Version classiqueVersion mobile

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. Réalité de l'humanisme sportif ?

Le club sportif : un humanisme qui sacrifie à l'urgence ? Une urgence qui sacrifie à l'humanisme ? par Jean-Paul Callède

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Jean-Paul CALLEDE
Sociologue au CNRS, GEMAS & Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, Bordeaux Etudiants Club

1L'humanisme sportif, l’humanisme dans le sport... ces deux formules, ces deux images peut-être, qui vont de soi pour les agents du Mouvement sportif, y compris ceux qui opèrent au sein des clubs, méritent — aux yeux du sociologue — d'être examinées avec le recul nécessaire.

2Y a-t-il humanisme dans et par le sport ? En fonction de quelle définition ou de quels critères ? A quel(s) niveau(x) est-il censé s'affirmer ?

3Pourquoi les sportifs, dirigeants ou athlètes, et on pourrait aisément étendre le constat aux acteurs politiques, entendent-ils inscrire avec autant d’insistance le sport dans la perspective de l'humanisme avec un grand « H », d'un humanisme puisant son inspiration jusque dans l'Antiquité grecque ?

4Peut-on identifier des traits, des caractéristiques propres à l'expression d'un humanisme univoque ? Cela suppose-t-il, pour la pratique du sport, un certain type de contexte institutionnel plutôt que tel autre ?

5Ajoutons qu'il n'est sans doute pas fortuit que la question de l’humanisme soit aujourd'hui au cœur des interrogations du monde sportif, si tant est qu'il n'y ait qu'un « monde sportif ». Que peut y gagner le sport ? Que perd — ou que perdrait — un humanisme se voulant représentatif d’aujourd'hui, dès lors qu'il prétend(rait) inclure nécessairement la culture sportive ou, au contraire, la considérer comme négligeable ?

I. l'humanisme : un « héritage » difficile à inventorier

6L'humanisme sportif se réclame souvent d’un héritage culturel placé loin dans le temps. Cette source agit comme une ressource. Par ailleurs, l'humanisme se réfère à des lieux d'exception. Et cette ressource agit alors comme une source. Le plus simple est de faire carrément un détour par l'histoire générale des idées, sachant qu'on s'expose probablement, chemin faisant, à des simplifications quelques peu discutables aux yeux des spécialistes. Mais là n'est pas le plus important. Certains d'entre eux, ici même, pourront rectifier notre propos et l'objectif est plutôt de débattre d'un thème d’actualité programmé pour cette Université d’été.

A. L’humanisme classique des xve et xvie siècles

7Dans les limites chronologiques indiquées, l’humanisme classique désigne une ferme confiance dans la capacité de l'homme, de l'individu, à se faire l'artisan de son propre destin. Pareil engagement personnel est censé s'accorder avec le respect d'autrui et/ou de l'humanité. Il se caractérise également par la redécouverte de l'Antiquité, dans sa réalité archéologique, et dans l'examen des textes anciens, avec une science sur les écrits qui est véritablement une pratique de la philologie. L'humanisme classique est également marqué par un souci pédagogique nettement affirmé qui met quelquefois en scène l'éducation des enfants ou des jeunes gens.

8Ces traits généraux définissent une conscience qui n'exprime pas une philosophie déterminée, plutôt une orientation générale de pensée et d'attitude. Tandis que certains optent pour un humanisme « civique » avec un message reposant sur certains thèmes essentiels : action, sociabilité, liberté, d'autres s'engagent dans la voie d'un humanisme « littéraire » aux nuances les plus diversifiées. Pareil optimisme n'exclut pas pour autant une phase de crise particulièrement nette chez quelques auteurs affirmant qu'il est désormais impossible d'appliquer aux temps nouveaux le modèle antique. Ce faisant, ils proclament l'inanité de l'un des mythes fondamentaux de l'humanisme...

9Pour appréhender l'humanisme, on invoque généralement une continuité avec la culture antique ; il s'agit en fait d’une rupture, d'un changement. Selon Christian Bec, par exemple, les intellectuels italiens du xve siècle ont pleinement conscience du fait "qu'ils sont les artisans d'une nouvelle époque culturelle, résolument différente des temps antérieurs et refondatrice des valeurs antiques". Dans ses diverses formes d'expression, l'humanisme correspond à une manière originale et novatrice de (re)penser les relations entre l'action et la connaissance, l'esprit et le corps sous l'angle d'une unité indivise. D'ailleurs la parution d'ouvrages consacrés à la santé et aux exercices du corps est un signe tangible de ce souci de globalisation.

10L'humanisme est également une manière — plus ou moins directe — de concevoir le rapport au temps, le rapport à l'espace. L'humanisme exprime à sa façon une laïcisation, une sécularisation des comportements dans leurs rapports aux valeurs. Le refus de s'en remettre à la providence s'accompagne d'une importance accrue de la vertu entendue comme principe apte à guider l'homme en société et à garantir la dynamique sociale. En d'autres termes, la référence à la religion n'est plus indispensable désormais pour éclairer l'action ou la pensée, à condition qu'une autre profondeur se dessine, une profondeur de champ élaborée sur un matériau "historique" (l'Antiquité) qui pose ainsi un certain rapport au temps. L'humanisme exprime conjointement une disposition sinon universelle, du moins universalisante qui revient (paradoxalement !) à privilégier exclusivement un certain type de culture politique développée dans tel ou tel foyer historique, posant ainsi un certain rapport à l'espace.

B. L'« humanisme » : une invention de la fin du siècle dernier

11Le terme d'humanisme n'est jamais utilisé tel quel au xve et au xvie siècles. Le mot Umanista, utilisé en Italie, désigne simplement un professeur de grammaire et de rhétorique. Les intellectuels emploient la formule studia humanitatis. Au xixe siècle, le mot humanisme semble formé sur l'allemand humanismus, largement marqué par un effort d'érudition. Les progrès de l'archéologie gréco-latine, depuis le milieu du siècle, ne sont sans doute pas étrangers à cet intérêt porté à l’humanisme. Progressivement, l'humanisme tend à désigner une doctrine philosophique qui s'affirme conjointement à une laïcisation de la culture. En termes de contenu, cet humanisme "nouvelle manière" est considérablement réduit, dans ses ambitions, comparativement aux perspectives de l'humanisme classique.

12Durant la période considérée, il conviendrait de vérifier si l'affirmation du positivisme, qui se manifeste dans la diversité des sciences, n'a pas pour effet de susciter la formulation d'un humanisme soucieux de clarifier le rapport de l'homme au progrès.

C. L'humanisme : quelques résurgences au cœur du xxe siècle ?

13Le xxe siècle, d'une façon globale, marque le faible impact de l'humanisme, déjà prévisible dès la fin du siècle précédent.

14Jusque-là, l'humanisme était porté par des agents disposant d'un savoir encyclopédique, polyvalents dans les savoir-faire et enclins à toujours replacer l'activité de l'homme dans une communauté de vues et d'idées. Désormais, le processus de professionnalisation des compétences oblige à la spécialisation, ouvrant — ou limitant ! — à une exigence simplement déontologique. Le champ de l'engagement politique montre une évolution analogue, même si le savant et le politique ne sont pas habités de motivations similaires. Au niveau international, et sans insister sur ce que furent les deux guerres mondiales ou les tristes épisodes de la décolonisation, il faut désormais composer avec une pluralité de registres politiques, démocratiques ou autoritaires, d'inspiration laïque ou non. Aujourd'hui, les pays considérés comme les foyers d'épanouissement de l'humanisme sont très présents dans l'humanitaire... dont la plupart des "programmes d'urgence" sont bel et bien le signe d’une géographie qui échappe aux principes cardinaux de l'humanisme...

15Sur le plan de la culture et des idées, l'humanisme n’est plus un modèle, un prisme autour desquels s'élaborerait des ouvertures décisives. Le prosaïque, l'allégorique, le tragique, le pathétique l'emportent sur l'optimisme généralisant de l'humanisme. L'espérance suscitée par la Libération s'est accompagnée d'une brève résurgence de l'humanisme. Dans les années cinquante, l’humanisme permet d’identifier toute doctrine philosophique qui met au premier plan de ses préoccupations le développement des qualités essentielles de l'homme. Il s'agit d'un anthropocentrisme réfléchi, défini par des cheminements variables. Sartre, par exemple, publie un texte visant à montrer que l’existentialisme est un humanisme. Pourtant, dans cette expérience individuelle, intime même, ce qui est momentanément perdu de vue — par rapport aux horizons de l'humanisme classique — c'est probablement l'universalité de l'homme et la dimension sociale de l'expérience d'autrui par la communication.

16Et que dire d'une société française, devenue pluri-ethnique, marquée par des inégalités socio-économiques fortes, qui met en scène des images de la démocratie républicaine, de l'équité sociale ou de la citoyenneté sans parvenir quelquefois à leur faire correspondre des faits tangibles ?

17Les trois périodes identifiées montrent combien l'héritage objectif auquel est susceptible de se référer l'humanisme sportif contemporain est difficile à saisir. Il est inégalement lié à des modèles historiquement datables. Etant activé de façon rétrospective, il peut se prêter à des stylisations qui paraîtront discutable aux historiens. Par cette esquisse sommaire, nous avons tâché de proposer un cadre de référence permettant d'y voir plus clair pour comprendre les sources auxquelles s'abreuve l'humanisme sportif : un certain humanisme sportif.

II. l’humanisme sportif. De l’age d’or au déclin inéluctable ?...

18Le « monde sportif », avons-nous déjà noté, utilise largement l'expression d'humanisme. Formule convenue et rituelle, passe-partout, pensée ou observation largement mûrie ? Difficile de trancher précisément. La déperdition d'impact observée au fil des siècles à propos de l'humanisme appréhendé dans sa généralité se vérifie-t-elle au plan de l'humanisme sportif ? Le sport est-il devenu, au fil des récentes décennies, le lieu — privilégié — d'expression d'un humanisme se réduisant progressivement à des formes simplificatrices, voire caricaturales ? Et si oui, pourquoi ? Le club omnisports, tel que nous le connaissons et/ou le pratiquons au quotidien, est-il exposé à un diagnostic de même nature ? Essayons tout d'abord de définir quelques jalons dans l'histoire du sport moderne, de façon à établir, le cas échéant, une comparaison avec l'histoire de l'humanisme sommairement esquissée dans la section précédente.

A. Genèse et premiers développements de la culture sportive associative

19L'essor de la culture sportive, qui s'affirme à partir des années 1890, doit être mis en rapport avec la transformation et la modernisation du système éducatif. En effet, l'enseignement primaire, secondaire et supérieur font l'objet de changements qui annoncent, à bien des égards, un souci de démocratisation de la culture scolaire. Conjointement, on assiste à l'invention de la jeunesse, au sein de la société, se constituant peu à peu comme classe d'âge autonome.

20Le patronage sportif des jeunes est visé par différents promoteurs... Pour sa part, le baron Pierre de Coubertin entend favoriser l'éducation sportive de la jeunesse. Nous aurons l'occasion d'y revenir.

21La culture sportive se diffuse sous une forme associative : aussi bien celle des sociétés scolaires de jeux de plein air et de sports que celle des clubs civils. La loi de 1901, sur la liberté d’association, ouvre des perspectives nouvelles : enrichissement de l'apprentissage démocratique, engagement volontaire, prise de responsabilité, découverte de la sociabilité structurée autour du prétexte sportif, reformalisation des relations inter-générationnelles, etc.

22La culture sportive s'impose comme une culture technique, faisant une place prépondérante aux techniques du corps, orientée résolument vers la confrontation compétitive, selon des règles prédéfinies, et vers la performance. Dès lors, les référents mentionnés : compétition, performance, règles, etc., complétés par leurs "corollaires : respect de la règle, self-control, fair play, désintéressement, loyauté, responsabilité, solidarité au sein de l'équipe, etc. subissent un traitement analogique supposant une transposition entre le domaine de la pratique sportive et celui de la société.

23Un nouveau registre d'« idéaux » voit le jour, au sein duquel il est difficile de faire la part entre une orientation axiologique (c'est-à-dire un rapport authentique aux valeurs) et une orientation simplement idéologique (plutôt le reflet de représentations collective circonstancielles, dans l’air du temps). Mais reconnaissons que les travaux théoriques et empiriques font actuellement cruellement défaut sur la question.

  • 1 Pierre Parlebas, "La dissipation sportive", Sport, revue Culture technique, no 13, 1985, pp. 19-37

24Evidemment, les spécialistes de l’action motrice sportive ou ludique ne se laissent pas abuser par les effets de réverbération qui opèrent à partir de la culture sportive pour se projeter sur la société... Pour les théoriciens des jeux traditionnels, le sport n’est jamais qu une forme simplifiée, voire même simpliste des possibilités plus ouvertes qu'offrent habituellement les jeux. "Le sport correspond à une bifurcation de la motricité sociale", souligne Pierre Parlebas1. "Présentée comme 'naturelle' et universelle, cette organisation est une réalité culturelle et contingente : elle traduit une variété ethnomotrice parmi d'autres, accordée à son milieu d'émergence" (p. 30). Il n'en reste pas moins évident que les jeux traditionnels — pris indépendamment de leur caractérisation culturalo-pédagogique "moderne" —, autant que les sports, s'inscrivent dans des formes de correspondance relativement cohérentes au regard des types d'organisations socio-politiques et économiques qui les supportent. Les joutes nautiques, la balle au tambourin, tel jeu de quilles, la pelote basque à main nue, pour nous limiter à cette brève énumération, sont propices à "incarner" — au propre et au figuré, pourrait-on ajouter — quelques idéaux structurants d’une société locale qui s'appréhende alors comme une communauté. A une autre échelle, planétaire celle-la, le parcours victorieux de l'équipe de France à l'occasion de la dernière Coupe du monde de football, peut s'analyser dans des termes analogues.

25Toutefois, il n'est reste pas moins évident que l'environnement social de proximité, structuré autour de la pratique organisée (l'association, en d'autres termes le club, et la sociabilité qu'il génére), peut être appréhendé comme une situation favorable pour l'apprentissage de la vie en société (rôles et statuts, engagement volontaire, implication au sein d'un groupe, etc.). En outre, l'engagement bénévole — des dirigeants et/ou autres responsables — contribuant à la structuration d’une pratique sportive organisée suppose, nous semble-t-il, une orientation axiologique. C'est un contrat social. De même, il est des sociabilités moins structurées, éphémères ou durables, formalisées autour du prétexte de l'activité sportive, qui témoignent d'une orientation similaire.

26Notons cependant que la culture sportive, telle qu’on vient rapidement de l'évoquer, paraît devoir être qualifiée de façon objective par des dimensions ou des caractéristiques qui relèvent des sciences de l'homme et de la société ou de la science politique. Tandis qu'une approche en termes d'humanisme risquerait de se perdre dans une philosophie aux contours plus ou moins définis. Est-ce à dire qu'une culture sportive observée (sans a priori) s'accommode de la grille "réaliste" des sciences sociales, alors qu'une culture sportive supposée (et, en un sens, déjà idéalisée) ouvre sur l'humanisme philosophique ? Ajoutons que la mise en concurrence des deux registres d'analyse, facile à vérifier concrètement (voir par exemple l'organisation des discours autour du Tour de France et des affaires de dopage concernant cette prestigieuse épreuve en 1999...), est la traduction d'intérêts difficilement conciliables.

B. Pierre de Coubertin : une figure emblématique de l'humanisme sportif

  • 2 Jean Durry, "Les batailles de Pierre de Coubertin 18631937, ") - (dans Pierre Arnaud (sous la dire (...)

27Aujourd'hui, le baron Pierre de Coubertin est identifié comme la figure emblématique de l'humanisme sportif moderne par la plupart des exégètes et autres commentateurs des textes livrés par l'auteur. Incontestablement, les ouvrages, discours, articles, lettres ou notes de P. de Coubertin constituent une vaste contribution, élaborée et monumentale — on invoque souvent une œuvre de quelques 60 000 pages ! — qui combine analyses du sport et analyses diverses portant sur la société contemporaine, sur le 'sport' antique, sur l'histoire universelle2...

  • 3 Pierre de Coubertin, Le respect mutuel (L'Education des Adolescents au xxe siècle. III. Education (...)

28Une part non négligeable des publications de P. de Coubertin traite de l’éducation sportive de la jeunesse. A ses yeux, tout, dans ce domaine, reste à faire et à construire. Il s'agit, par l'apprentissage des sports, de favoriser l'autonomie des jeunes au sein de la société et de les préparer à la meilleure adaptation en son sein. Dans un petit ouvrage : Le respect mutuel3, publié en 1915, P. de Coubertin précise sa pensée. "En étudiant les conditions de l'éducation des adolescents au xxe siècle, je me suis constamment laissé guider dans mes recherches par la notion des besoins présents. Les théories pédagogiques sont chose séduisante mais vaine" (p. 9). Et de poursuivre. "Il se trouve que le développement musculaire et l'entraînement corporel constituent pour les adolescents d’aujourd'hui à la fois la sauvegarde morale la plus active et la mise en valeur la plus féconde de leur personnalité" (p. 10-11). Pareille éducation morale favorise l'expression du « respect mutuel », qui convient parfaitement aux « sociétés démocratiques » (p. 14). "Entre la tolérance et la foi, il y a place pour le « respect mutuel »" (p. 14). L'avant-propos du livre se conclut sur les considérations suivantes. "Aussi bien la doctrine du Respect mutuel ne pourra jamais être codifiée. On ne pourra ni la condenser en préceptes précis ni l'appuyer sur des sanctions. C'est un état d'esprit à répandre, ce n’est pas une législation à promulguer" (p. 16-17). Sans nul doute est-il possible de considérer que P. de Coubertin esquisse là les caractéristiques élémentaires d'un humanisme généralisé. Et la notion de "société démocratique" est explicitement associée à cette exigence de respect mutuel.

  • 4 Pierre de Coubertin, Pédagogie sportive (1919), Paris, Editions Crès et Cie, 1922. Dans ce volume, (...)

29Dans un autre de ses ouvrages : Pédagogie sportive, publié en 19224, le baron de Coubertin, prolonge cette perspective en insistant sur l'importance de la culture sportive. "La coopération sportive possède des caractères qui font d'elle une sorte d'école préparatoire à la Démocratie. En effet l'Etat démocratique ne peut vivre et prospérer sans ce mélange d'entr'aide et de concurrence qui est le fondement même de la société sportive et la condition première de sa prospérité. (...) Toute l'histoire des démocraties est faite de la recherche et de la perte de cet équilibre essentiel. Mais quelle est, en pédagogie, l’institution capable d'y préparer d'une façon indirecte ? On s'efforcerait vainement de la trouver en dehors du sport" (p. 140).

30Ces beaux textes méritaient d'être rappelés par de larges extraits. La conception élaborée par l'auteur s'appuie sur deux dimensions : une réalité "topographique" que l'association sportive vient enrichir ; un principe général d'action fondé sur le respect d'autrui.

31L'œuvre accomplie par P. de Coubertin fait de celui-ci un humaniste. On peut identifier quelques traits caractéristiques de ce profil : le souci d'une éducation de la jeunesse et d’une pédagogie appropriée, la volonté de penser en réciprocité de perspective la réflexion et la pratique, la connaissance et l'action, faire table rase des théorisations antérieures, obsolètes, de façon à penser adéquatement le changement culturel comme support de la modernisation de la société auquel contribue la diffusion de la culture sportive, inventer un néo-olympisme susceptible d’ouvrir sur un code universel de communication de la jeunesse du monde, etc.

  • 5 Yves-Pierre Boulogne, La vie et l'œuvre de Pierre de Coubertin (1863-1937), Ottawa, Editions Léméa (...)

32Comme ne manque pas de l’indiquer Yves-Pierre Boulongne dans la conclusion générale de sa thèse5, il s'agit, "à l'évidence, d'un humanisme classique" (p. 382).

  • 6 Louis Meylan, "L'humanisme intégral de Pierre de Coubertin", Lausanne, 1941, (16 p.).

33Notons toutefois — le fait a son importance — que le mot humanisme ne paraît pas faire partie du vocabulaire habituel du baron P. de Coubertin. Dans les inventaires bibliographiques disponibles, cette notion est totalement absente. En revanche, Louis Meylan fait paraître en 1941 une plaquette intitulée : L'humanisme intégral de Pierre de Coubertin6. Rappelons que l'intéressé est mort en 1937. Pour autant, le terme d'humanisme, qui est mentionné dans le titre de la brochure (à l'origine une conférence, sans doute), est totalement absent du propos et aucune citation du père de l'olympisme moderne ne figure qui le mentionnerait explicitement... En revanche, le champ d'expression de l'humanisme paraît bien identifié. Dès l'introduction, Meylan rapporte une citation du jeune P. de Coubertin soulignant, dans sa Charte de l'éducation nouvelle : "(...) aucune réforme d'ordre politique, économique et social ne pourra être féconde sans une réforme préalable de la pédagogie" (p. 1). Sans développer, dans les limites de cet exposé, un commentaire sur le fond, indiquons quelques éléments utiles pour notre propos. Humanisme et pédagogie (l'action éducative auprès des jeunes) paraissent étroitement liés, s'y l'on en croit Meylan. Penser la pédagogie, moderniser ses formes d'intervention, l'inscrire dans l'actualité sociale est déjà s'engager dans un "programme" humaniste. Même si le mot humanisme n’est jamais utlisé par P. de Coubertin. Faut-il penser que P. de Coubertin se méfiait personnellement de l'usage de cette notion, assez répandue à la fin du xixe et au début du xxe siècle, mais dominée en partie par une exigence d'érudition et de compilation des connaissances à laquelle il n'adhère pas ? Ce n'est pas impossible. Sa conception — de l'action pédagogique — est différente et elle se veut prospective. De plus, il semble bien que la sphère de la politique et celle de l'économie ne soient pas, par elles-mêmes, des lieux d'expression et de réalisation de l'humanisme, contrairement au champ de la pédagogie et de l'éducation. L'association sportive (comme espace d'engagement désintéressé) et le système scolaire rénové sont les supports institutionnels privilégiés permettant l'épanouissement de la personne. Mais leur annexion directe au politique, à l'économique compromettrait inéluctablement leur vocation. Ajoutons cependant, et cela a été déjà souligné, que le modèle politique de la démocratie est considéré par P. de Coubertin comme le support adéquat à l'affirmation de l'humanisme. Par ailleurs, sur ce point, l'humanisme de l'auteur n'est pas en contradiction avec l’humanisme classique. Bien des humanistes, identifiés comme tels par l'histoire, ont été engagé dans la vie politique et publique. A commencer par Michel Eyquem de Montaigne (1533-1592) qui fut maire de Bordeaux, dont Nelson Paillou parcourait régulièrement les Essais et d'autres textes moins connus.

  • 7 André Senay, Robert Hervet, Monsieur de Coubertin, Paris, S.E.S., 1956.

34En définitive, l'humanisme dont on qualifie l'œuvre de P. de Coubertin, qui n'est pas sans présenter cependant des lignes de faiblesse, voire des contradictions (par exemple, la cécité constante de l'auteur pour envisager le thème de la pratique sportive chez les jeunes filles, tout juste bonnes à allumer la flamme olympique sur le site fondateur...), désigne l'action d'un homme parvenu à ses fins. Elle couronne post mortem l'énergie déployée par un homme qui n'est pas un politique. "C'était un homme effacé", rapportent André Senay et Robert Hervet7. Mais ils poursuivent en soulignant l'importance de l'œuvre du père de l'olympisme moderne : de "l'humaniste soumis à la sagacité des historiens qui s'attachent au grands problèmes du vingtième siècle" (p. 2).

C. L’humanisme sportif aujourd'hui : nouvelles limitations et délimitations de la question...

35Depuis une vingtaine d'années le sport s'est complexifié en même temps que le public des pratiquants s'est considérablement accru, dans les clubs et en dehors des structures associatives.

36Dans deux domaines au moins, on peut s'interroger sur la pertinence de l'expression d'un humanisme sportif. D'une part les activités physiques et sportives, de vacances ou autres, rassemblent plus de la moitié des sportifs, en France, et ces formes banalisées, dont certaines relèvent de la simple hygiène de vie, n'affichent pas d'attentes particulières en termes d'humanisme. C'est clair. D'autre part, la segmentation du sport de haut niveau — sport spectacle, sport professionnel — tend à autonomiser des sous-ensembles du sport qui peuvent être difficilement appréhendés en continuité directe avec l'action des clubs. Dans bien des cas, on est en droit de se demander si l'humanisme a encore sa place dans ce monde du « travail » sportif exercé à plein temps et rémunéré. Pour autant, ces niveaux de la pratique sportive supposent une déontologie cohérente, une éthique, une loyauté dans les engagements contractés par les sportifs et par les agents qui composent leur environnement (dirigeant fédéral, entraîneur, médecin...). C'est le sens qu'on peut donner à une expression souvent utilisée par Aimé Jacquet : "untel est très professionnel", visant à désigner ainsi la compétence et la loyauté d'un de ses joueurs. Martine Reneaud et Francis Le Dû ont évoqué à l'instant ces aspects. Par ailleurs Madame le ministre de la Jeunesse et des Sports s'est clairement exprimée à ce propos à la suite des épisodes qui ont jalonné le dernier Tour de France.

37Il est tout de même significatif que la question de l'humanisme dans le sport — ou de l'humanisme sportif — soit aujourd'hui régulièrement posée. La forme interrogative signifie probablement que le tracé de nouvelles délimitations et limitations — quant à l'humanisme — est devenu une tâche urgente à entreprendre... Les clubs sont également concernés par ces changements. La tentation du haut niveau, les exigences incontournables liées à la pratique sportive de ce type (entre autres le temps contraint de l'entraînement et de la préparation physique) obligent-elles à trouver tôt ou tard des compromis en trompe l'œil ? Dans ce cas, un vernis pseudo philosophique, cuisiné à la sauce de l'humanisme, chargé de faire briller tout en les masquant des usages qui font peu de cas des jeunes et ne s'encombrant pas d'une éthique de l'action, prend le dessus alors qu’il conviendrait de s'en tenir au plan d'une déontologie non équivoque. L'athlète de haut niveau n'est pas un humaniste, pas plus d'ailleurs qu'il serait porteur d'un sport humaniste. C'est par l'image exemplaire qu'il permet de construire collectivement autour de sa conduite, perçue comme telle par les plus jeunes, que le sportif de haut niveau est susceptible de participer au renouvellement d'une culture sportive humaniste. Pour autant, sous cet angle, que peut objectivement apprécier le spectateur en dehors de la performance réalisée ? Pas grand chose, sans doute, faute d'un recul suffisant. Reste le geste exemplaire, la victoire, la réussite du moment... Toutefois, les impostures et les supercheries qui se multiplient dans le sport de haut niveau et/ou dans le sport spectacle doivent nous interroger. Est-il opportun aujourd'hui de légitimer l'humanisme sportif en se référant systématiquement à la plus haute performance et à l'excellence des records ?

38Un autre point mérite d'être soulevé. Lorsqu'on implique les clubs, subvention publique oblige, dans des opérations d'animation socio-sportive des quartiers, l'humanisme sportif se limite dans certains cas de figure à de l'« humanitaire sportif » d'urgence. Avec ce raccourci "démocratique" qu'offre dans ce cas le sport, il manque la formulation d'une perspective d'ensemble dont les associations — sportives ou autres — ne peuvent assumer seules la responsabilité. Par ailleurs, la bureaucratisation croissante qui entoure les activités du club ne compromet-elle pas le référentiel humaniste du club, dès lors que la règle administrative s'impose au sport au lieu de le servir ? C'est probable. Ajoutons que ces quelques interrogations, simplement formulées ici, nécessiteraient une réflexion approfondie, à commencer par une lecture attentive de quelques textes livrés par N. Paillou.

39Dans le club, l'humanisme sportif sacrifie souvent à l'urgence. L'ensemble de valeurs qui orientait l'action sportive — comme disposition humaniste — possède désormais une moindre visibilité, ou plus exactement semble contredite par certains usages, encore que dans divers domaines (le sport scolaire, le sport universitaire, les clubs omnisports, les clubs corporatifs...) les conditions paraissent généralement requises pour l'expression d'un humanisme authentique. Le sport scolaire étant le lieu incontournable où doit porter l'effort prioritaire.

40L'humanisme sportif est-il aujourd'hui à réinventer ? Peut-être. Et cet adverbe se caractérise par au moins deux nuances. C'est une forme de réponse affirmative doublée implicitement d'un scepticisme qui ne s'affiche pas. C'est également une réponse qui met en doute la pertinence des tentatives faites jusque-là, ces derniers temps, pour inscrire la culture sportive dans une exigence humaniste. Toutefois, la question formulée laisse entendre qu'un certain humanisme a pu s'exprimer au travers de la culture sportive, à une époque peu lointaine. Mais peut-être cet humanisme ne se rapportait-il déjà qu'à un sous-ensemble caractérisé, dans le vaste domaine des activités sportives...

41Un chantier s'offre aux sportifs pour redéfinir des valeurs susceptibles d'éclairer positivement la culture du sport sous l'angle d’un humanisme qui paraît actuellement contredit par des impératifs matériels, des urgences multiples et des manquements à la règle de conduite attendue. Encore faut-il établir un état des lieux des problèmes et des contradictions avant de définir des propositions concrètes. Quatre axes de réflexion nous semblent de nature à clarifier le débat.

  • 8 Centre de Droit et d'Economie du Sport, Le dirigeant sportif bénévole, Université de Limoges, 1984 (...)

42Il conviendrait, en particulier, de mieux cerner les "propriétés" qui s'inscrivent en filigrane de l'évocation d'un humanisme sportif. On a vu, dans le cas de l'humanisme classique autant que dans celui de l'humanisme coubertinien, que la désignation-qualification par les mots était chronologiquement postérieure à la réalité des faits ou des personnalités invoqués. C'est le premier axe annoncé. Ainsi le recours à l'humanisme opère(rait), en partie tout au moins, à contre-temps culturel. Il matérialise(rait), un peu à la façon d'un idéal à atteindre, la distance qui s'est instaurée entre la réalité — sportive — d'aujourd'hui et ce qu'elle a pu représenter hier... La qualification humaniste est rétrospective. La référence à l'humanisme de l'antiquité grecque, omniprésente dans l'humanisme sportif du xxe siècle, en est la forme la plus absolue. L'idéalisation naïve est démentie par les connaissances de l'historien. Jean Durry est sans ambiguité à ce propos. "Les Jeux olympiques [de l'Antiquité grecque] ne furent strictement réservés qu’aux hommes, et aux seuls hommes "libres" et reconnus comme tel par le jury des hellanodices"8...

  • 9 Nelson Paillou (sous la direction de), Les trois enjeux du sport français, Paris, Dalloz, 1985, vo (...)

43Le deuxième axe à explorer renvoie à ce qu'on pourrait appeler le champ sémantique de l'humanisme sportif. Hormis les formes les plus dépouillées, décontextualisées et idéalisées qu'on vient de rappeler, les problématiques de l'humanisme les mieux élaborées, pratiques et concrètes, font apparaître des agencements de concepts ou de notions sur lesquels il conviendrait de réfléchir. L'humanisme — coubertinien ou néo-coubertinien — paraît s'appuyer sur la démocratie. Nous ne reviendrons pas sur cet aspect déjà présenté. Il suppose le respect des règles et le respect d'autrui : une civilité (du latin civilitas ou humanitas), qui désigne l’observation des convenances et des règles du savoir-vivre en collectivité. L'humanisme ouvre aussi sur la culture dans ses formes les plus achevées au regard du respect de l'individu, de sa dignité et de ses potentialités créatrices. De la civilité au civisme, la nuance est infime. La notion de civisme, ou le sens civique (du latin civis = citoyen) s'inscrit dans la sphère du politique où l'on retrouve le sens du devoir, la marque d'une solidarité active, le respect du devoir, etc. L'étymologie latine introduit une ouverture vers la citoyenneté qui désigne la qualité propre aux membres d'une communauté politique (cité, Etat...) relative à la jouissance d'un ensemble de droits et de devoirs — une liberté des personnes —, dont celui de pouvoir participer directement ou par des représentants aux affaires publiques. Aujourd'hui, alors que les discours construits ne sont plus prétexte à développer des perspectives ambitieuses et argumentées autour de l'humanisme, en revanche la notion "politique" (idéologique !) de citoyenneté est omniprésente (et, ironie du moment, surtout dans les espaces sportifs des "quartiers difficiles" qui paraissent exclus du périmètre de la démocratie républicaine). Un peu comme si l'humanisme fondé sur l'éducation et la pédagogie le cédait à la citoyenneté par le sport... Cette citoyenneté par le sport n'est-elle pas le dernier avatar d'un humanisme progressivement vidé de sa substance au fur et à mesure que le sport et la société développent des contradictions radicales ? Nelson Paillou lui-même n'était pas dupe de cette évolution. Citant Jacques Ardoino, il rappelait : "L’humanisme de nos humanités est en passe de devenir une langue morte que Ton enseigne, que l’on respecte, comme le latin et le grec anciens, mais sans jamais plus les parler". Pour enchaîner aussitôt : "Ce serait un crime de faire de l'humanisme une langue morte..."9

  • 10 Jean Durry, "Avant... en Grèce...", chapitre 1er de l'ouvrage Sport et Démocratie, Assemblée Natio (...)
  • 11 Jean-Claude Margolin, "Humanisme", Encyclopaedia Universalis, vol. 9, pp. 601-603. Cit. p. 603.

44Le club sportif — de type omnisports, civil, scolaire ou corporatif — possède des atouts incontestables pour s'affirmer comme un des principaux foyers, sinon le principal, favorisant l'expression d'un humanisme sportif. Le club peut permettre à ses adhérents une expérience sociale forte, qui ne se limite pas au seul temps de la compétition. Le contexte institutionnel qu'est l'association — bien plus qu'un simple cadre organisationnel ! — est un lieu où se construit un certain idéal démocratique. De même, l'engagement des bénévoles est porteur de valeurs humanistes. Certes le(s) sport(s) valorise(nt) une simple "variété ethnomotrice" parmi d'autres, ainsi que le souligne Pierre Parlebas. Pour autant, l'expression associative qui lui est nécessaire, dans le cadre d'un vaste sous-ensemble composé de quelques 150 000 clubs fait du sport un modèle de sociabilité non négligeable. Puisque cette Université sportive d'été est placée sous les auspices de Nelson Paillou, on peut rappeler, à ce propos et à titre d'illustration, la présentation que fait ce dernier du dirigeant bénévole10. "Le bénévole dans le milieu sportif est bien celui qui s'est délibérément mis au service de l'homme, et n'entend pas l'exploiter à des fins philosophiques, économiques ou politiques. Dans l'acte pédagogique qui est le sien, l'éducateur considère l'éduqué comme « sujet », et non comme « objet ». En ce sens, le dirigeant-militant s'inscrit bien dans une conception humaniste du sport" (p. XIII). N. Paillou poursuit. "C'est précisément ce 'désintéressement' qui lui confère son 'indépendance' vis-à-vis du Pouvoir, de tous les Pouvoirs..." (ibid.). On peut prolonger cette problématique en notant que le lieu adéquat d'affirmation de l'humanisme s'inscrit dans le club (le groupe, l'association), et non directement au niveau des pouvoirs publics. L'humanisme n'a pas sa raison d'être dans les activités physiques et sportives plutôt informelles. De même, il n'a plus sa raison d'être dans les plus hauts niveaux de pratique sportive qui relèvent d'un marché économique. Ce rapport de non compatibilité — directe ou dominante — avec les domaines politique et/ou économique sont deux traits bien affirmés de l'humanisme, par delà les époques, identifiés par Jean-Claude Margolin dressant le portrait de quelques éminentes figures de l'humanisme classique : "ils sont incapables de faire passer les intérêts matériels et temporels de la cause politique qu'ils servent avant les intérêts moraux et permanents de l'humanité indivise qui est leur vraie patrie"11.

  • 12 Bertrand During, "Fête, Sport et Culture", Sport, fête et culture, Les Cahiers de l'Université Spo (...)

45Dans le sport, l'évocation précise de l'humanisme — à ne pas confondre avec un stéréotype idéologique — est toujours, pour ainsi dire, de circonstance. En d'autres termes, elle est associée à des moments d'exception : disparition d'une personnalité qui a œuvré pour le sport, pour une certaine conception du sport (et c'est à bien des égards une des raisons qui nous réunit ici, au pied des Pyrénées chères à Nelson), inauguration d'un équipement sportif (par exemple celle du gymnase Nelson Paillou, à Villenave d'Ornon, en Gironde), remise d'une récompense, etc. Cette dimension commémorative est probablement inspirée aussi par le souvenir d'émotions sportives partagées et de passions qui projettent les participants dans un espace/temps d’exception, hors du temps et de l'espace ordinaire. L'évocation de l'humanisme est rendue crédible par l'importance que tient tout un arrière-plan "anthropologique". C'est aussi ce qui rend fort compliquées les tentatives d'objectivation de la notion d'humanisme qui résulte — par effet de composition — de plusieurs types de codes socio-linguistiques. Dans une Université d’été antérieure, Bertrand During avait magistralement évoqué les relations fondamentales que peuvent entretenir le sport, la fête et la culture12.

  • 13 Maïté Riou, "Les jeux olympiques de Rome (1960). Olympisme, sport et arts", Le sport dans la litté (...)
  • 14 Michel Clare, "Un humanisme du sport", Economie & Humanisme, Le Sport, no 180, mars-avril 1968, pp (...)

46En même temps, on entrevoit sans peine que l’humanisme — sportif ou autre — a partie liée avec le politique et l'économique. Hier comme aujourd'hui. Mais une certaine idéalisation du sport et de ses prétendues valeurs n'a fait qu'ouvrir sur une abstraction rendant inintelligible la réalité concrète du sport. Il faut envisager un autre plan d'analyse, permettant d'appréhender la sociale du sport. L'Olympisme lui-même a pu s'imposer à ce niveau. Maïté Riou a montré comment les Jeux olympiques de Rome (1960), précédés par les Jeux d'hiver de Cortina d'Ampezzo (1956), sont venus "à point nommé pour valoriser l'image d'une Italie démocratique, engagée dans une action de développement socio-économique, et renouant avec l'humanisme sportif"13. Mais on sait également qu'il est des choix de villes olympiques discutables (Berlin 1936 !) ou qui s'expliquent par l'achat des bulletins de vote... Pour terminer sur cet aspect, nous ferons référence à un article de Michel Clare : "Un humanisme du sport", publié en avril 196814. Celui-ci reproche aux dirigeants sportifs de se contenter "de vivre en vase clos" et de s'enfermer dans l'angélisme. "La encore on prête toutes les vertus au sport en s'efforçant de l'isoler de toutes les autres activités humaines, des idéologies, de la religion. Il ne s'agit pas de contester cet « idéal » de non-discrimination, mais de constater avec lucidité quand cette loi dessert la plénitude du sport ; elle ne doit pas être prétexte à se désintéresser de tout ce qui, en dehors du sport, coucourt à la construction de l'homme" (p. 26). En d'autres termes l'humanisme lié au sport impose une implication sociale et non un détachement qui ne peut être qu'illusoire. Et Michel Clare conclut son article en ces termes. "Le sport, en vérité, n'est au service que de l'idée de l’homme que chacun porte en soi. Le drame vient que les sportifs n'en sont pas toujours convancus. Et aussi que les responsables de la diffusion de la culture sont encore moins persuadés de ce rôle que le sport peut être appelé à jouer. Tant que persistera ce malentendu nos espoirs seront bien limités" (ibid.).

47Malgré les obstacles, le club sportif d'aujourd'hui n'est-il pas un des foyers privilégiés au sein duquel s'élaborent — et peuvent s'élaborer — dans les meilleures conditions pédagogiques et éducatives, des attitudes et des comportements garants de la liberté créatrice des individus et des groupes que l'historien futur pourra identifier comme un humanisme en acte ?

Notes

1 Pierre Parlebas, "La dissipation sportive", Sport, revue Culture technique, no 13, 1985, pp. 19-37.

2 Jean Durry, "Les batailles de Pierre de Coubertin 18631937, ") - (dans Pierre Arnaud (sous la direction de), Le corps en mouvement, Toulouse, Privat, 1981, pp. 271-290.

3 Pierre de Coubertin, Le respect mutuel (L'Education des Adolescents au xxe siècle. III. Education morale), Paris, Librairie Félix Alcan, s. d. 1915. ] [

4 Pierre de Coubertin, Pédagogie sportive (1919), Paris, Editions Crès et Cie, 1922. Dans ce volume, l'auteur regroupe des textes dont la plupart ont été composés avant 1914.

5 Yves-Pierre Boulogne, La vie et l'œuvre de Pierre de Coubertin (1863-1937), Ottawa, Editions Léméac, 1975. Voir la conclusion : "Pierre de Coubertin, son humanisme, sa pédagogie, son actualité", p. 381 et suivantes.

6 Louis Meylan, "L'humanisme intégral de Pierre de Coubertin", Lausanne, 1941, (16 p.).

7 André Senay, Robert Hervet, Monsieur de Coubertin, Paris, S.E.S., 1956.

8 Centre de Droit et d'Economie du Sport, Le dirigeant sportif bénévole, Université de Limoges, 1984. Voir l'"avant-propos" de Nelson Paillou, président du CNOSF, pp. XIII-XIV.

9 Nelson Paillou (sous la direction de), Les trois enjeux du sport français, Paris, Dalloz, 1985, voir conclusion, p.77.

10 Jean Durry, "Avant... en Grèce...", chapitre 1er de l'ouvrage Sport et Démocratie, Assemblée Nationale & Jean Durry, Paris, Assemblée Nationale éd., 1998. Voir, pp. 18-19. "La Grèce du Parthénon et de l'oracle delphique apparaît bien alors comme le point de référence, le pôle fondateur des Jeux olympiques et d'une démocratie... d'avant la démocratie des âges modernes telle que la Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen de 1789 lui donnera sa pleine dimension, à la mesure de l'humanité", souligne Jean Durry.

11 Jean-Claude Margolin, "Humanisme", Encyclopaedia Universalis, vol. 9, pp. 601-603. Cit. p. 603.

12 Bertrand During, "Fête, Sport et Culture", Sport, fête et culture, Les Cahiers de l'Université Sportive d'Eté, no 9, 1995, pp. 113-125.

13 Maïté Riou, "Les jeux olympiques de Rome (1960). Olympisme, sport et arts", Le sport dans la littérature italienne contemporaine (1860-1995), thèse d’italien, Université de Paris IV (1996), Presses Universitaires du Septentrion, 1996 (trois tomes). Voir t. 1, p. 409 et suivantes.

14 Michel Clare, "Un humanisme du sport", Economie & Humanisme, Le Sport, no 180, mars-avril 1968, pp. 22-26.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search