Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Le dirigeant sportif bénévole

Nelson Paillou

Texte intégral

1L'épithète « bénévole » (vouloir le bien...) trop chargée à mon goût d'un sentiment évoquant « l’acte charitable », me donne moins satisfaction que celle de « militant » qui connote mieux l'engagement volontaire désintéressé, librement consenti. Mais le mot est tellement entré dans le langage courant qu'il est difficile de le remplacer.

2En tout cas, le bénévole dans le milieu sportif est bien celui qui s est délibérément mis au service de l'homme, et n'entend pas l'exploiter à des fins philosophiques, économiques ou politiques. Dans l'acte pédagogique qui est le sien, l'éducateur considère bien l'éduqué comme « sujet », et non comme « objet ». En ce sens, le dirigeant-militant s'inscrit bien dans une conception humaniste du sport.

3C'est précisément ce « désintéressement » qui lui confère son « indépendance » vis-à-vis du Pouvoir, de tous les Pouvoirs...

4Cela ne veut pas dire qu'il ne justifie pas que des dispositions soient prises en sa faveur pour qu'il puisse mieux accomplir la mission qu'il s est donnée. Il est même devenu indispensable qu'il puisse relever d’un véritable « statut de l'élu social ». Ce n’est pas parce qu'il accepte d'être « désintéressé » qu'on a pour autant le droit de « l'exploiter ».

5Il faudra pourtant que la revendication légitimement défendue en sa faveur auprès des Pouvoirs Publics, ne dépasse pas le seuil qui lui ferait perdre son « statut ».

6La technocratisation, la fonctionnarisation, d'une telle mission, entameraient inéluctablement le dynamisme qui la caractérise et compromettraient la liberté qui est son essence même.

7Pour être libre et indépendant, le dirigeant sportif bénévole n'en a pas moins le devoir impérieux d'être « compétent » parce que « responsable ». Il n'a pas été contraint de militer... Dès l'instant où il a décidé de s’orienter dans cette voie, il a le devoir d'être exigeant vis-à-vis de lui-même et d'avoir l'ambition de parfaire avec rigueur sa formation.

Auteur

Président du CNOSF1

François Alaphilippe et Eric Bournazel (sous la direction de), Le dirigeant sportif bénévole, (Actes du colloque de Limoges, 3-5 mars 1983, Centre de Droit et d'Économie du Sport et CNOSF), Paris, Dalloz, 1984, p. XIII-XIV (extrait p. XIII).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540