Version classiqueVersion mobile

L’audience des médias en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

Conclusion générale

Texte intégral

1Les médias accompagnent de plus en plus les différentes étapes de la vie quotidienne. Ainsi les remous dans le paysage audiovisuel français sont-ils devenus des événements. Mais les évolutions dans le domaine de l’information et de la communication se produisent lentement dans le public, même s’il faut parler plutôt des publics.

2Une analyse de l’enquête de 1986 Comment communiquent les Aquitains indique les moyens utilisés pour s’informer, selon le media et selon l’aire géographique d’information.

Moyens utilisés pour s’informer sur

Moyens utilisés pour s’informer sur

N = 1410

3On constate que c’est surtout au niveau de la vie locale que l’on trouve le plus fort pourcentage n’ayant recours à aucun des supports, surtout dans les zones rurales (10,6 %) où l’on a sans doute davantage recours à la communication interpersonnelle ou de proximité (téléphone). La principale source d’information sur la vie de la commune ou du département reste la presse quotidienne suivie par la radio, en raison des radios locales de Radio France ; toutefois dans les zones rurales, la télévision l’emportait sur la radio comme moyen d’information sur le département sans doute avec le journal régional de FR3-Aquitaine. C’est aussi dans les zones rurales que la télévision apparaît comme le meilleur moyen de s’informer sur la région (67,7 % contre 43,3 % par le quotidien). La prépondérance de la télévision apparaît plus sensible encore pour la vie nationale et la vie internationale, suivie en second, loin derrière par la radio. C’est dans les villes moyennes que le quotidien joue le plus son rôle d’information sur la vie nationale et internationale (toujours après la télévision).

4Les moyens utilisés tiennent compte aussi du souci de s’informer, très variable selon les zones d’habitation ; toujours dans la même enquête, près des trois quarts des habitants des zones rurales étaient intéressés par la vie de leur commune, contre un peu plus de la moitié seulement dans les grandes villes ; les habitants des villes moyennes étaient les plus intéressés à tous les niveaux aussi bien pour la vie de leur commune (75,6 %), que pour la vie nationale (81,4 %) ou la vie internationale (74,3 %).

5Il n’est pas évident que l’extension des compétences des collectivités territoriales qui s’effectue depuis une dizaine d’années, ait entraîné une demande accrue d’information. La notion d’information régionale reste toujours imprécise, variant entre tout ce qui se passe dans la région et ce qui se déroule uniquement au niveau régional, dans l’orbite du Conseil régional. Quant à l’information locale, elle se définit différemment selon qu’elle est conçue comme une information sur le local, par le local ou, de façon à la fois plus large et plus subjective, comme une information pour le local.

6La part du local ou du régional ne concerne qu’une partie de l’audience des médias, importante surtout dans la presse écrite. En dépit de la prépondérance de la télévision, le quotidien régional reste le principal moyen d’information avec une pénétration supérieure à la moyenne dans les Pyrénées-Atlantiques et dans les Landes.

7La forte domination du Groupe Sud-Ouest dans la presse écrite s’accompagne d’une proportion plus forte de lecteurs âgés de 50 ans et plus.

8L’étude de 1989, celle de Media locale, ayant mis l’accent sur le lecteur des villes, l’importance du lectorat dans les milieux ruraux apparaît peu, or ceux-ci représentent en Aquitaine une proportion supérieure à la moyenne ; surtout si l’on considère qu’une partie appréciable des « inactifs », travaillent dans l’agriculture (notamment des paysannes). Les enquêtes sur le monde agricole, qui se sont multipliées au fur et à mesure que celui-ci se réduisait en nombre, montrent que la presse quotidienne est devenue un moyen privilégié d’information des agriculteurs. La presse quotidienne régionale contribue à construire une image de l’agriculture locale et à faire reconnaître, par l’Administration les représentants des agriculteurs.

9Les hebdomadaires de province ont une diffusion plus faible que la moyenne nationale sauf en Lot-et-Garonne ; ils sont diffusés dans moins de 10 foyers sur 100 (et même 4,6 dans les Landes).

10Ainsi le poids régional, dans la presse écrite, est surtout représenté par le quotidien ; au niveau des hebdomadaires et autres périodiques, la presse nationale, notamment la presse des programmes de télévision, apparaît dominante.

11La lecture des quotidiens parisiens en 1991, selon les statistiques publiées dans la Correspondance de la presse, tend plutôt à baisser. C’est dans les Pyrénées-Atlantiques qu’elle est la plus élevée. Mais la diffusion des périodiques nationaux limite de plus en plus le caractère régional de la diffusion de la presse.

12Si la lecture de la presse quotidienne a été l’objet d’un lent renversement d’attitude chez les ruraux, qui, de faibles lecteurs sont devenus des lecteurs réguliers, et si les évolutions concernant l’ensemble de la presse sont souvent très lentes, les changements dans l’audience de la radio ont donné lieu à des mutations bien plus rapides au cours des années 80. La connaissance de l’audience des radios locales, dans un premier temps sous-estimée, est devenue un enjeu et un objet conflictuel. L’originalité de l’Aquitaine tient à une plus grande écoute des stations de Radio-France. Europe 1 et RTL traditionnellement moins bien perçues et moins écoutées n’ont guère profité de leur passage sur la bande FM.

13De nombreuses enquêtes suscitées par des radios locales privées sont peu fiables, contradictoires et dans l’ensemble ne peuvent guère être comparées, ce qui donne toute sa valeur a contrario aux enquêtes menées par Médiamétrie à la fin de 1986 et en 1989. Alors que la pratique de la lecture des journaux ne semble évoluer que lentement, l’audience de la radio est plus mobile ; les radios locales de Radio-France se sont rapidement bien implantées dans les villes moyennes comme Périgueux et Mont de Marsan ; plus rapide encore l’écoute élevée de France-Info dès 1989.

14Même si le poids de la télévision est plus lourd dans l’opinion, son audience apparaît plus stable. L’étude a été achevée avant la disparition de La Cinq (dont l’audience en Aquitaine était nettement inférieure à la moyenne nationale). La progression de l’audience de TF1, le recul de celle de FR3 entre 1986 et 1989 s’accordent avec ce qui se passe dans les autres régions. Les disparités plus sensibles dans l’audience de M6 tiennent sans doute aux « 6 minutes » à Bordeaux.

15L’introduction plus récente du câble et sa lente pénétration à Bordeaux encore en 1989 l’ont fait écarter de l’étude. L’initiation aux nouvelles techniques — qui n’entrait pas dans le cadre de la présente étude — se fit souvent sur le lieu de travail, en rapport avec la vie professionnelle. Les entreprises sont plus sensibles aux nouveautés, peut-être parce qu’en période de difficultés, elles voient dans des techniques nouvelles de communication (Minitel, Fax...) un modernisme propice à la solution de leurs problèmes.

16Dans les années à venir, l’audience de la télévision devra tenir compte à la fois du câble, de la télévision par satellite qui actuellement lui est le plus souvent associée et du magnétoscope qui est surtout une autre manière de consommer la télévision puisque l’enregistrement d’émission est au moins aussi courant que l’achat ou la location de vidéo.

17Les enquêtes locales, tout comme l’information locale représentent un coût élevé, sans résultats immédiats visibles. Aussi tendent-elles à se raréfier par rapport aux enquêtes nationales intégrant une dimension régionale. La pratique des audiences n’est qu’un aspect de la réception. Il nous a semblé qu’il était intéressant d’en présenter les données dans une période d’effervescence des médias, et dans un cadre régional. Il faudrait des études comparables dans d’autres régions (il commence à en exister) pour pouvoir dégager, s’il y a lieu, des éléments d’originalité dans la pratique des audiences en Aquitaine.

Table des illustrations

Titre Moyens utilisés pour s’informer sur
Légende N = 1410
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search