Version classiqueVersion mobile

Feuilles d’Afrique

 | 
André-Jean Tudesq

Première partie. Le passé de la presse africaine

Chapitre II. La presse à l'époque de l'expansion coloniale

Texte intégral

1L'expansion coloniale qui s'épanouit en Afrique après le Congrès de Berlin de 1885 coïncide avec le développement de la presse en Europe. La presse en Afrique reflète les différences qui existent entre les politiques coloniales et aussi entre les journaux des puissances coloniales. Tandis que le soutien du gouvernement de la métropole à la fois est réclamé et s'impose dans les zones française, belge et allemande avant 1914, dans la zone anglaise, les Blancs ont souvent une position en contradiction avec le Colonial Office. Puissante dans les zones belge et portugaise, l'Église catholique est freinée dans son action dans les colonies françaises.

PREMIÈRE SECTION : AVANT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

  • 1 BEHN, PRAKKE, JUNGE et DRESLER A. Die Deutschen Kolonien und die Presse, Wurzbourg : 1942.

2Les Anglais, les Français et les Belges ne sont pas les seuls européens à se partager l'Afrique et à y introduire la presse ; mais l'Allemagne et le Portugal, pour des raisons différentes jouent un moindre rôle dans l'histoire de la presse en Afrique à l'exception des missionnaires. Les négociants allemands à l'origine de la colonisation allemande avant 1914 et les administrateurs avaient pu avoir quelques feuilles d'information. Les administrations coloniales publièrent des Journaux Officiels, Amtsblatt en allemand ; celui du Togo, commencé en 1906, eut un supplément à partir de 1909 donnant des informations locales, avec de la publicité en 1912 ; un autre fut publié à Buea pour le Cameroun entre 1908 et 1914, et un autre à Windhuk en 1910. Une presse privée à objectif économique apparut aussi : Die Deutsche-Ostafrinkanishe Zeitungun hebdomadaire paraissant à Dar es Salaam en 1900 ou Der Windhuker Anzeiger publié tous les quinze jours à Windoahuk (ou Windhuk) en 1898-1900, ou parurent aussi, Der Farmer entre 1907 et 1910, auquel succéda Der Sudwestbote (Le Messager du Sud-Ouest) de 1911 à 1914. Usambara-Post qui fut un journal indépendant des intérêts économiques de l'Est africain publié à Tanga de 1904 à 1916 ou plus tard Kameroun Post à Douala paraissant deux fois par semaine, son tirage passa de 500 à 2 000 entre 1912 et 1914. Les scandales notamment au Cameroun provoqués par des administrateurs, les révoltes provoquées par la dureté et les spoliations avant la réforme de 1907 amenèrent les missions chrétiennes à être les seules protectrices des indigènes et à leur faire connaître la presse. Une de leurs premières publications Evangelische Monatsblatt fut imprimée à Stuttgart avant d'être établie au Cameroun en 1903. Les autorités allemandes favorisèrent les publications en langues africaines. Mulee-Ngea (le guide) fut lancé en 1903 à Buea par les Missions Evangéliques et Mwendi Ma Musango en 1906 par des Missions Baptistes à Douala, en 1914 Mefoe par des Presbytériens. Des missionnaires catholiques lancèrent au Togo en janvier 1911 Mia Holo (notre ami) en ewé1.

3Le Tanganyika avait deux journaux en swahili, Pwani na Bora (La côte et l'intérieur) et Kiongozi (le guide) qui avait aussi une édition allemande fondée en 1904 par le Recteur de l'école gouvernementale de Tanga. La loi allemande sur la presse d'avril 1974, libérale, fut modifiée en avril 1912 ; le gouverneur dans les colonies put désormais interdire l'entrée des périodiques venant de l'étranger et suspendre les publications locales.

4Quant au Portugal, outre le fait que la presse y était moins développée que dans les autres métropoles européennes, il y eut au début du XXe siècle plusieurs journaux qui souvent disparurent après l'arrivée au pouvoir de Salazar.

5Outre la presse de l'administration coloniale comme le Boletim official de l'Angola et la presse des colons, Districto de Louranço Marques, premier journal de la future capitale, en 1888-1889, puis O Commercio en 1892, la Compagnie de Mozambique fit paraître la même année un Boletim qui dura jusqu'en 1942.

  • 2 ROCHA et aussi MARGARIDO Alfredo, « Littérature et nationalité », Politique africaine no 29, ISAAC (...)

6Des intellectuels, souvent des métis, lancèrent en 1892 O Clamor Africana et en 1909 O Africano, organe de l'Union africaine, en portugais et en ronga (une langue du Mozambique), les Frères Albasini le vendirent en 1918 pour fonder O Brado Africano2.

7A Luanda il existait déjà en 1904 un organe A Defeza de Angola dénonçant le travail forcé. Des Blancs et des Métis envisageaient une indépendance du Portugal ; la proclamation de la république portugaise en 1910 stimulait une vie politique et la formation de partis. A Reforma était un hebdomadaire du Parti Réformiste comprenant des Métis et des Afro-Portugais, s'élevant contre l'esclavage, en Angola.

  • 3 DROUILLET.

8En Ethiopie, pays indépendant, le premier journal fut Aimero (L'Intelligence) en amharic, créé en 1902 par un commerçant grec, Kavadias, d'abord manuscrit puis ronéotypé en 200 exemplaires, interrompu, repris en 1914, imprimé, à nouveau arrêté en 1916 ; il réapparaît en 1924 sur les presses du Negus. En 1904 un père Capucin lança en français Le Semeur d'Ethiopie à destination d'abord des bienfaiteurs de la léproserie qu'il avait fondée à Harrar, il donna aussi des nouvelles plus générales, mensuel en 1908, il s'arrêta en 19143.

1. Le développement de la presse sous la domination anglaise

9C'est en Afrique Occidentale que la presse prend une attitude politique dirigée principalement contre l'administration coloniale.

10Nous avons vu que la Gold Coast et la Sierra Leone étaient les plus avancées ; The Western Echo de Cape Coast dirigé par Timothy Laing et J.E. Casely Hayford disparut en 1887. Les difficultés de financement limitaient à trois ou quatre ans l'existence moyenne des journaux.

11Outre la priorité persistante de la Gold Coast qui devait la première accéder à l'indépendance en 1957, la tolérance des colonisateurs tenait à la conviction de la toute puissance de l'Angleterre victorienne qui pouvait se permettre quelques incartades de journaux. Ceux-ci exprimaient des revendications modestes ; Le Lagos Times and Gold Coast Advertiser du 9 mars 1881 écrivait : « Nous ne réclamons pas une indépendance immédiate ; mais il faut toujours se mettre dans l'esprit que l'ordre présent des choses ne durera pas toujours. Un jour viendra où les colonies de la Côte Occidentale régleront elles-mêmes leurs affaires intérieures et extérieures ». The Gold Coast Methodist Asaam fut dirigé par le Révérend Solomon qui lança avec un autre pasteur africain The Gold Coast Aborigines, organe de la Société de la protection des droits des Aborigènes en 1898 qui prenait ses distances avec les missionnaires anglais, voulait instruire les jeunes Africains sur l'histoire de leur pays.

  • 4 AINSLIE et BARTON, cf. aussi OMU F. « The Dilemna of Press Freedom in Colonial Africa. The West Af (...)

12The Gold Coast People lancé en 1891 par James Mensah Sarbah et The Gold Coast Independant créé en 1895 par James Bright Davies de Sierra Leone attaquaient surtout le gouvernement anglais mais donnaient des nouvelles de toute l'Afrique Occidentale4.

13Bien que moins revendicative la région de Lagos commence aussi vers 1880 à publier des journaux africains ; The Lagos Times and Gold Coast Advertiser avait été lancé le 10 novembre 1880 par Richard Beale Blaize né en 1845 à Freetown de parents originaires d'Abeokuta ; après une formation d'imprimeur, il était arrivé en 1862 à Lagos, avait travaillé à l'Anglo-African puis comme imprimeur de l'administration ; il s'enrichit et créa en 1875 son imprimerie. Bien qu'il ait créé ce journal pour éduquer ses compatriotes plus que pour s'enrichir, il dut le suspendre en novembre 1883, ne résistant pas à la concurrence du Lagos Observer un bi-mensuel lancé en février 1882 avec la collaboration de Robert Campbell (mort en 1884). Ce journal disparut en juillet 1890 après avoir joué un rôle politique important.

  • 5 OMU.

14Il fut relayé par Eagle and Lagos Critic qui avait été lancé en 1883 par Owen Macaulay. La presse nationaliste apparaît avec The Lagos Weekly Record de John Payne Jackson ; celui-ci né en 1847 au Libéria à Cape Palmas de parents américo-libériens (son père était un missionnaire méthodiste) avait appris l'imprimerie dans une école de mission. Arrivé à Lagos en 1860, après s'être livré à des activités commerciales, il travailla au Lagos Times et dans d'autres journaux. Il avait tout d'abord obtenu un financement pour la publication d'annonces de l'administration du gouverneur FT. Carter : cela dura de 1892 à 1900. Mais il attaqua de plus en plus le gouvernement qui supprima sa subvention ; il soutint le Dahoméen Samori Touré puis Béhanzin, contre les Français et mena une agitation jusqu'à sa mort en 1915. Son journal devait se maintenir jusqu'en 1930 avec son fils. Il exprimait son nationalisme et la méfiance des autorités coloniales, dénonçant l'hypocrisie et l'arrogance des Blancs. Il fut pendant 25 ans le journaliste le plus influent de l'Afrique de l'Ouest, lançant des idées et des pétitions ; lui-même avait été influencé par le livre de E.W. Blyden His Christianity Islam and the Negro Race (1887). Un autre journal de cette période fut le Lagos Standard lancé le 16 septembre 1894 par George Alfred Williams né en 1851 à Freetown de parents Egba ; il avait appris l'imprimerie en Sierra Leone. Ses déboires commerciaux dûs au commerce européen aiguisèrent son nationalisme. Il fut un des fondateurs de la United Native African Chuch. Il avait reçu l'appui, pour fonder un journal, de Kitoyi Ajasa, un homme de loi d'opinion modérée et Frank Rohrwerger, un membre de l'administration coloniale. Son journal, qui faisait campagne pour la renaissance du yoruba, passa peu à peu à l'opposition de l'administration coloniale5.

  • 6 OMU et BARTON.

15Ainsi la presse dans l'Afrique Occidentale britannique avait déjà introduit le débat et la critique politique et formé une opinion publique parmi une petite minorité africaine restreinte, The Gold Coast Independant, fondé en 1895 par James Bright, de Sierra Leone, The Vox Populi s'ajoutaient aux titres précédents. Le premier journal qui s'intitula Nigerian fut le Nigerian Chronicle lancé le 20 novembre 1908, des frères Johnson, dont l'un avait étudié l'économie à Liverpool et l'autre était un pasteur méthodiste, suivi du Nigerian Times, créé le 5 avril 1910 par James Bright Davies, une des grandes figures du mouvement nationaliste à ses débuts en Afrique de l'Ouest qui avait travaillé dans plusieurs journaux et servi dans l'administration en Sierra Leone, en Gold Coast, dans le Nord Nigeria. Les Africains (ou des Noirs américains) jouèrent d'autant plus un rôle dans les débuts de la presse de l'Afrique Occidentale que les Blancs qui venaient pour commercer ou administrer plus que pour s'y établir s'intéressèrent peu au lancement de journaux. Si les missionnaires y jouèrent un rôle important à l'origine, rapidement la revendication d'une Eglise indigène s'exprima dans la presse. Le Lagos Times du 3 janvier 1891 publiait un article intitulé « The West African Church » dans lequel il souhaitait « une Eglise Chrétienne indigène, composée d'indigènes, soutenue par les indigènes et gouvernée par les indigènes ». Un journal en yoruba fut lancé le 3 novembre 1888 Iwe Irohin Eko. Il dura quatre ans6.

16Les autorités coloniales se préoccupèrent de l'importance prise par la presse. La Commission d'enquête sur l'insurrection de 1898 en Sierra Leone rapporta la déclaration du gouverneur contre la presse, l'accusant d'avoir encouragé les Mende et les Temne à ne pas payer les taxes. Les chefs de ces tribus auraient été informés du contenu des journaux par des marchands ou par leurs enfants alphabétisés ; ce qui n'emporta pas la conviction de la Commission.

  • 7 Nous avons emprunté à Omu tout ce qui concerne le Nigéria dans ce chapitre.

17Pour compléter l'éventail de la presse au Nigéria à la veille de la Première Guerre mondiale, il faut aussi citer le Nigérian Pioneer fondé en 1914 par Kitoyi Ajasa (Edward Macaulay), en conflit avec les autres journaux africains qui l'accusaient d'être soutenu par l'administration coloniale. Fils de Thomas Benjamin Macauley (un esclave noir libéré), il avait été élevé en Angleterre ; il y acquit le sens de la responsabilité et s'y forma au barreau avant de revenir en 1894 au Nigéria ; influencé par les théories Fabiennes hostiles à la violence, il voulait introduire des réformes en accord avec les autorités britanniques et il fut tout naturellement désigné comme représentant des Africains dans le Conseil législatif installé à Lagosen 1914. Lagos qui atteignait 40 000 habitants à la fin du XIXe siècle prenait peu à peu figure de capitale, brassant des populations venues de Sierra Leone, mais aussi des immigrants revenus du Brésil ou de Cuba. Une petite minorité seulement parlait et lisait l'anglais. C'est en anglais cependant que plusieurs journaux comme le Weekly Record ou le Lagos Standard défendaient un nationalisme culturel africain contre les « Africains européanisés » ou les « Anglais noirs ». Le Lagos Observer s'était élevé contre le Congrès de Berlin en 1885 ; la presse nigériane mena campagne contre l'expansion française et contre les Compagnies à charte anglaises7.

18Les bonnes relations qu'avait établi le gouverneur Carter avec des leaders africains comme Jackson ou Blyden, ne continuèrent pas sous ses successeurs ; le record jouant le Colonial Office contre les gouverneurs Mac Gregor et Egerton pour obtenir plus d'autonomie.

19Le ton de plus en plus critique de la presse nigériane irrita les administrateurs du Nigéria méridional. Ceux-ci avec l'aide de Chamberlain au cours de son passage au Colonial Office, firent passer en 1903 le Newspaper Ordinance malgré les réclamations indiquées du Standard et du Record et une pétition de 300 notabilités noires ; désormais la publication d'un journal fut soumise à une déclaration préalable avec le nom des imprimeurs, rédacteurs, propriétaires et au versement d'une caution de 250 livres. Si cette loi limita la création de nouveaux journaux, elle n'atténua pas l'opposition de la presse contre laquelle fut prise une autre mesure le Seditions Offences Ordinance en septembre 1909 punissant de prison l'excitation contre le gouvernement et les administrateurs. Lord Lugard, qui s'était fait le champion de la politique de l'administration indirecte comme gouverneur du Nigéria en 1917 introduisit dans la législation des mesures l'autorisant à saisir et suspendre des journaux et il fit la sourde oreille lorsque le Colonial Office de Londres le désavoua.

20La publicité commerciale, à la fois européenne et africaine, contribuait déjà au financement de plusieurs journaux. Toute une industrie privée de l'imprimerie tenue par les Africains s'était déjà constituée au début du XXe siècle en Afrique de l'Ouest britannique avec le Samadu Press de Jackson, la Karaole Press et en 1910 la Tika Tore Press de Adeshigbin.

  • 8 AINSLIE et SWITZER.

21La presse d'Afrique du Sud subit l'influence de Cecil John Rhodes qui, après avoir fait fortune dans les diamants à Kimberley, avait des visées politiques et finança des journaux ; il facilita la prise de contrôle en 1881 de l'Argus par Francis Dormer, contre Solomon jugé trop « négrophile ». Ce journal devint plus réservé sur les problèmes raciaux, dans l'intérêt de la grande industrie minière qui se développait. Argus de bi-hebdomadaire était devenu quotidien en 1880 devant l'arrivée du quotidien Cape Time ; il fut le premier journal à recevoir le service par câble de l'Agence Reuter et se transforma en 1886 en société dans laquelle plusieurs dirigeants d'entreprises prirent des parts. Argus en 1889 avait acquis à Johannesburg The Star lancé d'abord à Grahamstown en 1887 par les frères Sheffield, The Star devint quotidien et en 1893 installa une imprimerie moderne avec rotative et linotype8.

22Si la presse de langue anglaise domina constamment l'Afrique du Sud, les Afrikaners avaient déjà leurs journaux avant l'annexion par le Royaume Uni en 1902 des républiques boers de l'Orange et du Transvaal, y compris des journaux en anglais subventionnés par Kruger à Johannesburg The Standard and Digger's News et The Press à Pretoria.

23La guerre des Boers eut des incidences sur la presse locale. The Star fut suspendu par Kruger. Après la guerre les Afrikaners se munirent d'une presse pouvant faire face à la langue anglaise avec Die Burger premier quotidien afrikaans en 1915 sous la direction du Docteur Malan.

24Un nouveau journalisme de langue anglaise apparut après la guerre des Boers : The Rand Daily Mail et The Sunday Times en 1906, un journalisme populaire moderne avec illustrations et bandes dessinées.

25Devenu un groupe de presse, Argus fonde en 1891 à Fort Salisbury le Zambezian Times et absorbe en 1892 le Rhodesia Herald, puis en 1895, Urutali Advertiser, qui avait été lancé en 1893. Le groupe était devenu l'Argus Printing and Publishing Company, il comptait parmi ses actionnaires des magnats de l'industrie minière ainsi que The Chronicle à Bulawayo.

26En 1913, quand le ministre de la Défense, le général Smuts, lança la troupe contre les mineurs blancs en grève, The Star approuva sa décision et les mineurs en colère mirent le feu à ses locaux.

27Le groupe Argus qui avait pris une participation à la Central News Agency maîtresse de la distribution des journaux acquit de nouveaux titres en 1917 des participations à The Friend de Bloemfontein et en 1918 acheta The Natal Advertiser.

28Les immigrés indiens eurent aussi très vite leurs journaux Indian Opinion avait été fondé au Natal par Gandhi en 1906 puis en 1924 Indian Views fut lancé à Durban. Ils publièrent aussi en 1912 un journal religieux The Darma Vir, en anglais, en hindi et en tamil à Springfield, dans la région de Durban.

29Les publications chrétiennes étaient toujours actives, le mensuel Ubaqa (le flambeau) fut lancé en zoulou en 1908 par un missionnaire suédois K.J. Johanson à Darnall au Natal, Church News produit par l'évêque anglican de Pretoria de 1904 à 1910 avait des éditions en anglais, en hollandais et en sotho. Un nouveau mensuel s'appelant Ikwezi fut lancé en anglais et en zoulou par l'église anglicane au Natal à Eshowe ; suspendu pendant la guerre des Boers, il reprit ensuite entre 1904 et 1913. The Kaffir Express de Lovedale devint en 1876 The Christian Express, organe du Conseil des Eglises d'Afrique du Sud ; il était le principal moyen d'expression d'une élite chrétienne, libérale et multiraciale. Les journaux protestants les plus actifs étaient Inkanyiso Yase Natal des Anglicans lancé en avril 1889, Izwe La Kiti des Luthériens du Natal (en 1912). Izindoba Zabantu créé en octobre 1910 était le journal des Catholiques.

30La presse africaine, surtout la presse en langue africaine est souvent liée aux missionnaires chrétiens.

31Ainsi Isigidimi Sama Xosa publié par la Lovedale Mission au Trankei avec John Tengu Jabawu. Ce dernier en 1884 lança un journal Imvo Zaba Ntsundu (La voix du peuple) financé en partie par des Blancs libéraux, publié en anglais et en xhosa ; il y menait campagne contre les décisions du parlement du Cap excluant pratiquement la plupart des Africains des élections avec le Cape Franchise Bill de 1887. Il s'opposa toutefois à la formation du Native National Congress (qui devint ensuite l'African National Congress). Ce fut le premier journal en langue africaine lancé par les Africains sans le secours des missionnaires en Afrique du Sud. Ipepa Lo Hlanga parut de 1894 à 1904 en anglais et en zoulou. Premier journal africain au Natal, Ilanga (Le Soleil) fut publié à partir de 1903 en anglais et en zoulou par John L. Dube un des premiers leaders noirs d'Afrique du Sud à Ohlange puis à Durban. En 1912 quand se forma l'African National Congress ANL, il disposa de plusieurs journaux, L'Abantu-Batho (Le Peuple) fut ainsi créé à Johannesburg et absorba d'autres journaux. Il était publié en anglais et en quatre langues africaines.

32Mocho Chonono fut créé à Maseru (Lesotho) en 1911 par Abimael Tlale. Solomon T. Plaatje lança Tsala ea Becoana, un hebdomadaire en anglais et en tswana en juin 1910 dans le sud de l'Etat libre d'Orange. Il parut jusqu'en 1915.

  • 9 BARTON.

33En Afrique Orientale la presse fut inaugurée et dominée longtemps par les Blancs, même si le premier hebdomadaire fondé à Mombasa en 1902, African Standard était lancé par un Asiatique A.M. Yeevanjee enrichi dans la construction du chemin de fer ; il revendit son journal à des Anglais qui l'appelèrent en 1910 East African Standard et en firent un quotidien qui s'installa à Nairobi. Mombasa Times le remplaça. Parmi d'autres petits journaux, seul le Leader of Brititish East Africa, fondé en 1908, survécut quelques années9.

34En Ouganda les Pères Blancs lancèrent en 1911 Munno promis à une longue existence.

35Au Malawi où les missionnaires écossais s'étaient établis les premiers, en 1895 apparut The Central African Planter, devenu le Central African Times et plus tard le Nyasaland Times.

36De Dar es Salaam les Bénédictins sous l'impulsion d'un des leurs, Mgr Spreiter, vicaire apostolique, rédigeaient et diffusaient en swahili pour les nouveaux chrétiens Rafiki Yangu (notre ami) à partir de 1910.

37En Rhodésie du Nord, outre quelques essais de feuilles missionnaires, en 1906 fut lancé Livingstone Mail par Léopold Moore, un journal des Blancs, rédigé pour eux.

  • 10 AINSLIE et BEHN

38De langue anglaise bien qu'extérieure à l'empire britannique, la presse du Libéria connaît un essor dans les années quatre-vingt-dix, entre 1890 et 1914 on compte 22 journaux et périodiques, édités presque tous à Monrovia par des Afro-Américains. Le Liberia Bulletin, fondé en 1892, fut aidé par l'American Colonisation Society ; le National Echo (1903) était un organe officieux. Il s'agit surtout de bimensuels, l'African League, fondé aux Etats-Unis en 1902, transféré en 1905 au Libéria à Buchanan puis à Monrovia, Liberia Recorder 1903-1928 du Révérend Nathaniel H.B. Cassel, Liberia and West Africa (1898-1932) publié aussi par un Collège protestant10.

39Cette prépondérance anglaise apparaît aussi dans le fait qu'un des premiers journaux publiés dans le domaine colonial du Portugal (dont les premiers établissements remontaient au début du XVIe siècle) fut un journal de langue anglaise The Lourenco Marques Guardian fondé en 1905 pour la communauté britannique du Mozambique.

2. La presse dans les colonies françaises et belges

  • 11 DIA.

40C'est au Sénégal que la presse africaine de langue française se développe d'abord. La reconnaissance de la citoyenneté française des quatre communes de Saint-Louis, Gorée, Rufisque (en 1880) et Dakar à partir de 1887, permit l'application (au moins partielle) de la nouvelle législation de la presse en 1881. Les métis jouèrent un rôle d'initiateurs avec la création, liée aux élections de 1885, du Réveil du Sénégal l'hebdomadaire de Crespin candidat aux élections, suivi en août 1886 du Petit Sénégalais, à Saint-Louis, polémique et anticlérical, qui dure moins d'un an. Un procès en diffamation le fit disparaître en 1886. Des journaux naissent ensuite en 1896 pour peu de temps ; celui qui dure le plus L'Afrique Occidentale (juillet 1896 - mai 1898) est un bimensuel de Dakar, imprimé en France, tirant à 2 000 exemplaires et rédigé à la fois par des Français, des Métis et des Africains11.

41L'Union Africaine (lancée en 1896) de Raymond d'Auriac s'adressait surtout aux Français de la colonie mais aussi à ceux qui commerçaient, de France, avec l'A.O.F.

42L'un des premiers journaux africains fut en 1907 L'A.O.F., organe futur de la branche locale de la S.F.I.O. publié d'abord à Conakry et seulement à partir de 1913 à Dakar. Aux élections de 1914 il soutient un candidat socialiste indépendant contre Blaise Diagne élu député avec l'appui de l'Association Sénégalaise et de La Démocratie du Sénégal fondé en 1913 par Jean d'Oxoby. Les élections législatives de 1910 avaient déjà vu une intervention de la presse avec l'Avenir du Sénégal, mensuel de 1907 à 1910, le Radical sénégalais, tous les deux radicaux, et l'Afrique (1909-1910 intitulé « organe républicain de défense coloniale » ; intervenait aussi, à côté de ces journaux éphémères, le Petit Sénégalais, journal radical hebdomadaire de 1908 à 1918 ; fondé par E. Post et J. d'Oxoby qui se séparèrent en 1913, le journal continua à soutenir le radical F. Carpot.

43A côté d'autres journaux éphémères se sont aussi constituées des publications économiques comme le Bulletin mensuel de la Chambre de Commerce de Saint-Louis, depuis 1885, celui de Dakar depuis 1910, religieuses ; l'Echo de Saint-Louisen juillet 1906 ou administratives. Le public de cette presse est très limité.

44En Côte d'ivoire un bulletin interne fut publié par l'administration coloniale à partir de 1893, lointain ancêtre du journal officiel. Il semble que le premier journal ait été en 1906 La Côte d'ivoire édité à Grand Bassam par Charles Ostench et s'élevant souvent contre les forestiers blancs. C'est là aussi que fut publié à partir de 1913 L'Indépendance de Côte d'ivoire de Jean Vizioz, le vice-président de la Chambre de Commerce.

  • 12 LEYMARIE Ph., CHAIGNEAU P., RANDRIAMBOAVINJY.

45A Madagascar l'administration coloniale, d'abord assez libérale envers la presse, par un décret du 16 février 1901 la réglemente, tempère l'application de la loi française de 1881 puisqu'une autorisation du gouverneur général est nécessaire pour fonder un journal et tout article de nature politique est interdit ; un service de censure veille à l'élimination de tout article défavorable à la France et vise tout particulièrement les journaux des missions protestantes anglaises12.

46Mais la presse des missions catholiques connut aussi des suspensions par le gouverneur général Augagneur appliquant avec zèle la politique anticléricale du gouvernement français de l'époque.

47Il continue toutefois à se lancer de nouveaux journaux religieux, s'occupant aussi d'éducation : Ny Mpamafy de la mission protestante française en 1899, Anjaran-Jaza en 1910 de la London Missionnary Society, Ny Feon'ny marina, un mensuel de la mission catholique.

48La presse des colons était souvent hostile à l'administration coloniale mais comprenait plusieurs tendances et représentait des intérêts divergents, La Tribune de Madagascar fondée en 1907 était un hebdomadaire qui défendait les colons détenant de grandes entreprises et souhaitait une assimilation des Malgaches afin de trouver une main-d'oeuvre qualifiée. Parurent aussi en 1903 L'Impartial, bi-hebdomadaire de Diego-Suarez, en 1908 Le Phare de Majunga, d'autres à Tamatave.

49Les lettrés malgaches publièrent d'abord des journaux en français au moins partiellement, moins censurés que les écrits en malgache. Basi Vava (le bavard) hebdomadaire fondé en 1906 par Ed. Andrianjafitrimo fut vite interdit. Il s'agissait de journaux littéraires ou de philosophie comme Ny Masoandro créé en 1910.

50Dans les autres colonies françaises on ne trouve guère, avant 1914, que des publications officielles ou religieuses. La première publication au Dahomey(le futur Bénin) fut le journal officiel des établissements français du Golfe du Bénin, d'abord manuscrit en janvier 1890, imprimé à partir de 1892.

51Au Congo belge, les premiers journaux furent aussi des publications de missionnaires ainsi en 1891 Minsamu Miayenge, (La Bonne Nouvelle) en Kikongo, ou Se Kukianga (l'Aurore) mensuels de la mission évangélique suédoise à Matadi et à Brazzaville. La mission catholique de Kisantu publia à partir de 1901 un mensuel pour les Bakongo, Ntetembo Eto.

  • 13 BERLAGE

52Le Recueil mensuel des Ordonnances, arrêtés, circulaires, instructions et ordres de service publié à partir de 1895 par l'Etat indépendant du Congo peut faire figure d'ancêtre du journal officiel. Le Katanga attira plus rapidement les Européens en raison de sa richesse minière ; dès 1911 deux hebdomadaires paraissent à Elisabethville, L'Etoile du Congo et Le Journal du Katanga13.

53Ainsi la presse avant la Première Guerre mondiale reste surtout une presse de colons dans la zone francophone, une presse religieuse dans les colonies allemandes ou portugaises. Même si elle est bien plus diversifiée et bien plus importante en zone anglaise, avec une presse de colons, une presse religieuse et déjà une presse des Africains active, ces différentes presses s'inspirent beaucoup des journaux des métropoles qui arrivent aussi directement aux lecteur d'Afrique (en majorité des Blancs) ; la presse des Africains commence, surtout en Afrique de l'Ouest britannique, à souligner les contradictions entre les principes affichés par les puissances colonisatrices et la politique qu'elles mènent.

DEUXIÈME SECTION : ENTRE LES DEUX GUERRES MONDIALES

54L'évolution de l'Afrique Noire entre les deux guerres mondiales est conditionnée par des facteurs généraux : l'intervention de troupes d'Afrique Noire dans les armées alliées pendant la première guerre ; l'éviction des Allemands de l'Afrique, le poids du marché international sur l'économie africaine. Mais la politique coloniale présente des caractères différents et parfois opposés dans la zone anglophone, dans l'Empire français, dans les colonies belges et portugaises.

1. La presse dans les colonies britanniques

55La situation était différente selon les régions et la présence ou non d'une implantation d'Anglais ou d'Européens.

56En Afrique du Sud à côté du groupe Argus (possédant The Cape Argus, The Cape Times, The Star depuis 1889, des parts dans The Friend depuis 191 7 ayant acheté en 1918 The Natal Advertiser, puis The Natal Daily News ; en 1922 The Diamond Fields Advertiser), en 1926 se forma le Rhodesian Printing and Publishing Company éditant deux journaux rhodésiens. En 1922 quand la troupe avait été envoyée par le général Smuts, ministre de la Défense contre des mineurs grévistes Argus et The Star avaient dénoncé des bolchéviks derrière les mineurs. Le groupe Argus avait pris des parts en 1904 dans le Central News Agency qui assurait la distribution des journaux en Afrique du Sud et en Rhodésie. En 1940 il acquit Pretoria News.

57Rand Daily Mail fondé en 1902 à Johannesburg par Edgar Wallace, un journaliste anglais qui était allé en Afrique du Sud comme officier britannique combattre les Boers et Sunday Times (créé en 1906) représentaient un journalisme populaire, avec illustration et dessins ; ces deux titres devaient appartenir plus tard au groupe SAAN.

58Le magnat du cinéma I. W. Schlesinger lança en 1934 le Sunday Express.

59La presse afrikander était développé mais avait peu de moyens financiers, le premier quotidien Die Burger s'établit en 1915 au Cap sous la direction du Docteur D.F. Malan le futur Premier Ministre de 1948. Il lança aussi avant la dernière guerre mondiale Die Transvaler dont le premier rédacteur était le docteur Verwoerd, un autre futur Premier Ministre.

  • 14 BARTON et SWITZER.

60Il existait en Afrique du Sud une presse africaine ; les principaux titres en 1914 étaient Imvo Zaba Ntsundu (Native Opinion) de John Tengu Jabavu, favorable à la non-violence, Izwi la Bantu du Révérend Walter Rubusana (un des fondateurs de l'ANC), llanga Lase Natal fondé en 1906 par un méthodiste le Docteur John L Dube qui fut ensuite le premier président de l'ANC ; Abantu Batho, organe de l'ANC jusqu'en 193214.

61Au lendemain de la Première Guerre mondiale leur nombre se développa, avec des revendications plus radicales comme celles exprimées par Ikwezi Le Afrika entre février 1928 et octobre 1932 ; c'était un bimensuel puis hebdomadaire de l'ANC.

62La presse bantoue était un groupe formé en 1931 par des Blancs voulant rallier des Africains à la coopération sous l'impulsion de B.F.G. Paver, président de la Rhodesian Broadcasting Corporation. Il obtint l'appui du groupe Argus (possédant 16 % des parts en 1946) et plus tard de l'Anglo American Corporation. La fusion de plusieurs journaux pour Africains amena la création en 1932 d'un nouveau journal The Bantu World par B.F.G. Paver, publié en anglais, en Xhosa, en Zoulou, en Sothoeten Tswana. Ce journal qui devint plus tard le World, fut à l'origine du groupe de la Bantu Press.

63Dans l'Afrique orientale anglaise, les Britanniques et les Indiens jouaient un rôle important dans la presse. East African Standard, de Mayer et d'Anderson (dont le fils dirigeait encore le journal en 1965) fut l'organe des colons demandant plus d'indépendance face au gouvernement anglais ; c'est à la demande du gouverneur du Tanganyika que se forma en 1930 Tanganyika Standard à Dar es Salaam.

64Là où l'alphabétisation des Africains est plus avancée, en Ouganda, Gambuse en 1927, Dobozi lya Buganda sont lancés en 1928. Zanzibar Voice fut lancé en 1922. Au Kenya, où l'East African Standard restait toujours le principal organe des colons, plusieurs journaux appartenaient à des Asiatiques, le Kenya-Daily Mail fut publié à partir de 1926 à Mombasa, et le Daily Chronicle à Nairobi, longtemps dirigé par Pio Pinto qui apporta son appui à Kenyatta. Jomo Kenyatta édita en 1925 Muigwithania ; toute une presse en kikuyu était appuyée par la Kenya Central Association.

65Il existait beaucoup de petits journaux des missionnaires comme Munno fondé par les Pères Blancs en Ouganda en 1911, Rafiki Yetu daté de 1925.

66La presse des Africains connaît toujours une plus grande expansion dans l'Afrique Occidentale britannique. Le départ de Lugard fut salué avec joie par la presse, notamment le Record ; les journaux avaient dû payer un montant élevé d'amendes, 350 livres en 1914 pour le Standard.

67Le développement de l'imprimerie favorisa celui des journaux ; le Tika Tore Press qui imprimait le Weekly Record avait une position dominante, aux côtés de l'Awoboh Press fondé en 1920, le Tanimola Press fondé en 1923, l'Ekabo Press...

68L'importance prise par les imprimeries devint telle que l'administration coloniale en 1933 prit une ordonnance pour la réglementer. La période 1921-1930 vit le plus grand essor de la presse au Nigeria, 21 créations, 7 quotidiens, 13 hebdomadaires, un mensuel même si la majorité des journaux ne dure pas plus de trois ans.

69Le tirage des journaux passa de 2 000 en 1913 à 7 800 en 1923 ; le Weekly Record qui eut recours à des campagnes de vente passa de 600 exemplaires en 1918 à 2 000 en 1923. Le Messenger s'éleva à 1 200 par semaine. Seul le Pioneer, réputé gouvernemental se maintint au dessous de 500 exemplaires, mais il fut aussi le seul de ces hebdos à survivre après 1931. En effet, l'essor des hebdomadaires au début des années vingt, fut stoppé avec l'apparition des quotidiens en 1925.

70Herbert Macaulay fonde en 1925 The Lagos Daily News, organe de son parti National Démocratique ; ce journal resté très proche de ceux d'avant-guerre, plein de références à l'Angleterre et à ses écrivains ne dura que jusqu'en 1936. Il tirait à 2 000 exemplaires en 1933.

  • 15 OMU.

71The Nigerian Daily Times fut lancé en 1926 par Ernest IKoli (1893-1960) un ancien professeur de mathématiques, formé au journalisme par le fils de John Payne Jackson ; il avait déjà travaillé au Weekly Record et au Nigerian Messenger qu'il avait lancé en mars 1921 avec l'appui financier de son ami Mulford, un homme d'affaires européen. IKoli était soucieux d'objectivité et de pondération ; il fut l'un des fondateurs de l'Union des jeunes Nigérians parti du centre entre le NND de Macaulay, avec qui il avait rompu en 1921, et le Reform Club de Ajasa. Le Daily Times était financé par les Blancs de la chambre de commerce de Lagos inquiets du Daily News ; c'était un journal africain mais pas nationaliste, bien fait, avec de nouvelles rubriques. Le rédacteur en chef du Daily Times recevait 300 livres par an, bien plus que dans les autres quotidiens ; son tirage passa de 1 500 en 1926 à 3 000 en 1930 et à 5 700 en 1935. Entre 1926 et 1936 il y eut neuf quotidiens au Nigeria15.

72A Accra en 1931, le docteur J.B. Danquah publia The West African Times, s'assurant les services de Reuter pour les nouvelles internationales ; ce fut l'un des premiers à employer une femme journaliste, Marjorie Mensah. Accra avait alors un deuxième quotidien, The Gold Coast Spectator fondé en 1927, devenu ensuite The Spectator Daily ; il comptait parmi les rédacteurs George Padmore (des Indes occidentales) qui devait collaborer plus tard avec NKrumah.

73En 1933, The Daily Service fut lancé à Lagos par le Nigerian Youth Movement.

74Un Egyptien formé à Londres, Duse Mohamed Ali avait lancé un hebdomadaire nationaliste The Cornet à Lagos, tandis que William Coulson, venu de Sierra Leone où son père avait été imprimeur et rédacteur, publia des petits journaux dans l'Est du Nigéria, à Aba, à Enugu à Port-Harcourt.

  • 16 Le Dr. Azikiwe occupe une place importante à la fois dans l'histoire de la presse et dans l'histoi (...)

75Mais la principale personnalité du journalisme de l'Afrique Occidentale fut le docteur Nnamdi Azikiwe. A 21 ans, en 1925 il était parti étudier la Science politique et l'anthropologie aux Etats-Unis ; il y resta neuf ans, gagnant sa vie comme laveur de vaisselle, mineur ou même boxeur ; témoin du développement d'un mouvement Noir avec Garvey, il y acquit une aptitude à saisir les aspects internationaux ; de plus il fut influencé par les journaux négro-américains et prit conscience de l'importance de la presse16.

76Quand il revint en 1934, il lança en Gold Coast, l'African Morning Post avec Wallace Johnson, un syndicaliste marxiste de Sierra Leone, ancien étudiant à Paris. C'était un journal original et en 1937 un article intitulé « l'Africain a-t-il un Dieu ? » leur valut un procès. Azikiwe retourna au Nigéria pour fonder le 22 novembre 1937 West African Pilot qui contenait des photos, des revues de livres ; en trois ans il atteignit 12 000 exemplaires. Il constitua toute une chaîne de journaux, la Zik's Press, établissant en 1940 The Eastern Nigerian Guardian à Port-Harcourt, et en 1943 The Nigerian Spokesman à Onitsha dans l'Est et The Southern Nigeria Defender a Warri.

77L'administration coloniale, jusqu'alors assez tolérante s'inquièta des attaques du Pilot : ses journalistes ne pouvaient assister aux séances du conseil législatif.

78Pour diriger le Defender, à la fin de 1944, Zik désigna un jeune homme de 21 ans Anthony Enahoro qui avait déjà travaillé, au Pilot ; il le ramena ensuite à Lagos ; journaliste très dynamique, il fut souvent emprisonné pour ses articles.

2. Dans les colonies françaises

79Un décret du 4 août 1921 concernant l'A.O.F. pris par le ministre des colonies Albert Sarraut interdisait la diffusion de publications par des Africains ou par des Français, remettant en cause le système colonial ou « toute excitation des indigènes à la révolte contre l'autorité française » ; de plus « la publication de tout journal ou écrit périodique rédigé en langue indigène ou en langue étrangère ne pourra avoir lieu sans autorisation préalable du gouverneur général. »

80Autre facteur retardant la presse africaine dans la zone française, l'enseignement est surtout réservé à la formation des cadres administratifs pris parmi les fils de chefs : le gouverneur général Roume en 1924 écrivait : "Considérons l'instruction comme chose précieuse qu'on ne distribue qu'à bon escient et limitons en les bienfaits à des bénéficiaires qualifiés. Choisissons nos élèves tout d'abord parmi les fils de chefs et les notables". La presse du Sénégal connaît un développement en rapport avec l'existence d'élections et d'électeurs africains puisque les habitants des commune du Saint-Louis, Gorée, Rufisque et Dakar ont la qualité de citoyens.

81La démocratie du Sénégal qui avait été fondée en 1923 par Yvan d'Oxoby pour soutenir la candidature de Blaise Diagne élu député en 1914, avait pour sous-titre Journal Républicain Socialiste, organe du parti des Jeunes Sénagalais. Il devint en décembre 1926 l'Ouest Africain Français. Mais il ne soutint plus aux élections de 1928 Diagne qui s'était intégré au système colonial, en accord avec le gouverneur et les grands négociants ; il appuya Galandou Diouf. Diagne a fondé alors en 1927 La France coloniale, hebdomadaire républicain socialiste qui devient en 1934 le Franco-Sénégalais Indépendant. D'autres journaux s'opposent à Diagne et à l'administration, L'AOF ; cet hebdomaire fut racheté en 1924 par Me Lamine Gueye et interrompit sa publication de 1932 à juin 1935 pendant que celui-ci fut magistrat à la Réunion. Il devient en 1935 l'organe du Parti Socialiste Sénégalais. Le Périscope Africain créé en 1929 par Diouf à Dakar, ronéotypé seulement de 1929 à 1932, est un journal satirique. Diouf dispose, à partir de juin 1934 du Sénégal, un hebdomadaire qui le soutient dans l'élection où il est élu en 1934 après la mort de Diagne.

82Contre Diagne accusé d'avoir trahi un programme, se manifestèrent aussi La Sirène Sénégalaise publié à Saint-Louis de 1932 à 1935, L'AOF-Républicaine 1932-1934 mensuel imprimé en France, L'Echo de Rufisque en 1932. Ces différents journaux trouvent difficilement à se faire imprimer à cause de Diagne. Après la mort de celui-ci, son parti dispose de la Voix du Sénégal en 1935-1936. Galandou Diouf, député, est accusé à son tour de s'être rallié à l'administration coloniale et voit beaucoup de ses anciens partisans se dresser contre lui.

  • 17 DIA A.T., BOULEGUEM., BERNARD-DUQUENET Nicole, Le Sénégal et le Front Populaire, L'Harmattan, 1985

83La victoire du Front Populaire en France eut de grandes répercussions au Sénégal, bien que Diouf fût réélu en 1936 contre Lamin Gueye soutenu par son journal l'AOF et le parti socialiste sénagalais17.

84Le milieu des Colons avait pour organe Paris-Dakar, fondé en 1933 par Charles de Breteuil, d'abord hebdomadaire puis bi-hebdomaire à partir de juillet 1935 et quotidien en janvier 1937. Si ce journal est modéré dans ses réflexions sur le nouveau ministre des colonies Marius Moutet venant au Sénégal en septembre 1936, il se montre en 1937 plus critique envers le nouveau gouverneur général Marcel de Coppet et l'introduction d'une législation sociale nouvelle (appliquée peu de temps).

85Ce sont les élections qui ont provoqué au Sénégal le développement d'une presse politique rédigée par des Africains. Outre les journaux déjà cités, existèrent aussi d'autres organes socialistes, de 1934 à 1938, le Progrès, de la section de Saint-Louis, hebdomadaire imprimé à Dakar, Clarté, hebdomadaire de Dakar d'octobre 1934 au milieu de 1935.

86Avant 1939 le Sénégal avait connu 17 périodiques officiels, 52 journaux politiques ou d'information et 13 publications diverses, dont la durée d'existence fut très variable.

87La naissance d'un syndicalisme sénagalais et aussi ivoirien donne lieu à un nouveau type de presse comme le Bulletin mensuel de la Fédération des fonctionnaires en AOF, ou la Voix des travailleurs sénégalais créé à l'automne 1938.

88Madagascar avait toujours une profusion de titres plus grande que dans le reste de l'Afrique française. Les journaux des Colons continuent à défendre divers intérêts, La Tribune dure jusqu'en 1940 ; l'indépendant, un hebdomadaire né en 1920 était l'organe des grands colons qui souhaitaient une évolution d'autonomie interne, du type "dominion" ; le Madécassse, le bihebdomadaire de Brunet Gaëtan fondé en 1919 représentait les petits colons fortement racistes.

89La presse missionnaire poursuit son existence ; Teny Soa allait durer jusqu'en 1953. Parmi les nouveaux titres Ny Hafatro en 1929, un menseul catholique ou Lumière en 1934, un hebdomadaire de Fianoroatsoa. Des intellectuels malgaches avaient commencé en 1915 à utiliser la presse, à mots couverts, en parlant de pays étrangers : Ny Mpanolotsaina (le conseiller) ou Ny Fitarikandro (l'Etoile du matin) ; dans le numéro du 26 novembre 1915 on peut lire : "Laisserai-je les faibles étranglés par les forts et resterai-je inactif devant l'oppression que subissent les dominés ?" Après la guerre, les journaux fondés et dirigés par des Malgaches prennent de l'importance. S. Ralaimongo fonde en 1927 à Diego-Suarez, l'Opinion, hebdomadaire réclamant la naturalisation des Malgaches pour qu'ils aient les mêmes droits que les Français. La publication d'abord clandestine lui valut d'être écroué. Le journal fut alors repris par Ravoahangy-Andrianavalona, un médecin protestant d'origine noble né en 1893 qui avait déjà connu la prison politique entre 1916 et 1922 et qui connut à nouveau une condamnation en 1929. Il n'en écrivit pas moins en 1934 dans l'Opinion : "Nous envisageons plus que jamais l'indépendance de Madagascar". A Tananarive, le Réveil Malgache (929), L'Aurore (1950) expriment des sentiments nationalistes et une lutte contre les abus de l'administration coloniale qui entraîna souvent des procès et leur suppression. Ils sont rejoints en 1935 par deux hebdomadaires, La Nation Malgache et le Prolétariat Malgache fondés par le docteur Ravoahangy, J. Ralaimongo et Paul Dussac un colon de Nossi-Bé indigné par les pratiques de l'administration coloniale. Jacques Rabemananjara, un jeune fonctionnaire (il était né en 1913 d'une famille d'aristocrates merina) fonda en 1935 à Tuléar la Revue des Jeunes de Madagascar ; en 1936, Jules Ranaivo participe à la fondation de Ny Rariny (la justice) un hebdomaire bilingue. Ces journaux furent à l'origine du mouvement nationaliste malgache. Ils contribuèrent à obtenir la suppression du travail forcé, la reconnaissance du droit syndical et le décret du 30 août 1938 pris par Georges Mandel, ministre des colonies (Jacques Rabemananjara fut, un moment, attaché à son cabinet) qui supprimait l'autorisation préalable, la censure, l'interdiction de publier un écrit politique en langue malgache. Le lancement en 1937 de Mongo correspond au premier journal politique entièrement en malgache.

  • 18 CHAIGNEAU, LEYMARIE.

90Une presse surtout littéraire continue à se développer avec de nouveaux titres comme Fandrosoana Vaovao en 1926 (son rédacteur en chef fut Ny Avana de 1931 à 1938), Telegrafy en 1925, Tsara Hafatra en 1927, qui deviennent plus politiques après 193818.

91Après la Première Guerre mondiale, avec le retour des soldats africains, il y eut un développement de la presse au Dahomey ; Louis Hunkanrin un instituteur révoqué lança à Paris en 1920 le Messager dahoméen ; en décembre 1920 fut lancé Le Guide du Dahomey à Cotonou par Dorothé Lima, un ancien combattant avec ceux que l'on appela "les Brésiliens", descendants d'esclaves noirs du Brésil rapatriés dans la région du Golfe du Benin. La presse contribua au Dahomey et au Togo à la naissance de la vie politique moderne, avec La Voix du Dahomey à Cotonou, le Phare du Dahomey (à partir de 1929), le Messager du Bénin en 1935-1937 à Abomey. Des journaux sont communs au Dahomey et au Togo, comme l'Eveil du Togo lancé en 1931 qui devient en 1933 l'Eveil du Togo-Dahomey ou le Courrier du Golfe du Bénin, de 1932, devenu Idéal et Réalité en 1935. Les critiques de l'administration coloniale valurent des procès à plusieurs journaux, par exemple à La Voix du Dahomey, or les prévenus furent acquittés en juin 1936. Ces sociétés de presse jouèrent un rôle de formation civique.

  • 19 ADISSODA. Cf. aussi GLELE Μ. A., Naissance d'un Etat noir, le Dahomey, 1963, ainsi que HARDY G., L (...)
  • 20 BEHN et BAYART. GARDINIER David E., Historical Dictionary of Gabon, Londres : Methuen, 1981.

92La presse des missionnaires poursuit son existence et contribue à la socialisation politique ; La Reconnaissance Africaine du R.P. Aupiais à Porto-Novo de 1925 à 192719. Le Cameroun placé sous l'autorité de la France connut une presse administrative et coloniale ; un Bulletin de la Chambre de commerce de Douala apparut en 1927, imprimé d'abord à Lomé puis à Bordeaux et à partir de 1931 à Douala, L'Eveil du Cameroun d'abord bimensuel fut lancé à Yaoundé par des Colons. Marchand, le commissaire pour le Cameroun, avait créé en septembre 1922 la Gazette du Cameroun, un bimensuel qui devait durer jusqu'en 1939, rédigé par des Africains «émancipés »20.

93En 1929-1930 une publication de N'Goko Ebelé rédigée par des Camerounais à Paris, Mbale, devait être diffusée à Douala et dénoncée par le Commissaire de la République qui en interdit l'introduction au Cameroun. Il existait toujours des périodiques religieux ; Nleb Bekristen était un bi-mensuel catholique publié en ewondo à partir de 1936. Le Cameroun catholique est un mensuel lancé en 1937 avec des textes en douala, en wondo et en bassa. L'Eglise presbytérienne continuait à publier Mefoe en bulu à Ebolowa.

94L'intérieur de l'AOF et de l'AEF fut encore affecté, au cours de cette période d'agitation contre la domination coloniale ; le nombre d'Européens y était peu élevé, la presse y fut inexistante en dehors des missions et de l'administrattion, à la différence des régions cotières.

  • 21 La République gabonaise. Notes et études documentaires, no 2795, 10 juillet 1961, Paris : Document (...)

95En Côte d'ivoire, la presse est dominée par les colons avec les organes successifs de Jean Rose, le Bulletin mensuel du groupement agricole de la basse Côte d'ivoire en 1931, puis l'indépendant Colonial, et L'Avenir de la Côte d'ivoire ; plus tard, en 1939, Le Cri du planteur. Lancé par Charles de Breteuil en 1933, France-Afrique s'interrompit en 1935. La défense des Noirs avait inspiré le Progrès Colonial de Charles Modeste dans les années vingt ; mais le premier journal ivoirien fut L’Eclaireur de la Côte d'ivoire, lancé en mai 1935, interrompu et repris par un journaliste sénégalais. Au Gabon, c'est de Nice en France, que fut édité de 1922 à 1926 L'Echo Gabonnais de Laurent Antchouey, un Africain appuyé par la section de Libreville de la Ligue des Droits de l'homme. Des Gabonnais, dont Léon Mba, lui adressaient des articles dénonçant l'administration coloniale ou les abus des marchands européens21.

  • 22 ESSAKOMBA.

96Même s'il y avait déjà eu quelques périodiques de l'Administration ou de colons avant 1914 à Brazzaville comme le Congo français en 1899, la presse reste administrative ou organe de colons, entre les deux guerres mondiales au Congo avec L'Etoile de l'AEF lancé en 1928, s'appuyant sur un journal de Léopoldville, hostile à l'évolution des Noirs, mais favorable à l'administration alors que le Journal de l'AEF de 1932 devenu en 1936 La France Equatoriale, puis en 1939, l'Afrique Equatoriale, est hostile à l'administration coloniale. On pouvait lire le 25 février 1937 dans la France Equatoriale : « Il est pratiquement impossible de donner aux lecteurs coloniaux des nouvelles d'une authenticité non douteuse et en nombre suffisant ».22

3. Dans les colonies belges

  • 23 KABEYA.

97Au Congo belge, il se développa une presse presque uniquement à l'usage des Européens. Mais une législation restrictive fut définie, par crainte de l'introduction d'une presse subversive. Le gouverneur général Maurice Lippens prit une ordonnance ratifiée quelques semaines plus tard par le décret du 6 août 1922 prévoyant l'interdiction possible des journaux et périodiques publiés en dehors de la colonie, l'autorisation préalable du gouverneur général pour la publication au Congo belge de tout journal. Il semble bien que cette mesure s'inspirait du décret du 30 septembre 1921 puis en AEF. Un répertoire de 1936 inventoriait 72 périodiques, non compris les quotidiens. Les principaux journaux des colons se développèrent d'abord dans le Katanga où se trouvèrent le plus grand nombre d'Européens : il y eut jusqu'à quatre quotidiens à ElisabethviIle. Le journal du Katanga, quotiden de 1929, paraissait sur 12 pages en 1931, dont 6 de publicité, une page et demi de nouvelles internationales (certaines en anglais), une demi-page de nouvelles locales. L'Essor du Congo lancé en 1928 avec plusieurs suppléments, L'Essor Agricole, bimensuel, L'Essor Touristique, mensuel, L'Echo du Katanga, quotidien indépendant d'action démocratique publié à partir de 1931 par Jean Decoster ; L'Informateur en 1934. Les Nouvelles en 1932-1933 et aussi plusieurs hebdomadaires comme L'Effort du Katanga en 1920, Chronique du Katanga, hebdomadaire scientifique et littéraire lancé en 1920 ; une revue de droit et de jurisprudence du Katanga en 192423.

98Il y avait à Léopoldville L'Avenir Colonial Belge, hebdomadaire créé en 1920 par A. Brenez et H.U. Langhe, quotidien à partir de 1930 ainsi que Le Courrier d'Afrique ; ce dernier, de tendance catholique, s'opposait au premier anticlérical et avait engagé des autochtones. Ces journaux trouvaient des soutiens en Belgique. L'Avenir dépendait de la Société Générale de Belgique et recevait une assistance de La Meuse de Liège et de La Lanterne de Bruxelles. En 1930, il y avait de la publicité répartie dans les 12 pages, on trouvait des nouvelles locales dans les deux premières pages et la dernière, de nombreuses revues de presse (belge, française, coloniale), deux feuilletons, du sport. Parmi les hebdomadaires, on peut citer L'Informateur colonial depuis 1924 ; Pourquoi Non, humoristique et satirique à partir de 1932.

99A Bukavu, il y avait Centre-Afrique, un quotidien du Kivu et du Rwanda-Urundi publié depuis 1931 et L'Echo du Kivu à partir de 1929, hebdomadaire. L'Echo de Stan à Stanleyville était un quotidien qui commença à paraître en 1939. Des publications étaient plus spécialisées dans les informations économiques comme Le Progrès colonial lancé à Kinshasa en 1921 ou les Bulletins des Chambres de Commerce de Léopoldville, d'Elisabethville en 1924, de Jadotville depuis 1930. La presse chrétienne reste pratiquement la seule accessible aux indigènes. Celle des missions protestantes se poursuit, soit en langue anglaise (Congo News Letter, Congo Mission News depuis 1912), soit en langue africaine (Dikendji dia Mission depuis 1930, soit en français (Evangile en Afrique, bimensuel depuis 1933). De nouveaux périodiques chrétiens apparurent comme Kirongozi des Frères Maristes à Stanleyville en 1922. Nsangu Za Mission d'une mission baptiste américaine à Matadi en 1922 (trimestriel). La croix du Congo paraît chaque semaine à partir de 1933 à Léopoldville. La mission catholique de Coquilhatville publie à partir de 1936 un bimensuel, Le Coq Chante, en français et en langues africaines. En 1939, un trimestriel édité par la mission méthodiste à Wembo Nyama, Alesona Wa Ecole du dimanche.

100Il y avait aussi une importante presse émanant du gouvernement général et des services officiels. Bulletins administratifs en français et en flamand ou publications des Services de l'Information.

101Cette presse, à l'exception de quelques publications chrétiennes, s'adresse presque uniquement aux Blancs, avec des prises de positions parfois divergentes même si on trouve partout la même conviction d'une infériorité des Noirs ; L'Essor du Congo du 8 avril 1928 publiait un article de Charles Liebrechts : "Comment faire évoluer nos populations congolaises", préconisant "l'avènement d'une société indigène normalement évoluée possédant son âme propre", mais en lui faisant "apprendre à suivre l'exemple du Blanc, son modèle". Le même, ancien collaborateur de Léopold II dans le Courrier d'Afrique du 25 janvier 1930 critiquait un ancien ministre belge des colonies qui souhaitait qu'on développe la diffusion du swahili, en y voyant "une langue de l'islamisme". C'est plutôt la méfiance et la crainte d'une évolution trop rapide des autochtones qui anime cette pressse, qu'elle reflète l'état d'esprit des grandes sociétés ou des petites et moyennes entreprises.

  • 24 BART A.

102Les Pères blancs acquirent une très forte prépondérance dans le domaine des missions religieuses et les écoles au Rwanda sous la colonisation belge, le kinyarwanda étant la langue de l'enseignement primaire. Ils furent aussi à l'origine de la presse, d'abord avec le Petit Echo du Kivu, remplacé en 1923 par le Petit Echo du Rwanda, une seule feuille polycopiée en français. Ce fut surtout avec le lancement le premier septembre 1933 d'un mensuel Ikinya Mateka, devenu rapidement Kinyamateka (le Nouvelliste), d'abord ronéoté à 500 exemplaires sur 8 pages, puis à partir de décembre 1934 imprimé à 2 000 exemplaires. Le Père Antoine Goubau, supérieur de la Mission de Kabgayi en était le fondateur associant des Africains comme le nouveau Mwami Mutara dès l'origine. Le journal collaborait avec l'administration coloniale, renseignant sur les mesures gouvernementales24.

103En 1937, un des Pères qui le rédigeaient, estimait à 40 000 ou 50 000 le nombre de ceux qui entendaient lire le journal à haute voix dans les familles ; son tirage était alors de 4 000 et il traitait à la fois de questions religieuses, de problèmes éducatifs et de nouvelles du pays ou du monde.

104Bien plus faible était l'audience de l'Evangile en Afrique publication protestante de 1933 à 1938 ou Tshisumbutshia Balongikakelé à partir de 1932 de la Mission protestante belge de Kabinda.

4. La presse dans les colonies portugaises

  • 25 ROCHA.

105Dans les territoires portugais, au lendemain de la Première Guerre mondiale plusieurs périodiques s'adressaient aux populations plus nombreuses venues du Portugal, grossies d'exilés politiques après 1926. Il y eut eu au Mozambique plusieurs journaux d'ouvriers ; O Emancipador, de 1919 à 1937 publié sous différents titres, parfois clandestins25.

106L'Evêque de Beira en 1932 contribua à la création d'un hebdomadaire A Voz Africana. Des journaux parurent aussi, destinés aux Africains dans les années vingt, comme au Mozambique, O Brado Africano de l'Associacao Africana, fondé en 1918 par des métis, les frères Albasini, un hebdomadaire largement diffusé avant que la censure en 1933 réduisît ses commentaires dénonçant les abus, le travail forcé, le chibalo, appuyé par la Franc-maçonnerie.

  • 26 ISAACMAN Allen et Barbara, op. cit.

107Le principal journal fut Noticias, fondé en 1926 par un ancien capitaine, Vaz, et devenu Porgane officiel sous le régime fasciste. La presse du Mozambique comprenait 55 titres en 1925 quand elle fut contrainte par une loi de septembre 1926 lui imposant des conditions difficiles et la réduisant à 42 titres ; elle reprit toutefois son importance, atteignant 70 titres en 193926.

108En Angola, A provincia de Angola fut fondé en 1923. La censure du régime Salazar s'accentua en 1936.

109En Ethiopie ce n'est qu'après la Première Guerre mondiale que prend naissance une presse d'origine locale. Berhanena Selam, hebdomadaire en amharique, lancé en 1924 était dirigé par un fonctionnaire impérial ; dans l'éditorial du 4 novembre 1926 écrivait « jusqu'alors dans ce pays, on n'a pas senti le besoin de journaux mais maintenant les choses sont en train de changer ». Publié en 500 exemplaires, il s'arrêta de paraître avec l'invasion italienne en 1935. Il paraissait alors surtout des journaux en langues européennes, trois en français (Le Courrier d'Ethiopie qui remonte à 1913 est hebdomadaire, Ethiopie est un mensuel imprimé à Paris, La Correspondance d'Ethiopie sortait en français, en anglais et en allemand), deux en grec, un en italien.

110Une première loi sur la presse en février 1935 soumettait tout journal à une déclaration initiale et des exemplaires publiés devaient être déposés au ministère de l'intérieur. L'occupation italienne de 1935 à 1941 mit en place plusieurs publications, trois quotidiens dont II Corriere del Impero, tirant à 20 000 exemplaires avec quelques articles en amharique, des périodiques en italien et quelques publications en amharique comme l'hebdomadaire illustré Ye Chesar Menghist Melchitkona.

  • 27 DROUILLET.

111Après la chute de la domination italienne en 1941 et le retour de Negus, un journal officiel Negarit Gazeta fut lancé en mars 1942 en amharique et en anglais, mais dès le retour de Hailé Selassié en mai 1941, deux hebdomadaires en amharique étaient apparus Addis-Zemen (Les Temps nouveaux) et Sende ke Alamatchini (Notre étendard). Le dernier préparé à Khartoum à la demande du Négus était aussi rédigé en arabe et fut rapidement le porte-parole de la politique impériale27.

112En 1939, la presse des Européens et la presse des missions chrétiennes étaient encore dominantes dans la majorité de l'Afrique sub-saharienne. La presse des Africains n'avait pris de l'importance que dans l'Afrique anglophone à l'Ouest et au Sud. Elle était davantage tournée vers les métropoles coloniales, ne serait-ce que pour en critiquer la domination, que vers les populations dont la majorité rurale restait étrangère à l'écrit, à quelques exceptions près.

113Cette presse des Africains et des métis est plus réformiste que révolutionnaire ; sa revendication de plus de justice passe souvent par plus d'assimilation dans les zones francophones, réclamant l'application en Afrique des lois françaises, surtout après le gouvernement du Front Populaire, alors que la presse anglophone aspire à plus d'autonomie.

TROISIÈME SECTION : APRÈS LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE

114L'Afrique avait participé à la Deuxième Guerre mondiale ; comme théâtre d'opérations militaires au Nord ; par une participation importante des Africains surtout dans les rangs de l'armée britannique, mais aussi dans l'armée française.

115Les puissances coloniales européennes étaient sorties amoindries même si elles figuraient parmi les vainqueurs. Les deux super-grands, les Etats-Unis et l'URSS, pour des raisons différentes étaient favorables à l'émancipation des colonies. Les problèmes se posent désormais de plus en plus au niveau mondial ; des Africains sont venus en Europe comme soldats ou y viennent comme étudiants. Plus nombreux qu'avant la guerre, ils introduisent à leur retour dans leur pays des idées, des aspirations, des pratiques nouvelles. L'évolution commencée avant 1939 dans l'Afrique anglaise s'accélère ; dans les autres domaines coloniaux, une mutation s'opère. Autonomie ou développement dans le sens de l'assimilation, les deux méthodes renforcent le besoin d'information et la presse écrite devient un instrument utilisé par les différents protagonistes (Africains, administrateurs, colons) à l'adresse des populations locales urbaines mais aussi des opinions publiques et des dirigeants des métropoles.

  • 28 EWUMBUE-MONONO Churchill, « The Mass Media and Regional Integration in Africa », Africa Media Revi (...)

116L'Afrique sub-saharienne n'est pas encore morcelée et les relations au sein de grands ensembles régionaux se retrouvent au niveau de la presse dans la zone anglophone plus encore que dans la zone francophone. La République d'Afrique du Sud, les deux Rhodésies, le Nyasaland, le Botswana et le Swaziland représentaient un ensemble médiatique dominé par le groupe Argus qui possédait The Rand Daily Mail, Rhodesia Herald, Swaziland Times28.

117L'Afrique occidentale anglaise regroupait le Nigéria, le Ghana, la Sierra Leone. Le Cameroun britannique et les journaux comme The West African Herald ou Pilot, circulaient dans l'ensemble. Des journalistes passaient aisément d'un journal d'Accra à un quotidien de Lagos.

118L'Est africain couvrant le Kenya, ce qui constitue actuellement la Tanzanie et l'Ouganda, formait un autre système médiatique dominé par le groupe de l'East African Standard, constituant une chaîne de journaux avec le Kenyan Standard, l'Uganda Argus.

119Dans la zone coloniale française, la chaîne de Breteuil était présente à Dakar, à Abidjan, en Guinée et au Cameroun. Une publication comme Afrique Nouvelle intéressait tout l'AOF et même au-delà. Les journaux africains du Congo et du Gabon ou du Togo et du Dahomey, avaient les mêmes préoccupations.

120L'Afrique lusophone représentait aussi une entité.

121Certes, les revendications contre les métropoles ou contre les administrations coloniales cimentaient une communauté d'intérêts ou d'aspirations parmi les leaders africains, sinon dans les populations, mais c'étaient eux qui jouaient le principal rôle dans les journaux, rédacteurs ou lecteurs.

122Si les dernières années précédant 1960 et l'indépendance, apparaissent parfois, surtout en zone francophone, comme un « âge d'or » de la presse, il faut relativiser l'expression ; le nombre élevé de titres ne doit pas cacher la faiblesse du nombre de lecteurs ; outre le prix élevé du journal pour les Africains, la forte proportion d'analphabètes et le caractère très minoritaire de la population urbaine expliquent cette situation.

1. En Afrique anglophone

123Il faut toujours distinguer plusieurs zones. Dans les régions sous contrôle britannique. La presse en Afrique occidentale est dominée par les Africains ; dans l'Est, si la presse tenue par les Blancs, avec des Asiatiques parfois reste prépondérante et représente le point de vue des Colons, le colonial office s'intéresse après 1950 aux journaux pour les Africains, en langue vernaculaire, pour s'opposer aux nationalistes.

  • 29 AINSLIE, BARTON, BEHN, AGBAJE pour le Nigeria.

124L'Est African Standard à Nairobi reste le principal quotidien jusqu'à l'indépendance du Kenya en décembre 1963, mais le groupe (qui possède aussi l'hebdomadaire Baraza en Swahili) s'adapte en ouvrant davantage ses colonnes à des Africains ; il réclame toutefois davantage de mesures répressives pendant la rébellion des Mau-Mau. L'organe le plus hostile au mouvement national kenyan était Kenya Comment de Cavendish-Bentinck, le président du conseil législatif attaquant en 1958 le ministre des Finances du Kenya, Ernest Vasey, qui avait déclaré à la télévision à Londres que la présence future d'une majorité d'Africains dans le gouvernement du Kenya, était inévitable. The Daily chronicle à Nairobi appartenait à Pio Pinto un asiatique d'origine, rallié très tôt à la cause de l'indépendance. Quand l'Etat d'urgence fut déclaré en 1952 contre les Mau Mau, il fut emprisonné. Le premier quotidien apparu en 1953 en Ouganda fut le Uganda Argus29.

125Le Tanganyika Standard reste le principal quotidien du Sud-Est africain britannique.

126Le colonial office appuya une vingtaine de journaux locaux avec l'aide des autochtones, au Tanganyika et au Kenya où l'hebdomadaire Sikio, en swahili, fut le plus durable. Le gouvernement subventionna Tazama, un hebdomadaire en swahili publié par le groupe du standard ;

127Après la Deuxième Guerre mondiale, de nombreux journaux dirigés par des Africains apparurent en anglais et en langues africaines dans l'Est Africain.

128Coast African Express à Mombasa, Nyanza Times à Kisumu mais surtout à Nairobi avec les journaux kikuyu dont Mumenyereri un hebdomadaire de la Kenya Africa Union, vendu à 10 000 exemplaires.

129En Ouganda en 1953 l'Uganda Eyogera, organe du Congrès National réclame le retour du Kabaka (le chef du Bugenda) exilé par les Anglais. Ce journal et Uganda Empya boycottèrent avec succès la visite royale en 1954.

130Au Tanganyka, vers 1950 les Africains disposent de Zuhra, un hebdomadaire en anglais et en swahili, de Bukya na gandi, plus conservateur et de Santi ya Tanu de Nyerere, en anglais et en swahili, la Tanu, le seul parti national lança en 1959 le National Times et avait des relations étroites avec Mwafrika (l'Africain), un hebdomadaire de Dar es Salaam qui passa de 4 000 à 20 000 exemplaires l'année de sa création en 1957 ; même après que la TANU ait relâché ses liens avec elle, cette publication se développa avec les attaques de la politique coloniale et devint quotidienne en 1959.

131La TANU contribua en 1959 à lancer un autre quotidien, Ngurumo (l'Eclair, en swahili aussi), imprimé à Dar es Salaam par un Asiatique, R.B. Thaker, qui lui était dévoué.

132L'administration coloniale disposait d'un journal, Mambo Leo.

133En Afrique de l'Ouest, le groupe anglais du Daily Mirrar, avec Cécil King, outre un périodique, West Africa, possède à Lagos West African Review à partir de 1947 et au Ghana depuis 1950 le Daily graphic.

134Accra est toujours à la tête de la presse africaine. Kwame Nkrumah revenant d'étudier aux Etats-Unis, fonda en 1948 Evening Newos, porte-parole du Parti nationaliste (le futur Parti de la Convention du Peuple, CPP), c'est ce journal qui créa une mystique autour de son personnage, publiant les lettres le qualifiant d'Osagyefo (le rédempteur) : des éditions furent publiées en différentes langues africaines, en hausa et aussi en français. Le CPP fit paraître en 1956 un deuxième quotidien Ghanaïan Times. Il y avait toutefois en Gold Coast un journal qui lui était opposé Ashanti Pioneer fondé en 1939 à Kumasi.

135Au Nigéria, une relation s'établit dans le sud entre organisation politique et organisation bancaire, les chaînes de journaux établissaient un lien entre les deux. Ainsi le Chef Awolowo, leader de l'Action Group était lié à la National Bank établie à Lagos en 1933, tandis que Azikiwe, à l'est, avait transformé en 1948 Tinubu Properties Ltd en l'African Continental Bank liée à ses différentes activités, Nigérian Commodities Ltd., Suburban Transport Ltd, Nigerian Real Estate Corporation et ses entreprises de presse. Outre le West African Pilot, Azikiwe étendit son groupe en 1944 en acquérant The Cornet, un hebdo de Lagos devenu quotidien et transféré à Kano en 1949, en créant un quotidien The Nigerian Advocate à Jos ; il comprenait aussi Eastern Nigerian Guardian, Nigerian Spokesman, Southern Nigerian Defender, Eastern Sentinel à Enugu. Pilot en 1945 était devenu le premier abonné à un service de Reuters en même temps qu'il était son correspondant pour l'Afrique de l'Ouest. Sa rivalité avec le Daily Service de E. Ikoli se manifesta en 1941 pour l'élection d'un siège au Conseil législatif rompant l'unité du mouvement nationaliste. Son groupe servit de porte-parole au National Council of Nigéria and the Cameroun NCNC, la principale organisation nationaliste constituée le 26 août 1944 par Azikiwe qui en était le secrétaire général et Herbert Macaulay le président. Le NCNC avait aussi d'autres journaux, West African Vanguard à Ilesha et Midwest Champion à Warri.

136L'administration coloniale les surveilla de plus près. Menant campagne contre la Constitution Richards. The Pilot et The Cornet furent suspendus pour six semaines en 1945 et on leur retira ensuite toute publicité officielle, ce qui était une source importante de revenus. En 1946 elle refusa au groupe une licence pour une station de radio qui aurait permis de recevoir les dépêches de Reuters. Zik (Azikiwe) publia dans ses journaux le 28 février une liste d'actes de l'administration contre la presse et lança un appel de fonds auprès de ses lecteurs qui répondirent en grand nombre de toute l'Afrique Occidentale et même d'ailleurs.

137Un autre groupe de presse s'était formé dans le Nord du Nigéria Gaskiya Corporation soutenu par le gouvernement qui finançait un hebdomadaire en hausa, Gaskiya ta fi kwabo, depuis 1939 ; il publia aussi en 1948 un hebdomadaire en anglais Nigerian Citizen à Zaria et plusieurs périodiques en langues africaines.

138L'Action Group formé en 1951 eut pour porte-parole, The Daily Service d'Awolowo, à Lagos ; avec le Nigerian Tribune publié depuis 1949 à Ibadan, il forma The Amalgamated Press of Nigeria qui prit le contrôle en 1958 de l'Allied Press Ltd publiant des petits quotidiens locaux. Ce groupe comprenait The Midwest Echo à Bénin, The Middle Belt Herald à Jos, The Northern Star à Kano, The Eastern Observer à Onitsha, Cor Advocate à Oyo. Bornu People. Toutefois, la victoire électorale d'Azikiwe en 1960 desservit ce parti qui supprima le Daily service. Il avait lancé en octobre 1959 le Sunday Express. L'administration coloniale avait aussi ses journaux Egba Bulletin, Western Ijaw, Western News, Eastern Outlook en 1955. Le groupe anglais du Mirrorde Cecil King acheta en 1947 le Daily Times à la demande du gouvernement anglais qui voulait contrebalancer l'action des organes nationalistes Daily Service et Pilot. Il bénéficiait de ressources publicitaires importantes, de techniques d'impression modernes et payait bien son personnel. En Sierra Leone, l'apparition de nouvelles formations politiques les associe à de nouveaux journaux, le Daily Guardian et le Sierra Leone Daily Mail, quotidiens, l'hebdomadaire, The African Standard du Yousth group, puis en 1947, Evening Dispatch. African Vanguard, lancé en janvier 1949, quotidien, et Sierra Leone Observer, hebdomadaire, sont les organes du Sierra Leone People's Party qui emporta les élections en 1951, malgré la domination de ce parti, ces deux journaux disparurent : en 1956 le second et en 1959 le quotidien. Le journal de l'opposition conservatrice, Daily Guardian prospère et avec un nouveau titre The Shekpendeh, tire en 1958 à 9 000 exemplaires. En gauchi, des hebdomadaires soutiennent les partis ainsi l'ancien Cambia Outlook, soutient l'United Party fondé en 1951, d'autres conservent leur indépendance comme Gambia Echo.

139La situation est différente en Afrique du Sud et dans les Rhodésies. En Rhodésie du Nord, l'administration coloniale avait lancé une presse pour les Africains. Après Mutende, un hebdomadaire publié entre 1936 et 1952 pour donner une lecture aux nouveaux alphabétisés et aussi des soins de santé, fut créé en 1953 African Eagle, organe d'une société privée de Salisbury, African Newspaper Ltd., subventionné jusqu'en 1962. Elle créa aussi des journaux locaux comme Lyashi en 1954. Un Ecossais, Alexandre Scott, libéral et humanitaire fonda en 1948 un hebdomadaire, Central African Post à Lusaka pour s'opposer au Northern News de Welensky, porte parole des colons. Il compta parmi ses correspondants H. K. Banda, le futur président du Malawi et de jeunes politiciens africains comme Kenneth Kaunda prirent appui sur le Posf s'ouvrant à leurs articles ; le journal parut deux puis trois fois par semaine après que son rival, le Northern News fût devenu quotidien en 1953. Scot trouva un associé dans une Société de Salisbury, Kachaloloa, possédée par Bernard Paver qui acquit la majorité des actions. En 1957 il devait vendre le contrôle du Central African Post au groupe Argus.

  • 30 AINSLIE.

140Scot déçu lança en 1958 un nouveau journal African Times, donnant une voix aux nationalistes africains hostiles à la Fédération d'Afrique Centrale. Mais l'imprimeur lui fit défaut sous la pression des leaders blancs du gouvernement de Salisbury. Il s'associa alors en février 1960 avec David Astor, l'éditeur de L'Observer britannique dont les capitaux lui permirent de lancer The African Mail qui s'attira vite l'hostilité des Européens de Rhodésie du Nord30. A la différence de ce dernier, plusieurs journaux pour les Noirs, n'eurent qu'une existence éphémère, Zambezi News, 1955-1957, African Life, 1958-1961.

141En République sud-africaine la presse présente trop d'importance et trop de contrastes pour qu'on puisse l'exclure de cette étude. L'évolution plus libérale, récente, de ce pays, incite à mieux connaître la complexité d'une situation aggravée après la Deuxième Guerre mondiale. Au niveau de la presse écrite, on ne saurait la réduire à deux catégories : celle des Blancs et celle des Noirs ; chacune des deux catégories a ses antagonismes. Dans les années soixante et même soixante-dix, il y a davantage de Noirs lecteurs de la presse en République sud-africaine que dans le reste de l'Afrique sub-saharienne.

142La presse de langue anglaise mena l'opposition contre le gouvernement des Afrikaners du Parti National au pouvoir depuis 1948 pratiquant une politique de plus en plus dure de l'apartheid.

143Le Groupe S.A.A.N. (South African Associated Newspapers) soutient le Parti progressiste, antiapartheid avec des quotidiens du matin, le Rand Daily Mail de Johannesburg (127 000 exemplaires en 1971) et des journaux d'East London ou de Port Elizabeth. Il possède aussi le Sunday Times (468 000 exemplaires en 1971) et le Sunday Express (209 000 exemplaires) de Johannesburg. Plusieurs rédacteurs, Lawrence Gandar, Benjamin Pogrund, ont été poursuivis pour des articles contre la torture dans des prisons sud-africaines.

144Le groupe dirigé par Jim Bailey possède le mensuel Drum en plein essor dans les années cinquante et soixante. Contre Drum, le gouvernement sud-africain entreprit de nombreux procès ; le groupe de presse Afrikaanse Ders, qui contrôlait Die Vaderland, un quotidien du soir de Johannesburg publia en 1956 Bona, un photo-magazine en zoulou, en xhosa et en sotho ; il était distribué gratuitement dans les écoles. Ce groupe devait aussi racheter en 1964 à la presse bantoue Imvo et Zonk. Le Département de l'information essaya en vain d'acheter Drum en 1977. Bailey avait aussi lancé en 1955 Golden City Postracheté en 1964 par le groupe Argus qui en fit un bi-hebdomadaire Post. Le gouvernement empêcha en 1968 la fusion des deux groupes.

145Le groupe Argus à la suite de l'interdiction de World en 1977 rendit Post quotidien (le gouvernement n'avait pas supporté la nomination d'un Noir, Percy Qoboza, comme rédacteur en chef). Interdit en octobre 1977, The World et le Weekend-World avaient rompu avec le sensationnalisme des faits divers pour présenter un caractère éducatif et devenir un guide de l'opinion des Noirs. L'Argus Printing and Publishing Company publie toujours le principal quotidien Star à Johannesburg (tirant à 1 77 000 exemplaires en 1971), Cape Argus (115 000 exemplaires), Pretoria News, Daily News à Durban. Parmi ses actionnaires figurent l'Anglo American, le trust minier de Harry Oppenheimes, la Central News Agency, principale entreprise de messagerie. Soutien du Parti Uni, cette presse défend les liens aussi bien économiques que militaires et culturels avec l'Angleterre mais lutte aussi contre l'apartheid.

146Le groupe Argus se rendit compte de l'importance de la presse bantoue et amena l'Anglo-American Corporation à prendre une part du capital en 1950 et l'ensemble en 1963. La diffusion du World s'adressant aux lecteurs noirs s'éleva de 11 000 en 1959 à 90 000 en 1968 ; elle atteignait 145.000 exemplaires en 1976.

147Le groupe de la presse bantoue en 1946 contrôle 11 des 13 hebdomadaires publiés pour les Africains en Afrique du Sud et en Rhodésie. Dans les années soixante-dix il représentait une vingtaine de titres, principalement des hebdomadaires et des mensuels. L'administration britannique favorisa la naissance de Lentsoe La Basotho au Basutoland, Iswi Lamaswaziau Swaziland et Naledi ya Bechuanas au Bechuanaland. C'est en vain que l'administration anglaise avait essayé de rallier B. M. Khaketla, le rédacteur de Mohlabani (le combattant), un mensuel africain qui réclamait le self-government.

148Face à la presse anglaise, il existe une presse afrikaans, dominée par la Perskor, l'Afrikaanse Press, possédant Die Vaderland, quotidien du soir à Johannesburg, Hoofstad, quotidien de Prétoria plus récent et l'hebdomadaire Dagbreek, qui, après la fusion avec Die Beeld, devint Rapport. Il possède aussi Financial Gazette, hebdomadaire économique en anglais. Ce groupe avait absorbé vers 1970 le Voortrekkerpress possédant Die Transvaler, organe officieux du Parti National. La Nationale Press possédant Die Burger, plus libérale, était favorable à un dialogue avec les Etats africains.

149En 1954, il y avait 7 quotidiens africains, y compris ceux de la Bantu Press, 18 périodiques religieux appartenant à des Eglises ou à des Missions, et 15 autres magazines.

  • 31 TOMASELLI, SWITZER.

150La presse s'adressant aux Africains d'Afrique du Sud progresse avec l'alphabétisation qui passe de 23,8 % en 1951 à 35 % en 1957 et à 49,5 % en 1970. Mais à côté de la Bantu Press ou même d'une presse afrikaans comme Bona, il y a aussi une presse des mouvements africains. Certes, des journaux du mouvement africain étaient passés sous le contrôle des Blancs. Ainsi Ilanga passa en 1953 sous le contrôle de la Bantu Press et devint en 1972 une filiale d'Argus31.

151Une nouvelle génération de journaux africains plus radicaux apparut après la guerre. Inkundla Ya Bantu de l'A.N.C. du Natal de 1940 à 1951, tirant à 7 000 exemplaires en 1946, Tordi, de 1946 à 1963 fut un hebdomadaire du Cap en anglais et en xhosa, reflétant des influences trotskystes sur des intellectuels métis et noirs et, en 1952, Spark, organe peu durable des jeunes de l'ANC. Les publications de l'ANC, interdites après 1960, n'eurent toujours qu'une existence brève de deux ou trois ans au plus.

152Le Parti Communiste disposa de plusieurs journaux jusqu'à une interdiction en 1960. Guardian avait été interdit dès 1952 ; proche du Parti Communiste, cet hebdomadaire fondé en 1937, chercha à survivre sous d'autres noms, Advance de 1952 à 1954, puis New Age (1954-1962) et enfin Spark de 1962 à mars 1963. Deux autres journaux avaient été publiés, Freedom, lancé à l'automne 1939, d'abord magazine bimestriel, puis, de 1948 à 1950, bimensuel, publié en anglais au Cap, et Inkululeko, remontant à 1915 sous divers noms, fut interdit en 1950 en tant qu'organe du Parti Communiste, publié à Johannesburg.

153SASO Newsletter, de l'organisation des étudiants sud-africains parut en 1970, Black Review en 1972.

154Mais en octobre 1977, le gouvernement sud-africain suspendit les publications de 18 organisations interdites. Il ne resta que quelques publications comme The Nation, un mensuel en anglais et en zoulou, créé en décembre 1976 par le mouvement zoulou de Buthelezi, Inkatha, des publications culturelles comme Nchangana, lancé en 1972 ou des périodiques cantonnés dans les limites d'un territoire comme Isaziso au Transkei, hebdomadaire créé en 1975.

155Les organes du Parti libéral, le seul multiracial, regroupèrent des intellectuels, quelques marchands indiens et des membres d'organisations noires ; Contact, mensuel de 1954 à 1958, puis bimensuel jusqu'à sa disparition en 1967. Il était publié en anglais et en zoulou à Piétermaritzburg au début puis en 1958 au Cap. Parmi les journaux modérés anti-apartheid, peuvent aussi figurer Die Bunier, un mensuel 1959-66, organe de métis acceptant de collaborer avec les Blancs, Liberal News, un mensuel du Cap, entre 1954 et 1966.

156La presse indienne militait aussi contre la politique de l'apartheid ; Indian Opinion se maintint jusqu'en 1961 à Phoenix, dirigé par des parents de Gandhi, publié en anglais et en gujarati, Passive Revister, lancé en 1946. En 1954, il y avait trois quotidiens indiens, trois magazines religieux et deux autres périodiques indiens publiés en langue anglaise.

157Etat indépendant, le Liberia, tant par sa situation géographique que par la diffusion de l'anglais, se rattache à la zone anglophone. La presse continue à y connaître un essor tout en étant lié au gouvernement du président Tubman ; elle se diversifie avec de nouveaux journaux, Liberian Age, un bi-hebdomadaire fondé en 1946, subventionné par le parti au pouvoir, The Listener Daily fondé en 1950 (tirage à 1500), New Day lancé en 1954 par le Ministère de l'Instruction publique avec l'aide de l'UNESCO pour lutter contre l'analphabétisme.

  • 32 BEHN, BARTON.
    En 1954 un organe proche d'un parti opposant et de l'ancien président Edwin Barclay a (...)

158Wuzi the Loma Weekly était un journal catholique à l'intérieur du pays. Il y eut aussi quelques journaux opposants dont l'existence fut précaire et souvent éphémère32.

2. Dans la zone francophone

159Une presse des Européens persiste. Le décret du 27 septembre 1946 rend applicables aux territoires relevant du Ministère de la France d'Outre-Mer l'ordonnance du 13 septembre 1945 modifiant la loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Les limitations de l'époque précédente dans les colonies sont ainsi levées. Elle est très nettement prépondérante dans les colonies françaises avec la chaîne de Charles de Breteuil possédant toujours Paris-Dakar, devenu ensuite Dakar Matin ; à Abidjan, France-Afrique, devenue en 1954 Abidjan-Matin (jusqu'en 1964) auxquels s'ajoutent La Presse de Guinée, de 1954 à 1958 et La Presse du Cameroun en 1955.

  • 33 KOUME.

160Michel de Breteuil, son fils, devait s'adapter au marché africain après l'indépendance des Etats avec des publications en France à destination de l'Afrique, parfois avec des éditions locales. Déjà en 1953 avait été créé Bingo, un mensuel.33

161Un cas particulier est celui d'Afrique nouvelle, un bi-hebdomadaire lancé par les Pères blancs à Dakar en 1947, dirigé par le Père J. de Benoist qui avait eu une formation de journaliste ; ce fut un organe diffusé dans toute l'Afrique occidentale française, présentant souvent les aspirations des Africains.

162Au Congo belge, il y avait en 1948, 64 publications pour les Européens et 58 pour les autochtones, en 1958 quelques 350 publications périodiques dont 9 quotidiens. C'était toutefois surtout une presse pour les Européens ; l'administration coloniale, les grandes compagnies et l'Eglise catholique avaient un quasi-monopole de l'information. Le très petit nombre d'Africains qui avaient reçu un enseignement secondaire limitait le nombre des lecteurs potentiels. Cette presse était surtout concentrée à Léopoldville et à Elisabethville. Les journaux des Européens étaient souvent aidés par des journaux belges. Ainsi l'Avenir de Léopoldville et le Centrafrique de Bukavu étaient en relation avec la chaîne belge La Meuse-la lanterne

163Le Courrier d'Afrique (1930-1971) à Léopoldville était imprimé par une entreprise appartenant aux Syndicats chrétiens belges.

164L'Echo de Stan, tantôt hebdomadaire, tantôt quotidien était rattaché à la Société générale de Belgique et à la Meuse, de même le Stanleyvillois, créé en 1947, plus manifestement hostile aux élites noires.

  • 34 KABEYA.

165A Elisabethville, L'Echo du Katanga (1930-1964) qui semble envisager dès le début 1960 un Katanga indépendant fut toujours dirigé par les Decoster. L'essor du Congo, plus ancien, a un tirage plus important (4 à 6 000 exemplaires)34.

166Le Centre-Afrique est un des rares quotidiens s'intéressant aux problèmes des autochtones, attentif aussi bien à l'arrestation qu'à la libération en janvier-février 1959 de Kasavubu, le leader de l'Abako (l'association des Bakongo).

167Ce n'est guère qu'en 1960 que les quotidiens dirigés par les Européens s'adressent directement aux Autochtones.

168La presse périodique animée par les Européens était répandue dans les cinq provinces, outre la presse administrative officielle, commerciale ou religieuse, elle comprenait aussi des périodiques patronnés par le Bureau de l'information pour indigène du gouvernement général : ceux-ci polémiquent parfois avec la presse européenne. Ainsi, A.R. Bolemba dans La Voix du Congolais en 1950 qui s'attire du Centre Afrique du 22 décembre 1950 cette remarque qui se passe de commentaire sur la mentalité des journalistes européens du Congo : « Les autochtones ne sont pas encore mûrs pour comprendre un journal écrit en français ».

169Une Association professionnelle de la presse fut autorisée en avril 1956 ; initiative de journalistes belges, elle comptait en 1957 environ vingt journalistes noirs qui écrivaient dans les suppléments pour indigènes de journaux d'Européens. A l'époque, Mobutu était rédacteur aux Actualités africaines fondé en 1956 qui fut d'abord un supplément du quotidien l'Avenir ; en juillet 1958 il devint quotidien. Le 21 octobre 1956, il publiait un long article sur le Mouvement National Congolais.

170Les premiers journaux de Congolais furent en 1946 Le Syndicalisme indigène et en 1947 Mbandaka de Justin Bomboko qui fut plus tard ministre de Lumumba.

171En 1957, des Congolais lancèrent un hebdomadaire Congo à Léopoldville, mais l'autorisation leur fut retirée en août 1957. Patrice Lumumba lança Indépendance après avoir séjourné à Accra en 1958 et avoir été influencé par l'exemple de Nkrumah.

172Au Congo belge, après 1950, l'Eglise catholique dispose de La Croix du Congo (utilisant le fingala), Kongo ya Sika en kikongo et surtout Conscience africaine de Joseph Ileo, lancée en 1953 qui publia en 1956 le Manifeste du Mouvement National Congolais. Il existe un grand nombre de périodiques catholiques ou protestants.

173Au Rwanda, l'influence de l'Eglise catholique était encore plus forte. L'imprimerie de Kabgayi (des Pères blancs), électrifiée en 1945, fut de mieux en mieux équipée avec de nouvelles presses, en 1956 elle employait 72 personnes publiant outre le Kinyamateka, à partir de 1954 Hobe pour la jeunesse, lancé à 10 000 exemplaires, atteignant rapidement 40 000 ; elle imprimait aussi l'Ami, une revue des anciens élèves du Séminaire (succédant à l'Echo du Séminaire) devenue « la revue des Evolués de l'est de la colonie » fusionnant en 1954 avec l'Aurore de Bukavu pour donner Temps nouveaux d'Afrique, hebdomadaire publié à Bujumbura jusqu'en 1961. D'autres revues catholiques en français étaient aussi imprimées là.

  • 35 BART.

174Le comité de rédaction du Kinyamateka en 1955 comprenait trois pères blancs et deux Rwandais (dont un laïc). Le rédacteur en chef fut rapidement un Rwandais, l'abbé Kagame en 1952, de 1955 à 1957 un laïc, Grégoire Kayibanda qui devait devenir le premier président du Rwanda indépendant. Le journal joua un rôle certain dans la naissance d'une opinion publique, il prit ses distances avec l'administration coloniale belge et fit pénétrer dans le monde paysan rwandais l'esprit des réformes35.

175En Côte d'ivoire un périodique, Africa, lancé par un professeur d'origine sénégalaise en 1946 n'eut qu'un numéro car il fut saisi pour avoir dénoncé les abus du système colonial.

  • 36 COULIBALY T.

176Le PDCI, parti démocrate de Côte d'ivoire, créé en avril 1946 par Houphouët-Boigny, devenu la section ivoirienne La RDA créée en octobre, eut son organe Le Démocrate, un quotidien, lancé en 1950 ; son rédacteur en chef était un métropolitain, Yves Mathieu, âgé de 26 ans, licencié en droit et proche du parti communiste ; il devait être condamné en janvier 1951 à 6 mois de prison pour avoir traité le gouverneur Péchoux de « métis américain ». Il a pour adjoint Yapo Kamet, un Abidjanais permanent du PDCI. Le directeur politique et un député, Onayzin Coulibaly. Le journal tirait entre 1 600 et 3 000 exemplaires ; lu surtout à Abidjan, mais le PDCI organisait des lectures collectives à l'intérieur du pays. Dans le sillage du Parti communiste—comme l'était alors le RDA—, le Démocrate reproduisait l'appel de Stockholm, critiquait l'administration très répressive du gouverneur Péchoux, soutenait les autres peuples dépendants, appuyait le Vietminh, écrivant le 6 mai 1950 « la lutte des peuples Indochinois est un exemple pour les peuples africains »36.

177Le changement d'attitude du RDA qui, sous l'influence d'Houphouët Boigny abandonne la lutte anticoloniale et se désapparente du Parti communiste pour une politique de dialogue, déconcerta le journal et amena sa disparition en 1951. L'Afrique Noire fut le nouvel organe du RDA, publié à Dakar entre décembre 1951 et 1955, Houphouët-Boigny en fut le directeur politique.

178D'autres journaux africains tentèrent vainement leur chance en Côte d'ivoire, Pachiboen janvier 1946, suivi en 1947 par Le Progressiste (adversaire du RDA), en novembre 1957 Attoungblan, un bulletin quotidien d'opposition.

179Le Sénégal, qui avait la plus longue expérience de la presse écrite en Afrique francophone, vit plus de 170 journaux ou périodiques entre 1945 et 1960, souvent éphémères. Le débat politique était entretenu par les élections, suscité par les revendications de réforme, opposant autonomistes, indépendantistes, fédéralistes.

180Les rivalités entre Africains et la critique de l'Administration coloniale, donnaient un caractère polémique à une presse qui avait un faible tirage mais qui contribua à désigner des interlocuteurs africains aux dirigeants de la Métropole. Léopold Senghor dispose aussi de la Condition humaine.

181Madagascar connaît le plus fort développement de la presse en zone francophone. Des feuilles clandestines avaient circulé, fin 1943, Mifohaza (Réveillez-vous), Kofehy Volamena. Un décret du 6 mai 1944 a instauré la liberté de la presse. Dès 1945 reprennent des journaux d'avant-guerre : Mongo, Ny Rariny, La Nation malgache, Kintan'ny Maraina du docteur Joseph Rakotonirainy. Ils jouent un rôle important dans le mouvement qui aboutit à l'insurrection de mars 1947. Ils sont souvent proches du M.D.R.M., le Mouvement démocratique de la Rénovation Malgache, rendu responsable et, à ce titre, durement réprimé. La Nation malgache avait recommandé une journée de deuil le 6 août 1946 pour le cinquantenaire de l'annexion et elle déclarait le 16 août : « injustement privé de son indépendance, écrasé d’impôts, exploité, foulé aux pieds... le peuple malgache a le droit de rompre définitivement avec l'artisan de son malheur ». Un autre journal, proche du MDRM, Ny Fahafahana le 14 août 1946 saluait ainsi les tirailleurs qui revenaient de France et de la guerre : « Vous êtes la fierté, le rempart et l'orgueil de notre patrie malgache qui lutte pour la liberté et pour l'indépendance ».

  • 37 Documentation Française 1963. Situation de la presse dans les Etats de l'Union Africaine et Malgac (...)

182Plusieurs des députés malgaches condamnés après l'insurrection avaient joué un rôle dans les journaux, Rabemananjara, Ravoahangy, notamment. Ils sont emprisonnés jusqu'en 195637.

183Avec la répression qui suit l'insurrection et la dissolution du MDRM, la presse reste la seule force d'opposition aux autorités coloniales, surtout à partir de 1951 et plus encore de 1953, date de ralliement des Catholiques à la revendication de l'indépendance. Plusieurs quotidiens ont des tendances communistes comme Imongo Vaovao (tirant à 6 000 exemplaires) ou sont proches de l'AKFM, nationaliste, comme Matsilo, ainsi que des hebdomadaires comme Ny Rariny, dirigé par J. Ranaivo, tirant à 4 000 exemplaires. Le Parti Social Démocrate contrôle le quotidien Madagasikara Mahaleotena (5 000 exemplaires) et a pour organe officiel, l'hebdomadaire La République (7 000 exemplaires).

184La presse des colons était représentée surtout par Tana Journal et L'Avenir de Madagascar, mais il y avait aussi plusieurs quotidiens d'information, comme Mandroso ou Marasaka, tirant à 5 000 exemplaires et de nombreux périodiques soit en français, soit en malgache. Il existe toujours une importante presse catholique et protestante dans les deux langues.

185Au moment de l'indépendance il existait quelques 200 publications à Madagascar.

186Le Cameroun connut après la Deuxième Guerre mondiale un pluralisme politique favorisant une presse diversifiée. Des journaux d'avant guerre continuent à paraître comme le Cameroun catholique, un mensuel, qui utilise le français et les langues africaines (douala, uvondo, bassa) jusqu'en 1954. L'Eveil du Cameroun devenu hebdomadaire en 1940 et trihebdomadaire en 1952. Le Bulletin de la Chambre de Commerce de Douala et le Bulletin de la Société d'études camerounaises, sont principalement l'œuvre d'Européens ; de même, le Cameroun libre, organe des Gaullistes pendant la guerre qui devait durer jusqu'en 1958 et appuya le député Mbida. Mais une presse animée et rédigée par des Camerounais se développe. Le 5 décembre 1945 apparaît à Douala le Flambeau en sous-titre « le journal du Camerounais » ; créé par Gaston Kingue Jong, déjà associé à la tentative de Mbale, c'est un bimensuel qui paraît jusqu'en 1949.

  • 38 SAH LI.

187Dès 1947 un clivage s'opéra entre des modérés comme le docteur Aujoulat, Mbida, plus tard Ahidjo, autour du bloc démocratique en 1951 et l'Union des populations du Cameroun, U.P.C. (section camerounaise du RDA) représentant un courant nationaliste dont la Voix du Peuple du Cameroun, fut le principal organe à partir de 1948. Appelé aussi La Voix du Cameroun, ayant de 4 à 6 pages, bimensuel, puis mensuel, imprimé en France à Toulouse puis à Aulnay. Le premier numéro, en septembre 1949, regrette la disparition du Flambeau et se présente comme « une manifestation du développement naturel de notre lutte émancipatrice ». En avril 1950, on peut lire « la colonisation, c'est le vol, c'est le pillage, c'est le meurtre ». Le journal ne paraît pas entre mai 1950 et janvier 1952 ; il subit des procès pour des accusations contre des administrateurs coloniaux. Très ouvert sur la vie internationale, il cherche à influencer les missions de l'ONU au Cameroun et soutient Ho Chi Minh au Vietnam38.

188Mais L'Etoile (hebdomadaire), Lumière, un bimensuel, La Vérité, publication pour les jeunes appuient aussi ce mouvement, très structuré, tourné vers le marxisme, dirigé par Um Nyobé, mais échouant aux élections de 1951 et provoquant une révolte en mai 1955 dans les différentes villes, à l'origine de plusieurs dizaines de morts. L'UPC devenant clandestine, entraîne un climat de lutte armée, trouvant un appui dans plusieurs pays, notamment dans l'Egypte de Nasser où continue à paraître La Voix du Peuple interdite au Cameroun.

189L'année 1955 vit aussi la naissance de trois organes de presse important. L'Effort camerounais fondé par l'abbé Fertin que nous présenterons plus loin, le Bamileké un bimensuel imprimé à Yaoundé qui tint jusqu'en 1961 et prit position contre l'U.P.C. à partir de 1957.

190La Presse du Cameroun, quotidien lancé à Douala le premier avril 1955 succédait à l'Eveil du Cameroun, un organe des colons paraissant trois fois par semaine. Son directeur (jusqu'en 1967), Georges Larche (né en 1906) un homme d'affaires bien implanté au Cameroun s'était associé à Charles de Breteuil. Avec quatre pages illustrées dont la dernière composée d'extraits de journaux français France Soir et Paris Presse, le journal, restant assez neutre entre les partis, attira rapidement l'élite camerounaise et aussi la publicité, même si son tirage tourne autour de 10 000 exemplaires seulement. « On sent très bien — peut-on lire en 1959— que les Camerounais qui depuis quarante ans sont entraînés à vivre à l'occidentale, c'est-à-dire d'une façon libérale, ne peuvent plus vivre à l'opposé de la démocratie. En 1953 s'était lancé un journal éducatif sous l'impulsion de la Société Africaine de Prévoyance, relayée ensuite par la Fédération des œuvres scolaires et post-scolaires. Le Journal des villages du Nyong et Sanaga ; édité à Douala, tantôt bimensuel, tantôt hebdomadaire, puis mensuel (arrêté en 1958), il développait sur huit pages surtout l'économie agricole et tirait à 5 000 exemplaires.

191En 1956 un syndicat de la presse camerounaise fut constitué avec le Journal des villages, l'Express Wonja, Kamerun mon Pays, La Liberté, La Presse du Cameroun, L'Effort camerounais et d'autres journaux.

192Les conflits entre la presse et l'administration française ou le gouvernement local sont de plus en plus nombreux.

193Le docteur Bebey-Eyidi, directeur de L'Opinion du Cameroun, pour avoir publié en mai 1957 des articles d'Um Nyobé fut arrêté deux mois. Le journal fut interdit en juin 1959 par le gouvernement Ahidjo, ainsi que six autres journaux favorables à l'UPC comme La Nation Kamerounaise, Kemerun, mon pays... Le climat de guerre civile entretenu par l'action clandestine de l'UPC avait limité la liberté de la presse avant même l'indépendance.

194La presse contribue au Togo à la naissance de la vie politique après la Deuxième Guerre mondiale. Les Ewés, parmi lesquels se recrutaient les nationalistes en majorité, lancèrent des journaux imprimés en zone anglaise. The Ewé News Letter, Ewé Dispatch, et en français La Lumière, 1953-1955, l'Unité Togolaise, 1956-1959, le Phare du Togo, 1957, Le Flambeau de la Vérité, 1957-1958.

  • 39 AHONTO.

195Regroupés en 1951 au sein du Comité d'Unité Togolaise, ils réclament l'unification des deux Togo français et britannique ; ils s'opposent au Parti Togolais du Progrès (PTP), majoritaire avec l'appui de l'administration française après les élections liées à l'autonomie interne obtenue en 1956. Le PTP avait lancé La Flèche, 1955-1957, La Voix du centre, 1955, Notre Combat, 1957. Il y avait donc un développement de la presse, tandis que l'administration coloniale faisait paraître Togo Français, puis, après 1955 Togo Républicain. Les syndicats avaient aussi développé une presse chronique syndicale du Togo, 1948-1955, Travailleur togolais, 1948-195539.

196La presse africaine n'apparaît véritablement qu'après la Seconde Guerre mondiale dans plusieurs régions d'Afrique Noire.

197Au Congo-Brazzaville, des journaux sont toujours destinés d'abord à la population d'origine européenne. L'AEF, fondé en juin 1943, imprimé par un journal de Léopoldville, fut assez irrégulier et dura jusqu'en 1949. L'Etoile de l'AEF, qui s'était interrompue en 1939, reprit de 1946 à 1950, défenseur de la colonisation. Faisant suite à L'Equateur qui s'était voulu quotidien en 1950, fut lancé en 1952, France Equateur, publié de 1952 à 1958 trois fois par semaine, par Yayle et Vial ; celui-ci s'adresse aussi aux Africains, écrivant le 15 janvier 1955. « Africains nous avons besoin de vous : voici votre journal ».

198AEF Nouvelle est l'organe du Parti Progressiste Congolais de Félix Tchikaya, c'est un hebdomadaire imprimé à Paris entre 1948 et 1949, tirant à 2 000 exemplaires, avec plus de nouvelles internationales que locales. Après décembre 1949, le RDA collabore davantage avec l'administration française et publie l'Informateur africain. D'autres organes s'adressaient aux « émancipés » comme Carrefour des jeunes ou Liaison de 1950 à 1959.

199Les missionnaires continuaient à rédiger ou à fonder des journaux. Le Père Le Gall avait déjà animé un bimensuel Brazzaville de 1950 à 1952 quand il fonda La Semaine de l'AEF devenue plus tard La Semaine africaine en septembre 1952. Imprimé d'abord à Léopoldville puis à partir de décembre 1953 à l'Imprimerie Centrale de Brazzaville, le tirage passa de 2 500 en 1952 à 6 000 en 1958 ; outre les questions religieuses, on y trouvait de nombreux articles sur les questions sociales, faisant écho à la CFTC et le compte rendu d'une actualité locale.

200Bien que peu nombreux les Musulmans eurent aussi leur journal, Islam AEF, un hebdomadaire lancé à Brazzaville de 1954 à 1956, remplacé par Climats.

201La loi cadre de 1956 et la formation de partis politiques africains amenèrent la formation d'une presse politique. L'Union Démocratique pour la Défense des Intérêts Africains, UDDIA de Fulbert Youlou avait pour organe Le Progrès et recevait aussi le soutien de AEF cette semaine, un hebdomadaire de Jayle et du Petit journal de Brazzaville, le journal d'un Français, Senez. L'Essor soutenait le Mouvement socialiste africain de Jacques Opangault. France Equateur devait fusionner en 1957 avec l'Avenir pour donner France Equateur Avenir paraissant trois fois par semaine, puis hebdomadaire en 1958. Ce journal soutenait aussi Fulbert Youlou.

202Le nombre relativement élevé de publications ne doit pas cacher qu'il y avait peu de lecteurs africains pour cette presse qui joua un rôle mineur dans l'émancipation des Congolais.

203En Guinée la presse apparut surtout après la guerre. Le parti démocratique de Guinée, PDG, eut un organe paraissant irrégulièrement entre 1947 et 1950, Coup de Bambou, et plus important, La Liberté, lancé en 1950, tirant en moyenne en 1958 à 3 000 exemplaires, qui devait s'arrêter en 1958.

204Le premier quotidien d'information du Mali, Soudan-Matin fut lancé en 1950 par un Français, Guy Etcheverry, proche du RDA ; ronéotypé à 500 exemplaires, saisi à plusieurs reprises, il disparut en 1956 après l'expulsion de son fondateur.

205A la veille des Indépendances, Joseph Coulibaly lance le Courrier du Soudan et Bakary Traoré, Soudan Presse.

206La Haute-Volta, qui n'avait guère connu que Trait-d'Union, un journal catholique dans les années trente, vit une dizaine de titres entre 1946 et 1960. Le principal organe d'information fut l'Observateur, lancé en 1955.

3. En Afrique lusophone

  • 40 ROCHA.

207La presse dans les colonies portugaises reste très influencée par l'Eglise catholique, divisée en deux tendances. L'archevêque de Lourenço Marquès au Mozambique, autoritaire, racheta en 1956 Lourenço Marques Guardian, l'ancien organe de langue anglaise qu'il transforma en Diario, publié en portugais et en anglais. L'évêque de Beira, plus libéral avait fondé en 1950 Diario de Moçambique ; contre son hebdomadaire A Voz Africana, la Companhia de Moçambique, la principale société de commerce avait lancé Noticias da Beira et finalement s'en rendit maître dans les années soixante40.

208Il y avait deux quotidiens à Lourenço Marques Noticias et Tribuna, lancé en 1962 par Joao Reis et un groupe de libéraux (Noirs, Blancs et Métis). La Banco Nacional Ultra Marino BNU en prit le contrôle après 1964 et réduisit leurs critiques.

209A la fin des années cinquante, A Voz de Moçambique, un hebdomadaire, fut lancé par l'Associacao dos Naturais de Moçambique, des Blancs modérés ; mais le journal fut de plus en plus censuré quand la guerilla s'établit au nord du pays en 1964 avec le mouvement nationaliste Frelimo. L'administration coloniale multiplia les arrestations, Joao Reis, puis Honwana, le rédacteur de A Voz Africana, et, en 1965, Domingos Arouca, le directeur de O Brado Africano.

210Après le retrait de Salazar, malade en 1968, Caetano donna quelques signes de libéralisation ; Rui Knopfli devint le directeur de Tribuna, mais le 15 août 1974, un commando d'extrême droite détruisit les imprimeries de son journal et de Noticias.

211En Angola, des assimilados et le poète Viriato da Cruz purent lancer en 1948 un périodique littéraire, Mensagem (Le Messager), mais l'autorisation lui fut retirée après le deuxième numéro, bien qu'il s'agisse de poésie ; il exprimait le vœu de « déportugaliser » l'Angola.

212La situation fut de plus en plus tendue après le début de la guérilla nationaliste commencée le 4 février 1961 par l'attaque de la prison de Luanda. Il en résulta une sanglante répression, seuls les journaux exprimant l'opinion gouvernementale portugaise pouvaient paraître ; en 1967, il y avait quatre quotidiens et un hebdomadaire à Luanda.

  • 41 DROUILLET.

213L'Ethiopie dès la fin de la guerre avait vu paraître plusieurs journaux ; le rôle des Anglais dans la libération du pays amène une presse éthiopienne de langue anglaise avec Ethiopian Star et surtout à partir de 1943 The Ethiopian Herald qui se développa surtout dans la direction de 1945 à 1961 de David Abner Talbot, un journaliste noir américain : d'abord hebdomadaire, le journal devint quotidien en avril 1958 ; Talbot participa aussi au mensuel The Ethiopian Review lancé en 1944. L'année 1958 vit aussi deux autres hebdomadaires se transformer en quotidiens Addis Zemen et The Voice of Ethiopia avec une édition en amharique Ye Itiopia Demtse41.

214Dans l'Ethiopie, très centralisée, les publications sont presque toutes publiées à Addis-Abeba (21 sur 24 entre 1941 et 1960), 3 seulement à Asmara. L'analphabétisme limite l'influence de la presse qui ne s'adresse guère qu'à des cadres dirigeants.

Notes

1 BEHN, PRAKKE, JUNGE et DRESLER A. Die Deutschen Kolonien und die Presse, Wurzbourg : 1942.

2 ROCHA et aussi MARGARIDO Alfredo, « Littérature et nationalité », Politique africaine no 29, ISAAC Allen et Barbara, Mozambique from Colonialism to Revolution 1900-1982, Boulder, Colorado : 1983.

3 DROUILLET.

4 AINSLIE et BARTON, cf. aussi OMU F. « The Dilemna of Press Freedom in Colonial Africa. The West Africa Exemple. » Journal of African History, 1968-2.

5 OMU.

6 OMU et BARTON.

7 Nous avons emprunté à Omu tout ce qui concerne le Nigéria dans ce chapitre.

8 AINSLIE et SWITZER.

9 BARTON.

10 AINSLIE et BEHN

11 DIA.

12 LEYMARIE Ph., CHAIGNEAU P., RANDRIAMBOAVINJY.

13 BERLAGE

14 BARTON et SWITZER.

15 OMU.

16 Le Dr. Azikiwe occupe une place importante à la fois dans l'histoire de la presse et dans l'histoire politique du Nigéria. Cf. surtout son autobiographie My Odyssey, Londres, 1950. Il avait déjà publié en 1961 à Cambridge une sélection de ses discours ; et aussi Jones-Quartey K.A.B., A Life of Azikiwe, Penguin Books, 1965.

17 DIA A.T., BOULEGUEM., BERNARD-DUQUENET Nicole, Le Sénégal et le Front Populaire, L'Harmattan, 1985.

18 CHAIGNEAU, LEYMARIE.

19 ADISSODA. Cf. aussi GLELE Μ. A., Naissance d'un Etat noir, le Dahomey, 1963, ainsi que HARDY G., Le RP Aupiais, 1949.

20 BEHN et BAYART. GARDINIER David E., Historical Dictionary of Gabon, Londres : Methuen, 1981.

21 La République gabonaise. Notes et études documentaires, no 2795, 10 juillet 1961, Paris : Documentation française.

22 ESSAKOMBA.

23 KABEYA.

24 BART A.

25 ROCHA.

26 ISAACMAN Allen et Barbara, op. cit.

27 DROUILLET.

28 EWUMBUE-MONONO Churchill, « The Mass Media and Regional Integration in Africa », Africa Media Review, 1991, vol. 5-1.

29 AINSLIE, BARTON, BEHN, AGBAJE pour le Nigeria.

30 AINSLIE.

31 TOMASELLI, SWITZER.

32 BEHN, BARTON.
En 1954 un organe proche d'un parti opposant et de l'ancien président Edwin Barclay avait été lancé par une américaine naturalisée, Berthe Corbin, The Independant Weekly qui ne dura qu'un an.

33 KOUME.

34 KABEYA.

35 BART.

36 COULIBALY T.

37 Documentation Française 1963. Situation de la presse dans les Etats de l'Union Africaine et Malgache.
CHAIGNEAU et surtout RABEARIMANANA Lucile. « Presse d'opinion et luttes nationalistes à Madagascar de 1915 à 1936 ». Revue d'études historiques de l'Université de Madagascar 1977-5-6 et La Presse d'opinion à Madagascar de 1947 à 1956, Tananarive, 1980, ce livre est la publication d'une thèse soutenue à Paris, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

38 SAH LI.

39 AHONTO.

40 ROCHA.

41 DROUILLET.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search