Version classiqueVersion mobile

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Séance de clôture

« Non, Nelson n'est pas mort... »

Ernest Gibert et Joël Delplanque

Texte intégral

Ernest GIBERT

1Nous avions choisi comme sujet de clôture, pour reprendre une chanson des clubs universitaires, le titre "Nelson est-il mort ?". Mais vous vous en doutez, si nous l'avons choisi, c'est parce que nous pensons que, comme dans la chanson, non, Nelson n'est pas mort. Pour en parler, pour lui rendre hommage, mais surtout pour essayer, au-delà de lui, au fond peut-être avec lui, de prolonger l'œuvre qui a été la sienne, nous avons souhaité avoir avec nous Joël Delplanque. Il y a bien longtemps que Joël est des nôtres, même si depuis maintenant plus d'une année, il occupe une fonction importante ; mais voilà bien des années que Joël n'occupe que des fonctions importantes.

2Alors, bien sûr, en votre nom, je salue le représentant de Madame le Ministre de la Jeunesse et des Sports. Je crois que d’une certaine manière, Joël était le fils spirituel de Nelson Paillou. Et puis, lui et nous avons essayé, dans différents domaines, de mener des combats ou des actions, qui font que c'est avec plaisir que nous le retrouvons, au moins chaque année au moment de l'Université Sportive d'Eté, et de temps en temps, dans le courant de l'année, sur d'autres sujets.

3Après l'avoir accueilli, j’aimerais, s'il le veut bien, lui laisser la parole pour qu'il nous dise ce que Nelson représentait, représente toujours, dans le monde du sport, pour l'avenir du sport.

Joël DELPLANQUE

4D'abord, bonjour à tous, et merci à vous, responsables de cette 15ème Université d'Eté à Bayonne, au Pays Basque, d'avoir mis à l'ordre du jour de vos travaux, un hommage, une pensée, un souvenir à l'adresse de Nelson Paillou. Ernest Gibert vous l'a dit, je pense que beaucoup d'entre vous connaissiez les liens qui nous unissaient, Nelson et moi. Ernest a parlé de fils, de père, c'est un peu cela. Imaginez que vous soyez ici à cette table, devant un amphithéâtre, et que vous soyez amené à parler de votre papa. Ce n'est pas une situation simple et je le ferais sans doute extrêmement maladroitement. Sachez que toutefois, ces liens nous unissaient et nous unissent encore aujourd'hui par la pensée. Voilà, pour le caractère extrêmement personnel de cette affaire. Nous nous sommes connus il y a très longtemps, dans les années 1970-75. J'étais directeur de la Fédération de handball, avant d'en être le Délégué Ministériel. J’aurais peut-être l’occasion de vous expliquer comment nous avons imaginé ce qu’est aujourd'hui le Comité Olympique, comment il est devenu son Président. J'ai été un des animateurs de ce courant de rénovation, de réforme du Mouvement Olympique Français, avec Fernand Sastre que je ne peux pas ne pas associer dans cet hommage à Nelson Paillou, à la rénovation du Comité. Pendant dix ans, donc, quasiment jour pour jour, du 30 mars 1982 à la fin des Jeux d'Albertville, j'ai été le Directeur de cabinet de Nelson Paillou. Puis, ensuite, même si nous n'étions plus professionnellement quotidiennement ensemble, il est évident que nous étions extrêmement proches, que nous nous voyions régulièrement, et que quelques minutes avant que cette vie s'interrompe brutalement sur cette route près de Pau, nous nous sommes téléphonés pour fixer l'heure du rendez-vous auquel nous devions nous retrouver le soir, puisque le Ministre lui avait confié le dossier de conciliation de la Fédération Française d'Équitation dont j'avais la responsabilité.

5Nelson Paillou, c'est pour moi vingt ou vingt-cinq ans de vie professionnelle dans le monde du sport. Un monde du sport dont vous avez, au fur et à mesure de ces Universités d'Eté successives, analysé les transformations, les mutations profondes qui le traversent. Il y a un exercice que Nelson et moi pratiquions quasiment presque quotidiennement. C'était la lecture comparée de la presse quotidienne. Alors, je me suis remis dans cette situation pour me dire : si j'étais avec Nelson aujourd'hui, qu'aurait-on fait, qu'aurait-on dit, comment la journée se serait-elle ouverte ce matin, quels seraient les événements que nous aurions retenus en lisant Libération, L'Equipe, Le Monde, Le Figaro. Quelle place le sport, le comité en l'occurrence, quelle attitude avoir, quelle réaction, quel comportement, quelle perspective, quel ajustement, devant telle ou telle situation ?

6Dans quelques minutes, je crois, Monsieur le Président de la République va remettre la Légion d'Honneur à l'Equipe de France de Football dans les salons de l'Elysée. Je crois que l'on a tous en tête cette Coupe du Monde de Football : les images de la foule marseillaise sur la Canebière nous auraient rappelé ce qui s’est passé à l'occasion de cette Coupe du Monde. Quels enseignements peut-on en tirer ? On a parlé de nationalisme exacerbé, de plein de choses ; j'imagine qu'un jour peut-être l'Université d'Eté se penchera sur ce phénomène sociologique important.

7Mais cette Coupe du Monde ne se manifeste pas aujourd'hui qu'au travers de l'hommage que la République va rendre à nos footballeurs et à leur encadrement. Hier, s'est ouvert un nouveau media « L'Equipe TV ». Elle a attendu la fin de la Coupe du Monde ; nouvelle offre de sport aujourd'hui sur une chaîne thématique et désormais en continu présentée au public français. On nous annonce prochainement, dans le journal L'Equipe, la publication d’un dossier fourni sur la Super-Ligue, à l'image du dernier en date sur le dopage, concernant le travail qui est actuellement en gestation par un groupe d'investisseurs, de sponsors, de communications media-partenaires. Vous avez sans doute vu ce week-end les réactions de l'UEFA qui était réunie à Monaco autour de ce dossier. Comment faut-il analyser ces phénomènes ? Qu'est-il en train de se passer ? Que se prépare-t-il dans notre dos ? Est-ce que c'est effectivement la poursuite de cette Coupe du Monde ? Et maintenant L'Equipe paraît le dimanche ! En plus du Journal du Dimanche, aux pages sportives, au supplément habituel des quotidiens de la presse régionale, voilà une offre sportive supplémentaire, créée, elle aussi, à l’occasion de la Coupe du Monde. Voilà désormais un support media qui doit réjouir, j'imagine, les journalistes, la presse, peut-être le public qui va trouver la possibilité d'exprimer davantage son esprit critique.

8Puis, en ce qui concerne Marie-George Buffet et son équipe, nous avons été attentifs, à ce que cette Coupe du Monde de Football ne se limite pas à l'enceinte du Stade. Nous nous sommes efforcés, avec les Pouvoirs Publics locaux, à faire en sorte qu'accompagne cet événement un programme d'animations sportives, culturelles, pour que cette fête soit la fête du plus grande nombre, qu'elle soit, autant que faire se peut, partagée par tous, et notamment par les jeunes. Puis, on a vu cet élan croître, au fur et à mesure que le parcours de l'Equipe de France avançait dans la compétition, jusqu'à ce point d'orgue, sur les Champs Elysées, le soir de la finale. Est-ce que l'on ne pourrait pas, dans l'esprit de fraternité, que les uns et les autres ont salué, poursuivre un peu ce qui s'est passé spontanément dans tous les villages de France et de la Capitale ?

9Voilà vraisemblablement, en ce qui me concerne, ce que j’aurais mis sur la table de la discussion si, ce matin, nous nous étions retrouvés comme nous le faisions assez régulièrement avec Nelson, pour dire : "tu as vu cela, qu'en penses-tu, que fait-on, que dit-on, comment agit-on, comment réagit-on, quelles sont les perspectives, qu'y a-t-il derrière, qu'est-ce qui se cache là-dedans, qu'est-ce qui se dessine ?". Dans cette formule, dans cette approche, dans cet esprit critique, il y a une méthode, un souci, une volonté qui doivent peut-être inspirer chacun d'entre nous. Vous savez, Nelson était professeur de Lettres au Lycée Gustave Eiffel à Pessac. C'était un type un peu particulier ; un homme qui a été fidèle à un certain nombre de choses qui relevaient de la maniaquerie. Il a été professeur au Lycée Gustave Eiffel toute sa carrière, il n’a été géré administrativement que par cet établissement pendant 45 ans. Jusque-là, ce n’est pas exceptionnel, cela arrive aussi à certains de nos collègues. Mais il avait un coiffeur rue Sainte-Catherine, chez qui, pendant 45 ans, il est allé se faire couper les cheveux. Quand la Fédération Française de handball co-habitait avec celle de football, rue de Liège, cela correspondait à la période de sa vie où il a commencé à porter des lunettes, pendant 45 ans il est allé chez l'opticien rue de Liège.

10J'évoque ces anecdotes, un peu amusantes, parce que cela faisait vraiment partie de son caractère.

11Actuellement, on est face à une difficulté : la trêve, si tant est qu'il y avait trêve entre les medias quant à l'achat des droits de retransmission télévisée des spectacles sportifs, a apparemment été rompue. Elle a été rompue, à l'occasion peut-être des conversations liées à l'acquisition des droits du Championnat de France de Rugby, mais aussi avec l'acquisition du prochain match de Football « Islande-France ». Evidemment, c'est une grande effervescence dans Landernau, ce qui explique qu'un certain nombre de tables rondes doivent se dérouler cette semaine sur TF1, sur France 2. Vous voyez tout ce que ce type de situation peut déclencher. C'était un peu cela que j'évoquais avec Robert ou Colette, quand ils m'ont appelé. Il est vrai que je n'étais pas sûr de pouvoir venir, je me suis fait excuser directement par le Ministre qui a bien voulu me libérer. Je me suis dit aussi que Nelson Paillou a été maintes fois confronté à des situations comme celle-là, et jamais il ne manquait un rendez-vous, un engagement. Si ce matin, on devait lui rendre hommage, je veux être conforme à cet engagement qu'il respectait régulièrement et pour mériter cette filiation avec lui, je dois avoir un comportement à l'identique. C'est une des raisons de ma présence ce matin.

12Nelson Paillou a été élu le 30 mars 1982 Président du Comité Olympique, en pleine Olympiade — du « jamais vu » dans l'histoire olympique française —. C'était la suite d'un long processus qui avait commencé aux Jeux olympiques de 1976 à Montréal, Nelson était Chef de Mission à l'époque, il était Vice-Président du Comité olympique et cela ne s'était pas bien passé au retour. Après les Jeux olympiques de 1976, boycott des Africains, Jeux de 1980, nouveau boycott, c'était l'invasion de l'Afghanistan. Grand débat dans le mouvement olympique, notamment le couple franco-allemand de l'époque — Giscard-Schmidt — faisant pression l'un et l'autre sur leur Comité olympique respectif pour que le boycott, à la fois du Comité olympique allemand, et du Comité olympique français soit effectif. Pression du gouvernement français sur le mouvement olympique pour que les directives gouvernementales soient appliquées.

13Puis des voix se sont élevées, inutile de vous dire que parmi ces voix, il y avait celle de Nelson bien entendu. C'était, comme il l'aurait dit « inversement proportionnel à la taille ». Des voix se sont élevées et notamment la sienne, indiquant qu'il n’était pas imaginable que la patrie de Coubertin faillisse à ses engagements et qu'elle se devait d'être présente au rendez-vous olympique de Moscou. Des réunions, des concertations, des assemblées, des comités, la télévision, plus modestes qu'aujourd'hui. Finalement, la France, vous le savez, a été présente, pas l'Allemagne, aux Jeux olympiques, grâce à des hommes comme Nelson Paillou. Et c'est peut-être grâce à ce travail que, plus tard, en 1986, la France a pu accueillir de nouveau les Jeux olympiques d'Hiver.

14Ce fut donc un long processus, avec des traversées du désert, avec des premières lignes ponctuelles, suivi d'un changement politique majeur, en 1981, et une volonté du mouvement sportif d'affirmer son autorité et son indépendance. C'est sur ces bases-là qu'après que le processus démocratique ait été enclenché par des réunions publiques, une majorité conforme à toute association, c'est-à-dire aux deux tiers, s’est effectivement portée pour une modification des statuts.

15Un petit mot d'histoire : le Comité National Olympique et Sportif Français a cette appellation depuis 1972. A l'époque, il y avait deux organismes : le COF, le Comité Olympique Français, et le Comité National des Sports. L'unité s'est faite en 1972. La modification statutaire a été apportée en 1982 avec la création des Collèges : collèges olympiques, non olympiques, multisports, affinitaires et scolaires. Ce qui a donné, entre autres, naissance à cette réforme statutaire, et cette réforme étant adoptée, a amené des élections, dont celle de Nelson Paillou. Cela a été évidemment un moment intense, parce qu'encore une fois la poursuite d'un long processus. Nelson Paillou, ce jour-là, à la tribune du Comité olympique dont il était le Président depuis quelques secondes, a fait une déclaration politique sur les orientations qu'il comptait donner à son travail, à sa mission et à son action.

16Première chose qu'il a indiquée aux dirigeants du Comité olympique, c'est qu’il militerait pour un mouvement olympique indépendant. Si j'ai évoqué l'actualité, c'est aussi pour revenir sur cette indépendance.

17Deuxième chose : un mouvement olympique représentatif, c'est-à-dire un comité où l'on n'envoie pas le quatrième dirigeant représentant sa fédération faire de la figuration. Donc, un Comité olympique qui exprime la volonté réelle et authentique du mouvement sportif français.

18Enfin, un mouvement olympique crédible.

19C'est le triptyque, dès son élection passée, qu'a développé Nelson Paillou à la tribune ce soir-là. Comme Ernest l'a dit tout à l'heure, Nelson était aussi un homme pragmatique, soucieux de voir rentrer concrètement dans les faits les idées qu'il défendait. Il avait assigné aussi au Comité olympique deux grands objectifs pour traduire cette volonté politique.

20L'organisation des Jeux olympiques en France ; nous étions en 1982. A l'époque, tout le monde pensait que les Jeux olympiques étaient morts. Los Angeles, qui devait accueillir les Jeux en 1984, avait été la seule ville candidate. Ronald Reagan, alors Président des Etats-Unis, n'avait pas accordé sa caution alors que la Charte l’y obligeait. Nous sortions des boycotts de Montréal, de Moscou. On pensait que les rues de Los Angeles étaient trop dangereuses pour s'y rendre, comme aujourd'hui les Américains pensent que les rues de Moscou sont trop dangereuses pour aller à la Finale du Grand Prix d'Athlétisme cette semaine. C'était cela qui se répandait dans le monde entier. En France, on avait le traumatisme de Grenoble, qui avait grevé les caisses de l'Etat, des finances locales et de la ville. Il fallait donc être un fou ou un visionnaire pour avoir la volonté de conduire une nouvelle candidature, seul.

21La seconde, Ernest l'a également indiqué en commentaire des images qui nous ont été projetées, c'est que le Mouvement olympique était un mouvement d'éducation. Pour que cette éducation soit bien comprise, soit assimilée, rentre dans les faits, il fallait bien entendu s'adresser d'abord aux jeunes. Il fallait mettre cet Olympisme concret au quotidien, le faire rentrer dans les écoles pour que l'on en débatte, le mettre en pratique dans les A.S. scolaires ou ailleurs ; et c'est comme cela qu'ont été créés les Jeux de l'Avenir. Ils étaient fait une sorte de Jeux olympiques de jeunes qui avaient surtout comme perspective de faire rentrer l'Olympisme à l'école, dans le système éducatif de manière générale, se traduisant complètement sur le terrain de sport.

22Voilà donc quelles étaient les déclarations de Nelson le 30 mars 1982. On aura peut-être l'occasion tout à l'heure, après les débats, d'apporter des éléments complémentaires, mais je tenais, dans mon propos liminaire, à retenir simplement cette déclaration parce que je crois qu'elle résume assez bien le travail que nous avons essayé de faire, qu'il a mis en œuvre à la Présidence du Comité olympique.

23En ce qui concerne les Jeux, vous savez comment cela s'est passé. On a d'abord mis au sein du Comité olympique une petite cellule de réflexion pour savoir si c'était faisable, comment, dans quelles conditions, en dehors de toute structure, de toute stratégie, déclenchant l'ire des uns et des autres. Puis, l'idée germant, le Ministère de la Jeunesse et des Sports et la Ville de Paris se sont dit, petit-à-petit, que finalement ce n'était pas une si mauvaise idée que cela. Puis, ensuite, le processus s'est enclenché, en même temps que s'enclenchait celui d'Albertville. Et Nelson n'a eu de cesse, au milieu de ces deux candidatures, d'éviter les nombreux conflits qu'elles ont pu générer, pour ne retenir que l'esprit de Coubertin, et l'intérêt de la France et du sport. Je crois que c'est ce qui a prévalu, ce qui a permis que nous accueillions, en 1992, les Jeux olympiques d'Hiver.

24Aujourd'hui, le scénario se reproduit. Soixante-ans après que les premiers projets aient vu le jour, la France a enfin son grand stade. On se prend tous la tête les uns et les autres pour savoir ce que l'on va en faire. Paris vient d’officialiser sa candidature française aux Jeux olympiques de 2008 ; les Chinois aussi. Les études prospectives, j'imagine, que ce soit au Comité olympique, à la Ville, à la Région, se mènent chacune dans son coin. J'espère qu'il y aura un Nelson Paillou qui fédérera tout cela, et qui, à l'image de ce qu'il a fait, saura faire tomber les cloisons, les barrières politiques, les susceptibilités, les volontés de puissance, pour qu'un nouveau projet structurant, ambitieux, pour les jeunes et pour le sport, puisse à une échéance X voir le jour.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search