Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. Réalité de l'humanisme sportif ?

« Le sport de haut niveau: hors du niveau des clubs ? » par Martine Reneaud et Francis le Dû

Martine Reneaud et Francis Le Dû

Texte intégral

Intervention de Martine RENEAUD
Maître de conférences en STAPS à l'Université Victor Segalen Bordeaux 2 et de Francis LE DÛ,
co-directeur de l'ouvrage Sport de haut niveau en régionalisation(s). L’Aquitaine exemplaire ?

  • 1 Sport de haut niveau en régionalisation(s). L'Aquitaine exemplaire ? Sous la direction de Francis (...)

1C'est essentiellement à partir des travaux réalisés en Aquitaine (par une équipe mixte Université de Bordeaux 2 et Jeunesse et Sports, coordonnée par Francis Le Dû et moi-même) sur les différentes formes de régionalisation du sport de haut niveau1 que je m'efforcerai d'aborder cette question, en intégrant la contribution de Francis.

2En effet, le rôle des clubs faisait partie de nos interrogations initiales lorsque nous avons entrepris de reconstituer la genèse de cette localisation d'une politique nationale et que nous avons analysé sa mise en œuvre. Il s'agira donc de tenter d'apporter des éléments de réponse dans le contexte du service public du sport de haut niveau, tel qu'il est défini dans la loi du 16 juillet 1984 (loi Avice) modifiée par celle du 13 juillet 1992 (loi Bredin).

I. sport de haut niveau : un dispositif susceptible de fragiliser les clubs

3Progressivement construit depuis le milieu des années soixante, le dispositif institutionnel du sport de haut niveau illustre la complexité du modèle français d'organisation et de développement des activités physiques et sportives, à mi-chemin entre étatisme et libéralisme. Sa régionalisation, mise en œuvre en 1985, au moment où les régions devenaient elles-mêmes des collectivités territoriales à part entière a accru cette complexité. Conçu logiquement de façon centrale, l'ensemble du dispositif peut avoir tendance à fragiliser le club d'appartenance du (des) sportif(s) de haut niveau, avec cependant des variations importantes liées à l’hétérogénéité des fédérations.

1. Le sport de haut niveau : un dispositif institutionnel complexe

  • 2 Article 1. Loi no 84-610 du 16 juillet 1984 relative à l'organisation et à la promotion des activi (...)

4Le développement du sport de haut niveau incombe historiquement et légalement à deux acteurs principaux, l'Etat et le mouvement sportif, constitué des associations et des fédérations, et représenté par le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF)2.

5Cependant la loi invite aussi les collectivités territoriales — et d'ailleurs également les entreprises, mais leur rôle ne sera pas abordé ici — à apporter leur concours à ce développement.

6Quatre critères définissent actuellement le sport de haut niveau :

  1. Il concerne des disciplines précises : les disciplines olympiques et les disciplines reconnues de haut niveau par la Commission Nationale du Sport de Haut Niveau (CNSHN).
  2. Les Jeux olympiques, les Championnats du Monde et les Championnats d'Europe sont les compétitions de référence.
  3. Les sportifs de haut niveau sont classés officiellement selon des critères publiés en 1993 et figurent nominativement sur des listes arrêtées par le Ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS)3
  4. Enfin, les filières du haut niveau, expression des stratégies fédérales, sont validées par la CNSHN pour la durée d'une olympiade.

7Sont donc constitués des "Collectifs Équipes de France", composés de sportifs classés en Elite et Senior, des "Collectifs France Jeunes", tandis qu'en fin de carrière des sportifs figurent dans la catégorie Reconversion. De plus, formant la "réserve", les Espoirs bénéficient de mesures particulières de soutien et de suivi, de même que les partenaires d'entraînement nécessaires à certains sports.

  • 4 Voir Annexe 1. "Le dispositif de lutte contre le dopage", par Hélène Ottoz.

8Enfin, le dispositif est complété par des textes visant à préserver tout à la fois la santé des sportifs et le respect de l'éthique sportive : il s'agit de la loi Bambuck du 28 juin 1989, relative à la prévention et à la répression de l'usage de produits dopants4, tandis que la charte du sport de haut niveau (adoptée le 3 mars 1993) définit les droits et devoirs du sportif.

9Le sport de haut niveau est centralisé depuis la constitution de l’administration du sport en France au sein d'une direction puissante, la Direction des sports.

10Outre les missions de tutelle des fédérations et d'orientation de la politique publique du sport, la direction des sports, en liaison avec la direction technique de chaque fédération sportive et par l'intermédiaire de la Commission Nationale du Sport de Haut Niveau a le monopole de pouvoir dire qui est autorisé à se déclarer sportif de haut niveau et quelle structure peut être labellisée, qualifiée à ce titre.

11La qualité d'athlète de haut niveau a pour enjeu des frontières que des acteurs définissent et contrôlent. En effet, l'accroissement de la population des sportifs et le contrôle des entrées dans le champ du sport de haut niveau structurent les rapports de force au sein de l'espace public.

12La qualité de sportif de haut niveau est convertie en une frontière juridique protégée par un droit d'entrée explicitement codifié (classement au championnat de France, d'Europe ou du Monde, aux Jeux olympiques). Des mesures d'exclusion et de discrimination visent à assurer un numerus clausus : chaque fédération se voit fixer un quota. Enfin, des structures d'entraînement doivent souscrire un cahier des charges.

13Ainsi, un haut degré de codification de l'entrée dans le jeu va de pair avec une règle du jeu explicite, et un consensus minimal sur cette règle. Au contraire, à un degré de codification faible correspondent des états du champ de l'excellence sportive où la règle du jeu est perpétuellement remise en jeu.

14Car l'action de service public en faveur du sport de haut niveau devient un enjeu de concurrence aux plans réglementaire, territorial et médiatique.

  • 5 Chapitre 1. "L'interministérialité sur un terrain mouvant : sport-études ou études-sport au collèg (...)

15L'enjeu réglementaire se situe entre droits et devoirs du sportif de haut niveau : c'est l’Etat qui détermine cette "qualité" par la loi ou le règlement. Cependant l'analyse des relations entre MJS et MEN montre bien que la classification des sportifs et des structures donne lieu à débat et ajustements5. L'élargissement des critères d'attribution du statut de sportif de haut niveau ou de bon niveau à l'université est particulièrement éclairant.

  • 6 Décret du 5 mars 1987.

16L'enjeu territorial se situe entre national et local : les collectivités territoriales et les fédérations se positionnent et se concurrencent par rapport au sportif et à ses structures d'accueil officielles (sections sport-études, puis Centres Permanents d'Entraînement et de Formation (CPEF), puis pôles). L'épisode inflationniste du classement de sportifs de haut niveau sur listes régionales sous l'autorité du préfet de région est également révélateur des stratégies et rivalités locales6.

17Enfin, en fonction de sa notoriété, l'athlète de haut niveau devient un enjeu médiatique. La gestion financière de sa carrière le place sous l'emprise de plusieurs agents (sponsor ou marque, fédération nationale, collectivités).

  • 7 Voir aussi chapitre 3. "Sport de haut niveau et régionalisation ou l'Etat dans tous ses états", pa (...)

18La politique nationale du sport de haut niveau conserve donc des zones de flou institutionnel : entre les administrations publiques, entre l'Etat et les fédérations, entre les collectivités territoriales7.

19Une des façons d'amorcer les réponses à la question "Le sport de haut niveau : hors du niveau des clubs ?" est de la retourner pour se demander si les clubs ne sont pas "hors du dispositif national du sport de haut niveau", puis de vérifier si les zones de flou institutionnel ne comportent pas des opportunités pour eux.

2. Le club hors du jeu national du sport de haut niveau ?

20Comment se situe le club d'appartenance des sportifs de haut niveau dans la conception "centrale" du dispositif ?

  • 8 Chapitre 2. "Dix ans de régionalisation du sport de haut niveau en Aquitaine. Extension ou recompo (...)

21L'étude aquitaine portant sur le fonctionnement des CPEF implantés depuis 1985 au CREPS de Talence illustre l'ambiguïté de sa position, entre filière fédérale et réseau local8. Elle montre aussi la diversité des logiques fédérales quant à la relation avec l'échelon associatif de base.

22La structuration de chaque centre disciplinaire tend à s'organiser selon deux principes de différenciation hiérarchisée : prédominance d'une logique fédérale ou d'une logique étatique, appartenance à un club local ou à un collectif national.

23En matière de contribution au dispositif du haut niveau, le rôle du club varie d'une fédération à l'autre.

24Pour la fédération de judo par exemple, le sportif de haut niveau "appartient" à sa fédération qui le fait progresser dans une filière de club jusqu'au centre national à l'Institut National du Sport et de l'Education Physique (INSEP).

25Pour la fédération de tennis de table, le sportif de haut niveau peut garder son appartenance au club dit de haut niveau de l'agglomération bordelaise.

26Dans les cas d'appropriation par les clubs de la dynamique créée par le centre de haut niveau (évidente en handball, et à l'origine, en escrime), la médiation est assurée par les cadres techniques responsables des centres qui interviennent parfois dans les clubs locaux ou qui assurent des fonctions de conseiller technique auprès de la ligue régionale.

27L'implication d'un cadre technique dans un club local peut d'ailleurs amplifier la rivalité entre les associations locales dans la mesure où la fédération ne définit pas les règles du jeu : c'est le cas en natation où la concurrence entre deux clubs est très vive.

28De façon générale, plus l'athlète s'élève dans la hiérarchie des résultats, plus les conditions d'entraînement se spécialisent. En conséquence, l'appartenance au club d'origine devient secondaire, le collectif France et son entraîneur national priment.

29Au moment de la victoire internationale cependant le club local sort de l'oubli, c'est le temps de la reconnaissance et de la célébration territoriales.

3. Le club hors du jeu périphérique du sport de haut niveau ?

30Ce jeu en périphérie peut être "lu" en observant les effets de la régionalisation du sport de haut niveau déclenchée en 1985 par l'Etat, le CNOSF et les fédérations, et les initiatives des conseils régionaux, depuis 1986 ou les régions sont devenues des collectivités territoriales à part entière.

- La régionalisation technique et administrative : une conception descendante

31La régionalisation de la politique nationale du sport de haut niveau a été conçue de façon descendante, (de Paris vers la province). La lecture verticale du dispositif — tel qu'il apparaît dans les textes officiels — s'arrête à la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports (DRJS), et au mouvement sportif régional (CROS et ligues). Sa mise en œuvre s'appuie sur les CREPS, établissements nationaux du MJS implantés en région.

32Les Directions Départementales de la Jeunesse et des Sports et le mouvement sportif départemental n'y sont donc pas impliqués. Les clubs d'appartenance des sportifs de haut niveau n'y figurent pas non plus. Quelles observations peut-on faire au bout de treize ans ?

  • 9 Chapitre 4. "Sport et études à Talence et en Côte Basque : l'imbrication au quotidien", par Silvèr (...)
  • 10 Chapitre 6. "Sport de haut niveau à l'Université : du réseau associatif au réseau inter-institutio (...)
  • 11 Chapitre 3. par J-P Loustau-Carrère.
  • 12 Chapitre 5. "Les filières du haut niveau entre polarisation du local et localisation des pôles", p (...)

33Pour les sportifs, les effets qualitatifs sont indéniables en matière de conciliation études secondaires-entraînement. L'enquête réalisée par Sophie Herrera-Cazenave dans les lycées et collèges du pôle côte Basque le montre bien9. Les améliorations sont également sensibles à l'Université, même si beaucoup reste à faire10. L'insertion professionnelle demeure elle problématique dans le contexte économique actuel11 Les clubs ont tiré parti de façon contrastée de la présence de structures en Aquitaine, selon qu'ils se situent à proximité des Pôles ou qu'ils sont au contraire "excentrés” par rapport à ces structures12. Car la mise en pratique de la régionalisation du sport de haut niveau produit concrètement de la "centralisation régionale".

34Elle contient en germe le risque de vider les clubs de leur substance en matière d'élite et d'éclipser les actions qu'ils mènent en faveur de "leurs" sportifs de haut niveau.

- La régionalisation politique du sport de haut niveau : l'ambivalence des actions des conseils régionaux.

35Créées — dans leur acception politique — par la loi de décentralisation de 1982, les régions ont dû d'emblée affirmer leur identité et leur dynamisme, par rapport aux départements notamment.

36Le sport de haut niveau leur offre un vecteur particulièrement séduisant de communication.

  • 13 Chapitre 7. "L'action olympique du conseil régional : de la mise en condition au jeu collectif", p (...)

37Quand on examine le cas de la région Aquitaine où le CROS a joué un rôle de première importance pour la promotion du sport de haut niveau officiel13, on se rend rapidement compte de l'ambiguïté du vocable Sport de haut niveau, ambiguïté repérable dans l'ambivalence des actions, comme dans celle des autres conseils régionaux.

38La région apporte en effet son concours à la politique nationale du sport de haut niveau :

  • en aidant financièrement les structures (CREPS, sections sportives par exemple) ;
  • en accordant des aides personnalisées aux sportifs de haut niveau depuis 1990 ;
  • elle a, poursuivant cette logique, créé en 1993 le Club Olympique Aquitain rassemblant — sur le papier — la vingtaine de champions susceptibles de se qualifier pour les Jeux olympiques, auxquels elle a attribué dans le cadre de la préparation d’Atlanta une bourse annuelle de 30 000 francs.
  • 14 Chapitre 8. "Le Club Olympique Aquitain : les régionalisations au Top niveau ?", par Marina Honta.

39Produit de concertations considérées comme excellentes par toutes les institutions de niveau régional14, le Club Olympique Aquitain, s'apparente à un club omnisports "virtuel" puisqu'il "regroupe" sans support associatif des sportifs de haut niveau de plusieurs disciplines.

40Ceci mérite attention car le club réel du sportif n'apparaît qu'en filigrane, a posteriori, au retour des JO.

41Par ailleurs, la région se démarque de la politique nationale en soutenant financièrement les clubs évoluant aux plans national ou international. Le conseil régional dissocie donc nettement les sportifs de haut niveau (sans que leurs clubs d'appartenance soient concernés) et de l'autre côté, les clubs qu'il considère comme représentatifs du plus haut niveau aquitain.

42Dans chaque cas, ces sportifs et ces clubs sont les ambassadeurs de la région.

- Sport de haut niveau à l'échelon départemental : quelques aspects du jeu à la marge

43A la lecture des dispositifs, l'échelon départemental pourrait être considéré comme "résiduel", il s'y développe cependant des actions plus ou moins autonomes sous l'intitulé Sport de haut niveau.

44On peut observer ici la multiplication des effets de la décentralisation et des prises d'initiatives consécutives aux nouvelles libertés des collectivités.

45Par ailleurs, se pose la question de l'articulation des actions des départements et de celles de la région qu'ils composent géographiquement, sachant qu'aucune collectivité ne peut imposer de tutelle à une autre.

  • 15 Enquête de l'Association de Soutien pour l'Exercice des Responsabilités Départementales et Locales (...)

46Une enquête réalisée à partir des données recueillies auprès de 20 conseils généraux15 permet d'apporter quelques éléments de réponse et de réflexion.

4714 d'entre eux affichent une politique du sport de haut niveau.

48- Dans la moitié des cas, elle se divise en : un soutien aux "clubs de haut niveau", c'est-à-dire à ceux qui évoluent au moins en nationale.

49Et

50une contribution à la politique nationale, s'adressant sous forme d'aides personnalisées aux sportifs figurant sur les listes ministérielles (dans 3 départements l'aide transite par le club d'appartenance ; dans 2 d'entre eux elle est destinée aux Espoirs ; 1 département "calcule" l'aide en déduisant celle qu'a pu recevoir le sportif du conseil régional.)

51- Les 7 autres départements reformulent le concept de sport de haut niveau sans référence à la politique nationale.

52Ce groupe de 14 départements soutient également les clubs dits de haut niveau, comme le font aussi (mais cette fois exclusivement) les 6 derniers de l'échantillon.

53Partout, ce sont les sports collectifs qui sont les bénéficiaires des politiques en faveur des clubs dits de haut niveau. Globalement, on constate d'une part que le jeu est ouvert, mais déséquilibré par focalisation sur les sports collectifs, et d'autre part que de plus en plus d'acteurs publics et sportifs demandent qu'il soit régulé par l'Etat.

II. le club, niveau basique de consolidation d'un sport de haut niveau humaniste ?

54En même temps que le problème de l'équilibre national-local du système du sport de haut niveau, celui de la préservation de l'humanisme dans ce domaine se pose avec urgence.

55Le club peut constituer une garantie de "développement humaniste" du sport de haut niveau, sous réserve d'entrer dans la démarche de "développement durable" c'est à dire en profondeur.

56La régionalisation de la politique nationale du sport de haut niveau ne l'a pas associé explicitement au dispositif, mais l'enquête réalisée auprès des dirigeants des ligues et clubs concernés par les structures du haut niveau montre que des adaptations et des innovations sont à l'œuvre, au quotidien.

1. Des clubs inventifs à l'intérieur de l'organisation sportive

57C'est d'abord à l’intérieur de l’organisation fédérale, à l'échelon de la ligue que se créent des formes de régionalisation "ascendante" lisibles dans des modalités de coopération interclubs (aviron) et des fonctionnements en réseau de recrutement (handball) visant à répartir les paliers d'accès au haut niveau et à "retenir les sportifs au pays” tout en limitant les effets de la concurrence "sauvage" et des logiques exclusivement mercantiles.

2. Des clubs partenaires officieux du suivi social des sportifs de haut niveau

58La plupart des dirigeants de clubs après avoir vécu et parfois exacerbé les surenchères du professionnalisme, et souvent cédé aux exigences des sportifs, valorisent de plus en plus la dimension communautaire de la vie associative, tout en devenant plus vigilants quant au respect des devoirs du sportif de haut niveau.

59Réalisée aussi par les clubs, l'action de suivi social des sportifs a multiplié les relations des dirigeants avec le système scolaire et universitaire.

60La prise en compte de la totalité des enjeux du sport de haut niveau pour le sportif a conduit à négocier avec l'ensemble des partenaires institutionnels (JS et collectivités territoriales) au-delà du seul résultat pour le club.

61L'humanisme au concret s'exprime donc à la fois dans un retour aux sources et aux ressources humaines internes du club et dans les relations de ses dirigeants avec la totalité des composantes de l'environnement politique et administratif. La fonction médiatrice du dirigeant bénévole est dans ce cas réactivée et amplifiée à l'extérieur.

3. L'intégration des clubs dans le jeu institutionnel : une exigence de démocratie participative

62Pour les pouvoirs publics (Etat et collectivités territoriales) et le mouvement sportif, passer de l'affichage de la volonté de préserver l'humanisme dans le domaine du sport de haut niveau à la pratique, suppose de mobiliser et coordonner tous les acteurs, sur tout le territoire, en revalorisant l'action bénévole.

63Cela passe par la réintégration des clubs dans l'ensemble du jeu institutionnel. La procédure des contrats d’objectifs nationaux et locaux en fournit les outils.

4. Vers des projets de développement régional du sport de haut niveau ?

64Le cadre régional apparaît comme pertinent pour élaborer des projets de développement "durable" du sport de haut niveau, en associant les conseils généraux, les villes et tous les "joueurs" locaux du mouvement sportif, au rang desquels les clubs et les athlètes de haut niveau, considérés parfois (souvent ?) comme des jouets.

65La densification des relations université-région dans le contexte européen ouvre aussi l'hypothèse d'un renouvellement des formes d'intervention des clubs universitaires dans le sport de haut niveau. Les échanges transfrontaliers Aquitaine-Euskadi-Navarre témoignent concrètement des dynamiques incluant sport et culture dans des projets globaux de développement (euro)régional. "Coupler" ainsi sport et culture, c'est en fait refuser un dualisme "à l'envers", où le corps dominerait l'esprit. C'est donc revenir encore aux sources de l'humanisme.

conclusion

66L'ensemble du dispositif institutionnel du sport de haut niveau peut contribuer à fragiliser le club, mais il lui laisse aussi une marge de créativité, sous réserve qu'il affirme son rôle, que celui-ci soit officiellement reconnu, et que soient négociés clairement les moyens de le réaliser pleinement. La concertation entre tous les acteurs qui entourent l'athlète doit s'inscrire dans une déontologie cohérente. L'excès de rationalisation de la préparation de la performance peut se traduire pour l'athlète par un risque de dé-socialisation dommageable pour son avenir.

67Par ailleurs, ignorer plus longtemps l'échelon de base du club reviendrait à ne considérer que l'aspect "virtuel", "à distance" de l'impact sur les plus jeunes de la valeur exemplaire du (de la) champion(ne). Ce renoncement au contrat moral qui lie épanouissement personnel et responsabilité sociale de l'athlète constituerait également une défaite, sinon pour l'humanisme, du moins pour l'éthique du sport.

PELOTE BASQUE

68EDITORIAL, par Nelson PAILLOU, Président du CNOSF

  • 1 "Pelote Basque. Dossier technique et pédagogique", FFPB et revue EPS, Revue EPS, no 224, juillet-a (...)

691

70La Pelote Basque est le premier sport que j'ai pratiqué dans la cour de récréation, sur les murs d'enceinte de l'école communale de Saint-Jean-de-Luz.

71Je ne pouvais deviner alors qu'un lien affectif me lierait à ce sport et qu'une amitié fraternelle m'unirait à Maître Maurice Abeberry qui nous a quittés prématurément, après avoir donné à la Présidence de la Fédération le lustre que mérite ce sport.

72Son fils spirituel Dominique Boutineau, ancien grand champion de pelote, assure actuellement la succession avec une extrême efficacité, entouré d'une équipe jeune et dynamique.

73Ce ne sont pas ces liens qui sont à l'origine de l'admiration que je porte à ce sport, mais son côté éducatif, athlétique et spectaculaire à souhait.

74En démonstration (compétition) aux J.O. de Barcelone, il répond à tous les critères pour figurer définitivement aux Jeux.

75Cette Fédération est exemplaire par sa remarquable expansion quantitative et qualitative.

76Maurice Abeberry avait raison de penser que le secret de la réussite, dans ce domaine, résidait aussi dans la nomination d'un Directeur Technique National, qu'il obtint dès 1983. Il ne s’était pas trompé en choisissant pour occuper ce poste déterminant, Jean-Pierre Erviti, dont chacun connaît les qualités à tous égards.

77Tous les cursus de formation jusqu'au Professorat de sport, les structures d'accueil de haut niveau jusqu'au Centre permanent déconcentré et l'accès à la liste Nationale des Athlètes, ont été mis en place et exploités par la Fédération Française de Pelote Basque.

78Parallèlement, les résultats sportifs internationaux demeurent extrêmement brillants, à travers la première place maintenue lors des quatre derniers Championnats du Monde.

79Cependant, la FFPB a la sagesse d'estimer que sa mission est loin d'être terminée dans certains secteurs.

80La première parution dans la Revue EPS, d'un dossier pédagogique, témoigne d'une volonté de poursuivre l'évolution, en la conjuguant harmonieusement à la tradition qui fait la richesse de la Pelote.

81A une époque où l'évolution rapide du sport de haut niveau génère des perversion qui l'inquiètent beaucoup, le Président du Comité Olympique Français est heureux d'exprimer sa profonde gratitude aux militants de la Fédération de Pelote Basque pour savoir assumer l'évolution en conservant à leur sport, toute son authenticité.

Notes

1 Sport de haut niveau en régionalisation(s). L'Aquitaine exemplaire ? Sous la direction de Francis Le Dû et Martine Reneaud, Talence : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1998.

2 Article 1. Loi no 84-610 du 16 juillet 1984 relative à l'organisation et à la promotion des activités physiques et sportives.
Loi no 92-652 du 13 juillet 1992 modifiant la loi no 84-610 du 16 juillet 1984 et portant diverses dispositions relatives aux A PS.

3 Décret no 93-1034 du 31 août 1993 relatif au sport de haut niveau et aux normes des équipements sportifs.

4 Voir Annexe 1. "Le dispositif de lutte contre le dopage", par Hélène Ottoz.

5 Chapitre 1. "L'interministérialité sur un terrain mouvant : sport-études ou études-sport au collège et au lycée ?", par Martine Reneaud.

6 Décret du 5 mars 1987.

7 Voir aussi chapitre 3. "Sport de haut niveau et régionalisation ou l'Etat dans tous ses états", par J.-P. Loustau-Carrère.

8 Chapitre 2. "Dix ans de régionalisation du sport de haut niveau en Aquitaine. Extension ou recomposition du référentiel ?", par Francis Le Dû.

9 Chapitre 4. "Sport et études à Talence et en Côte Basque : l'imbrication au quotidien", par Silvère Dutil, Sophie Herrera-Cazenave et Martine Reneaud.

10 Chapitre 6. "Sport de haut niveau à l'Université : du réseau associatif au réseau inter-institutionnel régional", par Martine Reneaud.

11 Chapitre 3. par J-P Loustau-Carrère.

12 Chapitre 5. "Les filières du haut niveau entre polarisation du local et localisation des pôles", par Marina Honta

13 Chapitre 7. "L'action olympique du conseil régional : de la mise en condition au jeu collectif", par Martine Reneaud.

14 Chapitre 8. "Le Club Olympique Aquitain : les régionalisations au Top niveau ?", par Marina Honta.

15 Enquête de l'Association de Soutien pour l'Exercice des Responsabilités Départementales et Locales (ASERDEL), réalisée en 1997 et portant sur 17 départements. Enquête sur les départements d'Aquitaine, réalisée par Marina Honta.

Notes de fin

1 "Pelote Basque. Dossier technique et pédagogique", FFPB et revue EPS, Revue EPS, no 224, juillet-août 1990, pp. 49-78 (extrait p. 79).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540