Version classiqueVersion mobile

L’audience des médias en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

L’audience de la télévision en Aquitaine en 1989

Noble Akam et Danielle Bahu-Leyser

Texte intégral

I - LA RECEPTION DE LA TELEVISION

1.1. LE PAYSAGE TELEVISUEL AQUITAIN EN 1989

1En 1989, le paysage télévisuel aquitain est, dans ses grandes lignes, à l’image du paysage télévisuel français, principalement partagé entre les six grandes chaînes nationales de télévision hertziennes.

2TFI et Antenne 2, représentant le service public, couvrent l’ensemble de la région, ce qui est également le cas de l’autre chaîne publique FR3 mais avec des nuances concernant les émissions à diffusion régionale. Les émissions régionales de FR3 Aquitaine ne couvrent que 92 % des foyers aquitains et seulement 87 % des zones rurales. Selon leur situation géographique, les Aquitains ne peuvent donc pas tous recevoir les émissions de la station FR3 de Bordeaux, mais ils peuvent par contre capter les émissions de la région toulousaine. Une partie des départements du Lot-et-Garonne, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques sont concernées par ce phénomène. Au delà des contraintes techniques réelles, il semble qu’une proportion non négligeable de téléspectateurs, par affinité culturelle ou proximité sociale et économique, choisit de regarder les émissions de FR3 Toulouse plutôt que celles provenant de Bordeaux.

3A ces trois chaînes nationales sont venues s’ajouter Canal plus en 1984, La 5 en février 1986 et la sixième chaîne de télévision en mars 1986, TV6 devenue M6 en 1987. Toujours présentes en 1989, ces trois chaînes privées ont augmenté leur zones de couverture sans pour autant être reçues sur l’ensemble de la région. Selon les Médialocales 1989 de Médiamétrie, 79,9 % des Aquitains initialisent La 5, 72,9 % M6 et 60,8 % seulement Canal Plus, pour 20.2 % d’abonnés.

4M6, diffuse depuis janvier 1989, sur Bordeaux un journal télévisé local de six minutes, en décrochage de son programme national.

5Même si leur audience reste très marginale, il faut aussi tenir compte des chaînes étrangères reçues sur les franges frontalières du sud de l’Aquitaine. Les téléspectateurs les plus proches de l’Espagne peuvent capter les programmes hispaniques, c’est-à-dire, les deux chaînes nationales publiques espagnoles et les deux chaînes basques, l’une émettant en euskera, l’autre en castillan. Mais, en raison de la situation montagneuse de la région et du refus des autorités françaises de permettre l’installation de réémetteurs, cette réception difficile, ne concerne qu’un nombre restreint de téléspectateurs, bien équipés et particulièrement motivés.

6Enfin pour être complet il faudrait ajouter les chaînes thématiques et étrangères également diffusées sur les réseaux câblés présents en 1989 en Aquitaine (Biarritz, Bordeaux, Villeréal). Là encore, elles ne concernent en 1989 qu’un nombre très réduit de téléspectateurs dont les pratiques n’ont pas la possibilité d’influer sur les mesures d’audience au niveau régional.

1.2. PRESENTATION DE L’ECHANTILLON

7L’enquête médialocales sur l’audience télévisuelle en Aquitaine a été réalisée de février à décembre 1989, par interviews téléphoniques, dans le cadre général de l’enquête 75 000 de Médiamétrie auprès d’un échantillon de 22 182 individus dont 47,5 % d’hommes et 52,5 % de femmes. Les variables descriptives suivantes ont été prises en compte : l’âge, la taille de la commune, le niveau d’instruction, les PCS de façon simplifiée en 7 catégories, les équipements TV et les caractéristiques de la réception des chaînes.

  • 1 Nous l’appellerons agglomération de Bayonne ou B.A.B.

8La représentativité de l’échantillon n’est pas assurée de la même façon pour la région aquitaine et pour les agglomérations. Il y a six échantillons différents : un pour les communes rurales de la région aquitaine et un pour chaque agglomération principale : Agen, le district Bayonne-Anglet-Biarritz1, Bordeaux, Pau, Périgueux. Le pourcentage des communes rurales est de 26,5 % et celui des agglomérations représente 73,5 %. Pour les agglomérations, nous utiliserons les effectifs pondérés suivants :

Agen

495 individus

B.A.B.

1 076 individus

Bordeaux

5 325 individus

Pau

1 083 individus

Périgueux

486 individus

Tableau no 1. Poids des femmes dans l’échantillon aquitain

Tableau no 1. Poids des femmes dans l’échantillon aquitain

Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989

9A l’exception de Bayonne, on compte un peu plus de ménagères et aussi plus de femmes actives.

Tableau no 2. Statut social des femmes d’Aquitaine

Tableau no 2. Statut social des femmes d’Aquitaine

Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989

10Bayonne apparaît comme l’agglomération la moins jeune des grandes agglomérations d’Aquitaine et aussi comme la plus ouvrière avec Agen, mais la plus peuplée d’inactifs, Agen s’avérant, à l’inverse la plus dynamique au plan économique :

Tableau no 3. Les traits dominants de la population aquitaine

Tableau no 3. Les traits dominants de la population aquitaine

Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.

1.3. Equipements en téléviseurs

11Si les Aquitains s’avèrent mieux équipés en récepteurs TV que le reste des Français, il semblerait que ce soit dans les campagnes ou les petites communes, car les grandes villes font apparaître un déficit au niveau du monoéquipement TV par rapport à l’ensemble de la région, même si les proportions s’inversent pour le multiéquipement et les magnétoscopes (surtout à Périgueux).

Tableau no 4. L’équipement télévisuel en Aquitaine

Tableau no 4. L’équipement télévisuel en Aquitaine

Source : Enquête Médialocales TV-Médiamétrie, 1989.

12Cet engouement pour le multi-équipement radio et pour les magnétoscopes trouve un début d’explication dans le retard que connaissent Périgueux et ses environs, par rapport aux autres villes d’Aquitaine pour l’initialisation de Canal +, La 5 et surtout M6.

Tableau no 5. Taux d’initialisation des nouvelles chaînes de télévision en Aquitaine

Tableau no 5. Taux d’initialisation des nouvelles chaînes de télévision en Aquitaine

Source : Enquête Médialocales TV-Médiamétrie, 1989.

II - L’AUDIENCE DE LA TELEVISION EN AQUITAINE

2.1. Comparaison des audiences France entiere/Aquitaine (Mediamétrie)

2.1.1. Les audiences cumulées

13Globalement, les Aquitains semblent un peu plus « accrochés » à leurs récepteurs que la moyenne des Français, puisque 85,3 % des résidents de la région regardent la télévision au moins une fois par jour, contre 80,3 % de la population de l’Hexagone.

14Pourtant, au-delà de ce constat brut, chaque chaîne est regardée par moins d’Aquitains que par le reste des Français ; et les écarts sont significatifs, puisqu’ils se répartissent de-8,4 points pour TF1 à-22 points pour FR3.

Tableau no 6. Première comparaison des audiences aquitaines et nationales

Tableau no 6. Première comparaison des audiences aquitaines et nationales

Source : Enquête Médialocales-Médiamétrie, 1989.

15On peut remarquer le beau « tri groupé » des trois chaînes TF1, A2 et FR3, qui améliorent chacune leurs scores aquitains de 27 minutes par rapport à leurs scores nationaux.

2.1.2. Les parts de marché

16A la différence des radios, les chaînes de télévision gardent, en Aquitaine, leurs positions nationales, avec toutefois quelques variations par rapport à leurs valeurs « France entière ».

Tableau no 7. Comparaison des parts de marché aquitaines et nationales

Tableau no 7. Comparaison des parts de marché aquitaines et nationales

Sources : Enquêtes Médiamat, Médiamétrie et Médialocales-Médiamétrie 1989

17TF1, Antenne 2 et Canal Plus présentent des scores régionaux légèrement supérieurs à ceux du territoire national. En revanche, FR3, M6 et surtout La 5 se situent en deçà de leurs parts de marché nationales, mais les différences ne sont pas significatives.

18La comparaison des audiences cumulées nationales et régionales de l’enquête multimedia 1989 du CESP fait apparaître des écarts en contradiction avec les écarts constatés à partir de l’enquête Médiamétrie :

Tableau no 8. Deuxième comparaison des audiences aquitaines et nationales

Tableau no 8. Deuxième comparaison des audiences aquitaines et nationales

Source : CESP multimedia 1989-1990

19Ce décalage entre les résultats de Médiamétrie et ceux du CESP s’explique par la différence des méthodes de collecte d’information de Médiamétrie entre les niveaux national et régional. De fait, depuis janvier 1989, les familles constituant le panel national de Médiamétrie sont équipées d’un système de mesure d’audience individuelle, appelé audimètre à boutons-poussoirs. Au contraire, les personnes composant l’échantillon régional sont interrogées selon les méthodes classiques de l’interview téléphonique ou en face à face, comme cela se faisait précédemment au niveau national, dans le cadre de l’enquête 55 000 de Médiamétrie.

Tableau no 9. Décalage entre les résultats d’audience des panels 55 000 et Médiamat

Tableau no 9. Décalage entre les résultats d’audience des panels 55 000 et Médiamat

Sources : Enquête Médiamat-Médiamétrie 1989.

20Inversement, la similitude des méthodes de collecte du CESP, aux niveaux national et régional, conduit à des résultats qui nous paraissent plus cohérents pour comparer les audiences cumulées obtenues sur l’ensemble du territoire et celles obtenues en région Aquitaine. Ces résultats montrent bien qu’hormis La 5 et M6, les chaînes de télévision sont davantage regardées dans le Sud-Ouest que dans le reste de notre pays.

2.1.3. Les durées d’écoute par auditeur

21Un paradoxe inverse à celui de l’audience cumulée caractérise les durées d’écoute par auditeur (DEA). Alors que la durée d’écoute moyenne par auditeur pour l’Aquitaine est pratiquement la même que celle de la France entière, chaque chaîne bénéficie d’un temps d’écoute par auditeur supérieur à ceux enregistrés dans le reste de notre pays, avec des écarts compris entre + 15 mn pour La 5 et + 45 mn pour Canal Plus.

Tableau no 10. Comparaison des DEA aquitaines et nationales

Tableau no 10. Comparaison des DEA aquitaines et nationales

Source : Médiamétrie 1989 par Médiamat.

22Cela s’explique par le fait que, contrairement aux résultats obtenus pour les audiences cumulées, le passage, chez Médiamétrie, de l’enquête 55 000 à la méthode Médiamat n’a pratiquement pas affecté les résultats nationaux des parts d’audience ou parts de marché des chaînes de télévision.

2.2. L’audience en Aquitaine avant 1989

23Le rappel du contexte antérieur permet de mieux situer les pratiques télévisuelles des Aquitains en 1989. Deux études ont été réalisées pour les Universités d’été de la communication organisées par le Centre Régional d’Education Populaire et d’Action Culturelle d’Aquitaine (CREPAC) :

  • en 1984, Les Aquitains et la pratique des nouveaux média, étude conçue et analysée par le CESTA et réalisée par l’IFOP,
  • en 1986, Comment communiquent les Aquitains ? étude conçue et analysée par le Laboratoire Associé des Sciences de l’Information et de la Communication (LASIC) et réalisée sur le terrain par SAGA.

24En 1984, près de 9 Aquitains sur 10 écoutent, en semaine, la télévision tous les jours ou presque tous les jours. Cela est particulièrement vrai pour les Landais, chez qui l’on dénombre 95 % d’assidus, les 65 ans et plus (93 %) et les inactifs (92 %). En fait, il n’y a guère qu’à peine plus de 2 % de la population qui ne regarde jamais la télévision en semaine.

25La chaîne préférée des Aquitains est Antenne 2, regardée par un peu plus du tiers d’entre eux (34 %), cette proportion atteignant 43,5 % dans les Pyrénées-Atlantiques. TF1 recueille 12 % des suffrages, avec une pointe de 18 % chez les 65 ans et plus. Quant à FR3, elle n’obtient la préférence que de 9 % des habitants de la région aquitaine, cette préférence étant principalement le fait des 25-34 ans (17 %) et des ouvriers (16 %).

26Pour 83,5 % des téléspectateurs aquitains, ces préférences semblent identiques à celles de 1982. En revanche, 13,5 % semblent avoir changé d’avis. Ce changement a surtout affecté TF1 au bénéfice d’Antenne 2, puisqu’en deux ans, les préférences des Aquitains concernés s’inversent entre les deux chaînes. Cela apparaît clairement dans le tableau ci-dessous :

Tableau no 11. Evolution des préférences des Aquitains envers les trois chaînes nationales

Chaînes de TV

Préférences en 1982

Préférences en 1984

TF1

52 %

10 %

A2

8 %

59 %

FR3

13 %

11 %

D’après : CESTA-IFOP, 1984 : le CESTA fait référence à l’étude du CEO de 1982

27L’évolution du paysage télévisuel aquitain entre 1984 et 1986, la création de Canal +, de La Cinq et de la sixième chaîne de télévision, se répercutent sur les fréquences d’écoute des chaînes. Ainsi, en semaine, 81,5 % des Aquitains déclarent écouter Antenne 2 tous les jours ou presque. Ils sont 77 % à le faire pour TF1 et 67 % pour FR3 Aquitaine. Les autres taux d’écoute chutent ensuite brutalement : 11 % pour Canal +, 2,3 % pour La 5,1 % pour TV6 et pas tout à fait 2 % pour les chaînes de télévision espagnoles et basques.

28Pour FR3 Aquitaine, on constate une évolution dans un sens positif par rapport à 1984. De fait, à cette date, seulement 35,3 % de la population déclarait l’écouter tous les jours ou presque, tandis que le pourcentage de ceux qui ne l’écoutent jamais a diminué de moitié, passant de 10,8 % à 5,3 %. Le tableau ci-après illustre cette meilleure audience de FR3 :

Tableau no 12. Fréquence d’écoute de FR3 en Aquitaine

Fréquence d’écoute de FR3

1984 (CESTA)

1986 (LASIC)

Ecarts

Tous les jours

14,4 %

34,1 %

+ 19,7 %

Presque tous les jours

20,9 %

32,6 %

+ 11,7 %

1 ou 2 fois par semaine

39,8 %

20,3 %

-19,5 %

Moins souvent

14,1 %

7,7 %

-6,4 %

Jamais

10,8 %

5,3 %

-5,5 %

Sources : études CESTA-IFOP, 1984 et LASIC-SAGA, 1986.

29Mais cette amélioration de la fréquence d’écoute de FR3 se répercute diversement selon les types d’émissions. Ainsi, entre 1984 et 1986, les Aquitains semblent redécouvrir l’attrait du journal de FR3, dont la fréquence totale d’écoute passe, en deux ans, de 35,7 % à 62,6 %, ce qui lui confère un peu plus d’un quart d’audience supplémentaire. En particulier, et cela apparaît clairement dans le tableau ci-après, la proportion des Aquitains qui écoutent tous les jours ou presque le journal du soir de la chaîne régionale est passé de 18 % en 1984 à 33,5 % deux ans plus tard.

Tableau no 13. FR3 - Fréquence d’écoute du Journal de 19 H en Aquitaine

Tableau no 13. FR3 - Fréquence d’écoute du Journal de 19 H en Aquitaine

* Le journal était présenté à 19 heures en 1984 et à 19 H 15 en 1986.
Sources : CESTA-IFOP 1984 ; LASIC-SAGA 1986.

30En revanche, l’écoute du magazine du 12-13 H, déjà faible en 1984, s’effondre en deux ans, puisque les 84,5 % des Aquitains qui boudent complètement cette émission en 1984, se retrouvent à 91 % en 1986. Parallèlement, les quelque 5,5 % d’adeptes réguliers du 12-13 H de 1984 ne sont plus que la moitié, deux ans plus tard. Le tableau ci-après résume ce déclin :

Tableau no 14. FR3-Fréquence d’écoute du magazine de la mi-journée en Aquitaine

Tableau no 14. FR3-Fréquence d’écoute du magazine de la mi-journée en Aquitaine

Sources : études CESTA-IFOP, 1984 et LASIC-SAGA, 1986.

31La dégradation de l’écoute des informations régionales semble encore plus flagrante que celle du magazine de 12-13 H. De fait, en 1986,83 % des Aquitains affirment ne jamais regarder les informations régionales, alors qu’ils n’étaient que 9,6 % en 1984.

32Enfin, si FR3 ne reçoit, dans l’ensemble, qu’un accueil mitigé, les projets d’implantation de réseaux câblés dans les agglomérations de Bordeaux, de Pau et du BAB (Bayonne-Anglet-Biarritz) suscitent un intérêt grandissant de la part des populations locales. En 1984,50,7 % des Aquitains se disent très intéressés ou plutôt intéressés par ces projets, contre 46 % qui se disent pas ou peu intéressés

33En deux ans, l’idée a fait son chemin et, en 1986, un peu plus du tiers de la population aquitaine (35 %), a connaissance des projets de réalisation de réseaux câblés dans les agglomérations de Bordeaux, de Pau et de Bayonne-Anglet-Biarritz.

34Il convient d’ailleurs de noter que les habitants de l’ensemble du BAB se disent, à 70 %, bien informés du projet de câble les concernant contre 15 % de Palois se disant informés du même projet pour Pau et seulement 11,5 % de Bordelais pour Bordeaux. En tout état de cause, tous considèrent, à plus de 70 % ces projets comme très intéressants ou assez intéressants pour leur agglomération.

III - COMPARAISON INTRA-AQUITAINE DES AUDIENCES

3.1. L’audience cumulee

  • 2 Etude CESTA-IFOP, 1984.
  • 3 Enquête Médialocale Médiamétrie, 1989.

35De 70,7 % en 19842, la proportion des Aquitains regardant tous les jours la télévision est passée à 85,3 % en 19893.

36Cette progression de près de 15 % est uniquement le fait de l’évolution des instruments de mesure. Dans les médialocales en 1989, la journée va de 0 H à 24 H, tandis que dans les enquêtes antérieures (1984, 1986), la fréquentation ou la consommation journalières incluaient celles de « tous les jours » et de « presque tous les jours ». La même question comportait les deux modalités et l’interprétation regroupait les deux.

37Si l’on admet l’équivalence des deux unités de mesure et si l’on regroupe les deux modalités, on constate qu’en 1989, 85,3 % des Aquitains regardent tous les jours la télévision contre 86,7 % en 1984. La différence n’est pas significative.

38Cette stabilité de l’audience cumulée de la télévision est commune à toutes les grandes agglomérations de l’Aquitaine ; elle intègre même, comme pour en faire des constantes, les particularités jadis observées comme l’engouement des Bayonnais toujours au-dessus de la moyenne régionale, ou celui des personnes âgées de plus de 50 ans. Mais elle couvre aussi, sinon un bouleversement, du moins une modification notable de l’audience de chacune des chaînes, de leur pénétration dans le public notamment.

3.2. L’audience des chaînes

39La montée, en puissance des chaînes nouvelles (Canal Plus, La 5 et M6), et en charge de TF1, ont modifié l’échiquier des préférences.

Tableau no 15. Evolution de l’audience cumulée des chaînes

Tableau no 15. Evolution de l’audience cumulée des chaînes

(1) Comment communiquent les Aquitains, op. cit.
(2) Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.
Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.

40Comme partout en France, TF1 est passée devant A2 et l’audience de FR3 a nettement chuté.

41La hiérarchie des chaînes en matière d’audience semble respectée en Aquitaine, mais les attitudes à l’égard des différentes chaînes semblent sinon insolites, du moins particulières au regard des pratiques nationales.

Tableau no 16. Audience des chaînes en 1989

Tableau no 16. Audience des chaînes en 1989

Graphique no 1. Audience des chaînes en 1989

Graphique no 1. Audience des chaînes en 1989

Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.

42L’Aquitaine est une région où l’on aime regarder la télévision : 85,3 % des personnes interrogées par Médiamétrie (Médialocales 1989) déclarent se livrer au moins une fois par jour à cette pratique contre 80,3 % dans l’échantillon national de l’enquête Médiamétrie des 55 000.

43Mais toutes les chaînes ont une audience moins importante en Aquitaine qu’au niveau national et les écarts sont importants puisqu’ils vont de-8,4 points pour TF1 à-22 points pour FR3 !

44A la débauche d’équipements et de consommation, semble correspondre une grande fidélité aux chaînes qui pourrait confiner au sectarisme. En d’autres termes, les Aquitains semblent changer moins souvent de chaîne.

45Tout se passe comme si dans les foyers équipés de plusieurs postes, chacun des postes était spécialisé dans la réception de telle ou telles chaînes.

46Bayonne, la ville la plus téléphile d’Aquitaine (89,5 % des personnes interrogées) se distingue par les adhésions les plus nombreuses à TF1 et à A2, mais ce qui la caractérise, c’est le succès qu’y remporte La Cinq. L’audience de La Cinq semble d’ailleurs être dans l’enquête Médialocales de Médiamétrie, le principal indicateur de la téléphilie.

Tableau no 17. Audience cumulée des chaînes par agglomération

Tableau no 17. Audience cumulée des chaînes par agglomération

* R = Région Aquitaine/Agglomérations d’Agen-Bayonne. Bordeaux, Pau, Périgueux
Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.

3.3. La journee TV en Aquitaine

47Pour l’ensemble de l’Aquitaine et chacune des principales agglomérations, la journée télévisuelle est pratiquement identique : elle est ponctuée par deux pointes : l’une à 13 H, ce qui correspond au journal de la mi-journée sur la plupart des chaînes, l’autre à 20 H 30, la fin du journal de 20 H.

48Cette représentation en courbe bimodale de la journée télévisuelle est tout à fait classique en France. Toutefois, les courbes ne sont pas symétriques.

49La première pointe démarre en fait partout à 12 H avec presqu’un doublement de l’audience du quart d’heure précédent. Elle culmine entre 13 H et 13 H 15 et amorce déjà une descente à partir de 13 H 15. A 13 H 45, cette audience retombe aussi brutalement qu’elle a monté mais ne descendra pas de tout l’après-midi en dessous de 5 %.

Graphique no 2. Audience cumulée par 1/4 d’heure

Graphique no 2. Audience cumulée par 1/4 d’heure

Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.

50Le creux de la journée s’étend de 15 H à 18 H. L’audience remonte alors partout au-dessus de 10 % (en termes de pénétration).

51Le public du soir commence à s’installer devant la télévision à partir de 19 H : le taux de pénétration des foyers passe alors au-dessus de 25 % et représente partout au moins le double de ce qu’il était à 18 H.

52Le mode de la seconde courbe correspond à la fin des journaux de 20 H (sur TF1, A2, La Cinq), entre 20 H 30 et 20 H 45. Mais ce sommet n’est atteint que très progressivement. En effet, l’audience augmente partout d’au moins 10 points entre le début et la fin du journal, comme si, ce qui, dans les informations, intéressait les Aquitains, était la météo. On observe ensuite un décrochage significatif entre 20 H 45 et 21 H, et un palier entre 21 H et 22 H 30, qui correspond généralement au premier film de la soirée et aux journaux du soir.

53Ce qui est remarquable dans cette pénétration de la télévision en fin de journée, c’est la durée du prime-time, qui commence en fait à 19 H15, voire à 19 H ! L’écart significatif (jusqu’à 20 points) entre l’audience du dernier quart d’heure de ce prime-time et le début du journal semble indiquer que les manœuvres de captation ont peu d’effets sur les Aquitains. En revanche, la fin du journal de 20 H semble faire le plein d’audience pour la soirée qui sera marquée par un film ou une émission-spectacle. Même FR3 avec le décalage du « 19-20 » ne réussit pas à échapper à ce schéma.

54Le journal de 20 H reste malgré tout le bulletin d’information le plus suivi de la journée.

3.4. L’audience au quart d’heure moyen

55L’audience au quart d’heure moyen indique une domination sans conteste des chaînes traditionnelles et une suprématie écrasante de TF1. Mais ce qui en 1989 caractérise l’Aquitaine dans la consommation de la télévision, chaîne par chaîne et même tou t au long de la journée, c’est son homogénéité : les pratiques, dans toutes les agglomérations de l’échantillon, sont identiques :

Tableau no 18. Quart d’heure moyen en %

Tableau no 18. Quart d’heure moyen en %

Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.

3.5. Les parts de marche des chaînes

56Les parts de marché des chaînes en Aquitaine sont les mêmes qu’au niveau national : les faibles écarts que l’on peut observer entre les chiffres nationaux et régionaux sont probablement dûs aux fluctuations de l’échantillonnage. Ces parts sont dans l’ordre décroissant :

Tableau 19. Parts de marché des chaînes

Tableau 19. Parts de marché des chaînes

Sources : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.

Graphique no 3. Part de marché des chaînes

Graphique no 3. Part de marché des chaînes

57Deux chaînes ont une pénétration quasi uniforme du marché aquitain : Antenne 2 et FR3 qui réalisent le même score à la fois au niveau régional et dans les principales agglomérations avec, bien entendu, la traditionnelle petite pointe à Pau pour FR3 (cf. les enquêtes de 1984 et 1986 et dans les autres tableaux des Médialocales).

3.6. La duree d’ecoute par auditeur

58Dans son ensemble, la région aquitaine présente la même durée d’écoute par auditeur que l’ensemble de la France : 226 mn contre 227. Toutefois, on observe des disparités au niveau des différentes agglomérations et surtout des écarts importants, trop importants, lorsqu’on s’intéresse aux différentes chaînes.

Tableau 20. Durée d’écoute par auditeur et par ville

Aquitaine

226 mn

Agen

210 mn

Bayonne

228 mn

Bordeaux

227 mn

Pau

206 mn

Périgueux

206 mn

Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.

59Si Bordeaux et Bayonne présentent un profil de consommation identique à la moyenne nationale, Agen et surtout Pau et Périgueux sont nettement en deçà de cette valeur.

60Est-ce à dire que les citadins aquitains sont peut-être des téléphiles mais pas des téléphages ?

61La durée d’écoute par auditeur et par chaîne semble indiquer le contraire. Dans les résultats de l’enquête Médialocales, toutes les chaînes sont créditées d’un temps d’écoute élevé en Aquitaine et dans chacune de ses principales agglomérations.

62Lorsqu’ils ont choisi leur chaîne, les Aquitains regardent plus longtemps, dans l’ordre :

63TF1 :133 mn par auditeur
A2 : 99 mn par auditeur
La 5 : 86 mn par auditeur
Canal + : 83 mn par auditeur

64Dans les trois agglomérations de Bayonne, Bordeaux et Pau, cependant, Canal Plus passe devant La 5 et même devant A2 à Bayonne.

65Les meilleurs scores sont réalisés par les chaînes dans les villes suivantes :

  • La 5 et Canal Plus à Bayonne
  • FR3 à Pau
  • M6 à Bordeaux.

66Quant aux chaînes les plus anciennes TF1 et A2, bien que très prisées à Périgueux et à Agen, leur temps d’écoute dans ces deux agglomérations est nettement inférieur à la moyenne régionale.

67A la faiblesse relative de TF1 semble correspondre la montée de M6 et de Canal Plus : Bordeaux, Pau et Bayonne qui enregistrent les parts de marché les plus faibles de TF1 enregistrent aussi les parts les plus fortes des deux chaînes dont la vocation urbaine semble se confirmer dans cette enquête.

68Le succès de La 5 à Bayonne est également confirmé. Même si elle semble y grignoter des parts de marché aux chaînes traditionnelles comme TF1 et surtout FR3 (dont la réception est par ailleurs mauvaise), La 5 bénéficie surtout de la sur-consommation de la télévision à Bayonne.

3.7. Des indicateurs peu discriminants

69Les résultats de Médiamétrie confirment quelques évidences : TF1 et A2, les chaînes les plus anciennes sont encore les plus prisées dans les zones rurales d’Aquitaine. Cette tendance se traduit essentiellement à travers les deux indicateurs suivants :

  • le quart d’heure moyen pour lequel les maxima observés pour les deux chaînes dans les grandes agglomérations sont inférieurs aux moyennes régionales ;
  • la durée d’écoute par auditeur pour laquelle le maximum observé pour TF1 dans les villes de 129 mn (à Périgueux) est nettement en deçà des 133 mn de la moyenne régionale.
  • 4 Le coefficient de corrélation est égal à 1 pour toutes les chaînes dans toutes les agglomérations.

70Les principaux indicateurs d’audience proposés par Médiamétrie sont d’ailleurs peu discriminants. En effet, si la durée d’écoute par auditeur et la part de marché apparaissent comme des variables indépendantes, les autres indicateurs pris deux à deux varient dans le même sens et la relation entre l’audience cumulée et la part de marché relève tout simplement de la dépendance fonctionnelle.4

IV - LES PUBLICS DE LA TELEVISION

71La consommation est-elle identique parmi toutes les catégories de population et dans toutes les agglomérations ? Quelles chaînes intéressent les différentes catégories, quels sont les publics privilégiés de ces chaînes ?

72Si les sondages de Médiamétrie Médialocales donnent des mesures relativement précises de la consommation, ils passent sous silence en revanche les variables explicatives. La présentation que nous ferons des publics de la télévision en Aquitaine sera donc purement descriptive et se contentera de reprendre les catégories de la représentation démographique.

4.1. Qui regarde la television ?

4.1.1. La pénétration de la télévision dans les agglomérations

73Contrairement à ce que pourraient laisser croire les données brutes de l’audience cumulée et parfois l’interprétation des écarts entre les valeurs pour l’ensemble de l’Aquitaine et les valeurs observées dans les grandes agglomérations, l’audience cumulée en pénétration est strictement la même dans les zones urbaines et les zones rurales : 85,2 % dans les premières et 85,3 % dans les secondes.

  • 5 Test de signification de Bravais-Pearson.

74A l’intérieur de l’ensemble « zones urbaines », on constate que les agglomérations d’Agen et de Périgueux présentent des taux de pénétration qui se confondent avec la moyenne régionale et que même avec ses 89,4 %, Bayonne ne présente pas un écart significatif5 par rapport à cette moyenne.

75Le taux de pénétration de la télévision en général apparaît donc uniforme en Aquitaine et semble indépendant des zones d’habitation.

Tableau no 21. Pénétration de la télévision dans les agglomérations

Tableau no 21. Pénétration de la télévision dans les agglomérations

Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.

  • 6 Test de Bravais-Pearson.

76Lorsqu’on s’intéresse aux chaînes individuellement, on remarque également que les écarts par rapport aux moyennes régionales ne sont pas statistiquement significatifs6. On peut noter néanmoins quelques oppositions marquées :

  • Bayonne/Bordeaux pour TF1
  • Bayonne/Agen pour A2
  • Bayonne/Périgueux pour La 5
  • Bordeaux/Périgueux pour M6 Mais l’engouement pour une chaîne particulière dans une agglomération déterminée, ne semble pas affecter significativement la pénétration des autres chaînes dans cette agglomération.

4.1.2. L’audience masculine et féminine

77Partout en Aquitaine, le taux de pénétration de la télévision semble plus élevé chez les femmes que chez les hommes sauf dans l’agglomération d’Agen. Les écarts sont toutefois faibles.

Tableau no 22. Audience cumulée en pénétration par sexe

Tableau no 22. Audience cumulée en pénétration par sexe

Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.

78Malgré les 5 points d’écart que l’on constate au niveau régional, il n’y a pas de différence significative entre la proportion de femmes et la proportion d’hommes qui regardent régulièrement la télévision. Et même à Bordeaux où les écarts semblent plus importants, nous avons 10 % de chances de nous tromper1 en prétendant que l’audience de la télévision est significativement plus importante chez les femmes, alors qu’affirmer le contraire serait sans risque. Il n’y a que dans l’agglomération de Pau que l’on peut affirmer que les femmes sont plus nombreuses à regarder la télévision.

79Il n’y a pas non plus de différence entre l’audience des femmes actives et celle des ménagères, jeunes ou plus âgées.

4.1.3. La consommation de la TV et l’âge

80Le 3e âge est en Aquitaine comme dans beaucoup d’autres régions, un public acquis à la télévision. Cet engouement est d’ailleurs précoce : à partir de 50 ans, ce sont 90 % de la population qui semblent prendre le temps de la regarder tous les jours. Le taux de pénétration le plus faible s’observe chez les 25-49 ans : 81 %.

81Cette différence significative de comportements ne se retrouve pas dans toutes les agglomérations.

Tableau no 23. Audience de la télévision par tranche d’âge

Tableau no 23. Audience de la télévision par tranche d’âge

Source : Enquête Médialocales TV Médiamétrie, 1989.

Graphique no 4. Audience de la télévision par tranche d’âge

Graphique no 4. Audience de la télévision par tranche d’âge

Audience de la télévision par tranche d’âge

Audience de la télévision par tranche d’âge

Source : Enquête Médialocale TV, Médiamétrie 1989.

82Bordeaux, Bayonne et Périgueux présentent le même profil que l’ensemble de la région : un taux de pénétration relativement élevé parmi les 15-24 ans, qui baisse sensiblement chez les 25 et 49 ans, pour culminer parmi les plus de 50 ans. Seule l’agglomération de Pau affiche une différence nette entre le 3e âge (+ de 65 ans) et la tranche d’âge précédente (50-64 ans). On remarque d’ailleurs à Pau un recoupement des comportements : les 15-24 regardent la télévision dans les mêmes proportions que les 35-49 ans qui représentent la majorité de la population des cadres dont la présence caractérise la ville et ses alentours, de même que les 25-34 ans et les 50-64 ans.

83Agen, enfin, se présente comme la seule agglomération de l’échantillon où toutes les tranches d’âge participent également à l’audience de la télévision. On fait d’ailleurs la même observation à propos des actifs et des inactifs.

4.1.4. La consommation de la télévision et l’activité professionnelle

Tableau no 24. Audience de la télévision par statut professionnel

Tableau no 24. Audience de la télévision par statut professionnel

Source : Enquête Médialocale TV, Médiamétrie 1989.

84Les actifs et les inactifs regardent dans les mêmes proportions la télévision à Agen. Malgré des chiffres légèrement plus élevés, c’est également le cas à Bayonne et à Périgueux. Il semble bien que la différence significative que l’on observe dans le comportement de ces deux catégories de population au niveau de l’ensemble de la Région est effectivement le fait des grandes agglomérations, Bordeaux et Pau.

85La donnée nouvelle par rapport à 1986 est que les femmes inactives ont rejoint les retraités en tête.

86Parmi les actifs, les plus nombreux à regarder régulièrement la télévision sont :

Aquitaine

les employés et les ouvriers

Agen

les ouvriers et les petits patrons

Bayonne

Les ouvriers

Bordeaux

Les petits patrons

Pau

Les petits patrons

Périgueux

Les petits patrons

87Toutefois, à l’exception des cadres et professions libérales de Bordeaux et de Pau, il n’y a pas de différence significative dans la participation des différentes catégories professionnelles à l’audience de la télévision.

4.1.5. Les télévores ne sont pas ceux que l’on croit

88D’après ce sondage de Médiamétrie (Médialocales, 1989), les Aquitains regardent massivement la télévision. Quelle que soit la catégorie considérée (classe d’âge, catégorie socio-professionnelle, sexe, etc.) plus des trois quarts regardent la télévision tous les jours.

89Bien entendu, les moins nombreux à la regarder sont les plus instruits ; ils appartiennent à la classe d’âge 25-49 ans et sont des cadres ou des professions libérales.

  • 7 Rappelons que l’INSEE a modifié la grille d’analyse des CSP (catégories socioprofessionnelles) en (...)

90Parmi les gros consommateurs, on remarque une représentation identique des trois catégories suivantes : les ouvriers, les employés et les petits patrons. Cette disponibilité des « petits patrons » est assez paradoxale dans la mesure où les « artisans et les petits commerçants » de l’ancienne grille socio-professionnelle7 n’ont jamais fait figure, dans les enquêtes précédentes, de téléphiles. Mais comme les agriculteurs, leur représentation dans l’échantillon est trop faible (-de 4 %) pour autoriser des conclusions définitives.

91Dans presque toutes les agglomérations et plus particulièrement à Pau, Périgueux et Bayonne, les « ménagères de moins de 50 ans » semblent un peu moins nombreuses à rester devant leur poste de télévision que les « femmes actives ». La différence n’est pas statistiquement significative mais elle atteint 4 points dans une ville comme Pau. Les jeunes ménagères constitueraient-elles en Aquitaine une classe aussi occupée que les femmes actives ? Il est vrai que leurs enfants sont en bas âge et que nombre d’entre elles militent de plus en plus dans les associations.

4.2. Les chaînes et leurs publics

4.2.1. La pénétration des chaînes en Aquitaine

92Les observations faites au niveau régional ne présentent, par rapport aux différentes catégories de la population interrogée, que de très rares contrastes. L’uniformité de la pénétration d’une chaîne comme FR3 est même assez saisissante : 30 % quelle que soit la catégorie considérée. Les autres chaînes ne sont pas plus originales. Tout au plus remarque-t-on ici et là, dans cette pénétration uniforme, une légère désaffection d’une catégorie de la population par rapport à l’une d’elle. Ainsi :

93• TF1 est un peu boudée par :

  • les cadres et les professions libérales (dont 52 % la regardent néanmoins tous les jours),
  • et en corollaire, par 52 % des titulaires d’un diplôme d’enseignement supérieur contre seulement 30 % des personnes qui n’ont pas dépassé le niveau d’études primaires.

94Elle semble appréciée plus par les femmes, le 3e âge, les employés et les ouvriers.

95• Antenne 2 est délaissée par :

  • 60 % des foyers d’ouvriers contre 32 % des foyers d’inactifs,
  • 65 % des ouvriers contre seulement 53 % des cadres ou des professions intermédiaires,
  • 60 % de jeunes de 25 à 34 ans contre seulement 30 % des personnes âgées de plus de 64 ans.

96Elle semble appréciée par une part légèrement plus importante de gens instruits que TF1.

97• La Cinq et M6 enregistrent une désaffection importante du 3e âge et des agriculteurs bien qu’ils les reçoivent.

98• Une chaîne, Canal Plus, affiche nettement ses préférences sociologiques. La chaîne payante, regardée par une part significativement moins importante de femmes que d’hommes, est pratiquement absente des foyers d’inactifs comme de célibataires. Elle touche moins de 4 % des personnes âgées et deux fois moins d’agriculteurs que les autres catégories d’actifs. Elle réalise son meilleur taux de pénétration (22 %) chez les étudiants et militaires, ce qui laisserait supposer un équipement convenable en 1989, des campus et des casernes.

99En dépit de ces exemples, les écarts et les oppositions sont peu nombreux. Et on peut dire que si les chaînes devaient avoir des publics différenciés, cette différence est peu perceptible à travers l’échantillon aquitain.

4.2.2. TF1 : La chaîne de la France profonde

  • 8 La chaîne la plus choisie n’est pas nécessairement la chaîne préférée et les chaînes préférées ne (...)

100TF1 est de loin la chaîne la plus choisie8 dans toutes les agglomérations et par toutes les catégories de la population. Une seule semble lui préférer Antenne 2 : les intellectuels, plus précisément les personnes ayant goûté à l’enseignement supérieur.

101Son audience journalière est partout importante :

Agen 59,9

Bordeaux 56,6

Périgueux 61,5

Bayonne 64,3

Pau 59,6

Tableau no 25. Le public de TF1

Tableau no 25. Le public de TF1

Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989.

Graphique no 5. Le public de TF1

Graphique no 5. Le public de TF1

CATEGORIES PROFESSIONNELLES

CATEGORIES PROFESSIONNELLES

Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989.

102Les groupes sociaux qui l’affectionnent le plus sont :

  • les femmes dans les agglomérations de Bordeaux et Pau ;
  • les jeunes de 15 à 24 ans dans les agglomérations de Bayonne et de Périgueux dont la proportion d’aficionados est pratiquement la même que chez les personnes âgées de plus de 50 ans qui, partout, plébicitent la première chaîne ;
  • et parmi les PCS, les ouvriers et les petits patrons de l’agglomération d’Agen.

103Elle semble en revanche moins populaire parmi les petits patrons de Bayonne et de Périgueux et, d’une manière générale, parmi les cadres et les professions intermédiaires, ceux des agglomérations de Bordeaux et de Pau plus particulièrement.

104C’est surtout une chaîne sensible à l’élévation du niveau d’instruction.

4.2.3. Antenne 2 : sélection par niveau d’études

Tableau no 26. Le public d’Antenne 2

Tableau no 26. Le public d’Antenne 2

Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989.

105Avec une audience nettement moindre que TF1 dans toutes les agglomérations de l’Aquitaine, Antenne 2 réussit une pénétration des milieux intellectuels rigoureusement identique à celle de sa rivale. Et cette audience chez les intellectuels est simplement supérieure, dans chaque agglomération (à part celle de Bordeaux), à son taux global de pénétration.

106Les piliers de l’audience d’Antenne 2 restent néanmoins les mêmes que ceux de la télévision généraliste : les retraités et les femmes inactives, mais épurés des sans-diplômes.

107C’est à peine si dans certaines agglomérations (Bordeaux, Pau et Périgueux), ils sont épaulés par les cadres et professions libérales en activité.

108Cause ou conséquence de cette intellectualisation de la chaîne : la désaffection totale des ouvriers, avec seulement 23,8 % à Bordeaux, 27 % à Pau et autour de 36 % dans les autres agglomérations.

109Plus curieux est la faible participation des « adultes » à l’audience de la chaîne. Si la pénétration de la classe d’âge 35-49 ans semble ardue avec un taux presque partout inférieur à la moyenne locale, on se demande où sont passés les 26-34 ans ? 38,1 à 38,9 % seulement d’entre eux, selon les agglomérations, participent à l’audience d’Antenne 2. Il est vrai que, d’une manière générale, ils regardent moins la télévision que les autres classes d’âge.

4.2.4. FR3 : une pénétration homogène

110Troisième au hit-parade des chaînes au niveau aquitain, FR3 s’éclipse devant La Cinq dans deux agglomérations : Agen et Bayonne.

  • 9 Les fortes variations observées dans les agglomérations d’Agen, de Bayonne, Pau, Périgueux, concer (...)

111L’homogénéité caractérise la pénétration de FR3 en Aquitaine.9

112Les groupes les mieux représentés sont celui des retraités avec environ 34 % quelle que soit l’agglomération considérée et celui des personnes âgées de 50 à 64 ans. Ces dernières sont relativement bien représentées à Bordeaux (près de 38 %), et à Périgueux.

113Une part plus importante des hommes semble également s’intéresser à FR3 avec une différence significative dans les agglomérations d’Agen et de Périgueux.

Tableau no 27. Le public de FR3

Tableau no 27. Le public de FR3

Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989.

114Par rapport à la pénétration globale de la chaîne, les désaffections sont peu marquées et peu nombreuses : les cadres et les professions intermédiaires de l’agglomération de Pau, les employés d’Agen et de Bordeaux, les jeunes de 15 à 24 ans à Pau et de 25 à 34 ans à Bayonne.

115Mais dans l’ensemble, on peut dire que tous les groupes sociaux et toutes les agglomérations participent également à l’audience de FR3.

4.2.5. Canal Plus : une chaîne parmi d’autres

116En 1989, les abonnés de Canal Plus étaient loin de faire une consommation exclusive de leur chaîne payante.

Tableau no 28. Pénétration de Canal + chez les abonnés

Tableau no 28. Pénétration de Canal + chez les abonnés

Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989

Graphique no 6. Pénétration de Canal + chez les abonnés

Graphique no 6. Pénétration de Canal + chez les abonnés

117Ces abonnés restent des consommateurs assidus des autres chaînes et dans les mêmes proportions que les non-abonnés. Il semble qu’ils soient un peu plus téléphages que les autres.

118On est néanmoins étonné par l’utilisation aussi peu fréquente d’un service payant. Tout se passe comme si l’abonnement à la chaîne cryptée relève du simple désir d’avoir à sa disposition toute la panoplie de l’offre télévisuelle. L’intérêt des abonnés à Canal Plus pour toutes les autres chaînes semble indiquer que l’abonnement est loin d’induire un comportement d’asservissement.

119La pénétration de Canal Plus, rapportée à l’ensemble des téléspectateurs est faible aussi bien dans l’ensemble de l’Aquitaine que dans les agglomérations. Mais ce qui caractérise cette pénétration, c’est son allure démocratique. En effet, si à Périgueux ce sont les cadres qui proportionnellement participent le plus à l’audience de la chaîne, partout ailleurs, on retrouve une représentation respectable des ouvriers ou des professions intermédiaires. C’est le cas notamment dans les agglomérations de Pau, Bayonne et Agen.

120Enfin Canal Plus, en 1989, c’est surtout une chaîne prisée par les jeunes : 20 % environ des 15-24 ans la regardent tous les jours quelle que soit l’agglomération.

4.2.6. La Cinq : la chaîne des télévores

Tableau no 29. Audience de La 5 dans les agglomérations

Tableau no 29. Audience de La 5 dans les agglomérations

Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989.

121Dans trois agglomérations, La 5 a une pénétration pratiquement identique à celle de FR3. Mais dans le détail, les publics ne sont pas du tout les mêmes. A l’exception de Bordeaux, la consommation de La 5 semble surtout le fait des hommes : 30 % d’entre eux à Agen et 40 % à Bayonne la regardent tous les jours. Parmi les actifs, sa consommation est la plus répandue parmi les ouvriers à Agen et Bayonne et les petits patrons ailleurs.

Graphique no 7. L’audience de La Cinq dans les agglomérations

Graphique no 7. L’audience de La Cinq dans les agglomérations

122Le public de La 5 est bien entendu un public jeune et les meilleures adhésions à la chaîne se rencontrent à Agen et à Bayonne où elle touche 40 % des 15-24 ans et 30 % de la classe d’âge supérieure (audience significativement supérieure à celle des autres classes d’âge).

123Partout en Aquitaine, sauf à Bordeaux, les personnes avec un niveau d’instruction secondaire ou technique, la préfèrent à FR3.

124Si ce n’est la faible audience de la chaîne dans l’agglomération de Périgueux, on aurait pu associer la consommation de La Cinq à la téléphagie.

4.2.7. M6, la chaîne des femmes actives et des jeunes

125M6, en Aquitaine, touche bien sa cible première, les jeunes. Dans toutes les agglomérations, sauf à Périgueux, elle a une audience plus importante que FR3 parmi les 15-24 ans. Cette audience ne dépasse toutefois le tiers de la classe d’âge que dans trois agglomérations : Agen, Bayonne et Pau.

126Les femmes, et plus particulièrement les femmes actives et les ménagères de moins de 50 ans (dont nous avons vu qu’elles sont aussi occupées que les actives) constituent l’autre public privilégié de M6.

127La catégorie professionnelle la mieux représentée est celle des ouvriers et la distribution par le niveau d’instruction semble correspondre à cette réalité : les titulaires d’un diplôme d’enseignement technique sont les mieux représentés dans le public de M6 dans toutes les agglomérations.

128L’agglomération de Périgueux se distingue toutefois du reste de l’Aquitaine : les professions intermédiaires et les petits patrons y sont les plus nombreux à suivre régulièrement les émissions de la chaîne musicale. Mais il faut noter aussi que c’est l’agglomération dans laquelle la chaîne réalise sa plus mauvaise audience : 11 %.

Tableau 30. L’audience de M6 dans les agglomérations

Tableau 30. L’audience de M6 dans les agglomérations

Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989.

Graphique no 8. L’audience de M6 dans les agglomérations

Graphique no 8. L’audience de M6 dans les agglomérations

129L’audience de M6 à Périgueux est particulièrement faible. C’est la seule agglomération de l’Aquitaine où elle est inférieure à celle de Canal Plus et à la moyenne régionale de la chaîne.

130Si l’on s’intéresse au public le plus touché par cette chaîne, les 15-24 ans, on observe toutefois que la part d’aficionados de M6 y est la même dans les agglomérations de Périgueux et de Bordeaux. Elle est significativement différente des parts observées dans les autres agglomérations. En d’autres termes, les jeunes de Bayonne, Pau et Agen, sont plus sensibles aux émissions de M6 que ceux de Bordeaux ou de Périgueux.

131A l’inverse, c’est dans ces deux agglomérations que les femmes actives et les jeunes ménagères sont les plus nombreuses à apprécier la chaîne musicale.

CONCLUSION

La télévision en Aquitaine en 1989 : comparaison inter-chaînes

132En 1989, les six chaînes françaises semblent avoir trouvé en Aquitaine leurs marques. Antenne 2 est définitivement et largement supplantée par TF1 qui reste, comme par le passé, la chaîne préférée du 3e âge. Si M6 est la chaîne des jeunes, elle trouve également de nombreux adeptes parmi les jeunes ménagères. La Cinq rivalise en audience avec FR3 dans bon nombre d’agglomérations et séduit surtout les ouvriers et techniciens. FR3, après ses difficultés entre 1983 et 1986, semble avoir retrouvé sa sérénité avec une pénétration remarquablement homogène de tous les milieux. La surprise vient de Canal Plus qui apparaît finalement comme une chaîne comme les autres, à laquelle les Aquitains s’abonnent, non pas spécialement pour la consommer, mais simplement pour disposer de la panoplie télévisuelle complète.

133L’information continue à occuper une place importante dans l’audience des chaînes et si le prime-time du soir n’a pas l’air d’avoir beaucoup d’influence sur l’audience du journal de 20 H, il semble, en revanche servir le journal de la mi-journée. TF1 semble, à ce jeu, avoir trouvé la meilleure formule.

134Les journaux de FR3, malgré un taux de pénétration tout à fait honorable de la chaîne, continuent à voir leur audience dégringoler. Le magazine 12-13 n’est suivi en 1989 que par 1 % des Aquitains et le journal 19-20 n’a plus qu’une audience de 8,5 %. On apprécie d’autant la remontée spectaculaire mais méritée de l’audience de l’information sur la chaîne en 1990.

135Malgré des comportements identiques de consommation, aucune des agglomérations de l’échantillon n’est vraiment représentative, à tous les niveaux, de l’ensemble de l’Aquitaine.

Notes

1 Nous l’appellerons agglomération de Bayonne ou B.A.B.

2 Etude CESTA-IFOP, 1984.

3 Enquête Médialocale Médiamétrie, 1989.

4 Le coefficient de corrélation est égal à 1 pour toutes les chaînes dans toutes les agglomérations.

5 Test de signification de Bravais-Pearson.

6 Test de Bravais-Pearson.

7 Rappelons que l’INSEE a modifié la grille d’analyse des CSP (catégories socioprofessionnelles) en PCS (Professions et Catégories Sociales) en 1984.

8 La chaîne la plus choisie n’est pas nécessairement la chaîne préférée et les chaînes préférées ne sont pas toujours les plus regardées, cf. N.ARNAL, F. DUMONTIER, R. PAIRE. "Les téléspectateurs : leurs goûts, leurs pratiques". Economie et statistiques, n° 227, décembre 1989, p. 31-39.

9 Les fortes variations observées dans les agglomérations d’Agen, de Bayonne, Pau, Périgueux, concernent les agriculteurs et les petits patrons dont les effectifs sont trop faibles pour avoir une représentation statistique valable.

Table des illustrations

Titre Tableau no 1. Poids des femmes dans l’échantillon aquitain
Légende Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau no 2. Statut social des femmes d’Aquitaine
Légende Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Tableau no 3. Les traits dominants de la population aquitaine
Légende Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau no 4. L’équipement télévisuel en Aquitaine
Légende Source : Enquête Médialocales TV-Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tableau no 5. Taux d’initialisation des nouvelles chaînes de télévision en Aquitaine
Légende Source : Enquête Médialocales TV-Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Tableau no 6. Première comparaison des audiences aquitaines et nationales
Légende Source : Enquête Médialocales-Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau no 7. Comparaison des parts de marché aquitaines et nationales
Légende Sources : Enquêtes Médiamat, Médiamétrie et Médialocales-Médiamétrie 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau no 8. Deuxième comparaison des audiences aquitaines et nationales
Légende Source : CESP multimedia 1989-1990
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau no 9. Décalage entre les résultats d’audience des panels 55 000 et Médiamat
Légende Sources : Enquête Médiamat-Médiamétrie 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau no 10. Comparaison des DEA aquitaines et nationales
Légende Source : Médiamétrie 1989 par Médiamat.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau no 13. FR3 - Fréquence d’écoute du Journal de 19 H en Aquitaine
Légende * Le journal était présenté à 19 heures en 1984 et à 19 H 15 en 1986.Sources : CESTA-IFOP 1984 ; LASIC-SAGA 1986.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Tableau no 14. FR3-Fréquence d’écoute du magazine de la mi-journée en Aquitaine
Légende Sources : études CESTA-IFOP, 1984 et LASIC-SAGA, 1986.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau no 15. Evolution de l’audience cumulée des chaînes
Légende (1) Comment communiquent les Aquitains, op. cit.(2) Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau no 16. Audience des chaînes en 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Graphique no 1. Audience des chaînes en 1989
Légende Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau no 17. Audience cumulée des chaînes par agglomération
Légende * R = Région Aquitaine/Agglomérations d’Agen-Bayonne. Bordeaux, Pau, PérigueuxSource : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Graphique no 2. Audience cumulée par 1/4 d’heure
Légende Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Tableau no 18. Quart d’heure moyen en %
Légende Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau 19. Parts de marché des chaînes
Légende Sources : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Graphique no 3. Part de marché des chaînes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Tableau no 21. Pénétration de la télévision dans les agglomérations
Légende Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau no 22. Audience cumulée en pénétration par sexe
Légende Source : Enquête Médialocales Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Tableau no 23. Audience de la télévision par tranche d’âge
Légende Source : Enquête Médialocales TV Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Graphique no 4. Audience de la télévision par tranche d’âge
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Audience de la télévision par tranche d’âge
Légende Source : Enquête Médialocale TV, Médiamétrie 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Tableau no 24. Audience de la télévision par statut professionnel
Légende Source : Enquête Médialocale TV, Médiamétrie 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Tableau no 25. Le public de TF1
Légende Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Graphique no 5. Le public de TF1
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre CATEGORIES PROFESSIONNELLES
Légende Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Tableau no 26. Le public d’Antenne 2
Légende Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Tableau no 27. Le public de FR3
Légende Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Tableau no 28. Pénétration de Canal + chez les abonnés
Légende Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Graphique no 6. Pénétration de Canal + chez les abonnés
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Tableau no 29. Audience de La 5 dans les agglomérations
Légende Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique no 7. L’audience de La Cinq dans les agglomérations
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Tableau 30. L’audience de M6 dans les agglomérations
Légende Source : Enquête Médialocales TV, Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Graphique no 8. L’audience de M6 dans les agglomérations
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14129/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search