Version classiqueVersion mobile

Feuilles d’Afrique

 | 
André-Jean Tudesq

Première partie. Le passé de la presse africaine

Chapitre III. Les états indépendants et la presse

Texte intégral

1Le rôle des journaux avait été très différent dans la naissance des nouveaux Etats ; dans la zone anglophone, les quotidiens avaient contribué à la naissance d'une opinion publique au moins dans les grandes villes et popularisé des leaders. Dans les pays issus de l'union française —même quand il y avait déjà plusieurs journaux— ceux-ci avaient davantage contribué à promouvoir leurs dirigeants auprès des gouvernants français qu'à établir leur influence dans les nouveaux Etats, en raison de la faiblesse de leur tirage.

2Une très grande disparité existait aussi au sein de chaque zone. Il existait toutefois un pluralisme certain de la presse qui allait soit disparaître dans la plupart des cas soit s'atténuer dans quelques pays anglophones.

  • 1 Alhadjii Babatunde José le reprit dans « Press Freedom in Africa », African Affairs (1975).
    L'influ (...)

3La longue habitude de lutte contre l'autorité coloniale se poursuivait, après l'indépendance par la critique systématique de l'Etat, ce qui apparaissait comme une menace pour l'intégrité nationale. Alhadji Babatunde Jose, qui fut longtemps directeur du Daily Times au Nigeria, déclara en avril 1975 dans une conférence à la Société Royale Africaine de Londres : « Au nom de la liberté de presse et du nationalisme, nous avons écrit délibérément des articles séditieux contre les gouvernements coloniaux... Aujourd'hui, après dix ans d'indépendance, beaucoup de journalistes africains croient encore qu'une bonne presse est celle qui est en constant état de guerre avec le gouvernement »1, prétexte valable ou non, cet argument fut plus ou moins repris dans presque tous les nouveaux Etats.

  • 2 Sur le développement de la radio, cf. notre livre La Radio en Afrique Noire.

4Les années soixante virent aussi l'implantation ou le développement de la radio, surtout après la mise au point des postes transistors2 ; celle-ci devint dans les années soixante-dix le seul des mass media de l'Afrique, la presse écrite restant celui des catégories dirigeantes et instruites, ne progressant vraiment au cours de ces deux décennies que dans quelques pays anglophones ou quelques capitales.

5Les perturbations politiques que connurent beaucoup d'Etats africains, le remplacement de dirigeants civils, qui avaient souvent utilisé des journaux ou participé en Europe à la vie parlementaire, par des militaires attachant moins d'intérêt à la presse contribuèrent aussi à freiner le développement de la presse africaine pendant les deux premières décennies des nouveaux Etats africains. Les violences qui affectèrent plusieurs Etats entraînèrent aussi la disparition ou l'exil de journalistes comme Enahoro rédacteur en chef du Daily Times au Nigeria, Pio Pinto ou Tom M'boya au Kenya.

1. La fin du pluripartisme et le contrôle de l'information

6La dénonciation unanime du régime et de la période de la colonisation rendus responsables de toutes les difficultés amène rapidement à voir dans le parti unique la meilleure solution pour rassembler des populations dont le regroupement était parfois artificiel ou incomplet. L'existence de plusieurs partis se maintint au Nigeria en raison de son caractère fédéral mais la guerre du Biafra détourna de cet exemple. Moins ouvertement dans les pays anglophones où survécut une certaine indépendance de la presse même, parfois, dans les medias d'Etat, plus directement dans les autres pays, le monopartisme entraîna le monopole de l'Etat sur l'information.

7Il s'implanta plus ou moins rapidement ; le mouvement s'accéléra avec la prise de pouvoir par l'armée dans plusieurs pays et l'adhésion, au moins nominale de certains au marxisme-léninisme, mais il s'étendit aussi à des pays plus libéraux. La notion d'information a été ainsi pervertie en s'identifiant trop souvent à propagande.

8Toutefois, il faut relativiser l'importance (minime) qu'avait la presse pour les populations de l'Afrique francophone au début de la période des indépendances ; 8 des 15 pays issus de la colonisation française n'avaient pratiquement pas de journaux.

Une législation restrictive de la liberté

  • 3 Les journaux officiels des nouvelles républiques africaines francophones représentent la meilleure (...)

9La plupart des Etats d'Afrique, notamment en Afrique Occidentale, prévoyaient dans leur constitution la liberté de la presse. Les législations des gouvernements autonomes établis dans le cadre de la loi cadre de 1956 puis des nouveaux Etats, tout en se réferant parfois à la loi française de juillet 1881 sur la liberté de la presse (au Dahomey par exemple) apportent presque toujours des restrictions3.

10Par exemple, l'article 4 de la loi ivoirienne du 27 août 1959 sur le « renforcement de la protection de l'ordre public », indique : « La publication, la diffusion, la divulgation ou la reproduction par quelques moyens que ce soit, de nouvel les fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers sera punie d'un emprisonnement de un à trois ans... », précisant « lorsque la publication... faite ou non de mauvaise foi, aura entraîné la désobéissance aux lois du pays ou porté atteinte au moral de la population ou jeté le discrédit sur les politiques ou leur fonctionnement ».

11Au Cameroun, la loi du 27 mai 1959 autorise la saisie par le ministre de l'Intérieur et les chefs de région. Une ordonnance du 12 mars 1962 autorise les poursuites pour « nouvelles ou rumeurs mensongères... commentaires tendancieux des nouvelles exactes lorsque ces bruits, nouvelles rumeurs ou commentaires sont susceptibles de nuire aux autorités publiques ». La censure avec la soumission des manuscrits avant publication était établie au Cameroun, au Dahomey, au Mali. Même à Madagascar, une ordonnance du 3 octobre 1960, qui avait modifié la loi du 27 février 1959 réglementant une liberté très large de la presse et une loi du 23 décembre 1960, tout en affirmant la liberté de la presse, prévoient des réserves et des interventions possibles de l'Etat.

12Au Niger, une ordonnance du 21 juillet 1959 tend à procéder aux adaptations rendues nécessaires par la transformation du statut de territoire en celui d'Etat et renforce les pénalités contre les abus de la liberté de presse ; elle indique que les dirigeants de l'Etat seront « protégés contre les offenses... les injures et la propagation des fausses nouvelles ».

  • 4 Documentation française. Inventaire de la presse de langue française. KONATES.N. Les mutations com (...)

13Au Mali la presse passe en 1960 sous la tutelle des ministères de l'Information. Modibo Keita disait aux journalistes le 1 7 mars 1962 : « Vous serez appelé à former l'opinion et à orienter le peuple. Il faudrait désormais que vous ne vous considériez pas seulement comme de simples journalistes mais que vous pensiez que vous êtes les responsables du développement idéologique de la population ». Après son renversement par un coup d'Etat militaire le 19 novembre 1968, la dépendance du ministère est encore accentuée4

14Au Nigeria, l'article 25 de la Constitution affirmait que « chaque personne doit disposer de la liberté d'expression, liberté incluant celle d'exprimer ses opinions, de recevoir et de diffuser des idées et des informations sans ingérences », mais un alinéa du même article indiquait que cet article ne devait pas aller à l'encontre de loi « justifiée par la défense de la sécurité publique, de l'ordre public, de la moralité et de la santé publiques ».

15Au Sénégal, des Ordonnances du 31 octobre 1960 avaient créé un statut de la commission de presse, un statut du journaliste et une commission de la carte professionnelle de journaliste... L'ordonnance sur le statut du journaliste, définissait le journaliste sénégalais « avant tout un patriote au service de l'idéal et des objectifs définis par la Constitution de la République ». Le code pénal sénégalais de 1968 relève le niveau des peines pour les délits de presse, inspirés par la loi française de juillet 1881. Le principe affirmé de la liberté de presse se trouvait, en fait, atténué par un ensemble de conditions administratives formelles (déclaration préalable de parution, indication des noms véritables des auteurs anonymes ou des pseudonymes).

Un pluralisme limité

16Les leaders de l'Afrique francophone avaient retiré de leur flirt plus ou moins durable avec le Parti Communiste, une propension pour le centralisme démocratique, plus centraliste que démocratique ; ce qui s'exprimait dans le parti unique et par la propagande identifiée à l'information au nom de la nécessaire intégration nationale, avec des nuances sensibles selon les pays.

  • 5 DIA.

17Ainsi, au Sénégal, Dakar Matin laisse la place en 1970 au Soleil, qui devient le journal officieux, son directeur étant membre de droit du bureau politique de l'Union Progressiste Sénégalaise, rebaptisée ensuite Parti Socialiste, qui a pour organe l'Unité africaine. Il ne restait que quelques titres clandestins aux publications intermittentes et aux noms révélateurs : Xarebi (Combat) ou Momsarew (Indépendance), organe du Parti Africain de l'Indépendance, clandestin depuis 1960. Une publication catholique, l'Afrique nouvelle, sur laquelle nous reviendrons, et Africa, éditée par un Français, restèrent la seule presse indépendante abordant l'information politique de façon neutre mais prudente. Lettre fermée, un bimensuel créé en février 1972 par un jeune journaliste, Abdourahmane Cissé, vendu par abonnement et adressé par la poste, fut interdit après son dixième numéro daté du 6 octobre 1972 qui dévoilait des situations de crise, au sein du syndicat unique, dans l'Université, dans la gestion des sociétés d'Etat ; la critique de la politique culturelle, trop occidentalisée, la révélation de contacts secrets entre le régime de l'Afrique du Sud et le Sénégal et la Côte d'ivoire, tout cela entraîna un arrêté interministériel d'interdiction le 23 octobre 19725. L'annulation de l'arrêté par la Cour suprême en février 1974, n'entraîna pas la reprise ; elle annonçait cependant une évolution certes très lente vers une libéralisation progressive de la presse en même temps qu'était réintroduit un multipartisme étroitement limité avec la révision constitutionnelle de 1976 permettant trois, puis à partir de 1978, quatre partis.

18Le président Senghor avait présenté la conception sénégalaise de la liberté de la presse dans un discours de rentrée des cours et tribunaux en 1977 : « Il n'existe pas, dans notre vie politique, un quatrième pouvoir, qui serait le « pouvoir journalistique » et qui ferait régner sa loi, pour ne pas dire sa terreur, par le chantage à la délation et à la calomnie ».

19La fin des années soixante-dix vit toutefois, au Sénégal, la libre publication de plusieurs journaux ; le Parti Démocratique Sénégalais de Me Abdoulaye Wade avait son mensuel d'opposition, le Démocrate ; Momsarew du PAI sortait de la clandestinité. Le parti au pouvoir qui avait changé son nom d'U.P.S. en Parti Socialiste avait pour organe L'Unité africaine et Caaxan Faaxes (fini la plaisanterie) pour les jeunesses socialistes.

20Des partis qui n'étaient pas légalisés créèrent aussi leur journal ; Taxaw (Debout) pour le Rassemblement National Démocratique du professeur Cheikh Anta Diop ; And Sopì (s'unir pour changer) de Mamadou Dia, deux mensuels, le bimensuel Jaay Doole Bi(le prolétaire) ou Daan'Doole, mensuel du Parti de l'Indépendance et du Travail.

21Face à ces journaux de parti, axés sur la propagande plus que sur l'information, la naissance en janvier 1977 du mensuel satirique, le Politicien, ouvre le Sénégal à un débat plus démocratique.

22La loi du 11 avril 1979, relative aux organes de presse et à la profession de journaliste, tout en se référant à la loi française de 1881, apparaît comme un contrôle accentué de l'Etat face à la prolifération (encore relative) des journaux. L'interdiction de capital étranger dans des journaux sénégalais nécessita une redistribution du capital du Soleil, le journal gouvernemental ; la participation française publique (par la SNEP) et privée (par la Société France-Edition), fut cédée à des organismes publics sénégalais. A côté des 1 498 actions de l'Etat (54,6 %), se trouva désormais la Loterie Nationale (640 actions, 23,35 %), la Société Nationale des Eaux, la Commune de Dakar, la Chambre de Commerce, ayant chacune 200 actions. Outre un contrôle plus précis des organes de presse étrangers, l'obligation du dépot légal avant la diffusion, peut apparaître comme une limitation possible de la liberté de presse. On peut toutefois considérer que l'arrivée d'Abdou Diouf à la tête de l'Etat en 1981 coïncidait pour le Sénégal avec une plus forte expression des aspirations démocratiques, présente plus tard dans la plupart des Etats francophones et étudiée dans la deuxième partie.

  • 6 CHAIGNEAU.

23C'est l'évolution inverse que l'on trouve à Madagascar qui avait connu une situation privilégiée de la presse en Afrique francophone jusqu'en 1975. Il y avait en 1958, début de la 1ère République, 19 quotidiens, 16 hebdomadaires et 20 périodiques traitant d'information générale et politique : sur ce nombre, 23 étaient favorables au gouvernement provisoire de Tsiranana qui, avec le PSD (Parti Social Démocrate) allait se maintenir au pouvoir jusqu'en 1972 ; 13 nationalistes proches de l'ancien MDMR, il y avait 7 publications socialistes ou communistes, 7 catholiques, 4 syndicalistes et une protestante6.

24En 1966 il restait dix quotidiens, 8 hebdomadaires, 3 périodiques, répartis principalement en deux grandes tendances ; le Parti du Congrès pour l'Indépendance, AKFM qui avait contrôlé jusqu'à 6 quotidiens en 1962, le plus important Imongo Vaovao, proche des communistes, tirait à 5 ou 6 000 exemplaires, Hita Sye était édité par un pasteur, plus modéré, Hehy (le rire) était un hebdomadaire satirique. Autre hebdomadaire proche aussi de l'AKFM, l'ancien Ny Rariny dirigé par J. Ranaivo tirant à 4 000 exemplaires. Les journaux favorables au gouvernement : La République était publié en français et en malgache ; c'était l'hebdomadaire officiel du PSD tirant à 7 000 exemplaires : parmi les autres organes du parti, Ny Marina, La Vérité (tirant à 5 000) était plus conservateur, proche de Tsiranana ; Fandrosoana, Le Progrès, était dirigé par le Ministre de l'équipement, Eugène Lechat, un ancien instituteur socialiste ayant opté pour la nationalité malgache. Le quotidien du PSD Madagasikara Mahaleotena tirait à 15 000 exemplaires ; ses deux pages étaient distribuées dans tout le pays avec l'aide des administrateurs locaux.

25Un quotidien en français plus moderne, édité en offset, Le Courrier de Madagascar tirait de 10 à 15 000 exemplaires ; il appartenait à la SNEP (française) et au président Tsiranana. Avec ses huit pages, ses illustrations, sa publicité, quelques articles en malgache, il concurrençait avec succès plusieurs journaux malgaches polémiques qui disparurent. Le ministère de l'Information publiait un hebdomadaire, Vaovao (Le Nouveau) dont les 15 000 exemplaires étaient diffusés dans toute l'Ile.

26Sans être unique, le parti social démocrate exerce en 1970 une prépondérance qui empêche les journaux opposants d'accéder aux sources d'information ou de se diffuser librement à l'intérieur. Le renversement de Tsiranana en mai 1972 par l'armée entraîne une libéralisation de la presse. Le Courrier de Madagascar dont le siège avait été saccagé par les manifestants, symbole de la chute du PSD, reparaît dès juin 1972 sous le titre de Madagascar Matin, bilingue, s'ouvre à toutes les tendances et augmente son tirage.

27Réalités malgaches, du type news magazine, fortement nationaliste, devient quotidien ; à côté des journaux de parti, de nouveaux journaux naissent, souvent agressifs envers les hommes politiques et les militaires, comme Tselatra ou Ny Andry. Mais la Charte de la presse fixée par le décret du 27 mars 1974 ne dure pas. Le Directoire militaire, porté au pouvoir en février 1975 désigne le capitaine de frégate Ratsiraka, confirmé par le peuple comme Président. L'orientation donnée par sa Charte de la Révolution socialiste, donne pour fonction à l'information d'« inciter le peuple à appliquer les mesures prises par les autorités ». Une ordonnance du 7 août 1975 permet au gouvernement de suspendre les journaux qui « portent atteinte à l'ordre public, à l'unité nationale et aux bonnes mœurs » formule assez imprécise pour être utilisée contre les journaux opposants. Les journaux proches de l'UDECMA (Union des Démocrates Chrétiens de Madagascar) sont souvent saisis.

28L'orientation socialiste des régions et les fonds de l'ambassade soviétique multiplient les articles sur l'URSS, même dans la presse non-gouvernementale.

29Au début des années quatre-vingt, la presse écrite restait importante à Madagascar avec 52 journaux publiés pour la plupart à Tananarive. En tête la presse d'Etat avec le quotidien Atrika crée en 1976, l'hebdomadaire Vaovao, la revue de l'Océan Indien, mensuel lancé en septembre 1980. La presse dite « indépendante » comprend Madagascar-Matin, en fait quotidien gouvernemental, le plus fort tirage (près de 30 000 en 1980). Mahiratra, tri-hebdomadaire subventionné par le gouvernement, l'ancien Basyvava, bi-hebdomadaire de deux pages, Ako Takariva, de tendance chrétienne (tirage de 1 000), Fandriaampahalemana, très nationaliste, Diwa, d'influence protestante. Outre la presse religieuse présentée plus loin, il restait des journaux de partis, ceux de l'AKFM-KDRSM, le plus proche du pouvoir, avec Imongo Vaovao, un quotidien et un hebdo Hita Sy Re (Vu et entendu).

Un contrôle sévère

  • 7 DIABI.

30Dans les autres pays de l'Afrique francophone, la situation de la presse fut bien plus précaire. En Côte d'ivoire, la presse n'avait joué qu'un faible rôle dans le mouvement pour l'Indépendance. C'est le PDCI qui avait mobilisé les populations et qui allait tirer tout le bénéfice de la situation nouvelle. Houphouët-Boigny avait créé en décembre 1959 l'hebdomadaire du parti, Fraternité, imprimé à Paris, puis à partir de 1965 à Abidjan et qui devint en 1969 Fraternité-Hebdo. Il souhaita un quotidien à Abidjan pour rendre compte de l'activité gouvernementale. Les négociations avec la SNEI, Société Nouvelle d'Editions Industrielles, filiale de la SNEP, aboutirent en décembre 1962 à la constitution d'une Société d'information et de diffusion abidjanaise avec des capitaux français et l'Etat ivoirien contrôlant deux sociétés, la Société de Presse et d'édition de Côte d'ivoire et la Société ivoirienne d'impression ; il en résulta l'arrêt d’Abidjan-Matin, un quotidien du groupe de Breteuil et le lancement le 9 décembre 1964 de Fraternité Matin, seul quotidien bénéficiant d'un équipement moderne, prenant un format tabloïd en 19757.

31Le tirage progressa, passant de 45 000 en 1975, à 75 000 à la fin des années soixante-dix ; la publicité représentait 35 % des ressources. Le journal qui comptait 26 rédacteurs était dirigé par des dirigeants du PDCI, Laurent Dona Fologo, longtemps rédacteur en chef, fut ministre de l'Information en 1974. Auguste Miremont occupa aussi ces deux fonctions. Ce journal fut au cœur d'un groupe comprenant Ivoire Dimanche, un magazine né en 1971 et Le Guido, un périodique des loisirs, créé en 1981.

32Il n'y eut pas d'autres journaux politiques jusqu'à la fin des années quatre-vingt. Les années soixante-dix virent naître quelques publications spécialisées ; en 1973 une revue trimestrielle Agripomo, publiée par l'INADES, tirant à 60 000 exemplaires, distribués gratuitement ; l'Echo du Tam Tam était un trimestriel d'éducation protestant.

  • 8 BAYART J.F. L'Etat au Cameroun, Fondation nationale des Sciences Politiques, Paris, 2e éd., 1985 e (...)

33Au Cameroun où il y avait une tradition de plus d'un demi-siècle de journaux, la liquidation du pluralisme et surtout, la mise à l'index de l'UPC (Union des Populations du Cameroun) passé dans la clandestinité dès 1955 (son chef Um Nyobé fut abattu le 13 septembre 1958) entraînèrent rapidement l'interdiction de La Voix du peuple du Cameroun et de cinq autres journaux proches de l'UPC en 1959 ; il en fut de même pour l'Opinion du Cameroun et des journaux de la gauche libérale. La liberté de la presse se maintint plus longtemps dans le Cameroun anglophone de l'Ouest qui s'était rattaché en 1961 au Cameroun francophone dans un cadre fédéral qui ne dura que jusqu'en 1972 ; la disparition en 1963 de Cameroon Champion fondé en 1961, bi-hebdomadaire, laissait un quasi monopole au Cameroon Times de Buea8.

34Le seul quotidien francophone, La Presse du Cameroun, tirant à 10 000 exemplaires à Douala, s'aligna sur les positions du président Ahidjo. Cependant, le journal du groupe de Breteuil laissa la place fin juin 1974 à Cameroon Tribune. L'Union Nationale Camerounaise, le parti unique depuis 1966 ne disposait que d'un hebdomadaire, l'Unité, tirant au plus à 12 000 exemplaires. La création en mars 1974 de la Société camerounaise de publication (SCP), présidée par le Ministre François Sengat-Kuo, chargé de mission à la présidence de la République, (69 % des actions à l'Etat et le reste à des sociétés françaises) donna un quotidien au gouvernement camerounais qui y songeait depuis longtemps. Pierre de Breteuil était administrateur de la SCP. Le journal, publié à Yaoundé, connut rapidement des difficultés liées aussi bien à l'instabilité des journalistes qu'aux conditions de gestion et de distribution. Une réforme en juillet 1977 l'intégra dans la SOPECAM, un établissement public comprenant à la fois le journal, l'agence de presse et l'imprimerie. Cameroon Tribune, dont les tirages oscillaient entre 18 et 25 000 exemplaires voyait les quatre cinquièmes diffusés à Yaoundé et Douala.

35En dehors de la presse gouvernementale, la presse religieuse conserva seule une existence présentée plus loin.

  • 9 ESSA ROMBA.

36Il devait en être de même au Congo-Brazzaville avec La Semaine, après l'établissement du régime militaire socialiste9. Auparavant si France-Equateur, qui était devenu l'organe de Fulbert Youlou, avait assez rapidement disparu, après la chute de celui-ci, Fulbert Youlou avait créé un journal gouvernemental L'Homme nouveau, tirant à 3 000 exemplaires mais il disparut dès 1962. Son renversement en 1963 amena la création de nouveaux journaux, souvent pour quelques mois seulement, Dipanda, un hebdomadaire tirant à 5 000 exemplaires, fut l'organe du gouvernement de Massemba-Débat de 1963 à 1967 ; quelques journaux multigraphiés avaient subsisté, l'Eveil de Pointe Noire, un quotidien tirant à 300 exemplaires ronéotés en 1963 et à 400 en 1968, des hebdomadaires comme Le Soleil d'Afrique ou La Nouvelle congolaise. Basale Ba Kongo, l'organe du syndicat unique, en relation avec la CGT à Paris, critiquait le gouvernement en 1968. Des journaux éphémères se créent encore entre 1968 et 1973. L'Effort, mensuel à information économique du ministère du plan, s'arrêta en 1974 ; le Sportif, lancé en 1972 dura moins d'un an. Rapidement le Mouvement National de la Révolution, devenu ensuite le Parti Congolais du Travail, monopolisa les moyens d'information avec l'hebdomadaire Dipanda pour la jeunesse et Etumba, son organe bimensuel, lancé en 1964, avant que ne fut créé Mweti en septembre 1977 qui se voulait quotidien mais qui paraissait irrégulièrement ; dès le mois de décembre 1974 le comité central du P.C.T. l'avait souhaité.

37En Guinée, la rupture radicale avec la France dès 1958 favorisa l'orientation rapide par Sekou Touré, le leader du PDG, vers le monopartisme et le socialisme, ce qui s'accompagna d'une mise en tutelle d'autant plus rapide des media que la presse y était peu développée.

  • 10 Documentation Française. Inventaire de la presse.
  • 11 GLELE.

38La Liberté eut pour successeur Horoya (La Dignité) à partir de 1961. Son tirage était estimé entre 8 000 et 11 000 exemplaires en 1965 ; quotidien entre 1965 et 1969, il parut deux fois par semaine, avant et après. A partir de 1967, il appliqua la révolution culturelle à la chinoise, voulue par Sekou Touré10. Au Dahomey, France-Dahomey fut remplacé en 1960 par Aube Nouvelle, hebdomadaire lui-même remplacé en 1969 par Daho-Express, quotidien. Albert Tevoedjeré le secrétaire d'Etat à l'information en 1961 organisa la propagande du Parti dahoméen de l'unité, au pouvoir, Daho-Matin, le journal de l'U.D.D. resté dans l'opposition, fut interdit en 196111.

  • 12 AHONTO.

39Au Togo où les nationalistes du C.U.T. étaient arrivés au pouvoir en avril 1958 avec Sylvanus Olympio, une nouvelle loi limite les critiques de la presse, qui, au moment de l'indépendance ne compte plus qu'une douzaine de titres ; les organes du Parti togolais du Progrès qui avait été soutenu par l'administration coloniale française, Les Echos du Togo, Notre Combat, disparaissent. En 1962 est lancé Togo-Presse, d'abord hebdomadaire tirant à 8 000 ou 10 000 exemplaires, puis quotidien, longtemps le seul ; l'élévation de son prix fit baisser son tirage à 6 000 en 1964 puis à 5 500 en 1973. Des subventions de l'Etat permirent d'argumenter le tirage à 7 000 en 1974 (avec 22 % de bouillon). De plus en plus gouvernemental, son information est de plus en plus institutionnelle ; la septième page donne des nouvelles en ewe et en kabyé. La « Une » est surtout consacrée au président de la République Eyadema avec une photo le représentant presque chaque jour ; ainsi sur les 23 numéros publiés au cours du mois de février 1979, le portrait d'Eyadema figure 42 fois12.

40Au Mali, L'Essor était l'organe du parti de Modibo Keita, l'Union soudanaise. Après son renversement par l'armée, le journal ainsi que Kibaru, l'organe de la presse rurale, passa sous le contrôle du ministère.

  • 13 BOTOMBELE, KABEYA.

41Dans les troubles que connut l'ex-Congo belge au moment de son indépendance, la radio avait joué un plus grand rôle que la presse écrite. Mobutu qui allait devenir l'homme fort du Zaïre et qui, en 1960 déjà à la tête de l'armée joua un rôle décisif, avait été formé au journalisme en Belgique avant d'être journaliste de l'Avenir, un des trois quotidiens de Léopoldville dont le supplément les Actualités africaines lancé en 1956 devint un journal autonome. Rédacteur de ce dernier, il avait écrit de nombreux articles aussi bien sur les problèmes intérieurs qu'internationaux, il apparaissait alors comme un journaliste engagé13.

42Plusieurs journaux continuèrent à paraître : à Léopoldville, Le Courrier d'Afrique, le quotidien formé en 1930, de tendance démocrate chrétien, allait durer jusqu'en 1971. Son premier rédacteur en chef africain, Gabriel Makosso, connut la prison en 1960 pour s'être opposé au premier gouvernement congolais. Il fut le seul quotidien de la capitale jusqu'à la parution en août 1962 du Progrès, opposant au gouvernement jusqu'en 1965. L'Essor du Congo, un quotidien d'ElisabethviIle, fondé en 1928 dura jusqu'en 1971 où il devint Taifa. L'Echo du Katanga, quotidien qui remonte lui aussi à 1930 ne survécut que jusqu'en 1964.

43Les luttes politiques eurent des répercussions sur la presse : ainsi en 1962 Solidarité africaine, lancé en 1959 par le Parti solidaire africain fut interdit par Kamitatu. La constitution du premier août 1964 avait reconnu dans son article 26 la liberté de presse, la censure étant expressément écartée, une simple déclaration suffisant.

44Mais l'évolution du régime, d'abord avec l'avènement de la IIe République en novembre 1965 présidée par Mobutu, puis la création en 1967 du Mouvement Populaire de la Révolution et enfin la proclamation de « l'authenticité » et la substitution de Zaïre à Congo en 1971 amenant en 1972 à transformer le ministère de l'Information en département de l'Orientation nationale réduisirent la liberté de la presse à un assentiment de la politique gouvernementale. La Constitution de 1967 avait admis la liberté d'expression ; mais ce droit « trouve sa limite dans les prescriptions de la loi et les règlements d'application de celle-ci ». Une ordonnance-loi du 28 octobre 1970 aggrave les peines pour publications clandestines et illégales, règle droit de réponse et droit de rectification. Une Union nationale de la presse zaïroise constituée en mars 1971 renforce la relation entre les journaux existant et le gouvernement qui les subventionne comme service d'intérêt public. Le manifeste de l'UNPZ considère que « la presse ne peut s'épanouir que dans la mesure où elle est engagée aux côtés du Parti et de la Nation ». Trois saisies d'une publication entraînent sa suspension.

45Le directeur de l'Agence Zaïre-Presse exprime dans un communiqué du 8 janvier 1974 la pensée du régime : « la distinction hypocrite et dépassée entre l'information et la propagande doit disparaître ».

46Au nom de « l'authenticité » les journaux changent de nom, ainsi l'hebdomadaire, Les Actualités africaines, devient Nkumu.

  • 14 J. CHOME, L'ascension de Mobutu, 1979.

47Le contrôle des media, assorti d'une pratique très poussée de l'autocensure, amène les journaux à promouvoir le culte de Mobutu et à justifier tous les actes du parti unique. Dans un message à l'Union nationale de la presse zaïroise, Mobutu déclara que la presse ne pouvait s'épanouir que dans le cadre du Mouvement populaire de la révolution (le parti unique), pour l'œuvre de restructuration et de rénovation nationale, ajoutant « toute autre forme de liberté de la presse serait une liberté de l'indifférence et traduirait une irresponsabilité sociale »14.

48En 1972, le Zaïre dispose de huit quotidiens ; quarante à Kinshasa, Elima (l'ancien Courrier d'Afrique), Elombé, Salongo (l'ancien Progrès), Myoto (auparavant L'Etoile fondé en août 1960) ;deux à Lubumbashi, L'Essor devenu Taifa et Mwanga ; un à Kisangani, Boyoma, et de huit hebdomadaires dont six à Kinshasa (Masano, sportif, tire à 30 000), Matadi, Bandundu, Mbandaka, Kananga, Mbuji Mayi, Lubumbashi, Bukavu et Kisangani en ont chacun un. Zaïre est l'hebdomadaire national.

49Ce nombre se réduit, au début des années quatre-vingt à quatre quotidiens, deux à Kinshasa, Elima et Salongo tirant chacun autour de 15 000 exemplaires, un à Kisangani, un à Lubumbashi. La Constitution de 1978 d'apparence plus libérale avait été remplacée en avril 1981 par des ordonnances présidentielles déclarant que « aucune publication par un journal ou périodique ne doit offenser l'ordre public, la moralité, l'honneur ou la dignité des individus », le droit de rectification par les autorités mises en question était renforcé ; le ministre de l'Information doit autoriser les publications qui peuvent toujours être saisies pour contradiction à la morale publique » ou « trouble de l'ordre public ». Trois saisies entraînaient la suspension et des mesures visaient la presse étrangère.

50Toutefois, l'ordonnance loi du 2 avril 1981 au Zaïre introduisait une libéralisation de la presse, une simple déclaration au ministère suffisait désormais pour la publication ; le directeur de la publication était civilement et pénalement responsable. Une autre ordonnance loi du même jour donnait un statut au journaliste et instituait une carte de presse. Il ne restait guère que six journaux régionaux dont Yua à Bukavu, Taifa à Lubumbashi et une quinzaine de publications (dont trois, religieuses).

51La subordination de la presse écrite comme des autres media à l'autorité de Mobutu lui a ôté toute crédibilité au profit de la rumeur-radio trottoir.

  • 15 BART.

52Au Burundi, l'Agence burundaise de presse, constituée en 1976 hérita d'un bulletin quotidien Infor-Burundi devenu Flash-lnfos : elle donna naissance aussi à un quotidien gouvernemental, Le Renouveau du Burundi. Le principal journal depuis 1972 était un hebdomadaire public à la fois en français et en kirundi. Ubumwe, irrégulier et mal distribué, concurrencé par le journal du parti unique, Majambere, que beaucoup achetaient par crainte15.

  • 16 BART.

53Au Rwanda, avant même l'indépendance proclamée le premier juillet 1962, les autres étaient arrivés au pouvoir avec les élections de septembre 1961. Le manifeste des Bahutu de mars 1957 avait consacré un paragraphe à la liberté d'expression, réaffirmée dans le Manifeste du Parti du mouvement d'émancipation Hutu, Parmehutu d'octobre 196116.

54En dépit de la Constitution de 1961 reconnaissant les libertés fondamentales, l'information fut rapidement structurée, un ministère de l'information apparut en 1964 ainsi qu'une Commission de planification de l'information et de la propagande. L'Unité monarchiste et opposante disparut en 1964.

55Après le coup d'Etat de juillet 1973 du Général Habyarimana et du Mouvement Révolutionnaire National pour le Développement, il est toujours fait référence à la liberté de la presse, tandis qu'est constitué en octobre 1974 l'ORINFOR, Office Rwandais d'information, sous la tutelle du président de la République.

56Or, en 1968 le rédacteur en chef rwandais du Kinyamateka fut emprisonné et le directeur, un Père blanc italien, expulsé pour avoir publié une fable critiquant le pouvoir autocratique. La fondation en 1962 d'une imprimerie nationale favorisa le développement d'une presse gouvernementale dont le premier organe fut Imvaho, lancé en 1960 sous forme de tract hebdomadaire en langue nationale. Après une publication très irrégulière, il a été réorganisé en 1980 avec l'aide de l'UNESCO et traite surtout des sujets de société, la politique nationale n'occupant plus que le quart de la surface ; dès octobre 1981, il tirait à 27 000 exemplaires. Toute une littérature officielle s'est développée comme la Relève lancé en octobre 1973 à Kigali, bimensuel, faisant suite au Mois et absorbant en 1976 Rwanda Carrefour d'Afrique créé en 1964 par le ministère des Affaires étrangères.

57L'Eglise catholique resta puissante dans le pays et dans la presse : le Kinyamateka connut des fluctuations avant de retrouver un tirage de plus de 10 000 exemplaires en 1980. Il aborde des problèmes délicats comme la corruption des fonctionnaires, les difficultés des paysans ou le banditisme. Il est diffusé surtout par abonnement par les paroisses (près de 4 000 sur 12 000 en 1981), mais soutient, dans l'ensemble, la politique du gouvernement, condition de sa survie. Parfois continuèrent à apparaître de nombreux bulletins des écoles, des paroisses, des diocèses, comme Trait d'union qui remontait à 1942 ou d'œuvres charitables s'adressant aux jeunes. Hobe après une interruption reprit avec succès tirant à 85 000 exemplaires en 1980 sous l'impulsion de Sœur Marie Louise Moulart. Il existait aussi quelques publications protestantes.

58Diapason, l'organe des étudiants, polycopié paraissant trois fois par an, créé en 1966, fut interrompu pendant quelques années... Diapason, lancé en 1967, est un bimestriel en français édité par des religieuses catholiques, destiné à des intellectuels, ces journaux qui ne tirent qu'à quelques centaines d'exemplaires, permettent toutefois à la presse rwandaise de ne pas être totalement gouvernementale. La presse privée était quasi inexistante à l'exception de quelques journaux d'annonces. Par contre, il existe une presse périodique spécialisée diversifiée, notamment une presse de coopératives dont le mensuel Umunyamurgango Trafyro, bilingue, lancé en 1965 avec l'aide suisse, tirant à 10 000 exemplaires.

2. Les difficultés et l'essor de la presse en Afrique anglophone

59La tradition de liberté de la presse était fortement implantée en Afrique Occidentale Anglophone. Le retrait des Anglais et de leurs capitaux s'opéra inégalement, au profit des nouveaux Etats le plus souvent.

60Le Nigeria qui suivit la voie capitaliste et le Ghana de N. Krumah imprégné de marxisme firent cependant peser une contrainte sur les journaux, moindre toutefois dans le premier, hormis les périodes de crise aiguë. Celle-ci n'empêcha pas toutefois un développement très sensible des journaux. Mais au Ghana presque tous les journaux étaient publiés à Accra, c'est là qu'étaient les plus vendus les deux quotidiens Daily Graphic et Daily Times (120 000 exemplaires en 1965 en tout).

  • 17 BARTON.

61Le CPP de NKrumah boycotta le Daily Graphic de Cecil King mais celui-ci réussit à faire cesser le boycott. Bien que ce journal ait appuyé la campagne pour l'indépendance, il donnait la parole aussi à des opposants de NKrumah, ce qui rendait sa position difficile. NKrumah ne voulut pas racheter le journal mais accepta en 1963 un arrangement étalant sur trois ans des paiements au groupe Mirror.17

62NKrumah fit d'Evening News l'instrument de son panafricanisme avec des éditions en plusieurs langues. En 1962 il lança un hebdomadaire marxiste, publiant des articles sur la révolution socialiste en Afrique, sur le consciencism, The Spark. Il censura par contre Ashanti Pioneer, édité à Kumasi, qui lui était hostile et qui disparut en octobre 1962, opposé depuis 1950 au CPP, astreint en 1961 de remettre ses articles au Ministre de l'information avant de les publier. Il fut supprimé peu après. Il resta un hebdomadaire indépendant The New Ashanti Times d'Obuasi, et des mensuels spécialisés comme Modem Women. Eddie Agyemang un des principaux journalistes du Ghana, rédacteur en chef du Daily Times déclara en 1970 que sous NKrumah les journaux au Ghana devaient critiquer les pays comme le Nigéria, la Côte d'ivoire ou le Sénégal dont les politiques allaient à son encontre.

63Au moment du coup d'Etat qui renversa NKrumah, les directeurs de Evening News (Eric Heyman), Ghanaian Times et Spark, des membres du CPP furent arrêtés puis congédiés, mais les journaux continuèrent à paraître.

64La junte militaire ferma les journaux les plus gouvernementaux Spark, Daily Gazette (qui venait d'être lancé en 1966) et Sunday Punch. Mais la censure disparut. Parmi les nombreux détenus politiques libérés, il y avait beaucoup de journalistes dont Kwame Kesse-Adu le directeur de Ashanti Pioneer qui put reparaître, prenant le nom de Pioneer.

65En juillet 1966 des Universitaires d'Accra lancèrent un bi-hebdomadaire Legon Observer rapidement diffusé aussi dans les pays voisins (avec un tirage de 10 000), souvent très critique.

66Les rédacteurs de journaux possédés par le gouvernement Daily Graphie, Ghanaian Times, Evening News sans être aussi serviles que sous NKrumah reflétaient le point de vue des nouvelles autorités mais ils critiquèrent un accord passé par le gouvernement militaire avec une firme pharmaceutique américaine Abbott ce qui leur valut en décembre 1967 d'être révoqués. Il en résulta une vive tension ; 29 journalistes ou imprimeurs furent poursuivis par le Conseil de Libération Nationale (les militaires). Chris Asher du journal The Palaver, qui avait vécu longtemps au USA fut mis en prison en 1967. Libéré, il travailla pour des journaux afro-américains des USA. Puis il fit reparaître The Palaver en 1970 quand fut restauré le gouvernement civil avec le Dr Busia. Celui-ci laissa subsister un journal antigouvernemental The Spokesman, qui gagna des procès en diffamation qui lui avaient été intentés. Par contre le rédacteur du Daily Graphic qui avait critiqué la politique de dialogue avec l'Afrique du Sud menée par le gouvernement Busia fut revoqué. Après le retour au pouvoir des militaires, ses révélations sur l'ampleur de la corruption sur le gouvernement de Kofi Busia lui valurent les sympathies du Colonel Acheampong. Celui-ci, pourtant, se montra vite aussi répressif à l'encontre des media que l'avait été NKrumah. En 1978 il fut remplacé par Frédérick Akuffo qui se montra plus favorable à la liberté de la presse. Le coup d'Etat des militaires avec Jerry Rawlings en juin 1979 entraîna d'abord un retour au gouvernement des civils. Mais en décembre 1981 celui-ci s'empara du pouvoir et abolit la Constitution tous les pouvoirs allant à un Conseil de la défense nationale PNDC. L'élimination des opposants et des réformes radicales s'accompagnèrent d'une censure de la presse mais aussi de difficultés économiques graves. Toutefois à la fin des années quatre-vingt plusieurs quotidiens continuent à donner une information de qualité, le Daily Graphic (130 000 exemplaires), le Ghanaian Times (100 000), Pioneer (50 000).

  • 18 OYELUDE, BARTON.

67En Sierra Leone où le Daily Mail n'avait pas été une réussite, Cécil King décida de s'en retirer en 1965. Il envoya David Williams discuter avec le Président Sir Albert Margai qui finalement l'acheta à très bas prix : il tire à 18 000 exemplaires au milieu des années soixante-dix. La Sierra Leone dans sa constitution avait déclaré que la presse est libre mais le Defamation Act de 1961 et le Public Order Act de 1965 la limitent. The Unity l'organe du Sierra Leone People's Party opposé au parti gouvernemental l'A.P.C. (All People's Congress) fut confisqué et devint The Nation. Dans les années 1970, la plupart des journaux sont gouvernementaux18.

68En Afrique Occidentale, seul devait rester du groupe Mirrar, le Daily Times et le Sunday Times à Lagos avec des chiffres de diffusion s'élevant respectivement à 200 000 et 350 000 au début des années soixante-dix ; depuis 1967, le quart du capital appartenait à des Nigérians, mais un décret de 1972 imposait que le capital étranger des entreprises soit transféré au Nigéria avant le 31 Mars 1974, le groupe du Mirrar vendit ses parts restantes pour un million de livres.

69Une enquête menée sur les comportements électoraux à la fin de 1962 dans trois circonscriptions électorales urbaines, permet d'apprécier l'importance des journaux, nous en avons retiré le tableau suivant, d'après une étude de John P. Mackintosh qui fait état de plus grandes difficultés pour enquêter à Zaria dans le Nord, ce qui explique des disparités dans les questionnaires soumis dans les trois villes.

SOURCES DES INFORMATIONS POLITIQUES EN 1962

SOURCES DES INFORMATIONS POLITIQUES EN 1962

* Question non posée, mais rôle des réunions 33 %

  • 19 MACKINTOSH, d'où est tiré le tableau de 1962.

70A Ibadan les partisans de l'Action Group lisaient le Nigérian Tribune en anglais et Irohin Yoruba en yoruba. Le journal local du NCNC (Zik) était The Southern Nigerian Defender. Au milieu des années cinquante, environ 1 500 journaux étaient déjà vendus chaque jour à Enugu (1 000 Daily Times, 500 West African Pilot), lus par à peu près 10 000 personnes19.

71La Fédération du Nigeria, au lendemain de l'indépendance, disposait de 8 quotidiens à Lagos, de 2 à Ibadan, à Port Harcourt, à Kano, d'un à Onistsha et à Aba, deux bi-quotidiens à Zaria et à Port Harcourt, 18 hebdomadaires sans compter les mensuels et les revues. Bien qu'une partie de ces journaux fut contrôlée par les gouvernements et qu'une loi en 1964 eut obligé les journaux à déclarer les noms des rédacteurs et eut prévu des peines d'emprisonnement pour publication de fausses nouvelles, on pouvait parler de presse libre au Nigeria. L.K. Jakande, du Nigerian Tribune reconnaissait en 1974 que « les éditoriaux de la presse nationale, les articles des commentateurs politiques, le compte rendu implacable des erreurs officielles ont été les armes avec lesquelles le Nigeria a gagné son indépendance ». Il n'hésitait pas à parler de « la tradition de liberté d'expression qui date de l'époque coloniale ». En dépit de la guerre civile du Biafra et de la prise de pouvoir par des chefs militaires, la presse du Nigeria connut un développement, notamment une presse d'information générale, même si les journalistes nigérians eurent souvent à subir des procès et la prison. Ces difficultés amenèrent le retrait de capitaux anglais. A la veille de l'indépendance Ray Thomson avait été invité au Nigeria par le chef Awolowo, leader de Action Group actionnaire du Daily Express (remplaçant le Daily Service) qui l'amena à prendre 50 % des actions de l'Amalgamated press of Nigeria en 1960. Après les élections, le premier ministre du Nigeria Abubakar Tofawa Balewa, hostile au Daily Express s'en plaignit directement au gouvernement britannique, au secrétaire du Commonwealth qui était le beau-fils de Churchill, Dunan Sandys. Balewa lança un nouveau journal populaire gouvernemental, the Morning Post, et le Sunday Post ; l'opération revéla rapidement une perte de 300 000 livres et Balewa proposa au groupe Thomson une fusion du Morning Post et du Daily Express pour donner le Post Express. Mais Balewa mourait en janvier 1966 et l'armée prenait le pouvoir. Thomson limita les frais et se retira du Nigeria. Le Post vit son tirage baisser de 65 000 en 1963 à 25 000 en 1968. Interrompu en 1966, le Daily Express reprit en 1969 comme journal indépendant, contrôlé ni par le gouvernement, ni par un parti, ni par des capitaux étrangers.

72Le Nigeria vit une extension de la presse gouvernementale. Les relations entre la presse et les militaires s'envenimèrent car l'armée qui s'était emparée du pouvoir au nom de la lutte contre la corruption, apparut elle-même rapidement atteinte, ce que dénoncèrent des journaux.

73En 1975 il ne restait que trois quotidiens complètement indépendants, Nigerian Tribune, d'lbadan tirant à 43 000 exemplaires et à Lagos West African Pilot ne tirant plus qu'à 35 000 et Daily Express 25 000 exemplaires. Cependant, même les journalistes des journaux contrôlés par les gouvernements, savaient faire preuve d'indépendance. L'affaire Aimakiri en Juillet 1973 avait permis d'apprécier les tensions entre la presse et le pouvoir. Mineri Aimakiri, un rédacteur du Nigerian Observer de Port Harcourt avait écrit que les enseignants de Rivers State menacaient de démissionner si leurs conditions de travail n'étaient pas réexaminées. Le gouverneur de l'Etat vit dans cet article publié le jour de son anniversaire, une offense à son égard ; le journaliste fut arrêté, battu, eut le crâne rasé et fut emprisonné pendant 27 heures avant d'être relâché. Les associations de journalistes et de propriétaires de journaux protestèrent, de même le Daily Times et le Daily Express. Le juge de Rivers State accorda des dommages et intérêts au journaliste. Les pressions de l'armée et de la police n'en continuèrent pas moins. Des journalistes du Daily Express indépendant, furent détenus quelques heures pour avoir critiqué l'augmentation du prix des autobus à Lagos. Mais des journalistes de la presse gouvernementale faisaient preuve d'une liberté d'investigation qui n'était pas sans danger ; des rédacteurs de Renaissance, un quotidien d'Enugu furent placés sous la garde de la police, une semaine en septembre 1973 pour des articles faisant état de conflits de frontières ayant entraîné des morts. Un journaliste du Nigerian Herald fut arrêté en Janvier 1974 parce que la police voulait savoir comment il avait appris que des prisonniers s'étaient échappés de la prison locale.

  • 20 AGBAJE, PEIL, OYELUDE.

74La formation de l'opinion publique au Nigeria se rattache à des traditions politiques des populations du Nigeria différentes ; les Yoruba plus centralisateurs que les Ibo considérés, par ailleurs, comme plus entreprenants, plus autonomes aussi, les Hausa du Nord plus conservateurs, la presse resta libre même sous le gouvernement des militaires, non sans subir des poursuites. Ces différents caractères jouent sur le choix des sources d'information et sur les conditions de réception des media20.

75Le tableau suivant que l'on peut comparer avec celui de la page précédente montre une pénétration de la presse en progrès.

1972 Sources de l'information politique (pourcentages), Peil, p. 158.

76Aprés le renversement du Général Gowon par le Brigadier Général Mudala en 1975, le gouvernement fédéral, acquit 60 % des parts du Daily Times (le plus fort tirage, à cette date, 196 000 exemplaires) du Sunday Times (360 000 exemplaires) et de 8 autres journaux. New Nigerian à Kaduna (70 000 exemplaires), Sketch, Standard, Nigerian Herald à Ilorin, Nigerian Observer (65 000 exemplaires) passaient sous le contrôle des Etats ou du gouvernement fédéral. Tradition libérale ou plus grande combattivité des journalistes, ceux-ci restaient plus indépendants et moins soumis au pouvoir que leur confrères de la zone francophone.

77La supériorité de la presse du Nigeria répond à différents facteurs qui réagissent les uns sur les autres ; son rôle dans la formation de l'Etat moderne et dans son accession à l'indépendance, l'existence d'instituts nationaux de formation, même si beaucoup de journalistes vont aussi se former en Angleterre ou aux Etats-Unis, l'Institute of Mass Communication de l'Université de Lagos, le Jackson College of Journalism de l'Université du Nigeria à Nhsukka, le Daily Times Newspapers Training Center comptent parmi les principaux. L'organisation de la profession, la NUJ, la Nigerian Union of Journalists a été organisée en 1954. Même si les salaires sont de niveau varié (ceux du Daily Times les plus élevés), le journaliste nigérian avait un revenu élevé dans les années soixante-dix. La société des rédacteurs en chef a mis au point dès 1962 un code de conduite des journalistes. En mai 1978 ces deux sociétés et l'association des propriétaires de journaux ont adopté un code de conduite commun : obligation de ne publier que des faits avérés ; ne jamais taire ou falsifier les faits, ne pas accepter de rétribution pour publier ou dissimuler des nouvelles, secret professionnel sur ses sources. Quand le général Obasango rendit le pouvoir aux civils, la Constitution de 1979 au Nigeria reconnut la liberté d'expression. La Seconde République de 1979 à 1983 vit s'affronter plusieurs partis, ayant chacun ses journaux. Le National Party of Nigeria du président élu Shagari profitait des journaux contrôlés par le gouvernement fédéral comme le Daily Times et disposait du Herald dans l'Etat de Kwara, de Daily Sketch, du New Nigerian à Raduna. L'UPN, Unity Party of Nigeria bénéficiait des journaux du chef Awolowo comme le Sunday Tribune. Le Chief M.K.O. Abiola qui se sépara du NPN fonda en 1980 sa propre chaîne de journaux, le Concord Press avec le National Concord.

  • 21 AGBAJE. La cour suprême devait casser le jugement de la Cour d'Appel et donner raison au journalis (...)

78Les procès des journaux n'en furent pas moins nombreux ; ainsi en avril 1980 Tony Momoh, rédacteur en chef du Daily Times contre le Sénat qui voulait l'obliger à donner ses sources d'une information concernant des activités illégales de sénateurs21.

79Une loi en 1982 plaça la presse dans des conditions spéciales de surveillance en période électorale. Le gouvernement civil avait rapidement multiplié les entorses à la liberté de la presse et les poursuites envers les journalistes. L'une des moindres entraves ne fut pas la corruption qui toucha de plus en plus de rédacteurs. Les quotidiens devinrent de plus en plus des organes du parti sous le régime civil ; il s'agit d'un journalisme de critique partiale plus que d'investigation. Il est vrai qu'il est difficile d'obtenir une connaissance des faits ou des chiffres au Nigeria.

80A la suite d'un nouveau coup d'Etat replaçant le 31 décembre 1983 le Nigeria sous le gouvernement des militaires, une nouvelle loi sur la presse donna au pouvoir la possibilité de suspendre des journaux et d'emprisonner des journalistes pour avoir donné des fausses nouvelles ; c'est ainsi que Lateef Jakande, le directeur de Nigerian Tribune fut détenu vingt mois sans charges précises en 1985 ; plus de mille journalistes perdirent leur emploi. Un décret de 1985 avait renforcé le contrôle mais le général Babangida qui s'était emparé du pouvoir la même année, l'abolit et fit libérer les journalistes en détention. Des menaces continuèrent à peser cependant sur la presse, avec la violence s'installant dans le pays ; en 1986 le rédacteur en chef de Newswatch, Dele Giwa fut tué par un colis piégé.

81Au Libéria où il y avait une tradition ancienne de la presse, le gouvernement encore dirigé par les Afro-Américains dans les années soixante et soixante-dix, contrôle le Daily Listener, premier quotidien du pays, fondé en 1946, et The Libérian Age, un bi-hebdomadaire et il les finance. Julius Darpoh un journaliste qui dirigeait un service au ministère de l'Information fut révoqué pour être trop favorable à la liberté de presse ; il devint rédacteur en chef de Liberian Star, emprisonné sous le président Tubman ; il fut révoqué en 1974 à la suite d'un article déplorant que la législature donne plus d'étendue au délit de sédition. Le gouvernement possédait l'imprimerie de ce journal, un quotidien tirant à 5 000 exemplaires.

  • 22 AINSLIE, SCOTTON.

82En Afrique Orientale la presse blanche continua à paraître longtemps après l'indépendance. The Kenya Weekly News, publié à Nakuru après l'indépendance représente les Colons blancs. Le Standard contrôlé par le groupe Lonrho avec l'indépendance en 1963 changea complètement d'attitude. Alors qu'il avait dénoncé Kenyatta comme l'inspirateur des Mau-Mau, il le remercia d'avoir assuré une transition pacifique vers l'indépendance. Mais les journalistes continuèrent longtemps à recevoir une formation britannique.Kenneth Bolton le directeur britannique de l'East African Standard (le Standard) sut faire d'un journal porte-parole des colons, l'organe de l'establishment noir avec l'aide de son ami l'Atorney général Charles Njonjo : le journal était presque libéral face à l'hebdomadaire Kenya Comment qui avait été le porte-parole d'une extrême droite opposée à l'évolution vers l'indépendance souhaitée par le gouvernement britannique22.

83L'hebdomadaire Baraza s'africanisa beaucoup plus vite ; en 1961 son rédacteur en chef fut Francis Khamisé, un Africain qui avait été membre du Conseil Législatif.

84L'Aga Khan développa un groupe de presse East African Newspapers Ltd créé en 1959 en confiant l'opération à un Anglais Michael Curtis, ancien directeur du News Chronicle de Londres ; celui-ci reprit un hebdomadaire en swahili Taifa Kenya qui avait été lancé par Charles Hayes, un Européen libéral (une rareté au Kenya), il en fit un quotidien Taifa Léo. Il reçu un appui financier du groupe de Roy Thomson et lança à Nairobi le Daily Nation et le Sunday Nation.

85Il y avait peu de journalistes noirs dans l'Afrique de l'Est mais Curtis recruta de jeunes Africains pour les former et leur confier des postes de responsabilité. Hilary Ng'weno, un diplômé de l'Université de Harvard fut le premier rédacteur en chef du groupe Nation en 1960 puis Boaz Omori qui devait ensuite diriger la station de radio Voice of Kenya, ensuite George Githii à la fois philosophe et journaliste, très lié à Jomo Kenyatta dont il avait été le secrétaire privé ; quand il alla poursuivre des études à Oxford, Omori qui avait été déçu par sa direction de VO K revint à la Nation. Le journal subit des pertes pendant dix ans avant de devenir rentable. Tandis que le groupe Nation se développait, le Standard déclinait. Les journaux kenyans connaissaient une grande diffusion. Même en déclin, Le Standard en 1973 tirait à 32 000 exemplaires, l'hebdomadaire Baraza à 61 000, le Daily Nation à 75 000, le Sunday Nation à 70 000. Les journaux en swahili progressaient : Taifa Leo à 25 000 et Taifa Kenya à 65 000, lus surtout par la nouvelle classe moyenne africaine.

86Une étude du contenu des trois principaux quotidiens et de Baraza fait ressortir une plus grande information surtout sur l'étranger, dans les journaux publiés en anglais.

LES DOMAINES D'INFORMATION DE LA PRESSE AU KENYA

Standard

Daily Nation

Baraza

Taifa Leo

Kenya

60,4 %

46,6 %

21,0 %

30,0 %

(dont crime et faits divers)

01,9 %

02,5 %

05,5 %

06,8 %

Afrique orientale

05,3 %

09,5 %

10,5 %

10,7 %

Reste de l'Afrique

02,1 %

03,4 %

00,2 %

01,8 %

Grande Bretagne

02,7 %

02,8 %

-

-

Reste du monde

05,0 %

11,6 %

00,4 %

00,7 %

Sport

13,8 %

16,6 %

06,6 %

05,0 %

D'après James F. Scotton, Gazette, 1975.

87L'assassinat du Premier Ministre Tom Mboya en 1968 entraîna un plus grand contrôle du gouvernement sur la presse. La nationalisation de journaux n'empêcha pas la persistance de nombreuses publications privées. Mais elles n'étaient pas à l'abri de pressions gouvernementales. John Schofield, le directeur d'un hebdomadaire chrétien, Lengo qui critiquait le gouvernement, fut écarté et son successeur dut se limiter à des informations religieuses.

88Le gouvernement du Kenya maintint une liberté de la presse plus grande que dans la plupart des nouveaux Etats africains jusqu'au milieu des années quatre-vingt ; elle était reconnue dans la Constitution de 1964 (section 79-1), renforcée même lorsqu'un libéral James Osogo succéda au ministère de l'Information à Achieng Oneko, politiquement plus tourné vers l'Union soviétique. En dépit du parti unique qui contrôlait l'Agence de presse KNA, parlementaires et journaux critiquaient, à l'occasion, les actes du gouvernement. Une tentative (unique) de coup d'état militaire en août 1983 par des soldats de l'armée de l'air au Kenya entraîna de nombreuses arrestations, une publication en swahili Pambana, fut considérée comme séditieuse. La réputation de liberté de la presse qu'avait connu le Kenya s'érode au milieu des années quatre-vingt. Les poursuites contre les journalistes deviennent de plus en plus fréquentes sous la présidence de Daniel Arap Moi.

  • 23 N KONG.

89L'entente entre le Kenya de Jomo Kenyatta, le Tanganyika de Nyerere et l'Ouganda de Milton Obote ne survécut pas au renversement de ce dernier en 1971 par Idi Amin Dada. Obote avait auparavant obtenu une aide financière américaine et ouest-allemande pour fonder en mars 1964 un hebdomadaire de langue anglaise The People (devenu quotidien en janvier 1969) dont John Ejalu fut le premier rédacteur en chef ougandais, à la tête aussi de Argus. Amin nomma William Buse à la tête d'Argus et maintint Ejalu, mais celui-ci 1972 fut enlevé en mars et maltraité par des militaires, il abandonna la rédaction d'Argus et quitta le pays. Plusieurs directeurs de la publication catholique en langue africaine, Munno, furent assassinés, d'abord le Père Clément Kiggundu et, cinq ans plus tard, John Sawiniko, tué dans une cellule de la police23.

90Amin, qui avait manifesté un intérêt pour la presse, à son arrivée au pouvoir, créant une école de journalisme, à partir de 1972, fit de plus en plus intervenir la Présidence auprès des rédactions de journaux ; Uganda Argus reçut 96 avertissements rien qu'entre avril et juin 1972. Lorsque ce journal expliqua les conséquences néfastes pour beaucoup d'entreprises de l'expulsion des Asiatiques, le gouvernement l'accusa d'être à la solde des impérialistes, le menaça de nationalisation et le remplaça par la Voice of Uganda en novembre 1972. Les journalistes devinrent des fonctionnaires du ministère de l'Information tandis que la dictature d'Amin s'accentua en rompant avec l'Occident. En 1973, Amin s'attaqua à Taifa Empya, l'accusant d'être la propriété d'un Asiatique, l'Aga Khan, et fit fermer Munno. Il prit lui-même le ministère de l'Information qui alimentait de plus en plus Voice of Uganda, Taifa Empya et Munno qui avait reparu.

91Après sa chute, de nouveaux journaux apparurent en 1979 avec une plus grande liberté, non sans intermittence (5 journaux furent saisis en 1982) ; aux anciens quotidiens, Munno catholique, Taifa Empya dont le lectorat est plutôt protestant, publiés en lougandais, s'ajoutèrent Ngabodans la même langue et Star en anglais avec le même rédacteur en chef Drake Saekeba, Citizen devenu Munnanzi et paraissant en lougandais après avoir été censuré, puis New Vision, lancé en mars 1986 pour remplacer Uganda Times est l'organe officiel du président Museveni, Telecast est un quotidien en anglais né en 1986. Mukulembeze paraît en lougandais.

92Parmi les hebdomadaires ou mensuels nombreux à paraître, Topic interdit en 1981 reparut en avril 1985, Musiziest un mensuel catholique comme Kizito qui tire à 35 000 exemplaires.

  • 24 New African mai 1988, Index on Censorship, 1992-7.

93Au Tanganyika, devenu ensuite la Tanzanie, les nouveaux gouvernants donnèrent la préférence à la presse sur la radio ; Ngurumo qui les avait soutenus était un journal privé. Mambo Léo, l'ancien journal de l'administration coloniale avait été privatisé, Mwafrika était devenu apolitique, aussi la Tanu souhaita, après l'indépendance, avoir ses journaux ; en décembre 1961, fut lancé un hebdomadaire Uhuru (l'indépendance) qui devint quotidien en 1965, en swahili. En avril 1964 apparut un quotidien en langue anglaise, The Nationalist. Les nouveaux dirigeants accordaient un grand prestige à l'écrit ; malgré son coût, un quotidien de langue anglaise paraissait au gouvernement de Nyerere un moyen d'assurer une audience internationale. The Nationalist publié par la Mwananchi Printing and Publishing Company fut administré par des ministres et des dirigeants de la TANU ; le journal bénéficia de la venue d'un journaliste de l'Accra Evening News James Markham. Bien présenté, donnant des nouvelles de toute l'Afrique, le journal s'imposa rapidement. Toutefois en 1967-1968 il n'écoulait que difficilement ses 4 000 exemplaires24.

94Uhuru et The Nationalist coûtaient cher. La publicité se portait plus facilement vers le Tanganyika Standard (le standard) dont le tirage s'éleva de 11 800 à 19 496 exemplaires entre 1965 et 1968. Avec la Déclaration d'Arusha et l'orientation plus socialiste du régime, le Newspaper Ordonance Bill de mars 1968 donne plus de pouvoirs au Président pour suspendre un journal. Déjà des mesures avaient été prises contre Ulimwengu, un hebdomadaire d'Otini Kambona, dont le frère, ancien ministre et secrétaire général de la TANU, avait émigré à Londres d'où il envoyait des articles contre le gouvernement en 1967. Le journal cessa de paraître et son directeur fut arrêté. Le gouvernement nationalisa en février 1970 le Standard ; celui-ci en 1972 fusionna avec The Nationalist pour donner le Daily News (tirant à 60 000 exemplaires) ; le parti unique la TANU devenu en 1977 par fusion avec le parti de Zanzibar le CCM Chama Cha Mapunzi contrôlait toujours aussi Uhuru, Mzalendo en swahili, et le Sunday News. La liberté de la presse avait été très restreinte. A Zanzibar, subsistaient des hebdomadaires dont un indépendant. Les Syndicats avaient conservé aussi un bi-mensuel Mfanya Kazi.

  • 25 AINSLIE, KASOMA. Sur le groupe Lonrho, présent dans beaucoup d'activités, y compris la presse, en (...)

95Après l'indépendance en 1964 en Zambie, l’African Mail fut racheté à David Aster par le gouvernement en 1965 et devint le Zambia Daily Mail, quotidien en 1969 ; tirant à 30 000 dans les années soixante-dix, il devint moribond en 1987 quand l'Etat lui retira sa subvention. Beaucoup de journaux privés disparurent après peu d'années, faute d'argent Weekend-Wodd ne dura que de 1978 à 1979, le Sunday Post de 1982 à 198325.

96L'ancien Northern News devenu le Times of Zambia fut acheté en 1965 par le groupe Lonrho au groupe Argus ; il publiait aussi Sunday Times of Zambia ; il polémiqua souvent avec l'administration, par exemple en faveur de l'éducation sexuelle. Il devait être racheté en 1975 par le parti unique l'UNIP et devenir l'organe officiel du parti gouvernemental, son directeur était désigné par le président. La presse n'en présentait pas moins des opinions parfois critiques, ainsi en 1980 un éditorial parut sur les conditions de détention d'opposants présumés impliqués dans un complot.

97Les deux quotidiens reprenaient souvent des articles de la presse anglaise, surtout le Mail qui lui empruntait une page féminine en 1972. Les articles étaient écrits surtout pour la bourgeoisie ou pour les Européens ; ainsi les chroniques culinaires s'adressaient à des lecteurs disposant de l'électricité ou du gaz chez eux. S'il ne subsistait plus de journaux privés, par contre, il y avait de nombreux magazines ; ceux-ci prospérèrent d'autant plus qu'à partir de 1980 il y eut une limitation de l'importation des magazines étrangers. Outre les publications religieuses présentées plus loin, figuraient parmi les principaux magazines des journaux sportifs comme Sportsman Magazine, lancé en 1978, Zambia Sportsman en 1980 et des publications en rapport avec l'industrie minière : The Miner fondé par l'Anglo-American en 1967 (il tirait à 40 000 exemplaires), The Jewel of Africa, de 1968, ou de loisir et de distraction comme African Panorama (en 1977), Bonzo en 1978.

98L'influence du gouvernement s'étendit sur les principaux journaux avec le Times of Zambia tirant à 60 000 devenu l'organe officiel du parti gouvernemental et le Zambia Daily Mail ; ces journaux reprenaient souvent des articles de la presse anglaise. La presse zambienne n'avait rompu ses liens avec l'Afrique du Sud que pour en établir avec l'Angleterre. La presse d'Etat avait conservé une certaine liberté de critique et de 1964 à 1986 le gouvernement n'imposa pas de censure même s'il exerçait des pressions. La Commission pour l'éducation publiait depuis 1970 Orbit, une bande dessinée éducative diffusée dans les écoles. La Zambie avait une centaine de périodiques au début des années soixante-dix.

  • 26 New African, juin 1988.

99Le Zimbabwe (l'ancienne Rhodésie du Sud) qui accéda dans des conditions particulières à l'indépendance, au moment de la reconnaissance du pouvoir aux Africains en 1980, vit la persistance d'une presse privée appartenant à des Blancs comme l'hebdomadaire Financial Gazette, ou Parade, un mensuel destiné à la classe moyenne noire. Mais rapidement le gouvernement de Mugabe mit la main sur la Zimbabwe Newspapers Ltd, créée en 1980 ; le nouvel Etat racheta avec l'aide du Nigeria les 45 % du capital de la Rhodesian Printing and Publishing Co, le reste appartenait à des actionnaires privés. Ce groupe contrôlait les anciens quotidiens The Chronicle de Bulawayo et The Heraldde Eiarare ; mais le premier grace à son rédacteur en chef Geoff Nyarota restait plus libre de critiques (accusant par exemple le ministre des Transports de corruption). L'influence du pouvoir se fit sentir ; en 1985 Musarurwa, le rédacteur du Sunday Mail (qui tirait à 130 000) proche de la ZAPU, le parti opposant de Nkomo, fut limogé. Le groupe contrôlait aussi le Manica Post hebdomadaire et Kwayedya un hebdomadaire en shona. La presse du Zimbabwe est essentiellement urbaine, dans sa production comme dans sa diffusion.26

3. La presse et les pays lusophones

100Les habitudes de contrôle de la presse prises sous la domination portugaise renforcée par le régime de Salazar facilitèrent l'introduction des régimes marxistes. L'influence du communisme et la lutte armée avec l'Afrique du Sud ou la Rhodésie entraînent un étroit contrôle de l'information. Les leaders nationalistes des trois pays, Amilcar Cabrai (Guinée Bissau), Agosthino Neto (Angola), Samora Machel (Mozambique) pendant leurs études à Lisbonne n'avaient guère trouvé d'appui qu'auprès du parti communiste clandestin. Les mouvements de libération avaient trouvé appui surtout auprès d'Etats africains liés à l'URSS.

101La révolution d'avril au Portugal donna l'indépendance aux colonies portugaises. Au Mozambique, le Diario cessa de paraître ; de même O Brado Africano en novembre 1974 ; le Frelimo au pouvoir en juin 1975 ne fit pas de la presse une priorité, en raison de l'importance de l'analphabétisme (90 %). A Tribuna, l'hebdomadaire de Reis s'arrêta en novembre 1975. Le Frelimo, devenu un parti marxiste léniniste en février 1977 sous la direction de Samora Machel, imposa une orientation idéologique et moraliste en multipliant les camps de rééducation et la rupture avec la situation antérieure. L'importance de l'analphabétisme réduit le rôle de la presse par rapport à la radio.

102Imitant la Chine, le Mozambique a développé le journal affiché, le Jornal do Povo (journal du peuple). Des journaux du peuple doivent être introduits dans les villages communautaires.

103En Angola le Diário de Luanda fut fermé et A Província de Angola qui tirait à 41 000 exemplaires devint O Journal de Angola avec un nouveau rédacteur Costa Andrade, un Blanc qui avait fait cause commune avec les nationalistes noirs. Victoria Certa fut le journal officiel du MPLA, tandis que des journaux gauchistes apparaissaient en 1975 : Jornal 4 de Fevereiro, Poder Popular, Revoluçâo socialista. L'organe des Communistes d'Angola fut Vanguardia Operária.

104La mise au pas des Gauchistes dès septembre 1975 entraîna l'interdiction de Poder Popular, le journal des Commissions de quartiers. En février 1976, le MPLA l'emportait sur le FNLA et l'Unita avec l'aide des Cubains et de l'URSS. Après l'éviction de Nito Alves, un guérillero célèbre, ministre de l'Administration interne, l'échec du putsch qu'il tenta le 27 mai 1977 et la répression sévère qui s'ensuivit, la dictature s'accentua. Tous les organes d'information avaient été nationalisés en mai 1977 et en mars 1978, une Union des Journalistes Angolais constituée.

4. Presse, propagande et développement

  • 27 MACBRIDE Sean (sous la direction de). Voix multiples, un seul monde, UNESCO, Paris : 1980. Cf. aus (...)

105L'information était considérée comme la condition première du développement. Mais elle devait tenir compte des réalités africaines, le très grand nombre d'illettrés (ce qui amena à privilégier rapidement la radio), l'absence d'un besoin d'information sur l'extérieur dans la société rurale traditionnelle, la nécessité d'expliquer plus que d'informer. Les fonctions éducative et sociale semblaient légitimer une fonction politique qui s'identifiait avec la voix du gouvernement. Ce que l'Etat considère comme une information éducative est souvent perçu comme une propagande politique. Car les media gouvernementaux identifient les stratégies de développement avec la politique gouvernementale et le recours à des formules incantatoires comme développement endogène, identité culturelle, authenticité, ne suffit pas à résoudre les problèmes alors que la réalité les contredit. Ainsi, le discours sur le développement s'est-il peu à peu transformé en discours de propagande. La relation entre media et développement a été affirmée plus que démontrée pendant trente ans ; elle devint peu à peu un mythe associé à l'intégration nationale ; le concept de développement a surtout été, dans les faits, une justification du développement de l'Etat en Afrique Noire au nom de l'intégration nationale ; ce qui accentua la centralisation de l'information et des media. Même si la radio apparut dans les années soixante et soixante-dix comme le moyen d'information le plus adapté en Afrique Noire, l'écrit fut très vite reconnu comme un instrument indispensable : le rapport Mac Bride déclara que « l'ignorance des techniques de lecture et d'écriture limite sévèrement l'épanouissement des capacités globales d'un individu » et Paulo Freire dans Pédagogie des opprimés voyait dans l'apprentissage de la lecture et de l'écriture une capacité pour l'individu de maîtriser son environnement et de se trouver plus libre27.

106Si le renforcement de l'Etat, le régime du parti unique, le contrôle étroit de l'information se sont généralisés au lendemain des indépendances, la justification avancée était la nécessité du développement considéré comme un préalable à la démocratisation, développment économique et social promis et toujours attendu. Dans cette perspective les media —la radio surtout— ont été utilisés pour soutenir la politique de développement des Etats. En ce qui concerne la presse écrite, il faut distinguer entre ce que disent du développement la presse d'information générale, la presse spécialisée qui s'adresse à des cadres et la presse rurale.

107C'est surtout auprès des populations rurales, les plus importantes dans les nouveaux Etats, que les moyens d'information apparurent étroitement liés à la politique de développement. L'UNESCO et les puissances industrielles virent dans la radio une solution permettant de surmonter l'analphabétisme. Toutefois l'écrit apparut rapidement indispensable à tout transfert de technologie. Aussi la radio fut-elle utilisée dans les campagnes d'alphabétisation avec l'envoi d'un support-papier d'accompagnement parfois. Le concept même de presse rurale est ambigu, même quand il n'est pas confondu avec celui de presse agricole ; on est passé, peu à peu, d'une presse écrite pour les ruraux à une presse écrite avec la participation des ruraux.

  • 28 ANSAH Paul et autres. Le journalisme rural en Afrique. Etudes et Documents d'information no 88, UN (...)

108Déjà implantée dans plusieurs pays comme l'Inde, l'Indonésie, l'Amérique latine, en rapport avec la politique d'alphabétisation, la presse rurale a été introduite en Afrique Noire dès 1963 au Libéria, nous avons déjà vu l'antériorité de ce pays dans les débuts de la presse africaine ; l'importance et l'ancienneté de l'alphabétisation en langue anglaise expliquent que ces premiers journaux, multicopiés à quelques centaines d'exemplaires, une ou deux pages, liés aux programmes d'alphabétisation aient été en anglais. Gbarnga Gbele News fut le premier de la trentaine de journaux multicopiés qui apparurent en 1965, il en subsistait encore 8 à la fin des années soixante-dix. Ils apparurent au Niger dès 1964 et dans plusieurs autres pays dans les années soixante-dix. En 1970 une Association des Réalisateurs de Journaux Africains s'est constituée à Bamako ; elle se réfère aux objectifs de la presse rurale tels qu'ils ont été définis par la division de l'UNESCO du Développement et de l'emploi des moyens d'information (articles 3 et 4 du Règlement de cette association)28.

109L'UNESCO réunit à Dakar du 1 7 au 22 décembre 1973 un colloque sur la presse rurale en Afrique qui déplorait l'indifférence de certains gouvernements à cet égard ; il voyait aussi dans le journal rural, outre un matériel de lecture, un instrument d'information.

110Un séminaire tenu à Libreville en février 1978 avec l'aide de l'UNESCO réunit des rédacteurs en chef et des directeurs de journaux ou d'agences de presse de treize pays dont le Libéria, le Nigéria, la Sierra Leone, la Haute Volta, Madagascar, le Sénégal, le Togo, sur les moyens d'information, les journalistes et leur rôle dans le développement en Afrique ; une grande place fut accordée à la réflexion sur le monde rural où la radio apparut le moyen le plus efficace, y compris pour les campagnes d'alphabétisation, mais la presse écrite ne fut plus seulement considérée comme un instrument éducatif dans la phase de postalphabétisation ou un moyen d'intégration du monde rural, pour lui reconnaître aussi une valeur d'information sur les événements et les situations. Nous reviendrons plus loin sur la presse rurale de nos jours qui s'identifie le plus souvent avec la presse de langue africaine.

  • 29 YACOUBA.

111Au Niger dès 1964 la direction de l'alphabétisation (devenue en 1969 le Service de l'alphabétisation et d'éducation des adultes) s'est intéressée à la presse rurale en lançant en 1965 Gangaa (Tam-Tam en haoussa), mensuel multicopié en haoussa, en zarma, en peul, en tamasheq et en kanuri. A côté de ce journal, dirigé par le Ministère de l'alphabétisation et de l'éducation et publié à Niamey en 3 000 exemplaires, il s'est créé des journaux régionaux, mensuels, publiés par les inspections départementales, Kasaa My Albarka (terre féconde) et Tarmaamun Aadar (les étoiles de l'Adar) en haoussa tirent à 1 000 exemplaires ; Jine Koy Yan en zarma était publié à Tillabery en 800 exemplaires ; au-dessous, au niveau de villages, des journaux étaient tirés à partir d'un duplicateur ; par exemple dans l'arrondissement de Tillabery, neuf villages avaient ainsi leur journal, aux noms parfois volontaristes, par exemple à Garie, Bon Haney Ban (finie l'ignorance)29.

112Gangaa fusionna en 1968 avec Alpha Niger qui avait été édité en français pour des adultes alphabétisés : il fut désormais tiré en offset à 2 500 exemplaires en français et en cinq langues africaines avec un nombre variable de pages. Les rubriques portent sur les nouvelles nationales, le courrier des lecteurs, une page féminine mettant l'accent sur les problèmes sanitaires et l'alimentation ; l'illustration par le dessin est importante. La formation permanente représentait 46 % du contenu en 1982-1983, la formation politique et civique, en fait la propagande gouvernementale 36 %. Jine Koy Yan, reprenait des éléments des journaux villageois, mensuels eux aussi ; formation permanente et formation politique et civique représentent près des trois quarts de ce journal de 4 à 6 pages imprimées depuis 1979 ; l'information sur les initiatives locales et le Courrier des lecteurs constituent le cinquième. Son tirage, de 500 à 1 000, en limitait toutefois la portée. Le quotidien national Le Sahel reprend une fois par semaine des articles de Gangaa, alors que au Togo, Togo-Presse publie une page ewé sans aucun rapport avec Game su.

  • 30 AHONTO et ANSAH, op. cit.

113Le Togo avait lancé en septembre 1972 Game su (c'est l'heure), en ewé avec l'appui de l'UNESCO. Plusieurs ministères —Information, Affaires sociales, Education Nationale, Economie rurale, Santé— participent à sa gestion. Tiré d'abord à 5 000 puis à 3 500 exemplaires, destiné aux ruraux et aux nouveaux alphabètes, ce mensuel de 4 pages était rédigé par le personnel du programme d'éducation des adultes et de l'alphabétisation et des agents de formation agricole. A côté des thèmes ruraux de vulgarisation agricole (sur les insecticides, les engrais...) on y trouve des articles sur la santé, les soins à donner aux enfants, la gestion domestique, mais aussi des thèmes culturels sur les chants, danses, croyances, des articles sur les responsables politiques. La diffusion par vente est médiocre en dehors des écoles et des organismes spécialisés. En 1977 fut lancé, en kabyé, Tew Fema avec les mêmes soutiens ministériels30.

114Le Mali a lancé en mars 1972 avec l'aide de l'UNESCO Kibaru en bambara, un mensuel aussi sous la tutelle du Ministère de l'Information. La publication s'appuyait sur un réseau de communicateurs pris parmi les cadres de l'animation rurale ou les instituteurs en milieu rural. Ceux-ci assuraient la diffusion, organisaient des séances de lecture collective, des clubs kibaru dans des villages, aidaient à la rédaction en conseillant des sujets d'articles adaptés. Kibaru passa de 4 000 à 8 000 exemplaires entre 1972 et 1974. Aux articles en bambara se sont ajoutés quelques articles en peulh. Une émission radiophonique hebdomadaire « A l'écoute du monde rural » lui a été consacré et le rédacteur en chef de Kibaru y répond à des lettres adressées au journal. En 1978 à côté de 41 % des articles consacrés à la formation permanente, 29 % traitaient de la politique mais courrier des lecteurs et initiatives locales représentaient le quart.

115Au Bénin 4 journaux mensuels avaient été créés entre 1972 et 1974, le premier Kparo en bariba, imprimé en offset pour le Nord du pays, ensuite Eunbuke en adjé, Imole (Le guide éclairé) en yoruba, Mi Se Nu (écoutez, entendez), en fon.

116En Haute Volta, un mensuel rural Fasobaara fut lancé en 1973 en dioula dans la région de Bobo-Dioulasso et en 1975 Manegre en mooré par l'O.V.E.A. (Organisation voltaïque pour l'éducation des adultes).

117Le mensuel Sengo, rédigé en français, fut créé en 1972 par la Direction de l'éducation permanente et l'alphabétisation du Congo ; d'instrument de post alphabétisation, il est devenu un organe d'éducation des adultes et d'information tirant à 3 000 exemplaires.

118Le Burundi a lancé en mars 1978 un hebdomadaire en kirundi, Ubumwe, vendu à très bas prix, tirant à 3 000 exemplaires.

  • 31 BART.

119Au Rwanda, l'homogénéité linguistique (le kinyarwanda) facilita l'alphabétisation élevée. Le monde paysan avait déjà été touché par le kinyamateka des Pères blancs qui avaient introduit très vite des rubriques agricoles, par Hobe, un mensuel catholique pour les enfants lancé en 1954 qui avait 57 000 abonnés en 1976 et par un bimensuel puis hebdomadaire gouvernemental Imvaho lancé en 1962 mais de publication irrégulière au début des années quatre-vingt, bien que rénové en 1980 avec l'aide de l'UNESCO. En 1975 un bulletin de vulgarisation dans la langue locale fut créé, Umuhinzi-Mworozi (Agriculteur, éleveur), mais le tirage initial de 5 000 déclina jusqu'à 1 50031.

120Au Kenya où la presse était surtout concentrée dans la capitale, un journal Taifa léo est rédigé en Swahili et en 1973 sur les 25 000 exemplaires, 12 500 étaient diffusés en dehors de Nairobi et de Mombasa ; le Kenya Farmer était un mensuel en anglais et en swahili tirant à 20 000 exemplaires en 1972, organe de la Société d'agriculture du Kenya à destination des exploitants agricoles.

  • 32 OLTHETEN.

121L'Institut for Development Studies de l'Université de Nairobi effectua en 1972 une recherche dans trois secteurs ruraux à Tétu dans la province centrale à Irianyi dans la province de Nyanza et à Vihiga en province occidentale. Il s'agissait de trois centres ruraux très peuplés, avec des petits exploitants répartis en quatre catégories selon leur degré d'adaptation aux techniques modernes32.

122A Irianyi, 24 % des paysans étaient alphabétisés en leur langue et en swahili et autant en plus en anglais ; les proportions étaient assez proches dans les deux autres lieux.

EXPOSITION A LA PRESSE EN MILIEU RURAL AU KENYA

EXPOSITION A LA PRESSE EN MILIEU RURAL AU KENYA

q : quotidien p : périodique Oltheten 1973

  • 33 OLTHETEN. L'inégalité de pénétration était variable selon les trois cas entre les groupes sociaux  (...)

123Le tableau montre une pénétration de la presse plus élevée que celle existant en général en Afrique noire à cette date, l'enquête sur Irianyi n'avait pas été menée de la même manière et répartissait les réponses entre exposition aux media régulière, occasionnelle ou jamais. Notons que l'exposition globale à la radio était un peu supérieure à Irianyi (55 %), nettement à Vihiga (79 %), mais plus faible à Tétu (59 %) ; par contre l'exposition quotidienne ou régulière était partout supérieure pour la radio à celle pour la presse.33

124En décembre 1971 l'établissement de journaux ruraux avait été recommandé, en souhaitant des journaux privés, par crainte que des journaux gouvernementaux soient moins crédibles car soupçonnés d'être des organes de propagande gouvernementale.

125En 1975 fut lancé avec l'aide de l'UNESCO un journal de 4 pages en kikuyu, Kisomo, tiré à ses débuts à 5 000 exemplaires était préparé à Muranga où avait disparu un journal local en anglais, pour être ensuite imprimé à Nairobi. Il contenait des articles sur l'agriculture et sur les questions commerciales portant notamment sur le thé, le café, l'élevage, sur les moyens aussi pour les cultivateurs d'obtenir des prêts.

126Un autre journal, Bumanyati, un bimensuel en swahili fut fondé en juin 1976 par la gouvernement avec l'aide des Pays-Bas qui fournit une imprimerie mobile et le personnel de fonctionnement ; installé à Vihiga, dans le sud-ouest avec une équipe de six personnes, le journal (quatre pages) tira d'abord à 1 500 exemplaires, puis à 4 000, des articles sont écrits par des lecteurs ou des vulgarisateurs agricoles. La distribution était imparfaite, la publication irrégulière ; il ne semble pas que le projet fut prolongé au delà des années quatre-vingt. D'autres journaux en swahili furent lancés en 1980.

  • 34 ANSAH, op. cit.
  • 35 KASOMA.

127Au Ghana en février 1976 fut lancé en ewé Kpodoga tirant à 5 000 exemplaires maison estimait que chaque numéro touchait 50 000 personnes34. En Zambie, les services d'information publiaient 6 mensuels dont Imbila imprimé en bemba à Ndola, tirant à 27 000 exemplaires diffusés dans le nord et le centre, Tsopano tirant à 12 000 exemplaires en nyanyi pout l'est, Lisela Zambia en lozi pour l'ouest et le sud imprimés à Lusaka par un organisme gouvernemental. Ces journaux toutefois circulaient surtout près des centres de district et leur contenu reflétait des aspirations des citadins plus que les besoins des ruraux35

  • 36 KIVIKURA.

128En Tanzanie, dans le but de donner à lire aux nouveaux alphabétisés, un journal rural en swahili a été lancé en 1974, le titre Elimu haina mwisho (l'éducation est permanente) traduit bien sa finalité. Publié à Mwanza en 25 000 exemplaires pour les populations proches du lac Victoria, ce mensuel est le résultat d'une initiative de la Coopération norvégienne et de l'UNESCO36.

129L'UNESCO a joué un rôle important dans la naissance de la presse rurale liée à l'éducation des adultes et au développement communautaire, deux notions chères aux Nations Unies. Ces thèmes se trouvent associés à des considérations propres aux Etats africains : la représentation du pouvoir comme une émanation du peuple avec une promotion constante du chef de l'Etat et des formulations incantatoires sur l'éducation du peuple, sur le développement rural, sur l'auto-développement, la nécessité du dialogue entre les villageois et le pouvoir, ce qui peut être considéré comme une transposition de la palabre comme moyen de résoudre les difficultés.

130Cette première période de la presse rurale a correspondu à une situation en partie révolue. Non que la remise en question des chefs d'Etat depuis quelques années ait toujours gagné le monde rural, plus respectueux des autorités en place. Mais le discours sur le développement, non suivi d'effets probants a dévalorisé ceux qui le transmettaient. Ces journaux ruraux ont cependant contribué à une prise de conscience de l'information et à l'aspiration de satisfaire un nouveau besoin.

131Outre les rubriques agricoles ou sanitaires principalement, concernant le développement dans des quotidiens, il existait aussi une information spécialisée, pour des ingénieurs, des chefs d'entreprises ou des cadres.

132Au Nigéria, Agriscope lancé en 1979 était un mensuel tirant à 20 000 exemplaires publié à Ikeja. Remontant à 1964 et moins diffusé, le Journal of Rural Economics and Development de l'Université d'Ibadan publiait deux fois par an des études en économie agricole ; Agriculture avait été lancé en 1969 à Ibadan.

  • 37 BENN'S MEDIA, 1993, vol. 3.

133Le Kenya Farmer qui remontait à 1954 était un mensuel en anglais s'adressant à de riches agriculteurs. Le Kenya Journal of Adult Education paraissant trois fois par an à Nairobi et tirant à 2 000 exemplaires avait été lancé en 1973 pour les éducateurs. Le Bulletin of Animal Health and Production in Africa, trimestriel publié à Nairobi, avait pris la suite du Bulletin of Epizootic Diseases. L'East African Agricultural and Forestry Journal était un mensuel du Kenya tiré à 1 000 exemplaires au début des années soixante-dix. Le Ghana Forestry Journal était un annuaire remontant à 1968 ; de la même date le Ghana Journal of agricultural Science, qui paraissait trois fois par an et tirait à 1 040 exemplaires37.

134En Zambie le ministère de l'Agriculture avait lancé en 1966 un magazine Farming in Zambia.

135L'Essor rural lancé en juillet 1973 en Haute-Volta par le ministère du développement rural avec une aide britannique est un mensuel de 25 à 48 pages tirant à 2 000 exemplaires destiné aux cadres du développement rural et aux organisations régionales de développement. Il n'est pas directement destiné aux paysans, ses articles étant très techniques et son prix trop élevé pour eux.

136Le Bulletin agricole du Rwanda lancé en 1968 est un trimestriel destiné aux cadres de la vulgarisation agricole. En Côte d'Ivoire, Agripromo, lancé en 1973 par l'INADES, revue trimestrielle ou Terre et Progrès, revue bimestrielle créée en 1973 aussi par le Ministère de l'Agriculture, jouaient un rôle analogue.

137La presse rurale donnait une place importante aux problèmes de santé, de nutrition, d'éducation. Ceux-ci représentent les principaux thèmes du développement traités dans les quotidiens qui s'adressaient plus particulièrement à la population urbaine. On retrouve la différence entre la presse anglophone et les autres journaux, même lorsque la première appartient au gouvernement, la liberté de ton est plus grande : mais les situations diffèrent selon les Etats.

138Une étude américaine porta sur une analyse comparée de la place de l'éducation en 1957-1960 et en 1979-1980 dans le Daily Graphie du Ghana et le Daily Times du Nigéria. Le Daily Graphie en 1957-1958 la première année de l'indépendance réservait un peu plus de place à la publicité (52,2 %) qu'à la rédaction ; l'information sur le gouvernement représentait environ 20 %, celle sur le développement économique, 9,5 % des 12 à 16 pages composant le journal. Une information importante était donnée sur les problèmes d'éducation, 825 articles en un an, principalement des événements, une part importante était réservée à l'enseignement supérieur. Le journal publiait des opinions divergentes sur l'emploi des langues, anglais ou langue africaine à l'école primaire, sur la présence des filles à l'Université, sur la formation des maîtres.

  • 38 MC DONALD.

139Par comparaison, le Daily Times de Lagos en 1960-61, la première année après l'indépendance, ne réservait que 6,3 % de son espace aux nouvelles sur le gouvernement, mais plus de 19 % au développement économique dans ses numéros de 16 à 24 pages. En un an il y eut 1 168 articles sur l'éducation, lui aussi accordait le plus de place à l'enseignement supérieur et avait des préoccupations analogues à celles du Ghana. C'était aussi une preuve supplémentaire que les lecteurs se recrutaient surtout dans la minorité la plus instruite38.

140Considérons la situation vingt ans plus tard, dans un Ghana appauvri par une importante fuite des cerveaux, touchant notamment les professeurs, en 1979-1980 alors que le Daily graphic est complètement sous le contrôle gouvernemental ; 637 articles étaient consacrés à l'éducation. L'enseignement secondaire était le plus traité, dépassant l'enseignement supérieur qui venait en second ; les trois quarts des articles étaient consacrés à ces deux degrés de l'enseignement, les moins répandus dans la population mais comprenant le plus de lecteurs. Le journal appuie le gouvernement dans la grève des professeurs en 1980. Le courrier des lecteurs a diminué de moitié et ne concerne guère que des lettres favorables à la politique gouvernementale.

141Pour le Daily Times dans lequel il y avait une participation de l'Etat, les articles sur le développement économique étaient passés de 19 % à 14 % entre 1960 et 1980, 1 355 articles concernaient l'éducation. Ce qui concerne l'enseignement supérieur arrive toujours en tête, bien qu'un peu réduit, alors que les articles sur l'enseignement secondaire augmentent (75 % des articles pour ces deux degrés). Le journal publie des articles d'opinions opposées sur le problème écoles privées ou écoles publiques. Dans les deux pays, ces deux journaux reflètent l'influence de la situation économique sur le système éducatif et aussi le caractère élitiste par lequel les problèmes éducatifs sont abordés, ce qui correspondait à leurs lecteurs.

  • 39 OMGBA, 1984.

142Les contenus analysés de quelques quotidiens font ressortir une prépondérance des nouvel les politiques concernant les dirigeants ; l'explication de la politique gouvernementale dérive rapidement en une justification et une promotion des dirigeants. Il y a aussi une disproportion entre la place démesurée accordée à la capitale et à sa province par rapport aux provinces. Ainsi une étude portant sur l'origine des informations provinciales dans Cameroon Tribune entre 1974 et 1983 fait ressortir que 68,4 % des informations concernent les provinces Centre-Sud (Yaoundé) et Littoral (Douala) qui comptent 16,2 % de la population. La Une est occupée surtout par les nouvelles politiques et diplomatiques (30 %), les problèmes du monde rural représentaient 3 %, les problèmes liés à la santé et à la démographie, 3,6 % ; toutefois l'ensemble des informations économiques et sociales représentaient près de 30 %. A partir de juillet 1975 une rubrique « le coin du monde rural » parut le mercredi : présentée comme le moyen de « contribuer par une opération de vulgarisation à l'insertion du paysan dans le processus de développement auto-centré (Cameroon Tribune du 21 juillet 1975), mais faute d'animateurs cette chronique déclina peu à peu. Les articles médicaux assez nombreux étaient le principal apport à la politique de développement avec des conseils donnés ; par exemple dans le numéro du 27 juillet 1976 un article intitulé : « Pour pallier la pénurie de certains produits alimentaires : des aliments de substitution à partir des produits chimiques », ou le 17 janvier 1978, d'un pharmacien de l'hôpital central de Yaoundé « Alimentation, nutrition, diététique des conditionnements et additifs alimentaires en Afrique »39.

  • 40 Analyse communiquée par M. Yahya Diabi, professeur à l'Université d'Abidjan.

143Une étude de Fraternité-Matin du 14 au 28 février 1983 faisait ressortir, sur l'ensemble de la surface imprimée, 13 % pour l'information économique, 4 % pour le social, 9 % pour le culturel, le scientifique et le technique, trois rubriques concernant le développement. On peut aussi constater une bien plus faible information sur l'ouest, l'est et le nord que sur le sud (comprenant Abidjan) et le centre (comprenant Yamoussoukro et Bouaké). Si l'on ajoute l'importance de la politique internationale qui dépasse un peu la politique nationale, on peut considérer que Fraternité Matin produit un contenu susceptible d'intéresser surtout les cadres, fonctionnaires et employés d'Abidjan, mais il donne une place aux politiques de développement40.

  • 41 KOUME. La rubrique sportive, arrivée en tête, était lue par plus de la moitié de l'échantillon, pr (...)

144Mais il ne suffisait pas qu'il y eut des informations utiles à la politique de développement pour qu'elles soient influentes, encore fallait-il qu'elles fussent lues ; or d'après une étude portant sur le quotidien sénégalais, le Soleil, les rubriques les plus lues —selon un sondage effectué en décembre 1973 à Dakar et à Bombey sur 1 900 personnes— sont par ordre décroissant, le sport nettement en tête, puis les informations sur l'Afrique, ensuite les faits divers et, à égalité, la politique intérieure, l'horoscope et ce qui concerne les loisirs. Les informations économiques et sociales arrivaient bien plus loin41.

145La communication fut considérée comme l'instrument nécessaire au développement, en sous-entendant communication de l'innovation et développement de la production et de la consommation. Dans ce contexte la radio apparut celui des media le mieux adapté.

146Mais dans la mesure où l'école, qui avait été un instrument (ou un alibi) de la colonisation, restait, après les indépendances, une des principales attributions (et aussi dépenses) des nouveaux Etats, les nouveaux dirigeants africains accordaient à l'écriture et à la lecture une importance en contradiction avec la tradition de l'oralité. Outre la nécessité d'offrir une matière à lire aux nouveaux alphabétisés, la presse écrite apparaissait un instrument indispensable pour faire figure d'Etat moderne. Le contrôle du pouvoir politique et l'étroitesse du public limitaient la capacité de ces journaux à refléter l'opinion publique. C'était au sein des partis uniques qu'ils représentaient un enjeu en raison du peu d'homogénéité de ces partis.

5. La presse religieuse

  • 42 « L'Eglise et les moyens de communication en Afrique », Pro Mundi, dossiers juillet-octobre 1981.

147La presse des missions avait joué un rôle important dans la naissance d'une presse des Africains. Les églises s'étaient plus ou moins désolidarisées, selon les pays, de l'administration coloniale. Protestantes ou catholiques, elles s'étaient africanisées, aussi l'avènement des Etats indépendants n'entraîna pas leur déclin. Elle devinrent une force d'autant plus importante que nombreux étaient les nouveaux dirigeants soit chrétiens, soit formés dans les écoles chrétiennes. Même lorsque des militaires se substituèrent aux premiers chefs d'Etat et, dans plusieurs pays, se réclamèrent de l'idéologie marxiste, les Eglises —à l'exception de l'Ouganda d'Amin Dada— conservèrent une indépendance, parfois négociée, toujours prudente, envers les pouvoirs en place. La presse religieuse resta la principale et souvent la seule presse qui ne soit pas gouvernementale dans les années soixante et soixante-dix. Les situations diffèrent toutefois selon les pays. « En 1958 il y avait 79 journaux et magazines catholiques en Afrique dont 5 quotidiens, 16 hebdomadaires, 15 bimensuels, 34 mensuels. Ces cinq quotidiens au début des années soixante se trouvent deux au Congo — Le Courrier d'Afrique à Léopoldville (tirant à 9 000 exemplaires), L'Essor du Katanga à Elizabethville, un en Ouganda, Murino à Kisubi (6 500 exemplaires), deux dans les colonies portugaises, le Diario de Mozambique à Beira et Apostolado à Luanda. Les principaux périodiques étaient The Standard au Ghana (7 500 exemplaires), The Leader au Nigéria (22 000), Umafrika en Afrique du Sud. Nous allons reparler de l'Effort camerounais et de Lumière42.

148La presse chrétienne avait joué un rôle primordial dès les débuts de la presse au Cameroun. Elle put seule se maintenir face au quasi-monopole de l'Etat sur les moyens d'information. La Fédération des Eglises et missions protestantes lança en 1961 La Semaine camerounaise qui se limita de plus en plus aux problèmes religieux ou sociaux, une rubrique « nos questions indiscrètes » dénonçait des déficiences dans des services d'éclairage ou de route. La publication a été suspendue en 1970. La presse catholique fut représentée surtout par L'Effort camerounais issu des milieux de l'Action catholique ; H. Effa, un des principaux rédacteurs, était un ancien dirigeant de la JOC, mais il abandonna le journal en 1962 pour entrer à l'Unité ; le rédacteur en chef, D. Fouda passa à l'Agence camerounaise de presse.

149L'essor des jeunes fut fondé par l'abbé Ndongmo et resta son organe quand il devint en 1964 l'évêque de Nkongsamba ; plus politisé, défenseur du pluralisme, ce bimensuel et les relations de Mgr Ndongmo avec les partisans de l'UPC entraînèrent son arrestation, le procès pour complot amenant sa condamnation à mort en 1970 ; gracié, il s'exila au Québec. Le journal ne lui survécut pas.

150L'Effort tint la place de la gauche libérale, acceptant le chef de l'Etat, mais critiquant des aspects de sa politique ou des administrations (la régie des chemins de fer, par exemple), parfois se hasardant à des vues plus générales comme un article du 29 janvier 1967 « Cessons d'avoir peur » plus souvent abordant des problèmes sociaux ; ainsi en 1966 pour la suppression de la dot, la situation des minorités ethniques comme les Pygmées ou les Kirdi.

151Toutefois, le journal fait preuve de prudence et ne dit rien au moment de l'arrestation de Mgr. Ndongmo, évêque de N Kongsamba, accusé de complicité avec le leader de l'UPC Ouandié.

152Le journal se fait le défenseur des femmes et des jeunes, ce qui l'amène à parler de l'inadaptation du système éducatif et à défendre l'école privée, à prendre aussi position contre la polygamie. Les questions à actualité politique occupaient près du tiers du journal, notamment dans la rubrique « Des 4 Vents du Cameroun ».

153Avec un tirage de 5 500 exemplaires par semaine à ses débuts et de 10 000 en 1965, c'était le périodique le plus répandu. Soucieux d'exprimer les aspirations des jeunes, des femmes, des ruraux, le journal est surtout lu par des intellectuels et des membres des classes moyennes.

154Le journal rend hommage à plusieurs reprises (par exemple le 12 septembre 1965) à Um Nyobe, le fondateur de l'UPC, tué en 1958, tout en critiquant le recours à la violence de l'UPC clandestine et ses affinités marxistes.

  • 43 BAYEMI.

155La liberté de manœuvre du journal reste toutefois limitée. La publication le 18 février 1962 de la mort de 25 prisonniers politiques asphyxiés dans un wagon métallique sans ouverture au cours d'un transfert de Douala à Yaoundé entraîna la saisie du journal et l'expulsion du Père Fertin qui dirigeait le journal. D. Fouda qui remplaça ce dernier, défendit dans le journal le principe du parti unique. La rubrique « Courrier du Naif » de 1961 à 1963 fut remplacée par une autre, moins critique. Le journal connut une dizaine de saisies dont 6 entre 1962 et 1971. Après une saisie d'un numéro concernant la guerre du Biafra, le journal écrit dans le numéro du 22 septembre 1968 « Pour ne pas irriter la sensibilité du pouvoir, nous avons abandonné successivement les rubriques auxquelles tenaient nos lecteurs ». Sa situation financière déplorable l'oblige à interrompre sa publication de septembre 1970 à mars 197143.

  • 44 MARON

156A Madagascar l'hebdomadaire La Lumière qui remontait à 1935 publié par les Jésuites à Fianarantsoa, sous la direction du Père Gérard à partir de 1960 accorde davantage de place à l'information sur Madagascar : des enquêtes sur l'intérêt des lecteurs en 1965 donnent la priorité à l'éditorial, aux articles de politique intérieure de la page une, ce qui s'accorde avec la part de plus en plus grande des Malgaches par rapport aux Français de la Grande Ile parmi les lecteurs. L'information sur Madagascar croît sans cesse représentant plus de 80 % en 1971 de la page une, la place de l'Eglise aussi bien que de la France diminuant très sensiblement sauf en 1968-1969. Les questions religieuses occupent la page 2. La page 5 était consacrée à des enquêtes, à des dossiers sur la société malgache, pour une meilleure connaissance des problèmes de la jeunesse et aussi de la culture du pays. Une page était consacrée à l'actualité internationale en donnant la priorité au Tiers-Monde, plus particulièrement à l'Afrique44.

157La Semaine de l'AEF, hebdomadaire catholique créé en septembre 1952 devint en 1961 La Semaine africaine et plus tard La Semaine ; ce n'est qu'en 1965 qu'un Africain, l'abbé Louis Badila, dirigea la rédaction. Ses ressources publicitaires ont facilité sa gestion. Après 1968 elle resta le seul périodique d'information générale publié au Congo, indépendant du gouvernement.

158Au Togo, un mensuel Présence chrétienne, apparu en 1960, est devenu ensuite bimensuel ; à côté d'articles sur des sujets religieux, on trouve des articles politiques et d'autres sur le développement.

159Vivante Afrique, qui avait remplacé Grands lacs et Pères Blancs au Congo belge en 1958 laissa la place en 1969 à Vivant Univers.

160Des journaux ou des revues nés après la Deuxième Guerre mondiale poursuivent leur existence. C'est le cas de La Croix du Dahomey apparu en 1946. A Dakar, Afrique Nouvelle a une vocation qui déborde largement le Sénégal pour devenir une des principales publications de toute l'Afrique Occidentale.

161La presse religieuse est au moins aussi importante dans l'Afrique anglophone. C'est la seule presse indépendante du gouvernement qui se maintient en Tanzanie avec les périodiques catholique Kiongozi et luthérien Lengo.

  • 45 Ghustian Communication.

162La presse protestante est plus dispersée, toutefois la zone anglophone permet quelques plus gros tirages comme Christian Messenger (fondé en 1906) à Accra qui tire à 18 500 au début des années soixante publié en anglais, en twi, en ga et en ewe. Insight était une revue pour les intellectuels chrétiens à Cape Coast. African Challenge au Nigeria tirait à 127 000 exemplaires. Le Liberian Churchman à Monrovia ne tirait qu'à 1 000 ; au Cameroun, plusieurs mensuels, l'ancien Mefoe à Eboloun en boulou, Minam en bassa de l'église presbytérienne, Mwendi une Baptiste à Douala45.

Conclusion

163Même si les gouvernements des nouveaux Etats souhaitaient, au nom de l'intégration nationale, contrôler l'information, la fermeture aux nouvelles venues de l'extérieur n'est plus possible dans les grandes villes surtout. La radio a toujours ignoré les frontières et de nombreuses radios internationales diffusaient des émissions à destination de l'Afrique, parfois même en des langues africaines. La presse écrite était aussi présente, demandée soit par les populations d'origine européenne (Anglais, Français, Portugais) soit par les cadres africains. La presse occidentale, même si certains titres étaient interdits durablement ou périodiquement, a toujours eu un public africain limité certes mais influent. Elle a contribué au contournement des media nationaux. Il était de bon ton dans certaines capitales de l'Afrique francophone, pour les intellectuels dans les années soixante-dix de se montrer avec un exemplaire du journal Le Monde sous le bras. Nous présenterons plus loin la diffusion actuelle des journaux et magazines occidentaux dont la clientèle, un moment réduite par l'apparition d'une nouvelle presse africaine, semble à nouveau s'élargir. Les dirigeants africains ont été très sensibles, dès les années soixante, à ce qu'écrivaient sur eux les grands quotidiens d'Angleterre, de Belgique ou de France.

164C'est surtout depuis les indépendances que s'est développé aussi en France et en Angleterre un nouveau type de presse dont Jeune Afrique est le meilleur exemple.

  • 46 ULWANSI J.M. Afrique : une presse grise, Médias, avril 1983.

165Créé en 1960, destiné à être diffusé dans plusieurs Etats africains francophones, tenté de s'implanter dans la zone anglophone avec Africa diffusé surtout au Nigeria, le groupe Jeune Afrique y renonça en abandonnant cette publication. Le lancement de Economia en 1974 a été un échec repris en 1981 avec Jeune Afrique Economie. Le groupe s'appuie depuis 1968 sur des éditions de guides, d'encyclopédies, d'Atlas. La Vie africaine qui dura de 1959 à 1965, Afrique Nouvelle un mensuel en français et en anglais lancé en 1965, L'Echo d'Afrique, mensuel créé en octobre 1960 sont des créations d'Africains de différents pays à Paris avec des correspondants en Afrique ; ainsi, La Vie africaine avait des correspondants à Accra, à Léopoldville, à Libreville, à Tananarive. Il s'agissait de publications interafricaines, par opposition aux presses nationales et gouvernementales qui s'édifiaient en Afrique46.

166Le groupe de Breteuil, avant même de se rapatrier d'Afrique, a créé des journaux à destination de l'Afrique comme Bingo en 1953 un magazine illustré mensuel, il devait lancer plus tard en 1972 Amina un magazine féminin avec des éditions locales en Côte d'ivoire, Bénin, Cameroun, Gabon... Le bimensuel Afrique Industrie avait été créé en 1970 et en 1974 le mensuel Afrique Agriculture.

167Avant la Deuxième Guerre mondiale, il y avait déjà eu des périodiques ou des revues en Angleterre, en Belgique ou en France, sur l'Afrique et à destination de l'Afrique comme West Africa ou des revues négro-africaines comme la Revue du monde noir 1929-1932. Après la guerre, Présence africaine lancée à la fin de 1947 comme bimestriel à Paris est d'abord une revue culturelle.

168En Angleterre, un titre domine depuis 191 7, West Africa, imprimé à Londres mais édité par des Africains et possédé en partie par le Nigeria ; son audience est très large parmi les cadres dirigeants de l'Afrique anglophone. C'est aussi le cas de New African, un mensuel lancé en 1966. Si les journaux et magazines anglais et aussi américains (Time notamment) sont aussi diffusés dans les Etats issus de la colonisation anglaise, leur pénétration était moindre que l'équivalent en zone francophone, sans doute en raison de la plus grande importance de la presse africaine anglophone produite sur place. Celle-ci se diffuse aussi plus fréquemment d'un pays à un autre ; c'était le cas de African Guardian, un hebdomadaire édité à Lagos, ou de Drum qui a des éditions dans plusieurs pays, en République Sud Africaine mais aussi au Kenya depuis 1956 et au Nigeria.

169Tous les media représentent en Afrique Noire des transferts de technologie. Leur pénétration a suivi le même cours que dans les pays d'origine ; la presse écrite apparut bien avant la radio, mais leur périodisation est différente. Tandis que la radio s'est imposée comme mass media, même si l'équipement en parc récepteur est loin d'avoir atteint la saturation au début des années quatre-vingt, la presse écrite, plus ancienne, certes, est restée jusqu'à cette date, celui des deux media qui touche le moins les populations. Ces deux media et aussi la télévision s'inscrivent dans le contexte plus large de l'ouverture de l'Afrique au reste du monde. Cette ouverture entraîna d'abord l'Afrique dans une période coloniale au cours de laquelle la presse écrite apparut d'abord comme un instrument de la colonisation avant d'être utilisée comme instrument d'émancipation.

170La fin des dominations coloniales politiques marquée par l'indépendance des Etats africains, plus souvent concédée que conquise, laissa la place à une dépendance économique et culturelle. L'appropriation africaine de la presse écrite fut plus lente que pour la radio, car la pénétration de l'écrit entraîne aussi un transfert de modèles et de mentalités qui rompt davantage avec la tradition communautaire et orale des sociétés africaines. Le journal est un produit de la ville et pour la ville ; il reste d'autant plus lié à l'urbanisation que les problèmes de distribution à l'intérieur des pays ont été et sont encore souvent mal résolus. Ces différentes circonstances font que la presse africaine n'était guère le reflet des sociétés africaines ; elle voulait davantage être leur guide.

171Mais c'est aussi parce que la presse écrite ne s'adressait qu'à une minorité restreinte, qu'elle a bénéficié d'une libéralisation, relative, plus ancienne dans les régions anglophones, plus tardive et plus soudaine dans d'autres pays.

172Vingt ans après les indépendances la situation de la presse présentait une grande diversité. Le contrôle est total en Guinée équatoriale ou en Ethiopie sous la dictature militaire ; dans des pays à parti unique les media possédés par le gouvernement, le journalisme, le plus souvent, est considéré comme une fonction de l'Etat, c'est le cas en Guinée Bissau aussi bien qu'au Malawi ou en Mauritanie ; que le parti unique se réclame du marxisme-léninisme comme en Angola, au Bénin ou au Congo, ou du régime libéral comme en Côte d'ivoire ou au Gabon. Mais les situations diffèrent selon les pays. Les régimes des militaires qui ont pris le pouvoir dans beaucoup de pays dominent les media ; toutefois, au début des années quatre-vingt, les journaux conservent une relative latitude d'action au Ghana, au Nigeria, au Liberia.

173La domination du parti unique —contrairement au cas le plus répandu— s'accommode d'une relative liberté de la presse en Sierra Leone (remise ultérieurement en question), en Zambie, en Ouganda après la chute d'Amin Dada, au Zimbabwe, au Kenya ou au Cameroun ; mais cette relative liberté s'accompagne d'une multiplication des mesures à l'encontre des journalistes soumis à des pressions, des menaces, des arrestations. Plus libre d'expression dans des pays anglophones, c'est au Sénégal (pourtant dans la zone francophone) et surtout dans l'Ile Maurice que la presse est la plus libre au début des années quatre-vingt.

174Même si la situation actuelle que nous allons présenter dans la deuxième partie prend parfois le contrepied de ce qui existait auparavant, l'évolution historique permet de comprendre les caractères de la presse d'aujourd'hui, les différences selon les régions et au sein des Etats. La presse en Afrique présente —comme ailleurs— une très grande diversité, du quotidien à la revue, du bulletin fabriqué de façon artisanale à la publication illustrée en couleur, plus encore selon la langue dans laquelle elle est rédigée. Mais une des principales originalités tient à la très grande place qu'occupe la presse dans le domaine de l'écrit en Afrique sub-saharienne, une région où domine, toutefois, la communication orale.

Notes

1 Alhadjii Babatunde José le reprit dans « Press Freedom in Africa », African Affairs (1975).
L'influence de l'époque coloniale et les moyens de s'en émanciper sont l'objet de débats constants. Cf. U-che Luke U-ka, Ideology, « Theory and Professionnalism in the African Mass Media », Africa Media Review, 1991, vol. 5-1.

2 Sur le développement de la radio, cf. notre livre La Radio en Afrique Noire.

3 Les journaux officiels des nouvelles républiques africaines francophones représentent la meilleure source pour connaître cette législation.

4 Documentation française. Inventaire de la presse de langue française. KONATES.N. Les mutations communicationnelles au Mali, Université de Nice, 1983.

5 DIA.

6 CHAIGNEAU.

7 DIABI.

8 BAYART J.F. L'Etat au Cameroun, Fondation nationale des Sciences Politiques, Paris, 2e éd., 1985 et « Presse écrite et développement politique au Cameroun. Revue française d'études politiques africaines, mars 1972. Dans le Cameroun Tribune, nous avons résumé les travaux de Omgba.

9 ESSA ROMBA.

10 Documentation Française. Inventaire de la presse.

11 GLELE.

12 AHONTO.

13 BOTOMBELE, KABEYA.

14 J. CHOME, L'ascension de Mobutu, 1979.

15 BART.

16 BART.

17 BARTON.

18 OYELUDE, BARTON.

19 MACKINTOSH, d'où est tiré le tableau de 1962.

20 AGBAJE, PEIL, OYELUDE.

21 AGBAJE. La cour suprême devait casser le jugement de la Cour d'Appel et donner raison au journaliste.

22 AINSLIE, SCOTTON.

23 N KONG.

24 New African mai 1988, Index on Censorship, 1992-7.

25 AINSLIE, KASOMA. Sur le groupe Lonrho, présent dans beaucoup d'activités, y compris la presse, en Afrique anglophone, cf. Laurent MURAWIEC, « Lonrho, la pieuvre de l'Afrique », Dynasteurs, juillet-août 1991, ou The Economist, 7 février 1987, p. 78-81.

26 New African, juin 1988.

27 MACBRIDE Sean (sous la direction de). Voix multiples, un seul monde, UNESCO, Paris : 1980. Cf. aussi notre article « Media et développement en Afrique Noire : enjeux et réalités, dans Mondes en développement, 1991, no 73.

28 ANSAH Paul et autres. Le journalisme rural en Afrique. Etudes et Documents d'information no 88, UNESCO, 1981.

29 YACOUBA.

30 AHONTO et ANSAH, op. cit.

31 BART.

32 OLTHETEN.

33 OLTHETEN. L'inégalité de pénétration était variable selon les trois cas entre les groupes sociaux ; elle était très forte à Irianyi puisque 22 % des plus riches lisaient la presse chaque jour, 30 % jamais, alors que les proportions respectives chez les plus pauvres étaient de 2 % et 73 %.

34 ANSAH, op. cit.

35 KASOMA.

36 KIVIKURA.

37 BENN'S MEDIA, 1993, vol. 3.

38 MC DONALD.

39 OMGBA, 1984.

40 Analyse communiquée par M. Yahya Diabi, professeur à l'Université d'Abidjan.

41 KOUME. La rubrique sportive, arrivée en tête, était lue par plus de la moitié de l'échantillon, principalement ce qui concernait le football sénégalais.

42 « L'Eglise et les moyens de communication en Afrique », Pro Mundi, dossiers juillet-octobre 1981.

43 BAYEMI.

44 MARON

45 Ghustian Communication.

46 ULWANSI J.M. Afrique : une presse grise, Médias, avril 1983.

Table des illustrations

Titre SOURCES DES INFORMATIONS POLITIQUES EN 1962
Légende * Question non posée, mais rôle des réunions 33 %
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende 1972 Sources de l'information politique (pourcentages), Peil, p. 158.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre EXPOSITION A LA PRESSE EN MILIEU RURAL AU KENYA
Légende q : quotidien p : périodique Oltheten 1973
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14193/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search