Version classiqueVersion mobile

Feuilles d’Afrique

 | 
André-Jean Tudesq

Première partie. Le passé de la presse africaine

Le passé de la presse Africaine

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les premiers journaux qui ont vu le jour en Afrique étaient des journaux anglais ou français en Afrique, plus que des journaux africains : non seulement par leurs promoteurs ou le public auquel ils étaient destinés, mais aussi par leur contenu.

2Ce type de presse a continué jusqu'au deuxième tiers du XXe siècle tandis que se développent une presse pour les Africains et une presse des Africains. Mais cette emprise des Européens, commencée avant même l'expansion coloniale, amplifiée avec elle, a contribué à donner des aspects différents à la presse selon les politiques coloniales ; cinquante ans après les indépendances, des différences sensibles existent entre les journaux des zones anglophones.

3La presse, avec toute la diversité des publications qui la constitue, est une des principales formes de pénétration de l'écrit dans l'Afrique sub-saharienne. Elle a connu des évolutions techniques comparables à celles de la presse européenne, mais atténuées et retardées, ne bénéficiant que très rarement d'une demande accrue de lecteurs potentiels ; ceux-ci, citadins et alphabétisés ne représentent qu'une minorité longtemps très réduite.

  • 1 Il a existé aussi une presse destinée à intéresser l'opinion des métropoles même avant la Première (...)

4L'influence des pays européens a été d'autant plus profonde — même après les indépendances — que les journaux africains étaient tributaires d'équipements, de matériel, de papier même importés ; mais aussi des journaux européens étaient et sont encore diffusés en Afrique, tandis que des Africains publient en Europe une presse destinée en partie à l'Afrique1.

5La presse a joué un rôle important, en Afrique dans les relations entre métropoles et colonisés ; elle a été un instrument utilisé par les Africains dans les négociations ou les combats pour l'indépendance. Cette situation explique aussi la lenteur de sa pénétration dans les sociétés traditionnelles et rurales. La lecture —à moins qu'elle ne soit collective— est un acte individuel qui isole et qui va à l'encontre de la vie communautaire et de l'oralité.

6Même si les difficultés financières ont provoqué souvent la disparition de journaux dont l'existence fut éphémère, la presse —aussi bien à l'époque coloniale que dans les Etats indépendants— en Afrique était plus préoccupée de la dimension politique que de la dimension économique de l'information.

  • 2 On trouvera une réflexion récente sur ces problèmes dans Pius Ngandu Nkashama, « Médias et langues (...)

7L'histoire de la presse ne peut être séparée de l'évolution politique, sociale et culturelle des sociétés ; technique importée, produit des villes nouvelles modernisées par l'occidentalisation, liée à la scolarisation diffusant une langue qui n'était pas, le plus souvent, maternelle, l'étude de la presse africaine rencontre les problèmes linguistiques qui la relient aux problèmes contemporains complexes de la dépendance et de l'identité culturelle2.

Notes

1 Il a existé aussi une presse destinée à intéresser l'opinion des métropoles même avant la Première Guerre mondiale, en Allemagne, en Angleterre et en France par exemple la Dépêche coloniale fondée en 1896 et la Presse coloniale lancée en 1906.

2 On trouvera une réflexion récente sur ces problèmes dans Pius Ngandu Nkashama, « Médias et langues africaines », in Information et media en Afrique Noire. Mondes en développement, no 73,1991. Cf. aussi Rotimi Badejo, « Multilinguism in Africa sub Sahara », Africa Media Review, 1983-3-2.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search