Version classiqueVersion mobile

Feuilles d’Afrique

 | 
André-Jean Tudesq

Deuxième partie. La presse et les aspirations démocratiques à la fin du xxe siècle

Introduction

La remise en question des autorités et du monopartisme

Texte intégral

  • 1 L'Afrique en transition.

1Plusieurs facteurs ont contribué à cette remise en question qui contribua à une certaine libéralisation de la presse écrite ; celle-ci amplifiant à son tour la contestation des régimes en place. Il y a des facteurs extérieurs, l'exemple de l'effondrement des régimes communistes de l'Europe de l'Est ; il fut très sensible dans des pays se réclamant du socialisme comme au Bénin, au Congo, à Madagascar, mais se manifeste aussi ailleurs, notamment dans les pays où la télévision déjà bien implantée montra à de larges populations la chute du mur de Berlin ou le renversement des Ceaucescu en Roumanie. L'intervention des institutions internationales comme la Banque Mondiale ou le FMI qui devant l'ampleur de la crise financière et économique de nombreux Etats africains, donnèrent, sinon imposèrent des conditions d'assainissement ; une plus grande liberté de l'information —semblant moins dangereuse aux gouvernants pour la presse écrite dont le public était plus limité— pouvait apparaître aussi comme un geste de bonne volonté annonçant des réformes. Mais ces facteurs, souvent exagérés, ne doivent pas cacher les facteurs internes, couvant depuis plusieurs années, que l'aggravation de la crise économique et sociale fit émerger1. Le favoristisme, le clientélisme et la corruption sont moins supportables quand la pénurie s'accroît. Plusieurs chefs d'Etat, soucieux de jeter du lest et de détourner de leur personne le mécontentement populaire, incitent eux-mêmes leurs journaux à dénoncer des scandales ; ainsi dans l'Union de Libreville, le billet de Makaya. Au Zaïre, le président Mobutu avait lui-même au milieu de 1977 dénoncé « le mal Zaïrois » appelant à moraliser la vie publique, quitte à s'en prendre quelques années plus tard à des parlementaires qui avaient pris ses paroles à la lettre.

  • 2 On retrouve les textes et les comptes rendus de ce congrès dans Cameroon Tribune de mars 1985.

2C'est en Afrique francophone où les Etats plus centralisés exerçaient le monopole le plus complet de l'information que le mouvement fut le plus sensible. Certes le Sénégal avait déjà montré la voie : peut-être parce que le changement très pacifique et exemplaire de dirigeant avait mis à la tête de l'Etat un président moins charismatique que Senghor, comprenant qu'une évolution plus démocratique était nécessaire. Au Politicien dont nous avons vu la naissance en 1977, s'ajoutèrent le Démocrate de Wade en 1979 et surtout dans les années quatre-vingt plusieurs journaux privés dont Sud Magazine et Sud Hebdo en 1986 et 1987. Cette nouvelle presse contribua à l'élargissement du gouvernement intégrant au moins pendant un certain temps Wade. Au Cameroun aussi, l'arrivée à la tête de l'Etat de Paul Biya, succédant à Ahidjo, malade, amena en 1982 une libéralisation relative de la presse écrite qui fut marquée par l'apparition notamment du Messager. Après les tentatives contre lui en août 1983 et en 1984, le président Biya au Cameroun au Congrès de l'Union Nationale du Cameroun (UNC) à Bamenda en mars 1985 mettant fin au monopartisme, se réfère à la diversité des opinions pour « convaincre tous les Camerounais de bonne foi » qu'il n'est pas nécessaire « pour exprimer ses opinions, de prendre le maquis, de vivre en exil », phrase perdue certes dans un long discours qui, tout en parlant de « la moralisation, la libéralisation, la démocratisation et l'intégration nationale » est surtout un appel à l'unité autour de lui et de l'UNC et un chef-d’œuvre de la langue de bois.2

3La création à Dakar le 15 juin 1986 de l'Union des journalistes de l'Afrique de l'Ouest n'a pas seulement établi un lien entre des associations de journalistes de différents Etats francophones (Sénégal, Bénin, Côte d'ivoire, Niger, Mali...) anglophones (Ghana, Nigéria, Sierra Leone, Libéria), lusophone (Guinée-Bissau...) ; elle veut faire progresser la liberté de la presse.

4L'émancipation de la presse précéda et parfois conditionna l'ouverture du débat politique, effective dans plusieurs pays avec la tenue d'une conférence nationale, entraînant parfois un changement légal des dirigeants à la suite d'élections. C'est ce qui se passa au Bénin. Dans ce pays, la création de la Gazette du Golfee n 1987 est une action exemplaire ; aussi bien par le contexte —il s'agissait d'un pays longtemps aligné sur le bloc soviétique, dirigé par des militaires arrivant de moins en moins à maîtriser l'administration et l'économie du pays— que par son fondateur Ismaël Soumanou qui était issu de la « Nomenklatura » locale puisqu'il travaillait à l'office de Radio télévision du Bénin et connaissait les ministres. C'est ainsi qu'il obtint, non sans la réclamer pendant deux ans, l'autorisation de faire paraître un journal. Le gouvernement du général Kérékou considéra-t-il qu'un journal ne pouvait avoir qu'une influence limitée dans un pays où l'analphabétisme restait important et où la faiblesse des revenus réduisait le nombre de ceux qui pourraient l'acheter ? Depuis le début des années quatre-vingt Kérékou avait libéré des prisonniers politiques, avait renoué des liens plus serrés avec la France, rétabli en 1983 des relations avec les Etats-Unis, introduit des civils dans son gouvernement.

5Quelles que furent les motivations du gouvernement du Bénin, il laissa paraître la Gazette du Golfe qui vendit tous ses exemplaires du premier numéro 12 500 (5 000 en quelques heures le premier jour), alors que le quotidien gouvernemental n'écoulait pas un tirage de 3 500 exemplaires. Ce journal dénonça la gravité de la crise économique et sociale au Bénin où fonctionnaires et enseignants firent grève en janvier 1989, pour protester contre le retard du paiement de leur traitement, et l'ampleur de la corruption. De nouvelles élections en juin 1989 confirmèrent Kérékou mais celui-ci introduisit des ministres civils comme Robert Dossou favorables au multipartisme, annonça que le marxisme-léninisme n'était plus l'idéologie officielle et réunit une Conférence Nationale des forces actives en février 1990 qui désigna un premier ministre Nicephore Soglo, accepté par le Chef d'Etat. Le Bénin fut le premier Etat à connaître une alternance par élections libres en mars 1991, Soglo étant élu chef d'Etat, devançant Kérékou. Cette intense activité politique amena l'éclosion de nombreux journaux (près de 40) dont beaucoup n'eurent qu'une existence éphémère ; parmi les principaux Le Forum de la Semaine, L'Observateur (tirant à 5 000 exemplaires), Tam Tam Express (tirant à 10 000 exemplaires).

6C'est aussi de l'intérieur que s'effondra le régime des militaires se réclamant du modèle soviétique au Congo. Toutefois, la presse indépendante d'opposition se constitua à l'occasion de la Conférence Nationale et des nouvelles élections, plus qu'elle ne fut à l'origine du mouvement. Dans d'autres pays, la réunion d'une conférence nationale n'entraîna pas un changement de dirigeants soit que les opposants ne soient pas arrivés à un accord comme au Gabon, soit que les chefs d'Etat en place aient utilisé la force (au Togo et au Zaïre) pour se maintenir. Dans tous les cas, une floraison de nouveaux journaux a multiplié les critiques contre les gouvernants, contribuant à les déconsidérer aux yeux d'une large fraction des populations urbaines et aussi de l'étranger. Des journaux gouvernementaux sont parfois devenus opposants, ainsi Umoja (l'Unité) au Zaïre : de nouveaux journaux se sont créés dans ce pays avec l'annonce le 24 avril 1990 du multipartisme par un discours du président Mobutu : quelques 100 mensuels, hebdomadaires ou quotidiens ont alors vu le jour avec des positions contradictoires et une vie souvent très brève ; parmi les principaux, le Soft de Finance bimensuel, l'Analyste Kin quotidien, Le Phare, Le Potentiel, La Semaine, la Référence.

7L'église catholique a joué un rôle important dans l'évolution récente et chaotique du Zaïre ; la conférence épiscopale le 27 septembre 1988 avait publié un texte sur le chrétien dans le développement de la nation parlant de la « crise de légitimité du pouvoir ». Le Memorandum des Evêques du 9 mars 1990 alla plus loin, dénonçant le totalitarisme, le Parti-Etat et réclamant que la liberté d'expression devienne effective.

8Les plaintes des fonctionnaires ou des soldats dont les salaires sont irrégulièrement payés, les exactions auxquelles se livrent nombre d'entre eux, les troubles des étudiants dont la colère dérape en manifestations violentes et violemment réprimées ont amené Mobutu à jeter du lest : dans le discours qu'il prononça le 14 janvier 1990 et qui envisageait le multipartisme, référence était faite à la « pérestroïka » et à son influence sur les intellectuels et dirigeants africains.

9L'autorisation, la tolérance plutôt d'une nouvelle presse privée tient aussi à un changement d'attitude des puissances occidentales qui, sans admettre explicitement le droit d'ingérence, ont assorti la poursuite de leur assistance à des mesures de démocratisation ou au moins de libéralisation. Nous analyserons plus loin les moyens utilisés par les gouvernements, anciens ou nouveaux, pour limiter cette nouvelle presse ; celle-ci, qui se présente comme une presse d'opinion plus que d'information, trouve aussi dans ses propres caractères ses limites. Mais son apparition généralisée en 1990-1992 dans toute l'Afrique francophone a été le signe le plus manifeste d'un changement de climat politique, au moins dans les capitales, même s'il n'était pas suivi d'un changement des institutions et du personnel dirigeant.

10Comme Mobutu au Zaïre, Eyadema au Togo se maintient au pouvoir malgré la conférence nationale et malgré l'apparition d'une nouvelle presse souvent très violente dans son opposition. Le Courrier du Golfe, Forum-Hebdo ont été créés en 1990 ainsi que les bi-mensuels, Tribune des Démocrates ou La Patrie Africaine.

11Au Mali, un pays où l'alternance politique a joué, la nouvelle presse a été représentée par une revue Jamana (le pays) lancée par sept personnes à l'initiative d'Alpha Oumar Konaré. Celui-ci était passé par le ministère des Sports, des Arts et de la Culture entre 1978 et 1980. Il obtint en 1983 une audience du président de la République qui donna son accord au projet. Le premier numéro, 60 pages ronéotypées, fut tiré à 1 000 exemplaires.

12Deux ans après le lancement fut constituée la coopérative culturelle d'édition et de diffusion Jamana, composée de 400 parts, disposant d'une unité de photo-composition, sur laquelle s'appuient, outre la revue Crin Grin, un trimestriel pour les jeunes créé en 1986, le bimensuel puis hebdo Les Echos en 1989 (le plus fort tirage du Mali : 25 000 exemplaires en 1991), la publication de livres en français, en bambara, la production de cassettes audio en bambara, une librairie. D'autres journaux indépendants furent lancés au Mali, une dizaine en 1990 dont L'Aurore hebdo, et Cauris mensuel. Au Niger où, à la suite d'une conférence nationale, une transition amena à des élections qui virent la défaite du chef de l'Etat. C'est Haské (Clarté) un bimensuel qui apparaît comme la tête de file de la nouvelle presse, lancé en 1990 par Cheik Diop un ancien directeur adjoint de la presse gouvernementale, avec l'appui de la Gazette du Golfe(du Bénin) passant rapidement à ses débuts de 5 000 à 12 000 exemplaires.

13Le problème des media avait été soulevé au Gabon avant l'ouverture du débat politique. Un colloque sur l'ordre national de l'information et de la communication se tint en novembre 1989 au Gabon, sous les auspices du ministre de l'information Zacharie Myboto et du directeur de la Sonapresse et de l'Union Albert Yangari. Malgré le caractère officiel et gouvernemental de la manifestation, il fut l'occasion d'un certain nombre de constats dont on trouve la trace dans le journal l'Union. Par exemple le 24 novembre, un article de Mbégah Effa, attaché de presse à l'Assemblée Nationale constate implicitement le peu de crédibilité des media d'Etat, non neutres : « on ne peut... expliquer autrement la défection de fait de la plupart des intellectuels du Tiers-Monde qui, quotidiennement ont l'oreille braquée aux stations de radios étrangères », et de constater aussi : « un journaliste qui a eu des démêlés avec le pouvoir est plutôt bien vu par l'opinion qui en fait son porte-parole de choix ».

  • 3 Cahiers du CEDAF.

14S'il est question de « démocratie, liberté, presse » dans ce colloque, il fut aussi et surtout question « d'information objective » et de presse « codifiée ». A travers la langue de bois encore très présente des articles, quelques passages émergent, permettant de déceler un frémissement de changement. Un article de l'Union du 24 novembre de Dady Bouchard « Parlons 4ème pouvoir », indique : « on n'est pas sans ignorer qu'une information active et dynamique participe pleinement à la démocratie. Or, les rapports ne sont pas toujours bien compris entre media et public, entre media et pouvoirs publics... » ; et de constater aussi : « Aujourd'hui, faute de mieux, la profession se bureaucratise. Dommage ! » Un article de la même page de Claude Moussavou, « Les incompréhensions avec la presse » parle de « la crise de confiance (en Afrique) on se méfie des media » ; sans faire preuve d'un esprit d'opposition que ce journal n'aurait pas toléré, l'article parle de « ces pressions auxquelles sont soumis les organes de presse », de la difficulté provenant « de l'information tronquée, livrée au journaliste ».3

15Il est fait état aussi de la mauvaise distribution de la presse écrite, de l'ignorance des media dans le milieu rural sauf la radio, de la presse écrite circonscrite « à un espace limité à la capitale ». On peut noter que les conclusions qui visent surtout la radio et la télévision, toujours dans le cadre de l'Etat, ne portent aucune proposition en faveur de journaux indépendants du pouvoir. Avec la Conférence nationale de mars-avril 1990 et la reconnaissance du multipartisme, une presse d'opposition s'est développée au Gabon. Il s'agit d'une presse de parti, ce qui explique l'importance des journaux proches du MORENA le principal mouvement d'opposition, sujet à des décisions et à des rapprochements temporaires de certains de ses membres avec le pouvoir. Son principal organe, l'hebdomadaire La Clé (d'abord clandestine) s'est formé en 1990 dans la période de la Conférence nationale, son directeur Fidèle Betegue Minko est un ancien stagiaire du quotidien gouvernemental L'Union, proche de l'abbé Mba Abessole le leader le plus connu du Morena. Ce mouvement dispose d'autres hebdos, le Bûcheron, Misanu, L'Œil.

  • 4 KOUMBA

16Cabon-Libre, organe du Parti Libéral Démocratique fut lancé en mai 1991 par Nan Nguema. D'autres journaux, souvent éphémères, se sont constitués. La nouvelle presse du Gabon très politique, comme dans d'autres pays a aiguisé non seulement l'opposition au gouvernement en place mais aussi les divisions entre opposants. Il en a été de même au Cameroun où l'absence d'accord entre les opposants a contribué au maintien des mêmes dirigeants.4

  • 5 AKOUN et Répertoire. La mort d'Houphouët-Boigny contrairement à ce que redoutaient certains et que (...)

17La Côte d'ivoire a connu le pluralisme de la presse après la proclamation du multipartisme le 30 avril 1990. Téré (le Soleil en dioula) mensuel du Parti ivoirien des travailleurs fut le premier à se lancer en juillet 1990 ; en juin 1991 il y avait une quarantaine de titres (mensuels, hebdo ou quotidiens) ; le groupe du Nouvel Horizon du Front Populaire Ivoirien, dirigé par Laurent Gbagbo est le seul comparable au groupe gouvernemental de Fraternité-Matin : le Nouvel Horizon est un hebdomadaire lancé en 1990 à 15 000 exemplaires qui s'est élevé jusqu'à 40 000 avec des journalistes venus souvent d'Ivoire Dimanche (hebdomadaire du groupe Fraternité-Matin arrêté brusquement en juin 1990) ; s'y rattachent d'autres hebdomadaires la Tribune du Banco, La Liberté et le quotidien La Voie lancé en juin 1991. A la fin de 1991 on estimait à 25 le nombre de journaux (mensuels, hebdo ou quotidiens) paraissant en Côte d'ivoire, 37 autres avaient disparu ou paraissaient très irrégulièrement ; le parti gouvernemental le PDCI avait lancé de nouveaux journaux, Le Démocrate, Le Patriote. La nouvelle presse avec quelques titres plus indépendants des partis comme La Nouvelle Presse, Notre Temps, Le Continent avait entretenu le débat politique jusqu'en 1992 sans qu'il en résulte un changement politique véritable. Des journaux à vocation satiriques ou sportifs apparurent aussi contribuant —au moins à Abidjan— à un changement d'état d'esprit. Mais la Côte d'ivoire illustre, jusqu'à présent, le cas d'un pays où malgré le multipartisme et la diversité des média, le parti gouvernemental le PDCI et le chef de l'Etat conservent à la fois le pouvoir et l'initiative des changements.5

18Le Burkina Faso qui n'avait pas connu depuis l'indépendance la même stabilité que son voisin ivoirien, a subi le contrecoup des mutations opérées dans d'autres Etats africains, mais c'est surtout en 1991 que sont apparus de nouveaux journaux, indépendants. L'Observateur Palga s'est lancé en 1990, quotidien héritier de L'Observateur qui avait disparu en 1984 ; quelque huit journaux indépendants comme Kibaré, satirique, comme le Jour du Jeudi, lié à un parti politique, comme le Flambeau ou Dunia apparurent en 1991. Le quotidien gouvernemental Sidwaya fut amené à permettre à des opposants de s'exprimer. Cette presse et le débat politique sont surtout présents à Ouagadougou. C'est peut-être cette limitation jointe à l'incapacité des opposants à s'unir qui entraîna une faible participation électorale et le maintien du même chef d'Etat.

19A la fin de 1990 s'est constituée la Société des Editeurs de presse, préparée dès le mois de mai par des relations entre Sud-Hebdo, Le Messager, Haské et la Gazette du Golfe, auxquels se joignirent Jamana et Cauris du Mali. Il s'agissait d'entreprises de presse écrite privées indépendantes, non liées à un parti politique : l'objectif était de favoriser la liberté de la presse et de développer le pluralisme.

  • 6 Presse francophone d'Afrique.

20Déjà en juin 1986 avait été créée à Dakar l'UJAO, Union des Journalistes de l'Afrique de l'Ouest parlant aussi de liberté de la presse et d'éthique professionnelle, même si elle comprenait des associations de journalistes de pays dans lesquels la presse était à l'époque sous le contrôle gouvernemental comme le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Mali, le Niger ou le Togo, à côté d'associations de pays accordant plus de liberté comme le Nigéria, le Sénégal : ces deux associations collaborèrent avec l'Institut Panos en janvier 1991 à un colloque à Paris sur « Presse francophone d'Afrique, vers le pluralisme », qui correspond à la phase ascendante de la nouvelle presse.6

  • 7 « The press in East Africa », Index on Censorship, juillet-août 1992.

21En Afrique anglophone l'évolution fut moins sensible en raison de la plus grande indépendance de la presse, qui depuis longtemps déjà participait à la lutte contre des dirigeants déconsidérés. La libéralisation profita d'abord aux pays les moins libéraux où l'Etat contrôlait le plus étroitement l'information. C'était le cas en Tanzanie bien que Nyerere après avoir laissé la présidence en 1985, puis la direction du parti eût commencé en 1990 à critiquer le parti unique. De nouveaux journaux sont nés en Tanzanie en 1988, Family Mirror, Business Times apparu en novembre 1988 à Dar es Salaam. Cet hebdomadaire en anglais a réussi à s'imposer sous la direction de Karashani avec une gestion bien assurée ; il lui avait fallu un an pour obtenir une licence de publication, mais il atteint rapidement un tirage de 30 000 exemplaires. Motomoto est un mensuel tirant à 40 000 exemplaires en 1992. Ces nouveaux journaux critiquent le parti unique. On peut lire dans Motomoto du 16 au 30 juin 1991 qu'un parti qui est protégé par les lois du gouvernement n'est pas un parti... Il ne peut y avoir de démocratie s'il n'y a pas des idées opposées ». Mais ce journal exprime aussi les réserves de certains sur le multipartisme (M. Mpangola 1-15 septembre 1991). Le monopartisme est surtout défendu par le journal gouvernemental Uhuru mais celui-ci fut amené à publier des articles de partisans du multipartisme (le 7 septembre 1990)7

22Dans d'autre pays des nouveaux journaux apparaissent : des journaux à la recherche du sensationnel comme Prime People, Fame à Lagos ; des journaux engagés dans la défense des droits de l'homme et la revendication démocratique comme The Nairobi Law Monthly lancé en octobre 1987 par Gitobu Imanyara ; avocat défenseur en 1983 de membres de l'armée de l'Air accusés de tentative de Coup d'Etat et torturés, il avait été arrêté lui-même ; ce qui lui arriva à nouveau plusieurs fois avec son journal.

  • 8 Index on Censorship en donne une recension très complète à la fin de chaque numéro.

23Monthly News fut lancé en 1992, Society un hebdomadaire souvent en lutte avec les autorités en 1988, les deux publiés à Nairobi. L'Ouganda vit la création en 1989de l'hebdomadaire The Guide et en 1990du mensuel Uganda Confidential. Bien plus tard dans l'été 1993 seulement, une presse indépendante apparut au Malawi où le président Banda vient seulement d'admettre le principe du multipartisme. Le Michuru Sun, un mensuel lancé en 1992 par deux anciens journalistes de la presse officielle tirait à 15 000 exemplaires en 1993, de même que l'hebdomadaire News Express créé en janvier 1993. Est ce l'esprit d'indépendance des journalistes de ces Etats prompts à critiquer le pouvoir ou la crainte de contagion des aspirations démocratiques en Afrique, de nombreux états anglophones multiplient les entraves à la liberté de la presse comme nous le verrons plus loin au Kenya, le président Arap Moi, au Nigéria au cours des derniers mois de la direction du Babangida, au Zimbabwe, au Ghana.8

24La remise en questions des dirigeants en place affecte tous les Etats de l'Afrique subsaharienne avec des aspects et des effets très divers, mais partout la presse a joué un rôle important, déjà ancien dans les pays anglophones, plus nouveau ailleurs.

25Ce rôle de la presse comme porte-parole d'une opinion publique qui tend à s'élargir, est d'autant plus important que radio et télévision sont restées — à quelques rares exceptions — sous le contrôle des dirigeants (anciens ou nouveaux) qui disposent aussi de quotidiens. Les journaux gouvernementaux se sont toutefois modifiés souvent avec l'apparition de la nouvelle presse, abordant des sujets qui n'étaient jamais traités auparavant.

26Si la pluralité de la presse et la possibilité d'expression et de diffusion d'opinions antagonistes est une condition nécessaire au changement démocratique et à l'existence d'Etats de droit, cela ne suffit pas à libéraliser et à démocratiser la vie politique. D'autre part la libéralisation de la presse commence par amplifier la situation de crise ; la dénonciation des scandales, de la corruption des incompétences et des erreurs ne déconsidère pas seulement les dirigeants en place, elle jette la suspicion sur toute autorité, même sur les nouvelles autorités issues d'élections régulières, et rend leur tâche plus difficile.

27Après l'enthousiasme de la nouveauté et d'une information, jusqu'alors, cachée, les nouveaux journaux ont connu de nombreuses difficultés, des dérapages parfois, qui ont porté atteinte à leur crédibilité. La presse écrite n'en présente pas moins des caractères nouveaux dans l'Afrique sub-saharienne, à la fois instrument et caution d'une démocratisation plus attendue qu'effective.

Notes

1 L'Afrique en transition.

2 On retrouve les textes et les comptes rendus de ce congrès dans Cameroon Tribune de mars 1985.

3 Cahiers du CEDAF.

4 KOUMBA

5 AKOUN et Répertoire. La mort d'Houphouët-Boigny contrairement à ce que redoutaient certains et que d'autres espéraient, n'a pas, dans les mois qui suivirent, modifié le système ; c'est plutôt son renforcement qui se produisit.

6 Presse francophone d'Afrique.

7 « The press in East Africa », Index on Censorship, juillet-août 1992.

8 Index on Censorship en donne une recension très complète à la fin de chaque numéro.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search