Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Séance de clôture

I. L'humanisme en jeu

Nelson Paillou, Ernest Gibert, Michel Lenguin, Ernest Gibert et Jean-Paul Callède

Texte intégral

Nelson PAILLOU,
Le dernier des Anciens, l'annonciateur d’un nouveau sport
Ernest GIBERT

1Il est dans la tradition de l'Université Sportive d'Eté de tirer les enseignements des quelques jours que nous avons passés ensemble. Habituellement, pour ce faire, il y a un responsable désigné d'office chargé de passer une partie de la nuit à préparer une intervention de clôture. Il faut bien innover de temps en temps. Nous avons décidé de la partager à trois : Michel Lenguin, Jean-Paul Callède et moi-même.

2Nelson n'est pas le prétexte de cette Université d'Eté, il en est le pivot, le support. Elle avait un titre, qu'elle a toujours, et un sous-titre pour respecter les traditions universitaires : « L’humanisme en jeu, l'enfance du sport ». Deux idées pour trois personnes, cela fait beaucoup. Cela fait beaucoup d'idées et sans doute trop de personnes.

3Comme il convient dans une clôture, nos interventions se feront en deux parties, mais ce n'est pas l’académisme qui compte. Nous allons essayer de voir ensemble pourquoi l'humanisme, qui est le support du sport, de l'action sportive, est en question. Nous essaierons de déboucher dans un deuxième temps sur quelques propositions concrètes.

4Avant de passer la parole à Michel et à Jean-Paul, je voudrais simplement dire quelques mots sur ce qu'a été Nelson et notamment sur ce qu'a été son action au cours des derniers mois. Par référence à un autre fumeur célèbre, si j'avais eu le temps de travailler, j'aurais intitulé cette intervention « Mélodie Nelson ». Il y a une sorte d'attachement affectif. Nelson était un homme de parole, naturellement aux deux sens que peut prendre la formule, plus qu'un homme d'écrit. Cependant, il lui est arrivé d'écrire, il a notamment été l'auteur d'un rapport très sérieux, présenté au Conseil Economique et Social, qui ensuite a été publié sous le titre Les trois enjeux du sport français. Ce rapport a véritablement marqué, pour la première fois, auprès des décideurs politiques et socio-économiques, la place du sport dans la société et ce que pourrait être son rôle, particulièrement dans l’économie française. Il parlait souvent comme un pédagogue et était très brillant. Il appartenait à une race de dirigeants en voie de disparition. Vous me pardonnerez, je pense, mais de ce point de vue, Nelson était le dernier des « grands dinosaures » parmi les dirigeants sportifs. Et d'une manière paradoxale, une continuité m'avait beaucoup frappé au cours des derniers mois : il a été, il est, je pense, le messager d'un sport nouveau. Je voudrais m'expliquer très rapidement. Nelson aimait convaincre en soignant la forme, avec brio, à partir d'idées simples. Il n'aimait pas les colloques, mais il aimait les auditoires, quelle que soit leur taille, et il savait manier le verbe avec une virtuosité sans égale — je peux en parler parce que j'avais beaucoup d'estime pour lui et d'affection — il a au moins, à une reprise, exercé ses talents volontairement à mes dépens. Les Assises Nationales du Sport de Montpellier avaient pour rôle, pour mission, pour ambition, de réunir au-delà du cercle des fédérations tous ceux qui d'une manière ou d'une autre intervenaient dans le cadre de l'action sportive. Il y avait des représentants des collectivités territoriales, des représentants de différents syndicats, syndicats d'enseignants d'éducation physique, d'enseignants, de parents d'élèves, des sponsors. Nelson avait feint d'ailleurs de ne pas croire du tout à cette opération, il nous avait même déconseillé vivement de nous y lancer. Joël avait su le convaincre, non pas de la justesse de l'idée, mais du fait qu'il ne fallait pas essayer de la tuer publiquement, et surtout le convaincre de venir à la clôture. Il y avait beaucoup de monde, cela durait depuis trois jours. Ce jour-là, il a fait un numéro qui a été, pour moi, une grande leçon. Il devait prendre la parole en avant-dernier, et pendant trois quarts d'heure, il a été extraordinairement brillant, à la fois dans la forme et sur le contenu. Il a apporté, sans vouloir le dire, en l'ayant annoncé d'ailleurs dès le début, que les ANS n'avaient pas lieu d'être, et quand on était majeur, la première décision qu'on devait savoir prendre, c'était de disparaître. Mais il a apporté une contribution à la réflexion qui fut tout à fait remarquable. Avec son style inimitable, il a emballé, enveloppé littéralement la salle, en racontant l'histoire du facteur de son village, faisant semblant de conclure pour que je commence à me préparer, puis repartant dans une envolée. Il s'est fait applaudir en cours de discours, il a fait rire tout le monde. Bref, il était impossible de passer derrière.

5Nelson avait une capacité de conviction qui était fondée sur des idées simples, mais de base. Il ne s'est jamais départi de sa volonté de garder le mouvement sportif libre et indépendant. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il l'a toujours été et qu'il l'est encore. Mais c'était une volonté déclarée, et il s'engageait indiscutablement de manière convaincue dans cette direction. Il savait mieux que personne, non seulement entraîner l'adhésion, mais apporter sa réflexion à une réflexion d'ensemble. Toujours avec la préoccupation que cette réflexion aboutisse à des décisions.

6C'était le verbe, mais c'était vraiment une illustration de l'humanisme. Tout le monde sait qu'il était généreux dans tous les sens du mot, qu'il aimait la vie, qu'il était sensible aux honneurs sans doute, mais en même temps très profondément désintéressé. Et il y avait toujours un contact qui s'établissait, et je crois même que ce contact s'est établi avec ceux qu'il a supplantés ou ceux qui ne partageaient pas ses idées au plan humain. Il suffit de voir la façon dont il remettait les récompenses aux athlètes qui avaient obtenu des médailles. Il commençait très sérieusement, et il disait « mon grand », il les embrassait, et cela valait mieux qu'un beau discours. Il était porteur, non seulement du verbe d'une race de dirigeants qui avaient été formés ou conçus uniquement pour parler, mais surtout de la capacité à faire passer son message par un rapport d'individus humains, que l'on ne rencontre plus beaucoup aujourd'hui, dans une société où la médiatisation cependant est la règle, mais où le marketing sous ses différentes variantes l'emporte, et où tout est aseptisé, préparé.

7Les idées qu'il défendait étaient simplistes, d'autres pensaient à l'époque, qu'elles étaient dépassées et ringardes. Ce qui me conduisait à dire que c'était le dernier des grands dirigeants de la première partie du vingtième siècle. C’est vrai parce qu'il n'a pas d'équivalent aujourd'hui ; ce n'est pas du tout une critique à l'égard d'Henri Sérandour qui a une personnalité tout à fait différente ; et c'est faux. C'est faux, parce que d'une façon constante, et plus facilement encore lorsqu'il n’a plus été en charge du CNOSF, il a insisté sur la nécessité de penser et de faire le sport, à quelque niveau qu’on se situe, autrement. Je ne voudrais pas abuser des anecdotes, mais au cours des derniers mois, il y a deux rencontres qui m'ont frappé. C'est la fameuse formule qui a d'ailleurs été évoquée avant-hier, qui peut paraître banale, éculée "il faut mettre le sport au service de l'homme, et non pas les hommes au service du sport". Formule facile mais qui, pour lui, avait beaucoup de sens, qu'il savait illustrer, sur laquelle il s'était engagé.

8L'anecdote que je voudrais évoquer est la suivante. Je ne l'avais pas rencontré pendant plusieurs mois ; je l'ai donc vu l'année dernière en septembre pour le Centenaire du premier Congrès International Olympique au Havre. D'ailleurs, à distance, je ne l'avais pas reconnu. Pendant la séance qui correspondait bien à l’idée que l'on peut se faire de ce conclave de dirigeants internationaux compassés, il était assis, non pas à la tribune que l'on avait réservée à quelques orateurs, mais au premier rang. J’avais été frappé par l'état physique dans lequel il était, il s'était même assoupi. J'étais assis juste derrière lui et je me disais que cela allait être dramatique quand son tour d'intervenir allait arriver. Le moment venu, il s'est véritablement réveillé, il est allé à la tribune, il a baissé le micro. Dans la salle, il y avait non seulement des dirigeants sportifs, mais surtout des élèves de plusieurs lycées de pays différents d'Europe et qui, sûrement, devaient se demander ce qu'il faisait là, et qui ne s'amusaient pas beaucoup. C'est le moins qu'on puisse dire. Pour défendre l'idée d'un sport humaniste, d'un sport au service de l'homme, idée qui peut paraître vraiment ringarde, creuse, à des jeunes. Vous avez bien remarqué dans la vidéo que l'on a vue, quand on leur parle de valeur du sport, ils disent "on n'a pas compris la question", "cela ne nous intéresse pas" ou "ce ne sont pas des questions que l'on se pose". Il a parlé sept ou huit minutes avec une flamme exceptionnelle, sans que ceci ait été organisé. L'ensemble des adolescents se sont levés pour l'acclamer. C'est ce qui justifiait la cérémonie. Il a senti que le message dont il était porteur, pour un sport qui ne continue pas à succomber aux perversions, il fallait l'adresser à la jeunesse parce que c'est elle, un jour, qui le porterait, qui accéderait aux responsabilités, tardivement dans le monde des dirigeants sportifs. Il faut bien du temps avant d'arriver aux responsabilités, à moins de bénéficier du hasard. Et il a su la convaincre.

9Quelques semaines après, il est venu pour le Centenaire du BEC, il a redit la même chose sous une autre forme. Là, il avait affaire à un auditoire qui était un peu différent. Il n'est pas monté sur la table, mais moralement il y était. Lorsqu'on dit que Nelson était et est devenu le messager d'un sport nouveau, je crois que c'est vrai, d'où le titre et le sous-titre de notre Université d'Eté « l'Humanisme en jeu ». C'est en effet cela qui constitue la question-clé et qui est en cause. Et la réponse, bien sûr, peut être portée par l'action de chacun d'entre nous, y compris une action au sein du CNOSF, mais elle ne réussira que si elle intègre, en tenant compte de ses aspirations, la jeunesse. C'était cela, la « Mélodie Nelson ». C'était, être brillant, utiliser de belles paroles pour séduire, pour convaincre, pour faire bouger les classiques, c'était aussi jouer sans sensibilité excessive sur le registre des idées, présenter de manière accessible à ceux pour lesquels il s'était principalement engagé toute sa vie, c'est-à-dire les jeunes.

10Il y a donc adéquation totale entre le sujet de l'Université d'Eté, son sous-titre et Nelson. C'est pour cela que, bien sûr, Nelson n'est pas mort. Il rigolerait doucement d'ailleurs de la manière dont on en parle aujourd'hui. Alors, nous avons décidé de ne pas nous livrer à une litanie de ce qu'il a écrit, ou de ce qu'il a dit, ou pas dit, aux exercices classiques. Il y a des comités qui sont faits pour cela, ils ont peut-être leur utilité.

11Simplement, pour conclure, sans tomber dans un affectif excessif, je crois que l'on peut dire à son sujet, ce qui est le support d'un film de Costa Gavras « Z » : il est vivant.

12Michel Lenguin va nous dire comment on peut redonner de l'humanisme au sport, redonner de la joie, « le jeu, la joie dans le sport, un plaisir perdu ».

La joie dans le sport, un plaisir perdu. L'éducation

Michel LENGUIN

13« Il était enjoué et cultivait la relation, le plaisir du dialogue », c'est ce que disait Bertrand During, voici deux jours. « En ce sens, ses comportements étaient quelque peu dissonants par rapport à un monde de dirigeants de plus en plus pasteurisés, aseptisés, insignifiants ».

14Nelson Paillou, responsable de l'organisation et de l'animation du sport, était un acteur — au vrai sens du terme — celui qui tente de tracer la voie, et qui attirait dans son sillage, sa vitalité et sa joie étaient des arguments concernant la signification de ce qu'il représentait et la qualité de l'avenir qu'il nous faisait espérer.

15Enjoué, l'enjouement de Nelson Paillou ; ceci nous amène à parler de nos préoccupations, et plus précisément de l'une d'entre elles, concernant le jeu et le sport, la joie et le sport, le plaisir et le sport, la fête et le sport. Parce qu'il est libre, sans but immédiat, affranchissant l'homme de la tyrannie des besoins et de l'urgence, de la production, le jeu crée un espace de liberté pour imaginer, essayer, inventer. Avec le passage du jeu au sport, on l’a dit, on assiste en partie au recul de l'importance du ludique. Peut-être parce qu'il est codifié et de plus en plus institutionnalisé, avec désormais cette urgence du résultat, du fini, le sport ne supporte plus la transgression de la fête, sinon celle du « tout est permis », tout au moins celle de quelques permissions.

16De plus en plus, cette distinction est nette entre la fête et le sport, entre le plaisir et le sport. Dans ce dernier, on va vers une demande d'individus agents, déterminés par des aptitudes, des capacités que l'on va entraîner. Et au plaisir, à la fête, vont être substitués la satisfaction du travail bien fait. Dans la fête, la notion d’acteur se substitue à celle de l’agent. L'individu joue un rôle porteur d'un projet. C'est dans ce sens que le sport professionnel, qui devient de plus en plus une mise en scène, s'éloigne de cette notion.

17Dans un sport que l'on pourrait appeler loisir, on peut s'attendre à ce que les protagonistes soient tant soit peu co-auteurs de l'acte qu'ils réalisent. C'est à cette condition que fête et sport, plaisir et sport, font bon ménage, et que le sport demeure un plaisir.

18Même si les choses ne sont pas aussi radicales que je les expose aujourd'hui, la tendance est très nettement dessinée. Et puisque nous devons tirer des conclusions, notre souci est de faire évoluer les choses dans le sens de l'humanisme — il est important d'être vigilant et que les notions de plaisir et de fête doivent être associées à celle du sport.

Ernest GIBERT

19L'humanisme ne se décrète pas, il se pratique, il se vit et il s'organise aussi. Justement, il ne peut s'organiser sans tenir compte de l'état actuel du sport et de son passé. C'est au fond l'idée que va développer Jean-Paul Callède, faisant un effort de clarification fondée en particulier sur les trois enjeux que Nelson Paillou avait identifiés comme les plus importants.

Un effort de clarification, un état des lieux. Les trois enjeux du sport français

Jean-Paul CALLÈDE

20Je ne sais pas si je fais partie des personnes qualifiées pour rendre compte de l'action de Nelson Paillou. Je ne suis pas un témoin oculaire, un compagnon de route de Nelson Paillou, ni au niveau national bien sûr, ni même au niveau local. Il a été mon Secrétaire Général de club pendant bien des années, mais je crois que je n'ai jamais eu l'occasion de lui parler, simplement le croiser.

21Finalement, je ne le connais qu'au travers de textes, par lectures interposées, et en même temps, je dirais que ce sont des lectures professionnelles. Alors je vais essayer de ne pas être soporifique, tout en étant incapable de camper correctement un personnage important.

22Il y a, me semble-t-il, deux Nelson Paillou. Le premier Nelson, j'ai pu le découvrir à l'occasion d'un exposé diapositive que j'avais fait dans le cadre de La Mémoire de Bordeaux. Pour présenter une histoire du BEC, j'ai été amené à lire ou à relire les registres des Assemblées Générales, des assemblées ordinaires, des PV de réunions de sections dans certains cas. Ce qui m'avait frappé, c'était le talent d'organisation de Nelson, mais en même temps un talent d'organisation qui s'efforçait de responsabiliser — si on peut risquer ce verbe — son entourage immédiat dans le cadre d'une section ou du club. Autre aspect important, sa volonté d'inscrire la culture sportive du club dans ce que j'appellerai une culture générale. Finalement, pour lui, il y avait intérêt à ce que le club puisse former un tout : la vie des sections, la vie du club, la volonté de tenir et de maintenir un journal, indispensable à ses yeux pour la communication, une obsession du décloisonnement des sections. Je crois qu'il est important de le noter, parce que ces éléments, qui sont en fait caractéristiques du Nelson des années 1950-60, nous montrent aussi qu'il ne faut pas idéaliser le club omnisports. Certains des problèmes que l'on rencontre aujourd'hui en matière de communication, de cloisonnement des sections, étaient déjà de fait une réalité contre laquelle il se battait. De la même manière, organiser des vacances sportives, une autre manière de se retrouver ensemble entre Bécistes, était une préoccupation constante de Paillou. Cela m'avait en effet frappé de découvrir un Nelson précis, rigoureux, mais avec de réels talents d'organisation qui, d'une certaine manière, permettaient un rayonnement des êtres et des personnes autour de lui.

23Le second Nelson apparaît à l'issue d'une lecture plus professionnelle, en un sens : la lecture des textes du Président du CNOSF. Deux aspects m'ont frappé. Sa volonté au niveau de la définition de ce que l’on pourrait appeler « une politique publique du sport » mais qui n'est pas bien sûr une politique réservée aux pouvoirs publics. Insister sur l'indépendance du phénomène sportif. On retrouve cette idée dans Les trois enjeux du sport français. Paillou avait une vision, me semble-t-il, très précise de ce que doit être l'action sportive. Une logique contractuelle où chacun a des ressources propres, des ressources fortes, mais où finalement il n'est pas souhaitable d’envisager l'annexion de l'action sportive par telle ou telle partie au détriment de l'autre, parce que ce serait réellement affaiblir la culture sportive. Je me souviens qu'à Bordeaux — Michel Lenguin ne me démentira pas — il était insaisissable pour notre Ministre Député-Maire Chaban-Delmas, qui avait l'habitude de se mettre dans la poche des dirigeants sportifs, des dirigeants de comités. Il avait un art consommé dans ce domaine. En revanche, il y a une personne qui, d'une certaine manière, n'a jamais été pour lui « gérable », au sens trivial du terme : c'était Nelson Paillou. Je crois que ce n'était pas un problème d’appartenance politique parce que, d'une certaine manière, avec le sourire, avec des colères simulées ou réelles, il lui arrivait d'adopter un peu la même logique d'attitude vis-à-vis d'Edwige Avice ou d’autres ministres. Sourire donc, mais chacun conservant son indépendance et pas d'annexion possible...

24C'est sans doute cette indépendance qui fondait sa conception humaniste du sport. Deuxième aspect fondamental. Le mieux est encore de citer un texte important de Paillou : "sa vertu (le mouvement sportif) réside dans le fait qu'il s'est mis au service de l'homme et qu'il n'entend pas l’exploiter à des fins philosophiques, économiques ou politiques... et c'est pour cela qu'il revendique inlassablement le respect de son indépendance. Dans l'acte pédagogique du dirigeant sportif, l'athlète est bien considéré comme « sujet » et non comme « objet », l'important, pour lui, est de « servir » le sport et non de « s'en servir », quel que soit le niveau de la pratique sportive". On retrouve des idées-force, quelque peu répétitives, au fil des textes publiés par l'auteur. Je crois en fait qu'il y a une conception forte, des fondamentaux qui permettent à Nelson Paillou de définir ce qu'est un humanisme d'action sportive, et je crois que là, il y avait d'une certaine manière une fidélité à des engagements permanent. De la même manière, il lui arrive de décliner la totalité des formes que peut prendre l’activité physique et sportive dans la société contemporaine. Il faut voir là, me semble-t-il, un souci d'équité et d'égalisation démocratique des chances pour l’accès au sport. Très souvent, on a l’impression que le CNOSF se crispe un peu en limitant son intérêt au sport et à la compétition de haut niveau. En quelque sorte, tout en étant Président de l'institution, il l'a ramené à la réalité sociale du sport, à savoir une diversité de pratiques — je ne sais pas dans quelle mesure il était bien perçu pour cela par tel ou tel Président de fédération —, et c'est important. C'est probablement le premier Président d'un Comité olympique qui s'est efforcé de faire un état des lieux : le sport pour tous, le sport de compétition, de masse, le sport scolaire, le sport lié à l'entreprise, en envisageant cette diversité des pratiques, sous l'angle d'une unité possible. Sans doute la marque de son humanisme autour de la jeunesse, de l'éducation, de la joie et du sport.

25Voilà ce que je souhaitais dire rapidement. Bien entendu, c'est un témoignage qui est quelque peu desséché ou asséché parce que c'est plus une rapide évocation à partir d'une lecture professionnelle qui, elle, suppose de vérifier la cohérence du discours, la cohérence entre le discours et les actes, et ce n'est peut-être pas la façon la mieux appropriée pour rendre compte d'un humanisme d'action qui, d'une certaine manière, n'est pas nécessairement servi ou justifié par une abondance de textes.

Auteurs

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540