Version classiqueVersion mobile

L’audience des médias en Aquitaine

 | 
André-Jean Tudesq

La presse régionale en Aquitaine et ses lecteurs en 1989

Jean-Jacques Cheval et Georges Thibault

Texte intégral

  • 1 CESP Digest 1990. - Paris : Centre d’Étude des Supports de Publicité, 1991, 35 p.

1Selon le CESP, en 1990, les Français qui déclaraient avoir lu au moins un quotidien la veille du jour où la question leur était posée, étaient au nombre de près de 22,5 millions, soit 50,8 % de la population âgée de 15 ans et plus. 11,2 % des Français portaient leur choix vers la presse quotidienne nationale et 42,1 % vers la presse quotidienne régionale. Quant à la presse périodique, 83,4 % des personnes interrogées avaient lu au moins un hebdomadaire lors de la semaine précédente et 72,6 % au moins un mensuel au cours du dernier mois1.

  • 2 Enquête Médialocales, Médiamétrie, 1989.

2Indices confirmant la bonne santé de la presse magazine et les difficultés d’une presse quotidienne en crise, ces chiffres manquent pour autant de nuances. A l’échelle de la France entière, ils ne traduisent pas les comportements particuliers qui s’affirment d’une région à l’autre, d’une ville à l’autre, en fonction des choix de lecture dont dispose chacun, selon notamment son lieu de résidence. Notre propos sera ici d’étudier l’audience de la presse quotidienne et hebdomadaire régionale en Aquitaine en 1989, au niveau de la région toute entière et plus particulièrement au sein de cinq grandes agglomérations : Agen, Bayonne, Bordeaux, Pau, Périgueux. Notre outil principal sera l’analyse de l’enquête Médialocales 1989 réalisée par Médiamétrie2. Ce sondage particulièrement précis permet d’approcher finement la réalité du comportement des Aquitains en matière de consommation de presse et, dans le cas des villes prises en compte par l’enquête, leurs dissemblances.

  • 3 Les enquêtes plus anciennes auxquelles nous nous référerons sont les suivantes :

3A chaque fois que cela s’avérera possible, nous rapprocherons les données fournies par Médiamétrie de celles dont nous disposons par ailleurs, enquêtes plus anciennes pour tenter de saisir les mutations des usages ou chiffres nationaux permettant de noter une originalité régionale. La principale difficulté en ce cas est de comparer des résultats qui ne sont pas tout à fait comparables. Les chiffres mis à notre disposition émanent d’organismes divers employant des méthodologies différentes, aussi faut-il rester très prudents quant aux résultats obtenus, aux écarts constatés3. Pour autant il est difficile de renoncer à ces rapprochements sous peine de se condamner à n’observer que des situations figées à des moments donnés sans perspectives d’investigation et de bilan à moyen et long termes. Une fois de plus, on doit regretter l’absence de tels outils d’observation réguliers, présents sur une longue période, seuls à même de saisir dans le détail les évolutions des pratiques de lecture de la presse ou de consommation culturelle en général. Les enquêtes Médialocales, malgré des imperfections sans doute, apparaissaient comme un des instruments utiles pour avancer dans cette voie, il faut déplorer que faute d’une rentabilité suffisante, cette série d’enquêtes ait été récemment abandonnée par Médiamétrie.

I - LA PRESSE EN AQUITAINE

4Le lecteur de journaux et périodiques en Aquitaine dispose d’un choix variable selon le lieu où il réside et selon le type de presse qu’il consulte. Il peut tout d’abord choisir entre la presse nationale et la presse régionale, qu’elle soit quotidienne ou hebdomadaire. La fréquence de lecture de la presse quotidienne nationale n’est pas prise en compte par Médiamétrie mais on sait par ailleurs que la lecture de cette presse est faible en Aquitaine. En 1986 si 20,2 % des Aquitains déclaraient lire les quotidiens nationaux, seulement 8,3 % déclaraient les lire tous les jours ou presque contre 8,9 % deux ans auparavant en 1984.

5En 1986, les quatre journaux parisiens les plus lus étaient : Le Monde, Le Figaro, Libération et l’Équipe. Le public des quotidiens nationaux était composé pour un tiers de personnes ayant entre 25 et 34 ans où dominaient les jeunes inactifs, les étudiants, et les classes moyennes. Il habitait pour près de la moitié dans les grandes villes. Ces constatations sans réelles surprises confirmaient ce que l’on sait par ailleurs de la sociologie commune de la lecture de la presse en France. Rien ne laisse penser, ni ne permet de dire, que cette situation se soit depuis modifiée.

  • 4 Voir chiffres donnés en introduction.

6Les Aquitains disposent également de la totalité de l’éventail de la presse périodique nationale. En 1986, un tiers (33,4 %) des personnes interrogées déclarait lire régulièrement au moins un mensuel national et 54 % au moins un hebdomadaire du même type. Un écart sensible existe donc entre les habitudes de lecture de la presse magazine déclarées par les Aquitains en 1986 et les chiffres de lecture dernière période rélevés au niveau national en 1990 par le CESP4, néanmoins il est difficile d’en tirer des conclusions, la différence de période et d’indice est ici forcément à considérer.

7Médiamétrie en 1989 n’a pas pris en compte cet aspect des choses. L’enquête ne s’intéresse qu’à la presse hebdomadaire nationale spécialisée dans les programmes de télévision et à quelques titres nationaux qui éditent des éditions régionales. Nous y reviendrons.

1.1. PRESENTATION DE LA PRESSE QUOTIDIENNE REGIONALE EN AQUITAINE

8En 1989, la Presse Quotidienne Régionale en Aquitaine compte neuf titres. C’est l’audience de ces neufs titres qui sera ici analysée. Ce premier chiffre semble indiquer une bonne santé et l’existence d’un réel pluralisme de la presse quotidienne régionale en Aquitaine, néanmoins cette impression doit être tempérée par plusieurs observations préalables.

  • 5 GAYAN, Louis-Guy. « Un exemple parmi d’autres... Sud-Ouest »., p. 98-112 in La presse quotidienne r (...)

9Il faut considérer que trois de ces neufs quotidiens sont des journaux implantés dans des régions voisines de l’Aquitaine, ils ne sont de ce fait que marginalement diffusés en Aquitaine. Les six autres quotidiens sont par contre écrits et imprimés dans la région mais un seul d’entre eux, Sud Ouest, est diffusé dans tous les départements. Notons également que sur ces neufs quotidiens, six appartiennent à un même groupe de presse, le groupe Sud Ouest, puissance incontournable de la presse écrite en Aquitaine, dont il sera intéressant d’observer comment il organise sa propre concurrence, au sein de différentes villes d’Aquitaine, pour le plus grand profit du groupe, mais au détriment peut-être du quotidien bordelais Sud Ouest, son « navire amiral» selon l’expression qu’affectionnent ses dirigeants5.

  • 6 Stratégies, no 740,15 avril 1991, p. 16.

10Le groupe Sud Ouest en Aquitaine, c’est effectivement avant tout le quotidien bordelais du même nom. Créé en août 1944 pour prendre la suite de La Petite Gironde, le journal bordelais s’est hissé aux premiers rangs de la presse quotidienne régionale, devenant, en 1989 justement, le deuxième titre de cette presse par sa diffusion totale payée (359 644 exemplaires), derrière Ouest-France bien sûr mais devant La voix du Nord qu’il devançait cette fois. En une décennie de 1980 à 1989, le journal a obtenu une progression de sa diffusion payée de 2,2 % alors que la tendance générale sur la même période était à une régression de la diffusion des quotidiens régionaux6. Tout en encourageant la croissance de son titre phare, le groupe Sud Ouest s’est étoffé au fil des ans par la diversification de ses activités et l’absorption d’autres journaux régionaux, ceux que Ton appelle « les quotidiens associés ».

11Dès le début des années 60, Sud Ouest reprend son principal concurrent girondin, La France-La Nouvelle République pour peu à peu faire disparaître l’essentiel de son contenu rédactionnel propre, remplacé par une pagination commune à Sud Ouest. Le quotidien qui fut d’obédience socialiste et radicale y a perdu son âme et finalement ses lecteurs qui disparaissent souvent sans se reporter ailleurs, et justement pas sur Sud Ouest. En 1988, alors que rien ne la distingue plus de Sud Ouest sinon sa première page, La France entièrement rénovée est relancée à la Rochelle avec des moyens rédactionnels propres, devenant le nouveau quotidien départemental des Charentes Maritimes. Il cesse d’être distribué en Gironde à partir du 1 avril 1989.

12En 1963, le groupe reprend un autre quotidien, La Charente Libre, mais à la différence de La France, ce quotidien essentiellement diffusé depuis Angoulême sur le département de la Charente, conserve une personnalité éditoriale propre et une certaine liberté de ton qui le distingue au sein de la presse quotidienne régionale française.

13Une dizaine d’années plus tard, en 1974 et 1975, ce sont deux quotidiens béarnais qui rejoignent le giron de Sud Ouest, le premier étant de tradition catholique et conservatrice, L’Éclair des Pyrénées, l’autre se positionnant à Gauche, La République des Pyrénées. Regroupés au sein d’un GIE (Groupement d’intérêts Économiques), les deux quotidiens palois maintiennent également un contenu rédactionnel propre par rapport à Sud Ouest, mais qui leur devient en partie commun. 70 % des pages — les locales — des deux journaux sont identiques. Par contre, les premières pages conservent à chacun une identité particulière et de ce fait des lectorats qui ne se confondent pas.

14Enfin en 1984, alors que le journal Sud Ouest, à 40 ans, restructure et rajeunit sa maquette, un cinquième quotidien, La Dordogne Libre, s’ajoute aux précédents. C’est l’un des plus petits titres de la presse quotidienne française, un titre local plus que régional puisque qu’il s’adresse essentiellement à l’agglomération de Périgueux. Lui aussi va conserver sa vocation initiale.

  • 7 CHARON, Jean-Marie. « Sud Ouest, du quotidien au groupe régional indépendant ». MédiasPouvoirs, no  (...)

15Ainsi autour du journal Sud Ouest s’est constitué un groupe matérialisé par la création en 1986 d’une nouvelle société regroupant l’ensemble de ses activités. À l’exception de La France, qui a disparu avant de renaître sous une forme différente, les autres quotidiens du groupe Sud Ouest ont été maintenus. Ils disposent d’une indépendance éditoriale par rapport au quotidien bordelais et de ce fait sont en concurrence avec lui sur les zones où ils se rencontrent. Cette option délibérée correspond au principe dit du « Pluralisme organisé ». « Il consiste à voir chaque titre au sein du groupe garder son autonomie rédactionnelle (de sensibilité) et commerciale, ses moyens techniques peuvent être associés à un autre départemental, mais ne sont aucunement fondus dans ceux du quotidien Sud Ouest. Chaque PDG est donc responsable totalement de la marche de son entreprise, face aux titres du groupe, devant trouver la meilleure spécificité et complémentarité dans l’approche du marché local. [...] Le pluralisme organisé exprime bien sûr une philosophie en matière d’information, mais il manifeste également le réalisme et le pragmatisme d’éditeurs qui savent qu’aucun régional ne saura jamais satisfaire l’ensemble des attentes des très divers publics locaux, ce que peut permettre pour un groupe le jeu entre plusieurs titres : régionaux, départementaux, de ville,...Le fruit de cette approche s’exprime et s’exprimera dans un taux de pénétration global, mais aussi dans chaque zone et chaque public, qui lui-même revêt une valeur certaine vis-à-vis des annonceurs7 Avec au total plus de 370 000 exemplaires diffusés en 1989 (et des pointes à plus de 400 000 exemplaires en juillet-août) le journal Sud Ouest apportait à lui seul 60 % du chiffre d’affaires du groupe Sud Ouest tandis que les « quotidiens associés » représentaient pour leur part 13 % du chiffre d’affaires et environ 90 000 exemplaires diffusés en moyenne.

16On observera avec le tableau suivant comment la diffusion de Sud Ouest se ventilait en 1989 sur 8 départements comparativement à la proportion de population, donc de lectorat potentiel, que représentait chacun de ces départements.

17La part de diffusion du journal Sud Ouest est supérieure à la part de population sur l’ensemble pour deux départements, les Landes et surtout la Gironde où réside près d’un tiers de la population considérée et où s’effectue 41,7 % de la diffusion du journal, confirmant ainsi le caractère bordelais prononcé du quotidien. Dans trois autres cas, la Charente Maritime, la Dordogne et les Pyrénées-Atlantiques, la population du département et la part de diffusion de Sud Ouest, bien que légèrement inférieure à ses potentialités, s’équilibrent globalement. L’écart est un peu plus accentué en Lot-et-Garonne et surtout en Charente. On ne peut considérer avec précision le cas du Gers, Sud Ouest n’étant pas diffusé sur l’ensemble de ce département.

  • 8 CHARON, Jean-Marie. Ibid, p. 65.

Tableau no 1. Part de chaque département dans les ventes de Sud Ouest en 1989 rapportée à leurs populations respectives8

Départements où le Quotidien Sud Ouest est diffusé

Population 1990 (INSEE)

Population : % sur les 8 départements

Pourcentage dans la diffusion de Sud Ouest

Charente

341 993

8,91

2,3

Charente Maritime

527 146

13,73

12,6

Dordogne

386 365

10,06

9,4

Gers*

174 566

4,55

1,2

Gironde

1 213 499

31,61

41,7

Landes

311 461

8,11

13,1

Lot-et-Garonne

305 989

7,97

5,7

Pyrénées-Atlantiques

578 516

15,07

13,9

Total

3 839 535

100,00

100,00

* Il faut noter que dans le cas du Gers Sud Ouest n’est pas diffusé sur l’ensemble du département

18Outre les journaux du groupe Sud Ouest, on peut lire trois autres quotidiens régionaux en Aquitaine. Au nord de la région, en Périgord on peut se procurer l’Écho de la Dordogne. Il s’agit de l’édition départementale du quotidien communiste, l’Écho du Centre de Limoges, dernier vestige aquitain d’une presse quotidienne régionale d’opinion, née de la Libération. L’Écho de la Dordogne a subi, lors de ces dernières années, les mêmes difficultés que l’ensemble de ce type de presse en France mais a réussi à se maintenir dans ce département faisant entendre ainsi une voix différente. La diffusion moyenne du journal est de 12 à 13 000 exemplaires en Dordogne.

  • 9 GAYAN, Louis-Guy. « La Dépêche du Midi : vive la République ! ». - p. 45-49 in La presse quotidienn (...)

19A Agen, en Lot et Garonne, deux autres quotidiens viennent concurrencer Sud Ouest, tous deux appartiennent au même groupe de presse : La Dépêche du Midi. Titre vénérable de la presse quotidienne régionale qui a fêté ses 120 ans en 1990, La Dépêche du Midi reste porteur d’une vieille tradition politique républicaine et radicale. Crédité d’une diffusion de 238 818 exemplaires en 1989, La Dépêche du Midi n’a plus, néanmoins, l’audience qui fut la sienne sous la Troisième République9. Elle demeure pour autant le principal concurrent du groupe de presse bordelais dans le grand sud-ouest de la France. Toutefois en 1968, à l’instar de ce qui se passait dans d’autres régions françaises, Sud Ouest et La Dépêche du Midi ont abouti à des accords de partage de zones, s’engageant à ne pas se concurrencer sur leurs fiefs. Ces accords ont été renouvelés en 1978. Seule une zone tampon restait en place en Aquitaine : le sud du département du Lot-et-Garonne et sa préfecture Agen. Cette ville étant située à mi-chemin des deux grandes métropoles régionales, elle subit de fait leurs influences réciproques, ses habitants peuvent donc choisir entre les quotidiens des deux grandes villes ou bien porter leur choix vers un troisième journal, local celui-ci, Le Petit Bleu du Lot-et-Garonne.

20Journal indépendant jusqu’aux années 70, Le Petit Bleu en proie à des difficultés financières, a été repris par le groupe La Dépêche du Midi à la suite d’un affrontement resté marquant entre ce groupe de Presse et Sud Ouest. Dirigé par un syndicaliste, Jean-Marie Hellian, ancien employé de Sud Ouest, Le Petit Bleu échappe ainsi au quotidien bordelais. Il a depuis conservé son indépendance rédactionnelle, demeurant un journal d’informations locales et départementales assez dynamique et bien implanté sur son terroir.

21On trouvera dans le tableau no 2 quelques renseignements disponibles pour 1989, provenant de sources diverses, portant sur le tirage, la diffusion, et le lectorat des neuf quotidiens étudiés, sur l’ensemble de leurs zones de diffusion (et non pas seulement sur l’Aquitaine).

Tableau no 2. Tirage, diffusion et lectorat en France de la presse quotidienne diffusée en Aquitaine

TITRES

Tirages OFUP1

Diffusion OJD2

LDP CESP3

L’Écho de la Dordogne (Limoges)

 ?

(12 500)4

L’Éclair des Pyrénées (Pau)

12 000

10 271

La Charente Libre (Angoulème)

45 000

40 262

La Dépêche du Midi (Toulouse)

277 955

238 818

858 000

La Dordogne Libre (Périgueux)

4 820

4512

La France - La Nouvelle République (Bordeaux)

 ?

4 969

La République des Pyrénées (Pau)

35 000

29 632

Le Petit Bleu (Agen)

15 000

40 262

Sud Ouest. (Bordeaux)

418 093

375636

1 176 000

Ensemble des Quotidiens de groupe Sud Ouest

514913

465 282

1 445 000

1.- Office Universitaire de Presse. « Le guide de la Presse 1990 ». Paris : OFUP, 1990,1199 p.
2 - DUCARROIR, Evelyne. « Évolution de la diffusion des quotidiens et principaux périodiques français de 1986 à 1989 ». Médias Pouvoirs, n°20, p. 185-186. (Les chiffres indiqués sont ceux fournis par les journaux eux-mêmes à l’OJD (Office de Justification de la Diffusion) lors de leur déclaration annuelle sur l’honneur).
3.-Centre d’Étude des Supports de Publicité. Les résultats d’audience de la presse quotidienne 1988-1989. Paris : mai 1990, p. 31-32. (LDP = Lecture dernière période, c’est-à-dire les lecteurs de la veille dans le cas d’un quotidien).
4.-Chiffres pour 1990, sources personnelles.

1.2. PRESENTATION DE LA PRESSE HEBDOMADAIRE REGIONALE

22La presse hebdomadaire régionale est multiple en Aquitaine, journaux de quartier, journaux municipaux, journaux locaux à l’échelle d’un « pays », journaux gratuits ou enfin magazines régionaux diffusés sur toute l’Aquitaine ou même au-delà.

  • 10 Ces chiffres présentent une différence notable, sans qu’il faille conclure toutefois à une baisse s (...)
  • 11 CESP, op. cit., p. 23.

23Sud Ouest Dimanche est certainement l’hebdomadaire régional le plus lu en Aquitaine. En 1984, 8,4 % des Aquitains déclaraient lire régulièrement Sud Ouest Dimanche et ils étaient 4,7 % à faire de même en 19861 Curieusement, en 1989, Médiamétrie n’étudie pas l’audience de l’hebdomadaire, on peut penser qu’il s’agit d’un choix du Groupe Sud Ouest figurant parmi les commanditaires de l’enquête. En 1990, selon le CESP les lecteurs dernière période de Sud Ouest Dimanche étaient au nombre de10 064 000 et 925 000 le lisaient régulièrement.11 Un seul autre hebdomadaire régional couvre l’ensemble de la région Aquitaine, il s’agit du Courrier français, journal confessionnel catholique de Bordeaux qui tire à 80 000 exemplaires et diffuse au total sur 16 départements. À travers ses différentes éditions et sa sensibilité particulière, Le Courrier Français traite de l’information générale, départementale et locale. En 1986, il était crédité d’une pénétration régulière de 4,4 % sur l’Aquitaine.

24En dehors de ces deux titres, existent d’autres hebdomadaires locaux, qui forment une palette diverse : feuille plus ou moins riche d’information locales telles La Gazette de la vallée du Lot à Villeneuve-sur-Lot ou L’essor Sarladais à Sarlat, Le Républicain à Marmande appartenant au groupe La Dépêche du Midi, ou bien encore Le Résistant de Libourne et son concurrent L’Avenir du Libournais ; journaux d’une communauté ethnique ou linguistique à l’instar de Berriak ou Herria en Pays Basque ; journal d’une sensibilité politique comme Les Nouvelles de Bordeaux éditées par le Parti Communiste et diffusée en même temps que L’Humanité Dimanche. La liste n’est pas close par cette rapide énumération. En tout état de cause, l’audience de ces titres ne peut se mesurer qu’à partir de leurs zones de diffusion particulières et n’a aucune signification dans une zone voisine ou au niveau de la région toute entière.

II - L’AUDIENCE DE LA PRESSE ECRITE, LES MEDIALOCALES DE 1989

25L’étude Médialocales a été réalisée au niveau de la région Aquitaine ainsi que plus particulièrement dans les agglomérations d’Agen, Bayonne, Bordeaux, Pau, Périgueux.

2.1. LES INDICATEURS DE L’AUDIENCE DE LA PRESSE

26En ce qui concerne la lecture de la presse, les sept indicateurs de l’audience que l’on peut retrouver dans les résultats fournis par Médiamétrie sont les suivants :

27• L’audience des six derniers mois pour la presse quotidienne, des douze derniers mois pour la presse hebdomadaire. Cet indice est calculé à partir des réponses à la question : « Pour le ou les titres que je vais vous citer, dites-moi si, au cours des six (ou douze) derniers mois, vous l’avez eu en mains chez vous ou hors de chez vous, pour le lire, le parcourir ou le consulter ». Peu précis puisqu’il amalgame les lecteurs les plus et les moins réguliers, ce premier indice permet toutefois de connaître la population globale des lecteurs et de la différencier de celle des non lecteurs quasi-absolus.

  • 12 Seulement les « premiers lecteurs » en ce qui concerne les hebdomadaires, c’est à dire ceux ayant d (...)
  • 13 Lecture dernière période = la lecture de la veille pour un quotidien ou la lecture de la semaine pr (...)

28• L’audience par jour moyen de parution, ou sur la période de parution (sept jours pour un hebdomadaire) Ce deuxième indice part de la question suivante : « Hier... (citer le jour) avez-vous eu entre les mains pour le lire, le parcourir ou le consulter, que ce soit chez vous ou hors de chez vous, un numéro, même ancien de... ?« Il s’agit donc d’un indicateur construit à partir de la lecture de la veille. La question étant posée sept jours sur sept, y compris le dimanche, jour de non parution des quotidiens. L’audience par jour moyen de parution ou par période de parution comptabilise tous les lecteurs de la veille d’un titre12. On établit ensuite un nombre moyen de lecteurs sur la période de parution en rapportant le nombre total de lecteurs-veille au nombre total de jours de parution. Cet indice s’exprime en pourcentage calculé sur le total de la population de 15 ans et plus, de nationalité française ou étrangère résidant dans la région ou l’agglomération. Son intérêt est la possibilité de prendre en compte les lecteurs des jours de non parution, les lecteurs du dimanche pour les quotidien, mais par ailleurs il donne des résultats supérieurs à ceux comptabilisant simplement les lecteurs de la veille ou, ce qui revient d’ailleurs au même, aux chiffres de l’indicateur « Lecture dernière période »13, employé par le CESP.

29• L’audience de la veille. Médiamétrie ne met pas en avant cet indicateur dans la présentation des résultats de l’enquête, néanmoins il y figure et il peut être intéressant de le comparer à d’autres indicateurs tels ceux de l’audience par jour moyen de parution ou bien de l’audience d’un numéro moyen.

30• L’audience d’un numéro moyen. Médiamétrie utilise en effet ce quatrième indicateur construit à partir d’une nouvelle question qui est la suivante pour les quotidiens : « Au cours des sept derniers jours, il est paru six numéros différents de... (citer le titre). Sur ces six numéros, combien en avez-vous personnellement lu, parcouru ou consulté ? ». Chaque individu fait l’objet d’une pondération en fonction du nombre de numéros lus parmi les six derniers parus, la personne qui a lu les six derniers numéros compte six fois plus que celle qui a lu un seul numéro. La pénétration d’un numéro moyen d’un titre est ensuite calculée classiquement en divisant le total des individus ainsi pondérés par le total d’individus résidant dans la zone étudiée. Cette mesure permet notamment de ne pas écarter la lecture de plusieurs numéros différents le même jour. C’est également un moyen employé pour gommer les effets des réponses de notoriétés et pour minorer la part des lecteurs occasionnels. Les résultats de l’audience d’un numéro moyen en pourcentage exprimant une pénétration au sein de la population totale sont assez proches de l’audience par jour moyen de parution.

31Pour les hebdomadaires, le principe de calcul est le même mais il se base sur le nombre de numéros lus sur les huit derniers parus.

32• Les lecteurs réguliers : Sur la base du nombre de numéros lus sur les six derniers parus pour les quotidiens, sur les huit derniers pour les hebdomadaires, ont été considérés comme lecteurs réguliers d’un titre toutes les personnes ayant déclaré avoir lu cinq ou six de ces numéros pour les quotidiens, sept ou huit de ces numéros pour un hebdomadaire. Les résultats de cet indicateur peuvent être rapprochés avec prudence de ceux obtenus dans d’autres enquêtes à la suite de la question : « lisez-vous régulièrement ? (c’est-à-dire tous les numéros ou presque tous les numéros) ».

33 Les contacts par jour moyen de parution, indicateur construit à partir de la question : « Combien de fois avez-vous pris en main (citer le titre) au cours de la journée d’hier pour le lire, le parcourir ou le consulter ? » Le nombre total de contacts quotidiens délivré par un titre de la presse quotidienne ou de la presse hebdomadaire est égal à la somme de toutes les prises en mains déclarées par les lecteurs de la veille de ce titre. Intéressant principalement les annonceurs et les publicitaires cet indicateur doit leur permettre de mesurer la probabilité de mise en présence de la population concernée avec leurs annonces.

34Dans ce but, Médiamétrie inclut d’ailleurs dans son enquête Médialocales des séries de questions concernant l’équipement automobile, la fréquentation des hypermarchés, des magasins de bricolage et de jardinage ou encore le type de logement occupé par la population interrogée. Nous n’aborderons pas cet aspect du sondage.

35Duplications entre titres. Enfin la duplication mesure le nombre de consommateurs communs à deux supports, au cours d’une période de référence Pour les Médialocales les duplications entre les titres de la presse quotidienne régionale paraissant en Aquitaine sont établis à la fois sur la base du lectorat des six derniers mois et celle de ses lecteurs-veille.

36Une fois posées ces précisions méthodologiques, nous pouvons aborder l’examen de l’audience de la presse quotidienne régionale en Aquitaine.

2.2. ANALYSE DE L’AUDIENCE DE LA PQR

2.2.1. Lecture de la presse quotidienne régionale sur les derniers six mois

37Le graphique no 1 indique l’audience des six derniers mois des neuf quotidiens régionaux en Aquitaine et dans les cinq villes retenues à partir de l’indicateur numéro un.

3892 % des Aquitains déclarent avoir consulté au moins un quotidien lors des six mois précédents. C’est à Agen que la fréquentation de la PQR a été la plus forte (96,6 %) et à Bayonne la moins forte (89,8 %). Ailleurs, à Bordeaux, Périgueux et Pau les résultats sont sensiblement les mêmes qu’au niveau régional.

39Ce premier résultat est à comparer aux données disponibles pour 1984 et 1986. C’était alors respectivement 20,6 % et 28 % des personnes interrogées qui affirmaient ne jamais lire la PQR. 8 % seulement font de même en 1989 sur les derniers six mois selon Médiamétrie. S’agit-il du signe d’un recul de la non-lecture absolue de la PQR ? Sans doute. Mais il faut en même temps rester prudent sur l’ampleur du phénomène, les questions posées étaient différentes et la marge est grande entre, d’une part, déclarer lire un quotidien même très épisodiquement et, d’autre part, admettre en avoir eu un entre les mains pour le parcourir lors des derniers six mois.

40En 1989, Sud Ouest l’emporte largement au niveau de l’Aquitaine avec 86,4 % d’audience en pénétration, contre seulement 10,1 % pour le quotidien qui vient immédiatement après La République des Pyrénées de Pau. Mais cette observation est largement atténuée si l’on considère les observations faites dans chaque ville d’Aquitaine où il existe une pluralité de choix offerte aux lecteurs. En effet si Sud Ouest atteint 93,9 % d’audience sur les six derniers mois à Bordeaux, sa pénétration n’est plus que de 67,7 % à Agen, et il est dépassé dans cette ville par Le Petit Bleu d’Agen (93,1 %) et même par La Dépêche du Midi (69,6 %). À Pau, Sud Ouest atteint 71,8 % de pénétration mais est là aussi dépassé par La République des Pyrénées (75,9 %) et est suivi par L’Éclair des Pyrénées (50 %). À Périgueux, toujours sur les six derniers mois, il arrive à une pénétration de 86,5 % mais il est talonné de près par La Dordogne Libre (79,7 %), tandis que L’Écho de la Dordogne atteint quant à lui un score honorable de 19,9 % de pénétration. À Bayonne, Sud Ouest retrouve sa place de leader incontesté avec 89,7 % de pénétration, seul pratiquement L’Éclair de Pyrénées vient le concurrencer mais avec seulement 8,2 % de pénétration.

41Deux quotidiens ne remportent qu’un très faible succès. La France - La Nouvelle République, qui curieusement trouve quelques lecteurs, non pas seulement sur Bordeaux, mais sur l’ensemble de l’Aquitaine et La Charente Libre qui pénètre assez superficiellement en Dordogne. Peu significatifs, les résultats d’audience de ces deux journaux charentais, l’un de toujours, l’autre qui le devient en 1989, pourront être écartés de la suite de l’analyse.

Graphique no 1. Audience de la presse quotidienne régionale sur les derniers six mois

Graphique no 1. Audience de la presse quotidienne régionale sur les derniers six mois

Source : Enquête Médialocales presse, Médiamétrie, 1989.

2.2.2. Le lectorat régulier, la duplication de lecture et le nombre de prises en mains

42À ce premier indice comptabilisant l’ensemble des lecteurs de la PQR ou d’un titre particulier, il faut opposer tout de suite celui qui mesure la régularité de leur pratique.

  • 14 Les enquêtes nationales du Ministère de la Culture portant sur les pratiques culturelles des França (...)

43Ceux qui déclarent lire régulièrement au moins un titre de la PQR, c’est à dire cinq ou six numéros sur les six derniers parus, représentent 43,8 % de la population sur l’Aquitaine. C’est à Agen que le taux est le plus fort (56,6 %) et à Bordeaux qu’il est le plus faible (40,4 %). En 1984 et 1986, les Aquitains qui déclaraient lire tous les jours ou presque tous les jours un quotidien régional représentaient respectivement 59,2 % et 56,1 % de la population. La différence est notable entre ces deux chiffres et celui de Médiamétrie. Est-ce l’indice d’une baisse de la lecture régulière alors que dans le même temps, comme nous l’avons vu, la non lecture absolue régresse, induisant finalement une progression de la lecture irrégulière ? Cette hypothèse apparaît vraisemblable14 Si sur la base de ceux qui se sont déclarés lecteurs de la PQR lors des six derniers mois, on calcule le nombre moyen de numéros lus sur les six derniers numéros parus on obtient le tableau suivant :

Tableau no 3. Nombre moyen de numéros lus sur les six derniers numéros parus (base : lecteurs de la PQR lors des six derniers mois)

Tableau no 3. Nombre moyen de numéros lus sur les six derniers numéros parus (base : lecteurs de la PQR lors des six derniers mois)

(Source : enquête Médialocales Médiamétrie Presse, 1989)

44On constate qu’en moyenne les lecteurs de la presse quotidienne régionale en Aquitaine, lisent moins de deux numéros sur trois. Cette moyenne s’élève encore à 4,3 sur 6 à Agen, elle s’abaisse à 3,4 à Bordeaux, ailleurs la moyenne par agglomération est égale à la moyenne régionale. On note encore que ce sont les lecteurs de Sud Ouest à Bayonne (3,8) et ceux du Petit Bleu à Agen (3,7) qui sont les plus réguliers dans la fréquentation de leur quotidien.

45En Aquitaine, ceux qui ont lu six numéros sur les six derniers parus d’un quotidien régional quel qu’il soit représentent 39,3 % de la population, la proportion s’élève à 51,7 % à Agen avec 39 % de la population qui déclarent lire Le Petit Bleu six jours sur six. En Aquitaine ceux qui lisent avec la même fidélité le quotidien Sud Ouest sont 32 %, à Bayonne ils sont 39,3 % à faire de même, 35,6 % à Bordeaux, 28,3 à Périgueux, et seulement 13 % à Agen (contre 14 % à La Dépêche du Midi) et 10,7 % à Pau. Dans cette dernière agglomération la meilleure pénétration régulière sur six jours est atteinte par La République des Pyrénées qui obtient un score de 22,7 % suivi de L’Éclair des Pyrénées (11,2 %).

46Mais pratique régulière n’est pas non plus synonyme de fidélité absolue ; à Agen, ainsi que dans une moindre mesure à Pau et à Périgueux, le nombre de numéros lus lors des six derniers jours peut être établi à partir de la lecture de plusieurs quotidiens différents, la duplication entre les titres est réelle, certains lecteurs alternant ou additionnant la lecture d’un journal et d’un autre. Mais Médiamétrie n’indique pas avec précision, la proportion d’Aquitains concernés par cette habitude.

47A titre d’indication on observera à travers le tableau suivant, comment les lecteurs d’un titre ont, au cours des six mois précédents, consulté également (au moins une fois) d’autres titres de la PQR, les résultats sont exprimés en pourcentage pour, à chaque fois, 100 lecteurs de L’Écho de la Dordogne et de La Dordogne Libre à Périgueux, de L’Éclair et de La République des Pyrénées à Pau, du Petit Bleu à Agen ou bien de Sud Ouest en Aquitaine ainsi que sur les trois agglomérations précédemment citées et qui sont les seules intéressantes en la matière parce que seules à présenter des situations de pluralisme.

Tableau no4. Duplication inter-titres (base lecteurs des six derniers mois). Consultation d’un autre journal au cours des derniers six mois

Tableau no4. Duplication inter-titres (base lecteurs des six derniers mois). Consultation d’un autre journal au cours des derniers six mois

Source : enquête Médialocales Médiamétrie Presse, 1989

48Sur 100 lecteurs de L’Écho de la Dordogne, 95 % et 92,5 % ont également lu La Dordogne Libre et Sud Ouest lors des derniers six mois. A l’inverse seuls 23,7 % des lecteurs de La Dordogne Libre ont consulté L’Écho de la Dordogne. A Agen, plus des deux tiers des lecteurs du Petit Bleu ont eu entre les mains Sud Ouest (70,5 %) et La Dépêche (72,1 %) lors des six mois précédents, par contre c’est la quasi totalité des lecteurs de Sud Ouest qui ont également lu le Petit Bleu et quand même près de 80 % qui se sont reportés sur son concurrent inter-régional traditionnel : La Dépêche. A Pau, on constate que si 78,6 % des lecteurs de L’Éclair des Pyrénées ont lu par ailleurs La République des Pyrénées, ils ne sont que 51,7 % parmi ceux de ce dernier journal à avoir fait le chemin inverse. Par contre les lecteurs des deux titres s’accordent dans la même proportion à lire également Sud Ouest (80 % environ). On constate ainsi que la lecture des quotidiens dans les zones où existe un pluralisme est elle-même pluraliste, bien que la fidélité à certains titres soit selon les cas plus ou moins affirmée.

49Les Médialocales nous permettent de connaître d’autres habitudes de lecture des Aquitains. Ainsi il est possible de savoir combien de fois un journal est consulté par jour. C’est à cette interrogation que répond l’indicateur « nombre de prise en mains » (tableau 5). On notera que la moyenne de consultation des quotidiens se situe entre une fois et demie et deux fois par jour. On remarquera le peu d’écart en la matière quel que soit le titre considéré. Ces chiffres, constat d’une pratique, ne nous renseignent toutefois pas sur les motivations des lecteurs quand ils se penchent sur leurs quotidiens.

Tableau no 5. Nombre moyen de prises en mains par lecteur par jour de parution

Tableau no 5. Nombre moyen de prises en mains par lecteur par jour de parution

Source : enquête Médialocales Médiamétrie, Presse, 1989

2.2.3. Lecture de la veille, audience par jour moyen de parution, audience d’un numéro moyen

50L’indicateur de la lecture de la veille permet de présenter les résultats du tableau n° 6 en Aquitaine et dans les cinq agglomérations considérées. A partir des résultats de l’enquête Médialocales extrapolés à la population régionale prise en compte, le tableau comptabilise en unités les personnes ayant été lectrices d’un titre la veille du jour où cette question a été posée à certains d’entre eux, en 1989. L’indicateur « lecture de la veille » est considéré comme un des plus simples et des plus fiables pour approcher l’audience d’un titre puisqu’il simplifie le processus de réponse aux questions en ne faisant appel qu’à une mémoire immédiate.

Tableau no 6. Lecteurs de la veille (en nombre)

Tableau no 6. Lecteurs de la veille (en nombre)

Source : enquête Médialocales Médiamétrie, Presse, 1989

51A travers ces données, on peut donc avancer que 1 124 000 Aquitains étaient des lecteurs de la veille en 1989. Plus de 900 000 personnes avaient lu Sud Ouest mais on descendait ensuite au dessous des 100 000 lecteurs par titre : 94 700 lecteurs pour La République des Pyrénées, 71 800 pour Le Petit Bleu, moins de 50 000 pour deux autres titres, 42 300 pour La Dépêche, 37 500 pour L’Éclair des Pyrénées et enfin moins de 10 000 lecteurs pour les trois autres quotidiens.

52Bien évidemment ce ne sont pas les seules cinq grandes agglomérations déjà citées qui fournissent la totalité de ce lectorat, les villes petites et moyennes, les zones rurales complètent le contingent régional. Sur le total aquitain de ceux ayant lu au moins un quotidien la veille, les agglomérations considérées fournissent 38 % des individus ce qui correspond somme toute à leur poids démographique dans la région. Le quotidien Sud Ouest respecte lui aussi cet équilibre en trouvant 39 % de ses lecteurs dans les cinq grandes villes. Par contre on observe que 42 % des lecteurs de L’Éclair des Pyrénées se concentrent à Pau et Bayonne, contre seulement 25 % des lecteurs de La Dépêche à Agen et 15 % de ceux de L’Écho de la Dordogne à Périgueux.

Tableau no 7. Audience par jour moyen de parution (pénétration en %)

Tableau no 7. Audience par jour moyen de parution (pénétration en %)

Source : enquête Médialocales Médiamétrie Presse, 1989

53Prenons maintenant en compte l’audience par jour moyen de parution exprimée en pourcentages traduisant la pénétration des titres, ici encore, au niveau de l’Aquitaine (graphique no 2). Sud Ouest se place au premier rang avec 49,2 % de pénétration, sur la région. La République des Pyrénées se situe en seconde position mais avec un taux de pénétration dix fois moindre, bien sûr le journal palois n’est pas diffusé en dehors du département des Pyrénées-Atlantique, ceci expliquant cela, et il en va de même des autres concurrents locaux de Sud-Ouest en Aquitaine. Néanmoins cette constatation suffit à marquer la grande différence quantitative qui existe entre Sud Ouest et les autres journaux régionaux. Mais on ne peut pas non plus s’en tenir là, il faut analyser l’état de la concurrence agglomération par agglomération.

Graphique no2. Audience de la presse quotidienne régionale en 1989 en Aquitaine par jour moyen de parution

Graphique no2. Audience de la presse quotidienne régionale en 1989 en Aquitaine par jour moyen de parution

Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989

Graphique no3. Audience de la presse quotidienne régionale en 1989 en Aquitaine d’un numéro moyen

Graphique no3. Audience de la presse quotidienne régionale en 1989 en Aquitaine d’un numéro moyen

Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989

54Ainsi à Agen, on observera encore qu’il n’est situé qu’en troisième position avec 22,5 % de pénétration, assez loin derrière Le Petit Bleu, 59,7 % et aussi, mais dans une moindre mesure, La Dépêche du Midi, 24,5 %. A Pau, il est encore second (23,4 %) derrière La République des Pyrénées (34,3 %) tandis que L’Éclair des Pyrénées atteint 15,4 % de pénétration. A Périgueux, Sud Ouest est en tête avec 41,8 %, La Dordogne Libre arrive en seconde position avec 23,8 %. A Bayonne, Sud Ouest est quasiment le seul quotidien disposant d’une audience notable par jour moyen de parution, 58,2 % et il en va de même à Bordeaux : 58,4 %.

55Si l’on considère enfin l’audience d’un numéro moyen (graphique n° 3), les observations précédentes se confirment. Cet indicateur trouve son maximum avec Sud Ouest qui totalise 1 060 000 lecteurs en moyenne par numéro au niveau de l’Aquitaine et 47,8 % de pénétration, il l’emporte également à Bordeaux : 53,8 % (286 300 lecteurs), à Bayonne : 56,6 % et Périgueux : 44,6 %. Le Petit Bleu et La Dépêche du Midi sont en tête à Agen avec 56,9 % et 24,5 % alors que Sud Ouest n’y atteint que 22,8 %. A Pau La République des Pyrénées arrive en tête avec 35,9 % et Sud Ouest est second (22,9 %) suivi de L’Éclair des Pyrénées (17,9 %).

2.2.4. Qui lit la presse en Aquitaine ?

56En poursuivant l’analyse des Médialocales 1989, il nous faut aussi observer comment se structure sociologiquement et démographiquement l’audience de la PQR en Aquitaine. Qui sont les lecteurs de la presse quotidienne régionale en général et quels sont les publics des différents journaux ? Nous tenterons d’apporter les réponses à ces questions en considérant les variables suivantes : le sexe, l’âge, la PCS (Profession et Catégorie Sociale) des individus interrogés et le niveau d’instruction des lecteurs, ceci tout d’abord à travers la lecture régulière de la presse quotidienne régionale en général au niveau aquitain, puis à partir de l’audience par jour moyen de parution des différents titres sur leurs zones respectives de diffusion. Médiamétrie présente en effet la répartition sociologique des lectorats selon ce dernier critère, il permet de mieux approcher la composition habituelle de l’audience d’un titre.

  • 15 Dans ce sous-chapitre les chiffres présentés entre crochets et en italiques à coté des chiffres d’a (...)

57Nous présentons ici la composition du lectorat des journaux régionaux en Aquitaine ou dans chaque agglomération, il est dans ce cas intéressant de noter comment le lectorat d’un journal se distingue de façon significative du lectorat d’un autre journal ou bien des composantes générales de la population de la région ou d’une ville particulière, acquérant ainsi un caractère original15. Mais par ailleurs, on aura bien soin de se rappeler que la surreprésentation de tel groupe parmi les lecteurs d’un journal n’est pas forcément le signe que ce groupe, dans une large proportion ou qui plus est dans son ensemble, lit plus ce journal que les autres. La pénétration du journal doit venir pondérer la première constatation. Ainsi à titre d’exemple on peut remarquer que L’Écho de la Dordogne compte dans son audience d’un jour moyen de parution 17,8 % de lecteurs ouvriers à Périgueux contre 7,7 pour La Dordogne Libre, mais en pénétration les chiffres s’inversent, sur 100 ouvriers, habitant Périgueux, 8,2 % lisent L’Écho de la Dordogne, quand ce sont 25 % d’entre eux qui lisent La Dordogne Libre.

  • 16 Comment communiquent les Aquitains. Op. cit., p. 148-149.

58Sur 100 lecteurs réguliers d’au moins un titre de la PQR en Aquitaine (graphique n°4), 50,8 % sont des femmes [52.5 % en Aquitaine], Deux observations confirment que ces lecteurs sont plus âgés que la population régionale dans son ensemble, plus de la moitié, 52,4 % ont 50 ans et plus, alors que 42,2 % des Aquitains entrent dans cette classe d’âge. Les lecteurs réguliers d’au moins un titre de la PQR sont pour 31,4 % des retraités [24,1 %] De fait, à l’inverse, on constate une différence de dix points entre la part que représentent les 15-34 ans en Aquitaine [34,6 %] et celle qu’ils occupent parmi les lecteurs réguliers de journaux [24,2 %]. Ces constatations étaient déjà présentes dans l’enquête de 1986 et ses commentaires16. On observera encore une légère sur-représentation de ceux dotés d’un niveau d’instruction primaire parmi les lecteurs réguliers de la PQR et à l’inverse une sous-représentation de ceux ayant atteint un niveau d’instruction supérieure. Le facteur d’explication premier est à l’évidence la moyenne d’âge élevée des lecteurs réguliers, de ce fait ils n’ont pu bénéficier d’une démocratisation récente de l’enseignement supérieur.

59Si on compare ces chiffres à ceux concernant le lectorat du seul journal Sud-Ouest en Aquitaine, on ne constate pas de véritables différences. Il est vrai que les lecteurs réguliers de Sud Ouest représentent 8 lecteurs sur dix de la presse quotidienne régionale et que de ce fait leur influence est déterminante sur les statistiques générales. Au niveau local par contre des différences peuvent apparaître entre ses lecteurs et ceux des différents journaux.

60En observant maintenant la structure du lectorat de la PQR à partir de l’audience d’un jour moyen de parution (AJMP), on constate que selon cet indicateur, les journaux régionaux attirent un peu plus d’hommes que de femmes, la structure du lectorat renversant ainsi l’équilibre démographique des sexes en Aquitaine (graphique no 5). Concernant les classes d’âge, on remarque les mêmes tendances que celles relevées à propos du lectorat régulier, mais elles sont moins accentuées. La structuration du lectorat en classes socio-professionnelles ou selon le niveau d’instruction ne fait pas ressortir de différences majeures entre la population régionale. Les mêmes conclusions se présentent si l’on considère la structure de l’AJMP du seul journal Sud Ouest en Aquitaine.

Graphique no 4. Structure du lectorat régulier de la PQR en Aquitaine

Graphique no 4. Structure du lectorat régulier de la PQR en Aquitaine

Source : enquête Médialocales Presse, 1989

Graphique no 5. Structure de l’audience par jour moyen de parution de la presse quotidienne régionale en Aquitaine en 1989

Graphique no 5. Structure de l’audience par jour moyen de parution de la presse quotidienne régionale en Aquitaine en 1989

Source : enquête Médialocales Presse, 1989

Graphique no 6. Structure de l’audience par jour moyen de parution de la presse quotidienne régionale à Pau en 1989

Graphique no 6. Structure de l’audience par jour moyen de parution de la presse quotidienne régionale à Pau en 1989

Source : enquête Médialocales Presse, 1989

Graphique no 7. Structure de l’audience par jour moyen de parution de la presse quotidienne régionale à Agen en 1989

Graphique no 7. Structure de l’audience par jour moyen de parution de la presse quotidienne régionale à Agen en 1989

Source : enquête Médialocales Presse, 1989

61A Bordeaux par contre, Sud Ouest dispose, proportionnellement à la population bordelaise, d’un public plus féminin et plus âgé. Les agriculteurs, et pour cause, sont absents, ce qui sera également le cas dans les autres agglomérations. A ces nuances près, le lectorat AJMP de Sud Ouest épouse les structures démographiques et sociales de l’agglomération bordelaise. Il se compose de 54,7 % d’actifs [55,3 %] et de 45,3 % d’inactifs [44,7], dont 21,9 % de retraités [1873 %] et 10,5 d’étudiants et de militaires [13,8 %]. Les classes sociales supérieures, les petits patrons, les cadres, les professions libérales et intermédiaires, occupent près d’un tiers du lectorat du quotidien [31 %], les ouvriers 7,1 % [8,7 %].

62A Bayonne, autre ville à ne pas présenter véritablement de situation de pluralisme, sinon à travers la lecture des journaux de Pau, on remarque que le public de Sud Ouest est plus féminin dans le BAB qu’en Aquitaine, et que près de la moitié de ses lecteurs ont 50 ans et plus sans pour cela devancer beaucoup la moyenne d’âge de l’agglomération. Celle-ci est effectivement plus élevée que celle des autres agglomérations évoquées et même que celle de l’Aquitaine, les plus de 50 ans y représentent 44,7 % de la population contre 47,5 % des lecteurs de Sud Ouest dans l’agglomération de Bayonne. On notera d’autre part, toujours à Bayonne, une légère sur-représentation des classes sociales supérieures : 22,9 % [20,6 %] et des personnes dotées d’un niveau d’enseignement supérieur.

63A Pau le lectorat de deux quotidiens sur trois, La République des Pyrénées et Sud Ouest, est plus féminin que masculin, mais ce n’est pas vrai pour L’Éclair des Pyrénées. Dans les trois cas pourtant les lecteurs sont dans une plus grande proportion masculins que ne l’est la population de l’agglomération. Sud Ouest se caractérise par la jeunesse de son lectorat palois, 68,2 % se place dans la classe d’âge 15-49 ans [61,4 %]. Le pourcentage de lecteurs appartenant aux catégories des petits patrons, cadres, professions intermédiaires est plus élevé qu’ailleurs : 31 % [27,8 %] ainsi que celui des étudiants et militaires dont un tiers compose l’AJMP de Sud Ouest à Pau. La moyenne d’âge des lecteurs de La République reste en relation avec celle de l’agglomération. Ce journal qui se classe à gauche compte proportionnellement plus d’actifs et plus de professions intermédiaires, ainsi que plus d’ouvriers dans son lectorat qu’il n’y en a en proportion à Pau. Le public de L’Éclair est sensiblement différent. Ce journal attire un public plus âgé que celui des deux autres. 58,6 % de ses lecteurs ont atteint et dépassé 50 ans [38,6 %] et parmi l’ensemble, un tiers a plus de 65 ans. Les lecteurs de L’Éclair sont à 53,4 % des inactifs [47,3] et à 36,7 % des retraités [20,1 %]. Ils sont plus souvent des petits patrons (6,6 %) et moins souvent des ouvriers (4,7 %) que ne le sont les Palois en général [3,8 % et 8,1 %].

64A Périgueux, les lecteurs de la PQR sont plus souvent des hommes, 52 % [46,3 %] que des femmes, 48 % [53,7 %], et particulièrement quand il s’agit de lecteurs de L’Écho de la Dordogne : 60,8 %. Le public AJMP de ce quotidien est d’ailleurs original à d’autres titres, il est plus jeune et comprend 64,2 % de 15-49 ans [61,1 %], un très fort taux d’actifs : 79,5 % [53,5 %] et aussi plus d’ouvriers que ses concurrents : 17,8 %, même si, comme on l’a vu, il ne touche finalement que 8,2 % de cette classe sociale contre une pénétration de 46,6 % pour Sud Ouest et de 25 % pour La Dordogne Libre. La Dordogne Libre a un lectorat plus âgé, parmi lequel figurent à part égale actifs et inactifs, ainsi que 1/5° de PCS supérieures qui forment quant à elles près d’un quart du lectorat de Sud Ouest. Moins de 5 % des lecteurs de L’Écho de la Dordogne à Périgueux ont fait des études supérieures contre 18 % pour les deux autres quotidiens [19 %].

65A Agen, là encore on retrouve plus de lecteurs masculins, 80,8 % d’hommes contre 71,5 % de femmes participent à l’AJMP d’au moins un quotidien. Des différences apparaissent selon les titres, le quotidien le plus masculin est Sud Ouest : 56,1 % [46,2 %], suivi de La Dépêche du Midi, 54,9 %, le moins masculin étant Le Petit Bleu, 50,6 %. La Dépêche du Midi et Le Petit Bleu, partagent le même pourcentage de lecteurs de plus de 50 ans, 43,6 % [40,7 %]. Le pourcentage de lecteurs de 65 ans et plus s’élève à 22,1 % pour Le Petit Bleu [18.5 %], tandis qu’il n’est que de 12,8 % pour La Dépêche. A l’inverse Sud Ouest dispose d’un public jeune à Agen, près de 60 % ont moins de 50 ans [593 %] et plus d’un tiers, 34,3 %, ont entre 15 et 34 ans [34,9 %]. De cette manière Sud Ouest s’identifie à la pyramide des âges agenaise alors que ses confrères s’en écartent. La Dépêche du Midi compte plus de lecteurs dans les classes sociales supérieures que ses concurrents et moins d’inactifs ce qui est le cas également de Sud Ouest par rapport au Petit Bleu qui attire aussi plus de retraités, mais dans le même temps plus d’étudiants et de militaires aussi. Si on considère les niveaux scolaires, on constate une adéquation entre les niveaux scolaires des lectorats et celui des Agenais en remarquant quand même que le public de Sud Ouest regroupe plus de personnes d’un niveau supérieur que les deux autres et qu’un lecteur du Petit Bleu a plus de chances d’avoir suivi une scolarité de niveau primaire.

66Ni au niveau aquitain, ni à celui des différentes agglomérations, il n’a été question de la composition des lectorats de La Charente Libre et de La France La Nouvelle République, le petit nombre de lecteurs de ces titres, ne permet pas de décomposer de manière probante leur lectorat selon les variables envisagées pour les autres quotidiens.

III - L’AUDIENCE DE LA PRESSE HEBDOMADAIRE EN AQUITAINE

67Outre l’audience de la presse quotidienne régionale, les médialocales 1989, analysent l’audience d’une partie de la presse hebdomadaire. Il s’agit en premier lieu de l’audience de la presse hebdomadaire régionale et locale. Trois types de presse sont ici considérés :

  1. La presse régionale à proprement parler, représentée par le seul Courrier Français, l’audience de Sud Ouest Dimanche n’apparaissant pas dans les résultats fournis.

  2. La presse hebdomadaire locale dans laquelle coexistent des journaux de tout style et de toute forme, à la diffusion très inégale, tant sur le plan numérique que géographique, la fiabilité des chiffres d’audience obtenus s’en ressent.

  3. Enfin la presse hebdomadaire gratuite, d’un genre tout particulier et qui hormis la similitude du support ne peut bien sûr se comparer à la presse d’information générale ou spécialisée.

68En second lieu, Médiamétrie a pris en compte l’audience de quelques titres de presse hebdomadaire nationale, ceux-ci sont plus particulièrement intéressés par la connaissance de leur lectorat dans le sud ouest de la France parce qu’ils développent des éditions ou des suppléments régionaux encartés dans leurs éditions nationales. Deux types de magazines apparaissent, d’un côté des périodiques à tendance plutôt généraliste mais à la fois très divers selon le public qu’ils visent et les thèmes abordés, d’autre part des magazines de programmes de télévision.

69Parmi les premiers, on trouve : Paris Match, un « picture magazine » ou bien un magazine populaire d’information générale selon la typologie adoptée ; un « news magazine » L’Express, plus tourné vers un public de cadres ; dans le même registre, un périodique économique, Le Nouvel Économiste et enfin un titre célèbre de la presse féminine, Elle. De plus, les Médialocales 1989 nous renseignent sur la lecture de la presse hebdomadaire nationale en général en Aquitaine.

  • 17 3 052 523 exemplaires diffusés en moyenne en 1989, sur toute la France selon l’OJD ; un nombre de l (...)
  • 18 A cette époque le groupe Sud Ouest refuse absolument cette politique de supplément servi avec le jo (...)

70L’audience de la presse de télévision est présentée à travers la lecture d’au moins un exemplaire d’un des journaux appartenant à ce genre de presse et plus particulièrement à travers le lectorat du premier d’entre eux au niveau national : Télé 7 Jours, la plus forte diffusion de la presse française, toute périodicité confondue17.Télé 7 Jours dispose aussi de pages régionales consacrées à l’Aquitaine. Par ailleurs les Médialocales étudient l’audience de TV Magazine, un supplément hebdomadaire publié par le groupe Hersant et livré en fin de semaine avec les journaux quotidiens du groupe, France Soir et Le Figaro, ou encore avec La Dépêche du Midi en Lot et Garonne18.

3.1. L’AUDIENCE DE LA PRESSE HEBDOMADAIRE REGIONALE

71En 1984, à la question « lisez vous régulièrement (c’est-à-dire tous les numéros ou presque tous les numéros) un ou plusieurs hebdomadaire régionaux ? » les Aquitains étaient 17 % à répondre oui. En 1986, 12,1 % déclaraient lire régulièrement un ou plusieurs hebdomadaires régionaux ou locaux. Ils étaient 10 % à le faire dans les grandes villes, 17 % dans les villes moyennes et 12 % dans les zones rurales.

72Les Médialocales 1989 ne nous informent pas sur la lecture de la presse hebdomadaire régionale en général en Aquitaine. C’est seulement au niveau des différentes villes prises en compte que l’on trouve une réponse à cette interrogation. On constate alors une grande disparité des comportements d’une agglomération à l’autre (tableau n° 8).

Tableau no 8. Lectorat d’au moins un titre de la presse hebdomadaire régionale

Tableau no 8. Lectorat d’au moins un titre de la presse hebdomadaire régionale

Source : enquête Médialocales Médiamétrie, Presse, 1989

73La lecture de ce type de presse très faible à Pau et Bayonne, est par contre plus répandue à Agen et Bordeaux et surtout à Périgueux. 45,8 % des personnes interrogées dans cette dernière agglomération ont déclaré avoir consulté au moins un hebdomadaire régional lors de l’année écoulée, contre seulement 3,6 % à Pau et 22,5 % à Bordeaux. Le lectorat régulier (lecture de 7 ou 8 numéros sur les 8 derniers parus) de la presse hebdomadaire régionale représente 7,6 % de la population étudiée à Périgueux et seulement 0,6 % à Pau.

3.1.1. L’audience du Courrier Français en Aquitaine

74Sur les 12 derniers mois précédant l’enquête, Le Courrier Français comptait 130 800 lecteurs en Aquitaine, soit une pénétration de 5,9 % parmi la population âgée de 15 ans et plus. L’audience régulière était plus faible bien sûr, 1,2 % des personnes interrogées avaient lu 7 ou 8 numéros de Courrier Français sur les 8 derniers parus et le nombre moyen de numéros lus était égal à 2,7 %. En Aquitaine le lectorat régulier du journal se compose de plus de femmes (54 %) que d’hommes (46 %). 46 % des lecteurs du Courrier Français vivent dans des communes rurales contre 35,7 % des Aquitains. D’ailleurs les agriculteurs sont sur-représentés parmi ses lecteurs (12,9 % contre 2,8 % en Aquitaine). Par contre on trouve peu d’ouvriers lecteurs du Courrier Français (2,6 % contre 11,2 % dans la population en général).

75Les lecteurs du journal sont un peu plus souvent inactifs (50,4 %), qu’actifs (49,6 %), mais la différence n’est pas marquante. Par ailleurs on note une différence entre le nombre de retraités lecteurs réguliers de Courrier Français (31,2 %) et le pourcentage démographique de cette catégorie sur la région (24,1 %). Effectivement le lectorat de l’hebdomadaire est plutôt âgé, 53,4 % des lecteurs réguliers avaient 50 ans et plus, 31,5 % avaient passé l’âge de 64 ans, tandis que seulement 5,7 % des lecteurs fidèles du Courrier Français avaient moins de 25 ans. Si l’on observe la composition du lectorat, non plus régulier, mais celui qui constitue l’audience d’un numéro moyen, ces constatations se confirment globalement.

76Dans les différentes villes étudiées par Médiamétrie l’audience de Courrier Français est fort inégale. Le lectorat régulier de l’hebdomadaire est inexistant à Pau, très faible à Bayonne (0,3 %) mais il est plus important à Agen (0,6 %), à Bordeaux (1,2 %), sa ville d’édition, et plus encore à Périgueux (1,5 %), mais sans atteindre jamais des scores spectaculaires.

3.1. 2. L’audience de la presse hebdomadaire locale en Aquitaine

77Il est plus difficile de donner une vue d’ensemble générale du lectorat de la presse hebdomadaire locale, puisque par définition cette presse n’est diffusée que sur des secteurs restreints. Il faut procéder ville par ville, nous commencerons par Périgueux l’agglomération étudiée dont les habitants sont les plus consommateurs en la matière.

78L’hebdomadaire local le plus lu à Périgueux est le Journal de la Dordogne, édité dans cette ville. Il y obtient une pénétration de 41,1 % sur les 12 derniers mois, ses lecteurs réguliers représentent 5,9 % de la population considérée et 13,1 % de celle-ci participe à l’audience d’un numéro moyen (soit 6 300 lecteurs). Aucun autre journal hebdomadaire ne peut véritablement lui être comparé, que ce soit L’Eveil du Riberacois, L’Essor du Sarladais ou le Démocrate indépendant de Bergerac, tous les trois publiés dans le département mais dans d’autres villes qui sont parfois, comme Bergerac, concurrentes de la préfecture de la Dordogne.

79A Agen, quatre hebdomadaires sont cités par les personnes interrogées pour avoir été consultés lors des 12 derniers mois : Le Travailleur du Lot-et-Garonne d’Agen (10,7 % d’audience en pénétration sur cet indice), Le Républicain de Marmande (8,6 %), L’Opinion Indépendante (5,4 %), La Gazette de la Vallée du Lot, imprimée à Villeneuve-sur-Lot (1,6 %). Si l’on considère le lectorat régulier, les scores d’audience ne laissent subsister de manière apparente que L’Opinion Indépendante qui obtient une pénétration régulière de 1,8 % contre 0,8 % au Travailleur du Lot-et-Garonne

80Les habitants de l’agglomération bordelaise ont cité quant à eux 4 hebdomadaires également. Les Nouvelles de Bordeaux, périodique communiste principalement vendu par les militants en même temps que L’Humanité Dimanche arrive en tête avec 13 % d’audience dans la population sur 12 mois. Son lectorat régulier est moins important, il ne concerne que 1 % de la population mais plus irrégulièrement avec une audience de numéro moyen de 17 200 personnes (3,2 %) Les Nouvelles dépassent Le Courrier Français (10 600 lecteurs et 2 % de pénétration pour l’audience d’un numéro moyen).

81Les autres journaux hebdomadaires nommés par les Bordelais sont des périodiques édités dans des petites villes de la Gironde, hors l’agglomération bordelaise, il s’agit du Réolais, et de deux titres libournais : Le Résistant de Libourne et L’Avenir du Libournais. Tous les trois ne paraissent avoir qu’une audience marginale dans la métropole du département et de la région

82Audience très restreinte en pénétration également pour les hebdomadaires locaux des Pyrénées-Atlantiques dans ses deux grandes agglomérations. A Bayonne on compte une petite minorité de lecteurs pour les deux journaux basques Berriak (1,4 % d’audience en pénétration pour un numéro moyen) et Herria (1,7 % sur le même indice) et pour Le Journal de Saint Palais (0,8 %). Ces deux derniers apparaissent aussi à Pau mais d’une façon tout à fait marginale. Les chiffres à ce niveau ne sont plus significatifs.

3.1. 3. L’audience de la presse gratuite

83On sait qu’au niveau national les hebdomadaires gratuits captent environ un quart de la publicité locale, l’édition de périodiques de ce type apparaît dès lors comme une activité très rentable pour ses promoteurs et on comprend que le groupe Sud Ouest, loin d’abandonner à d’autres une activité de presse que l’on aurait pu considérer comme mineure, s’y soit lui même investi. En 1989, La S3G, société qui à l’intérieur du groupe se charge de l’édition des gratuits, venait de retrouver son indépendance en rachetant à son partenaire, Havas-Comareg, les 50 % de parts qu’il possédait dans cette Société des Gratuits de Guyenne et Gascogne. Sud Ouest devenait ainsi le premier éditeur de magazines gratuits du sud ouest de la France, éditant sous divers titres (29 en 1989) quelques 1 800 000 exemplaires hebdomadaires depuis Niort jusqu’à Montauban, et détenant ainsi la 4° place parmi les groupes éditeurs de publications gratuites en France.

84Outre les gratuits édités par la S3G, on trouve en Aquitaine ceux édités par la société le Carillon (contrôlé par le groupe Ouest France) ou encore les feuilles locales publiées par quelques indépendants, qui sont souvent des imprimeurs. 22 titres différents sont cités dans l’enquête Médialocales par les lecteurs des cinq grandes villes d’Aquitaine considérées : 1 °) Annonces 24 ; 2°) Born Annonces ; 3°) Hebdo Béarn/Le P’tit Palois ; 4°) Hebdo Gironde ; 5°) L’Oustal ; 6°) Le 40 Hebdo/Le P’tit Landais ; 7°) Le 47 hebdo ; 8°) Le BA.B.hebdo Bayonne ; 9°) Le BA.B.hebdo Pau ; 10°) Le Carillon 24 ; 11°) Le Carillon 33 ; 12°) Le P’tit Arcachonnais ;13°) Le P’tit Basque ; 14°) Le P’tit Bergeracois ; 15°) Le P’tit Blayais ; 16°) Le P’tit Foyen ;17°) Le P’tit Garonnais ;18°) Le P’tit Libournais ; 19°) Le P’tit Marmandais ; 20°) Le P’tit Médocain ;21°)Le P’tit Périgourdin ; 22°) Play Time.

85La consultation de la presse d’annonces gratuite est une pratique fort répandue dans ces agglomérations (tableau n° 9), 83 % des Agenais et 95,6 % des habitants de Périgueux déclaraient en 1989 avoir lu ce type de presse lors des 12 derniers mois. L’audience d’un numéro moyen n’étant pas inférieure à 55 % et approchant 75 % à son maximum (55,3 % à Agen, 74,5 % à Périgueux). En 1986 déjà, 74,7 % des Aquitains répondaient affirmativement à la question : « Lisez-vous un ou plusieurs journaux gratuits de petites annonces ? » Il y a donc continuité en la matière.

Tableau no 9. Lectorat d’au moins un titre de la presse hebdomadaire gratuite

Tableau no 9. Lectorat d’au moins un titre de la presse hebdomadaire gratuite

Source : enquête Médialocales Médiamétrie, Presse, 1989

86On constatera même que la pratique régulière, la lecture de tous les numéros ou presque, est elle aussi largement répandue avec toujours un maximum à Périgueux où les gratuits obtiennent une pénétration régulière de 63,6 % et un minimum qui ne se situe plus cette fois à Agen mais dans l’agglomération bordelaise (40,9 %).

87Les titres les plus consultés selon les agglomérations sont les suivants, dans l’ordre de priorité pour chaque ville citée :

88Agen : Le 47 hebdo

89Bayonne : Le P’tit Basque ; Le BA.B.hebdo Bayonne

90Bordeaux : Le Carillon 33 et Hebdo Gironde

91Pau : Le BA.B.hebdo Pau : Hebdo Béarn/Le P’tit Palois ; Play Time

92Périgueux : Le P’tit Périgourdin ; Annonces 24

3.2. L’AUDIENCE DE LA PRESSE HEBDOMADAIRE NATIONALE EN AQUITAINE

  • 19 Cette fois-là les hebdomadaires nationaux avaient été classés selon des genres différents : les heb (...)

93En 1989, la lecture épisodique de la presse hebdomadaire nationale (PHN) était chose courante en Aquitaine, 63,9 % des Aquitains avaient lu au moins un exemplaire d’un de ces magazines. Par contre l’audience d’un numéro moyen tombait à 23,2 % et c’était seulement 10,8 % des Aquitains qui se déclaraient lecteurs réguliers d’un titre de la presse hebdomadaire nationale. La presse de télévision n’est pas ici considérée, ce qui nous empêche de faire une comparaison avec les chiffres de 1986. 54 % des personnes interrogées dans le cadre de l’enquête Comment communiquent les Aquitains ? déclaraient lire régulièrement un hebdomadaire national mais la presse de télévision était alors prise en compte. En 1984, la question posée par IFOP-ETMAR était la même et le résultat aussi : 54,1 %19

3.2.1. L’audience des éditions régionales de la presse hebdomadaire nationale

94La lecture régulière de la PHN était plus importante, en 1989, en milieu urbain (11,2 % de pénétration) qu’en milieu rural (10,1 %) Ainsi à Pau et à Bordeaux le taux de pénétration régulier de la PHN était supérieur au chiffre régional, ainsi que dans une moindre mesure à Agen ; mais à Bayonne et surtout à Périgueux le phénomène s’inversait.

Tableau no 10. Lectorat d’au moins un titre de la presse hebdomadaire nationale

Tableau no 10. Lectorat d’au moins un titre de la presse hebdomadaire nationale

Source : enquête Médialocales Médiamétrie, Presse, 1989

95Parmi cette presse nous disposons du détail de l’audience de quatre titres qui réalisaient en 1989, des éditions régionalisées dont les emplacements publicitaires, en ce qui concerne Paris Match, le Nouvel Économiste, Elle, ainsi que Télé 7 Jours, étaient commercialisés conjointement.

96En Aquitaine, en 1989, Paris Match avait été lu lors des 12 derniers mois par un peu plus de la moitié des personnes interrogées, 34,7 % pour L’Express, 30,8 % pour le magazine féminin Elle, Le Nouvel Économiste se contentant d’un score de 14 % de pénétration sur une année. On sait qu’au moins les trois premiers de ces magazines font partie du fonds commun que l’on rencontre dans les diverses salles d’attente que chacun peut être amené à fréquenter, aussi il est aisé en un an d’avoir eu entre les mains, à un moment ou un autre, un de ces périodiques. De fait les résultats se référant à l’audience d’un numéro moyen ou à la lecture régulière sont bien différents (tableau no 11).

Tableau no 11. Lecture de la presse hebdomadaire nationale en Aquitaine ( % de pénétration)

TITRES DERNIERS MOIS

AUDIENCE DES 12 NUMÉRO MOYEN

AUDIENCE D’UN RÉGULIER

LECTORAT

Paris Match

51,1 %

14,6 %

5,7 %

Elle

30,8 %

7,8 %

2,7 %

L’Express

34,5 %

9,4 %

3,9 %

Le Nouvel

Economiste

14,0 %

3,0 %

1,0 %

Source : enquête Médialocales Médiamétrie, Presse, 1989

97Chute brutale de son lectorat ou aléas de l’enquête, les médialocales 1989 affichent un résultat très défavorable pour Paris Match. En 1984 et 1986, ceux qui déclaraient lire cet hebdomadaire régulièrement représentaient respectivement 16,8 % et 15,4 % de la population de la région. Ils ne sont plus que 5,7 % en 1989. Mais on sait par ailleurs que Paris Match est un des titres de la presse française qui présente le plus d’irrégularités dans son lectorat, ses ventes étant largement liées au contenu de chaque numéro.

98On constate également une baisse du lectorat régulier dans le cas de L’Express : 11,6 % en 1984, 5,9 % en 1986, 3,9 % enfin en 1989. Par contre les résultats de Elle restent stables sur les trois enquêtes : 3,5 % en 1984, 2,6 % en 1986 et 2,7 % en 1989.

99C’est à Pau que Paris Match trouve son plus fort taux de lecteurs réguliers (8,2 %) et à Périgueux le moins important (3,7 %). Les pourcentages sont plus homogènes pour Elle, mais à Bayonne ses lecteurs et surtout lectrices fidèles sont plus nombreux que dans les quatre autres agglomérations. Tandis qu’à Bordeaux la lecture régulière de L’Express est plus développée qu’ailleurs.

100On notera enfin que l’examen sociologique des lecteurs de ces journaux sur la région Aquitaine n’apporte pas d’élément particulier nouveau montrant une différenciation régionale par rapport à ce que l’on sait de la composition de leur lectorat habituel au niveau national.

3.2.2. L’audience de la presse hebdomadaire de télévision

  • 20 S’il fallait encore des indices de la plus grande régularité de la lecture de la presse de télévisi (...)

101La lecture de la presse spécialisée dans les programmes de télévision est également fort répandue en Aquitaine. 68,1 % des Aquitains consultent au moins une fois par an un magazine de télévision. A l’inverse du phénomène constaté pour la PHN, la lecture de la presse télévision apparaît comme une pratique plus régulière. L’audience d’un numéro moyen en pénétration de la population régionale est de 40,9 % et le lectorat régulier concerne à peu près un tiers des Aquitains (32,1 %)20.

Tableau no 12. Lectorat d’au moins un titre de la presse hebdomadaire de télévision

Tableau no 12. Lectorat d’au moins un titre de la presse hebdomadaire de télévision

Source : enquête Médialocales Médiamétrie, Presse, 1989

102A l’instar de la lecture de la presse hebdomadaire nationale évoquée plus haut, on remarque une différence entre les pratiques des ruraux en la matière et celles des habitants des agglomérations urbaines, la lecture de presse de télévision étant un peu plus élevée chez ces derniers. Cela se confirme à Bayonne, Pau, Périgueux et surtout à Agen où la lecture de ce type de presse est plus développée encore qu’ailleurs quel que soit l’indice considéré : audience sur 12 mois, audience d’un numéro moyen, ou lecture régulière. Ils se situent tous au dessus des chiffres régionaux (tableau n° 12). Par contre, et c’est notable, l’agglomération bordelaise fait exception à la règle sur ces trois mêmes indices, les résultats y sont toujours inférieurs à ceux obtenus sur l’Aquitaine et on peut noter une différence de 10 points ou plus avec les chiffres relevés à Agen.

  • 21 21,7 % en 1984, 29,6 % en 1986.

103Bien que Médiamétrie ne nous renseigne pas sur l’audience des concurrents immédiats de Télé 7 Jours (Télé Stars, Télé Poche et autres...) on peut penser qu’il reste en Aquitaine, comme en France, le journal le plus lu parmi les titres de la presse télévision. Avec une pénétration régulière de 28,7 %21 et une audience de numéro moyen qui se situe à 36,5 %, Télé 7 Jours touche plus d’un Aquitain sur 4 chaque semaine ou presque et plus d’un sur trois habituellement.

Tableau no 13. Lectorat régulier de Télé 7 Jours et de Tv Magazine en Aquitaine : Pourcentages de pénétration

Tableau no 13. Lectorat régulier de Télé 7 Jours et de Tv Magazine en Aquitaine : Pourcentages de pénétration

Source : enquête Médialocales Presse, 1989

104Des différences apparaissent entre les agglomérations (tableau n° 13). C’est à Bordeaux qu’on lit le moins Télé 7 Jours (26,1 % d’audience régulière), à Bayonne le plus (36,7 %), puis à Périgueux. L’agglomération d’Agen n’est plus en tête ici, sans doute parce qu’un autre magazine télévision est présent : TV magazine, livré chaque semaine comme supplément de la Dépêche du Midi. 12,1 % des Agenais lisent régulièrement cet hebdomadaire qui est aussi disponible sur l’ensemble de l’Aquitaine, et donc à Agen, avec les quotidiens Le Figaro et France Soir. Les résultats d’audience sont alors plus faibles, ces titres de la presse quotidienne nationale n’ayant pas une forte diffusion dans la région.

105Les éléments nous manquent pour savoir si la présence de ce supplément favorise l’audience de l’édition dominicale de La Dépêche ou bien si ce sont simplement les lecteurs habituels du quotidien toulousain qui sont aussi le dimanche les lecteurs du supplément TV Magazine. En tous cas ici se rencontrent les publics de la presse quotidienne et de la presse périodique, les lecteurs de la presse régionale et ceux de la presse nationale dont les intérêts peuvent pour une fois coïncider.

CONCLUSION

106Si le quotidien Sud Ouest est lu dans l’ensemble des départements d’Aquitaine, son audience varie selon qu’il est ou non — dans les villes considérées — en situation de monopole. Bien sûr, il est moins lu là où il n’est pas le seul quotidien, c’est-à-dire dans quatre villes sur cinq considérées, Bordeaux restant la situation de monopole quasi parfaite, si l’on se rappelle que La France-La Nouvelle République disparaît en Gironde le 1 avril 1989. Mais cette remarque en entraîne une autre plus intéressante. Là où le quotidien dominant n’est pas en situation de monopole, les habitants lisent plus de quotidiens régionaux. La concurrence des quotidiens, au niveau d’une ville, semble amener davantage de lecteurs. L’audience moyenne d’un numéro de la presse quotidienne régionale exprimée en pénétration de la population âgée de 15 ans et plus est de 56,6 % en Aquitaine. Les écarts autour de ce chiffre sont particulièrement prononcés à Agen et Bordeaux. Le résultat est de 69,1 % à Agen et de 53,8 % à Bordeaux, ailleurs on retrouve peu ou prou la moyenne régionale : 57,5 % à Périgueux, de 57,2 % à Pau, de 56,9 % à Bayonne et le phénomène apparaît alors moins visiblement. Ce phénomène, que l’on retrouve dans d’autres villes (Brest par exemple) où les situations sont comparables, montre que le monopole d’un quotidien dans une ville n’amène pas un plus grand nombre de personnes à le lire si on fait une comparaison avec les villes dont les habitants sont sollicités par un quotidien régional et des quotidiens locaux, s’il y a possibilité de choix, les lecteurs ne s’abstiennent pas mais semblent lire davantage sinon autant. En définitive il apparaît que l’offre simultanée de plusieurs quotidiens régionaux est bénéfique pour les lecteurs.

107Il y a indubitablement en Aquitaine une position dominante de Sud Ouest ; mais d’autres quotidiens ont réussi à résister et même dans certaines villes à s’imposer. C’est, dans 3 cas sur 5, une réussite de la politique du groupe Sud Ouest qui a su mettre plusieurs fers au feu selon l’expression consacrée et qui remporte ainsi un succès quasi complet, seul véritablement l’Agenais avec Le Petit Bleu et La Dépêche échappe à sa domination.

108Quant à la question « qui lit la presse quotidienne en Aquitaine ? » on peut répondre par une constatation d’individualisation des publics, ceux-ci diffèrent du nord au sud de l’Aquitaine s’ils ont la possibilité de choisir. Leurs choix correspondent à des motivations différentes, plus politiques ou confessionnelles à Pau ou à Périgueux sans doute, plus selon des préférences ou des habitudes particulières à Agen.

109Pour la lecture de la presse hebdomadaire nationale, les pratiques des Aquitains ne semblent pas beaucoup différer du comportement des Français dans leur ensemble. S’ils modulent leurs comportements selon leur lieu de vie ou selon les variables sociologiques, ceci ne semble pas constituer en bloc une originalité proprement régionale, mais une analyse plus fine et surtout une comparaison point par point avec d’autres régions françaises reste à faire.

110Une donnée émerge peut être des résultats des Médialocales 1989, celle du profil vieillissant de certains petits quotidiens régionaux tels L’Éclair à Pau et dans une moindre mesure La République des Pyrénées dans la même ville ou bien La Dordogne Libre à Périgueux. Cette tendance, qu’il faudrait confirmer par une étude longitudinale, serait alors le signe d’une situation inquiétante pour l’avenir de ces quotidiens. A l’inverse les 15-34 ans représentent 34,3 % des lecteurs de Sud Ouest à Agen, 40,3 % à Pau. Ils contribuent à donner au lectorat de Sud Ouest une tonalité plus jeune et dynamique, un lectorat qui reste pourtant minoritaire dans ces deux villes (y compris dans ces tranches d’âge) mais dont la composition peut être un facteur prometteur pour le développement du titre. Le vieillissement du lectorat est une donnée qui touche également l’hebdomadaire régional Courrier Français.

111On aura noté avec intérêt les bons scores d’audience obtenus par la presse gratuite hebdomadaire locale. Ceci illustre sans doute la notion de fonctions remplies par la presse, fonction d’information mais aussi de service. Si la presse gratuite ne se préoccupe pas beaucoup de la première, à travers ses petites annonces, par ses annonces commerciales et parfois ses informations de proximité elle remplit la seconde. Il faut certainement y voir les raisons de son succès. Mais nous quittons ici le domaine de la mesure quantitative de l’audience de la presse pour aborder celui de la mesure qualitative qui reste une perspective d’investigation hélas peu explorée en matière de presse écrite.

Tableau no14. Audience des six derniers mois de la PQR en Aquitaine

Tableau no14. Audience des six derniers mois de la PQR en Aquitaine

Source : enquête Médialocales, Médiamétrie, 1989.

Tableau no15. Audience d’un numéro de la PQR en Aquitaine (Nbre de lecteurs)

Tableau no15. Audience d’un numéro de la PQR en Aquitaine (Nbre de lecteurs)

Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989.

  • 1 La définition de l’indicateur se trouve p. 33.

Tableau no16. Audience en contacts par jour moyen de parution de la PQR en Aquitaine1

Tableau no16. Audience en contacts par jour moyen de parution de la PQR en Aquitaine1

Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989.

Tableau no17. Audience régulière de la PQR en Aquitaine (5 ou 6 no sur les 6 derniers parus)

Tableau no17. Audience régulière de la PQR en Aquitaine (5 ou 6 no sur les 6 derniers parus)

Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989.

Tableau no18. Structure du lectorat de la PQR et audience par jour moyen de parution à Bordeaux

Tableau no18. Structure du lectorat de la PQR et audience par jour moyen de parution à Bordeaux

Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989.

Tableau no19. Structure du lectorat de la PQR et audience par jour moyen de parution à Périgueux

Sructure de la population totale

Lectorat de La Dordogne Libre à Périgueux

Lectorat de l’Écho Dordogne à Px

Lectoiat de Sud-Ouest à Périgueux

ENSEMBLE

100%

100%

100%

100%

hommes

46,3

49,7

60,8

52,7

femmes

53,7

50,3

39,2

47,3

TRANCHES D’AGE

-

-

-

-

15-24 ans

17,2

11,3

8,6

9,8

25-34 ans

18,6

18,5

24,9

17,8

35-49 ans

25,3

21,8

30,7

28,6

50-64 ans

20,8

30,2

21,5

25,9

65 ans et plus

18,2

18,2

14,3

17,9

15-34 ans

35,8

29,8

33,5

27,6

15-49 ans

61,1

51,6

64,2

56,2

50 ans et plus

39,0

48,4

35,8

43,8

PCS INDIVIDU

-

-

-

-

Agriculteurs

0,7

1,7

0,0

0,0

Petits patrons

2,5

0,6

0,0

3,2

Affaires, cadres, lib.

5,3

3,3

5,1

6,8

Profes. intermédiaires

16,8

17,9

5,1

14,2

employés

20,8

19,3

51,5

24,1

ouvriers

7,3

7,7

17,8

8,1

Actifs

53,5

50,5

79,5

56,5

inactifs

46,5

49,5

20,5

43,5

inactifs retraités

22,4

26,3

18,4

28

Inactifs : étudiants, militaires

10,8

7,8

0,0

5,3

Petit pat., cadres, prof, interm.

24,6

21,8

10,2

24,2

NIVEAU D’INSTRUCTION

-

-

-

-

Primaire

27,9

25,1

33,3

30,3

Technique

11,3

12,3

14,2

11,8

Secondaire

40,1

42,7

42,8

37,7

Supérieur

19,0

18,2

4,6

18,3

Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989.

Tableau no20. Structure du lectorat de la PQR et audience par jour moyen de parution à Agen

 

Structure de la population totale à Agen

Lectorat de La Dépêche Midi à Agen

Lectorat du Petit Bleu à Agen

Lectorat de Sud Ouest à Agen

ENSEMBLE

100%

100%

100%

100%

hommes

46,2

54,9

50,6

56,1

femmes

53,8

45,1

49,4

43,9

TRANCHES D’AGE

-

-

-

-

15-24 ans

17,0

12,3

16,6

15,3

25-34 ans

17,9

17,3

14,9

19,0

35-49 ans

24,4

26,8

24,9

25,6

50-64 ans

22,2

30,8

21,5

23,7

65 ans et plus

18,5

12,8

22,1

16,3

15-34 ans

34,9

29,6

31,5

34,3

15-49 ans

59,3

56,4

56,4

59,9

50 ans et plus

40,7

43,6

43,6

40,0

PCS INDIVIDU

-

-

-

-

Agriculteurs

0,3

0,9

0,4

0,9

Petits patrons

3,8

6,3

4,7

5,1

Affaires, cadres, lib.

6,7

10,0

6,7

10,0

Profes. intermédiaires

14,2

15,8

12,3

11,7

employés

22,9

21,9

23,0

28,8

ouvriers

9,4

10,3

9,3

7,7

Actifs

57,3

65,1

56,4

64,3

inactifs

42,7

34,9

43,6

35,7

inactifs retraités

24,0

23,3

27,2

21,3

Inactifs : étudiants, militaires

8,9

6,0

8,1

7,9

Petit pat., cadres, prof, interm.

24,6

32,1

23,7

26,9

NIVEAU D’INSTRUCTION

-

-

-

-

Primaire

25,7

25,7

27,3

24,5

Technique

12,1

11,9

11,6

12,7

Secondaire

42,9

45,7

45,1

43,7

Supérieur

18,2

15,3

15,3

18,5

Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989.

Tableau no21. Structure du lectorat de la PQR et audience par jour moyen de parution à Bayonne et à Pau

Tableau no21. Structure du lectorat de la PQR et audience par jour moyen de parution à Bayonne et à Pau

Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989.

Notes

1 CESP Digest 1990. - Paris : Centre d’Étude des Supports de Publicité, 1991, 35 p.

2 Enquête Médialocales, Médiamétrie, 1989.

3 Les enquêtes plus anciennes auxquelles nous nous référerons sont les suivantes :

  • CESTA (Centre d’Études sur les systèmes et les technologies avancées)/IFOP-ETMAR. - Les Aquitains et la pratique des nouveaux médias. -1984.

  • Comment communiquent les Aquitains : les médias traditionnels et nouveaux dans la région Aquitaine/sous la direction du Professeur André-Jean Tudesq. - Talence : Centre d’Études de presse, LASIC - CNRS, 1986, 263 p.

Sans autres indications, les résultats évoqués pour 1984 et 1986 proviendront respectivement de ces deux travaux.

4 Voir chiffres donnés en introduction.

5 GAYAN, Louis-Guy. « Un exemple parmi d’autres... Sud-Ouest »., p. 98-112 in La presse quotidienne régionale, le premier média de France. - Toulouse : Milan-Midia, 1990,142 p. (Coll. EcoMédia, no 12).
GAYAN, Louis-Guy. « Du multimédia au multitalent, dix ans de diversification de la PQR », MédiasPouvoirs, no 22, Avril-Juin 1991, p. 19-25.

6 Stratégies, no 740,15 avril 1991, p. 16.

7 CHARON, Jean-Marie. « Sud Ouest, du quotidien au groupe régional indépendant ». MédiasPouvoirs, no 20, octobre-décembre 1990, p. 61-75.

8 CHARON, Jean-Marie. Ibid, p. 65.

9 GAYAN, Louis-Guy. « La Dépêche du Midi : vive la République ! ». - p. 45-49 in La presse quotidienne régionale, le premier média de France. - Toulouse : Milan-Midia, 1990, 142 p. (Coll. EcoMédia, no 12).
- « Groupe La Dépêche : les Atouts ». - L’Echo de la Presse, supplément au no 91, février 1991, p. 28-35.

10 Ces chiffres présentent une différence notable, sans qu’il faille conclure toutefois à une baisse si importante du lectorat de l’hebdomadaire dans l’intervalle, il s’agit sans doute ici d’un de ces aléas propre à toute enquête par sondage. De toute façon, dans les deux cas ces résultats apparaissent comme nettement sous-évalués si on les compare aux chiffres de diffusion du supplément dominical de Sud-Ouest, puisque en 1986 déjà Sud Ouest Dimanche diffusait à 287 160 exemplaires.

11 CESP, op. cit., p. 23.

12 Seulement les « premiers lecteurs » en ce qui concerne les hebdomadaires, c’est à dire ceux ayant déclaré avoir pris en main pour la première fois la veille, un ou des numéros des magazines en question.

13 Lecture dernière période = la lecture de la veille pour un quotidien ou la lecture de la semaine précédente pour un hebdomadaire.

14 Les enquêtes nationales du Ministère de la Culture portant sur les pratiques culturelles des Français depuis 1973 ont révélé un comportement semblable à l’échelle de la France entière : baisse de la lecture quotidienne des journaux mais parallèlement une augmentation de la lecture fréquente et occasionnelle. Cf. DONNAT (Olivier), COGNEAU (Denis). - Les pratiques culturelles des Français, 1973-1989. - Paris : La Découverte/La Documentation Française, 1990, p. 20.

15 Dans ce sous-chapitre les chiffres présentés entre crochets et en italiques à coté des chiffres d’audience figurent les pourcentages que représente la catégorie considérée dans la population, âgée de 15 ans et plus, de la région ou bien des villes dont il est question. Le lecteur peut également se reporter aux tableaux de données Médiamétrie présentés en annexe.

16 Comment communiquent les Aquitains. Op. cit., p. 148-149.

17 3 052 523 exemplaires diffusés en moyenne en 1989, sur toute la France selon l’OJD ; un nombre de lecteurs « dernière période » de 11 339 000 individus selon le CESP et 9 662 000 lecteurs réguliers. MédiasPouvoirs, no 24, octobre-décembre 1991, p. 169 et 174.

18 A cette époque le groupe Sud Ouest refuse absolument cette politique de supplément servi avec le journal du week end (cf. interview de Jean François Lemoine, Le Journal des Médias no 4, 2 janvier 1989, p. 26-28) ; Sud Ouest a depuis changé d’avis. En Octobre 1991, TV Hebdo, supplément concurrent de TV Magazine édité par Hachette, est désormais vendu en même temps que Sud Ouest Dimanche.

19 Cette fois-là les hebdomadaires nationaux avaient été classés selon des genres différents : les hebdomadaires généraux (où on retrouvait Paris-Match, VSD ou France Dimanche) recevaient un score d’audience régulière de 39,9 % ; les news magazines de 18,1 %, la presse télévision : 34,7 %, les féminins : 19,5 %, les hebdo sportifs : 3,1 %.

20 S’il fallait encore des indices de la plus grande régularité de la lecture de la presse de télévision, on pourrait se pencher sur les chiffres suivants : en moyenne 4,8 numéros d’un titre de la presse de télévision sont lus sur huit publiés (2,9 pour le reste de la PHN) ; parmi les lecteurs des 12 derniers mois de la presse de télévision, 31,3 % lisent 8 numéros sur 8 contre 10,2 % dans le cas des autres titres de la PHN.

21 21,7 % en 1984, 29,6 % en 1986.

Notes de fin

1 La définition de l’indicateur se trouve p. 33.

Table des illustrations

Titre Graphique no 1. Audience de la presse quotidienne régionale sur les derniers six mois
Légende Source : Enquête Médialocales presse, Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau no 3. Nombre moyen de numéros lus sur les six derniers numéros parus (base : lecteurs de la PQR lors des six derniers mois)
Légende (Source : enquête Médialocales Médiamétrie Presse, 1989)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau no4. Duplication inter-titres (base lecteurs des six derniers mois). Consultation d’un autre journal au cours des derniers six mois
Légende Source : enquête Médialocales Médiamétrie Presse, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau no 5. Nombre moyen de prises en mains par lecteur par jour de parution
Légende Source : enquête Médialocales Médiamétrie, Presse, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau no 6. Lecteurs de la veille (en nombre)
Légende Source : enquête Médialocales Médiamétrie, Presse, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau no 7. Audience par jour moyen de parution (pénétration en %)
Légende Source : enquête Médialocales Médiamétrie Presse, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Graphique no2. Audience de la presse quotidienne régionale en 1989 en Aquitaine par jour moyen de parution
Légende Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Graphique no3. Audience de la presse quotidienne régionale en 1989 en Aquitaine d’un numéro moyen
Légende Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Graphique no 4. Structure du lectorat régulier de la PQR en Aquitaine
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Source : enquête Médialocales Presse, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Graphique no 5. Structure de l’audience par jour moyen de parution de la presse quotidienne régionale en Aquitaine en 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Source : enquête Médialocales Presse, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Graphique no 6. Structure de l’audience par jour moyen de parution de la presse quotidienne régionale à Pau en 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Source : enquête Médialocales Presse, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Graphique no 7. Structure de l’audience par jour moyen de parution de la presse quotidienne régionale à Agen en 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Source : enquête Médialocales Presse, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau no 8. Lectorat d’au moins un titre de la presse hebdomadaire régionale
Légende Source : enquête Médialocales Médiamétrie, Presse, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau no 9. Lectorat d’au moins un titre de la presse hebdomadaire gratuite
Légende Source : enquête Médialocales Médiamétrie, Presse, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau no 10. Lectorat d’au moins un titre de la presse hebdomadaire nationale
Légende Source : enquête Médialocales Médiamétrie, Presse, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau no 12. Lectorat d’au moins un titre de la presse hebdomadaire de télévision
Légende Source : enquête Médialocales Médiamétrie, Presse, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau no 13. Lectorat régulier de Télé 7 Jours et de Tv Magazine en Aquitaine : Pourcentages de pénétration
Légende Source : enquête Médialocales Presse, 1989
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau no14. Audience des six derniers mois de la PQR en Aquitaine
Légende Source : enquête Médialocales, Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Tableau no15. Audience d’un numéro de la PQR en Aquitaine (Nbre de lecteurs)
Légende Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Tableau no16. Audience en contacts par jour moyen de parution de la PQR en Aquitaine1
Légende Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau no17. Audience régulière de la PQR en Aquitaine (5 ou 6 no sur les 6 derniers parus)
Légende Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau no18. Structure du lectorat de la PQR et audience par jour moyen de parution à Bordeaux
Légende Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau no21. Structure du lectorat de la PQR et audience par jour moyen de parution à Bayonne et à Pau
Légende Source : enquête Médialocales Presse, Médiamétrie, 1989.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/14117/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 309k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search