Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. Réalité de l'humanisme sportif ?

Synthèse du débat par Sylvie Hamez

Sylvie Hamez

Texte intégral

Sylvie HAMEZ

1Les études ne seront peut-être jamais que des regards particuliers contribuant à éclairer les différentes faces d'un idéalisme par trop dépassé. Le regard du sociologue a montré que définir l'humanisme n'était pas aussi évident qu'il y paraissait. Le regard du pédagogue qui observe et analyse. Le regard de l'historien qui raconte. Il y a aussi le regard du critique intransigeant. Enfin, il y a le regard du sportif qui n’est pas le plus futile...

2L'évolution présente des idées et l'exaspération de l'individualisme justifient cette 15ème U.S.E. à se demander quel sera l'avenir de l'humanisme dans la société où l'esprit de réglementation, de jour en jour plus étroit et communatoire, travaille contre le libre jeu de l'instinct.

3S'attaquer à l'humanisme ne donne-t-il pas le sentiment de se battre contre tous ou ne donne-t-il pas l'impression de vouloir vider la mer avec un verre ?

4Ernest Gibert tint à replacer le débat sur un plan général. Derrière le qualificatif de dirigeant, il y a des catégories d'intervenants extrêmement différents. Selon lui, la volonté de faire le bien disparaît progressivement dès qu'intervient la notion de pouvoir. Ceux qui parlent de l'humanisme sont ceux qui ont le temps de le faire et qui ont mission de le faire. Nelson Paillou était remarquable par la qualité de sa parole et par l'exemplarité de sa personne. Mais il n'était pas représentatif du milieu qu'il "dirigeait". Ernest Gibert poursuivit : "un exemple, l'assemblée générale du CNOSF, où, même lors des périodes électorales, je n'ai jamais vu personne prendre la parole pour dire pourquoi il ne souhaitait pas voter pour tel ou tel individu. Par des manœuvres souterraines on essaie d'arranger des combinaisons pour que l'équipe en place soit renouvelée ou pour provoquer une révolution de palais. Il y a une hypocrisie à laquelle nous participons.

5Certes l'humanisme n'a pas de sens s'il est vanté par des gens dont on s'aperçoit qu'ils n'en présentent aucune des caractéristiques.

6L'objectif de cette Université Sportive d'Eté est de redonner un contenu et un sens à l'humanisme. Cela doit se faire au niveau de la base pour le faire progressivement émerger".

7Gérard Perreau-Bezouille abonda dans le sens de Michel Lenguin qui défendait l'idée de rompre avec l'extra-territorialité du sport qui n'aurait pas à suivre les règles de droit normal. "On attend trop du sport et de l'engagement humain. Le bénévolat est prétexte à tout".

8Interrogée sur son expérience, Catherine Moyon de Baecque déplora : "l'athlète a des droits et des devoirs. Pourquoi n'en est-il pas de même pour le dirigeant ? Les applications liées au sport de compétition et au sport loisirs se dissocient de plus en plus. L'entraîneur doit être également un éducateur au sens large du terme. Le rôle éducatif, social et civique du club est indéniable. La recherche toujours plus poussée de la performance fait que le sport s'éloigne de plus en plus de cette réalité. Je regrette que le seul moyen pour l'athlète de faire respecter ses droits soit d'aller en justice".

9Martine Reneaud et Francis Le Dû, dans le cadre de leur étude sur les différentes formes de régionalisation du sport de haut niveau établirent trois enjeux : réglementaire, territorial et médiatique. Il existe des zones de flou institutionnel : à qui des administrations publiques, de l'Etat, des fédérations ou des collectivités territoriales, revient la politique du sport de haut niveau ? Ce dernier est-il hors du niveau des clubs ? Clubs dont le rôle varie d'une fédération à une autre.

10Plus l'athlète s'élève dans la hiérarchie des résultats, plus le club d'origine devient secondaire. Mais en cas de victoire internationale, le club local resurgit (temps de la reconnaissance).

11"L'ensemble du dispositif institutionnel du sport de haut niveau peut contribuer à fragiliser le club, mais il lui laisse aussi une marge de créativité."

12Enfin, le regard du politologue historien, Jean-Daniel Chaussier, ne devait pas être différent. Il rappela que le but ultime de l'humanisme classique est la recherche de l'accomplissement humain par la réconciliation "nature" et "culture" chez l'homme. Ensuite (fin de la Deuxième Guerre mondiale) il y a eu banalisation de l'humanisme. L’éducation humaniste par le sport repose sur des valeurs telles que grâce, courage, amitié, poésie, éthique, inspiration, effort, dépassement de soi. Dans son étude sur Montherlant, Jean-Daniel Chaussier précise que Montherlant met en marge la haute compétition et les records. Il assimile le sport à la guerre et va même plus loin en posant la question de savoir si le sport n'est pas la guerre continuée par d'autres moyens. Une manière pour la société de canaliser la violence qui sourd en chaque homme.

13Pour Montherlant, le sport donne à voir "le corps à l'image de l'âme". Le sport tout en élevant le corps, peut aussi élever la condition humaine.

14De nos jours, les dirigeants sportifs sont-ils les seuls à pouvoir encore brandir le drapeau de l'humanisme ? Ou bien le leur est-il déjà aussi en berne ?

15Peut-on parler de révolution sportive ? Le concept même est discutable parce qu'il suggère une rupture là où se produit une évolution lente. Le sport est décidément une scène complexe où interviennent des acteurs trop différents.

16Pour conclure, rappelons cette phrase de Saint Augustin : "Celui qui se perd dans sa passion a moins perdu que celui qui a perdu sa passion".

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540