède, entre autres Beeld, Die Burger, Die Volksblad, City Press en anglais (quatre quotidiens, un journal du dimanche, des magazines, une partie de Rapport, un hebdomadaire qui tire à 375 000 exemplaires, de nombreux journaux locaux). Son capital est réparti entre plusieurs sociétés dont Sanlam et le Federale Volks Beleggins. Depuis 1984 il s'est associé au magazine américain Cosmopolitan dont il publie une édition sud-africaine, et à Bailey Publications qui produit Drum, True Love, City Press. L'autre groupe, Perskor, publie deux quotidiens : Die Transvaler, The Citizen, en anglais, des journaux locaux et des magazines, mais il est en déclin.

60Au cours des années quatre-vingt, les deux groupes afrikaans sont arrivés à un accord après une longue période d'antagonisme, ils ont des liens avec le Parti National.

61Ces quatre groupes contrôlent les neuf dixièmes du marché de la presse et sont arrivés à une coexistence pacifique dans la répartition des marchés aussi bien que de la publicité. L'étroitesse du marché, en raison de l'importance de l'analphabétisme dans la population noire, explique cette entente tacite pour réduire la compétition. Les groupes sont intéressés à développer l'instruction. Argus a lancé un fonds pour l'éducation et la Nasionale Pers des cours par correspondance. La nouvelle politique mettant fin à l'apartheid est un élément de rapprochement de plus entre ces groupes. Une presse alternative qui s'était développée — non sans secousse — pendant l'état d'urgence tend à s'essoufler tandis qu'il n'existe pas encore de groupe de presse tenu par les Noirs. Il y a là matière à un changement.

62Dans le reste de l'Afrique anglophone, on trouve des groupes de presse parfois très importants soit contrôlés par des Africains, soit avec une participation de capital étranger, soit réunissant capital d'Etat et capital privé, soit enfin possédés par les Etats.

63Le Nigeria qui a la presse la plus développée comprend des journaux privés indépendants qui prospèrent malgré leur conflit avec les pouvoirs politiques, comme Newswatch dont le tirage s'est accru très sensiblement (70 000 en 1988, 200 000 exemplaires en 1993).

64Il y a des groupes de presse intégrés dans d'autres activités économiques, c'est le cas du groupe qui dirige Moshood Abiola qui était arrivé en tête aux élections annulées de 1993 et qui possède le National Concord tirant à 200 000 exemplaires et le Sunday Concord ainsi que le magazine African Concord et des journaux en langues africaines.

65Le groupe du Guardian à Lagos était rattaché aux affaires des frères Ibru, autres multi-millionnaires. Il possède un autre quotidien de Lagos Guardian Express ainsi qu'un hebdomadaire Guardian Financial Weekly et un magazine hebdomadaire, The African Guardian tirant à 250 000 exemplaires à Lagos.

66L'Etat, gouvernement fédéral ou gouvernements des Etats possède peu de magazines, Times International, hebdomadaire qui tire à 50 000. Par contre, le gouvernement fédéral contrôle aussi le Daily Times à Lagos, et New Nigerian appartient aussi au gouvernement fédéral.

67Le Nigerian Standard est possédé par le gouvernement de l'Etat du Plateau à Jos, longtemps contrôlé par le N.P.P. comme le Nigerian Sta tesman à Owerri appuyé par l'Etat d'Imo, ou le Daily Stara Enugu contrôlé par l'Etat d'Anambra. Il y avait un autre quotidien Satellite du Jupiter Press de John Nwobodo dont le frère fut gouverneur de l'Etat.

68Truniple, un quotidien de Kano était contrôlé par l'Etat ; de même Nigerian Observer, un quotidien de Bénin City contrôlé par le gouvernement de son Etat. Le gouvernement fédéral possède 60 % du groupe du Daily Times qui compte une dizaine de publications.

69Le Zimbabwe présente une situation complexe. L'Etat est le principal actionnaire du groupe Zimpapers (Zimbabwe Newspapers) qui fait paraître les deux quotidiens The Herald et The Bulawayo Chronicle. The Sunday Mail et The Sunday News ainsi que Manica Post et Kwayedo. ; le pouvoir détenu par la ZANU intervient aussi dans la nomination des conseils d'administration d'autres groupes de presse.

70Le groupe anglais Thomson Publication possède le mensuel Parade tirant à près de 100 000 exemplaires et des périodiques spécialisés ou techniques. Il existe aussi un petit groupe africain tenu par une société d'impression, Modus Publications qui publie le Financial Gazette, avec son partenaire Argosy Press, il publie des magazines pour femme (le mensuel Just for me) ou pour automobilistes (Wheels à 38 000 exemplaires) ; son directeur E.T. Rusike est un membre du parti gouvernemental qui toutefois fait son autocritique non sans améliorer ainsi l'image de son journal.

71Des capitaux et des groupes étrangers participent au financement de journaux dans plusieurs pays. Le groupe Lonrho possède des journaux au Kenya et en Zambie. Ce groupe, dont le patron R.W. Rowland est né en 191 7, étendit ses activités en Afrique à l'agriculture, à la distribution automobile, au commerce et aux hôtels, au pétrole, aux mines, aux textiles et à l'édition. Il possède notamment The Standard, un quotidien de Nairobi et des intérêts dans des journaux de Zambie, du Malawi et d'autres pays africains peut-être, mais il est malaisé de retrouver la trace avec la multiplicité des sociétés rattachées au groupe Lonrho.

72Au Kenya, l'Aga Khân possède une partie du capital des deux plus forts tirages, The Nationet Sunday Nation dont le reste du capital appartient à l'Etat ; ce groupe publie aussi Taifa Léo, un quotidien en Swahili et Taifa Weekly. Enfin, Kenya Times, constitué en 1983 quand la KANU, le parti unique, racheta le Nairobi Times, a 40 % de son capital qui appartient au groupe anglais du Mirror.

73Mais l'intervention étrangère peut aussi s'effectuer dans un cadre de coopération professionnelle ; un système de parrainage est mis en place par l'UNESCO (programme P.I.D.C.) qui associe un journal africain et un journal du monde occidental ; ainsi Le Mauricien et Midi Libre (à Montpellier), For di People de Sierra Leone avec le suédois Expressen, Forum Flebdo (du Togo) avec La Voix du Nord de Lille, The Namibien avec Die Tages Zeitung, La Verdad, de Guinée équatoriale, avec El Païs, The Weekly Post, de Zambie, avec The Guardian.

74Il existe aussi des journaux qui se rattachent à des Eglises et qui sont souvent multimedia. Ainsi le multimedia Zambia à Lusaka édite un tabloïd bimensuel The National Mirror d'inspiration œcuménique, mais publie aussi des livres, réalise des émissions religieuses de radio et de télévision et des films. Nous présentons ces journaux dans un chapitre ultérieur.

75Des publications spécialisées sont produites par des organismes ou des associations qui en assurent le financement, c'est surtout le cas en Afrique anglophone, par exemple au Kenya la Kenya Association Building and Civil Engineering Contractors publie The Kenya Builder.

76À côté d'une presse privée trouvant des ressources suffisantes, actuellement on trouve des journaux gouvernementaux en difficulté : ainsi le Tanzania Stendard Newspapers qui édite la presse gouvernementale (Daily News, Michezo...) en 1990 devait de très grosses sommes à son imprimeur.

77Ainsi la presse, surtout la presse quotidienne n'est que partiellement indépendante des Etats qui contrôlent de nombreux journaux ; parfois le ministère de l'Information les gère lui-même (le Botswana Daily News ou The Gambie Weekly), parfois le parti unique, ou dominant parfois une maison d'édition créée par le gouvernement. D'autres institutions y concourrent aussi. Pour être plus importants dans la zone anglophone, les capitaux privés et le jeu du marché sont loin de jouer là aussi, un rôle exclusif. Des journaux indépendants de l'Etat aussi bien que des grands groupes africains ou étrangers existent en Afrique anglophone et, surtout des hebdomadaires, arrivent à s'imposer comme Weekly Review au Kenya, Newswatch à Lagos, Weekly Mail à Johannesburg ; Business Times, lancé en Tanzanie en 1988. De nouveaux journaux apparurent donc aussi récemment en Afrique anglophone, comme Dawur, un hebdomadaire économique à Accra en décembre 1990.

78Il existe aussi quelques groupes de presse dans certains pays de l'Afrique francophone. Certains existaient déjà au moment du monopartisme avec une participation de l'Etat. Ainsi en Côte d'ivoire, le groupe Fraternité Matin repose sur un ensemble de sociétés, la Société d'imprimerie Ivoirienne SII et la Société de Presse et d'édition de la Côte d'ivoire, SPECI, dans lesquelles le capital est réparti entre la SIDA, Société d'information et de Diffusion Abidjanaise et la SNEI, filiale de la SNEP française. La SPECI a des participations dans le capital d'Ivoire-Media, qui s'occupe de publicité et dans Edipresse, l'organisme de diffusion lié à Hachette. La SII participe à Ivoire-Conseil, liée aussi à la publicité.

79Outre le quotidien, le groupe qui publiait aussi Ivoire Dimanche interrompu, publie Le Guido, un hebdomadaire de programme et des périodiques, Special Auto, l'Agriculture ivoirienne, l'Industrie ivoirienne.

80Au Cameroun, la SOPECAM (Société de Presse et d'Edition du Cameroun) formée en 1977 regroupe à la fois le journal Cameroon Tribune, l'hebdomadaire Week-end Tribune, l'imprimerie, l'agence de nouvelles. Son imprimerie tire aussi plusieurs organes de la presse privée ; un nombre moindre depuis que Rotoprint l'imprimerie de Challenge Hebdo publie aussi d'autre journaux privés.

81L'acquisition par le groupe français Hersant des Nouvelles Imprimeries du Sénégal, imprimant plusieurs journaux dont le Soleil a éveillé d'autant plus d'inquiétude qu'il est question de la création d'un quotidien par ce groupe en 1991.

82C'est que dans plusieurs pays francophones, le presse gouvernementale reste puissante et privilégiée ou même a toujours le monopole du quotidien comme l'Union au Gabon.

83Un nouveau type de groupe de presse apparaît avec l'ouverture politique dans les pays francophones. Parmi les nouveaux groupes, on trouve au Cameroun, celui qui possède Challenge Hebdo et depuis octobre 1992, Le Quotidien. En Côte d'ivoire, Le Nouvel Horizon, l'hebdomadaire proche du F P L (le principal parti d'opposition) a lancé en juin 1991 un quotidien, la Voie. Au Sénégal, c'est aussi à partir d'un hebdomadaire, Sud Hebdo que le groupe Sud-Communication qui publie aussi Sud-magazine, a lancé récemment un quotidien, Sud.

84Au Mali, à partir d'une revue culturelle Jamana, s'est constituée une coopérative produisant de l'édition livre, des cassettes radios, un journal de jeunes Grin-grin, un bi-mensuel, Les Echos ; celui-ci n'a vu une progression de sa diffusion (passant de 6 000 à 25 000 exemplaires) que lorsque le prix de vente est passé de 200 à 100 F CFA.

85La floraison de nouveaux journaux, souvent éphémères avec la libéralisation du début des années quatre-vingt-dix, a rendu souvent plus difficile la situation des journaux gouvernementaux qui ont vu baisser leur diffusion, au moment où les aides de l'Etat étaient réduites.

86Mais les difficultés financières de la nouvelle presse sont bien plus graves : leurs principaux aspects concernent l'absence de capitaux au départ, l'absence de fonds de roulement et la difficulté de recouvrer le montant des ventes.

87En Afrique francophone, la presse n'attire pas les capitaux des hommes d'affaires africains, soit parce qu'elle n'apparaît pas rentable, soit que la pression des gouvernants ou seulement la crainte de leur déplaire les éloigne d'investir dans la presse indépendante, soit parce que la classe commerçante, peu instruite, attache peu d'intérêt à l'écrit et donc à la presse.

88Dans ces conditions les nouveaux journaux ont souvent été lancés par des journalistes (éliminés parfois des médias d'Etat) ou des enseignants sans connaissance des règles les plus élémentaires de la gestion.

  • 4 MISSE-MISSE.

89Quant aux deux principales sources de revenus, la publicité et la vente des numéros, la situation est très variable d'un pays à l'autre et aussi d'un journal à l'autre. La publicité n'est organisée que dans quelques pays sur lesquels nous reviendrons. Là où elle est le plus développée, les agences de publicité internationales jouent un rôle important, WPP groupe ou Saatchi and Saatchi de Londres, Young and Rubicam, Lintas ou Grey Advertising de New York, Dentsu ou Hakuhodo de Tokyo, Havas ou Euro RSCG de Paris. Il existe aussi des agences nationales franchisées en relation avec une agence transnationale, par exemple, le groupe Azeria au Cameroun avec Nelson Mac Cann International. D'autres agences sont constituées avec une part de capital étranger ; par exemple Cameroon Publi Expansion.4 CPE consituée en 1974 avec une partie des actions de Havas-Cameroun rachetée par la Société Nationale d'investissement, en 1989 comprenait encore dans un capital 31 % d'actions détenues par Havas Media International ; de même Havas est présente dans Ivoire Media.

90L'accès au marché publicitaire nécessite ou nécessitait parfois une accréditation officielle, au Burkina Faso, par Zama-Publicité, par l'AMAP au Mali, ou au Congo par Afrimedia.

91Les régies qui vendent l'espace publicitaire d'un media aux annonceurs prélèvent une commission de 30 à 35 %. Le démarchage publicitaire est une nécessité ; on peut concevoir des couplages entre plusieurs titres, plus facilement peut être entre titres d'hebdomadaires de pays voisins. Le recours à la publicité nécessite une meilleure connaissance du lectorat ; des enquêtes par des Instituts spécialisés sont nécessaires. Nous y reviendrons dans la dernière partie.

  • 5 South Africa Official Yearbook.

92La publicité est généralement bien plus développée dans les pays anglophones. L'Afrique du Sud est un cas particulier, le seul comparable avec les pays développés : les quotidiens de langue anglaise, en 1987-1988, recevaient trois fois plus de ressources publicitaires que la presse afrikaans. Il y avait plus de 400 agences en 1988, avec des organisations représentatives comme A.S.A. (Advertising Standards Authority) ou A.A.A. (Association of Advertising Agencies) qui ont règlementé et assaini les pratiques publicitaires.5

93Les médias imprimés ont toutefois vu diminuer leur part du marché en 1990, même si les ressources publicitaires ont continué à progresser. Les médias imprimés ont reçu 946,9 millions de rands en 1990, contre un milliard 548 à la télévision : ce sont les magazines en afrikaans qui furent les plus touchés ; la publicité se développe dans les magazines pour les Noirs ou les Asiatiques et dans les journaux spécialisés (techniques et financiers). Les principales agences sont Ogilvy et Mather, D'Arcy Masius Benton et Bowles...

  • 6 Etude de Steadman and Associates, citée par Shamlal Puri. Les paramètres socioéconomiques de viabi (...)

94La publicité au Nigeria est dominée par des agences multinationales comme Lintas. Toutefois une limitation du capital étranger a été introduite. Au Kenya, la publicité est florissante ; en 1989, les trois quotidiens recueillaient 41 % des ressources publicitaires (l'équivalent de 6 milliards 76 dollars) ; les magazines mensuels 12 % et les hebdomadaires 9 %6.

95La publicité est plus développée dans les pays où une presse indépendante se développe (c'est aussi le cas de la Namibie, du Botswana, du Zimbabwe) que dans ceux où les journaux restent nationalisés. Un nouvel hebdomadaire économique privé au Ghana, Dawur a su rapidement trouver la manne publicitaire et attirer les annonces du savon Lux, de la Guinness, ou Nestlé ou Novotel.

96La publicité n'a une importance équivalente que pour la presse d'un petit nombre de pays francophones. C'est le cas en Côte d'ivoire où elle est organisée avec Ivoire Media qui employait 63 personnes en 1991. La société est surtout le régisseur de Fraternité Matin. Le chiffre d'affaire publicitaire de la presse qui représente 20 % de la publicité (la télévision 40 %) a baissé en 1989-1990 par rapport aux années précédentes en Côte d'ivoire.

97Havas s'est implantée très tôt en Afrique, Communication Media International est devenue dès 1972 HMI (Havas Media International). Lintas est aussi implantée en Côte d'ivoire et, depuis 1983, au Cameroun.

98Au Cameroun, Soccomex est le leader de la publicité et a obtenu la régie de Cameroon Tribune en 1991 au détriment de Cameroon Public Expansion (CPE) qui fut longtemps la seule à assurer la régie des médias d'Etat. Par ses relations avec le groupe Azeria, la Soccomex est reliée à Nelson Mac Cann International. Parmi les gros annonceurs de Cameroon Tribune se trouvent les Brasseries de Cameroun, les concessionnaires automobiles, les compagnies aériennes, Bustos et Sitabac. D'autres journaux, Le Combattant, La Nouvelle Expression, La Vision, La Détente bénéficient aussi de contrats avec des gros annonceurs. Le Messager est devenu un des meilleurs supports de publicité au Cameroun.

  • 7 MISSE-MISSE.

99La centralisation de la gestion de la publicité à Douala et à Yaoundé rend difficile la situation des rares journaux de province comme Cameroon Express à Bafoussam qui insérait gratuitement en 1990 des messages publicitaires d'annonceurs locaux dans l'espoir de voir arriver ensuite des messages payants. Les recettes de la publicité pour la presse ont diminué de plus de la moitié entre 1985-1986 et 1991 ; c'est surtout sensible dans le chiffre d'affaires de Cameroon Tribune, la publicité qui en 1985-1986 représentait 53 % de ce chiffre ne représentait plus que 38,8 % en 1989-1990.7

  • 8 MYTTON.

100La publicité n'est pas seulement fonction des tirages. Dans la zone anglophone qui connaît à la fois de plus gros tirages et un plus grand développement de la publicité, celle-ci est plus importante que les journaux de langue anglaise que pour ceux en langue africaine. C'est ainsi qu'en Tanzanie, au sein du groupe gouvernemental TSN ou de la presse du parti, Uhuruet Mzalendo publiés en swahili qui tirent deux fois plus que Daily News et Sunday News ont très peu de publicité par rapport à ces derniers, alors qu'ils sont tous contrôlés par le gouvernement. The Business Times, nouvel hebdomadaire commence à prendre une part importante de la publicité avec des tarifs moins cher et un plus grand respect du calendrier des insertions que le groupe de presse gouvernemental TSN (Tanzania Standard Newspapers).8

101La publicité cherche surtout à provoquer la consommation d'un produit ou d'un service : toutefois des entreprises nationales, surtout dans des pays francophones, achètent des pages pour faire figurer la photo de leurs dirigeants.

102Ce n'est guère qu'en zone anglophone que des entreprises de presse peuvent faire des bénéfices durablement.

103L'autre source de revenus tient aux ventes des journaux. Or, une des principales difficultés de la presse en Afrique tient à la distribution ; résoudre les problèmes de la diffusion vers l'intérieur, mais aussi le décalage entre le nombre d'acheteurs du journal quand il paraît et le nombre de lecteurs, soit que le journal ou le magazine soit revendu, soit que les ministères et organismes publics aient pris des abonnements pour les journaux gouvernementaux lus dans les bureaux : un exemplaire de magazine ou d'hebdomadaire est souvent lu par 10 ou 15 personnes.

104La vente par abonnement est peu praticable, surtout en Afrique francophone en raison de la faiblesse du réseau postal et parfois du détournement par les postiers ; les abonnés ne recevant que rarement leur journal, il y a peu d'abonnements.

105La distribution est aussi rendue difficile par les défaillances des transports locaux et les difficultés d'utilisation des voies terrestres à certaines époques de l'année. Sans même qu'il y ait une volonté délibérée de boycotter la vente d'un journal soit gouvernemental soit opposant (ce qui existe parfois), des exemplaires de journaux ne sont livrés que plusieurs jours après leur parution dans les provinces. Aussi la diffusion se concentre-t-elle souvent dans les capitales surtout pour les quotidiens, là où ils sont édités. Au Nigéria, The Daily Times ou National Concord ont leur propre système de distribution ; les petits journaux se sont développés dans plusieurs villes en raison de la faiblesse du transport de beaucoup de quotidiens édités à Lagos.

106Le Kenya a un bon système de distribution, les deux principaux journaux, Daily Nation et Standard, disposant de leur propre parc automobile.

107Edipresse (l'ancienne Agence Ivoirienne Hachette) assure en Côte d'ivoire la distribution de quelques 1 250 titres nationaux ou étrangers sur 1 500 points de vente. C'est une société mixte entre la SPECI, la société éditrice de Fraternité-Matin et les NMPP françaises (dominées par le groupe Hachette). Edipresse a un quasi monopole sur l'ensemble de la Côte d'ivoire et elle est même présente dans les pays voisins. Elle prélève une commission de 35 % sur le prix de vente (dont 20 % pour les intermédiaires et les crieurs ou les kiosques).

108Au Gabon la Sogapresse, une structure du pouvoir, organise la distribution. Elle n'assure la diffusion que des publications pouvant attendre la fin du mois pour percevoir les revenus des ventes. Au Cameroun, la distribution est assurée par Messapresse, une filiale des NMPP.

109La principale difficulté pour beaucoup de journaux vient de la faiblesse du produit de la vente. La prolifération des titres a entraîné la disparition de beaucoup, après quelques numéros seulement parfois. Le prix de vente allant jusqu'à 200 et 300 F CFA, bien plus élevé que pour la presse gouvernementale, pour un nombre de pages parfois très restreint, est un handicap surmonté par l'attrait de la nouveauté ou de révélations d'informations que ne donnent pas les médias d'Etat (notamment la radio) mais la concurrence entre les titres, le peu d'informations fiables éloignent rapidement les acheteurs. La nouvelle presse, vendue au dessous de son prix de revient, sans compensation suffisante de la publicité tend parfois à trouver des ressources occultes sous la forme de publi-reportage, quand il ne s'agit pas tout simplement de corruption, voire de chantage à l'annonce d'informations à scandale à venir qui ne sont jamais publiées. Sans être généralisées ces pratiques ont contribué à faire retomber l'intérêt suscité par les nouveaux journaux.

110La récupération du produit des ventes est souvent difficile auprès des vendeurs ambulants ou des commerçants dont les boutiques servent de point de vente. Les rentrées de fonds des vendeurs ambulants de journaux s'évanouissaient souvent au Rwanda par exemple, détournées par les petits crieurs de Kigali. A Kinshasa, les vendeurs dans les rues modulent le prix des quotidiens en fonction de l'importance des nouvelles annoncées à la criée.

111L'aide étrangère provenant de Fondations Européennes ou américaines, des agences de développement Scandinaves ou canadiennes, ou encore d'O.N.G. (Organisations Non Gouvernementales) en matériel ou en approvisionnement de papier journal n'est qu'un palliatif. L'entente entre plusieurs journaux pour l'acquisition de matériel, de papier, pour les couplages publicitaires apparaît comme une solution plus souhaitable à long terme.

112Car les journaux africains connaissent aussi des difficultés liées à leur dépendance de l'étranger en matière d'équipement d'imprimerie et de fourniture de papier.

113Pour les imprimeries, il en existe de très importantes en Tanzanie, au Kenya, au Nigeria, au Ghana ; quelques journaux seulement sont équipés des outils informatiques comme le Daily Nation au Kenya, en dehors de l'Afrique du Sud.

114Dans la zone francophone, les imprimeries les plus modernes appartiennent le plus souvent à l'Etat ou à des quotidiens gouvernementaux qui impriment aussi des hebdomadaires. Toutefois, l'information moderne a été utilisée par plusieurs journaux nouveaux, équipement de PAO (Publication Assistée par Ordinateur) du groupe Jamana, imprimante laser de La Gazette du Golfe, Macintosh...

115La dépendance existe aussi au niveau du papier ; les journaux souffrent chroniquement de pénurie de papier. En dehors de l'Afrique du Sud, du Nigeria, et en moindre quantité du Zimbabwe, les Etats africains produisent peu ou pas de papier, notamment dans l'Afrique francophone qui est affectée par la dévaluation du Franc CFA et devra acheter plus cher son papier.

116Ce sont des facteurs économiques qui conditionnent actuellement l'existence et la pluralité de la presse. Les procès et les amendes qui s'ensuivent déséquilibrent certains journaux au point de les faire disparaître. C'est par l'utilisation de l'arme économique aujourd'hui que s'exerce le plus souvent l'action des pouvoirs politiques contre la presse d'opposition. L'abus des polémiques et les dénonciations sans preuve dans la nouvelle presse francophone facilitent l'action des tribunaux. Nous avons déjà mentionné le poids financier que peuvent présenter des suspensions ou des saisies de journaux, même dans des pays comme le Nigeria, ou l'Afrique du Sud où la presse peut s'exprimer plus librement qu'ailleurs ; Le New Nation, hebdomadaire catholique de Johannesburg tirant à 70 000 exemplaires, interdit pendant trois mois en 1988 connut des difficultés financières en 1990.

117Dans le climat de violence et d'intolérance qui sévit dans plusieurs pays, la destruction volontaire ou l'incendie mis à des installations de journaux entraînent une paralysie allant jusqu'à l'interruption momentanée ou définitive de certaines publications. L'explosion d'une bombe dans une malle à journaux en mai 1992 à la gare routière de Kigali avait entraîné la fermeture de ce point de vente et tari la distribution des journaux hors de la capitale pendant de longs mois au Rwanda et on ne saurait dire quelle sera la situation de la presse dans ce pays au lendemain de la guerre civile qui se déroula en avril 1994.

118Au Togo le 26 mai 1993 l'imprimerie de la Tribune des Démocrates était endommagée par une bombe et auparavant, le 15 avril, on avait mis le feu à ses bureaux. Au Cameroun les locaux du journal La Détente furent saccagés au début de septembre 1991.

119La saisie de journaux pour articles « obcènes, blasphématoires, contraires à la morale publique, à l'ordre et à la sécurité de l'Etat « était fréquente en Afrique du Sud : Scop, Star, South African Model News ont été plusieurs fois saisis en 1992 pour ce motif et ensuite l'interdiction a été levée en appel par le Publications Appeal Board. Ces saisies représentent une perte financière importante. Inversement des militants de l'A.N.C. détournent et brûlent souvent des exemplaires des journaux proches de Buthelezi.

  • 9 On en trouve des relevés dans Index on Censorship et dans la Lettre de Reporters sans frontières.

120Au Nigeria le 21 mars 1993, les forces de sécurité saisissent 30 000 exemplaires de The News à cause de la publication d'une interview d'un ancien ministre contenant des critiques contre le gouvernement, on pourrait multiplier les exemples dans différents pays.9

3. Les journalistes

121La presse avait souvent été un tremplin pour l'accession au pouvoir des dirigeants africains au moment de l'indépendance. Leur passage en Angleterre ou en France où leur avait été révélée la place des journalistes dans la vie politique parlementaire, l'attrait qu'avait pu exercer, sur plusieurs d'entre eux, le système soviétique, ces situations contradictoires avaient au moins un point commun, l'importance politique attribuée aux journalistes. Il en résulta une conception du journaliste, avec un décalage sensible entre la théorie et la réalité et des caractères qui perdurent en dépit des changements politiques.

122Mais les différences sont plus profondes encore que dans les structures de la presse entre journalistes anglophones et francophones.

1) Le recrutement

  • 10 African Affairs, avril 1990.

123Cette différence apparut d'abord dans le recrutement des journalistes. C'est en zone anglophone qu'apparurent les premières écoles africaines de journalistes présentées plus loin. Même lorsque la direction des grands journaux de langue anglaise passa à des Africains, des journalistes britanniques restèrent souvent, et les traditions anglaises du journalisme survécurent, avec un esprit d'indépendance des journalistes qui les amena à privilégier la recherche de l'information sur l'expression d'une origine de parti ; même si dans le choix des journalistes les considérations politiques n'étaient pas absentes au Nigéria. Aikhen Uduehi passa du Punch au Nigérian Observer de l'Etat de Bendel parce qu'il était considéré comme favorable à l'UPN mais des doutes et la suspicion qu'il avait des sympathies pour le NPN, le parti de Shagari, l'amenèrent à quitter le journal. James Jukwey laissa le New Nigerian en 1981 pour le Nigerian Voice journal du NPN dans l'Etat du Bénin à la demande du gouverneur ; pourtant il fut écarté en octobre 1982 parce qu'il était originaire du même lieu que le candidat du NPP au poste de gouverneur aux élections de 1983 et on lui reprochait de présenter de façon équilibrée la campagne des deux partis10.

124En dépit de leur polémique politique, les journalistes du Sketch ou du Tribune et ceux du Concord se rendaient des services.

125Beaucoup de journalistes anglophones ont travaillé dans plusieurs territoires avant l'indépendance. Cette situation se retrouve de moins en moins sans toutefois avoir complètement disparu. Les quotidiens et hebdomadaires de la zone anglophone qui atteignent des tirages élevés représentent des entreprises importantes qui nécessitent une structure professionnelle mieux organisée.

  • 11 Leberbogen.

126Les journalistes se recrutent davantage parmi les hommes, pour 80 % en Tanzanie d'après une enquête de 1990, davantage au Bénin et au Sénégal dans des enquêtes de 1988. Alors que les journalistes se recrutent plus généralement parmi les citadins, au Sénégal notamment, en Tanzanie ils proviennent surtout du monde rural et d'un milieu traditionnel modeste pour les deux tiers11.

  • 12 C'est notamment le cas de pays francophones où l'habitude de recruter dans la fonction publique le (...)

127Le recrutement des journalistes dans la presse des Etats francophones et lusophones fut longtemps dominé par un souci politique, les journalistes devant partager l'opinion des gouvernants qui les nommaient. Il en résultait une priorité donnée à l'appartenance politique, parfois ethnique et souvent une pléthore de journalistes par rapport à ce qui était publié. La formation sur le tas fut celle de nombreux journalistes gouvernementaux qu'inquiétèrent ensuite les arrivées de nouveaux venus qui avaient reçu une formation de journaliste dans le pays ou à l'étranger. Dans les pays où les journalistes étaient considérés comme des fonctionnaires, les diplômes universitaires favorisaient ceux qui en possédaient. Mais le recrutement de journalistes formés s'est développé au moment où les difficultés budgétaires et la nécessité d'un ajustement structurel allaient restreindre l'embauche12. Les journalistes de la nouvelle presse provenaient souvent aussi de l'ancienne presse gouvernementale. Par exemple au Zaïre le directeur du Potentiel, Mutinga Mutwishayi avait été rédacteur du mensuel Zaïre. Banza Kakese, le directeur de La Semaine, était un ancien journaliste de l'Agence Zaïre-Presse. Muboyagi Mubanga, le directeur du Phare un journal d'annonces gratuites fondé en 1983 était un ancien reporter sportif de Salongo ; son journal devint rapidement un journal sportif, puis un journal d'information, rallié à l'opposition. Kisungu Kiambi qui fonda L'Evénement en 1991 était un ancien directeur d'Elima. Boureima Jeremie Sigué qui lanca le quotidien Le Pays à Ouagadougou en octobre 1991 est un ancien dirigeant de la presse présidentielle avant 1983.

128L'apparition de la nouvelle presse donna parfois du travail, avec une rémunération précaire et incertaine, à des jeunes sortis des écoles, mais elle fut aussi très souvent l'œuvre de militants des nouveaux partis politiques, enseignants, fonctionnaires qui ignoraient tout de la vie d'un journal et plus encore des problèmes de sa gestion.

129La méconnaissance d'un minimum de droit a entraîné de nombreux procès pour diffamation, même lorsque les faits dénoncés dans des articles étaient connus de tous et véridiques. Mais il y eut aussi des dénonciations inexactes, parfois seulement l'annonce de dénonciations jamais publiées à la suite de silences achetés. La presse, la nouvelle aussi bien que les anciens journaux, ont souvent déploré cette situation ; dans Le Messager du 19 mars 1992 un journaliste camerounais parle « des dérapages et des dévoiements qui jettent l'opprobre et surtout le discrédit sur toute la profession » et souhaite que les journalistes « fassent taire les rancœurs transformées en règlement de compte afin de devenir simplement un corps homogène, dernier rempart de l'abus de pouvoir, des violations des droits les plus élémentaires du citoyen ». Le Forum des As à Kinshasa, dans un article du 22 avril 1992 parlait de « la presse dans le tourbillon : deux ans de démocratisation » ; l'auteur. Ngala constatait que : « depuis deux ans, le journaliste a su focaliser l'attention sur lui au point de retrouver son prestige et de s'imposer comme partenaire incontournable de la société zaïroise tout au long de ce processus démocratique », se plaignant de « l'intolérance » « tout ce qui ne vient pas de sa tendance politique est mauvais quelle que soit la pertinence », et d'ajouter « Beaucoup de personnes font la presse par aventure... Le journalisme est à l'heure actuelle l'un des métiers où l'on entre n'importe comment ».

  • 13 Fraternité-Matin, La Voie, d'août 1992.

130Au séminaire sur « la presse ivoirienne face aux défis des temps nouveaux » à Yamoussoukro les 28-29 août 1992, les participants appartenant à des journaux gouvernementaux ou opposants ont rédigé une déclaration dans laquelle « Ils ont dénoncé le caractère partisan de la plupart des organes de presse et ont appelé les journalistes à plus de professionnalisme », demandant « une politique de formation, de recyclage ou de perfectionnement », parlant aussi de « la crise d'identité qui secoue la profession »13.

131La formation des journalistes est devenue un problème essentiel soulevé aussi bien au colloque de Panos/UJAO en janvier 1991 qu'au séminaire de Windhoek en mai 1991. Dans le premier, tenu à Paris, s'est posé notamment le problème : formation de journalistes ou de journalistes spécialisés. Quant à la réunion de Windhoek, patronée par l'UNESCO, elle insista sur la formation à la fois de journalistes et de gestionnaires d'entreprises de presse.

2) La formation

132La formation des journalistes africains était déjà un sujet discuté en 1961 à une réunion à Moshi en Tanzanie. Problème posé à la fois par les anciennes puissances coloniales et par l'UNESCO, la formation des journalistes africains a reposé sur une double ambiguïté. Formation en Europe ou formation en Afrique ? Formation des professionnels de l'information pour le développement mais médiocres résultats de l'action des médias pour le développement.

  • 14 DRABO, Y. Socio-histoire de la formation des journalistes africains. Thèse de doctorat d'Etat, Uni (...)

133Un premier type de formation fut la formation sur le tas, surtout en Afrique francophone, lorsque le recrutement dans les seuls journaux gouvernementaux était déterminé principalement par l'adhésion au parti unique, le clientélisme ou le népotisme. Une enquête en 1986 au Congo révélait que 56 sur 130 interviewés avaient connu la formation sur le tas. Cette solution fut même encouragée dans des pays engagés dans une lutte « révolutionnaire » comme le Congo, accusant les journalistes formés à l'étranger d'apolitisme, préférant des militants « au niveau de base souvent douteux » disait Mpassi-Muba journaliste congolais devenu directeur de la PANA.14

134La formation en Europe a longtemps donné un privilège à ceux qui en avaient bénéficié en France, en Angleterre, au Canada, aux USA, en URSS ou dans les pays de l'Est pour les pays socialistes (notamment à Prague).

135Le Centre de formation de journalistes de la rue du Louvre à Paris, l'Ecole Supérieure de journalisme de Lille, le Centre universitaire d'enseignement du journalisme de Strasbourg, l'Université de Bordeaux, l'Institut Français de Presse de l'Université de Paris II ont ainsi de nombreux anciens élèves dans les pays dits francophones occupant des fonctions dirigeantes dans les médias ; des institutions belges et canadiennes ont aussi contribué à la formation de journalistes francophones.

136Les anglophones ont surtout fréquenté des institutions anglaises comme la Thomson Foundation ou le Center for journalism studies de l'Université de Cardiff.

137La formation en Europe ou aux Etats-Unis (par exemple le World Press Institute de Saint-Paul) reste encore valorisante mais elle concerne moins d'étudiants, davantage des journalistes déjà en fonction venant se perfectionner pour un ou deux ans. Il s'agit aussi de stages ou de séminaires comme en organisent l'Agence de Coopération Culturelle et Technique ou l'UNESCO.

138La formation des journalistes africains donna lieu à des créations d'écoles de journalisme en Afrique, souvent avec l'appui de l'UNESCO. La première fut ouverte en février 1959 au Ghana, le Ghana Institute of Journalism dont le premier directeur fut un journaliste britannique, Richard Mc Millan, le Centre de Mindelo fut créé peu après dans ce qui devint la Zambie.

139A la fin de 1986 dans 8 pays anglophones de l'Afrique sub-saharienne, il y avait 35 établissements participant à la formation de journalistes ou de professionnels de la communication (dont 19 au Nigéria comptant le plus grand nombre des quelque 3 600 étudiants de ces établissements). Parmi elles, l'Institut nigérian de journalisme de Lagos qui forme en deux ans, les universités de Lagos et de Nsukka ont un programme en trois ans de communication de masse, le Polytechnic d'Ibadan en 4 ans ; la School of journalism de l'Université de Nairobi, le Zimbabwe Institute of Mass Communication de Harare, les enseignements de journalisme des Universités de Bloemfontein, de Grahamstown, le Pretoria Technikon en sont aussi quelques exemples.

  • 15 LEBERBOGEN.

140La formation à l'école de journalisme de Tanzanie de l'Etat dure deux ans ; l'endoctrinement idéologique socialiste y tient une grande place. Toutefois l'obligation par les étudiants d'être membres du parti unique, le Chama Cha Mapinduzi n'était pas très suivi et les discussions sont plus libres depuis 1990. Une autre école de journalisme en Tanzanie a été fondée en 1963 au Nyegezi Social Training Institute avec l'aide de l'Eglise catholique à Mwanza sur le lac Victoria, mieux équipé.15

141En Afrique francophone, le Centre d'Etude des Sciences et Techniques de l'Information, CESTI, créé à Dakar en juillet 1964 pour toute la région de l'Afrique de l'Ouest, connut de nombreux soubresauts, non sans être à certains moments un enjeu entre coopération canadienne et coopération française. Outre le fait que le CESTI attire de moins en moins d'étudiants des autres Etats africains, il subit la contagion de l'agitation universitaire à Dakar. L'Ecole Supérieure Internationale de Journalisme de Yaoundé fondée sous l'impulsion d'Hervé Bourges en 1970, devait se transformer à la fin des années quatre-vingt en école camerounaise.

142L'Institut Supérieur de la Presse de l'Entente lancée à l'Université du Bénin au Togo en 1978 reste peu développée. Il existe aussi le CFSI, Centre de Formation des Spécialistes de l'Information à Tananarive et l'Institut des Sciences et Techniques de l'Information de Kinshasa, l'ISTI, créé en 1973.

143Un quatrième type de formation consiste en des stages de courte durée organisés en Afrique, où beaucoup de journalistes n'avaient pas reçu de formation professionnelle spécifique avant de venir travailler dans un journal. Ces stages régionaux ou nationaux existent depuis trente ans et les quatre formules sont encore utilisées mais la situation actuelle suscite une interrogation nouvelle qui apparaît dans les rencontres internationales de l'UJAO à Paris, de la PANA, de Windhoek.

144Les journalistes de la presse écrite —avec la floraison des nouveaux journaux — deviennent plus nombreux que ceux de la radio et de la télévision, dont le statut reste très proche de la fonction publique à la différence des premiers.

145La prolifération des formations aux professions de l'information et de la communication —chaque Etat voulant avoir la sienne— s'est produite au moment où les restrictions budgétaires limitaient l'embauche de jeunes diplômés.

3) Les conditions de travail

146Le contrôle de l'Etat sur les media qu'il possède laisse peu d'autonomie aux journalistes, même si la situation a évolué et si elle présente des caractères différents dans la zone anglophone. Les conditions matérielles diffèrent aussi selon les pays et selon les journaux, surtout en matière d'équipement disponible.

147Les conditions de travail sont aussi très différentes ; qu'il s'agisse de l'accès à la documentation sur lequel nous allons revenir ou des moyens de se déplacer. La pauvreté du parc automobile des organes de presse, la lenteur administrative pour en disposer (quand il en existe), pour faire réparer les pannes, pour se procurer de l'essence, limitent les possibilités de reportage et favorisent les publi-reportages, financés par les personnages et les sociétés sur lesquels ils portent, source de complaisance, voire de corruption.

148Il faut compter aussi avec les réseaux de téléphone surchargés, les télex défectueux.

149Des enquêtes réalisées à la fin des années quatre-vingt il ressortait que le journaliste (il ne s'agissait alors que de journalistes dans des organes étatiques) avait plus de latitude d'action en Tanzanie qu'au Bénin ou au Sénégal. Dans sa recherche de l'information, le journaliste de la presse privée se heurte davantage au mutisme des fonctionnaires des administrations publiques, n'a pas accès aux activités quotidiennes du chef de l'Etat ou de ses ministres.

150Le salaire des journalistes fonctionnaires était plus assuré tant que le journaliste était en fonction, ce qui accentuait sa dépendance et sa soumission. Avec les changements récents, d'une part les dirigeants des journaux gouvernementaux ont souvent été changés, par exemple en Zambie. D'autre part, les difficultés financières des Etats, avec l'application de plans d'ajustement structurel amenèrent des retards sinon des interruptions dans le versement des salaires.

151Dans la zone francophone surtout il y a des différences de salaires assez sensibles entre hommes et femmes, celles-ci remplissant souvent des fonctions plus modestes.

152Le niveau des salaires est très variable d'un pays à l'autre. Il était faible au Congo ; son insuffisance est le principal motif d'insatisfaction des journalistes de Tanzanie.

153L'existence de journalistes indépendants, de « freelance » est impossible à moins de travailler pour des organisations internationales en Afrique, ou d'avoir un autre emploi.

154La défense des journalistes sur le plan syndical a été assurée bien plus tôt dans les pays anglophones.

  • 16 DIANKOUIKA et KOUVIBIDILA.

155Ailleurs, il y eut longtemps un syndicat unique, lié au pouvoir en place. Au Congo une action des travailleurs de l'information faisait partie de la Fetrasseic, fédération des travailleurs de la science, des sports, de l'enseignement, de l'information et de la culture, rattachée à la Confédération syndicale congolaise placée sous la dépendance du parti unique.16

4) Forces et faiblesses des journalistes

156Les journalistes ont une image à la fois contrastée, et très changeante dans l'opinion. Le public des villes et les fonctionnaires en particulier avaient tendance à les considérer comme mal formés et aussi comme corrompus. La nouvelle presse a cristallisé sur un petit nombre les aspirations au changement mais la crédibilité des journalistes est rarement reconnue de tous ; admiré et suivi par les uns, surtout lorsque l'activité journalistique débouchait sur une responsabilité de parti politique, le même est vilipendé et soupçonné par ses adversaires.

157Mais la définition du journaliste —des lois récentes ont voulu la préciser— n'est pas simple en Afrique. Dans les médias gouvernementaux elle s'appliquait à tous ceux qui travaillaient dans un journal, classés selon leur diplôme dans la classification des fonctionnaires ; dans la nouvelle presse, beaucoup de ceux qui écrivent ont une autre activité et se sont improvisés journalistes.

  • 17 En hommage à Noël Ebony, journaliste décédé.

158C'est à la fois une preuve d'influence du journaliste et une conséquence souvent de la faiblesse de son salaire qui explique la corruption des journalistes. Sans généraliser il faut toutefois situer cette pratique dans le contexte de ce qu'on pourrait appeler une économie de la corruption et apprécier un éventail allant de l'échange de services pour accéder à l'information à l'achat pur et simple des consciences. Il nous semble significatif que parmi les prix Ebony17 décernés au cours de la nuit de la communication à Abidjan se trouve un article de Sangaré : « Nous sommes presque tous des ripoux », repris dans Fraternité Matin du 6 juillet 1993 : « à côté de la course au trésor, la corruption intellectuelle prend des proportions catastrophiques dans les médias d'information », faisant état des relations ambigües entre les journalistes et politiciens, sportifs ou milieux d'affaires, citant le chef du service sportif d'Ivoir'Soir, déplorant que « les gens mélangent amitié et travail ». Le journaliste déclare aussi : « des articles annoncés avec fracas n'ont plus jamais été publiés ». Cette forme de chantage se trouve notamment pratiquée dans la nouvelle presse de plusieurs Etats francophones.

159A voir l'éloge de certains chefs d'Etat dans des journaux d'autres Etats africains, il n'est pas interdit de penser que ces articles ne sont pas gratuits. Dans La Nation du Bénin du 7 décembre 1992, Gisèle Adissoda écrivait un article : « les aventuriers qui prostituent le journalisme béninois » parlant des journaux qui tombent, sous la coupe des pouvoirs d'argent d'un pays voisin résolu à agir contre la volonté de son peuple « qui visait le Togo ».

160Dikalo, au Cameroun publia le 29 juin 1992 dans le Courrier des lecteurs, un véritable article avec un titre « L'information malade du militantisme des journalistes » s'en prenant « à des journalistes convertis en de véritables agents de propagande politico-idéologique, réduits à chanter des louanges et à pondre des panégyriques pour encenser le régime », mais aussi : « cette presse qui s'acharne passionnément contre un régime et ses hommes en s'abandonnant dans un manichéisme radical et obsolète ».

161Dans Mibana du 8-14 janvier 1993, hebdomadaire de Libreville, une tribune libre est consacrée à « Corruption debout et information couchée » ; l'auteur souhaite qu'on remédie « à la corruption systématique et à l'information foncièrement couchée ». Sans qu'il s'agisse de corruption, comment qualifier la publication de rumeurs ou de fausses nouvelles sensationnelles pour faire vendre le journal ; un journal du Cameroun alla même jusqu'à annoncer le décès du président de la République française... au Cameroun, inutile de dire qu'il ne publia ensuite aucun autre numéro.

162Les médias gouvernementaux et les autorités dénoncent et mettent en valeur les dérapages ou les défauts dont se rendent coupables des rédacteurs de journaux. Nous verrons plus loin aussi le rôle parfois de la presse dans les crises, mais les journalistes africains jouent aussi un rôle d'éveil et de conscience néfaste de l'opinion publique en courant de grands risques.

163Les journalistes restent soumis, dans beaucoup de pays, à l'arbitraire et à la surenchère dans l'application des lois. Même s'il y a la libéralisation en Afrique du Sud, de nombreuses lois continuent à placer les journalistes facilement en infraction, par exemple la publication « sans raisons fondées » — ce qui est toujours difficile à prouver— d'informations sur la police. Ainsi le 4 avril 1991, le Weekly Mail fut poursuivi à propos d'un dossier sur la violence dans le township d'Alexandra, un de ceux de Soweto placés en état d'urgence, entraînant l'expulsion des médias. De même le 16 avril, la police confisqua dans les locaux du Star des documents et enregistrements de journalistes qui enquêtaient sur un ancien membre des services de sécurité.

164Les mesures d'intimidation comportent différents degrés et peuvent venir par exemple en Afrique du Sud aussi bien de mouvements pour le maintien de l'apartheid comme l'AWB, un mouvement de résistance afrikana, néo nazi que de militants anti apartheid. Le premier novembre 1991, un journaliste du Star à Soweto est menacé de mort chez lui par un commando de jeunes armés s'il ne parle pas d'un appel à la grève. Inversement un journaliste du Natal Witness subit des menaces par téléphone le 5 décembre pour avoir parlé d'un climat de violence à Richmond.

165De nombreuses poursuites sont provoquées par le refus de donner des sources d'information. Le5 mars 1991 un journaliste du Star de Johannesbourg, Patrick Laurence, correspondant du Guardian de Londres, refusa de révéler ses sources d'un article sur le procès de Winnie Mandela. Il fut condamné à dix jours de prison mais libéré sans caution. Le 2 juillet 1991 c'est un journaliste du Daily News qui doit comparaître devant un tribunal qui veut connaître ses sources d'un article sur l'A.W.B. à Richmond. Cette même accusation est reprise dans d'autres pays. En mai 1992, Blamuel Njururi de Society est arrêté pour avoir refusé d'indiquer ses sources dans un article sur le meurtre de l'ancien ministre des affaires étrangères Ouko.

166L'évolution politique de l'Afrique du Sud réduit la répression gouvernementale (sans la supprimer) tout en aggravant les menaces partisanes et contradictoires sur les journalistes entre 1990 et 1994.

167Dans presque tous les autres pays africains les journalistes subissent ces deux contraintes.

168Les arrestations arbitraires sont fréquentes, avançant parfois un autre motif que la cause réelle ; au Rwanda le directeur de Ijisho rya Rubanda (L'Œil du peuple) est arrêté pour un chèque sans provision le 12 avril 1991, en réalité à la suite d'un article dénonçant des assassinats dans les prisons ; il est libéré le 8 novembre. Le directeur de Kanguka, un périodique souvent très critique du Burundi, Vincent Rwabukwisi est arrêté, libéré, assigné à résidence, arrêté à nouveau plusieurs fois en 1991, accusé de « saper le moral des forces armées », de même que le rédacteur en chef du même journal pour « haine ethnique ».

169Au Cameroun, le 19 août 1993, François Borgia Marie Evembe, chroniqueur du Messager fut arrêté puis relâché le 23 août, à nouveau arrêté du 24 au 1er septembre pour une chronique du 9 août : « le problème c'est l'homme qui loge à Etoundi » (le palais du président).

  • 18 Une recension des atteintes à la liberté des journalistes se trouve dans Index on Censorship et da (...)

170Au Zaïre, le 25 août 1993, un rédacteur de l'hebdomadaire La Tempête des tropiques a été arrêté jusqu'au 22 septembre pour avoir critiqué des nominations dans l'armée d'officiers supérieurs, tous de la province du président Mobutu18.

171Non que les imputations de délits n'aient pas des fondements parfois. Les poursuites pour diffamation visent toutefois souvent des accusations exactes mais présentées sans preuve. Les rédacteurs de la nouvelle presse, au moins à ses débuts, ignoraient trop souvent le droit. Mais les gouvernants en place sont aussi très susceptibles et font arrêter très souvent des journalistes pour tout article qui critique un des leurs. Ce fut le cas du rédacteur en chef du périodique Ijambo au Rwanda, François Hangimania arrêté le 22 mai 1991 et relâché provisoirement le 23 septembre. En vertu de l'article 391 du code pénal de ce pays le rédacteur en chef de l'hebdomadaire Isibo fut condamné aussi en 1991 à un an de prison pour avoir accusé de corruption un ancien ministre des travaux publics. Janvier Afrika fut emprisonné le 14 septembre 1992 pour avoir publié dans son journal Umurava les noms de proches du Président du Rwanda membres d'un réseau qu'il qualifiait d' »escadron de la mort ». Six mois plus tard Reporters sans frontières ne pouvait obtenir aucun renseignement sur son sort.

172Les accusations pour diffamation ou pour sédition sont multiples dans la zone anglophone : en mars 1992, George Naykene, directeur du Christian Chronicle est poursuivi à Accra en ce sens. En mai 1993, des journalistes de Society sont arrêtés au Kenya où le gouvernement du président Moi est très attaqué par les journaux et poursuit de plus en plus souvent des journalistes qui s'en prennent à la corruption de plus en plus répandue dans les milieux dirigeants. Gitobu Imanyara, le directeur du Nairobi Law Montly passa plusieurs mois en prison en 1991 et 1992. Le 3 février 1993, le rédacteur en chef de Finance, Nejhu Gatabaki avait été arrêté, accusé de sédition pour avoir publié que la famille d'Arap Moi possède à Londres une banque menacée de liquidation. Le 17 février, c'est le rédacteur en chef de Watchman (Jitegemea), le révérend Jamlick Miano et un de ses journalistes qui sont arrêtés et accusés de sédition pour un article intitulé « le fouet satanique de Moi frappe les Kenyans ». Ils avaient déjà été arrêtés en août 1992 pour des articles critiquant le gouvernement.

173En Tanzanie le ministre des Finances menace de poursuites le 28 janvier 93 Family Mirror et Business Times pour avoir écrit qu'une partie de son ministère était transformé en mini-mosquée. Le gouvernement essaie de constituer un Conseil de la presse auquel les journalistes s'opposent.

174Au Nigeria, six journaux sont interdits en juillet 1993, des quotidiens dont Daily Sketch, Aluja News Day, Africa Concord et Daily Concord. Pourtant, la presse s'appuie au Nigeria sur plusieurs associations : la Newspaper Proprietors Association of Nigeria (NPAN), la Nigeria Guild of Editors, la NUJ (Nigerian Union of Journalists), organisée dès 1954. Elles ont élaboré un code de conduite. Un Press Council fut établi dès la fin de 1978 par le gouvernement fédéral militaire, son président est désigné par le ministre de l'information, ce que critiquèrent les organisations professionnelles. Ces institutions n'empêchent pas dans l'été 1994 les militaires, à nouveau au pouvoir, de s'en prendre de plus en plus à des journalistes.

175Le 25 février 1993, un directeur de journal en Guinée, Jean Soumaoro est condamné à trois mois de prison et à 10 millions de francs guinéens pour avoir accusé un capitaine d'avoir fait tirer sur des manifestants à Kankan en octobre 1991. Le même jour deux journalistes des Echos, un hebdomadaire du Mali, sont condamnés à trois ans de prison et à un million de F CFA d'amende pour avoir accusé de « négligence et incompétence » un médecin chef de Koulikoro.

176Les menaces ou même voies de fait contre les journalistes sont multiples ; le 4 septembre 1991, des journalistes de cinq journaux — Le Messager, Galaxie, La nouvelle expression, la Vision, Challenge Hebdo — sont attaqués à Douala par les forces de sécurité parce qu'ils protestaient contre de récentes suspensions des journaux, l'un d'eux eut même le bras cassé. Au Nigeria, le rédacteur en chef de Newswatch, Dele Giwa fut tué par une lettre piégée le 19 octobre 1986 après avoir été poursuivi pour un article. Le 9 octobre 1992 un journaliste de Concord, fut brûlé par un jet d'acide lancé au visage à LoKoja. Au Rwanda, le père Sylvio Sindambiwé, ancien rédacteur en chef de Kinyamateka qui avait dû abandonner cette fonction fut tué en novembre 1989 dans un accident de voiture provoqué. Un autre employé de ce journal, qui était aussi chroniqueur catholique à Radio Rwanda, fut assassiné le 18 octobre 1992.

177Au Togo le 26 février 1993, le rédacteur en chef de l'hebdomadaire Ablodé, Léopold Ayivi, attaché de presse du président de l'Union togolaise pour la démocratie, parti d'opposition, est grièvement blessé par un motard qui lui tire deux balles —paradoxe, c'est le général Eyadema qui le fit transférer par avion spécial à Paris où il fut soigné. Rico Tettekpoe, ancien rédacteur en chef du Courrier du golfe est menacé de mort et s'exile comme le font Gabriel Komi Agah, directeur de Forum Hebdo, Homawoo, directeur du Courrier du golfe, ou Bertin Kangiy Foly de La Parole.

178En Côte d'ivoire le 2 mars 1993, des documents confidentiels sont dérobés dans les locaux du quotidien d'opposition, La Voie.

179Ces attaques ne viennent pas seulement des forces de l'ordre ou des partis au pouvoir, mais aussi de mouvements d'opposition ou de guérillas, le 4 décembre 1992, le docteur David Bernadino, directeur de la revue Njongo, hostile à l'Unita qui l'avait menacé de mort, est abattu dans son bureau en Angola.

180Les arrestations de journalistes sont monnaie courante, même si elles ne sont pas suivies de condamnation. Le 12 mars 1993, cinq journalistes de The News au Nigeria sont détenus quelques jours à la suite d'un article sur un scandale dans les affaires. Le 1er avril, un journaliste de Prime People était détenu sans charge trois jours pour un article du 26 mars, mettant en cause la femme d'un chef de la police dans une affaire de corruption. Nous donnons là des exemples des différents motifs qui peuvent être utilisés contre les journalistes.

181Les arrestations de journalistes sont nombreuses au Soudan, en particulier en 1992 parmi ceux de Al-Hadaf, journal clandestin du parti socialiste baas et de l'hebdomadaire Al-Dustur interdit.

182Les journalistes doivent aussi tenir compte des autorités religieuses. Le Témoin de Dakar le 11-17 janvier 1994 se plaint de menaces du Khalife de la confrérie islamique Layène qui avait convoqué le rédacteur en chef pour une expression les concernant qui lui avait déplu. Les rédacteurs du Cafard Libéré et de Wal Fadjri avaient subi les mêmes intimidations. Le journaliste de Témoin conclut un article « Etre journaliste au Sénégal », par ces mots « malheur aux journalistes qui veulent changer, dans un pays qui en a besoin mais qui demeure étatique », incriminant l'Etat « qui a pris la responsabilité de donner des privilèges aux pouvoirs politico-religieux ».

183Danger aussi pour les distributeurs de journaux La Tempète des tropiques au Zaïre leur consacre un article dans un numéro du 31 mars-2 avril 1993 sous le titre « Les Valeureux » parlant de « ces vendeurs de journaux qui courent dans tous les sens à l'assaut des véhicules, voire des piétons intéressés par l'actualité... mille fois traqués, enlevés, torturés, pillés, brimés et peut-être tués par les sbires à la solde du totalitarisme mobutien pour être détournés de la presse écrite libre ».

184Au Cameroun, les vendeurs de journaux de l'opposition sont brutalisés par la police à Yaoundé et Douala en 1992. Tout ce qui touche à la presse est une profession à haut risque en Afrique.

4. Les sources d'information

185Elles ont longtemps dépendu —tant que dura le parti unique— du pouvoir politique, plus étroitement dans la zone francophone que dans les anciennes colonies anglaises.

186Les situations matérielles inégales des entreprises de presse les placent dans des conditions différentes d'accès à l'information en dehors de leur ville ; mais à côté de la question du financement des déplacements, il existe des facteurs sociaux et politiques qui limitent le libre accès à l'information locale ; les administrateurs locaux africains ressentent comme une agression à leur égard toute venue d'un journaliste ne passant pas par leurs services.

187La priorité des recherches personnelles, avancée par la majorité des journalistes dans plusieurs enquêtes, en Tanzanie, au Sénégal semble plus correspondre à leur image idéale de la profession qu'à la réalité quotidienne ; seuls les grands quotidiens ont une documentation actualisée et accessible.

a) Les sources institutionnelles

  • 19 Presse francophone et Symposium sur l'avenir de la communication.

188Les agences de presse représentent, comme partout, la première source des nouvelles nationales et internationales. C'est à leur propos, et plus particulièrement en considérant l'inégal flux d'information entre pays du Nord et du Sud que s'était élaborée, dans les années soixante-dix, la revendication d'un nouvel ordre mondial de l'information et de la communication plus connu sous le nom de NOMIC, consacré notamment à la conférence intergouvemementale sur les politiques de la communication en Afrique, tenue à Yaoundé du 22 au 31 juillet 1980. Un projet d'agence panafricaine, esquissé à une réunion à Tunis en avril 1963 avait été repris plus activement à une réunion de l'OUA à Kampala en novembre 1977. Mais l'Agence panafricaine d'information, la PANA, dont la création fut décidée en 1979, outre la lenteur de sa mise en place qui n'a pu se faire qu'avec une aide extérieure de l'UNESCO, du PNUD, de l'AGFUND (Programme des pays arabes du Golfe pour les organisations de développement des Nations Unies) a commencé en 1983 avec l'information sportive. Les contradictions au sein de l'OUA, les divergences politiques et aussi le non paiement de leurs cotisations par plusieurs Etats, réduisent son activité et l'efficacité des échanges d'information entre les Etats africains. Son centre à Dakar joue le rôle de pool des agences de presse nationales avec cinq pools régionaux établis à Lusaka, Khartoum, Kinshasa, Lagos et Tri poli. Au colloque de Paris de janvier 1991 sur la presse francophone d'Afrique, le directeur général de la PANA, Auguste Mpassi-Muba, reconnaissait que « les tares et faiblesses des agences nationales de presse devaient nécessairement affecter le fonctionnement et le développement de la PANA », parlait des crises de trésorerie « dues au faible niveau de recouvrement des contributions », en constatant que « les produits de la PANA sont peu distribués sur le continent ».19

189Plus utilisée au Sénégal, la mention d'origine de la PANA est de plus en plus rare dans les journaux africains et quasiment absente de la nouvelle presse. La crédibilité des informations fournies par la PANA a été atteinte en même temps qu'était remise en question la légitimité des anciens dirigeants.

190Les agences nationales représentent la principale source des quotidiens, surtout lorsqu'elles sont aux mains des Etats. Souvent constituées au moment des indépendances, prenant le relais des installations de l'AFP dans plusieurs pays francophones. L'Agence Ivoirienne de Presse (AIP) a été créée par une loi du 2 juin 1961, l'Agence de Presse Sénégalaise (APS), dès 1959. Mais d'autres furent transformées plus récemment, la NAN (News Agency of Nigeria) en 1976, Shihata (Tanzania News Agency) en 1981. Celle de Sierra Léone ne fut créée qu'en 1987 et celle de Gambie en 1986.

  • 20 DIABI.

191Les agences de presse africaines sont presque toujours rattachées au Ministère de l'information ; soit directement intégrée, — l'Agence Nigérienne de Presse créée par ordonnance du 23 juillet 1987 est placée « sous la tutelle du chef de l'Etat ou du Ministre par lui délégué » en 1970, est organisée selon une loi du 19 novembre 1973 qui la met sous la tutelle du Ministère, au Soudan, la SUNA (Sudan News Agency), après la nationalisation des agences privées, soit avec une gestion autonome, souvent d'établissement public à caractère administratif et commercial. C'était le cas de l'Agence Ivoirienne de Presse (AIP) à sa création mais en 1964 elle perdit son autonomie et devint service public sous l'autorité du ministre délégué à la Fonction publique et à l'Information avec un budget annexe au budget de l'Etat.20

192Ces agences reçoivent plus (principalement des agences internationales) qu'elles ne produisent : la moitié du budget de l’ΙΡ passait en abonnements à l'AFP, Reuter, Tass et la PANA. Mais leur production est très variable selon les pays : 100 000 mots par jour pour la SAPA d'Afrique du Sud, 60 000 mots par jour pour la NAN au Nigeria, 6 000 mots pour l'AMP de Mauritanie, 15 dépêches par jour pour l'Agence de Presse du Niger.

193Quelques agences commencent à avoir des desks spécialisés, économie, sport, culture et à s'informatiser.

  • 21 Il est impossible, en septembre 1994, de donner une indication précise sur la situation de la pres (...)

194L'Agence Rwandaise de Presse depuis sa création en 1975 publiait un Bulletin quotidien polycopié21 : c'est le cas de nombreuses agences.

195La plupart des Agences ont des correspondants à l'intérieur du pays. L'Agence Ivoirienne de Presse en 1992 avait une soixantaine de correspondants, des pigistes mais aussi des enseignants ou des employés de l'administration et des bureaux permanents dans onze villes dont Korhogo et Odienne au Nord, Man à l'Ouest, et des halls d'information dans une trentaine de villes.

196Peu d'agences ont des bureaux à l'étranger, c'est le cas du Nigeria. La News Agency of Nigeria avait des bureaux à Londres, New York, Abidjan, Moscou, Nairobi, Harare, Le Caire, New Delhi, Washington. Les difficultés financières ont obligé à ne maintenir que ceux de New York, Londres et Harare.

197Le problème du traitement des dépêches est lié à la question des équipements et du budget, la réception sur un système informatisé n'existe que dans quelques pays.

198L'appui aux agences de presse est un des objectifs actuels de l'UNESCO, notamment du PIDC et aussi du projet WANAD pour l'Afrique de l'Ouest appuyant l'équipement des agences de treize pays : Bénin, Burkina Faso, Côte d'ivoire, Guinée Bissau, Ghana, Sierra Léone. Un projet analogue est en cours d'élaboration pour l'Afrique Centrale. La précarité des agences nationales est encore plus sensible dans cette région. Ainsi un article d'un journal gabonais, le Mibana du 27 novembre-4 décembre 1992 sur « Le CANAD ou le second souffle des agences de presse » présente le Central Africa New Agencies Development mis en place avec l'aide financière de l'Allemagne, mais constate aussi la faillite de la PANA, et la faiblesse de l'Agence gabonaise de presse (AGP) qui n'aurait même plus la disposition d'un téléphone.

  • 22 Rapport final, Windhoek.

199Au séminaire pour le développement d'une presse africaine indépendante et pluraliste tenu à Windhoek les 29 avril-3 mai 1991, le problème de l'accès aux sources d'information et le directeur de la PANA « a déploré les difficultés de la presse indépendante pour accéder aux dépêches des agences de presse ».22

200On peut citer aussi parmi les sources institutionnelles les radios-télévisions, presque partout étatiques, les pouvoirs politiques, ministères, assemblées, mairies. Les administrations publiques livrent souvent inégalement une information selon la tendance du journal, mais depuis l'apparition de la nouvelle presse un changement d'attitude s'est manifesté dans la zone francophone, sans que soit encore pratiqué le même journalisme d'investigation qu'au Nigeria, au Kenya ou en Afrique du Sud.

b) Les sources étrangères

201Elles jouent un rôle même pour les informations nationales. Les agences internationales représentent la principale source d'information sur l'étranger. Leur influence s'exerce sous trois formes ; les services officiels d'information achètent leurs services. Les agences nationales sont abonnées ou ont des accords par lesquels elles fournissent des informations sur leur propre pays et reçoivent celles sur l'étranger. Elles eurent souvent le monopole des dépêches des agences internationales, en dehors de la zone anglophone. Des journaux reçoivent directement les services de ces agences.

202Les deux principales agences internationales qui fournissent l'Afrique en nouvelles sont l'Agence Reuter et l'AFP, chacune ayant pris pied dans le domaine hérité de l'époque coloniale ; l'AFP surtout a joué un rôle important dans la création des agences des nouveaux Etats.

  • 23 LEBERBOGEN.

203Mais des études de 1988-1990 portant sur des enquêtes auprès de journalistes de Tanzanie (102), du Bénin (74) et du Sénégal (77) donnaient les résultats suivants23 :

AGENCES

TANZANIE

BENIN

SENEGAL

REUTER

77 %

23 %

52 %

AFP

23 %

81 %

74 %

PANA

48 %

-

71 %

TASS

28 %

55 %

3 %

CHINE NOUVELLE

45 %

IPS

7 %

GEMINI/PANOS

9 %

AUTRES

AGENCES

14 %

19 %

22 %

204IPS (Inter Press Service) est une agence spécialisée sur le Tiers-Monde, installée à Rome.

205Panos est un institut créé en 1986 à Londres constituant un réseau spécialisé dans l'environnement et le développement.

206L'agence américaine Associated Press était, jusqu'à présent, peu développée en Afrique avec un bureau régional à Abidjan et un service réduit en langue française. Son service en langue anglaise était bien plus important. L'Agence portugaise Lusa joue un rôle important dans l'Afrique lusophone.

207L'AFP a une double structure en Afrique, des bureaux pour certains pays, Kinshasa et Lagos en Afrique sub-saharienne, et des directions régionales couvrant plusieurs pays à Dakar, Abidjan, Libreville, Harare, Johannesburg et Nairobi, travaillant au coup par coup avec tout un réseau de journalistes locaux.

208L'AFP a longtemps toléré des clients insolvables parmi les agences nationales, mais souhaite mettre fin à cette situation et a suspendu en 1990 par exemple son service à la République Centrafricaine.

  • 24 DELARBRE, Anne. « Les agences de presse internationales en Afrique », Mondes en développement, 199 (...)

209L'Agence Reuter développée surtout en zone anglophone, est plus stricte dans le règlement de ses services et sépare généralement le service Media du service Affaires ; elle a des bureaux commerciaux à Abidjan, Dakar, Lagos, Libreville, Kinshasa, proposant à la fois des actualités générales, des rapports internationaux, un service de photos, un service d'informations économiques et financières. Des bureaux régionaux chargés de collecter l'information sont établis à Abidjan, à Dakar où il a été rouvert sous doute en mettant à profit la longue grève des journalistes de l'AFP en 1989, à Lagos, à Kinshasa, à Nairobi, à Harare, à Lusaka ; il y a trois bureaux en Afrique du Sud ou les relations sont étroites entre Reuter et la SAPH (South Africa Press Association)24.

210Les radios internationales sont une source d'information devenue d'autant plus importante que les journalistes de la nouvelle presse privée n'hésitent pas à la citer. Elles jouent aussi parfois un rôle d'agence, diffusant une documentation écrite comme MFI, des fiches de documentation de RFI qui envoie aussi largement son Bulletin Multiplex ; VOA, la Voix de l'Amérique, fournit aussi une actualité politique, économique ou sportive ainsi que des enquêtes, même si elle a fermé plusieurs de ses bureaux en Afrique, de même le World Service de la B.B.C.

211Les organismes internationaux par les rencontres ou les stages qu'ils organisent, offrent aux journalistes qui y participent une information actualisée sur de nouveaux domaines ou sur des problèmes quotidiens, qu'il s'agisse de l'A.C.C.T. (Agence de Coopération Culturelle et Technique) pour l'Afrique francophone, de la Thomson Foundation ou du Commonwealth Fund for Technical Coopération à Londres, de l'UNESCO ou de la FAO.

212Des agences spécialisées fournissent des articles le plus souvent bénévolement. Leur reproduction intégrale est parfois une manière pour le journal de ne pas engager sa propre responsabilité tout en donnant l'information. Par exemple Forum Hebdo du 20 mai 1994 au Togo donne un article de l'Observatoire géopolitique des Drogues « Le cannabis à l'ombre de la guerilla », mettant en cause la production de cannabis du Tchad, « une des plaques tournantes du trafic de l'héroïne » avec le Nigeria.

213De nombreux organismes ou agences, constitués soit par des gouvernements occidentaux, soit par des communautés d'Etat, fournissent des informations spécialisées ; par exemple, l'Agence Syfia (Système francophone d'information agricole) a été créée près de Montpellier en 1988 à la suite du sommet des chefs d'Etat francophones, avec des correspondants surtout en Afrique francophone noire, mais aussi anglophone (au Kenya) ou arabophone.

214La presse étrangère, dont nous parlerons plus loin, est aussi une source utilisée et citée par de nombreux journaux africains ; c'est un moyen — pas toujours efficace — pour faire passer des informations qui seraient l'objet de poursuites si elles étaient présentées sans cette caution.

c) Les enquêtes des journalistes

215Depuis longtemps pratiqué par les journalistes de la zone anglophone, le journalisme d'investigation qui entraîne souvent de grands risques — nous en avons donné plus haut des exemples — est un des caractères de la nouvelle presse. Il pénètre aussi dans la presse gouvernementale francophone, poussée par la concurrence à aborder maintenant des sujets autrefois occultés. Par exemple Ehuzu au Bénin publiait le 10 janvier 1990 un article « La crise scolaire en République populaire du Bénin », un titre qu'il était impensable de voir quelques années plus tôt dans un journal gouvernemental ; dans le même journal devenu La Nation, le 2 janvier 1991, l'analphabétisme était dénoncé en reconnaissant que les deux tiers des analphabètes étaient des femmes.

216La nouvelle presse — même si certains journaux se limitent au débat politique — fait preuve souvent d'investigation ; par exemple Le Nouvel Horizon du 20 juin 1991, consacre toute une page aux « cultures maraîchères en Côte d'ivoire », critiquant, chiffres à l'appui, l'action de la SODEFEL (Société pour le Développement de la Production de Fruits et Légumes). Carrefour actualités du 12-26 avril 1991 au Bénin consacrait presque une page au Marché Dantopka et à sa réorganisation.

217Sud Hebdo du 23 avril 1992 à Dakar consacre son supplément mensuel à une enquête de 4 pages avec titre en première page à l'analyse du système bancaire au Sénégal. Haské du 2-9 mars 1992 consacre une page à « un marché prospère », celui des véhicules d'occasion au Niger. On pourrait multiplier les exemples qui montrent un moindre recours aux sources institutionnelles.

218Il existe toutefois une dérive dans l'information des journaux avec les publireportages effectués le plus souvent à l'extérieur, les frais de déplacement étant pris en charge par le secteur d'activité ou la personnalité dont parle l'article. Des journaux comme Le Témoin, hebdomadaire de Dakar, le 11-17 janvier 1994, pour un article sur la politique de la santé à Thies, ont l'honnêteté d'indiquer qu'il s'agit d'un publi-reportage, mais ce n'est pas toujours le cas et il s'agit souvent d'articles de complaisance quand ce n'est pas un moyen, pour le journaliste de compléter ses revenus.

219Le problème des sources d'information est souvent à l'origine de difficultés et de procès. Trop de journaux — surtout dans la nouvelle presse — utilisent des rumeurs incontrôlées ou incontrôlables permettant de les accuser de diffamation, que les faits incriminés soient exacts ou non. Dans les pays anglophones où le journaliste ne bénéficie pas d'une législation spéciale, le refus d'indiquer ses sources est souvent l'objet de poursuites ; la République d'Afrique du Sud, le Nigeria et le Kenya n'en ont pas moins la presse la plus libre, la plus développée, celle qui utilise les sources d'information les plus variées.

220Nous ne saurions, en conclusion de ce chapitre, assez répéter d'abord que les conditions de production des journaux sont soumises à d'inévitables mutations en raison des évolutions aussi bien économiques que politiques ; ensuite qu'une grande disparité des situations existe entre les Etats. La situation d'anarchie ou de guerre civile de certains semble entraîner, dans d'autres, un durcissement qui limite la libéralisation.

221La presse africaine, surtout dans la zone francophone ou lusophone, ne suit que très imparfaitement la loi du marché et de la concurrence. De nombreux journaux paraissent à perte, certains en meurent, d'autres n'en continuent pas moins leur existence financés par quelques millionnaires ou milliardaires africains qui souhaitent influencer l'opinion ; quand ils ne sont pas subventionnés par des intérêts nationaux ou étrangers.

222La corruption ou la vénalité de la presse est un revers de la liberté ; mais elle existe aussi sans la liberté, et la libéralisation de la presse — même avec ses dérapages — permet une information sur les dirigeants et sur les besoins des populations, susceptible de freiner des abus et de provoquer des changements. Mais l'information politique n'est qu'un aspect de la presse africaine, le plus voyant mais pas nécessairement celui qui touche le plus grand nombre. Or chaque type de presse — notamment la presse rurale et la presse spécialisée — a ses conditions propres de production et d'évolution.

Notes

1 MONTEL, de nombreux journaux parurent en langue africaine.

2 JACKSON. L'évolution politique, depuis les nouvelles élections en 1994, a changé les données, sans bouleverser les structures de la presse.

3 TOMASELLI, JACKSON et documentation de l'ambassade de la République d'Afrique du Sud à Paris.

4 MISSE-MISSE.

5 South Africa Official Yearbook.

6 Etude de Steadman and Associates, citée par Shamlal Puri. Les paramètres socioéconomiques de viabilité d'une presse indépendante en Afrique. UNESCO et FIES, 1991, Windhoek, p. 234...

7 MISSE-MISSE.

8 MYTTON.

9 On en trouve des relevés dans Index on Censorship et dans la Lettre de Reporters sans frontières.

10 African Affairs, avril 1990.

11 Leberbogen.

12 C'est notamment le cas de pays francophones où l'habitude de recruter dans la fonction publique les diplômés de l'Université a été interrompue, par exemple au Congo.

13 Fraternité-Matin, La Voie, d'août 1992.

14 DRABO, Y. Socio-histoire de la formation des journalistes africains. Thèse de doctorat d'Etat, Université de Bordeaux 3, 1982.

15 LEBERBOGEN.

16 DIANKOUIKA et KOUVIBIDILA.

17 En hommage à Noël Ebony, journaliste décédé.

18 Une recension des atteintes à la liberté des journalistes se trouve dans Index on Censorship et dans les Rapports annuels de Reporters sans frontières. Cf. aussi « Les violations de la liberté de la presse ».

19 Presse francophone et Symposium sur l'avenir de la communication.

20 DIABI.

21 Il est impossible, en septembre 1994, de donner une indication précise sur la situation de la presse actuellement au Rwanda.

22 Rapport final, Windhoek.

23 LEBERBOGEN.

24 DELARBRE, Anne. « Les agences de presse internationales en Afrique », Mondes en développement, 1991, no 73.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search