Version classiqueVersion mobile

L’audience des médias en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

La radiodiffusion en Aquitaine et ses auditeurs en 1989

Jean-Jacques Cheval et Danielle Bahu-Leyser

Texte intégral

  • 1 L’audience de la radio en Aquitaine a déjà fait l’objet de publications. On pourra consulter :
    - RO (...)

1Notre propos est de présenter l’audience des stations de radio émettant en Aquitaine en nous appuyant sur l’enquête Médialocales 1989. Chaque fois que cela sera possible nous replacerons les résultats obtenus par Médiamétrie dans la perspective d’enquêtes plus anciennes1.

I - LA RADIODIFFUSION EN AQUITAINE

1.1. LE PAYSAGE RADIOPHONIQUE2

  • 2 Ceux qui souhaitent en savoir plus sur le paysage radiophonique aquitain et son évolution depuis 1 (...)

2Nous nous intéressons davantage à l’audience des stations émettant en modulation de fréquence, mais cela ne signifie pas qu’elles soient, en 1989, les seules radios diffusées et écoutées en Aquitaine. France Inter continue d’émettre en grandes ondes ainsi que les radios dites « périphériques ». En ondes moyennes, les Aquitains peuvent recevoir, à partir des émetteurs de Bordeaux et Limoges, les émissions de Radio Bleue. L’enquête Médialocale de Médiamétrie prend en compte d’ailleurs l’écoute des radios effectuée sur ces gammes d’ondes. De plus les radios étrangères, notamment les radios espagnoles, sont à la portée des récepteurs aquitains. Mais c’est uniquement en modulation de fréquence qu’existe une radiodiffusion locale et régionale.

3Le paysage radiophonique en Aquitaine en 1989 est difficile à appréhender, il semble qu’à cette époque les grandes transformations de la FM soient achevées. L’ébullition du début des années 80, la multiplication des émetteurs, les changements fréquents qui animaient les radios sont moins nombreux. Près de 200 fréquences FM étaient utilisées en 1989 à partir de la région Aquitaine, mais les possibilités des auditeurs aquitains de capter les différentes stations étaient variables selon leurs lieux de résidence (tableau no 1). Les départements les plus urbanisés, la Gironde et les Pyrénées-Atlantiques, affichaient le plus grand nombre de stations, ainsi que le plus grand nombre de fréquences distinctes utilisées. Quel que soit le type de radios : Radio France, « périphériques » ou RLP, ils bénéficiaient d’une meilleure couverture radiophonique que les autres départements. Dans le cas des Pyrénées-Atlantiques, il faut tenir compte bien sûr des conditions géographiques particulières. Le relief gêne une bonne propagation des ondes, l’utilisation de réémetteurs de plusieurs fréquences est alors nécessaire.

Tableau no 1. Répartition des fréquences utilisées en Aquitaine selon les types de stations (1989-1990)

Stations FM

Stations privées

Radio périphériques

Total France

Dordogne

22

2

17

41

Gironde

31

4

14

49

Landes

10

0

3

13

Lot-et-Garonne

19

0

6

25

Pyrénées-Atlantiques

29

7

32

68

Aquitaine

111

13

72

196

Source : Enquête Médialocales, Médiamétrie, 1989

472 fréquences étaient confiées au service public de radiodiffusion et permettaient une bonne diffusion de ses programmes sur la région, même si tous les départements et leurs zones intérieures n’étaient pas tous couverts de la même manière. Le Lot-et-Garonne et les Landes présentaient un déficit patent en la matière. Néanmoins les ondes ne s’arrêtent pas aux frontières de ces départements et leurs habitants, pour l’écoute des stations nationales de Radio France, bénéficiaient des émetteurs installés dans d’autres départements. Traditionnellement Radio France jouit d’une place privilégiée en Aquitaine, son audience y est plus développée que sur l’ensemble du territoire. Radio France disposait en 1989 de 4 stations décentralisées en Aquitaine : Radio France Périgord, Radio France Landes, qui figurent parmi les plus grandes réussites de la politique de décentralisation du service public, et par ailleurs Radio France Bordeaux Gironde et la station dédoublée des Pyrénées-Atlantiques : Radio France Pau Béarn et Radio France Pays Basque dont les succès sont plus discutables. Le Lot-et-Garonne reste un cas à part en Aquitaine, puisque c’est le seul département dépourvu d’une station publique décentralisée. L’arrivée en Aquitaine de France Info a constitué une augmentation de l’offre radiophonique et est venu renforcer encore le poids de Radio France dans la région. Là aussi le Lot-et-Garonne se singularisait en étant le seul département à ne pas disposer d’un réémetteur pour transmettre France Info sur son territoire.

5Treize fréquences FM étaient occupées par les 4 radios « périphériques ». RTL et Europe 1 étaient présentes en modulation de fréquence en Aquitaine depuis l’été 1986, dans une région qui jusque-là échappait en grande partie à leurs émetteurs ondes longues. Toutefois les fréquences qu’on leur avait attribuées ne leur permettaient pas de couvrir l’ensemble du territoire aquitain. Elles ont pu parfois augmenter leur capacité de diffusion en passant des accords de réémissions avec des radios locales privées ou en reprenant de manière pirate des fréquences disponibles.

6En ce qui concerne les stations FM privées, ou RLP, entre 1986 et 1989, de nouvelles dispositions législatives sont venues se substituer aux réglementations antérieures s’appliquant à l’audiovisuel français. La Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle a été remplacée par la CNCL avant de céder elle même la place au CSA. En 1989, ces changements de tutelle n’avaient pas eu beaucoup de conséquences sur la radiodiffusion en Aquitaine. Les stations dont les autorisations accordées par la Haute Autorité arrivaient à expiration ont vu leur situation légale pérennisée. Il faudra attendre 1991 et 1992 pour que le CSA procède au réexamen de l’ensemble des dossiers et à la redistribution de toutes les fréquences FM sur l’Aquitaine. En attendant cette nouvelle étape, il n’y avait pas en 1989 de recensement systématique des stations FM privées émettant sur et à partir de la région, aussi le nombre actuel et passé de stations, l’évolution, la situation de chacune ne pouvaient être présentés avec certitude. Les difficultés qui viennent perturber les tentatives de dénombrement sont nombreuses. Pour ce qui est des petites stations associatives, la réalité de leur fonctionnement et surtout la continuité de celui-ci n’est pas toujours aisé à confirmer. La situation des stations commerciales n’est pas moins difficile à saisir, le nombre de réémetteurs utilisés par les réseaux FM est sans cesse modifié, en fonction d’implantations sauvages parfois, nous aurons justement à examiner l’exemple de Sky Rock à Pau qui se trouvait en 1989 dans cette situation. Les changements de fréquences ou d’appellation viennent constamment brouiller les pistes. Néanmoins en procédant par évaluation, on peut se permettre d’avancer des chiffres qui sont vraisemblables. Selon ces chiffres, sur l’ensemble de la région Aquitaine, 111 stations FM privées poursuivaient leurs activités en 1989-1990. Il ne s’agissait pas d’une centaine de stations différentes, depuis 1986, le mouvement de disparition des radios indépendantes s’est en effet poursuivi au profit des réseaux constitués par le franchisage, le rachat des fréquences et la mise en filiale des stations. La répartition entre les différents statuts de radio était la suivante : radios associatives : 22 %, radios commerciales indépendantes : 31 %, radios ou fréquences utilisées par les réseaux : 47 %.

Tableau no 2. Nombre et répartition des radios FM privées en Aquitaine en 1986 et 1989/1990

Tableau no 2. Nombre et répartition des radios FM privées en Aquitaine en 1986 et 1989/1990

Source : Enquête Médialocales, Médiamétrie, 1989

7En 1990, 52 stations faisaient partie des différents réseaux FM nationaux, soit près de la moitié des radios privées d’Aquitaine, si on retient le chiffre de 111 stations en fonctionnement à cette date dans la région. Tous ces réseaux disposent de liaisons satellites qui leur permettent de retransmettre localement leurs programmes nationaux dans d’excellentes conditions. Les programmes locaux ont quasiment disparu au profit des émissions en chaîne. Les décrochages locaux ont le plus souvent pour but la diffusion des messages publicitaires locaux.

8Voici la liste des réseaux présents en Aquitaine en 1990 et le nombre des stations ou d’émetteurs dont chacun disposaient :

EUROPE 2

6

FUN

8

KISS FM/METROPOLYS

6

MAXIMUM

1

NOSTALGIE

7

NRJ

11

PACIFIC FM/CHERIE FM

3

RFM

5

SKY ROCK

5

9Face aux réseaux, les radios commerciales indépendantes avaient le plus grand mal à se maintenir. L’infrastructure dont disposaient les réseaux, leurs capacités de promotion et de fait, leur notoriété pénalisaient les radios commerciales indépendantes dont l’existence était menacée si les réseaux continuaient à capturer les budgets publicitaires locaux, elles n’avaient alors d’autres choix que de disparaître ou de s’affilier elles-mêmes aux chaînes nationales. Toutes les radios commerciales indépendantes n’étaient pas pour autant vouées à l’échec. En Aquitaine une vive surprise a été créée par l’une d’elles, la station bordelaise Wit FM, née à Bordeaux en mai 1988, à l’initiative du club des Girondins de Bordeaux dont le projet était de faire une radio musicale alliant l’information locale et sportive.

10Indéniablement ce sont les radios associatives non-commerciales qui ont été le plus marquées par l’évolution de la radiodiffusion depuis 1984. Les difficultés persistantes ont mis définitivement fin à l’expérience de quelques stations Mais on assistait pourtant à un double mouvement dans les rangs des stations associatives : diminution de leur nombre et paradoxalement consolidation de celles qui subsistaient. Des stations ont disparu, d’autres stations ont su atteindre un point d’équilibre. Obligées de compter sur leurs propres forces, ces radios associatives ont réussi à assurer temporairement leur auto-financement. Elles ont su maintenir un esprit spécifiquement associatif dans lequel perduraient les espérances des premières radios libres en s’appuyant sur des audiences minoritaires sans doute, mais aussi des sympathisants actifs et fidèles. Radios communautaires, elles ont pu créer de véritables communautés d’auditeurs autour d’elles, mais celles-ci, de dimensions réduites, n’apparaissent pas forcément dans les sondages.

1.2. L’EQUIPEMENT RADIOPHONIQUE

  • 3 Sondage IFOP-CESTA, « Les Aquitains et la pratique des nouveaux média », 1984 ; « Comment communiq (...)

11La première condition à remplir pour pouvoir être un auditeur radio est de disposer d’au moins un poste récepteur. En 1989, l’équipement radiophonique est très bien développé en Aquitaine, 98,2 % des personnes interrogées possèdent au moins un poste de radio. Comme on pouvait déjà le constater en 1984 ou 1986, « l’absence de tout poste de radio au foyer est une situation tout à fait marginale »3. En outre on remarque que moins de 10 % des personnes interrogées ne possèdent qu’un seul récepteur, par contre 75,5 % disposent de trois postes et plus. 85,4 % enfin sont en mesure de recevoir la modulation de fréquence sur leur poste principal.

12Peu de différences sont à constater à l’intérieur de l’ensemble régional, si ce n’est peut-être que, dans toutes les agglomérations considérées, les taux d’équipement sont supérieurs au chiffre régional, donc, on peut le supposer, supérieurs au milieu rural. L’équipement en modulation de fréquence est légèrement plus élevé dans l’agglomération bordelaise.

Tableau no 3. Equipement radiophonique en Aquitaine

Tableau no 3. Equipement radiophonique en Aquitaine

Source : enquête Médialocales radio, Médiamétrie, 1989

Graphique no 1 : L’équipement radio

Graphique no 1 : L’équipement radio

Source : enquête Médialocales radio, Médiamétrie, février-décembre 1989

II - L’AUDIENCE DE LA RADIO EN AQUITAINE

  • 4 Audience cumulée, du lundi au vendredi, entre 5 h et 24 heures, source : Médiamétrie enquête 36 00 (...)

13L’audience générale de la radio en Aquitaine reste inférieure à la moyenne nationale. 72,6 % des Aquitains écoutent au moins une fois la radio chaque jour. L’audience cumulée moyenne de la radio se situait en France, en 1989, à 77,3 %4.

14Bayonne est la ville où on écoute le plus la radio (77,4 %) et Pau est la ville la plus éloignée de ce résultat (74,6 %). l’écart toutefois est faible entre les deux villes (2,8 points).

15Les chiffres fournis par Médiamétrie, ne permettent plus de discerner l’audience selon les gammes d’ondes, GO ou MF. Si la majeure partie de l’offre radiophonique est aujourd’hui accessible à partir des ondes de modulation de fréquence, il faut quand même se rappeler que la totalité des radios périphériques n’est pas présente en MF sur l’ensemble de l’Aquitaine.

16L’audience radio a-t-elle progressé ou régressé en Aquitaine sur les dernière année. A partir des chiffres dont nous disposons, il est difficile de répondre avec certitude à cette question.

2.1. AUDIENCE AU QUART D’HEURE MOYEN5

  • 5 En étude d’audience radio, une unité de mesure est le quart d’heure. L’audience quart d’heure moye (...)

17A quelques années de distance nous disposons de mesure de l’audience au quart d’heure moyen en Aquitaine. Ce sont des chiffres issus du CESP, qui ont été publiés par le journal Médias et de l’enquête Médialocales de Médiamétrie. Il est difficile de les comparer point par point puisqu’il s’agit de deux organismes différents employant des méthodes et des échantillons distincts. Mais à défaut d’autres chiffres, plus homogènes par leurs sources, il peut être utile de rapprocher ceux que nous possédons pour en déduire quelques grandes tendances.

18Ainsi on remarquera, si toutefois ces résultats sont véritablement comparables, que l’audience au quart d’heure moyen en Aquitaine en 1989 a rattrapé le chiffre de la France toute entière à la fin 1985, début 1986. C’est sans doute à une progression de l’écoute des radios locales privées qu’il faut imputer cette augmentation générale. L’audience de radios périphériques reste stable dans son ensemble. Elle est inchangée pour Europe 1, supérieure pour RTL L’audience de RMC s’est par contre effondrée, celle de Sud Radio a dans le même temps nettement progressé. Nous ne pouvons ici comparer l’audience de Radio France aux deux périodes, mais on notera que l’écoute de France Inter a diminué.

  • 6 « Sud-Ouest, radio : les périphériques à l’assaut de NRJ ». Médias, no 637, 13 juin 1986 & enquête (...)

Tableau no 4. Audience au quart d’heure moyen6

Tableau no 4. Audience au quart d’heure moyen6

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, 1989

  • 7 Sondage Médiamétrie, 1-7 mars 1986,1000 personnes interrogées par téléphone, enquête réalisée pour (...)

19D’autres chiffres pourtant, qui portent sur des territoires plus réduits, ne confirment pas toujours cette progression générale, c’est le cas en ce qui concerne l’agglomération bordelaise. C’est sur la métropole bordelaise que nous disposons du plus grand nombre de chiffres d’audience : parmi toutes les enquêtes, une a le mérite d’avoir été déjà réalisée en 1986 par Médiamétrie, on peut donc penser que les chiffres obtenus alors peuvent être directement comparés à ceux de 1989 puisqu’émanant du même organisme7.

Tableau no 5. Audience de la radio dans l’agglomération bordelaise 1986/1989

Radio en général

Radio France

Périphériques

RLP

Médiamétrie 1986

Audience cumulée

80,6

43,7

23.7

36,3

Quart d’heure moyen

13,6

4,8

3,2

5.6

DEA en minutes

193

127

156

175

Médiamétrie 1989Audience cumulée

76,8

33,5

18

35,8

Quart d’heure moyen

11,2

3,4

2,2

4,8

DEA en minutes

165

114

142

154

Source : Médiamétrie 1986 et enquête Médialocales Radio, 1989

20Tous les résultats convergent vers l’indication d’une baisse de l’audience radio à Bordeaux et dans sa banlieue, baisse qui touche l’écoute de la radio en général et aussi en particulier chaque grand bloc de stations entre 1986 et 1989. Les radios locales sont plus épargnées que les autres en audience cumulée mais pas en durée d’écoute. Radio France est particulièrement concernée par cette diminution. Les stations publiques perdent près du quart de leur audience cumulée.

21Mais il est sûr que des comportements différenciés peuvent apparaître au sein de la région aquitaine, une diminution de l’audience à Bordeaux ne signifie pas un changement d’habitude dans l’ensemble de l’Aquitaine, où l’audience peut en moyenne progresser. Il est dommage à cet égard, que faute des mêmes enquêtes anciennes, permettant d’évaluer les mutations et permanences, nous ne puissions pas nous livrer au même examen sur les autres agglomérations étudiées par Médiamétrie.

2.2. AUDIENCE CUMULEE SELON LES TYPES DE RADIO EN 1989

22En revenant à 1989, si l’on considère l’audience des trois grands blocs de stations : Radio France, radios périphériques et radios locales privées, des différences assez nettes apparaissent entre la situation régionale et nationale d’une part et entre les situations observées dans les différentes villes d’Aquitaine d’autre part.

  • 8 Radio France réalise un score de 22,5 d’audience cumulée moyenne, du lundi au vendredi, entre 5 he (...)

23Avec 32,3 points d’audience cumulées en Aquitaine, dont 19,8 points pour la seule France Inter, Radio France devance encore à la fois les RLP (31,1 %) et également les périphériques (21,1 %). Toujours en terme d’audience cumulée, les radios publiques réunies obtiennent en Aquitaine dix points d’audience de mieux qu’au niveau national8 Pourtant elles doivent faire pratiquement jeu égal avec les RLP. Les radios périphériques ont par contre un score inférieur au score national (21,1 % contre 35,8 %).

24C’est à Périgueux que l’audience de Radio France est la plus forte, totalisant près de la moitié de l’audience cumulée totale (46,9 %).Les Agenais placent quant à eux les RLP en tête, de la même façon que les Bayonnais mais ceux-ci avec moins d’ostentation. Les comportements dans l’agglomération de Pau sont ceux qui se rapprochent le plus de ceux des Aquitains dans leur ensemble.

Graphique no 2 : Audience radio en Aquitaine (en cumulée ( %)

Graphique no 2 : Audience radio en Aquitaine (en cumulée ( %)

Source : enquête Médialocales Radio, Février-Décembre 1989

2.3. LA JOURNEE RADIOPHONIQUE EN AQUITAINE

25L’examen du rythme de l’audience radiophonique journalière en Aquitaine montre qu’elle commence à 5 heures du matin. Elle atteint son maximum à 7 heures avec 24,1 points de pénétration. L’écoute de la radio décroît ensuite jusqu’à 14 heures. Deux accélérations de ce mouvement de baisse sont à noter : 9 heures et 12 heures 30. Ensuite une reprise de l’écoute s’opère tout au long de l’après-midi, de 15 heures à 17 heures et plus vigoureusement de 17 à 18 heures. A l’heure où débutent à la télévision les premières émissions du « prime time », l’audience de la radio décline à nouveau. Hormis une légère reprise à 19 heures et une autre, plus faible encore, entre 22 heures et 22 heures 30, on s’achemine vers le calme et l’audience résiduelle de la nuit.

26Une courbe d’audience heure par heure révèle des similitudes incontestables de comportement en matière d’écoute radiophonique, mais au-delà il faut aussi remarquer qu’il existe des temps radiophoniques décalés et inégaux selon les agglomérations. L’étude de l’audience instantanée (quart d’heure par quart d’heure) ne manque pas de surprises à cet égard. En fait une lecture minutieuse dégagerait une multitude de comportements différents en fonction des heures, des lieux et des stations écoutées.

27Parmi les résultats les plus remarquables, et aussi les plus significatifs par leur ampleur, remarquons que les habitants de l’agglomération de Bayonne se signalent particulièrement le matin. L’audience maximum y est plus tardive qu’ailleurs (8 heures) et aussi plus forte (30,1 %). Durant toute la matinée, les Bayonnais conservent cette avance sur les autres Aquitains. Et il est curieux de noter que les résultats qui s’éloignent, à nouveau, le plus de ceux Bayonne, sont ceux de l’agglomération paloise. Toutefois, Bayonnais et Palois rejoignent l’ensemble des Aquitains, dans leurs comportements radiophoniques, à la mi-journée.

28C’est alors au tour des Périgourdins de se singulariser. L’audience de la radio à Périgueux dans l’après midi est plus faible que partout ailleurs. Tandis qu’à Agen, les auditeurs de RLP font monter l’audience de la radio durant cette période.

29En effet, la journée de l’auditeur ne se modifie pas seulement en fonction du lieu où il vit, le rythme d’écoute varie aussi en fonction de ses préférences. On n’écoute pas les RLP aux mêmes heures que Radio France ou que les radios dites périphériques.

30En Aquitaine, c’est toujours entre 6 heures 45 et 9 heures que l’ensemble des stations de Radio France réalisent leurs meilleurs scores. Il en va de même des radios périphériques. La fonction d’information et l’importance de la tranche matinale à cet égard, reste le meilleur élément d’explication. Il en va autrement avec les radios locales privées. Leur maximum d’audience instantanée se situe de 18 heures à 18 heures 15. Pour autant ces stations sont aussi écoutées durant la matinée. D’ailleurs si elles connaissent comme les autres une forte baisse d’écoute à la mi-journée, l’audience des RLP est répartie de façon plus homogène tout au long du jour et notamment l’après-midi.

Graphique no 3 : Audience radio en Aquitaine (heure par heure)

Graphique no 3 : Audience radio en Aquitaine (heure par heure)

2.4. LA DUREE D’ECOUTE

31La différenciation des Aquitains apparaît aussi par rapport à la durée d’écoute par auditeur. Dans l’ensemble, les Aquitains écoutent un peu moins la radio que la moyenne des Français (169 minutes par jour contre 187 minutes, soit encore 2 h 49 contre 3 h 07). Ils sont en revanche, plus longtemps à l’écoute de Radio France, notamment de France Inter et de France Info que l’ensemble de nos concitoyens (respectivement 114 minutes contre 108 et 88 minutes contre 73).

32Cette préférence des Aquitains pour les radios nationales publiques s’expliquait traditionnellement par l’éloignement de leur région des émetteurs des radios périphériques. Aujourd’hui alors que les conditions de diffusion ont changé, cette préférence subsiste. Toutefois, partout la durée d’écoute des radios locales privées, qui s’échelonne de 177 minutes à Agen à 150 minutes pour l’ensemble de l’Aquitaine, est plus forte que celle des stations de Radio France ou des radios périphériques. On peut également noter le fort attrait que les radios locales privées hors réseaux exercent sur les Aquitains, parmi ceux qui les écoutent : 133 minutes par jour contre 88 minutes dans toute la France, soit 3/4 d’heure de plus chaque jour.

33Certaines stations avec une faible audience absolue en pénétration se distinguent pourtant par la longue durée d’écoute que leur consacrent leurs auditeurs : 228 minutes pour RTL à Bayonne ou 188 minutes à Pau. Les fortes DEA concernent également des petites stations au public fidèle et attentif : 207 minutes pour la station bascophone Gurre Irratia et 201 minutes pour une autre radio locale traditionnelle, La Voix du Béarn. Ces deux stations par ailleurs ne totalisent respectivement que 1,2 % et 0,6 % d’audience cumulée sur leurs agglomérations, Bayonne et Pau.

  • 9 On se rapellera que les Agenais ne disposaient pas d’émetteur pour France Info en 1989.
  • 10 La DEA moyenne de France Info au niveau national était, en 1989, de 73 minutes (source : Médiamétr (...)

34La durée d’écoute de France infos est surprenante : 88 minutes en Aquitaine ; 59 minutes à Bayonne ; 78 et 85 minutes à Pau et Bordeaux et surtout 113 minutes à Périgueux9. Curieuse fidélité des auditeurs pour une station qui n’a pas été conçue pour être suivie en continu mais qui basait ses programmes en 1989 sur des séquences d’une vingtaine de minutes, séquences vite répétitives. On peut penser qu’ici se vérifie l’hypothèse selon laquelle France Info fonctionne aussi comme un fond sonore en dépit de son programme particulier qui n’est pas musical. On peut penser que cette station, au programme essentiellement parlé, à la manière des « Talk radio » américaines, apporte une présence humaine à des auditeurs qui ne veulent pas seulement s’informer10.

Graphique no 4 : Audience de la radio en Aquitaine, durée d’écoute par auditeur en minutes

Graphique no 4 : Audience de la radio en Aquitaine, durée d’écoute par auditeur en minutes

Source : enquête Médialocales Radio, Février-Décembre 1989

2.5. AUDIENCE SELON LES PARTS DE MARCHE11

  • 11 Les parts de marché sont calculées à partir du quart d’heure moyen qui est pour une station donnée (...)

35L’audience cumulée apporte l’indice du succès d’une station auprès de l’ensemble de la population, la durée d’écoute par auditeur mesure la satisfaction et l’intérêt de ses auditeurs pour une station ou un type de programme. L’audience au quart d’heure moyen indique à un moment moyen donné l’état de l’écoute de la radio. Le taux de parts de marché, exprimé en pourcentages, permet enfin de connaître le véritable poids d’une station au sein de l’audience globale de la radio car cet indice tient compte à la fois de la réception d’un programme et de la durée de la réception.

36De cette manière, l’examen des parts de marché dévoile des résultats sensiblement différents de ceux de l’audience cumulée. En Aquitaine, ce sont les radios locales privées qui s’octroient la plus grande part de marché, 38 %, suivies de Radio France, 33,2 % et des radios périphériques, 24,2 %. Sur les 38 %, 12,7 % seulement reviennent à des radios locales privées indépendantes, c’est à dire que le reste des parts de marché des RLP se rattache à des réseaux nationaux.

37Dans les quatre agglomérations considérées, les RLP sont aussi placées en tête. A Agen ce succès est particulièrement affirmé, presque 60 % de l’audience radio leur revient. Ailleurs, elles restent en deçà des 50 %. Il n’y a qu’à Périgueux que Radio France remporte un meilleur score que les RLP en emportant près de la moitié des parts de marché (47,2 %).

38C’est à Bordeaux, et plus encore à Pau, que l’on écoute le plus les radios périphériques. Mais sur les cinq agglomérations, elles affichent des parts de marché inférieures à celles obtenues sur l’ensemble de la région. La part de marché des radios périphériques est en effet plus forte en zone rurale (29,9 %) qu’en zone urbaine (21,2 %).

39Les deux premières stations périphériques restent en Aquitaine : RMC et Sud Radio. On le verra à propos de de Bayonne et surtout de Bordeaux, la présence des radios périphériques sur la bande FM n’a pas entraîné de bouleversement majeur. Les habitudes d’écoute acquises en raison des difficultés techniques, qui longtemps ont gêné la réception de ces radios en Aquitaine, perdurent aujourd’hui. Les pratiques évoluent lentement, mais il faut aussi considérer que la situation de mauvaise réception des radios périphériques n’a pas partout changé. En 1989, RTL et Europe Ì, par exemple, ne disposaient pas de fréquence à Agen, Périgueux ou dans les villes des Landes : Mont de Marsan et Dax et ceci sans évoquer le cas des zones rurales.

  • 12 De même que pour les radios locales de Radio-France, la présence de celles-ci limitée à une partie (...)

40La situation dos radios périphériques reste à cet égard sans commune mesure avec celle de Radio France, et il y a bien sûr impossibilité à comparer en termes de performances l’écoute de stations dont les zones de service sont largement inégales12.Il n’en demeure pas moins que le constat de la situation de l’audience, à un moment donné, reste possible.

Graphique no 5 : Audience de la radio en Aquitaine, parts de marché

Graphique no 5 : Audience de la radio en Aquitaine, parts de marché

Source : enquête Médialocales Radio, Février-Décembre 1989

41Ces considérations à propos des radios périphériques, s’appliquent également aux RLP ; si importante que soit l’écoute de Wit FM à Bordeaux, il n’est pas possible d’extrapoler à partir de là sur l’audience de la station sur l’ensemble de la région.

42Les stations locales privées, si on peut encore leur attribuer ce nom, les plus écoutées en Aquitaine sont les radios du réseau NRJ, C’est le réseau qui couvre le mieux la région avec onze fréquences distinctes. Pourtant en terme d’audience cumulée, NRJ en 1989, n’obtient la première place des RLP que dans deux des cinq villes considérées par Médiamétrie et seulement dans une si l’on considère la part de marché. La suprématie de NRJ semble bien entamée en Aquitaine, signe de diversité régionale ou signe des temps, on peut penser que, radio à la mode en son temps, NRJ subit à son tour les aléas de ce phénomène.

III - L’ECOUTE DES STATIONS DANS LES AGGLOMERATIONS

43Dans le détail, chaque ville développe des comportements particuliers, que ce soit en matière d’horaires ou de durée d’écoute, comme nous avons pu le constater, ou bien en ce qui concerne le choix des différentes stations.

3.1. L’audience de la radio a Agen

44Trois stations dominaient l’audience de la radio à Agen en 1989 : France Inter, NRJ et Radio Nostalgie. France Inter, comme ailleurs en Aquitaine, arrive en tête de tous les autres programmes. Faut-il y voir la preuve que le petit score de Radio France à Agen n’est pas le signe d’une désaffection des Agenais envers les radios publiques mais plus simplement la conséquence du fait qu’ils n’avaient pas la même gamme de choix que les autres Aquitains, puisqu’on 1989, ils ne pouvaient capter ni France Info, ni une radio locale publique, le Lot-et-Garonne étant, on le sait, le seul département aquitain à être dépourvu d’une station de ce type.

45Radio France laisse le champ libre aux RLP, qui sont avant tout représentées par trois d’entre elles : NRJ, Nostalgie et Fun. NRJ devance Nostalgie en ce qui concerne l’audience cumulée, mais en terme de parts de marché, Radio Nostalgie se place en tête. Europe 2, le réseau qui a repris Fréquence 47, la radio départementale créée par le conseil général et la ville d’Agen, devient la quatrième RLP.

46Notons le bon score réalisé par RMC. La radio monégasque trouve à Agen son meilleur résultat en Aquitaine. Mais c’est à Agen aussi que les parts de marché des radios périphériques sont les moindres.

3.2. l’audience de la radio a Bayonne

47A Bayonne, France Inter apparaît aussi comme la première station en audience cumulée et en parts de marché. France Info, autre station de Radio France, obtient une audience cumulée de 8,3 %, mais les Bayonnais s’attardent moins que les autres Aquitains sur « la radio de l’information en continu ». Sa part de marché en est finalement réduite. Radio France à Bayonne c’est aussi les radios locales publiques : Radio France Pays Basque et Radio France Pau Béarn. La première dispose de 2,4 % de parts de marché et la seconde de 0,9 % seulement. Mais curieusement, la radio locale publique la plus écoutée est une troisième station : Radio France Landes. Les Bayonnais, ici plus Gascons que Basques, préfèrent écouter la radio décentralisée destinée au département voisin plutôt que celle qui s’adresse directement à eux. Il y a là une anomalie qui devrait préoccuper les responsables locaux de Radio France.

Graphique no 6 : Audience de la radio en Aquitaine, audience cumulée par station en %

Graphique no 6 : Audience de la radio en Aquitaine, audience cumulée par station en %

Source : enquête Médialocales Radio, Février-Décembre 1989

48La radio à Bayonne, c’est aussi les RLP. NRJ, avec 3,8 % de parts de marché doit céder la première place à sa rivale : Fun qui emporte près de 13 % de parts de marché, suivie d’assez loin par Nostalgie, en ce qui concerne les réseaux. Radio Bayonne, une radio locale indépendante des réseaux, une radio municipale, se taille la seconde place parmi les radios locales privées.

49RMC est la périphérique la plus écoutée à Bayonne, avec 7,5 % d’audience cumulée. Par contre, deux fois présente sur l’agglomération avec une fréquence propre et avec celle de l’ancienne Radio Adour Navarre qu’elle a reprise, RTL ne capte que 4,4 % d’audience.

3.3. l’audience de la radio a pau

50En terme d’audience générale de la radio, Pau se rapproche beaucoup du comportement aquitain dans son ensemble. France Inter est la station dotée de la plus forte audience, suivie de NR] et de Sky Rock, deux radios privées, la seconde s’adressant avant tout à un public d’adolescents. Elle n’était pas alors régulièrement autorisée par le CSA à émettre sur l’agglomération paloise, ce qui ne gênait sans doute pas ses auditeurs. Sky Rock a depuis interrompu ses émissions à Pau. France Info obtient 9,4 % d’audience cumulée, son meilleur chiffre sur la région. La part de marché de Radio France Pau Béarn n’est que de 2,5 % auxquels vient s’ajouter les 0,6 % de Radio France Pays Basque. Parmi les cinq villes étudiées par Médiamétrie, c’est à Pau que l’on écoute le plus les radios périphériques, ceci grâce à une forte audience de RMC et Sud Radio qui emportent respectivement 9,9 % et 8,3 % de parts de marché.

Graphique no 7 : Audience de la radio en Aquitaine, parts de marché des principales stations

Graphique no 7 : Audience de la radio en Aquitaine, parts de marché des principales stations

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, Février-Décembre 1989

3.4. l’audience de la radio a perigueux

51Si les Aquitains écoutent Radio France plus que l’ensemble des Français, le fief incontesté de la radiodiffusion publique dans la région est la Dordogne, que ce soit en parts de marché ou en audience cumulée. A Périgueux comme ailleurs, France Inter (21,5 % de parts de marché) est la première station, mais ici elle est immédiatement suivie de Radio France Périgord (avec 17,4 % de PDM) une des plus belles réussites de la décentralisation de Radio France. Avec 5 points de parts de marché, France Info réalise ici sa plus forte durée d’écoute par auditeur (113 minutes). Le tableau est tout à fait complet si on prend en compte Radio Bleue diffusée en ondes moyennes. Un seul point de parts de marché pour cette station destinée au troisième âge, mais que ce soit en audience cumulée ou bien en durée d’écoute par auditeur (170 minutes) c’est à Périgueux également que Radio Bleue réalise son meilleur score aquitain. Par contre France Musique se fait peu remarquer en Dordogne et l’écoute de France Culture semble plutôt moins importante ici qu’ailleurs.

  • 13 Grâce à une audience cumulée de 6,2 % et une durée d’écoute par auditeur de 179 minutes, RTL prend (...)

52Il reste finalement peu de place pour les autres stations. Les radios périphériques, à l’exception de RTL13, sont peu présentes. Sky Rock puis NRJ et Europe 2 apparaissent comme les trois premiers réseaux FM. Aucune radio locale indépendante n’obtient d’audience conséquente.

3.5. l’audience de la radio a Bordeaux

53En Aquitaine, Bordeaux est certainement la ville la mieux étudiée du point de vue de l’audience radio. Plusieurs sondages permettent de suivre pas à pas l’évolution des pratiques radiophoniques bordelaises. Les chiffres sur lesquels nous nous appuierons émanent de l’IFOP, de la SOFRES, de Médiamétrie et de BVA. Bien sûr, une fois de plus il s’agit d’organismes différents donc de résultats que l’on ne peut pas comparer point par point. Mais toutefois nous pensons qu’il reste possible de rapprocher ces sondages pour observer les grandes tendances qu’ils dessinent, tout en ayant ces réserves préalables présentes à l’esprit.

  • 14 (1) Sondage Ifop-Sofres, 21 mai-15 juin 1985, 1 000 personnes interrogées par téléphone, enquête r (...)

Tableau no 6. Audience cumulée des stations dans l’agglomération bordelaise (1985-1990)14

Tableau no 6. Audience cumulée des stations dans l’agglomération bordelaise (1985-1990)14

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, Février-Décembre 1989

Radio France

  • 15 Selon M. Breton, directeur de Radio France Bordeaux Gironde, la grève de 1990 n’a pas affecté sa s (...)

54Une première constatation concerne France Inter, même si le chiffre de 1990 n’est pas significatif en raison de la grève qui a touché Radio France au moment de la dernière enquête. Une chute d’audience de la principale radio publique apparaît clairement en 1989, par rapport à 1985-1987, France Inter a perdu 15 points d’audience cumulée sur l’agglomération bordelaise. Comment peut-on expliquer cette diminution ? Peut-être faut-il y voir, en partie au moins, une des conséquences de la propre concurrence interne à Radio France, puisque dans l’intervalle France Info remporte 6,5 % d’audience cumulée et 6,1 % de parts de marché en 1989. Mais d’autre part l’audience de Radio France Bordeaux Gironde reste globalement stable, oscillant de deux points entre 4 et 6 % d’audience cumulée15. FIB après un succès notable en 1987, retrouve un faible niveau d’audience les années suivantes.

Radios périphériques

55On aurait pu s’attendre à une nette progression de l’audience des radios périphériques après l’été 1986 et l’autorisation obtenue d’installer des émetteurs en modulation de fréquence. De toute évidence, ce n’est pas le cas en terme d’audience cumulée. Entre 1985 et 1989 on constate au contraire une baisse d’audience des périphériques. Plus forte pour RMC et Sud, elle affecte également Europe 1 et RTL, les nouvelles venues dont on attendait justement des bouleversements. La reprise d’audience constatée, en 1990, n’est elle pas à imputer à l’absence temporaire de France Inter pour cause de grève ?

Radios locales privées

56Depuis 1985, dans la catégorie radios locales privées, la station NRJ bordelaise caracolait en tête des sondages. Le brusque changement d’enseigne au profit de Fun Radio en octobre 1985 brouillait quelque peu les pistes, mais très vite le réseau NRJ revenait sur la scène bordelaise et retrouvait la première place tandis que l’équipe de Fun conservait un temps son capital d’auditeurs acquis sous sa précédente appellation. Les choses se sont détériorées en 1987 pour Fun alors que NRJ confortait largement sa position et que parmi les autres radios s’affirmait Nostalgie.

57En 1989, l’apparition d’un outsider a créé véritablement la surprise. Wit FM, lancée en mai 1988 par le club des Girondins de Bordeaux, affichait pour ambition de figurer en trois ans parmi les trois premiers de la bande FM. Moins d’un an plus tard, un sondage la place déjà au premier rang des RLP. C’était la première fois en France qu’une radio locale indépendante, non liée à un réseau réussissait à dépasser ceux-ci dans une agglomération de plus de 200 000 habitants. NRJ rejoint la seconde place, Europe 2, qui a repris la fréquence de Top Bordeaux et qui est lié au journal Sud-Ouest, se retrouve à la troisième place avec 5,7 % d’audience cumulée.

58Wit FM a certainement mordu sur l’audience de NRJ, mais elle a aussi pris des auditeurs à d’autres petites stations bordelaises qui, avant elle, occupaient son créneau, Radio Activité ou Studio 2000 par exemple. Cette dernière station, qui fut en son temps la plus célèbre des radios locales privées bordelaises, ne peut retenir ses auditeurs qui sont pratiquement chaque fois moins nombreux.

59On aurait pu penser que le rapide sucès de Wit FM serait un feu de paille essentiellement dû à un phénomène de curiosité. Les derniers sondages confirment l’audience de la station des Girondins même si, en 1990 et 1991, l’écart se resserre entre elle et sa principale rivale NRJ. En 1989, grâce à son succès bordelais, Wit FM se place même au 5° rang des radios les plus écoutées, en audience cumulée, en Aquitaine (6,9 %) et bien que sa diffusion se limite à deux zones : Bordeaux et Périgueux.

3.6. qui ecoute la radio en Aquitaine ?

60Au delà du choix des différentes stations, comment se compose l’auditoire de la radio, quelle est sa structure socio-démographique ? L’enquête médialocales de 1989 permet de répondre avec beaucoup de précisions à ces questions. Il est possible, station par station, de tracer les portraits sociologiques des auditoires, nous nous en tiendrons ici à l’examen de la structure de l’audience de la radio en Aquitaine pour les principaux groupes de stations.

61On retiendra que les hommes écoutent plus la radio que les femmes, (76,2 % des hommes contre 69,2 % des femmes, soit un écart de 5 points), surtout à Bordeaux où l’écart monte à 10 points (82,3 % contre 72,2 %). Mais les femmes sont plus nombreuses que les hommes en Aquitaine et globalement un auditeur sur deux de la radio est une femme.

Graphique no 8 : Audience de la Radio en Aquitaine. Structure de l’audience par sexe

Graphique no 8 : Audience de la Radio en Aquitaine. Structure de l’audience par sexe

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, Février-Décembre 1989

62Le fait d’habiter une commune urbaine favorise l’audience des RLP et l’habitat en milieu rural celle des radios périphériques, mais ce sont les agriculteurs qui écoutent le moins la radio. Près de la moitié d’entre eux ne l’écoute pas (45,5 %).

Graphique no 9 : Audience de la Radio en Aquitaine. Structure de l’audience selon l’habitat

Graphique no 9 : Audience de la Radio en Aquitaine. Structure de l’audience selon l’habitat

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, Février-Décembre 1989

63L’âge influe sur les comportements radiophoniques, c’est entre 25 et 34 ans que l’on écoute le plus la radio (avec deux extrêmes, ceux de Pau et ceux de Périgueux, 90,5 % contre 79,5 %) et après 65 ans le moins. Entre les deux la baisse est régulière. Radio France attire un public mûr (entre 35 et 65 ans et plus), par contre l’écoute des RLP reste l’apanage des jeunes. 62,4 % des auditeurs des ces stations ont moins de 35 ans, et 86,7 % moins de 50 ans. Mais c’est sur les 15-24 ans qu’elles réalisent leur meilleure pénétration (68 % sur l’ensemble de la région, avec un minimum de 65,4 % chez les jeunes Palois et un maximum de 73,8 % chez les jeunes Bordelais). A l’inverse, l’audience des périphériques s’équilibre sur l’ensemble des tranches d’âge, à l’exception de celle des 15-24 ans sous-représentée.

64Les actifs écoutent la radio plus que les inactifs (77,5 % contre 67,4 %, soit un écart de 10 points), avec un maximum de 16,3 points à Agen. Les catégories socio-professionnelles les mieux représentées dans l’auditoire de la radio sont celles des cadres, les professions libérales et les professions intermédiaires ainsi que les petits patrons. Les étudiants et les militaires du contingent, que Médiamétrie ne dissocie pas, sont aussi de gros consommateurs de radio (86,9 % d’audience en cumulé).

Graphique no 10 : L’Audience de la radio en Aquitaine. Structure par âge

Graphique no 10 : L’Audience de la radio en Aquitaine. Structure par âge

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, Février-Décembre 1989

65La situation professionnelle et sociale influe également sur les choix radiophoniques. Chez les actifs, les plus fortes audiences cumulées se situent chez les responsables d’affaires, les cadres et les professions libérales : 83,7 % (maximum 90,7 % à Agen, minimum 79,5 % à Bordeaux) suivis des professions intermédiaires et des petits patrons. Par contre l’audience cumulée de la radio est plus faible chez les ouvriers : 74,4 % (maximum 88,4 % à Pau, minimum 74,1 % à Bayonne) et plus encore chez les agriculteurs : 54,5 %. Ouvriers et employés privilégient souvent les RLP (43 % et 41,6 %), dans une proportion plus grande que les dirigeants et les cadres qui se tournent plutôt vers les stations de Radio France.

66Chez les inactifs, on retrouve par le biais des étudiants et des militaires, les observations faites chez les jeunes de 15 à 24 ans qu’il s’agisse de l’écoute en général : 86,9 % (maximum 91,4 % à Pau, minimum 79,8 % à Agen) ou de l’écoute des radios locales privées : 66,8 % (maximum 80,3 % à Périgueux, minimum 62,2 % à Pau).

67En outre, la pratique de la radio s’accroît avec le niveau d’instruction, de 59,1 % chez les Aquitains ayant un niveau d’instruction primaire à 81,9 % chez ceux ayant atteint une scolarité de niveau supérieur. En revanche la fréquentation des RLP est plus forte chez les Aquitains de niveau scolaire secondaire (39,9 %) et technique (44 %).

68On notera que l’audience de Radio France est plus forte auprès de ceux qui disposent d’un niveau d’instruction secondaire. De même que les auditeurs des RLP sont dotés de niveaux d’étude secondaire pour près de la moitié d’entre eux (45,8 %).

69Pau fait toutefois figure d’exception, car on y trouve rassemblés les plus forts taux d’audience cumulée chez les personnes d’un niveau d’instruction technique et le plus faible taux chez les individus de niveau secondaire, pour les RLP.

Tableau no 7. Audience par niveau d’instruction

Tableau no 7. Audience par niveau d’instruction

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, 1989

70Enfin pour rappeler deux évidences, les audiences cumulées sont les plus fortes chez les Aquitains qui possèdent plusieurs postes de radios que chez ceux qui n’en possèdent qu’un et elles sont également plus élevées chez ceux dont les postes peuvent capter la bande FM que chez ceux qui en sont démunis.

Graphique no 11. L’audience de la radio en Aquitaine Structure selon le niveau d’instruction

Graphique no 11. L’audience de la radio en Aquitaine Structure selon le niveau d’instruction

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989

Graphique no 12. L’audience de la radio en Aquitaine. Structure selon la PCS des individus

Graphique no 12. L’audience de la radio en Aquitaine. Structure selon la PCS des individus

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989

CONCLUSION

71On constate qu’en 1989, France Inter et, à travers cette station, Radio France, conserve la première place, qui est traditionnellement celle de la radiodiffusion publique en Aquitaine. Ceci constitue le principal élément de la spécificité régionale en matière d’audience radiophonique. Même si les scores de France Inter tendent à se restreindre, de nouvelles stations publiques, locales ou nationales, ne laissent pas échapper les auditeurs de Radio France vers le secteur privé, ni vers les radios périphériques, dont la présence sur le sol aquitain depuis 1986 se révèle assez décevante. Dans les villes comme Bordeaux ou Bayonne où leur confort d’écoute s’est grandement amélioré grâce à des rééméteurs, on n’assiste pas encore en 1989 à de grands gains d’audience pour ces stations. Les permanences sont ici plus fortes que les mutations, les habitudes d’écoute restant défavorables aux radios généralistes privées nationales. Sur l’ensemble de l’Aquitaine, la couverture de ces radios en modulation de fréquence n’était pas et de loin complète en 1989, aussi l’attribution de nouvelles fréquences FM sera sans doute pour elles une revendication en 1992, au moment où le CSA procédera à la redéfinition du paysage radiophonique aquitain, mais cette multiplication sera-t-elle le gage du succès ? On peut en douter. La concurrence n’est plus seulement aujourd’hui entre service public et radios périphériques, de nouveaux choix sont offerts aux auditeurs.

72Le changement le plus important se rencontre avec les radios FM ou RLP. Comme ailleurs en France, celles-ci se sont définitivement installées en Aquitaine où elles ont conquis un tiers de l’audience cumulée. Ensemble elles font jeu égal avec Radio France pour le partage de l’auditoire aquitain et des sondages partiels plus récents semblent indiquer que leur ascension ne s’arrête pas là où elle en était en 1989, d’autant plus que leur succès auprès des classes les plus jeunes de la société les incite à l’optimisme.

73Mais au delà d’un succès global certain, les RLP apparaissent comme le domaine de la diversité. On constate que l’audience se concentre sur un petit nombre de programmes, semblables par leur contenu, ils émanent de réseaux privés nationaux et ont pour la plupart perdu tout ancrage local, à l’exception notable de Wit FM dans l’agglomération bordelaise. Pourtant dans chaque agglomération considérée par Médiamétrie, ce n’est pratiquement jamais la même station FM qui arrive en tête. NRJ, de ce point de vue, perd sa prééminence exclusive sur les autres radios FM.

74Quant aux radios véritablement locales, associatives ou thématiques privées, elles apparaissent peu dans l’enquête Médialocales. L’audience restreinte de chacune reste une donnée incontournable mais ne les condamne pas pour autant. Par définition, elles ne visent le plus souvent que des publics particuliers et réduits, mais qui peuvent être aussi fidèles et plus attentifs que d’autres ; des durées d’écoute particulièrement élevées pour certaines de ces radios, en témoignent.

Annexes

ANNEXE No1. AUDIENCE CUMULEE DE LA RADIO EN AQUITAINE

ANNEXE No1. AUDIENCE CUMULEE DE LA RADIO EN AQUITAINE

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989

ANNEXE No2. AUDIENCE DE LA RADIO EN AQUITAINE (Durée d’écoute par auditeur)

ANNEXE No2. AUDIENCE DE LA RADIO EN AQUITAINE (Durée d’écoute par auditeur)

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989

ANNEXE No3. AUDIENCE DE LA RADIO EN AQUITAINE (Parts de marché)

ANNEXE No3. AUDIENCE DE LA RADIO EN AQUITAINE (Parts de marché)

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989

ANNEXE No4. AUDIENCE DE LA RADIO EN AQUITAINE (Qaurt d’heure moyen en %)

ANNEXE No4. AUDIENCE DE LA RADIO EN AQUITAINE (Qaurt d’heure moyen en %)

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989

ANNEXE No5. COMPOSITION DES AUDIENCES DES STATIONS DE RADIO EN AQUITAINE. Audience en cumulé, pénétration (1 % = 22 184)

ANNEXE No5. COMPOSITION DES AUDIENCES DES STATIONS DE RADIO EN AQUITAINE. Audience en cumulé, pénétration (1 % = 22 184)

Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989

Notes

1 L’audience de la radio en Aquitaine a déjà fait l’objet de publications. On pourra consulter :
- ROBINE, Nicole ; THIBAULT, Georges. « Audience et comportements du public », p. 728-775 in Les Mutations de la radio en Aquitaine, 1981-1987 /sous la direction du Professeur André-Jean TUDESQ. - Talence : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, LASIC, 1987, 793 p.
- ROBINE, Nicole ; THIBAULT, Georges. « Radios locales privées : le public aquitain », Communication et Langages, no 80, 2ème trimestre 1989, p. 90-105.

2 Ceux qui souhaitent en savoir plus sur le paysage radiophonique aquitain et son évolution depuis 1981 pourront se reporter aux études suivantes :
« Les Mutations de la radio en Aquitaine, 1981-1987 ». - Op. cit.
CHEVAL, Jean-Jacques. Les radios locales privées en Gironde - Talence : ISIC, Thèse de Doctorat de l’Université de Bordeaux III sous la direction du Professeur André Jean Tudesq, 1986,692 p.
CHEVAL, Jean-Jacques. « Les radios locales privées en France au travers de l’exemple du département de la Gironde (1976-1986) » in Communications-Le journal européen de la communication, no 1/1988, janvier 1988, Frankfurt.
CHEVAL, Jean-Jacques. « L’évolution de la radiodiffusion en Aquitaine 1987-1990 (rapport annexe) », 38 p. in Les mutations du système de communication en Aquitaine dirigé par le Professeur André-Jean TUDESQ. - Talence : Centre d’Étude des Media, 1991.

3 Sondage IFOP-CESTA, « Les Aquitains et la pratique des nouveaux média », 1984 ; « Comment communiquent les Aquitains ?/sous la direction d’André-Jean Tudesq. Étude pour l’Université d’Été de la Communication, 1986, 236 p.

4 Audience cumulée, du lundi au vendredi, entre 5 h et 24 heures, source : Médiamétrie enquête 36 000, moyenne calculée à partir des chiffres d’audience sur 10 mois de 1989, juillet-août exclus.

5 En étude d’audience radio, une unité de mesure est le quart d’heure. L’audience quart d’heure moyen est la moyenne arithmétique de l’audience des quarts d’heure composant le moment étudié, ici 5 H-24 H.

6 « Sud-Ouest, radio : les périphériques à l’assaut de NRJ ». Médias, no 637, 13 juin 1986 & enquête Médialocales Radio, Février-Décembre 1989.

7 Sondage Médiamétrie, 1-7 mars 1986,1000 personnes interrogées par téléphone, enquête réalisée pour le compte de Radio France et diverses RLP.

8 Radio France réalise un score de 22,5 d’audience cumulée moyenne, du lundi au vendredi, entre 5 heures et 24 heures (source : Médiamétrie enquête 36 000, moyenne calculée à partir des chiffres d’audience sur 10 mois de 1989, juillet août exclus).

9 On se rapellera que les Agenais ne disposaient pas d’émetteur pour France Info en 1989.

10 La DEA moyenne de France Info au niveau national était, en 1989, de 73 minutes (source : Médiamétrie enquête 36 000, moyenne calculée à partir des chiffres d’audience sur 10 mois, juillet-août exclus).

11 Les parts de marché sont calculées à partir du quart d’heure moyen qui est pour une station donnée : le rapport entre la valeur de son quart d’heure moyen et celle du quart d’heure moyen de l’ensemble de la radio exprimé en pourcentages.

12 De même que pour les radios locales de Radio-France, la présence de celles-ci limitée à une partie de l’Aquitaine ne permet pas de mesurer leur succès sur l’ensemble de la région.

13 Grâce à une audience cumulée de 6,2 % et une durée d’écoute par auditeur de 179 minutes, RTL prend 9,2 % de parts de marché sur Périgueux, alors qu’à notre connaissance RTL ne disposait pas légalement de réémetteur FM sur cette ville en 1989.

14 (1) Sondage Ifop-Sofres, 21 mai-15 juin 1985, 1 000 personnes interrogées par téléphone, enquête réalisée pour le compte de Radio France et diverses RLP.
(2) Sondage Médiamétrie, 1-7 mars 1986, 1 000 personnes interrogées par téléphone, enquête réalisée pour le compte de Radio France et diverses RLP.
(3) Sondage BVA, février 1987, 855 personnes interrogées.
(4) Sondage BVA, 13 mars - 25 mars 1989, 1 400 personnes interrogées sur l’ensemble du département.
(5) Médiamétrie, enquête Médialocales Radio, 21 février au 03 juillet et du 03 octobre au 18 décembre 1989, 709 personnes interrogées.
(6) Sondage BVA, 20 mars - 9 avril 1990,993 personnes interrogées. La période de l’enquête recouvre en partie celle d’une grève touchant le personnel de Radio France.
Un tableau récapitulatif de ces sondages de 1983 à 1987 est donné dans « Les Mutations de la radio en Aquitaine, 1981-1987 ». Op. cit., p. 732-734.

15 Selon M. Breton, directeur de Radio France Bordeaux Gironde, la grève de 1990 n’a pas affecté sa station.

Table des illustrations

Titre Tableau no 2. Nombre et répartition des radios FM privées en Aquitaine en 1986 et 1989/1990
Légende Source : Enquête Médialocales, Médiamétrie, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau no 3. Equipement radiophonique en Aquitaine
Légende Source : enquête Médialocales radio, Médiamétrie, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Graphique no 1 : L’équipement radio
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Source : enquête Médialocales radio, Médiamétrie, février-décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Tableau no 4. Audience au quart d’heure moyen6
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique no 2 : Audience radio en Aquitaine (en cumulée ( %)
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Février-Décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Graphique no 3 : Audience radio en Aquitaine (heure par heure)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique no 4 : Audience de la radio en Aquitaine, durée d’écoute par auditeur en minutes
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Février-Décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Graphique no 5 : Audience de la radio en Aquitaine, parts de marché
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Février-Décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Graphique no 6 : Audience de la radio en Aquitaine, audience cumulée par station en %
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Février-Décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Graphique no 7 : Audience de la radio en Aquitaine, parts de marché des principales stations
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, Février-Décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Tableau no 6. Audience cumulée des stations dans l’agglomération bordelaise (1985-1990)14
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, Février-Décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique no 8 : Audience de la Radio en Aquitaine. Structure de l’audience par sexe
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, Février-Décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Graphique no 9 : Audience de la Radio en Aquitaine. Structure de l’audience selon l’habitat
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, Février-Décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Graphique no 10 : L’Audience de la radio en Aquitaine. Structure par âge
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, Février-Décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Tableau no 7. Audience par niveau d’instruction
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique no 11. L’audience de la radio en Aquitaine Structure selon le niveau d’instruction
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Graphique no 12. L’audience de la radio en Aquitaine. Structure selon la PCS des individus
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre ANNEXE No1. AUDIENCE CUMULEE DE LA RADIO EN AQUITAINE
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre ANNEXE No2. AUDIENCE DE LA RADIO EN AQUITAINE (Durée d’écoute par auditeur)
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre ANNEXE No3. AUDIENCE DE LA RADIO EN AQUITAINE (Parts de marché)
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre ANNEXE No4. AUDIENCE DE LA RADIO EN AQUITAINE (Qaurt d’heure moyen en %)
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre ANNEXE No5. COMPOSITION DES AUDIENCES DES STATIONS DE RADIO EN AQUITAINE. Audience en cumulé, pénétration (1 % = 22 184)
Légende Source : enquête Médialocales Radio, Médiamétrie, février-décembre 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14123/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 316k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search