Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Séance de clôture

II. Quelques axes concrets

Joël Delplanque, Ernest Gibert, Michel Lenguin, Jean-Paul Callède, Jacques Blociszewski, Joël Delplanque, Robert Denel, Michel Helly et Jean-Michel Martin

Texte intégral

Joël DELPLANQUE

1Je voudrais ajouter un ou deux éléments. Je pense qu'il y a une question qui a toujours traversé l'activité de Nelson Paillou dans le sport, et aussi cette Université : est-ce que Nelson Paillou était un homme moderne ? Est-ce qu'il avait une vision du sport ? Avait-il une vue prospective de l'organisation du sport ? N'était-il pas un homme du passé ? Toujours, cette question l’a accompagné, l'a traversé, et a largement été débattue. Encore une fois pour les plus jeunes, et peut-être vous en souviendrez-vous, souvenez-vous des débats, à L'Equipe, quand on réservait de la place au sport français davantage qu'au sport américain, comme aujourd'hui, il y avait une rubrique qui s'appelait « BHV : Basket - Hand - Volley ». A l'époque, le Président de la Fédération de Basket était Robert Busnel, et le Président de la Fédération de handball était Nelson Paillou. Robert Pariente et Gaston Meyer organisaient des joutes épistolaires, ou orales, entre la pensée moderne professionnelle prospective de Robert Busnel, et la pensée ringarde, éducative, de masse de Nelson Paillou. Et c'est quelque chose qui a toujours accompagné Nelson Paillou. Ses détracteurs ont toujours pensé qu'il ne connaissait rien au sport professionnel, au sport de haut niveau, que c'était un « pédago », que certes le Hand, sous son autorité, passait de 78 à 180 000 licenciés, mais qu'en matière de haut niveau, il ne valait rien. C'est une question qui, durant toute sa vie professionnelle, toute son activité, l'a souvent traversé.

2Ce sont des débats auxquels, vous vous doutez, j'ai fréquemment participé. Et dans un cercle, cette fois extrêmement restreint entre Fernand Sastre, Nelson Paillou et moi, ce sont des questions dont on a souvent débattu parce que si Nelson Paillou n'était pas forcément directement en charge du sport professionnel, on ne peut pas le dire de Fernand Sastre.

3Mais on le disait aussi de Fernand Sastre ! Dans le couple qu’il formait avec Sadoul, à l'époque Président de la Ligue de Football, je ne suis pas sûr que l'équilibre qui existait à l'époque soit le même qu'aujourd'hui.

4C'est une question : est-ce que l'humanisme, les valeurs qui viennent d'être développées à la fois par Michel Lenguin, Ernest Gibert ou Jean-Paul Callède, sont-elles des valeurs d'avenir ? Y-aura-t-d encore une place pour des hommes à venir, qui existent vraisemblablement, pour que ces valeurs, ce sens, ce besoin de liens, soient vivants, pour faire référence au film de Costa Gravas ?

5En ce qui nous concerne, au Ministère de la Jeunesse et des Sports, dans l'équipe de Marie-George Buffet, on le pense parce qu on en a la conviction profonde, et qu'on souhaite qu il vive concrètement. Nous allons donc, à la fin du mois de septembre, réorienter ce que le Ministère organisait régulièrement, « la fête du sport » dans cet esprit. Ce sera une fête tournée vers les jeunes, vers la prise de responsabilité, la citoyenneté, le plaisir que les jeunes prennent au travers de pratiques sportives qui échappent aux règles traditionnelles un peu contraignantes. Ce sont ces appels à projets que l'on va lancer au mois de septembre, à l'image de ceux que l'on a lancés à l'occasion de la Coupe du Monde. Bien entendu, on ne fait pas la Coupe du Monde de Football tous les ans, mais si on veut capitaliser, il faut profiter du soufflé qui n’est peut-être pas encore complètement retombé. Puisque des volontés spontanées se sont manifestées dans les régions, il y a peut-être là une source d'espoir que cette fête, cet humanisme, cette « volonté spontanée authentique » comme disait Nelson — de se prendre en charge, que des jeunes se responsabilisent dans des projets qui seront les leurs.

6En ce qui me concerne, le deuxième élément que je retiens c’est qu’il faut être confiant dans l'avenir. Il n'en reste pas moins vrai que les uns et les autres, dans nos clubs, dans nos ligues, dans nos fédérations, quelles que soient les responsabilités que l'on exerce, là où l’on est, il faut être extrêmement attentif à la formation, à l'éducation, à la préparation des dirigeants. Aujourd'hui, être dirigeant sportif, c’est incontestablement plus difficile. La disponibilité est encore plus grande.

7J'ai commencé à la Fédération de hand, Nelson était au Rectorat de Bordeaux. La première règle était de dire « la fédération est au service des dirigeants de clubs ». Un dirigeant de club fait l'école, va à son travail, vaque à ses activités et quand il rentre le soir chez lui, commence à s’occuper du club. De plus, les moyens de communication n'étaient pas du tout les mêmes qu'aujourd hui. Nous passions nos week-ends entre les réunions de comités directeurs, les conseils d'administration sans oublier la centralisation de tous les résultats des matchs. Nous ne disposions que de télex à bande, et quand on est dans une fédération de sports collectifs, comme le handball, il y a des matchs, des désignations, des commissions de disciplines, des exclusions... toute une vie qui, entre le lundi et le mardi, doit absolument se mettre en œuvre de façon rapide, avec les moyens de communication de l'époque. On avait comme objectif, à l'époque, d'avoir sur les tableaux les résultats, pour que tous les dirigeants voient que le hand existait. On passait donc nos dimanches à hurler auprès des dirigeants de clubs — qui bien sûr n'avaient pas de téléphone dans leur salle — pour qu'ils nous communiquent les résultats.

8Et on se faisait réprimander par Chapatte quand il nous manquait un résultat parce que, quand il manquait un résultat, il ne voulait pas publier le tableau.

9C'était cela la vie fédérale à l'époque. On n'avait pas d'ordinateurs pour faire les licences, on avait des aiguilles. C'étaient les anciens qui venaient classer les licences. Fernand Sastre me disait, en 1984, quand il a présidé sa dernière Finale de la Coupe de France de Football, que TF1 avait dû donner 400 000 F à la Fédération de Football. Aujourd'hui, vous avez entendu, le match Islande-France : 9 millions de Francs.

10C'est pour cela que je réagissais tout à l'heure, en disant qu'effectivement il faut être extrêmement attentif à ce que le sport reste entre les mains des sportifs. Quand Nelson Paillou évoquait en 1982 l'indépendance, à l'époque on faisait plus référence à l'indépendance politique. Mais l'indépendance économique n'est pas moins perverse. Si l'on veut donner un sens vivant, actif et moderne à cet humanisme, il faut mettre en place toutes les procédures possibles pour résister à ces pressions. Les gens de télévision, de Canal +, de France Télévision ou de TF1 sont armés d'une batterie d'avocats. Ce ne sont plus les dirigeants, mais les avocats qui sont les précurseurs !

11Un autre chiffre que je voudrais vous donner pour que vous mesuriez bien la réalité aujourd'hui. Un chiffre que l'on m'a donné vendredi et qui va vous effrayer, j'en suis persuadé. Dans le football français et international, il y a des intermédiaires. C'est le club qui paye l'intermédiaire. Vous savez combien d'argent, cette année, est passé dans les mains des intermédiaires ? 60 millions de Francs ! Quand je parlais d'organisation, il ne faut pas imaginer que l'humanisme doit être réservé au sport de masse, au sport pour tous, il doit être aussi actif, vivant, peut-être encore davantage dans le sport professionnel. Fisez Le Monde d'aujourd’hui ou d'hier, vous y verrez des interviews de joueurs de Base-Ball américains sur la pratique pharmacologique de ces sportifs autorisée dans les ligues de Base-Ball et de Football américaines. Je crois que cet humanisme doit être aussi vivant dans le secteur professionnel. Il faut prendre des mesures pour permettre aux dirigeants d’exercer leurs prérogatives en toute indépendance.

12Aujourd'hui, par exemple, mesure concrète et précise : l'attribution des droits télévisés, c'est un marché public. Or il n'y a pas de procédure de marché public. Cela veut dire qu'il n'y a pas de délai, il y a une procédure administrative dans les marchés publics et il n'y a pas de raison qu'on ne puisse pas la mettre en œuvre, quand on est à la tête d'une fédération de service public. Cela éviterait les discussions ! Il faudrait donc que des règles administratives, juridiques, réglementaires de transparence se mettent en place. Une autorité fédérale, internationale, européenne, nationale, régulerait tous ces mouvements. C'est l'enjeu de l'humanisme, une capacité à résister, « à raison garder », comme disait Nelson qui faisait souvent référence à Montaigne.

13En ce qui me concerne, à la place où je suis, au niveau de l'Etat, je conçois mon travail comme une capacité à aider, à trouver les moyens administratifs, réglementaires et juridiques pour aider les dirigeants dans ce travail. La résistance est indispensable pour qu'un équilibre entre l'intérêt général et les intérêts particuliers s'établisse, pour que la santé des gens soit privilégiée. On a vu cet été les menaces lourdes qui pèsent sur la santé des jeunes. Le Conseil d'Administration de la Fédération Internationale d'Athlétisme vient de se réunir et de créer, lui aussi, les championnats du monde cadets d'Athlétisme ! Alors, on va plagier, reproduire, à 15 ou 16 ans, des formes de compétition, on va user les gens, on le sait ! Aujourd'hui, dans la carrière d'un sportif, la grande difficulté, on le sait, c'est de définir des objectifs, s'y tenir. Christine Aron n'est pas allée courir à Zurich, même si on lui faisait un chèque comme jamais elle n'avait eu jusqu'à maintenant, elle s'est réservée pour les Championnats d'Europe ! Mais combien le font ? Je pense que, dans doute, Aimé Jacquet a su fédérer cette énergie, repousser un peu ces pressions. C'est un grand enseignement qu'il nous faut là aussi retenir, notamment pour l'encadrement technique. L'humanisme doit se manifester là aussi très concrètement. Aujourd'hui, l'organisation des saisons est devenue infernale, c'est 365 jours sur 365 ! Les saisons s'enchaînent les unes aux autres, on passe d'un hémisphère nord à un hémisphère sud, on change de continent, il faut bien le temps de se préparer, de récupérer, d'avoir une vie un peu équilibrée, sociale !

14Voilà, à mon avis, tous les enjeux du sport moderne, et je crois, pour m'en être fréquemment entretenu avec Nelson Paillou qui avait bien compris cet enjeu, que chacun d'entre nous peut agir. Il y a, notamment auprès des jeunes, des formules, des pédagogies, des calendriers d'approche de la pratique sportive qui doivent être mis en œuvre et qui doivent échapper aux règles de la compétition. On ne construit pas un avenir sur un rejet, mais sur un projet. Il faut donc que les dirigeants, les responsables, quel que soit encore une fois le niveau de responsabilité, s'emparent de ce formidable véhicule qu'est le sport. Si toutes ces initiatives économiques se mettent en œuvre, c'est parce que ces gens-là ont bien compris que cela avait une résonance, notamment dans la jeunesse. Moi, je veux bien que Coca-Cola pousse les fédérations internationales à faire des championnats de jeunes, parce que tout le monde voit très bien pourquoi, mais si c'est cela qui doit être privilégié, il faut dire non, et je crois que Nelson Paillou a su dire non.

Ernest GIBERT

15Tu viens au fond, Joël, d'apporter la conclusion que nous attendions.

16C'est aussi la question que se posent les clubs universitaires depuis de nombreuses années.

17Pour beaucoup de nos partenaires, nous avons une conception du sport que nous n'avons jamais voulu supérieure aux autres, mais qui n'est plus au goût du jour. Pourtant, nous avons la volonté de continuer à être présents dans tous les domaines de pratiques, y compris les nouvelles, et à tous les niveaux. C'est pourquoi nous sommes à la recherche de solutions, de formules qui permettent d'une part d'être à la fois un étudiant normal et un athlète de haut niveau — et c'est possible, pensez à Frédéric Krantz que nous avons vu avant-hier. Puisque nous n'aurons pas l'argent que d’autres possèdent, ce qui nous donne plus de facilités pour le condamner, donnons la possibilité à celui qui se livre à la pratique de haut niveau d'avoir un projet qui lui permette d'investir le temps où il est dans nos clubs. Voilà pourquoi je ne veux pas développer ce point, cela fait deux ans que nous y travaillons, et c'est bien synonyme de ce que nous sommes — il nous faut beaucoup de temps pour essayer d'avancer — nous travaillons sur une formule qui nous permette de continuer à être présents dans des sports de haut niveau, à commencer d'ailleurs par le handball.

18Nous ne prétendons pas, je le disais, détenir la vérité, c'est-à-dire que nous n'avons pas de vocation à être visionnaires, mais ce débat passéisme-modernisme, nous sommes dedans comme, au fond Nelson l'était, et nous continuerons à y être présents pendant longtemps. Et cela m'amène à la transition sur les propositions d'actions. Il y a bien des choses à retenir sur ta dernière intervention et je crois qu'on peut au moins souligner trois points.

19Le premier, c'est qu'il faut avoir une politique qui intègre la modernité. Ce n'était pas le fait du hasard si, il y a deux ans, nous nous sommes interrogés sur « l'autre sport ? », l'année dernière sur « le club du xxie siècle » — il était temps de le faire — et si cette année nous avons insisté sur l'enjeu de l'humanisme. Pour avoir un projet moderne, il faut être au courant du monde tel qu'il est et être capable d'utiliser les techniques telles qu'elles sont devenues. Je parle des techniques dans tous les domaines, de la gestion à leur utilisation dans tous les champs de la pratique sportive.

20Ils se sont parfois mépris, nous n'avons nullement l'intention de former d'autres dirigeants, mais nous souhaitons entreprendre une action commune pour mieux nous former avec eux. Et cela m'amène à la troisième idée que tu as développée, c’est qu'il est essentiel, si nous voulons rester libres et indépendants, que dans ce monde du sport où les enjeux ont pris une intensité de plus en plus forte, nous tenions toujours les fils, nous soyons maîtres de notre destin. D'abord, que nous ayons une représentativité interne, et ensuite que nous concourions à ce que les dirigeants, dans les instances, à quelque niveau que cela se situe, aient une véritable représentativité, ce qui leur permet de parler clair, de manière compétente, sans être aliénés.

21Là dessus, il y a beaucoup de choses à faire. Le hasard fait parfois bien les choses, il y a deux des points de réflexion que Michel Lenguin et Jean-Paul Callède avaient l'intention d'aborder, par lesquels nous allions conclure. Il faut parfois des propositions concrètes et d'autres moins médiatiques qui rassemblent. Je vous ferai tout à l'heure deux propositions.

22Nous croyons que le sport ne doit pas être scindé, découpé, même s'il file par les deux bouts, du côté du haut niveau, du côté de la pratique libre. Dans les enjeux cités, il y en a un qui vient s'ajouter, c'est l'enjeu de la démocratie, au sein du système fédéral lui-même, surtout dans les lieux de vie des pratiques. Alors, on ne peut pas développer ce sujet dans la totalité, mais cet enjeu démocratique, le point d'influence le plus efficace, c'est, nous semble-t-il, pour le moment, la commune.

Le sport ne doit pas être scindé

Michel LENGUIN

23Joël Delplanque disait que Nelson Paillou se référait souvent à Montaigne parce qu'il était bordelais ; il faut savoir quand même que sa mère était basque et qu'il se référait aussi aux grands penseurs basques ! Le sport ne doit pas être scindé. C'est presque sous le ton de la harangue qu’à ce propos Nelson Paillou s’exprimait. Opposer sport de masse et sport de haut niveau, aussi bien que sport professionnel au sport amateur, lui semblait une hérésie ; parce que, disait-il, une même éthique éducative peut être mise au service de tous les niveaux de pratique du sport. Légitime crainte, légitime conviction pour un enseignant, pour un éducateur, un responsable.

24Sans doute voyait-il aussi, sans le dire et plus prosaïquement, dans cette tentative de segmentation, une fragilisation de la représentativité du Mouvement Sportif, de son affaiblissement, de son rapport de force avec son environnement.

25Sans doute pour prévenir ces orages funestes, peut-être pour s’alléger de la toute puissance de l'actualité, Nelson Paillou s'est rapidement engagé dans la course vers l'avenir, vers les enfants, les adolescents, en créant ces fameux Jeux de l'Avenir qui, pour lui, devaient préparer le futur. C'est un objet de réflexion qui, pour nous, dépasse la dimension de cette innovation, de cet événement, parce que c’est littéralement donner naissance ; et quoi de plus important et de plus grave que de donner naissance au futur des enfants ? En fait d'humanisme, peut-on mieux espérer ?

26A bien y réfléchir, la deuxième conséquence d’une scission pourrait encore plus, si c'est possible, entraîner la professionnalisation dans une logique extrême de spécialisation et de champ clos. On pourrait alors assister à l'apparition d'une génération d'individus des sports ordinaires qui, très éloignés de ce sport spectacle, serait quelque peu dépossédés et en non-état de connivence, réduits donc au rôle de simples spectateurs et désormais attentifs à des aspects très extérieurs à la pratique. D'où une perversion dans l'appréciation de la finalité de l'événement, d'où peut-être aussi une domestication d'un public captif sans culture. Là aussi, nous avons à nous interroger sur ce type de responsabilité avant de réclamer ou non cette scission que d'aucuns souhaiteraient.

27N'irait-on pas vers une désocialisation ? Un sociologue averti pourrait tirer là quelques bénéfices à partir d'analyses pertinentes concernant l'enjeu démocratique, ce que ne manquerait pas de faire notre distingué collègue de tribune si on lui laissait la parole !

L'enjeu démocratique (le sport dans la commune)

Jean-Paul CALLÈDE

28Sans prétendre être capable de définir une proposition précise en matière d'un sport qui doit être pensé ou repensé à l'échelle locale — la commune sans doute —, la démocratie locale, dans la perspective d'un humanisme concret, parce que d'une certaine manière c'est cela qui nous préoccupe, je vais essayer d'esquisser une perspective. Je pense qu’il ne faut pas se draper dans le voile d'un humanisme qui ne serait que philosophique, inscrit dans le ciel des intelligibles, mais au contraire dans un humanisme d'action concret. Pour ce faire, il y a un premier point d'appui important, c'est tout de même la cellule qu'est l'association, le club.

29En début d'Université, on nous a dit qu'il y avait peut-être plus dans les jeux, en terme d'esprit ludique, en terme d'évasion, peut-être aussi en terme d'imaginaire, qu'il n'y a dans le sport, dans la compétition sportive. Mais la compétition sportive, c'est aussi un environnement, et le club a un rôle important à jouer. L'humanisme social et concret du sport, c'est toute cette dynamique associative que l'on a sûrement à moderniser, pour employer un terme qui a été utilisé à plusieurs reprises ici, mais en même temps à faire vivre pour le bien du plus grand nombre.

30L'autre point d'ancrage, c'est sûrement la localité. Faut-il restreindre la notion de localité à la seule commune ? Hier, avec les exposés de Francis Le Dû et Martine Reneaud et les débats qui ont suivi, nous avons vu que des solutions concrètes concernant le sport de haut niveau pouvaient être envisagées et raisonnablement envisagées à l'échelle d'une région. Un certain scepticisme a flotté dans l'assistance à un moment donné, mais quand on nous a dit que sur une vingtaine de sportifs de haut niveau ayant constitué le Club Aquitaine, dix-sept étaient tout de même partis à Atlanta, les trois autres ayant eu des blessures ou des problèmes. L’efficacité du dispositif est alors apparue clairement Il y a donc des solutions de proximité à l'échelle régionale, départementale ou communale. L'échelon local est également utile pour réfléchir, et Nelson Paillou insiste sur ces aspects dans une importante communication qu'il avait produite à l'occasion des premières rencontres d'Angers : Sport et Collectivités Territoriales, du Centre National de la Fonction Publique Territoriale, en 1987 ; et son but était aussi de démontrer qu'à un échelon local, on peut envisager le sport dans la quasi-totalité de ses formes d'expression. Il y a, à la fois du très haut niveau, du haut niveau, de la compétition de masse, du sport pour tous, du sport loisir, qu’il se refusait d'ailleurs de qualifier de façon péjorative. Il disait au contraire, puisque ce sont des gens qui ne sont pas intéressés par le giron associatif ou fédéral, c'est probablement aux municipalités de trouver des solutions pour ces pratiques sportives plus ou moins informelles. On ne parlait pas beaucoup à l'époque du sport dans les quartiers difficiles, on en parlait moins qu'aujourd'hui.

31Mais je suis persuadé que c'est en s'appuyant sur la cellule associative du club, c’est peut-être aussi en réfléchissant de façon concrète à des échelles de grandeur locale : la commune, le département, voire la région, qu'il y aurait moyen pour nous, clubs universitaires, de trouver des solutions concrètes, plutôt qu'en optant pour une vaste envolée générale qui risque de se perdre dans le désordre des discours.

Jacques BLOCISZEWSKI

32Je collabore ponctuellement au Monde Diplomatique et à plusieurs autres revues. Monsieur Delplanque a souligné à juste titre un certain nombre de dérives, et je partage tout à fait son point de vue. Je voudrais rappeler, dans cet ordre d'idée, que le soir de la victoire de l'équipe de France pendant la Coupe du Monde, sur l'Arc de Triomphe était projeté « La victoire est en nous », c'est-à-dire le slogan d'Adidas. Par ailleurs, le Stade de France est actuellement parrainé par Coca-Cola. Je voudrais savoir de quelle façon l’Etat peut envisager de s'opposer à ce genre de dérive, s'il a une marge de manœuvre ou si, puisque l'on a également souligné l'enjeu démocratique — évidemment fondamental — nous sommes condamnés à voir la fusion de la sphère publique et de la sphère privée se renforcer. On le voit par exemple avec la RATP ou la SNCF, OÙ les voyageurs sont considérés désormais comme des cibles ou des éléments statistiques. Qu'est-ce que vous pensez concrètement pouvoir faire pour endiguer ce genre d'abus ?

Joël DELPLANQUE

33Je pense que c'est une des questions pour laquelle Madame le Ministre a réuni son Cabinet hier, pour savoir effectivement ce que l'on pouvait et devait faire concrètement. Deux textes sont en préparation, vous le savez : une loi sur l’audiovisuel et une loi sur le sport. Alors, on peut penser que l'un et l’autre de ces textes pourraient héberger des dispositions qui répondraient à votre souci, que je partage bien entendu.

34Mais avant que ces deux textes ne soient promulgués, pas mal d'événements se seront passés, il faut donc agir vite. Il faut trouver une formule d'équilibre, pour que le Mouvement sportif, grâce à ces contrats de télévision, puissent obtenir des moyens supplémentaires, sans pour autant priver le public du spectacle sportif. Ce n'est pas simple parce qu'il y a des enjeux industriels, culturels, économiques et politiques. Il faut que l'on trouve — c'était en tout cas ma suggestion au Ministre — de façon concrète une formule un peu comme celle qui avait débouché sur le Code de Bonne Conduite. Ce phénomène de régulation peut se mettre en place chez les dirigeants eux-mêmes, parce que ceux qui signent des contrats sont aussi des dirigeants, donc ils doivent avoir peut-être au travers de leur sens civique, de leur sens de responsabilité ou dans le cadre de leur mission de service public que leur confère l'Etat, ce souci ; et si d'aventure il y avait quelques failles, il faut sans doute les aider à trouver les moyens de cette régulation.

35L'attachement du gouvernement au service public, il n'est pas utile de le développer, même si à vos yeux il est insuffisant. Ce que je peux vous dire, c'est que dans la nouvelle loi sur le sport, la dimension sociale et éducative sera largement développée dans le souci d'enrichir cette mission de service public en l'intégrant, davantage qu’elle ne l'est aujourd'hui, dans les préoccupations des dirigeants, et dans les procédures qui vont de pair.

36En ce qui concerne le Stade de France, je ne crois pas qu’il soit parrainé. L'histoire du Stade de France, une histoire de soixante ans, s'est terminée par une concession qui a même été attaquée devant les juridictions de Bruxelles. C'est le seul équipement sportif français à avoir été construit avec de l'argent privé et de l'argent public : 50-50. Des clauses stipulent qu'au cas où il n'y aurait pas de clubs résidents, les charges seront supportées par les fonds publics. Nous avons essayé de faire en sorte que ce stade accueille un club, justement pour éviter que le budget de la Nation supporte ces clauses conventionnelles. En l'occurrence, on a échoué. Je pense que toute notre action, dans une économie mixte, entre argent public et argent privé, doit conduire à trouver un juste équilibre entre les deux. Ce juste équilibre passe par la capacité à effectivement drainer des fonds privés sans pour autant priver le public du spectacle sportif. Par exemple, concrètement, en ce qui concerne les groupements sportifs, notre Ministre est favorable au droit commun, à savoir que l'on revienne aux sociétés anonymes avec capacité à distribuer des dividendes pour les investisseurs, mais à deux objections près par rapport au droit commun : que le même propriétaire ne soit pas présent dans deux clubs d'une même discipline, et qu'il n'y ait pas de cotation en bourse. L'ensemble du texte, quand il sera rendu public, essaye de se frayer un chemin qui va évidemment être contesté, contestable, débattu, entre les intérêts privés et les intérêts publics, et tente de trouver un équilibre qui respecte le public. Mais j'imagine que l'on fera débat.

Robert DENEL

37« Nelson Paillou et le CIO ». On a eu souvent de belles paroles du CIO vis-à-vis de Nelson Paillou. Je n’ai pas toujours eu l'impression qu'on l'ait écouté ou qu'on ait voulu lui donner la place à laquelle éventuellement il pouvait prétendre. Ce n’est pas une affirmation, c'est l'impression d'un dirigeant de base par rapport à ce qu'il a pu observer à ce niveau-là. Qu'en pense Joël Delplanque ?

Joël DELPLANQUE

38Vous savez, Nelson Paillou fut le fondateur de la section handball au BEC. Il a donc fait sa carrière sportive à l'origine dans le handball. Arbitre international, Président de la Fédération Française pendant dix-huit ans, et en 1984, aux Jeux de Los Angeles, Nelson était en position d'être élu Président de la Fédération Internationale de Handball.

39Comme vous connaissez sa capacité à manier les langues, à part l'espagnol, et que la langue officielle du handball est l'Allemand, Nelson se faisait accompagner dans tous les congrès internationaux, par Raymond Hahn, le Président de la Ligue d'Alsace. En 1984, il lui a dit « je suis Président du Comité olympique », et c'était peut-être aussi une manière de montrer une nouvelle fois la fidélité à ses engagements, à l’humanisme et à l'olympisme qu'il a servi avec la force que vous savez. Il a estimé qu'il ne pouvait pas cumuler les deux fonctions, les briguer en tout cas, puisqu'à l'époque il était Président du Comité olympique, et éventuellement contacté pour être Président de la Fédération Internationale de Handball. Il a donc demandé à Raymond Hahn de se présenter, et comme il l'a présenté, il a été élu. C'est comme cela que Raymond Hahn qui accompagnait Nelson pour la traduction, est devenu trésorier puis aujourd'hui secrétaire général, le premier dirigeant de la Fédération Internationale de Handball.

40Si j'évoque cette histoire, c'est parce que depuis, tous les Présidents de fédérations internationales, Juan Antonio Samaranch a eu l'astuce d'en faire des membres de droit du CIO. On peut penser que si Nelson avait, en 1984, opté pour cette voie, il serait devenu automatiquement membre du CIO.

41Nelson, donc, n'a jamais été membre du CIO, puisque, vous le savez, c'est d'abord Philippe Chatrier, Jean-Claude Killy et Guy Drut qui ont été respectivement élus à la succession de Jean de Beaumont et de Maurice Herzog. Objectivement, il en ressentait un peu d'amertume. Il pensait qu'en s'étant exprimé, en s'étant donné avec autant de force et de conviction au Mouvement olympique, en ayant repris l'organisation du Congrès du Centenaire que les Japonais avaient abandonné, en ayant obtenu du Maire de Paris de l'époque et de l'Etat les financements pour organiser ce Centenaire, qu'indépendamment des invitations que Samaranch lui adressait à chacun des Jeux Olympiques, que cela méritait une reconnaissance un peu plus formelle. Cela dit, il n'était pas fâché non plus de garder ses distances avec Monsieur Samaranch.

Michel HELLY, Grenoble UC

42Je voudrais savoir, dans le domaine de la formation, ce que l'UNCU peut proposer, au niveau de la formation des dirigeants, de plus que ce qui est fait jusqu'à maintenant. L'Université Sportive d'Eté est déjà un moyen de formation des dirigeants qui veulent bien venir. Mais, est-ce que I'UNCU peut faire plus dans ce domaine-là, quelles sont ses possibilités ?

Ernest GIBERT

43L'Université Sportive d'Eté n'est pas une organisation conçue et organisée au bénéfice de ceux qui l'organisent. Bien sûr, on y retrouve des dirigeants des clubs universitaires, mais notre souhait est que les participants soient les plus différents possibles, et que le champ de la participation soit le plus ouvert possible. Nous ne nous réfugions pas et nous ne parlons pas en tant qu’universitaires, ni en tant que représentants des clubs universitaires. L'Université Sportive d'Eté a tiré sa force, sa diversité, sa durée de la pluralité des origines et des formations. C'est pourquoi il faut en assurer le renouvellement. C'est un lieu certes de formation, mais c’est également un lieu d'échanges. Nous avons nos journées de formation annuelles. On peut organiser des sessions, on l'a d'ailleurs fait parfois dans des domaines très pointus. Pour donner un exemple récent, il y a eu une formation à l'usage d'Internet, très courte. La formation fonctionne beaucoup mieux lorsque nous allons vers les lieux de la pratique

44Ce n'est pas parce que nous sommes des formateurs de profession que nous n'avons rien à apprendre, ni rien à faire de plus. Je crois alors que le moment est venu d'aller bien au-delà de ce que nous faisons au sein des clubs, et pour les clubs. Et que, si nous voulons participer au mouvement d'idées, par le biais des ANS, nous devons participer à des opérations de formation avec d'autres. Notre premier interlocuteur en ce domaine, c'est le CNOSF, mais ça peut être l'Etat s'il le souhaite, ou un assemblage de fédérations, peu importe.

Jean-Michel MARTIN

45Avec les chiffres faramineux que l'on a entendus tout à l'heure, il semblerait que, là où la pratique est la moins indépendante, se trouve concentré l'ensemble des moyens. Est-ce que l'on peut imaginer, en dehors des procédures de conviction, des moyens législatifs qui permettent de redistribuer ou rééquilibrer ce dysfonctionnement, en particulier concernant l'indépendance ?

Joël DELPLANQUE

46C'est moins un problème d'indépendance qu’un problème de cohésion, et d'unité du mouvement sportif entre le sport professionnel et le sport de masse. La seule chose que je puisse dire concrètement, c’est qu'à ce stade, dans le projet de loi sur le sport, il y a un processus concret dans ce domaine, qui est la manifestation tangible dans la volonté du législateur de garantir l’unité et la cohésion du mouvement sportif, du haut niveau professionnel au sport de masse. Donc, avec une formule de mutualisation qui est privilégiée.

Robert DENEL

47On a plus ou moins abordé la question hier, c'est le problème des intérêts. Je ne sais pas si on peut être sensible aux problèmes humains dans la mesure où l'on a des obligations de résultats. Au contraire, celui qui est complètement sensible aux problèmes d'ordre humain peut-il amener quelqu'un à des résultats ? Je me demande dans quelle mesure maintenant on peut trouver des hommes, peut-être comme Paillou, capables à la fois d'être organisateurs, d'avoir le souci du résultat, de l'objectif, d'y arriver, d'être productifs et en même temps d'être humains ? Est-ce quelque chose de possible pour un seul homme au xxie siècle ? Est-ce que l’on doit attendre des entraîneurs qu'ils soient des éducateurs, et vice-versa ? Je me demande si on ne doit pas, dans les propositions, évoquer la nécessité de travailler davantage ensemble. On parlait de la commune tout à l'heure. Je suis absolument sidéré de voir cette incapacité chronique à travailler ensemble. Lorsqu'on veut commencer à le faire, en général cela ne dure pas longtemps parce que très vite, des anathèmes sont lancés, etc. A cette allure-là, je pense que l’on ne va pas dans le sens d'un humanisme pratique, un humanisme concret, un humanisme d'action. Je pense qu'on n'encourage pas assez cette approche pluri-disciplinaire autour d'un projet — le projet sport — à quelque niveau qu'il soit. Je pense que c'est une proposition concrète, et si cela ne se fait pas, j'ai essayé d’analyser le pourquoi. C’est parce que d’abord les gens ne sont pas élevés dans cet esprit-là, et deuxièmement il n'y a pas de manager. Il y a peu de gens capables de mener une équipe de personnes qui pensent différemment. Il y a des gourous dirigeants, des gourous psychologues, des gourous entraîneurs. Il faut peut-être changer cela. Ce n'est pas une proposition complètement utopique. Je suis persuadé que l’on peut apporter des contributions concrètes, et peut-être est-ce quelque chose que l’on peut envisager dans une Université d'Eté ultérieure. C'est-à-dire : comment aider à cette approche-là ? On a connu un Nelson Paillou qui était capable d'aborder tous les sujets, qui savait être à la fois pratique, humaniste et philosophe. Est-ce encore possible désormais ? Ne faut-il pas trouver d'autres formes d’approche ?

Joël DELPLANQUE

48Je voudrais apporter une modeste réponse à la vaste question de Robert Denel, en l'illustrant de façon très concrète à l'aide d'exemples extrêmement pratiques.

49Est-ce que, concrètement, si j'ai bien compris le sens de ton intervention, on peut, à l'image de ce que disait Nelson, à savoir que le sport soit bien au service de l'homme, être toujours dans cette logique-là ? Dans le sport professionnel, on demande toujours plus, plus de matchs, plus d'engagements, pour rentabiliser les investissements que Nike ou autre a pu faire sur tel ou tel joueur ? La réponse est évidemment oui. Il faut que le droit commun pénètre dans le sport. Des travaux sont en train d'être menés en vue d'une convention collective pour les métiers du sport ; c'est quelque chose de concret. La relation, l'organisation entre employeurs et employés, c'est un élément qui se construit, ce n'est pas du vent, c'est concret. Il faut que vous y participiez, là où vous êtes.

50Deuxièmement, à l'échelon de l'Europe, il faut aménager les dispositions fiscales et de protection sociale des sportifs. Dans le Championnat de rugby, qui s'inspire beaucoup de ce qui se passe dans l'hémisphère Sud, on a limité le nombre de matchs pour protéger la santé des sportifs. La semaine prochaine, Marie-George Buffet et Bernard Kouchner présenteront différentes mesures et annonceront un certain nombre de travaux, que je qualifierai de prolongement heureux de ce que l'on a vécu dans le Tour de France. Qu'est-ce que l'on va faire dans le sport professionnel ? Il faut mettre en place une médecine du travail ! On protège les salariés quand ils sont en situation de danger. Et les sportifs, aujourd'hui, sont en situation de danger dans un certain nombre de cas. Il y a des règles communes qu'il faut appliquer aux footballeurs, aux rugbymen ou aux sportifs professionnels. La Ligue de rugby est en train de modifier ses statuts pour faire rentrer les joueurs et les entraîneurs ; un dialogue doit s'entretenir, il faut respecter les gens, « il faut respecter l'autre », disait Nelson. Respecter l'autre, c'est l'entendre, l'écouter, lui donner capacité à s'exprimer, et respecter aussi ses avis. Voilà des exemples concrets humanistes.

51En ce qui concerne les jeunes, je parlais des animations qui ont accompagné la Coupe du Monde de Football et ce que nous avons l'intention de mettre en œuvre. Je parle sous le couvert de Francis Le Dû parce qu'il connaît mieux que moi les règles administratives et juridiques, les problèmes d'agrément. Si on a entre 13 et 18 ans, que l'on n'est pas dans un club, dans une structure mais que néanmoins on a un projet fabuleux pour lequel on ne peut pas être aidé, nous voulons leur permettre d'accéder aux responsabilités. Il faut créer les dispositions légales, juridiques, administratives, pour permettre à ces jeunes d'être connus, d'être « aux manettes ». Là au moins, ils vont se reconnaître ! C'est une vraie responsabilité. J'ai changé de sujet volontairement pour montrer qu'il ne faut pas être désespéré, que des dispositions existent. Si l'on se rapproche, je crois, du droit commun, on devrait pouvoir de plus en plus trouver des formules appropriées. Il faut bien regarder le monde dans lequel nous sommes ; quand on l’a bien regardé et tenté de bien comprendre ses mécanismes, on doit ensuite mettre en place des mesures qui permettent à l'homme de s'épanouir, même dans un sport professionnel. C’est possible !

Quelques propositions...

Ernest GIBERT

52J'ai dit tout à l'heure que, dans la lignée des discussions que nous avons eues, il fallait dégager un petit nombre de propositions concrètes. Même si c'est parfois difficile. On peut parler de l'humanisme dans le sport pendant très longtemps. Le moment est venu de faire en sorte qu'il continue à s'exprimer. Pour cela, il lui faut différents supports. Robert Denel a évoqué une démarche possible, c'est qu'en effet sur ce sujet, comme sur bien d'autres, on ne peut pas marcher tout seul. Cela ne peut se faire que dans le cadre d'une action commune, ouverte, avec des champs de compétences différents. Mais, pour ma part, je voudrais simplement ouvrir deux pistes et faire deux propositions qui n'ont évidemment rien de révolutionnaires. Elles ont pour point commun d’essayer de faire en sorte que dans ce pays, l'humanisme se vive. Et il pourrait le faire par le biais de deux manifestations de deux organisations.

53Ma première proposition avait déjà été formulée l'année dernière et n'avait rencontré aucun écho, mais je souhaite la reprendre. Il nous semble que le moment est venu pour la France de se porter candidate à l'organisation des Universiades. Parce que, bien sûr, les Universiades connaissent, elles aussi, beaucoup de travers. Au plus haut niveau, la plupart de ceux qui y participent, y trouvent ce qu'ils n'ont pas la possibilité de rencontrer dans les autres manifestations internationales. Les Universiades devront être conçues dans l'esprit évoqué depuis plusieurs jours : qu'elles soient l'occasion d'une fête, montrant qu’au-delà de la pratique, au-delà de la performance, on peut aussi faire partager autre chose. Cela nous paraît être une manière de faire vivre l'Humanisme dans le sport.

54Sur cette idée, l'Union Nationale des Clubs Universitaires est prête à s'engager naturellement avec d'autres.

55Ma deuxième proposition, du même ordre concerne cette fois la jeunesse ; elle n'est pas plus novatrice que la première. Tu as évoqué tout à l'heure les Jeux de l'Avenir, et chacun sait bien que leur suppression a été mal vécue par Nelson Paillou. Les Jeux de l'Avenir, qui sont d'ailleurs en effet le moyen — un moyen parmi d'autres — de redonner aux jeunes un accès à la responsabilité, même s'ils ont besoin d’être encadrés, sont un support très efficace pour faire vivre, et ensuite diffuser, les idées que nous avons développées au cours de ces cinq jours. Il semble nécessaire que, sous une forme éventuellement aménagée, les Jeux de l'Avenir puissent revoir le jour.

56Sur ce point, comme sur le précédent, ce n'est pas l'Union Nationale des Clubs Universitaires qui revendiquent leur organisation, mais je le dis très ouvertement, nous sommes prêts, sur le premier comme sur le deuxième point, à apporter le concours de toutes nos forces, en action commune avec d'autres.

57Au-delà de cela, il reste le travail que chacune et chacun d'entre vous devra faire, véhiculer ces idées dans le club, plus largement dans son espace d'intervention. Comme d'habitude, l'efficacité de ces propositions concrètes se mesurera à leur résultat. Dans ce domaine, nous avons déjà quelques expériences, nous avons tiré quelques leçons. L'efficacité n'est pas notre qualité principale. Ce ne sont pas toujours les propositions auxquelles nous étions les plus attachés qui ont réussi, mais de temps en temps il nous arrive d'enclencher quelque chose. Nous allons essayer de le faire.

58Je faillirais à ma mission si je ne me livrais pas une ultime fois à l'exercice de remerciements. Cet exercice sera encore plus bref que celui auquel je m'étais livré au moment de l'ouverture. Mais, avant que nous nous quittions, je dois dire à tous « merci de me demander de remercier les autres ». Nous savons tous ce que nous devons à Michel Lenguin. Nous connaissions le Duc de Bordeaux, semblable à l'UNCU comme deux gouttes d'eau ; nous avons découvert le Roi de Bayonne. Je crois qu'il n'est pas utile de lui en dire davantage. D'ailleurs, à votre manière, vous lui avez manifesté votre affection hier soir dans une danse endiablée.

59Je remercie sérieusement Monsieur le Directeur de l'IUT car, non seulement les locaux et les conditions qui nous étaient proposés correspondaient à ce que nous souhaitions. L’esprit dans lequel tout cela s'est fait a été l'esprit dans lequel nous essayons de nous situer.

60De même, René Viguera et Jacques Meyranx ont beaucoup travaillé avant, beaucoup pendant, ils vont encore travailler après.

61Concernant cette Université d'Eté, et celui qui pourrait en être le meilleur porteur est auprès de moi, il le sait depuis longtemps. Je ne sais pas si nos idées sont bonnes, je ne sais pas si elles coïncident ou non étroitement avec la politique que Madame le Ministre de la Jeunesse et des Sports veut mettre en place. Nous avons une volonté sincère, ouverte, libre, de participer non seulement à la défense des grandes causes, mais surtout à toutes les actions de terrain qui permettent de faire vivre le sport comme nous l'aimons. Voilà pourquoi, comme toujours, nous serons toujours disponibles.

Joël DELPLANQUE

62Il est difficile de conclure derrière Ernest, il a tellement de talent ! Il vient de le démontrer à l'occasion de cette clôture. Nelson me disait « quand tu ne sais pas quoi dire, tu dis ce que tu penses et ce que tu ressens ». Alors peut-être dois-je m'inspirer de cette pensée.

63Dès sa première prise de parole officielle, Marie-George Buffet a indiqué qu'elle souhaitait être autant la Ministre de la Jeunesse que des Sports. Tu as rappelé aussi la disponibilité de l'UNCU avec beaucoup de lucidité, par ailleurs. Il n'en reste pas moins vrai qu'à la fois à l'Education Nationale et à la Jeunesse et Sports, nous sommes traversés par une interrogation sur l'identité du sport universitaire. Il y a beaucoup d'acteurs, peut-être trop. Je sais que "ma" Ministre serait sensible au fait, eu égard au nombre d’étudiants qui fréquentent les universités, que des actions concrètes au bénéfice du sport pour ces jeunes étudiants soient mises en œuvre. Comment ? Avec qui ? Dans quelles conditions, les rapports des inspecteurs généraux, Monsieur Constant pour l’Education Nationale, et Georges Tetaz pour la Jeunesse et Sports, seront remis à la fin de l’année. C’est au vu de ces travaux que l’action publique sera à proposer.

64En ce qui concerne les Universiades — j'ai personnellement assisté à celle de Buffalo — j'ai effectivement vu l’esprit de ces Universiades, libérées de toutes pressions, et qui permet effectivement aux athlètes, aux dirigeants de s'exprimer, d'avoir une relation humaine normale, et d'être dans beaucoup de disciplines un premier galop d’essai avant les grands rendez-vous internationaux. Sans doute, dans cet esprit, les Universiades ont un rôle important. Cela dit, et c’est vrai de manière générale, pour toutes les fédérations affinitaires, multisports et autres, si elles reproduisent des schémas de compétition identiques à ceux mis en œuvre dans les fédérations « délégataires », il y a un problème. Ce débat n’est pas tranché. C’est un long travail qu'il faut mettre à chaque fois sur l’établi. Dans la volonté d’élargir la mission de service public, on a derrière la tête la pensée que justement les fédérations affinitaires et multisports pourraient être davantage en première ligne dans ce domaine, mieux préparées, avoir des réponses pédagogiques, sociales, techniques appropriées. Notre intention est de leur en donner les moyens — juridiques, financiers et humains — pour répondre justement à cette attente du public qui se manifeste dans notre société. Et si ce sont des obstacles juridiques, type diplômes, homologation ou autres qui doivent être levés, il faudra les lever. Cela va soulever un peu de tensions, mais je crois qu'il faut regarder en face la réalité des attentes et des besoins de notre environnement social.

65Pour l’instant nous sommes un peu hésitants concernant les Universiades. Nous en connaissons la valeur mais elle n’est pas forcément inscrite dans nos priorités. Deux textes vont être prochainement promulgués, dont un qui paraîtra plus rapidement, c’est la nouvelle loi « la santé des sportifs et la lutte contre le dopage ». Elle a été votée à l'unanimité au Sénat en juin et devrait passer en première lecture à l'Assemblée nationale cet automne. C'est un projet de loi qui sera amendé par les événements de cet été, notamment en y intégrant, entre autres, une médecine du sport de qualité avec une reconnaissance réelle, une médecine du travail dans le souci justement de protéger la santé des sportifs. Un nouvel outil prendra place dans le paysage du sport français, avec une autorité indépendante, au service du sport, au service des administrations, des sportifs, de la recherche, de la santé... Parallèlement — indépendamment de cette autorité indépendante — une volonté des pouvoirs publics s'est donc déjà manifestée afin d’éradiquer les filières, et d'aller à l'étage européen et international à la poursuite des pourvoyeurs ; que ce soit dans les régions ou à l'échelon national. Un dispositif multi-administrations, les douanes, la gendarmerie, etc., va être mobilisé et sera réactivé et soutenu indépendamment. Donc, une volonté éducative, préventive au travers notamment de la prise en charge du premier certificat médical de non contre-indication, que l'on espère modifier en « d'aptitude ». Une médecine du sport qui sera reconnue avec une spécialité, une déontologie où l'humanisme se manifestera sous un œil vigilant. C'est un premier texte dont on espère qu'il aura des répercussions importantes à l'échelon national et international, parce que chacun sait que, bien entendu, pour s'attaquer efficacement à un tel fléau, on ne peut pas rester dans les limites de l'hexagone. C'est un premier point.

66Le second point, que j'ai déjà eu l’occasion d'évoquer, c'est le chantier législatif de rénovation de la loi sur le sport. Il y en a eu un premier, puis un deuxième. Je pense qu'on s'est désormais émancipé des travaux précédents. On a écouté les uns et les autres, puis, cet été, on a essayé de traduire en termes législatifs des perspectives d'organisation du sport pour notre pays. Ces perspectives, on a fait en sorte qu’elles soient pertinentes pour les dix ou quinze ans à venir. Nous rejoignons ce que disait Nelson Paillou « le sport se nourrit dans la commune ». Les lois de décentralisation de 1982 étant totalement muettes en matière de sport, je pense que ce chantier législatif est une bonne occasion justement de faire en sorte que les lois de décentralisation sur le sport puissent s'exprimer, en tout cas, que l'on précise un peu les compétences des unes et des autres. Je pense que pour le mouvement sportif, compte tenu de ces enjeux, Nelson Paillou le disait également : « le mouvement sportif doit trouver dans les pouvoirs publics l'appui à son action, et les pouvoirs publics sont les pouvoirs publics locaux comme nationaux ». Si effectivement les prérogatives des collectivités locales sont renforcées dans ce domaine ou en tout cas précisées, je pense que le mouvement sportif peut, là, trouver un allié naturel et objectif de l’intérêt général.

67Je pourrais bien sûr développer longuement ce projet de loi sur le sport, mais vous aurez l'occasion de prendre connaissance de ce texte et de réagir.

Auteurs

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540