Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. Réalité de l'humanisme sportif ?

Humanisme en jeu, humanisme hors jeu1 par Catherine Moyon De Baecque

Catherine Moyon de Baecque

Texte intégral

  • 1 Catherine Moyon de Baecque a publié un ouvrage : La médaille et son revers, Paris, Albin Michel, 1 (...)

Intervention de Catherine Moyon De Baecque

1Il convient de relire attentivement la charte olympique pour déterminer les principes éthiques fondamentaux et leur application prônés par l'ensemble du mouvement sportif.

2Le sport peut être pour l'être humain un merveilleux moyen de découverte de soi et des autres, une source d'épanouissement personnel, tant sur le plan physique que psychologique, un apprentissage de la vie dans une perspective éducative qui, si elle est bien conduite, peut s'avérer enrichissante et épanouissante.

3"Un esprit sain dans un corps sain"...

4Cependant, il arrive parfois, et trop souvent me semble-t-il, que des problème surviennent, de quelque ordre qu'ils soient. Il devient alors essentiel et même indispensable que les dirigeants — qui ont le devoir de respecter et de protéger la Jeunesse — assument totalement leurs responsabilités, sans ignorer ou fuir la réalité, et prennent sans tarder toutes les mesures qui s'imposent alors.

5L'athlète de haut niveau a certes des droits mais il a aussi des devoirs. Le champion est un exemple pour les autres, notamment pour les plus jeunes. Mais pourquoi le dirigeant — aux différents niveaux de la hiérarchie — n'aurait-il pas également des devoirs ?

6D'une part en tant que garant de l'institution, par son exemplarité et sa rigueur quant à la stricte application des textes ; d'autre part en tant qu'éducateur attentif et soucieux du respect des valeurs humaines et morales fondamentales, ainsi que du droit de la personne tel que le définit notre société civile.

7Par exemple, en ce qui concerne les membres de l’encadrement auprès des athlètes : un entraîneur considéré comme un bon technicien ne doit-il pas être tout d'abord un éducateur avec tout ce que cette réalité implique ?

8A l'heure où les objectifs et les applications liées au sport de compétition et au sport loisir se dissocient de plus en plus, peut-on vraiment parler d'humanisme tel que l'entendait Pierre de Coubertin ? Ne conviendrait-il pas de le redéfinir ?

9Pour protéger "la grande famille du sport", est-il acceptable qu'une fédération, si importante soit-elle, protège impunément des individus reconnus coupables par la Justice à plusieurs reprises et sanctionnés, comme si de rien n'était... au mépris des victimes que l'on cherche à mettre à l'écart et que certains considèrent comme indésirables pour avoir osé briser la loi du silence et refuser d'accepter l'inacceptable... pour survivre, tout simplement ?

10N'est-il pas regrettable, trop souvent, que la seule possibilité qui s'impose pour un athlète désireux de faire respecter ses droits et de se défendre soit d'entreprendre une action en justice, avec les nombreuses conséquences que cette grave décision entraîne ?

11Pourquoi faut-il autant de temps et de procédures pour que les principes éthiques fondamentaux soient affirmés et s'appliquent dans la réalité ?

12L’humanisme, ne serait-ce pas, justement, le fondement même du sport ?

13Pour d'hypothétiques médailles, a-t-on le droit de sacrifier ainsi des êtres humains ?

14Un enfant est innocent et fait naturellement confiance. Il est malléable et fragile. Bien sûr, il doit apprendre à respecter l'Autorité, mais il doit également savoir dire non et être en mesure de le verbaliser quelquefois.

15Avec certitude, l'enfant doit savoir qu'il est libre dans son corps et dans sa tête, et qu'il est responsable de lui-même.

16Au sein du club, un certain nombre d'idées humanistes et de principes éducatifs sont transmis et partagés. Son rôle éducatif est indéniable, tout comme son rôle social et civique.

17Mais la recherche toujours plus poussée de la performance entraîne nécessairement une évolution du comportement et de l'environnement, des structures et de l'encadrement. Elle oriente manifestement les perspectives souhaitées et les choix envisagés. Une réalité qui, parfois, s'éloigne quelque peu du fondement même du sport.

18Sans renier l'évolution du sport dans son ensemble, liée aujourd'hui à un certain nombre de paramètres qu'il convient de considérer car ils déterminent les perspectives futures, il me paraît indispensable d'insister, au risque de me répéter, sur le respect et l'application des principes éthiques fondamentaux — sans lequel le sport ne signifie plus rien — afin de protéger l'être humain et de lui donner ainsi tous les moyens de réussite personnelle, d'épanouissement intrinsèque et d'affirmation de sa personnalité pour exister pleinement tout en respectant autrui, et devenir adulte.

19Suis-je seulement une rêveuse ?

20Faut-il crier au baron de Coubertin que son idée du sport "fout le camp" ?

21Ce serait si triste...

Notes de fin

1 Catherine Moyon de Baecque a publié un ouvrage : La médaille et son revers, Paris, Albin Michel, 1997.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540