Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

"Sports, loisirs, société"1

Nelson Paillou

Texte intégral

  • 1 Centre National de la Fonction Publique Territoriale (Actes des quatrièmes rencontres d'Angers, 26 (...)

1(...) Je voudrais ajouter que dans le domaine sportif, nous considérons de plus en plus que les communes sont déterminantes, chaque jour davantage, parce que chaque jour davantage se met en place définitivement la décentralisation. Les responsabilités des communes, des départements et des régions sont de plus en plus décisives.

2Demain, c'est là que sera le pouvoir et personnellement je m'en réjouis ; je ne suis pas du tout en matière sportive pour une centralisation ; je suis tout à fait d'accord pour que les gens prennent de véritables responsabilités au niveau qui est le leur, et qu'ils ne soient pas simplement des courroies de transmission mais effectivement des responsables de la gestion sportive au niveau local.

3Encore qu'en sport il faille davantage parler de déconcentration que de décentralisation, dans la mesure où il faut une politique pour les grandes orientations, une politique nationale à laquelle d'ailleurs la base doit être largement conviée. Pour le mouvement sportif, la commune présente un autre intérêt : pouvoir avec une même politique appréhender tous les niveaux de pratique.

4Au Comité National Olympique Sportif, lorsque nous avons défini nos objectifs éducatifs, nous avons dit que nous voulions animer des activités de sport pour tous, de sport de masse, de sport de moyenne compétition, de sport de haute compétition internationale de la même manière, avec le même état d'esprit qui peut se définir par un humanisme en matière sportive digne de la pensée de Coubertin qui n'a pas tellement vieilli dans ce domaine.

5Il s'agit donc de permettre à l'homme de s'exprimer en fonction de ses potentialités, en fonction de ses virtualités, au niveau qui est le sien ; et s'il veut simplement du ludique, il faut qu'il ait du ludique, s'il veut faire un petit peu de compétition, qu'il le fasse et s'il veut s'exprimer au plus haut niveau il doit pouvoir le faire.

6Il faut que nous le fassions avec cette générosité, avec cette indépendance qui fait qu'on attribue à sa façon de s'exprimer autant d'importance à la dimension sportive qu'à n'importe quelle autre dimension culturelle ; la dimension sportive est pour nous une des dimensions de la culture.

7Le prix Nobel ou le grand prix de Rome sont pour nous la médaille des Jeux Olympiques ; nous attribuons aux uns et aux autres la même importance, la même efficacité en tant que locomotive pour entraîner tout le reste.

8Si nous voulons développer cette éthique et l'affirmer hautement, elle s’adresse aussi bien à celui qui fait son footing le dimanche matin et ses 20 km de bicyclette, qu'à celui qui fait du haut niveau.

9L'un et l'autre sont la même proie facile pour tous les secteurs, qu'ils soient idéologique, politique et surtout économique et commercial. Et c'est ce dernier qui est le plus prégnant dans l’évolution actuelle de notre société.

10Il est vrai que la commune a une lourde mais passionnante charge de pouvoir traiter de la même manière toutes ces dimensions. (...)

Notes de fin

1 Centre National de la Fonction Publique Territoriale (Actes des quatrièmes rencontres d'Angers, 26-27 novembre 1987), Les Cahiers du CNFPT no 24 1988, pp. 6-12 (extrait pp. 7-8).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540